Lettreouverte

238 vues

Publié le

lettre Jeannot Clement UGDA

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
238
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
145
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lettreouverte

  1. 1. CLEMENT JEANNOT B .P. 35 L-3901 Mondercange Lettre ouverte Bergem, le 7 octobre 2015. Mesdames, Messieurs, Chers Membres de l’UGDA, Il ne vous aura pas échappé que notre fédération traverse des moments difficiles. Jusqu’ à maintenant je suis resté discret en tâchant de continuer mon travail au sein du secrétariat de notre organisation et de ne pas envenimer la discussion publique. Vu les reproches et les accusations graves de MM. Karmeyer, Köller, Girsch et Heinen, je me dois cependant de prendre position et de faire entendre un autre son de cloche. Depuis plus de 3 mois, 4 membres du bureau exécutif (Louis Karmeyer, Robert Koeller, Gilbert Girsch et André Heinen) essaient par tous les moyens et contre vents et marées de se débarrasser de moi et de me faire démissionner de ma fonction de secrétaire général. Une campagne de dénigrement sans pareil, pleine d’assertions gratuites et de calomnies a été lancée contre ma personne à travers tout le pays sans pour autant mettre sur table un seul point d’accusation avec pièces à l’appui, tout cela avec le seul but de mieux se positionner dans la prochaine course à la présidence de l’UGDA. Vu que le temps des assertions gratuites dépourvues de tout fondement est maintenant terminé, je vous affirme: Place donc à la vérité et aux documents à l’appui de celle ci. 1. Je n’ai commis la moindre faute et j’ai toujours agi dans l’intérêt de nos 310 associations (voir les annexes « Economies » et « Améliorations ») et ceci conformément aux statuts de notre fédération. Je ne vois aucune raison de devoir présenter ma démission, une démission que Robert Koeller m’avait déjà soumise avec insistance pour signature le 25 juin 2015 à 16.20 hres dans les bureaux de l’UGDA, dont je vous laisse juge d’apprécier la fourberie. 2. Les 9 points du « catalogue » des allégations mensongères ont été contredits point par point avec pièces à l’appui (voir annexe). Certains points se sont même retournés contre les 4 accusateurs, notamment la location d’un copieur en 2010 qui a engendré des pertes de l’ordre de 35.000.- € à la fédération en 5 ans. Dans ce contexte, un logiciel qui n’a jamais été installé, a été facturé à 10.000.- €. 3. Ce qu’on ne peut appeler qu’une chasse à l’homme, qui comprenait entre autres la tentative de révocation du secrétaire général, puis la tentative suspension du secrétaire général, un « catalogue » de reproches farfelus et fantaisistes sans une seule pièce à l’appui, la privation de la confiance, culminait pourtant avec la démission des Karmeyer, Koeller, Girsch et Heinen. « Les membres du Comité central », comme l’écrit Robert Koeller en motivant sa démission, « ne veulent agir en conséquence des demandes du bureau exécutif concernant les allégations exposées à l’encontre du secrétaire général». 4. Les mises en garde du conseiller juridique de l’UGDA, de même que la sommation du président honoraire Henri Schumacher, de respecter à la lettre les statuts de la fédération sont tombées sur de sourdes oreilles et la foire d’empoigne (Schlammschacht) a battu son plein. Le démontage du secrétaire général primait de loin les intérêts de nos 310 associations et de ses 11.500 membres. 5. Il faut savoir que toutes les pièces de correspondance portent sans exception la signature respectivement paraphe du président fédéral à côté de celle du soussigné. Toutes décisions
  2. 2. CLEMENT JEANNOT B .P. 35 L-3901 Mondercange critiquables ont donc été approuvées par le président Karmeyer. Ceci est d’une importance décisive concernant les reproches adressés au secrétaire. 6. De même est-il très difficile de communiquer avec les absents, d’autant plus que j’étais chaque jour présent à la fédération pour m’occuper des nombreux travaux à faire dont vous trouvez deux relevés en annexe : améliorations et économies. Les absents, eux, ont préféré investir leur temps dans le dénigrement de ma personne. 7. Ma présence manifeste auprès de nos associations (60 par an) semble être largement suspecte au quarteron des accusateurs, alors que nous ne réussissons même pas à déléguer un responsable à chaque manifestation de nos associations. 8. Je mentionne également que la tentative de prise en otage du personnel salarié, parce qu’il travaille de manière optimale avec le secrétaire général, est de très mauvais style. Le refus de l’accord salarial et l’élaboration de nouveaux contrats de travail nettement plus défavorables sont à l’ordre du jour. 9. J’appelle à tous ceux et toutes celles qui me mettent au pilori de réfléchir avant d’agir et de se rendre compte que les intérêts de nos associations sont en jeu. L’image de notre fédération a déjà largement soufferte en portant ce différend entre personnes sur la place publique. La responsabilité des 4 accusateurs est largement engagée et ce ne peut qu’être eux qui sont responsables de la situation délétère actuelle, en démissionnant après avoir vainement essayé de me démettre de mes fonctions. 10. L’unique solution viable est la démission des 11 membres du comité central et en parallèle la suppression de la condition de présence d’une année au comité central pour pouvoir briguer un poste au bureau exécutif (article 19A de nos statuts). Ceci permettrait de repartir à zéro avec une nouvelle équipe, de préférence plus jeune, dans un avenir favorable aux intérêts de nos associations. 11. En plus, le bureau exécutif, une institution plus que superflue, serait à remplacer dans le cadre d’une grande révision de nos statuts, par un administrateur à plein temps. Dans ce contexte, je tiens à souligner que le secrétariat fédéral salarié fonctionne à merveille. 12. Afin d’y arriver dans des conditions non tumultueuses et dignes de notre fédération, Je suggère que les associations devraient charger le conseil d’arbitrage de notre fédération de cette mission de révision. Je reste debout et je fais face à mes accusateurs avec détermination et conviction. Je vous remercie de bien vouloir transmettre la présente avec toutes les annexes, à tous vos membres, à toutes vos connaissances. Je reste bien volontiers à la disposition de tout un chacun pour répondre aux questions et pour vous transmettre les pièces dont vous auriez éventuellement besoin. Merci de consulter régulièrement mon site internet www.clementjeannot.lu où les dernières nouvelles sont affichées en permanence. Convaincu que les intérêts de notre fédération vous tiennent à cœur, je vous adresse mes salutations les meilleures.
  3. 3. CLEMENT JEANNOT B .P. 35 L-3901 Mondercange Jeannot Clement secrétaire général de l’UGDA Annexes : a. Améliorations b. Economies c. Catalogue des accusations

×