Amal saber

481 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
481
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
43
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Amal saber

  1. 1. Garrett Morgan, un grand inventeur Jean Paul MBELEK Article publié dans ANKH n°8/9Présent dans toutes les grandes villesdu monde pour régler la circulationroutière voire ferroviaire, le feu rougeest un de ces grands symboles demodernité du vingtième siècle.Précisément, ce que nous appelonscommunément "feu rouge", cest-à-direune signalisation routière automatiqueà trois positions (trois couleurs), a étémis au point en 1923 (brevet US n°1,475,024). Son inventeur, GarrettAugustus Morgan, est un autodidacteAfricain-Américain né en 1875 à Paris
  2. 2. dans le Tennessee aux Etats-UnisdAmérique. Le feu rouge a souventété signalé parmi les grandesinventions du vingtième siècle. GarrettMorgan vécut de ses inventions, enparticulier il céda pour $ 40 000 delépoque à la General ElectricCompany les droits de son brevet surle feu rouge.Garrett Morgan est un inventeur-né,un des plus grands inventeurs dudébut du vingtième siècle. Lhumanitéentière lui doit beaucoup. Dès 1912,mettant sa grande compétence enchimie au service de sespréoccupations humanitaires, il inventele masque à gaz dont le brevet US estdéposé en 1914 (premier grand prix dela seconde exposition internationaledhygiène et de séreté qui a eu lieu en1914 aux U.S.A.) et a contribué àsauver tant de vies pendant la
  3. 3. Première Guerre mondiale où le gaz aété utilisé pour la première fois commeune arme de destruction massive. Parla même occasion, il crée sa propresociété pour lexploitation commercialede ses brevets dinvention.Lefficacité du masque à gaz futconstaté en 1916 lors dune explosiondans un tunnel de la stationhydraulique de Cleveland. Grce aumasque à gaz, Garrett Morgan putsauver une vingtaine de travailleurspiégés à 75 mètres de profondeur sousle lac Erié, ce qui lui valut la médailledor pour héroïsme par la ville deCleveland dans lOhio (ville où il sestinstallé en 1895 et a effectué sapremière invention en 1901).Lutilisation des sciences et de latechnologie pour la protection descorps et des biens : tel semble avoirété le credo de Garrett Morgan,
  4. 4. comme cela apparaît constammentdans ses inventions. Par sa conceptiontechnique demblée complète, le feurouge de Garrett Morgan faitapparaître un triple souci humanitaire,économique et danticipation. En effet,le système est tout à la fois mécanique(utilisation de jour), électrique(utilisation de nuit) et sonore (pour lesnon-voyants) ; il est visible à distanceet de tout point de lintersection quilrégule. Le feu rouge est devenuaujourdhui lun des éléments majeurscontribuant à la régulation descirculations automobile, ferroviaire etfluviale.
  5. 5. Garrett Morgan na pas été le seulinventeur Africain-Américain de sonépoque. Des inventeurs Africains-Américains dont lhistoire officielle aretenu les noms, il y en a eu beaucoupet de très grands mme en pleinepériode desclavage*, comme parexemple Elijah McCoy, Grandville T.Woods,Jan E. Matzeliger qui est linventeurde la première machine pour lafabrication en série des chaussures,
  6. 6. Norbert Rillieux, né à la Nouvelle-Orléans en 1806, dont linvention arévolutionné lindustrie de la fabricationindustrielle du sucre, a été directeur delEcole Centrale, a enseigné à Paris enFrance et publié plusieurs articles surles machines à vapeur, Lewis H.Latimer, inventeur qui a su apporterles améliorations quil fallait à la lampeà incandescence, inventée en 1879par Edison, pour permettre sa
  7. 7. fabrication industrielle et la rendreutilisable à grande échelle dans la viedomestique et urbaine. Compte tenudu peu de promotion fait autour desinventeurs et savants noirs en généraltant daujourdhui que dhier, onpourrait sétonner dapprendre que telleou telle invention emblématique dumonde moderne est redevable à uninventeur africain-américain (on pourrase reporter utilement à louvragecollectif Blacks in Science ancient andmodern, édité par Ivan van Sertima).Cependant, cest un fait historiquecertain que, depuis les premiersdéportés négro-africains auxAmériques dans les conditionsindignes de lhomme civilisé que lonsait, les inventeurs noirs ont contribuépar leurs réalisations à lélévation duniveau de vie des citoyens américainstout autant que la traite négrière (ce
  8. 8. crime contre lhumanité perpétré encontinu tous les jours pendant aumoins quatre siècles) a contribué enprofondeur et durablement àléclatement, la déstructuration etlappauvrissement généralisés dessociétés négro-africaines. Cest ainsiquaprès avoir participé pour une partnon négligeable à la révolutionindustrielle du XIXème siècle, lesinventeurs africains-américains ontcontribué largement à linvention duXXème siècle.* Malgré la barbarie esclavagiste de lasociété américaine davant et aprèslabolition officielle de la traite négrièreen 1864, linvention et la volontédentreprendre étant des facultésnaturelles des tres humains, il y euttoujours des Africains-Américains pourtenter laventure de linvention et delindustrie malgré les difficultés et
  9. 9. ladversité quils pouvaient rencontrer àlépoque. Ceci est tant et si vrai quen1858, un avocat général des ƒtats-Unis, un certain Jeremiah S. Black,fait passer une loi contre le dép™t debrevets par les esclaves vu quunbrevet US était un contrat entre legouvernement des ƒtats-Unis etlinventeur et quun esclave nétant pasconsidéré comme un citoyenaméricain, ce dernier ne pouvait nisigner un contrat avec legouvernement US ni céder soninvention à son maître (cf. Robert C.Hayden, Black Americans in the Fieldof Science and Invention, in Blacksin Science ancient and modern, VanSertima I. (editor), Transaction Books,New Brunswick (U.S.A.) and London(U.K.), p. 216) ; cela donne à penserquun certain nombre dinventionsfaites par des Africains-Américains
  10. 10. étaient souvent reconnues à leurma"tres esclavagistes : cela mériteraitsans doute une étude historiqueapprofondie. En fait cela tombe sous lesens que tout Africain adulte déportéaux Amériques emportaitnécessairement avec lui nonseulement sa force de travail, saculture (musique, religion, etc.) maisaussi la somme de ses expériences etconnaissances, ses compétences, enun mot linvestissement africain dedépart : à ce sujet le cas du père deBenjamin Banneker est très instructif(cf. Expression Nouvelle).Bibliographie :1 - Robert C. Hayden, "BlackAmericans in the Field of Science andInvention", in Blacks in Scienceancient and modern, Van Sertima I.(editor), Transaction Books, NewBrunswick (U.S.A.) and London (U.K.),
  11. 11. p. 222.2 - John H. Clarke, "Lewis Latimer ÐBringer of the light", in Blacks inScience ancient and modern, VanSertima I. (editor), Transaction Books,New Brunswick (U.S.A) and London(U.K.), pp. 229-237.3 - Le génie inventif (traductionfrançaise de Inventive Genius, Time-Life Books B.V., 1991), par lesrédacteurs des Editions Time-Life,Editions Time-Life, Amsterdam, 1991,p. 40.4 - Science illustrée, n°9, septembre1996 (8ème année), p. 61 : encadré surGrandville T. Woods.5 - Lewis Howard Latimer : A BlackInventor, publié par la fondationThomas Alvar Edison, Detroit,Michigan, 1973.
  12. 12. 6 - Yves Antoine, Les inventeurs etsavants noirs, Paris, Montréal,LÕHarmattan, 1998.7 - John H. Clarke, Bibliographicalguide, in Blacks in Science ancient andmodern, Van Sertima I. (editor),Transaction Books, New Brunswick(U.S.A.) and London (U.K.), pp. 295-297.8 - "How Black Inventors changedAmerica", Kevin Cappell, Ebony,February 1997, pp. 40-50; "BlackInventor Garrett Augustus Morgan, lepère du masque à gaz (1877-1963)" ,in BlackMatch, Magazine francophonede la Culture noire, BMI n°14, 2000, p.32 et p. 33.9 - "Benjamin Banneker, unscientifique noir américain au18ème siècle", Expression Nouvelle,n°18, mars 1993, p. 2.
  13. 13. 10 - Claude Lewis, BenjaminBanneker : The Man Who SavedWashington, McGraw-Hill Co., NewYork, NY, 1970. | Revue ANKH | Civilisationsafricaines | Nubie/Egypte | Scienc esexactes | Enseignements | Inform ations | Télécharger | ©2006 Association KHEPERA, BP 11 91192 Gif-sur-Yvette Cedex - France Email: info- ankhonl@ankhonline.com

×