Seconde vie batterie

2 702 vues

Publié le

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 702
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
80
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Seconde vie batterie

  1. 1. Ambassade de France à Washington Mission pour la Science et la Technologie 4101 Reservoir Road, NW - Washington, DC 20007 Tél. : +1 202 944 6249 Fax : +1 202 944 6219 Mail : publications.mst@ambafrance-us.org URL : http://www.ambafrance-us.orgDomaine : Energie & EnvironnementDocument : Rapport d’Ambassade / Consulat Général de France à San Francisco, CaliforniaTitre : Batteries de véhicule électrique : en route pour une seconde vie stationnaireAuteur : Pauline CaumonDate : Décembre 2011Contact SST : science@consulfrance-sanfrancisco.orgMots-clefs : énergie, stockage énergétique, réseau électrique, voiture électrique, lithium-ion, batteries, recherche,recyclage.Résumé : Ce rapport aborde les enjeux et la faisabilité de la réutilisation des batteries Li-ion de véhicules électriqueslégers (hors deux-roues) pour des applications stationnaires.Plusieurs projets de recherche américains et quelques industriels s’intéressent à ce sujet très prospectif, qui se situeà la croisée de trois domaines ; le transport individuel, la gestion des déchets et la gestion du système électrique.Le succès de cette idée n’est pas assuré. D’une part la multiplicité des acteurs complexifie les scénarios deréutilisation des batteries. D’autre part il semble peu probable que les acteurs concernés se coordonnent seuls si lesbénéfices anticipés sont faibles. En l’occurrence, aucun modèle d’affaire évident n’est apparu lors des discussionsavec les différents interlocuteurs américains rencontrés.NB : Retrouvez toutes nos publications sur http://www.bulletins-electroniques.com, l’accès est libre et gratuit.
  2. 2. 2
  3. 3. Batteries de véhicule électrique : en route pour une seconde vie stationnaire ? Réflexions sur le concept et cartographie du sujet aux États-Unis Décembre 2011Pauline Caumonpauline.caumon@consulfrance-sanfrancisco.org+1 (415) 591-4834 3
  4. 4. 4
  5. 5. Table des matières Synthèse.................................................................................................................................................................................... 7 Préambule ............................................................................................................................................................................... 13 Introduction ............................................................................................................................................................................ 13 Contexte ............................................................................................................................................................................. 13 Le concept de seconde vie ................................................................................................................................................. 14 1 – La seconde vie des batteries, un sujet complexe .............................................................................................................. 17 1.1 Qu’est-ce qu’une batterie automobile en fin de « première vie » ? ............................................................................ 17 1.1.1 Une grande variété de technologies .................................................................................................................... 17 1.1.2 Les différentes conceptions de batteries ............................................................................................................. 19 1.1.3 La batterie d’un véhicule électrique est dans tous ses états en fin de vie ........................................................... 22 1.1.4 Ordres de grandeur sur les marchés (véhicule électrique et batteries) ............................................................... 25 1.1.5 Conclusions sur le parc de batteries disponibles .................................................................................................. 27 1.2 Le stockage stationnaire .............................................................................................................................................. 28 1.2.1 Présentation globale ............................................................................................................................................ 28 1.2.2 Quel stockage stationnaire avec des packs de batteries de véhicules électriques ? ............................................ 32 1.2.3 Conclusions .......................................................................................................................................................... 40 1.3 Réflexions sur les modèles d’affaire et les acteurs ...................................................................................................... 43 1.3.1 Réutilisation d’objets ayant déjà servis ................................................................................................................ 43 1.3.2 Qui organiserait la seconde vie stationnaire ? ..................................................................................................... 46 1.3.3 Analyse de la concurrence sur le stockage stationnaire ....................................................................................... 48 1.3.4 Conclusions .......................................................................................................................................................... 54 2 - Cartographie du sujet aux États-Unis ................................................................................................................................. 57 2.1 Projets de la recherche ................................................................................................................................................ 57 2.1.1 Projet financé par la California Energy Commission ............................................................................................. 58 2.1.2 Projet du National Renewable Energy Laboratory ............................................................................................... 60 2.1.3 Projet du Rochester Institute of Technology......................................................................................................... 62 2.2 Annonces des constructeurs automobiles ................................................................................................................... 62 2.3 Le point de vue des producteurs d’électricité .............................................................................................................. 64 Conclusions et pistes d’étude ................................................................................................................................................. 67 Références .............................................................................................................................................................................. 68 Annexes .................................................................................................................................................................................. 77 I - Li-ion battery manufacturing ......................................................................................................................................... 77 II – Services systèmes (ancillary services) sur le marché de CAISO .................................................................................... 79 III - Simulations des capacités de suivi de charge et de contrôle automatique en Californie ............................................ 80 IV – Processus proposé par les Sandia National Laboratories ........................................................................................... 82 V – Projections du coût de production des batteries entre 2010 et 2025 ......................................................................... 83 VI - Analyse de la chaîne de valeur des batteries de véhicule électrique .......................................................................... 85 5
  6. 6. Je tiens à remercier chaleureusement toutes les personnes qui m’ont aidé à constituer cerapport en m’apportant leur appui et leur expertise technique. Cela m’a été utile autant lors desvisites que lors de la rédaction et la relecture du rapport. Mes remerciements vont en particulier à Thomas Deschamps, l’Attaché Scientifique de San Francisco, qui m’a encouragée et conseillée tout au long du projet. Les autres contributeurs se reconnaîtront. 6
  7. 7. Synthèse Ce rapport a été rédigé par la Mission Scientifique et Technologique du consulat général de France àSan Francisco, dont l’activité est centrée sur les « technologies propres ». Le véhicule électrique sera l’un des moyens de locomotion du futur. Cependant, son développementà grande échelle repose essentiellement sur le développement technologique des batteries. D’une part,le coût des batteries est aujourd’hui trop élevé pour faire du véhicule électrique une alternativeéconomiquement rentable. D’autre part, si les batteries étaient plus performantes, cela diminuerait lesbesoins en infrastructures de recharge et atténuerait les appréhensions sur le fait de tomber en panned’électricité (range anxiety), deux des principales barrières à l’adoption du véhicule électrique. Ledépartement de l’énergie américain ne s’y est pas trompé : lors du plan de relance de 2009 (1), environdeux tiers des aides directes au développement du véhicule électrique ont été attribués à des projetssur les batteries. Le stockage énergétique stationnaire désigne communément lensemble des moyens permettant destocker de l’énergie à un endroit donné, sous quelque forme que ce soit, pour la récupérer ensuite sousforme délectricité. Il se différencie du stockage énergétique embarqué qui est destiné à être installédans des véhicules. Aux États-Unis, le stockage stationnaire est perçu comme un des éléments-clés desréseaux électriques « intelligents » (smart grids) de demain, notamment pour aider à linsertionmassive dénergies renouvelables, dont certaines sont intermittentes (le pays vise une productionannuelle de 152 TWh dorigine renouvelable en 2035). Hormis le stockage hydraulique, les technologiesdu stockage stationnaire sont encore en développement, et le marché est émergent. Ce rapport aborde les enjeux et la faisabilité de la réutilisation des batteries Li-ion de véhiculesélectriques légers (hors deux-roues) pour des applications stationnaires. 7
  8. 8. Quel sera le parc de batteries de véhicule électrique en fin de vie dans une vingtaine d’année ? Comme pour tout marché naissant, de nombreux paramètres sont indéterminés dans l’évolution dumarché des véhicules électriques et il est hasardeux de donner des estimations. Cependant, il estpossible d’avancer quelques ordres de grandeur. Il est probable que le marché sera non-négligeable àl’horizon 2020 : dix ans plus tard, les batteries en fin de vie automobile représenteront plusieursgigawatt-heures de stockage encore utilisables disponibles chaque année aux États-Unis. Si 10 GWh debatteries sont dans les voitures produites en 2020, qu’elles perdent 20% de capacité en 10 ans et que25% d’entre elles ne sont pas disponibles (non collectées ou non réutilisables), 6 GWh est un chiffreplausible dès 2030. Avec les hypothèses supplémentaires rassemblées dans le tableau ci-dessous, il apparaît que lesvéhicules tout-électriques (15% des packs) représenteraient la moitié des capacités de stockage enénergie tandis que les véhicules hybrides non-rechargeables (60% des packs) en représenteraient 10%.Les caractéristiques en puissance seront différentes selon les packs, ainsi que le rapportpuissance/énergie. Estimation de la quantité de packs de batteries disponible aux États-Unis en 2030 De plus, rien que pour les batteries Li-ion, technologie dominante, il y aura presque une dizaine decompositions chimiques différentes (cinq principales). Au niveau des cellules, deux géométriesdifférentes co-existeront : cyclindrique et parallélépipédique. Enfin, au sein d’une même catégorie, l’état de de dégradation pourra être très variable. En effet, ildépendra du mode d’utilisation du véhicule électrique (charge rapide ou lente, fréquence desrecharges, etc.) et de l’environnement où il a évolué, notamment des températures auxquelles il a étésoumis.Quels services de stockage stationnaire ? Il paraît intéressant d’utiliser les batteries Li-ion pour participer au soutien du réseau grâce leurrapidité de réactivité et à la rémunération attractive de ces services. Les batteries de véhicules hybrides non-rechargeables, voire celles de voitures hybridesrechargeables ont un dimensionnement puissance/énergie qui convient à cet usage. Les batteries devéhicules tout-électriques pourraient aussi fournir du réglage de fréquence, mais il serait alors plusrentable de combiner cet usage avec d’autres pour tirer profit de leur réserve d’énergie. Conjuguerdifférentes applications permet également de s’affranchir d’un problème : la taille du marché duréglage de fréquence est relativement restreinte et elle le restera même après l’augmentation de laproduction d’énergies renouvelables. 8
  9. 9. Alors que la taille des packs de batteries de véhicules électriques permet de les placer auprès desconsommateurs (et incite à le faire), les projets actuels de démonstration dans le réglage de fréquenceavec batteries Li-ion sont dimensionnés à l’échelle du mégawatt avec des unités de stockage situéesen amont du réseau. Toutefois la fréquence est une grandeur globale du système électrique, ce quisignifie que des batteries assurant son réglage peuvent être placées à n’importe quel niveau du réseau.Plusieurs projets de stockage distribué envisagent d’ailleurs de faire du soutien au réseau et enparticulier du réglage de fréquence. Le concept de stockage distribué est encore à définir, tant dans les configurations darchitectureque dans les applications attendues ou encore du modèle daffaire associé. De plus, la rentabilité dessystèmes de stockage distribués est encore plus incertaine que celle des larges systèmes. On distingue le stockage commercial et résidentiel, qui est à l’échelle d’une maison ou d’uncommerce et piloté localement, du stockage communautaire, qui est à l’échelle d’un groupe debâtiments et piloté à distance par un gestionnaire de réseau. Dans la majorité des projets de démonstrations, le dimensionnement du stockage distribué tel qu’ilest envisagé actuellement est similaire à celui des batteries utilisées dans les véhicules tout-électriques. D’ailleurs, les constructeurs de batteries du stockage distribué et du transport électriquesont souvent les mêmes. Enfin si le concept de vehicule to grid (V2G) se développait il n’y aurait qu’un pas à franchir vers laréutilisation des batteries en seconde vie. Le V2G envisage d’utiliser les batteries de véhiculesélectriques pour assurer un soutien au réseau dès leur « première vie » aux moments où les voituressont en recharge.Environnement d’une entreprise commercialisant des batteries de seconde main Les clients « naturels » d’une batterie électrique Li-ion de seconde main sont les compagniesd’électricité. L’apposition d’un label par un tiers, une garantie, un prix très compétitif ou plusprobablement ces trois éléments réunis seront des arguments de vente nécessaires pour que lesbatteries de véhicules électriques usagées remplissent le cahier des charges de ces industriels. Or, ladiversité des batteries et l’étendue des connaissances actuelles ne permettront pas forcément d’yparvenir dans un futur proche. De manière globale, l’environnement du stockage stationnaire pour une entreprise vendant desbatteries de seconde main semble difficile, tout du moins au début (de 2020 à 2030). En synthétisant àl’aide de la méthode des cinq forces de Porter (cf Figure 29), il apparaît que : Même s’il y a des barrières à l’entrée du marché du stockage stationnaire (risque élevé, activité nouvelle), c’est un secteur d’avenir et stratégique, de surcroît souvent soutenu par l’état comme c’est le cas États-Unis. Beaucoup de sociétés peuvent être tentées par l’aventure dans ce secteur attractif. Bien que les batteries seront a priori disponibles en grand nombre, rassembler de grandes quantités, les tester et les reconditionner demandera des efforts logistiques et financiers. Les compagnies d’électricité sont habituées à investir dans la qualité et dans des équipements de longue durée. De plus, le secteur électrique est concentré (même aux États-Unis) : le pouvoir de négociation des clients sera donc fort. Enfin, l’environnement est très concurrentiel, o au niveau des autres formes de stockage o et au niveau des substituts (demand response et moyens de production dispatchables). 9
  10. 10. Une entreprise vendant des batteries de véhicule électrique de seconde main pour une utilisation stationnaire aura du mal àdégager des bénéfices car l’analyse de son environnement révèle qu’elle est relativement contrainte par des forces qui luisont extérieures. Certains modèles d’affaire pourraient atténuer les difficultés, comme par exemple des acteursintégrés (pas de coûts pour obtenir les batteries usagées, moins ou pas du tout de relations fournisseuret de relations clients), la ré-utilisation des batteries près des points de collecte, opérer de petites unitésde stockage(réduction des coûts de reconditionnement et d’assemblage), etc.Intérêt pour le sujet aux États-Unis Actuellement, on recense trois principaux projets de recherche sur le sujet de la seconde vie desbatteries aux États-Unis. Les deux projets principaux, à l’initiative d’une part de la California EnergyCommission (CEC) et du National Renewable Energy Laboratory (NREL) d’autre part, sont en train defusionner. Dans le projet de la CEC, les expériences sont supervisées par le California Center for SustainableEnergy. L’entreprise Aerovironment travaille à un processus pour tester les batteries et déterminer laperformance des différents packs. Cependant, la dégradation observée avec ce type de tests reste unegrande inconnue : d’une part l’industrie manque de standards et d’autre part il est incertain que celareflète l’utilisation réelle. C’est pourquoi des études sur des batteries de trois technologies différenteset utilisées en conditions réelles pendant 2 à 5 ans sont en cours. Les réflexions sur les aspects économiques de la seconde vie du projet de recherche sont menéespar le Transportation Sustainability Research Center de lUniversité de Berkeley. Avec un système où lesbatteries sont louées aux conducteurs pendant la « première vie », les frais de location pourraient êtreréduits denviron 30% grâce à la valorisation des batteries après leur vie automobile. La vision actuelle du NREL sur la seconde vie des batteries est que le stockage communautaire doitêtre privilégié, car il permet de s’affranchir des problèmes inhérents à celui d’une utilisation à plusgrande échelle. La sécurité, notamment, dépend de la chimie de la batterie et de l’utilisation qui en a étéfaite. Assembler des batteries de différentes technologies ajouterait beaucoup d’étapes de tests. A l’inverse des études de Berkeley, celles du NREL montrent que les batteries ne devraient pas êtresorties des voitures avant d’avoir effectué le maximum des applications de transport qu’elles peuvent 10
  11. 11. assurer. Pour le moment la 1ère vie est estimée à 8-10 ans en se basant sur les garanties desconstructeurs auto (8 ans ou 100.000 miles). Enfin, même si à long terme les véhicules hybrides rechargeables devraient représenter unegrande partie du marché, leurs batteries ne seront pas forcément réutilisables. Par ailleurs, de nombreux acteurs du secteur automobile annoncent quils cherchent à valoriser aumieux les batteries en fin de vie à travers des projets de recherche sur une utilisation stationnaire.Cependant, au-delà de la communication, peu d’éléments concrets sur les plans de recherche ou lespremiers résultats sont encore disponibles. L’enthousiasme pour le sujet au sein des compagnies d’électricité est mitigé car, d’après l’ElectricPower Research Institute, il est difficile d’établir un modèle daffaire rentable. C’est uniquement dansun cas où elles seraient fournies gratuitement que les clients envisageraient éventuellement d’enutiliser.Hypothèses de l’EPRI sur le prix des batteries. En considérant une batterie de seconde main obtenue gratuitement en 2019,le prix du pack prêt à fonctionner est de 6.250 $ contre 9.250 $ pour un pack neuf dont la capacité énergétique et la durée devie seront meilleures et plus fiables.Conclusion Réutiliser des batteries de véhicule électrique pour un usage stationnaire est un sujet trèsprospectif. Néanmoins, s’il est pertinent de réutiliser les batteries avant de les recycler il semblejudicieux de les concevoir dans l’optique d’une seconde vie, et c’est pourquoi il est nécessaire de seposer dès aujourd’hui les bonnes questions. Le sujet est à la croisée de trois domaines ; le transport individuel, la gestion des déchets et lagestion du système électrique. D’une part, cette multiplicité des acteurs complexifie les scénarios deréutilisation des batteries. D’autre part il semble peu probable que les acteurs concernés secoordonnent seuls si les bénéfices anticipés sont faibles. En l’occurrence, aucun modèle d’affaireévident n’est apparu lors des discussions avec les différents interlocuteurs américains rencontrés. Enfin, nous avons étudié un cas particulier de la réutilisation des batteries de véhicules électriques.Stabiliser les réseaux électriques de pays émergents ou en développement dont les caractéristiquessont différentes pourrait être une autre application stationnaire. Enfin, plusieurs options paraissentintéressantes dans l’éventualité d’une seconde vie embarquée : les véhicules qui ne parcourent quedes petites distances ou le marché des deux-roues en sont des exemples. 11
  12. 12. 12
  13. 13. Préambule Au sein des ambassades et consulats de France, la Mission pour la Science et la Technologie effectueune veille quotidienne sur des thèmes scientifiques d’intérêt pour les chercheurs français universitaireset d’entreprise. Dans trente-six pays, cette activité se concrétise par deux types de publication: desarticles accessibles en ligne dans les Bulletins Electroniques(2) et plusieurs rapports annuels, quipermettent d’approfondir certains sujets. Ce rapport a été rédigé par le bureau du consulat général de San Francisco dont le travail est centrésur les « technologies propres » -un terme qui englobe énergie renouvelables, efficacité énergétique,véhicule électrique, stockage électrique, smart grids, etc (3)-. Deux rapports parus précédemment traitaient des batteries automobiles du futur (4) et des smartgrids (5).IntroductionContexte Le véhicule électrique sera l’un des moyens de locomotion du futur. D’une part, c’est une solutionde long-terme à la raréfaction des ressources pétrolières et qui permet d’atténuer les problèmesgéopolitiques de l’approvisionnement en pétrole, dont la dépendance aux pays producteurs. D’autrepart, ce moyen de locomotion ne produit aucune émission de gaz à effet de serre localement et permetde réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre lorsque l’électricité utilisée est “faiblementcarbonée”. Au Danemark, où 30% de l’électricité est produite par l’énergie éolienne, le véhiculeélectrique est même envisagé comme une solution à l’intermittence des énergies renouvelables,permettant de stocker les excédents de production lorsque le vent souffle la nuit (6). Enfin, lesgouvernements y voient un moteur de croissance. Les équipes de recherches du monde entier sont enlice pour mettre au point des véhicules électriques performants et prendre les premières parts demarché. L’enjeu technologique repose fortement sur la batterie, cœur du véhicule électrique. En effet, si lesbatteries étaient plus performantes, cela diminuerait les besoins en infrastructures de recharge etatténuerait les appréhensions sur le fait de tomber en panne d’électricité (range anxiety), deux desprincipales barrières à l’adoption du véhicule électrique. Outre des impératifs de sécurité non-négociables, la batterie devra ainsi être toujours plus compacte, légère, capable à la fois d’emmagasinerde nombreux kWh pour l’autonomie et de délivrer de larges puissances pour l’accélération, sanscompromis sur la durée de vie. Le département de l’énergie américain ne s’y est pas trompé : lors duplan de relance de 2009 (1), environ deux tiers des aides directes au développement du véhiculeélectrique ont été attribués à des projets sur les batteries (voir Figure 1). Notons que le gouvernementne se limite pas à apporter un soutien au niveau de la recherche mais souhaite réellement accompagnerle transfert de l’innovation pour qu’il soit efficace et contribue à l’apparition de nouvelles usines. Enparticulier, le programme Electric Drive Vehicle Battery and Component Manufacturing Initiative - qui areçu une subvention de 2 milliards de dollars - a l’ambition de permettre le développement d’uneindustrie nationale sur cet enjeu de taille. 13
  14. 14. Figure 1: Répartition des aides apportées au secteur du véhicule électrique aux États-Unis en millions de dollars (7)Le concept de seconde vie Le coût des batteries est aujourd’hui trop élevé pour faire du véhicule électrique un choixéconomiquement rentable. Il compte actuellement pour 35% à 60% du coût total du véhicule d’aprèsLux Research (8). Un rapport de la Deutsche Bank (9) a évalué le surcoût lié à la batterie dans unvéhicule électrique par rapport à un véhicule thermique à l’horizon 2015 : de 1.350 $ pour une voiturehybride, celui-ci passe à plus de 12.000 $ pour un véhicule tout-électrique! Ainsi, toutes les optionsdoivent être considérées pour abaisser ce surcoût rédhibitoire. D’autre part, il est fort peu probable que les conducteurs acceptent de restreindre le nombre dekilomètres quils peuvent parcourir en un trajet au fur et à mesure que leur voiture vieillit. Il est généralement admis que les batteries de véhicules électriques devront être changéeslorsquelles nauront plus que 80% de leur capacité de stockage initiale, soit 8 ou 10 ans après leur miseen circulation (estimation qui demandé à être vérifiée) ou au bout d’environ 150.000 km. Le stockage énergétique stationnaire est un marché qui désigne communément lensemble desmoyens permettant de stocker à un endroit donné de lénergie, sous quelque forme que ce soit, pour larécupérer ensuite sous forme délectricité. Il se différencie du stockage énergétique embarqué qui estdestiné à être installé dans des véhicules. Aux États-Unis, plusieurs acteurs peuvent bénéficier dustockage stationnaire et donc être susceptibles de faire la promotion de cette solution ou en être client.D’une part le gouvernement fédéral, qui est responsable de la planification des réseaux de transmission 14
  15. 15. délectricité inter-régionaux. D’autre part les gouvernements locaux, responsables du bonapprovisionnement en électricité de leurs états. Enfin, les producteurs et distributeurs délectricité. Dès lors apparaît l’idée de seconde vie des batteries : pourquoi ne pas trouver un autre usage à cetobjet qui possède encore 80% de sa capacité initiale et qui est cher à produire, au lieu de le jeter oumême de le recycler ? Figure 2: L’origine du concept de seconde vie stationnaire Bien que le concept soit simple, de nombreuses questions l’entourent :  d’une part sur les modèles d’affaire, et d’autant plus qu’il est très rare qu’un produit soit réutilisé dans une branche différente de celle pour laquelle il a été conçu (ici, dans le secteur de l’électricité après avoir servi le secteur automobile). Par exemple, o Qui sera intéressé par les batteries de seconde main ? o Qui bénéficiera de la valorisation résiduelle en fin de première vie ? o Qui aura l’obligation de la recycler ? o Etc.  d’autre part des interrogations techniques, liées aux limites des connaissances actuelles sur les batteries Li-ion. o Comment estimer la date de la fin de la vie automobile ? o Quelle sera la durée de vie en usage stationnaire ? o Est-il aisé de reconvertir une batterie de véhicule électrique? o Faudra-t-il prendre en compte le cahier des charges de la seconde vie lors de la conception initiale ? o Etc. Ce rapport est divisé en deux chapitres. Le premier aborde les enjeux et la faisabilité de laréutilisation des batteries Li-ion de véhicules électriques légers (hors deux-roues) pour desapplications stationnaires. Pour cela, il a paru judicieux de commencer par déterminer ce qu’était unebatterie de véhicule électrique en fin de vie automobile, puis d’évaluer les usages stationnaires auxquels 15
  16. 16. ces batteries pourraient convenir, avant de s’intéresser aux acteurs intéressés et aux différents modèlesd’affaires. Les trois sous-parties sont quasiment indépendantes, de sorte qu’un lecteur déjà averti surl’un des sujets traités pourra ignorer la partie correspondante. Le deuxième chapitre, plus court, fait l’état des lieux des recherches en cours sur le sujet aux États-Unis. Sans prétendre être exhaustive, cette étude a pour objectif d’éclairer ce sujet complexe etd’identifier les éléments favorables et défavorables à l’émergence d’un marché pour la réutilisation desbatteries en fin de vie d’utilisation automobile. 16
  17. 17. 1 – La seconde vie des batteries, un sujet complexe1.1 Qu’est-ce qu’une batterie automobile en fin de « première vie » ? Avant de discuter de la ré-utilisation d’un objet, il semble important de connaître sescaractéristiques intrinsèques et la manière dont il a été utilisé lors de sa « première vie ». Or, il existeune grande variété de technologies et d’usages des batteries pour le véhicule électrique. De plus, lacomposition et le volume du parc de batteries usagées dépendent des choix des constructeurs et dudéveloppement du marché du véhicule électrique. Ces thèmes sont abordés dans le paragraphe qui suit.1.1.1 Une grande variété de technologies Plusieurs technologies de batterie sont utilisées dans les véhicules électriques. La plupart desvoitures hybrides actuelles, à l’instar de la Prius de Toyota, utilisent des batteries nickel-hydruremétallique (NiMH) (10). Les batteries “Zebra” sodium chlorure de nickel (Na-NiCl2) sont apparues un temps comme unetechnologie d’avenir (11) et seront d’ailleurs utilisées dans la Smart ForTwo (4). Cependant, leur hautetempérature de fonctionnement (supérieure à 250°C) les cantonnent à un usage intensif pour minimiserle coût du maintien en température et les rend moins “compatibles” à un usage dans les transports (12). Enfin, la technologie lithium-ion, qui présente d’excellentes performances en puissance et énergie,est promise à un bel avenir. Le National Renewable Energy Laboratory prévoit que les batteries NiMHprécitées seront remplacées d’ici cinq ans par les batteries Li-ion dans les voitures hybrides (13). De fait,d’après un rapport du Boston Consulting Group, la prédominance de cette famille de technologies dansles véhicules électrique serait assurée jusqu’en 2020 (14) et c’est pourquoi nous nous attacherons àdécrire plus spécialement cette technologie. L’appellation “Li-ion” concerne des batteries dont le fonctionnement consiste en un transfert d’ionlithium. On distingue ensuite plusieurs types de matériaux pour la cathode, l’anode et l’électrolyte. Cinqtypes de cathode et deux types d’anode sont utilisés par les constructeurs qui commercialisent déjàleurs produits. Les abréviations définies au Tableau 1 seront utilisées dans la suite du rapport. Tableau 1: Composition chimique des principaux types d’électrodes. A ce stade, la combinaison gagnante n’est pas encore déterminée et les producteurs, grandesentreprises ou start-ups, ne font pas tous les mêmes choix comme le montre le Tableau 2. Au niveau de la recherche, les nanotechnologies apparaissent prometteuses, pour augmenternotamment la densité énergétique de l’anode qui est traditionnellement en graphite. Certaines start- 17
  18. 18. ups tentent de faire des batteries sèches (Seeo, Sakti3) tandis que Leyden Energy mise sur un électrolyteà partir d’imide (15). Tableau 2: Les producteurs de batteries en Amérique du Nord. Sources principales: (9) (4)(13)(16). Le schéma de la Figure 3, tiré d’une étude du Boston Consulting Group (14), illustre lesperformances des cinq principales variations de batteries Li-ion. Il apparaît qu’aucune n’obtient desrésultats satisfaisants sur l’ensemble des six critères d’évaluation qui sont le coût, l’énergie spécifique, la 18
  19. 19. puissance spécifique, la durée de vie, la sécurité et la performance1. Par exemple, si les batteries LFPsont abordables et très sûres, leur énergie spécifique est moins élevée que celles des autres. Encontrepartie les batteries NCA et NMC, prisées dans l’électronique pour leurs bonnes caractéristiques enénergie et en puissance, sont chères à cause du cobalt contenu dans leurs cathodes. Certaines conclusions de ce graphique peuvent être soumises à contestations : par exemple d’aprèsun expert (17), l’énergie spécifique d’une batterie LFP est supérieure à celle avec anode en titanate(LTO), son coût au moins égal et sa durée de vie plus faible, ce qui ne transparaît pas sur la figure. Figure 3: Les cinq principales technologies Li-ion : des compromis sont nécessaires (14).D’après les chiffres présentés par Sam Jaffe d’IDC Energy Insights à la conférence Energy StorageAssociation 2011 (18), la répartition des différentes variantes de batteries Li-ion produites en 2013 toususages confondus sera la suivante :- 42% de batteries avec des cathodes à partir de cobalt (LC, NCA et NMC avec les notationsprécédentes);- 26% avec des cathodes à base de phosphate de fer (LFP);- 26% avec des cathodes utilisant du manganèse dans des structures de type spinelle (LMO);- 6% avec des anodes en oxyde de titane (LTO).1.1.2 Les différentes conceptions de batteries « La » batterie d’un véhicule électrique est en réalité un assemblage de divers composants, avectrois niveaux d’intégration. La brique unitaire est la cellule où à lieu la réaction d’oxydoréduction. Il1 Notons qu’un coût élevé conduira à une faible note sur l’échelle (ex : les batteries LTO sont les plus chères). D’autre part, lecritère « performance » se réfère à la capacité des batteries à s’adapter aux différentes conditions climatiques. 19
  20. 20. existe deux géométries principales de cellules, cylindrique et prismatique (cf.Figure 4), la première étantla plus répandue. Les cellules sont connectées entre elles selon des configurations qui dépendent desconstructeurs et associée à un circuit de contrôle et de sécurité. L’ensemble conditionné constitue lemodule. Enfin, plusieurs modules sont assemblés avec des circuits de contrôle supplémentaire, unsystème de gestion thermique et de l’électronique de puissance pour former un pack de batteries(Figure 5). Le processus de production total comporte de multiples étapes (cf. Annexe I pour plus dedétails). Figure 4: les deux géométries de cellule – cylindrique (à gauche) et prismatique (à droite) Figure 5: exemple de packs de batterie pour différents constructeurs automobiles (13) Outre les différences de conception, les batteries n’ont pas les mêmes caractéristiques selon lestypes de voitures, comme l’illustre la Figure 6 qui montre les différentes manières dont les batteriessont sollicitées. Ainsi, le ratio puissance/énergie doit être fort pour les voitures hybrides (HEV) et faiblepour les voitures tout-électriques (EV). Le nombre de cycles dits « profonds », correspondant à unedécharge complète, doit également être plus élevé pour les voitures hybrides. Quant aux hybridesrechargeables (PHEV), elles sont conçues pour fonctionner selon deux modes, la diminution de charge(charge depleting) et le soutien de charge (charge sustaining). 20
  21. 21. Figure 6: les différents modes d’utilisation selon le type d’application (i.e. de véhicule) – d’après (19) et (20) Le Tableau 3 rassemble les objectifs du Department of Energy et de l’US Advanced BatteryConsortium pour les propriétés des batteries. Notons que la « durée de vie » des batteries est comptéeselon deux métriques : le nombre de cycles qu’elles peuvent soutenir et le nombre d’années où ellessont utilisables (ou « vie calendaire »). Tableau 3: Objectifs de performance du DOE et d’USABC (13). Enfin, plusieurs stratégies s’offrent aux constructeurs automobiles. Pour le moment, la plupartsemblent surdimensionner la batterie pour se prémunir contre une baisse de capacité prématurée. 21
  22. 22. Ainsi, d’après Kandler Smith du National Renewable Energy Laboratory (20), seulement 10% à 25% del’énergie est utilisée dans les véhicules hybrides (pour la Prius de Toyota, moins de 300 Wh sur les1,2 kWh disponibles) et 50% dans les hybrides rechargeables (8 kWh sur 16 kWh dans la Volt deChevrolet). Cependant, certains pourraient choisir des batteries à durée de vie plus réduite qu’ilsremplaceraient régulièrement. L’avantage serait de bénéficier continuellement des améliorationstechniques (14) et les propriétés attendues des batteries seraient alors différentes. En conclusion, l’architecture et les propriétés du pack de batterie d’un véhicule dépendent de choixindustriels sur l’optimisation entre les coûts de production de ce pack et le niveau de qualité désiré, ainsique du type du véhicule (hybride à tout-électrique). Le grand degré de liberté sur les paramètres deconception mène à des objets structurellement très variés.1.1.3 La batterie d’un véhicule électrique est dans tous ses états en fin de vie Les deux modes de vieillissement –cyclage et vie calendaire- affectent différemment les batteries.Au fil des cycles d’utilisation, des dégradations mécaniques et chimiques apparaissent même si labatterie est inutilisée, ce qui induit une perte de capacité (se traduisant par une perte d’autonomie), unaccroissement de sa résistance interne (se traduisant par une perte de puissance) et un accroissementde son auto-décharge (Figure 7). Le National Renewable Energy Laboratory (NREL) a mis au point desmodèles semi-empiriques pour décrire ces phénomènes encore mal compris (Figure 9). Les modifications structurelles qui sont à l’origine des dégradations sont localisées à plusieursendroits. La couche de l’interface électrolyte/électrode s’épaissit, affectant à la fois le fonctionnementde l’électrolyte et de l’électrode. Au sein des électrodes, les matériaux actifs se fragilisent: apparition dedendrites liée à des réactions parasites, micro-fissures liées à l’insertion/désinsertion des ions lithium,dissolution de certaines espèces, transition de phase, changement de structure des électrodescomposites… Au niveau du système global, les phénomènes observables de la dégradation de la batterie sont laperte de capacité (énergie), l’affaiblissement de puissance lié à l’augmentation de la résistance, et unevariation du potentiel de travail. L’ampleur des dégradations dépend de plusieurs paramètres : lacomposition chimique de la batterie, les conditions extérieures dans lesquelles elle a évoluée et lamanière dont elle a été utilisée.1. D’après les comparaisons du CAS (12), les cathodes résistent le mieux au vieillissement dans cet ordre : NCA, NMC, LFP, LMO. Pour les deux derniers types, la dissolution d’ion ferreux dans l’électrolyte (si le LFP n’est pas assez pur, ce qui dépend de la qualité de production) dans un cas et celle du manganèse dans l’autre sont mises en cause. Au niveau de l’anode, le LTO résiste largement mieux que le graphite, puisqu’il n’a pas besoin de la couche de passivation issue de la dégradation maîtrisée de l’électrolyte lors du formatage en usine de la batterie.2. La température de fonctionnement a de l’importance. Alors qu’une basse température pendant la charge favorise l’apparition de dendrites et de lithium métallique, les températures trop élevées sont encore plus dommageables car, même si dans l’immédiat elles accélèrent les réactions et peuvent conduire à une augmentation de la puissance fournie, elles provoquent aussi la formation de couches d’interface électrolyte/électrode. D’après le NREL, la dégradation de capacité au bout de 10 ans d’utilisation peut varier de 20% selon les différences de climat (Figure 8). 22
  23. 23. 3. Un usage intensif conduira évidemment à une dégradation plus rapide de la batterie, puisque sa vie est limitée par un certain nombre de cycles. Par ailleurs, il faut éviter les états de charge extrêmes (trop élevés ou trop bas) ; la vitesse et l’amplitude des cycles de charges/décharges influent également sur le vieillissement. Ainsi, d’après un graphique de Johnson Controls daté de 2003, il est théoriquement possible de lier le nombre de cycles y qu’une batterie Li-ion peut effectuer et l’amplitude x de ces cycles comptée en % de la capacité (Figure 10). 23
  24. 24. Figure 8: Impact de la région sur la dégradation de la capacité. D’après le NREL,Figure 7: La résistance interne augmente avec le temps et la température de « Phoenix est l’exemple typique du pire scénario, sur lequel les constructeursfonctionnement (20) peuvent se baser pour la conception. Les conditions de vieillissement y sont les mêmes que si la température ambiante était constamment à 30°C ». (20) Figure 10: Nombre de cycles théoriques dune batterie Li-ion selon lamplitude deFigure 9: modélisation de la vie de la batterie par une modèle prédictif prenant en sa sollicitation. Plage d’état de charge balayée : 20-30% pour les véhiculescompte des observations réelles et des scénarios de cyclage (20) hybrides et 60-80% pour les véhicules tout-électriques. (D’après (20) et (12)). 24
  25. 25. 1.1.4 Ordres de grandeur sur les marchés (véhicule électrique et batteries) Le niveau dincertitude sur la vitesse à laquelle les véhicules électriques pénétreront le marchéautomobile est grand. De plus, une certaine confusion existe dans les termes utilisés pour désigner lesdifférents types de véhicules électriques. Dans ce paragraphe et par la suite, nous adopterons lesappellations suivantes :  Véhicules électriques = {tout-électriques, hybrides rechargeables, hybrides non- rechargeables}  Véhicules électriques rechargeables = {tout-électriques, hybrides rechargeables}  Véhicules hybrides = {hybrides rechargeables, hybrides non- rechargeables } Figure 11: Définitions Daprès le cabinet de conseil JD Power and associates (21) les voitures électriques, quireprésentaient en 2010 2,2% des 44,7 millions de voitures vendues dans le monde, ne représenterontque 7,3% du marché en 2020 ; alors que Carlos Ghosn, PDG de Renault, mise sur un taux de pénétrationde 10% à cette date (22). La Figure 12 reflète cette grande disparité d’estimation. Figure 12: Prévisions du taux d’insertion des véhicules électriques rechargeables en 2020 dans différentes régions (monde, États-Unis, Californie), par différents analystes (23). 25
  26. 26. Quant au nombre total de voitures vendues en 2020, il pourrait être selon les études de 62 millions(24), 71 millions (21), 89 millions (25) ou même 107 millions (26). Par ailleurs, la répartition des segments est également incertaine. A lhorizon 2020, le cabinet JDPower and Associates prévoit un tiers de véhicules tout-électriques et deux-tiers de véhicules hybrides(21) tandis que le cabinet Dundee Capital Markets prévoit 14% de voitures tout-électriques, 29% devoitures hybrides rechargeables et 57% de voitures hybrides (24). Un rapport d’août 2011 du PikeResearch (27) estime quant à lui les ventes cumulées en 2017 à 5,2 millions de véhicules électriquesrechargeables et 8,7 millions de véhicules hybrides non-rechargeables, l’ensemble représentant 3% dumarché automobile mondial de l’année 2017. Aux États-Unis, un rapport du Department of Energy prévoit qu’un million de voitures électriquesrechargeables aura été produit localement dès 2015 (28). Avec la répartition annoncée il apparaît que7,7 GWh de batteries seront sous les capots des véhicules sortis des usines pendant l’année 2015 (29).Notons que les chiffres annoncés dans ce rapport sont ambitieux. Par exemple, le constructeurautomobile Th!nk, qui devait produire 2.000 voitures en 2011, a manqué de disparaître en juin et sonavenir n’est pas encore déterminé (30). En comparaison, en France un plan national pour le développement a été lancé en octobre 2009,avec un objectif de 2 millions de véhicules électriques mis en circulation à l’horizon 2020 (31). Finoctobre, le gouvernement a annoncé la commande groupée de 18.700 véhicules (32), qui apermis d’organiser et de fédérer les besoins des entreprises publiques, de 18 entreprises privées (ADP,Air France, Areva, Bouygues, EDF, ERDF, Eiffage, France Telecom Orange, GDF Suez, Suezenvironnement, GRT Gaz, GrDF, RATP, SAUR, SNCF, SPIE, Vinci et Veolia), des collectivités locales et del’état, afin d’atteindre une masse critique permettant de faire naître une offre de véhicules électriquescompétitive et pérenne. Notons cependant qu’un volet de cette commande a été abandonné car lesprix étaient trop élevés. Au niveau du marché des batteries, de nombreuses usines de production sont actuellement enconstruction pour satisfaire le besoin créé par le développement du véhicule électrique. D’après SamJaffe d’IDC Insights (18), la production mondiale de batteries Li-ion (tous usages confondus) aura étépresque décuplée entre 2010 et 2013 et atteindra à cette date 12,5 GWh dont 27% en provenanced’Amérique du nord, contre 60% d’Asie et 12% d’Europe. Selon Lux Research (33), les véhicules électriques devraient rapidement prendre de l’importance surle marché, en GWh et surtout en dollars à cause du prix élevé des batteries NiMH et Li-ion. Ainsi sur cesegment, les ventes devraient passer de 1,7 GWh en 2011 (710 millions de dollars) à 5,7 GWh en 2016(2,1 milliards de dollars). Toutefois, le cabinet Roland Berger a soulevé en 2010 un problème dû au développementspectaculaire de la production: “les investissements annoncés auront pour conséquence une fortesurcapacité dans la période 2014-2017” et “seulement six à huit producteurs mondiaux de batteriesdevraient subsister d’ici à 2017” (34). Bloomberg New Energy Finance estime en septembre 2011 que35 GWh seront produits en 2013 pour une demande de 18 GWh (35), des chiffres bien plus importantsque ceux d’IDC Insights. De récents articles de presse vont également dans le sens d’unesurproduction(36)(37). 26
  27. 27. 1.1.5 Conclusions sur le parc de batteries disponibles Comme pour tout marché naissant, de nombreux paramètres sont indéterminés dans l’évolution dumarché des véhicules électriques et il est hasardeux de donner des estimations. Cependant, il estpossible d’avancer quelques ordres de grandeur. Il est probable que le marché sera non-négligeable àl’horizon 2020 : dix ans plus tard, plusieurs gigawatt-heures de batteries en fin de vie automobile etencore utilisables seront donc disponibles chaque année aux États-Unis. Si 10 GWh de batteries sontdans les voitures produites en 2020, qu’elles perdent 20% de capacité en 10 ans et que 25% d’entre ellesne sont pas disponibles (non collectées ou non réutilisables), 6 GWh est un chiffre plausible dès 2030. Avec les hypothèses supplémentaires rassemblées dans le tableau ci-dessous, il apparaît que lesvéhicules tout-électriques (15% des packs) représenteraient la moitié des capacités de stockage enénergie tandis que les véhicules hybrides non-rechargeables (60% des packs) en représenteraient 10%.Les caractéristiques en puissance seront différentes selon les packs, ainsi que le rapportpuissance/énergie. Tableau 4: Estimation de la quantité de packs de batteries disponible aux États-Unis en 2030.Les parts de marché des différents véhicules sont celles proposées par (24). La production qui en découle pour l’année 2020est de 540 000 véhicules rechargeables (rappel : le gouvernement américain prévoit que la production passera de 45 600véhicules rechargeables en 2011 à 368 000 en 2015). De plus, rien que pour les batteries Li-ion, technologie dominante, il y aura presque une dizaine decompositions chimiques différentes (cinq principales). Au niveau des cellules, deux géométriesdifférentes co-existeront : cyclindrique et parallélépipédique. Enfin, au sein d’une même catégorie, (ex : batteries LFP de véhicules tout-électriques), l’état de dedégradation pourra être très variable. En effet, il dépendra du mode d’utilisation du véhicule électrique(charge rapide ou lente, fréquence des recharges, etc.) et de l’environnement où il a évolué,notamment des températures auxquelles il a été soumis. 27
  28. 28. 1.2 Le stockage stationnaire Le stockage énergétique stationnaire désigne communément lensemble des moyens permettant destocker de l’énergie à un endroit donné, sous quelque forme que ce soit, pour la récupérer ensuite sousforme délectricité. Il se différencie du stockage énergétique embarqué qui est destiné à être installédans des véhicules. Aux États-Unis, plusieurs acteurs peuvent bénéficier du stockage stationnaire et donc êtresusceptibles de faire la promotion de cette solution ou en être client. D’une part le gouvernementfédéral, qui est responsable de la planification des réseaux de transmission délectricité inter-régionaux.D’autre part les gouvernements locaux, responsables du bon approvisionnement en électricité de leursétats. Enfin, les producteurs et distributeurs délectricité. Après avoir une introduction générale sur le stockage stationnaire, ce paragraphe vise à étudier lesutilisations stationnaires les plus prometteuses pour des batteries de véhicules électriques au Li-ion.1.2.1 Présentation globale1.2.1.1 Qu’est-ce que le stockage stationnaire ? Comme le système électrique présente des caractéristiques qui font que loffre et la demandedoivent être égales à chaque instant, l’insertion de stockage stationnaire agissant comme "réservoirdélectricité" permet une plus grande flexibilité dans la gestion de ce système. Ainsi, les unités de stockage peuvent assurer des fonctions traditionnellement assumées par lesoutils de production (centrales) ou de transmission (réseau) et de plus fournir de nouveaux services. Lesusages d’une unité de stockage stationnaire sont très variés. Citons quelques exemples d’applications: Contribuer à la qualité de fourniture (réduction du temps de coupure) ou à la qualité technique (réglage de la fréquence et de la tension) de lélectricité fournie. Ceci correspond aux applications à temps de réponse rapide, situées sur la gauche de la Figure 13. Restituer de l’énergie préalablement stockée, aux endroits où elle manque aux heures de fortes consommations. Le double bénéfice est alors de réduire lappel à une production chère et polluante généralement utilisée dans ces cas (ex : centrale à charbon) et de décongestionner des câbles très sollicités. Les applications 6, 13 ou 20 de la Figure 13 en sont des exemples. Assurer une solution au problème dintermittence de certaines énergies renouvelables comme léolien, le solaire ou lénergie marémotrice. En France, la commission de régulation de lélectricité a dailleurs lancé à cet effet un appel doffre portant sur la construction de fermes éoliennes avec stockage dans les îles (38). Les applications 10 ou 19 de la Figure 13 en sont des exemples. 28
  29. 29. Figure 13: les vingt-deux usages du stockage stationnaire répertoriés par lentreprise South California Edison (39) Le marché du stockage stationnaire est naissant et son développement est encore incertain. Aujourdhui, lessentiel des services de stockage est assuré par des stations hydrauliques depompage-turbinage : daprès linstitut Fraunhofer et lElectric Power Research Institute, ellesreprésentent 127 GWe soit 99% des capacités de stockage mondiales (40). En effet, cette technologiebien maîtrisée bénéficie des coûts les plus compétitifs tout en offrant de larges capacités de stockage.Néanmoins, comme le souligne le professeur Donald Sadoway du Masschusset Institute of Technology(41), il est aujourdhui très difficile dobtenir des permis de construire et dimplanter de nouveaux sitesde pompage-turbinage et certains emplacements nont pas la configuration géographique nécessairepour le développement de lhydraulique. Ainsi, une opportunité existe pour d’autres technologies voulant se positionner sur un nouveausegment de marché. Les choix sont variés: stockage pneumatique (air comprimé), électrochimique(larges batteries et super condensateurs), mécanique (volants d’inertie), magnétique (bobines supra-conductrices), thermique (sels fondus dans les centrales solaires thermodynamiques à concentration).Chaque solution offre des propriétés particulières en énergie et en puissance (cf. Figure 14). Lesbatteries Li-ion par exemple sont des systèmes pouvant être dimensionnés sur une gamme de puissanceassez large, d’environ 1 kW à 1 MW, et pouvant délivrer cette puissance pendant des périodes d’une oudeux heures au maximum. 29
  30. 30. Figure 14: comparaison des caractéristiques générales en puissance et en énergie des solutions technologiques de stockagestationnaire (40).1.2.1.2 Le stockage stationnaire avec de nouvelles technologies est encore en développement Aux États-Unis, le stockage dénergie est perçu comme un des éléments-clés des réseaux électriques« intelligents » (smart grids) de demain, notamment pour aider à linsertion massive dénergiesrenouvelables, qui sont souvent intermittentes (le pays vise une production annuelle de 152 TWhdorigine renouvelable en 2035). Mark Johnson, directeur de programme à lagence dédiée à la recherche à haut risque en matièredénergie (ARPA-E) a d’ailleurs rappelé lors d’une conférence sur le sujet en juin 2011 (18) que six destrente-sept projets subventionnés concernent le stockage stationnaire, ce qui le place devant tous lesautres secteurs (biocarburants, capture et stockage du carbone, énergies renouvelables...). LeDepartment of Energy a également subventionné une quinzaine de projets de démonstration dans lecadre du plan de relance de l’économie en 2009 (42). Comme pour le stockage embarqué, le but est decréer une industrie et de positionner les États-Unis parmi les leaders mondiaux. D’autre part, 29% des investissements de capital-risque dans les éco-technologies concernentaujourdhui le stockage dénergie (43). Toutefois, le développement du marché se heurte à quelques difficultés pour pénétrer le secteur dela gestion des systèmes d’électricité, venant nuancer cet enthousiasme. Compte-tenu du coût encoreélevé des nouvelles technologies, il n’est pas aisé de convaincre les potentiels clients de les adopterdans le système et de leur expliquer ce à quoi il peut être utile à l’aide d’exemples de projets quimarchent. 30
  31. 31. En effet, l’approvisionnement en électricité fonctionne déjà bien avec les éléments existants, ce quiprouve que le stockage stationnaire n’est pas indispensable: pour se développer, il doit donc proposerdes qualités de service bien meilleures que celles des solutions actuelles ou bien se présenter commeune alternative plus compétitive. Les prix de production des systèmes de stockage étant encore trèsélevés (surtout pour les batteries Li-ion), c’est plutôt sur la qualité de service et de nouvellesfonctionnalités qu’insistent les constructeurs. De surcroît, la diversité du stockage stationnaire peut le desservir si l’utilisateur se trouve confrontéà un trop grand nombre de choix. Car, en plus de la technologie et de l’usage qu’il veut en faire, le clientdevra par exemple choisir un emplacement pour son unité de stockage : au plus proche des centrales ?auprès des transformateurs le long des réseaux de transports ? ou encore au niveau desconsommateurs ? (cf Figure 15). Notons que certains constructeurs proposent des « batteries mobiles »,installées dans un camion qui peut être installé à l’endroit le plus propice selon les besoins. Figure 15: La chaîne du secteur électrique – le stockage pourrait être installé à plusieurs emplacements physiques (39). Le stockage stationnaire sintègre de façon transversale dans une industrie qui, pour des raisonshistoriques, est divisée en quatre piliers (production, transmission, distribution, consommation). Commeles règles de fonctionnement du secteur électrique n’ont pas été pensées en le prenant en compte, celapeut bloquer son accès au marché. Cest pourquoi une "révolution" est à lœuvre actuellement aux État-Unis : de nombreuses concertations ont lieu pour modifier les textes et intégrer le stockage dans lesystème électrique, tant au niveau fédéral (44) quau niveau local (45) (46). Enfin d’après Philip Moeller, commissaire à la Federal Energy Regulatory Commission (47), depuislété 2008 certains éléments jouent en défaveur des énergies renouvelables et a fortiori du stockageénergétique. En premier bien sûr la crise économique, qui a ralenti léconomie mondiale et fait chuterles prix des marchés de gros de lénergie, en particulier ceux du gaz et de lélectricité. Par ailleurs, ladécouverte de gisements de gaz de schistes importants aux États-Unis redessine les perspectives dupays : le prix modéré du gaz semble assuré à moyen terme, voire à long terme. Enfin, le marché ducarbone national qui était prévu nest pas encore mis en place, il nexiste pas dobjectif global dinsertiondes énergies renouvelables et il est peu probable quune loi contraignante sur lénergie soit adoptée.Néanmoins, soulignons que certains états peuvent offrir un éco-système plus favorable, comme laCalifornie par exemple. Malgré les obstacles, de nombreuses entreprises croient au développement commercial prochain dustockage stationnaire (48). De plus, les futurs clients sont en train de se former sur les possibilités qu’iloffre et les différentes technologies disponibles. Ainsi, plusieurs entités américaines ont récemmentpublié des rapports (49) décrivant les différentes applications du stockage et estimant les revenus quilpeut générer. Pour assurer la rentabilité économique, les analystes soulignent qu’une unité destockage stationnaire ne devra pas assurer un seul service mais une combinaison de plusieurs. 31
  32. 32. 1.2.2 Quel stockage stationnaire avec des packs de batteries de véhicules électriques ? Aujourd’hui, les projets de stockage stationnaire utilisant des batteries Li-ion sont essentiellementdes projets de démonstration. Quelques applications sont pertinentes pour cette technologie. Il s’agit d’une part des applications les plus rémunératrices, notamment le réglage de fréquence,car les batteries Li-ion sont une des options de stockage stationnaire les plus onéreuses2 (40). La Figure16 montre une analyse de la rémunération par l’Electric Power Research Institute. Il y apparaît que lesservices de soutien au réseau ou « services systèmes » (grid support ou ancillary services) représententune opportunité financière. Dans les zones de marché dérégulé aux États-Unis, les services de réglagesecondaire de fréquence (regulation) sont par exemple rémunérés autour de 30-45 $/MW par heure,avec des taux horaires variant largement autour de cette moyenne (50)3. Il s’agit de l’application n°3 dela Figure 13.Figure 16: Rémunération et taille du marché pour les applications du stockage. Le service le mieux rémunéré est le réglage defréquence. Toutefois la taille de ce marché est limitée, les acteurs ont donc intérêt à se positionner rapidement (40). D’autre part, comme les batteries Li-ion sont compactes et disponibles à petite échelle, unesolution judicieuse semble de les disposer auprès des utilisateurs (ou end-users). Il s’agit desapplications n°19, 20, 21 et 22 de la Figure 13. Ce second format est à un stade encore plus précoce dedéveloppement et la viabilité économique du stockage distribué reste à démontrer. C’est pourquoi nous présenterons dans ce paragraphe les services de soutien au réseau et enparticulier le réglage de fréquence, puis le concept de stockage distribué. A travers ce choix, l’ambitionn’est pas de dresser un bilan exhaustif des solutions mais d’en donner un aperçu. Par exemple, leréglage en tension aurait pu faire l’objet d’un paragraphe mais n’a pas été retenu4.2 Si l’utilisation de batteries de seconde main disponibles à un prix plus abordable représente une voie parallèle pour rendre latechnologie Li-ion rentable pour les compagnies d’électricité, les producteurs de batteries veulent avant tout vendre leurproduit neuf.3 Un tableau disponible en Annexe II détaille le fonctionnement du marché des services systèmes en Californie.4 C’est une autre de forme de soutien au réseau, qui s’effectue au niveau de la distribution et pour lequel les technologies destockage pourraient être utilisées, tout comme les onduleurs photovoltaïques (145). 32
  33. 33. 1.2.2.1 Le soutien au réseau : principes et opportunités pour les batteries Li-ion Rappels  Pour lélectricité, léquilibre production / consommation doit être assuré à chaque instant, ce qui oblige les gestionnaires du système électrique à sadapter en permanence au niveau de consommation, qui est fluctuant.  Dans le cas dun fonctionnement sans incident, lélectricité est délivrée avec une fréquence quasi- constante (50 Hz en France et 60 Hz aux Etats-Unis par exemple).  Un déséquilibre dans ladéquation offre / demande a une influence sur la fréquence : la fréquence augmente lorsque la production dépasse la consommation, et réciproquement. Le gestionnaire d’un réseau électrique a la responsabilité de garder la fréquence dans un intervalledonné (en Californie entre 59,6 Hz et 60,1 Hz (51)), ce qui n’est pas toujours aisé à cause des contraintesrappelées dans l’encadré ci-dessus. Afin de remplir sa tâche, il réserve des capacités de réglage -le plussouvent sur des groupes de production- qui sont à sa disposition lorsqu’il désire les solliciter. Selonlhorizon de temps auquel la capacité sera disponible, on parle de réglage de fréquence primaire,secondaire ou tertiaire, comme lillustre la Figure 17. En fonctionnement normal, dans un intervalle infra-horaire de quelques dizaines de minutes legestionnaire de réseau parvient à maintenir léquilibre offre / demande et donc à ajuster la fréquencegrâce à deux types de dispositifs (Figure 19): Le réglage secondaire (regulation) par contrôle automatique (Automatic Generation Control) Des instructions sont envoyées à distance par une entité centrale (le gestionnaire de réseau) aux unités de production (toutes les 4 secondes en Californie (52)). Le processus est complètement automatisé. Le réglage tertiaire par ajustements manuels, ou suivi de charge (load following ou ramping). Un plan de production heure par heure est établi un jour à lavance. En "temps réel", le gestionnaire de réseau affine les instructions selon ses prévisions et la consommation observée. En Californie, lopérateur CAISO travaille par intervalle de temps de 5 minutes avec des outils semi-automatisés. Dans cet état, le suivi de charge nest pas un produit de marché mais pourrait le devenir (39). Les besoins de capacité réservés pour ces ajustements augmentent avec lintégration dénergiesrenouvelables et intermittentes dans le mix électrique. En Californie par exemple, le besoin de réglageinstantané à la hausse (besoin de produire plus) est le plus important au printemps, le matin et le soirlorsque la production solaire débute tandis que le besoin de réglage à la baisse (besoin de réduire laproduction) le plus important a lieu en été au milieu de laprès-midi à cause de laugmentation deproduction éolienne. Entre 2006 et 2012, laugmentation des besoins de capacités sur la période estivaleà la hausse et à la baisse serait de +37% et -11% respectivement (53). Plus de détails, comme les ordresde grandeurs de la puissance nécessaire, se trouvent en Annexe III. 33
  34. 34. Figure 17: Horizon de temps des différents types de réglage de fréquence (52) Figure 18: Chute de la fréquence en cas d’incident (d’après (53)) * projet au Chili (54) Tableau 5: Liste non-exhaustive de projets de soutien au réseau par des entreprises de batteries Li-ion américaines (d’après (55)). Notons l’arrivée récente de l’entreprise Ionex sur le marché (56).Figure 19: Exemple de la différence entre la consigne de production et la consommation réelle(d’après (53)) 34
  35. 35. Lorsque le système électrique fait face à un événement imprévu tel que la perte dun groupe deproduction5, la fréquence chute immédiatement de sa valeur de référence (voir Figure 18). Et ce,dautant plus vite que linertie globale du système (comptée en MW/Hz et fournie par exemple parl’inertie mécanique des parties mobiles commes les turbines, l’arbre d’alternateur…), est faible.Plusieurs mécanismes fonctionnent alors:1. Le réglage de fréquence primaire. Le régulateur de vitesse pour les groupes de production réagit à la baisse de fréquence et modifie sa commande afin daugmenter la production. Ceci a pour but de stopper la chute de fréquence, dont la valeur minimale atteinte est appelée nadir.2. Par le biais de réglages de fréquence secondaire, les moyens de production asservis au réglage secondaire accroissent leur production pour ramener la fréquence à sa valeur de référence (dans les dix minutes qui suivent lincident).3. Enfin, grâce au réglage tertiaire des unités de production supplémentaires sont sollicitées, pour compléter l’action du réglage secondaire dans les 10 minutes suivant l’incident et/ou pour reconstituer les marges nécessaires pour faire face aux prochains incidents : pour cela, des centrales produisant déjà mais pas à leur maximum (la capacité restante est dite réserve "tournante" ou spinning reserve) augmentent leur production , des moyens de production sont démarrés… Daprès Southern California Edison (SCE), une unité de stockage fournissant un service de réglage defréquence doit être dimensionnée avec un fort rapport puissance / énergie, car le besoin identifié estune puissance élevée pendant quelques minutes6. De plus, elle doit disposer d’un nombre élevé decycles de charges-décharges peu profonds. En effet des dizaines de cycles courts sont nécessaires, voiredes milliers quand la réponse est de lordre de la seconde. Enfin, pour cette application SCE propose unetaille unitaire de 20 MW et un emplacement proche des centrales de production (39). Ainsi, alors que le stockage dénergie par les batteries Li-ion parvient à maturité, de bonnesraisons incitent les acteurs américains à l’utiliser pour le soutien au réseau: bien que ce soit un marché de niche, le réglage de fréquence est un des usages du stockage les mieux rémunérés (39); comme d’autres technologies de stockage (volants dinertie et batteries au plomb de nouvelle génération), les batteries Li-ion ont un temps de réaction bien plus rapide que celui des moyens conventionnels (turbines de centrale thermique ou hydroélectrique), ce qui permet dapporter un service de meilleure qualité (55); les programmes pilotes en cours, recensés au Tableau 5, sont très satisfaisants. Soulignons enfin que Robert Misback, le dirigeant dAltairnano, pense que le réglage primaire defréquence est un usage sur lequel le stockage peut vraiment faire la différence grâce à une réponse encharge ou décharge très rapide (de lordre de la milliseconde)(18). Ses réflexions ont été alimentées pardeux rapports récents du Lawrence Berkeley National Laboratory : commandités par la Federal EnergyRegulatory Commission, ces études se penchent sur les problèmes techniques pouvant arriver suite à unincident sur le réseau (52) (57), un type d’événement qui pourrait arriver plus souvent avec l’insertiondénergies intermittentes qui diminuent linertie du système électrique tout en augmentant les besoinsde réglage secondaire. Il apparaît que ce sont les quelques secondes suivant lincident qui sontprimordiales pour stopper la chute de fréquence. Dans un scénario catastrophe, si le réglage secondaire5 Autres aléas possibles : perte d’une charge ou d’une ligne d’interconnexion, erreur de prévision de consommation (due parexemple à des températures différentes des normales de référence pour les usages thermosensibles, ou à une nébulositédifférente de celle qui a été prévue pour l’éclairage), erreur de prévision de la production d’énergies renouvelablesintermittentes (148).6 À nuancer dans le cas du réglage de fréquence tertiaire. 35
  36. 36. venait à manquer, le primaire pourrait à certains moments ne pas se reconstituer assez rapidement. Ontrouve alors une idée dans des travaux de thèse en France sur le stockage dans les îles (où le réseau estmoins stable): instaurer un nouveau service de "soutien dynamique" qui conjointement au réglage defréquence primaire, pallierait la réponse trop lente de certains groupes de production (58).1.2.2.2 Le stockage distribué Le stockage distribué vise à intégrer le stockage stationnaire dans la partie décentralisée du systèmeélectrique (réseau de distribution ou lieu de consommation). De taille réduite, il est dimensionné àl’échelle d’un bâtiment ou d’un quartier et pourra constituer une « brique élémentaire » des smart grids(5). Beaucoup d’acteurs s’intéressent aujourd’hui à la gestion de lénergie dans les éco-quartiers;Bouygues et Alstom ont par exemple récemment créé une entité commune offrant des services sur cecréneau nommée EMBIX (59). Les technologies de stockage envisagées pour une utilisation distribuée sont principalement lesbatteries, mais parfois aussi les supercondensateurs, les piles à combustibles ou les systèmes de volantsdinertie (60)(61) . Parmi les batteries, celles au lithium-ion semblent favorites. Lapplication la plus intuitive du stockage individuel concerne les maisons ou les commerceséquipés de panneaux solaires. Panasonic a dailleurs prévu depuis 2009 la commercialisation en 2011dune batterie de maison prévue à cet effet (62). Daprès le Pike Research Institute, les installationsphotovoltaïques résidentielles pourraient représenter 3 GW aux États-Unis en 2020, donc si le stockagepénétrait seulement 10% du marché avec des batteries Li-ion à 345 $/kW il représenterait uneopportunité de 100 millions de dollars (63). Par exemple, d’après Jon Eric Thalman de la compagnie d’électricité Pacific, Gas & Electricity (PG&E)(18), une batterie couplée à une installation photovoltaïque permet de lisser la courbe d’électricité afinque le gestionnaire de réseau dispose d’une production prévisible (cf. Figure 20). Figure 20: exemple de lissage de la production photovoltaïque avec une batterie (d’après(18)). D’autres applications du couplage photovoltaïque / stockage ont été listées par le Sandia NationalLaboratory (Tableau 6). On y voit les interactions fortes avec la mise en place des smart grids et surtoutavec la tarification dynamique de lélectricité. 36
  37. 37. Tableau 6: Applications possibles du stockage couplé à une installation photovoltaïque résidentielle ou commerciale (60) La tarification dynamique, un concept expliqué à la page suivante, apparaît en effet nécessairepour le développement d’un stockage résidentiel possédé par les usagers, afin que ces derniers ytrouvent une incitation financière. Kenneth Munson, président et co-fondateur de lentreprise Sunverge,en est convaincu : « Un système photovoltaïque de 2 kW couplé à 8,8 kWh de batteries au lithium-ioncoûte le même prix quun système photovoltaïque de 4 kW. Cependant, les factures délectricité serontde 20% à 30% inférieures dans les régions qui appliquent un système de tarification dynamique ».Daprès lui, les utilisateurs pourraient de surcroît se faire rémunérer par les compagnies délectricité silslaissaient ces dernières programmer la batterie comme ils lentendent (64). Notons que Sunvergeintègre des batteries au lithium-ion du constructeur français Saft dans son système, qui est endémonstration sur 34 maisons à Sacramento (Californie) (65). Ainsi, le stockage à léchelle du particulier sera certainement développé en complément desystèmes de production individuels, et cest dailleurs lobjectif en Californie avec le programme desubvention Self-Generation Incentive Program qui existe depuis le début des années 2000 (66).Cependant, il semble quil y ait de l’intérêt à profiter de linterconnexion de ces systèmes individuels et àutiliser lexpertise des gestionnaires de réseau délectricité comme le propose Kenneth Munson. Pour lesfournisseurs délectricité, gérer du stockage distribué pourrait par exemple réduire le temps de coupurede lélectricité qui, aux États-Unis, est en constante augmentation depuis 15 ans. Daprès l’Institute ofElectrical and Electronics Engineers (IEEE), il est de 92 minutes dans le Midwest et 214 minutes pour lenord-est du pays lors dune année normale (hors événements extraordinaires) et le coût annuel de cesblack-outs est de 49 milliards de dollars (67). A titre de comparaison, le temps de coupure moyen est de4 minutes au Japon et de 85 minutes en France (68). La société American Electric Power (AEP), quisintéresse depuis longtemps au stockage de plus grande taille connecté au réseau, a développé leconcept de community energy storage où l’unité de stockage serait gérée par le gestionnaire de réseau. 37
  38. 38. Le principe de la tarification dynamique est de différencier le prix d’un bien lélectricité selon lheure de la journée afin de refléter les coûts de production de lélectricité, qui sont plus élevés aux heures de forte consommation. Une forme simplifiée existe en France avec les tarifs horo-saisonniers de lopérateur historique EDF, qui propose un concept dheures "pleines" (HP) et dheures "creuses" (HC). Le système est de plus répandu dans le secteur de la téléphonie mobile. Cependant, la transition vers les tarifs dynamiques semble difficile aux États-Unis, à cause de différences de situation avec la France:  Aux États-Unis, lutilisation de la tarification dynamique est quasi-systématiquement liée à Figure 21: Phénomène de pic de la consommation linstallation de compteurs intelligents. Or, plusieurs globale (en vert) et contribution du secteur distributeurs délectricité rencontrent des problèmes résidentiel (en rouge) pour la Californie (d’après dans le déploiement de ceux-ci (69) car ils sont une étude du Lawrence National Berkeley globalement mal compris et mal acceptés par le public. Laboratory) Les usagers dénoncent notamment latteinte à la vie privée que représente un relevé horaire de leur consommation et limpact négatif des ondes électromagnétiques sur la santé.  Les américains sont habitués à consommer beaucoup et sans contrainte, ce qui nest pas une différence culturelle négligeable. Mike Keesee du fournisseur SMUD pense dailleurs quil faudrait un signal-prix très élevé pour modifier le comportement des américains. Selon lui, seuls des programmes où les fournisseurs dénergie peuvent contrôler certains appareils électriques directement chez les utilisateurs sont en mesure de faire baisser la consommation aux heures de pointes (70).  Daprès le site internet dEDF, le tarif HP/HC est d’autant plus intéressant si les clients sont équipés de chauffage électrique à accumulation, de machine à laver programmable ou de chauffe-eau électriques. Or ceci représente une bien plus large proportion de la population en France quaux États-Unis, où les chauffe-eau et les systèmes de chauffage sont traditionnellement au gaz.  Enfin, en Californie il est délicat de combiner la 7 tarification dynamique avec les tarifs progressifs sans complexifier linformation pour le consommateur. Avec la tarification dynamique, un signal prix incite les consommateurs à réduire leur appel de puissance aux heures de pic. C’est donc une opportunité pour le stockage, qui permettra d’éviter les tarifs en heure de pointe sans changer son mode de consommation. La Figure 22 montre un exemple présenté en conférence par Carl Lenox, Principal Engineer chez SunPower. L’électricité a trois prix Figure 22: Exemple de gestion opérationnelle d’un système (base, pic partiel et pic) et la batterie est gérée en photovoltaïque (PV) + batterie (151) fixant des seuils de consommation à ne pas dépasser lorsque la tarification n’est pas au prix de base.7 Dans cet Etat, à l’inverse du système communément répandu de prix régressifs, le prix unitaire du kWh augmente avec laconsommation (150). Ceci est rendu possible grâce à la dissociation entre les revenus des fournisseurs d’électricité et leurvolume de ventes (decoupling) (149). 38
  39. 39. L’idée du Community Energy Storage (CES), illustrée Figure 23, est dinstaller une batterie partransformateur secondaire (240V|120V), soit une batterie pour un groupe denviron cinq maisons auxÉtats-Unis. Autrement dit, il sagit dunité de stockage denviron 25 kWh, distribuée « à chaque coin derue » (71). Le contrôle de plusieurs batteries est effectué à distance en fonction de nombreusesinformations comme le niveau de charge des batteries, la consommation des résidents ou desdemandes du centre de dispatching (72). Figure 23: Architecture du stockage communautaire envisagé par AEP. D’après www.aeptechcentral.com. AEP travaille actuellement sur un projet de démonstration de smart grids dans lOhio touchant110.000 consommateurs. Le budget de 150 millions de dollars est financé à 50% par le Department ofEnergy (73). Une partie du projet comportera des systèmes de CES occupant à peu près le même volumequun réfrigérateur et contenant chacun une batterie au lithium-ion de 25 kW de la société InternationalBattery. Dici à la fin de lannée, quatre-vingt systèmes seront installés puis testés jusquen 2013. Pourcommencer, AEP prévoit de se concentrer sur le confort des particuliers en leur offrant un servicecontinu même en cas de coupure de courant, avant détudier le report de charge, et pour finir laparticipation au réglage en fréquence et en tension du réseau. Comme le souligne le journal GigaOm,c’est une bonne stratégie de commencer par impliquer et intéresser les ménages au développement dustockage communautaire en leur apportant une amélioration de service, pour éviter les revers queconnaissent les compteurs intelligents (74). Dans le cadre du même fonds de démonstration, Detroit Edison a obtenu 5 millions de dollars pourun autre projet (73) comportant deux niveaux de stockage: d’une part 500 kW / 250 kWh serontassociés à une centrale photovoltaïque de 500 kW et d’autre part des batteries de 25 kW / 50 kWhseront insérées au niveau des transformateurs basse tension, assurant ainsi du CES. A123 fournira lesbatteries, dune durée de vie estimée à 1000 décharges profondes. Elles seront enterrées pour réduirelempreinte au sol. 39
  40. 40. Enfin, notons que certains acteurs proposent des solutions de tailles différentes. Exergonix parexemple, a obtenu un contrat avec Kansas City pour 1 MW (75) et développe aussi des systèmescommunautaires de plus petite taille (25 kWh) (76).1.2.3 Conclusions Alors qu’’il existe un besoin accru lié à lintégration d’importantes quantités dénergies intermittentesincapables de fournir des réserves, il paraît intéressant d’utiliser les batteries Li-ion pour participer ausoutien du réseau grâce leur rapidité de réactivité et à la rémunération attractive de ces services. Comme le soulignent certains analystes, les batteries de véhicules électriques ont undimensionnement puissance/énergie qui convient à cet usage (77) (78). Le cahier des charges duréglage de fréquence (39) dressé par un grand fournisseur d’électricité de Californie (SCE) corresponden effet à ce que peuvent offrir des batteries de voitures hybrides non-rechargeables, voire devoitures hybrides rechargeables. Les batteries de véhicules tout-électriques pourraient aussi fournir duréglage de fréquence, mais il serait alors plus rentable de combiner cet usage avec d’autres pour tirerprofit de leur réserve d’énergie. L’ordre de priorité pour les services rendus serait alors être fixé par descritères économiques. La Figure 24 montre un exemple avec du report de charge des heures de lajournée vers les heures de la nuit. Figure 24: Opportunité de revenus simultanés avec une batterie de 2MW (d’après (18)) Conjuguer différentes applications permet également de s’affranchir d’un problème : la taille dumarché du réglage de fréquence est relativement restreinte et elle le restera même aprèsl’augmentation de la production d’énergies renouvelables. En Californie par exemple, un état quireprésente 12,5% du PIB américain et un peu moins de 12% de la population (79) (80), les besoinsmoyens pour le contrôle automatique de charge du gestionnaire de réseau principal étaient de 732 MWentre 2006 et 2008 (81) soit environ 37.000 packs de batteries de véhicules rechargeables hybridescapables de délivrer une puissance de 20 kW pendant une demi-heure. Alors que la taille des packs de batteries de véhicules électriques permet de les placer auprès desconsommateurs (et incite à le faire), les projets de démonstration avec batteries Li-ion les plusambitieux aujourd’hui dans le réglage de fréquence sont dimensionnés à l’échelle du mégawatt avecdes unités de stockage situées en amont du réseau. AES a par exemple récemment répondu à un appeld’offre de Long Island Power Authority en proposant l’installation de 400 MW de batteries Li-ion, qui 40
  41. 41. éviterait la construction de nouveaux moyens de production sur cette île de l’état de New York (82).Toutefois la fréquence est une grandeur globale du système électrique, ce qui signifie que des batteriesassurant son réglage peuvent être placées à n’importe quel niveau du réseau8. Plusieurs projets destockage distribué envisagent d’ailleurs de faire du soutien au réseau, dont du réglage de fréquence. Le concept de stockage distribué est encore à définir, tant dans les configurations darchitectureque dans les applications attendues ou encore du modèle daffaire associé (qui sera propriétaire de labatterie?). De plus, la rentabilité des systèmes de stockage distribués est encore moins assurée que celledes larges systèmes. On distingue le stockage commercial et résidentiel, qui est à l’échelle d’une maison ou d’uncommerce et piloté localement, du stockage communautaire, qui est à l’échelle d’un groupe debâtiments et piloté à distance par un gestionnaire de réseau. Le Tableau 7 résume les exemples de stockage distribué évoqués précédemment: dans la majoritédes projets, le dimensionnement retenu est d’une demi-heure à trois heures de stockage pour unepuissance d’environ 5 kW par maison. Ainsi, le dimensionnement du stockage distribué tel qu’il estenvisagé actuellement est-il similaire à celui des batteries utilisées dans les véhicules tout-électriques. D’ailleurs, les constructeurs de batteries du stockage distribué et du transport électrique sont lesmêmes. Par exemple, la start-up Seeo (Californie) utilise sa technologie au départ réservée aux véhiculesélectriques pour développer une batterie de 25 kWh dédiée aux applications réseau et plusparticulièrement au stockage communautaire. Ce projet de 12 millions de dollars est sponsorisé à 50%par le DoE (73). Tableau 7: Récapitulatif des projets de stockage résidentiels (en vert) et communautaires (en rouge) avec batteries Li-ion. Enfin, mentionnons en conclusion le concept de vehicule to grid (V2G), évoqué dès 2001 dans despublications aux États-Unis (83), qui envisage d’utiliser les batteries de véhicules électriques pourassurer un soutien au réseau dès leur « première vie », aux moments où les voitures sont en recharge. Dans le cadre d’un partenariat université-industrie, l’University of Delaware, Pepco Holdings, PJMInterconnect et Green Mountain College ont mené une étude (50) dont les résultats peuvent êtrepertinents pour le thème de la seconde vie des batteries. Des expériences réelles sont concluantes maisfont apparaître certaines limites du concept, comme le montre la Figure 25. Dans ce cas particulier, labatterie a été utilisée de nuit pour effectuer du contrôle de charge un jour où les besoins de réglageétaient essentiellement à la baisse (surplus d’énergie sur le réseau). La batterie, s’étant chargéegraduellement, n’est plus en mesure de suivre le signal de réglage à la fin de la nuit.8 Leur emplacement pourra cependant être optimisé en prenant en compte les points de congestion du réseau. 41
  42. 42. Figure 25: Exemple d’utilisation V2G pour du réglage automatique de fréquence. Peu après 3h du matin on constate un différentiel entre la puissance et le signal de régulation car le SOC (state of charge) a atteint sa valeur maximale. D’après une étude britannique de mai 2011 (84) il ne serait rentable d’installer des infrastructuresde V2G que dans certains cas, par exemple si les coûts pouvaient être mutualisés sur plusieurs véhiculescomme dans les flotte d’entreprise. Cependant si le V2G se déployait comme l’espère Nuvve, une spin-off de l’université du Delawarequi vise le marché du réglage de fréquence au Danemark (85), il n’y aurait qu’un pas à franchir vers laréutilisation des batteries en seconde vie. 42
  43. 43. 1.3 Réflexions sur les modèles d’affaire et les acteurs Dans ce paragraphe, on cherche à évaluer la position d’un acteur souhaitant commercialiser desbatteries Li-ion de véhicules électriques pour des usages stationnaires. Les thèmes abordés seront donc les difficultés liées au développement d’un marché d’objet ayantdéjà servis, les intérêts et les positionnements possibles des acteurs économiques, et enfinl’environnement du stockage stationnaire (concurrence interne, produits de substitution, etc.).1.3.1 Réutilisation d’objets ayant déjà servis Aujourdhui, les considérations environnementales et les tensions sur les ressources en matièrespremières conduisent à éviter les déchets finaux et encouragent la réutilisation des objets tels quels ouaprès une "remise à niveau" (remanufacturing) partielle ou complète, pour un autre usage et/ou par unautre utilisateur9.1.3.1.1 Généralités La réutilisation de tout ou partie d’un objet nest possible que si le deuxième utilisateur accorde unecertaine confiance au premier utilisateur. En effet, il ignore le plus souvent la date de fabrication delobjet, la raison pour laquelle il a été écarté et la durée de vie résiduelle quil peut en attendre. De pluslors de la transaction, le client peut s’interroger sur les raisons qui poussent le vendeur à se défaire delobjet. Lintroduction de garanties de la part du vendeur ou de labels délivrés par un tiers "neutre"compensent l’asymétrie dinformation et augmentent la confiance. Dans le cas des particuliers, le système de notation des vendeurs disponible sur le site internet e-bayen est un exemple. Cependant, si cela rassure le client, les effets bénéfiques escomptés ne sont pastoujours évidents. Au Royaume-Uni, une étude de lOffice of Fair Trading (OFT) (86) a montré que lors delachat dun véhicule doccasion, les consommateurs qui passent par un concessionnaire acceptent depayer un supplément pour la tranquillité desprit que cela leur apporte. Bien que leurs attentes varientselon la taille du concessionnaire et la relation quils ont avec lui, les clients pensent que celui-ci vaassurer au minimum le service requis par la loi. Or, létude de l’OFT montre que ce nest souvent pas lecas en pratique. Parmi les personnes interrogées, presque un consommateur sur cinq a eu un problèmeavec sa voiture doccasion, dont la grande majorité assez rapidement après lachat du véhicule (70% desproblèmes sont décelés dans les premiers mois suivant la vente); ce qui laisse supposer que les défautsou les causes du problème étaient présents au moment de la transaction. En ce qui concerne les clients industriels, ils n’ont pas forcément besoin de savoir qu’ils achètent desobjets de seconde main ou constitués d’éléments de seconde main : il suffit que ceux-ci remplissent uncertain cahier des charges avec des garanties de la part du vendeur. Cependant, des études soulignent ladifficulté de mettre au point un processus objectif et automatique permettant de savoir si un produitdoit être réparé pour quil puisse resservir, ou bien désassemblé (87). C’est sans doute pourquoi peud’acteurs se risquent à vendre à des industriels des objets ayant déjà servi auparavant. Un des seuls exemples recensés de remise à niveau en milieu industriel est celui du rechapage despneus, une opération par laquelle les pneus usagés sont inspectés, réparés et subissent un nouveaurevêtement (ou chape) (88)(89). En Amérique du Nord, on compte aujourdhui 850 usines utilisant ceprocédé -qui date du début du 20ème siècle- et le marché des pneus rechapés dépasse trois milliards de9 Intuitivement, il apparaît que remettre en condition un objet usagé par rapport à en produire un neuf permet d’économiserde l’énergie. Cependant un article récent du Massachusetts Institute of Technology (MIT) montre que cette assertion n’est pastoujours vraie, surtout si l’on prend en compte l’énergie consommée pendant les phases d’utilisation de l’objet (153). 43

×