Ic mobilité2

496 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
496
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Se connaître Avoir envie de poursuivre les échanges, pour renforcer – messages, actions, projets, rêves Devenir des ambassadeurs – interne / externe Guider les changements d’organisation, de modèles d’affaires, … S’imprégner des industries numériques, Découvrir les mécanismes de l’IC Se donner de nouveaux objectifs
  • 60 à 90 % des flux sont réalisés en voiture individuelle remplie à 1,2 pe/voiture. La route domine tous les modes, le pétrole reste l’énergie des transports par sa formidable densité energétique. Cette association auto + pétrole a éliminé tous les concurrents, elle domine et dominera. Elle a permis le développement de tous les territoires, et ceci sans limite et en retour elle nous a rendu dépendant, fragile.
  • Toutes les contraintes ont été placées sur le véhicule (pollution, énergie). Les solutions ont été trouvées sur les véhicules : techniques. Passer de 1,2 à 2 p/véh en moyenne représente 20 ans de progrès technique et 40 ans pour que ces progrès pénètrent dans le parc. Est-ce que nous pouvons réfléchir à cette option ? Avons-nous les moyens de ne pas y réfléchir ? Est-ce que passer de 1,2 à 2 p/véh n’est pas aussi « noble » que designer un véhicule de 2l/100 ? Sinon comment peut on faire pour cela devienne aussi « noble ». L’usage, les comportements, les décisions, voilà notre terrain de jeux.
  • Et nous devons dès le départ porté nos regards sur l’ensemble du système. Nous sommes en train d’intégrer, au niveau mondial, tous ces composants. Cette intégration a lieu grâce au numérique. Elle peut nous permettre d’optimiser l’usage des ressources, de mieux nous déplacer. Mais en intégrant de plus en plus de numérique, nous devons maintenant penser comme une industrie du numérique… En qq années, les acteurs du numériques ont déjà bouleversé de nombreux domaines : média, livre, musique, banque, voyage. Et ce n’est qu’un début. Nous avons besoin de penser comme les industries du numérique pour mieux utiliser la puissance de la multitude, pour inventer des modèles d’affaires inédits, pour apprendre à connaître les usages, pour devenir des plateformes de co-création, pour identifier et inclure les innovations externes aux entreprises. Seule la pratique et l’engagement réel nous permettront de changer de regard sur le monde.
  • L’assistant numérique nomade est maintenant (en qq années) largement distribué. Les citoyens se connectent, échangent et alimentent de larges réseaux. Ces 2 images sont symboliques : collectif relié, grand nombre Assistant individuel, simplificateur de problème complexe en utilisant l’intelligence distribuée, nous reliant à. Ces 2 flux sont essentiels pour d’un coté mieux choisir, mieux agir (ma micro décision) et de l’autre en alimentant les bases de connaissances, mieux comprendre et mieux prévoir (nos actions, nos conséquences). Ce double niveau individuel et collectif sera abordé tout au long de cette journée.
  • Pour mettre en œuvre ces solutions à grande échelle, 4 verrous sont à lever. Basé sur l’utilisation à grande échelle d’assistant personnel de mobilité fournissant de l’information contextualisée au citoyen et construisant en retour des bases de connaissances des usages et des pratiques, 1- La capacité à expérimenter dans des territoires pour que le usagers expérimentent et s’approprient les solutions, et les co-conçoivent. Commencer à comprendre et capter la multitude 2- La mise en œuvre de nouvelles structures de gouvernance elles-aussi multimodales permettant d’optimiser le système complet, ayant donc accès à la fois aux solutions de mobilité, aux infrastructures (notamment les tarifs). 3- La synchronisation de nombreux acteurs industriels, économiques, territoriaux, de recherche… 4- La mise à disposition de nombreuses données publiques permettant de construire de nouveaux outils, dont des assistants personnels de mobilité multimodales. Bien entendu ces 3 verrous sont à coordonner simultanément …
  • Alors la multimodalité fluide en temps réel sera accessible. Regroupant l’accès simple et intégré de tous les modes, tous les sièges libres en circulation. Elle incarne un 3 ème mode de transport. Ce 3 ème mode est porté par le numérique qui lui permet d’exister par intégration/simplification, Plus il est utilisé, plus il va progresser par des mécanismes d’apprentissage collectif. Plus il va progresser, plus il sera utilisé, enclenchant un mécanisme d’aspiration. Il faut pour cela que le 3 ème mode soit également une plateforme à l’image d’un réseau social
  • Il faut comprendre les stratégies des entreprises qui structurent désormais l’économie mondiale et les questions que soulèvent leurs monopoles inédits. Il faut comprendre les nouveaux processus de création de valeur fondés sur l’énergie de l’économie et de la société. Ils incarnent une nouvelle modernité : partage, pair à pair, âge de l’accès, création collaborative, captation de l’innovation externe … C’est la vitesse relative, c’est-à-dire l’accélération, qui compte. Pour captiver, il faut, comme Facebook ou Amazon, changer tous les jours, tester, améliorer, stimuler, surprendre. Les institutions qui se sont bâties sur la permanence, un caractère immuable, sont désormais vulnérables dans l’économie numérique. Sauf dimension exceptionnelle, elles risquent de se périmer très rapidement et, tôt ou tard, de disparaître. Quand Amazon revendique 40 % de ses ventes grâce à son moteur de recommandation, ces entreprises s’approprient une valeur construite sur l’analyse intelligente des traces d’utilisation laissées par les millions d’utilisateurs. Parce qu’elle leur est extérieure, cette puissance échappe aux organisations. Parce qu’elles doivent apprendre à capter cette puissance, les organisations vont devoir apprendre à concevoir de nouvelles stratégies et à en assumer les conséquences radicales. Le grand public s’est approprié les technologies numériques avec une rapidité sans équivalent dans l’histoire. Points clés : Incarner une nouvelle modernité Etre conçu pour envahir le monde (scalability), vite Devenir une plateforme ouverte, même aux concurrents Changer le monde, Penser « Expérience Utilisateur » et Rituel / Design Capter de la valeur créée par la multitude,
  • Commençant par le nouveau carburant : la donnée À gauche, la carte classique : minérale, immobile. C’est pourtant celle là qui est utilisée pour penser les transports, pour choisir une ligne de bus ou l’implentation d’une station… À droite, la carte représentant l’activité numérique des citoyens sur le même territoire : c’est celle du vivant, du mobile. La minute d’après elle aura changé. Seuls le numérique nous permet d’accéder à ce niveau de connaissance du vivant, des usages. La donnée produite devient l’énergie de demain (renouvelable). Elle permet de comprendre les usages pour proposer les meilleurs services ou produits en fonction des contextes
  • Nous retrouvons ici tous les projets retenus dans les IA, au moins sur les aspects « techniques ». D’un coté le citoyen utilise et partage de plus en plus le numérique pour solutionner ses problèmes de mobilité. Les connaissances collectives progressent, les moteurs d’apprentissage permettent de comprendre, de prévoir , de mieux choisir, de guider. Des outils d’aide aux choix et des incitatifs aux changements (pour la plupart non basé sur des monnaies rares) se créent. Les expériences de mobilité sont partagées, renforçant cette boucle de progrès collectif et individuel. Plus cette boucle tourne, plus nos connaissances progressent, plus nos expériences sont inédites et performantes, plus nos usages se simplifient, plus l’usage prime sur l’achat, … vers l’économie de l’expérience D’un autre coté, l’intégration du numérique dans le véhicule lui apporte de la plasticité dans les usages, plus de partage, plus d’efficacité. Plus le numérique pénètre, plus l’offre servicielle se complexifie pour s’adapter à tous les contextes, tous les usages, plus le design des véhicules se modifient (léger, efficient, économie circulaire, économie de la fonctionnalité). La chimère est le cybercar: objet d’une complexité inédite simplifiant totalement nos déplacements, Est-ce que les structures (collectivités, entreprises, états, …) qui portent ces innovations se sont vraiment ré-interrogées pour les industrialiser (scalability, modernité, ouverture, …) ? Plateforme de synchronisation étendue multi-domaines & Living Lab Plateforme d’expériences multimodales portées par l’A.P.M. et co-créées : vers la complexification dans le design – vers une simplification dans les usages Connaître , comprendre les mobilités réelles, et les partager : « data is oil » Inciter et Proposer des changements de comportement (holoptisme) Co-concevoir les outils d’aide aux changements, les incitatifs et les monnaies Quels changements d’organisation imposent ces innovations (agilité, devenir une plateforme ouverte de co-création, vouloir profondément séduire la multitude pour qu’elle s’engage avec vous) ?
  • Ic mobilité2

    1. 1. Vers un système multimodal intégré …
    2. 2. NOUS MOI +
    3. 3. Créé en 2004 …
    4. 4. Minéral, immobile Vivant, mobile

    ×