Infobésité et curation du net

4 154 vues

Publié le

Publié dans : Business
2 commentaires
9 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 154
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
414
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
2
J’aime
9
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Infobésité et curation du net

  1. 1. Infobesité« Le trop plein d’informations est tel qu’on a crée un terme pour le désigner :l’infobésité. Et face a cette profusion de données, la difficulté est de s’y retrouver.Comment repérer le bon article, le document vraiment intéressant ? » Les Inrockuptibles 12.10.2011
  2. 2. Infobesité
  3. 3. Infobesité
  4. 4. Au sein de nos sociétés occidentales, avoir Nouveaux enjeuxaccès aux données ne constitue plus l’enjeud’aujourd’hui : le simple fait d’allumer sonordinateur ou smartphone permet à n’importequel internaute, aguerri ou néophyte, debénéficier d’un puits sans fond de données entout genre.En revanche, tout le monde ne dispose pas dela capacité à comprendre, filtrer etréorganiser ces données afin d’utiliser cematériau brut comme base à la constructiond’information et de connaissances (voire desagesse).C’est donc cette capacité qui scelle désormaisle « digital gap » contemporain : ce fossé nesépare non plus ceux qui ont accès à internetde ceux qui en sont privés, mais marginalise, al’heure où la quasi-totalité de la planète estconnectée, ceux qui ne sauront pasavantageusement tirer partie des possibilitésoffertes par ce nouvel outil.
  5. 5. Nétocratie Dans leur livre « Les Nétocrates », les très iconoclastes Alexander Bard et Jan Söderqvist expliquent de manière relativement manichéenne que cette infobésité aura donc pour conséquence l’avènement d’une nouvelle société, alors divisée entre « Nétocrates » (une élite d’un nouveau genre capable de manier ces données et de les conceptualiser) et « Consumtariat » (simples consommateurs d’information). « L’informationnalisme » émergent condamnera donc le capitalisme a une lente agonie : les Nétocrates, de par leurs capacités cognitives supérieures, se saisiront du pouvoir autrefois concentré aux mains d’une élite économique. Seuls à ne pas subir les revers d’une digitalisation de la société et à tirer profit d’une utilisation appropriée de ses ressources, ils prendront légitimement la tête de cette nouvelle société informationniste.
  6. 6. NétocratieIl apparait donc comme légitime de sedemander si, comme le soutient lecontroversé Marc-Edouard Nabe dansson livre « L’homme qui arrêtad’écrire », le nouveau paradigme del’intelligence et de la connaissance nese réduirait pas désormais à la simplecapacité à trouver la bonneinformation au bon moment :“Le savoir à la carte, c’est ce qu’ilfallait à l’homme. Selon ses besoinsdu moment. (…) L’intelligence ce n’estplus de savoir des choses mais desavoir comment les trouverrapidement. Un moteur de recherche,ça vaut un cerveau. »
  7. 7. InfostéthiqueToutefois, de nouvellesactivités ainsi que de nouveauxproduits et services prennentle contre-pied de ce nouvelélitisme, et se proposent dedémocratiser l’accès àl’information pertinente : datajournalisme (cfhttp://data.owni.fr/ ) ouencore infographie(http://www.informationisbeautiful.net/) ambitionnent demettre à la disposition du plusgrand nombre le travail defiltrage de quelques-uns, afinde faciliter la « digestion » partous de ce trop-plein dedonnées.
  8. 8. CurationMais le concept le plus récent appeléà semer sa petite révolution au seinde notre usage du web est celui de« curation du web » (curator enanglais signifiant commissaired’exposition). Le site internet« Darkplanneur », blog de référencedans les domaines de la publicité etdu marketing a fait de cette notion lemeilleur concept marketing de l’année2010 (voir article). “Un “Content Curator” est une personne qui trouve, regroupe, organise et partage continuellement le contenu le plus pertinent relatif a un sujet donné” explique Rohit Bhargava, Professeur de Marketing international a l’université de Georgetown. L’idée, c’est que chaque personne peut alors devenir la « caution » du contenu qu’elle promeut.
  9. 9. Curation Storify : ce site internet donne a chacun la possibilité de devenir « curateur du web » en triant, sélectionnant, organisant et insérant a l’intérieur d’articles des informations collectées sur les réseaux sociaux.Résultat d’un partenariat entre l’université dejournalisme new-yorkaise « Arthur L. CarterJournalism Institute » et le site « Pro-Publica »,Explainer.net a pour but affiché de présenterl’information dans son contexte plutôt que derelayer des données brutes. Le site édite, vérifie etexplique l’information afin de la rendre accessible aun plus large public.
  10. 10. Curation Scoop.it est un outil deAlors que nous assistons a veille permettant à sesl’essoufflement de sites membres de sélectionner,proposant des contenus selon des thèmes choisis,filtrés à l’aide d’algorithmes des articles, photos ettels que Delicious ou Digg, vidéos afin de lesune nouvelle génération de organiser, de lesplateforme de « curation de éditorialiser et de lescontenu » émerge. partager.« Pearltrees » et« curated.by » par exemplefonctionnent a partir d’unesélection volontaire etpersonnelle de contenu,chaque curateur se faisant lepromoteur des élémentssélectionnés et devenantainsi le guide d’internautesnoyés dans un trop-pleind’information.
  11. 11. Les marquesSi la guerre de la data semble avoir laissé dans son sillage son lot de mécontents(communication de marque incontrôlable, dossiers compromettants portés a laconnaissance de tous, hyperinformation qui tend a devenir un vecteurd’indécision…), il est peut-être temps pour les marques de s’en réapproprier lesvertus : en ces temps de profusion, les consommateurs seront d’autant plusenclins à suivre ceux qui leur ouvriront le chemin, en apposant à des sélectionspersonnelles et subjectives une forme de caution.Ainsi est-il possible d’étendre le concept de « content-curator » aux marques,chaque marque pouvant se faire « caution » au sein de son propre secteurd’activité (beauté, nutrition, nouvelles technologies, musique…) en sélectionnantet regroupant des éléments aussi divers que des articles, des exemplesd’innovations, des vidéos etc.Car qu’est-ce que la marque, originellement, si ce n’est une caution, un gage dequalité -ou du moins de constance- aidant le consommateur a se situer dansune société de consommation prolifique ?
  12. 12. Liens utiles Curation : •http://fr.techcrunch.com/2010/11/25 /lere-des-curators-aurait-elle-sonne/ Infosthétique : • http://owni.fr/categorie/data- cultures-numeriques/ • http://www.gapminder.org/ Curation et propriété intellectuelle : • http://owni.fr/2011/04/13/vous- reprendrez-bien-un-peu-de-curation- a-la-sauce-juridique/

×