L'agriculture, le sinistre

719 vues

Publié le

L'agriculture, le sinistre: Notre Programme

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
719
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
58
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'agriculture, le sinistre

  1. 1. www.upr.tnp. 121 Union Populaire Républicaine
  2. 2. L’enjeu Lagriculture tunisienne narrive pas à répondre intégralement à la demande alimentaire de laSi lobjectif majeur de lagriculture est de garantir population. La balance agro-alimentaire enregistrela sécurité alimentaire, il est aussi de contribuer au un déficit structurel, le taux de couverture desdéveloppement régional, à la promotion de importations par les exportations étant de lordrelemploi et à la protection de lenvironnement. de 75%.La croissance démographique conjuguée à une Le secteur agricole est appelé à accélérer son Union Populaire Républicaineaugmentation de la demande par tête, par suite de rythme de croissance pour combler lécart actuellamélioration du niveau de vie, se traduira par une entre offre et demande et suivre lévolution de lapression élevée sur la demande en produits demande.alimentaires : + 26% en céréales, + 43% enviandes, + 48% en lait et dérivés, + 40% en fruits etlégumes, par rapport à la demande de 1991 www.upr.tn p. 122
  3. 3. La réalisation de la sécurité alimentaire respectivement), et la consommation des aliments consistera à assurer au pays une pour bétail importés (maïs, soja) par lenourriture en qualité et quantité suffisante et sans développement et lutilisation des produits deinterruption, par la combinaison optimale entre la substitution (orge, triticale, sous-produits, etc.).production nationale, limportation et En troisième lieu, il sagira daccroître les produitslexportation. Loptimisation se traduira ainsi par destinés à lexportation, tels que lhuile dolive, lesléquilibre durable de la balance agro-alimentaire produits de la mer, les agrumes, les dattes, leset par le développement de lagro-alimentaire primeurs,…Il n’est de choix que de produire en quantitéssuffisantes les denrées de base pour lesquelles la Union Populaire RépublicaineTunisie est compétitive (blé dur, orge, viande Il est capital d’engager lagriculture dans unbovine et ovine et lait). processus de valorisation de ses productions par le développement des industries agroalimentaires etEn second lieu, il faudra réduire les déficits en blé la réalisation de chaînes de distributiontendre et en sucre (actuellement, ces déficits performantes.sélèvent à 75% et 88% de la consommation www.upr.tn p. 123
  4. 4. Potentiel et limitesLagriculture sest dabord enrichie de plusieursacquis : linfrastructure hydraulique, laconservation des sols, la formation de cadresspécialisés, la recherche agronomique ainsi que la Trois principaux facteurs déterminent lavenir et lapromulgation dun arsenal législatif et durabilité de lactivité agricole : leau, le sol avec Union Populaire Républicainerèglementaire qui a permis d’introduire des en corollaire le couvert végétal naturel, et lesréformes et créer des incitations au ressources halieutiques.développement.Cependant lagriculture ne parvient toujours pas àcouvrir son déficit en raison de l’accroissement dela demande mais aussi de la mauvaise utilisationde ses potentialités. www.upr.tn p. 124
  5. 5. Devant le constat d’une demande en eau aussiElle occupe un rôle central dans lagriculture timide même durant les périodes sèches, et lestunisienne, les terres étant arides et la sécheresse contraintes énumérées dans l’emploi des facteursla mobilisation des ressources hydrauliques, et de production, cette insuffisance prouverait quesurtout la rationalisation de leur utilisation se situe l’effort d’aménagement hydro-agricole ne s’esttout naturellement au cœur du développement pas fait accompagné non plus de services d’appuiagricole. Depuis lindépendance, les efforts qui favorisent cette demande, qu’il s’agisse deconsentis et les moyens financiers alloués (40% de recherche, de vulgarisation ou de structuration delinvestissement agricole) ont permis de mobiliser la profession. Union Populaire Républicaineplus de 60% du potentiel en eau mobilisable. www.upr.tn p. 125
  6. 6. La notion d’Economie d’Eau  D’adopter certaines cultures économes d’eau à l’instar de l’application d’assolements àL’UPR propose : fortes composantes hivernales sur les PPI qui sont économes d’eau et protègent mieux la fertilité du sol ; l’introduction de fourrage  De lutter contre les pertes, gaspillages et résistant à la sécheresse comme le sorgho; sous-utilisation de l’eau, estimée à 35% du certains types de labour, le semis direct, volume global de la ressource. l’introduction d’élevages…. L’UPR propose d’instituer : Union Populaire Républicaine  Déconomiser leau par la modernisation des  Une pré-irrigation avant semis pour la conduites dadduction et réseaux, mise en réserve d’eau dans le sol pour notamment en subventionnant lirrigation garantir la levée ; par « le goutte à goutte » à hauteur de 40 à 60 % du prix du matériel. www.upr.tn p. 126
  7. 7.  L’irrigation préventive pour  L’irrigation curative en cas de sécheresse l’amélioration des réserves d’eau dans le grâce à la création d’une structure qui sol ; pourraient intervenir en «pompiers» avec les équipements de secours appropriés pour irriguer le plus de surfaces en Partant de l’ancienne pratique du labour déperdition avec les eaux réservées à la de 18 mois visant de reporter la «sécurité minimale en eau d’irrigation» pluviométrie d’une campagne sur la dans les lacs collinaires, barrages… campagne suivante en conservant cette  L’apport d’eau stabilisateur du revenu par Union Populaire Républicaine eau dans le sol, on peut penser à apporter la garantie d’une disponibilité minimale par des irrigations «préventives» des d’eau d’irrigation pour faire face, dans une quantités d’eau (souvent inutilisées) dans ferme, peut conduire l’exploitant à le sol pouvant alimenter la culture de adopter un système de production où l’automne suivant ; l’eau est utilisée, conjoncturellement ou saisonnièrement sur, au moins, une fraction de l’exploitation pour stabiliser sa production et son revenu, du fait que www.upr.tn p. 127
  8. 8. cette fraction de l’exploitation aura une  La recherche d’équipements nouveaux production garantie. Cette eau, moins chers et la compression des coûts pouvant provenir d’un périmètre irrigué des équipements d’irrigation ; proche, d’un lac collinaire se trouvant à  Les itinéraires techniques et les variétés faible distance, ou d’un simple puits adaptés à une valorisation de l’eau par de creusé sur la ferme…. son grand intérêt hauts rendements pour les cultures c’est l’assurance qu’elle apporte à stratégiques comme les céréales, les l’exploitant d’un Revenu Minimum fourrages ou les légumineuses… dont Garanti. l’importation grève le budget et pour L’installation de périmètres irrigués lesquelles la mise en place d’une sécurité Union Populaire Républicaine dans des zones où l’utilisateur est motivé alimentaire minimale est pressante ; par l’irrigation dès la fin de  L’irrigation d’appoint pour des cultures l’aménagement au lieu de les choisir dans autres que les céréales ; des zones où l’utilisateur est hypothétique  Les travaux sur le sol et la vie biologique et qu’il faut bien le courtiser pour le dans le sol comme ceux dont on a parlé convaincre du «cadeau» qui lui est fait ; plus haut. De même des recherches et études pluridisciplinaires auraient pu www.upr.tn p. 128
  9. 9. mieux préparer le terrain à l’extension L’enseignement agricole, pour former de l’irrigation ; l’ingénieur et le technicien qui doivent exploiter la Le développement des techniques visant à terre, planifier son exploitation, penser et créer le économiser leau et ladoption dune développement, mettre les bases d’une approche tarification qui incitera les agriculteurs à intégrée se basant sur les orientations suivantes: irriguer la totalité des superficies  Impliquer progressivement les exploitants équipées, pénalisant à la fois les agricoles dans la prise en charge des travaux gaspillages, sont les principales actions à de conservation des eaux et des sols et engager. introduire les actions antiérosives dans leurs techniques culturales. Union Populaire Républicaine  Instituer une législation adéquate, notamment par la promulgation du code de conservation des sols et lactualisation de la loi sur la protection des terres agricoles ;  La forestation et la lutte contre la désertification ; www.upr.tn p. 129
  10. 10.  La mise en œuvre de ce volet est et les vents violents, sont les principaux facteurs réalisée à partir des enseignements du du parcours dérosion. diagnostic de la situation socio-économique Actuellement, sur cinq millions dhectares des forêts. labourables, au moins un million dhectares gravement menacés exigent une intervention urgente. L’inadaptation de l’équipement mécanique ou son Union Populaire RépublicaineLes sols agricoles inextensibles en superficie sont, absence joue également un rôle dans l’avancée dede leur côté, menacés par lérosion très active sous l’érosion.notre climat, ce qui entraîne la réduction a) La conservation des sols :irréversible de la fertilité. Les pertes de fertilitédes sols sont estimées à près de 10 000 ha par an. Les principaux objectifs poursuivis par les actions Le défrichement de la végétation naturelle, la de conservation des eaux et des sols sont lemise en culture de terres de processus sensibles à maintien et lamélioration de la fertilité des sols,lérosion, le surpâturage, les inondations cycliques lamélioration du taux de mobilisation des www.upr.tn p. 130
  11. 11. ressources en eau, notamment celles La chute des rendements suite à l’épuisement des difficilement mobilisables par des réserves organo-minérales des sols, véritableouvrages classiques, et la protection des érosion chimique engendrée par le choixinfrastructures (barrages, routes, inconscient de ces systèmes et l’intensification desagglomérations…). opérations culturales. Union Populaire Républicaine www.upr.tn p. 131
  12. 12. L’absence de restitution de matière fourrages, véritables mines d’or pour organique et d’actions menées contre l’amélioration des sols. Les résultats obtenus parce phénomène forme un inconvénient majeur divers chercheurs, sont devenus accessibles etpour l’amélioration des rendements, la résistance permettent d’espérer une amélioration de leurà la sécheresse très fréquente sous nos climats et rentabilité que ce soit en matière de variétés depour l’obtention des hauts rendements possibles légumineuses, ou pour l’inoculation de rhizobiumen irrigué. fixateurs d’azote ou inhibiteurs de fusarioses surtout qu’on dispose aujourd’hui d’une rhizothèque de plus de 400 espèces. De plus, d’autres améliorations de ces cultures Union Populaire RépublicaineL’UPR propose : viendront, entre autres, épauler cette approche sur l’effet des mycorhizes sur lalimentation• L’adoption d’assolements enrichissants pour hydrique, la croissance, la résistance à lale sol qui reste faible. Ces assolements peuvent, sécheresse ou l’absorption d’éléments minérauxpourtant, limiter notre dépendance de tels que le (P), le (Zn) et le (Cu)…, par cesl’importation de plusieurs denrées alimentaires légumineuses.comme le tourteau de soja, notamment parl’intégration de sols de légumineuses et de www.upr.tn p. 132
  13. 13. • Par ailleurs, le travail du sol fait L’UPR propose : beaucoup appel à la mécanisation, orsouvent ces travaux sont souvent mal faits pourdes raisons : • La création d’unité de coopérative de  D’inadaptation de l’équipement utilisé, services agricoles.  De sa mauvaise utilisation  De l’absence même de matériel Pour le travail du sol, le semis, la fertilisation, et les traitements des désherbages et fongiques. La (Voir plus loin coopérative de services). création de ces coopératives, permettant l’acquisition par un ensemble d’exploitants d’un Union Populaire Républicaineb) Lamélioration de la productivité du pool de machines moyennant un payementsecteur : échelonné à taux d’intérêt quasiment nul, outre l’amélioration de la rentabilité pallieraient lesElle passe par la maîtrise des techniques et de la aléas du facteur temporel en plus des emploistechnologie, instruments nécessaires à qu’elles pourraient générer.laccroissement de la production et sa valorisation. www.upr.tn p. 133
  14. 14. • Changements d’affectation des terres L’UPR propose :En effet, l’affectation actuelle des terres, en  Les plantations à buts multiples (plantationparticulier dans les régions arides et semi-arides, d’oliviers, plantations fruitières composéescontribue à fragiliser les sols et, par conséquent, à notamment d’espèces rustiques et d’arbres semi-accélérer la perte de carbone par les sols et par la forestiers :biomasse. Dans cet esprit, la conversion des terresmarginales emblavées en céréales, en d’autresspéculations à même d’assurer une couverture  Union Populaire Républicainepermanente des sols, offrirait des solutions intéressantes aux problèmes de dégradation des  La plantation de l’olivier constitue unterres et de lutte contre différentes formes exemple quasi parfait de reconversion des terresd’érosion, tout en présentant d’importants marginales, et constitue une alternative trèsavantages économiques et environnementaux. avantageuses sur tous les plans, en particulier surDans l’ensemble, on peut citer principalement les pentes fortes, les terrains encroûtés et ce, surdeux options offrant un potentiel intéressant : une large gamme de sols. www.upr.tn p. 134
  15. 15.  Les espèces fruitières rustiques tunisiennes  L’aménagement des prairies permanentesoffrent également un potentiel considérable à tous et/ou temporaires : les prairies sont à aménagerles points de vue, et peuvent être développées, d’une manière permanente (10-15 ans) et/ouchacune selon ses exigences climatiques, sur les temporaire (2 ans) sur les terres marginales et lesterres marginales, en particulier sur les terrains en sols marneux dans les régions humides etpente et dans les zones montagneuses de la subhumides qui sont actuellement cultivées enDorsale. céréales. Union Populaire Républicaine En ce qui concerne les arbres semi-forestiers,ils offrent des potentiels intéressants dedéveloppement et de protection des terres, enparticulier dans les zones montagneuses etforestières du Nord-Ouest. www.upr.tn p. 135
  16. 16. financiers requis navaient pas été alloués, lesForêt méthodes de gestion inadaptées et la législation ne convenaient pas aux impératifs deLa forêt est aussi un développement des zones forestières où vit plusélément majeur de 10 % de la population et jusquà 30% dansdéquilibre et de certains gouvernorats.protection de laressource en sol. EnTunisie, la forêt est très L’UPR fonde autour de la forêt un plan depeu étendue (les développement régional vecteur d’emplois Union Populaire Républicainesuperficies forestières immédiats relayés par des projets à moyen terme.couvrent à peine 7% duterritoire en excluant ledésert et les sebkhats)et est soumise à unepression sociale élevée.Jusquà un passérécent, les moyens www.upr.tn p. 136
  17. 17. des barrages, la production du bois d’œuvre et le stockage du carbone.L’UPR propose quatre principales options :  Les plantations pastorales et l’amélioration des parcours constituent également des  Les reboisements forestiers : il s’agit de options d’atténuation assez intéressantes. Union Populaire Républicaine reboisement des zones forestières dégradées Cette action consisterait en l’aménagement au moyen de la plantation d’essences des terrains de culture dégradés qui sont appropriées selon le milieu. A terme, ces cultivés épisodiquement en céréales au reboisements auront à répondre à quatre Centre-Sud ou d’une manière continue au principaux objectifs à savoir : la Nord. Cet aménagement toucherait reconstitution des peuplements naturels également les terrains de parcours, en vue dégradés, la protection des bassins versants de restaurer leur potentiel productif et d’accroître la production de biomasse www.upr.tn p. 137
  18. 18. fourragère pour le cheptel d’élevage. Par ailleurs, il pourrait être envisagé de  L’amélioration et l’aménagement des planter des arbustes et des arbres fourragers parcours devront suivre une voie similaire. En dans les zones steppiques et les zones semi- effet, la plupart des parcours collectifs étant sous arides en général. la responsabilité de l’administration forestière, ils seront aménagés dans le cadre des mêmes protocoles et actions mentionnés ci-dessus pour Les aménagements forestiers : Il s’agira de le domaine forestier.combiner un certain nombre d’actions, demanière à restaurer le potentiel productif, dans • Valorisation des produits de terroir : Union Populaire Républicaineun premier temps, et à assurer une valorisationoptimale et durable des ressources, dans un  Un potentiel jusqu’ici faiblement valorisédeuxième temps. Ces actions doivent être mises En tant que pays méditerranéen à très longueen place, selon des modalités participatives et tradition agricole et d’élevage, la Tunisie aintégrées, de façon à renforcer la contribution toujours eu des produits végétaux et animaux àdes ressources forestières, ainsi aménagées, au spécificités liées à la nature et à l’intervention dedéveloppement socio-économique des l’homme, c’est-à-dire au terroir, au sens large dupopulations forestières. terme. Dans beaucoup de cas, ces spécificités sont www.upr.tn p. 138
  19. 19. connues et reconnues et ont acquis une certaine valeur marchande au niveau Ainsi, 80% du volume d’huile d’olive est exporté enlocal, régional voire national. vrac sur l’Union Européenne en vertu des accords existants et dont les révisions successives sont marquées par les positions de l’Italie et deCertains produits ont acquis une notoriété l’Espagne, principaux clients et concurrents de lainternationale à travers l’exportation dont ils Tunisie et « price makers » en matière d’huilereprésentent régulièrement une part importante, d’olive. Depuis 1994, l’intervention desnotamment l’huile d’olive, les dattes Deglet exportateurs privés diversifie les marques etEnnour, l’orange maltaise de Tunisie, plusieurs vins élargit le marché à l’international. Union Populaire Républicaineet spiritueux. Mais, en dehors de ces derniers quibénéficient depuis des décennies d’appellationsd’Origine Contrôlée, AOC, et de la maltaise qui Quant aux dattes, malgré un effort decible un segment du marché français constitué diversification des destinations, elles sontessentiellement d’anciens résidents en Tunisie exportées en vente ferme, notamment sur la(pieds noirs et juifs), les autres produits valorisent France, devenue de ce fait, un des plus grandspeu ou pas du tout leurs spécificités. exportateurs de dattes. www.upr.tn p. 139
  20. 20. pression sur les autres ressources et d’appuyer le processus du développement durable.  Mise en place de filières qualité de produits agricolesLes exigences des actions de valorisation desproduits de terroir ont amené la Tunisie à mettreen œuvre un vaste projet de valorisation des a) Structure et caractéristiques :produits agricoles et agro-alimentaires par la Union Populaire Républicainereconnaissance officielle de leurs signes La Tunisie occupe une place centrale dans laspécifiques de qualité en vue de renforcer leur Méditerranée. Son littoral dépasse les 1 300 km decompétitivité et accroître leur demande locale et à long. Son plateau continental est parsemé dîles etl’international. Les revenus supplémentaires qui îlots. En effet on rencontre du nord au sud de laseraient ainsi générés permettront d’améliorer le Tunisie les îles et îlots suivants : la Galite, leniveau et les conditions de vie des populations Galiton, Zembra, Zembreta, Kuriat, Kerkennah etrurales concernées et d’alléger, un tant soit peu, la Djerba. www.upr.tn p. 140
  21. 21. La superficie du plateau continental est denviron 80 000 km². Le plateaucontinental est assez étendu dans la région Sud auniveau du golfe de Gabès où des profondeurs de100 mètres se situent à plus dune centaine de kmau large des côtes. • Utilisation des captures La mise en conserve du thon et de la sardineEn plus de cette longue côte, la Tunisie est comprend 20 unités en activité. La capacitécaractérisée par un ensemble de lagunes au maximale des établissements est de 140 tonnes Union Populaire Républicainenombre de sept, couvrant une superficie totale de par jour pour la sardine et de 160 tonnes par jour105 200 ha. Du nord au sud, on rencontre le lac de pour le thon. La contrainte principale queBizerte (15 000 ha), lac Ichkel (10 000 ha), la rencontre cette industrie est l’irrégularité delagune de Ghar el Melh (3 135 ha), le lac de Tunis l’approvisionnement en matière première.(3 900 ha), le lac de Kheniss (150 ha), la lagune de La population maritime totale reliée directementBou-Ghrara (50 000 ha) et la lagune de Bibans (23 ou indirectement au secteur de la pêche a été000 ha). estimée à 100 000 dont environ 53 538 pêcheurs. www.upr.tn p. 141
  22. 22. La répartition géographique de cette population permet de constater que63% de l’effectif total de ces marins pêcheurs sontimplantés dans la zone Sud du pays alors que les Cette réglementation se rapporte:zones Est et Nord ne comptent respectivementque 19% et 18% de l’effectif total.  Aux modalités d’octroi d’autorisations de pêche;• Règlement de la pêche  A la distribution rationnelle de l’effort de pêche;La législation régissant le secteur de la pêche se  Aux tailles minimales autorisées dansbase sur le développement de la pêche, en Union Populaire Républicaine l’exploitation de certaines espèces, ainsi queassurant une production annuelle maximale l’interdiction de pêche de phoques, desoutenue parmi les principales espèces benthiques cétacés, de tortues et de collecte des œufset en maintenant l’effort de pêche à son optimum, de tortue;tout en préservant les acquis de la pêche côtière.  Aux caractéristiques des engins de pêche etPlusieurs Arrêtés, relatifs à l’exercice de la pêche leurs zones d’application;en Tunisie, sont apparus en 1973, 1977, 1983,  Aux zones de pêche interdites ;1991, 1992 et 1995, celui de 1995 à été modifié  Aux dispositions particulières de pêche separ d’autres arrêtés en 1997-2000 et 2001. rapportant à certaines espèces telles que la www.upr.tn p. 142
  23. 23. crevette, le poulpe, la pêche de Les apports enregistrés de la flottille de pêche plaisance ainsi qu’aux pêcheries fixes. côtière, des sardiniers et des chalutiers ont été respectivement de (28%), (38%) et (29%) de la• La production du secteur de la pêche a production globale de la pêche. Les céphalopodesenregistré 92 500 tonnes en 2003, pour une et les crustacés (crevettes) sont destinés en grande partie à l’exportation et constituent des espècesvaleur de 305,8 millions de dinars. recherchées pour un grand nombre de pêcheurs.Répartition par type de pêche: la production en • Exportationspoisson d’origine marine et lagunaire, enregistréeest de 90 340 tonnes alors qu’elle a atteint les 100 Les exportations tunisiennes en produits de la Union Populaire Républicaine000 tonnes en 1988. Ainsi il a été constaté que la pêche ont atteint 14660 tonnes en 2003 soitproduction globale a enregistré au cours des environ 15% de la production globale, pour unedernières années une tendance à la baisse du fait valeur de 105 millions de dollars; se plaçant ainsi àque les pêcheurs continuent à utiliser les mêmes la seconde place des exportations des produitsméthodes de pêche et à exploiter les zones agricoles et agro-alimentaires après l’huile d’olive.traditionnelles le plus souvent côtières. Cette Environ 90% des exportations sont orientées versbaisse serait aussi due à une surexploitation de les marchés de l’Union Européenne. Les deuxcertaines espèces. principaux produits exportés sur ce marché sont www.upr.tn p. 143
  24. 24. les céphalopodes (poulpes et seiches) quantités globales ont atteint environ 28 200 et les crustacés (crevettes), qui tonnes, pour une valeur de 36,2 millions dereprésentaient en 2003 respectivement 50% et dollars.25% des quantités exportées.• ImportationsLes importations en produits de la pêche sontconstituées principalement par les poissons frais etcongelés. Par ailleurs, certaines espèces depoisson importées sont utilisées pour la mise en Union Populaire Républicaineboite et écoulées sur le marché national. Les www.upr.tn p. 144
  25. 25. Leffort dans le domaine de la pêche estcaractérisé par un triple déséquilibre :  La surexploitation despèces à haute valeur commerciale.  La sous-exploitation des ressources pélagiques (poisson bleu) ;  La faiblesse de lexploitation dans la zone septentrionale où prédominent des conditions météorologiques plus difficiles.  Union Populaire Républicaine La stratégie de développement du secteur de la pêche s’articulera au autour des axes suivants :  La rationalisation de la gestion des ressources halieutiques et la réalisation des équilibres au niveau de l’effort de pêche entre les régions et les espèces. www.upr.tn p. 145
  26. 26.  La consolidation des travaux de promotion des techniques d’aquaculture dans les recherche scientifique appliquée. eaux intérieures compte tenu de la concurrence  La promotion de l’aquaculture. très vive qui s’installe sur le marché international,  La consolidation de la compétitivité des dans le but de mettre au point un programme produits de la pêche. permettant de développer la production et de contribuer à la promotion des exportations ainsiSur cette base, les efforts seront orientés qu’à la couverture des besoins de la populationessentiellement vers les régions sous-exploitées à locale.l’instar de la région du Nord et des hautes mers,vers l’amélioration du taux d’exploitation des  La consolidation de la compétitivité duespèces par l’intermédiaire d’une flottille secteur: Union Populaire Républicainespécialisée disposant de techniques modernes etpermettant la manipulation et le traitement des Dans ce cadre, le programme de mise à niveau decaptures à bord. l’infrastructure portuaire, et les efforts seront consolidés pour préserver les acquis déjà réalisés,  Le développement de l’aquaculture : en plus du développement du partenariat avec l’étranger en vue d’améliorer le taux d’exploitationEn matière d’aquaculture, il sera procédé à une de certaines ressources et/ou régionsreconsidération de cette activité particulièrementau niveau de l’identification des suites et de la www.upr.tn p. 146
  27. 27. insuffisamment exploitées et de dynamiser davantage la transformationdu poisson. Problématique socialeDans le domaine de la pêche, la recherchehalieutique sattellera, compte tenu de la naturedes problèmes rencontrés à : Plusieurs contraintes sociales freinent le  Affiner lévaluation des stocks et identifier de développement agricole. Les plus importantes nouvelles ressources halieutiques. sont :  Développer les connaissances des milieux Union Populaire Républicaine marins, par des études biologiques et une surveillance accrue de la pollution, renforcer 1) Le vieillissement et le niveau d’instruction faible son programme en matière de valorisation ou inadapté des exploitants (moyenne dâge 56 des produits de la mer et surtout de ans contre 50 ans en 1980 et 83 % ont un niveau préservation de leur qualité. d’enseignement primaire contre 14 % détenteurs d’un diplôme du secondaire voire professionnel) ; www.upr.tn p. 147
  28. 28. 2) La précarité de lemploi offert par Lagriculture extensive est un système de lagriculture : l’emploi agricole qui est production agricole qui ne maximise pas lacensé s’améliorer par l’extension de l’irrigué a productivité à court terme du sol en faisant appelconnu une baisse de la main d’œuvre familiale de à des intrants chimiques, à larrosage ou au50 000 emplois pour une augmentation d’environ drainage, mais plutôt aux ressources100 000 salariés (60% des salariés et aides naturellement présentes sur place. Pratiquéefamiliales sont temporaires). généralement sur de vastes étendues, elle se caractérise par des rendements à lhectare relativement faibles et par un plus grand nombre demploi par quantité produite, mais avec des Union Populaire Républicaine revenus parfois très bas, dans les pays pauvres.3) La situation foncière inadaptée aux impératifs Cest une agriculture qui permet souvent unede modernisation certification "Agriculture biologique" quand elle est accompagnée de la non utilisation dintrants chimiques.b) Absentéisme des exploitants en liaison avec lapratique de lagriculture extensive. www.upr.tn p. 148
  29. 29. 2) Au niveau externe La problématique économique Les profonds changements de lenvironnementElle se situe à deux niveaux : interne et externe. international, en particulier la création à plus ou moins long terme du Marché Commun Maghrébin,1) Au niveau interne : la concrétisation de lEurope et les enjeux des négociations du GATT pèsent de tout leur poidsRemarquons que lun des piliers du sur lagriculture tunisienne.développement agricole, le crédit agricole est Union Populaire Républicainedéfaillant : lagriculture tunisienne, en voie dedéveloppement, requiert des moyens financiers etun effort dinvestissement importants. En effet, lexportation des produits agro- alimentaires (huile dolive, agrumes, vins, dattes, poissons) est vitale pour notre agriculture et près des trois-quarts sont destinés au marché européen. En outre, la Tunisie ayant choisi de www.upr.tn p. 149
  30. 30. sintégrer progressivement dans – Daméliorer le cadre institutionnel pour garantir léconomie mondiale, elle est membre une utilisation optimale des ressources humainesà part entière du GATT, son agriculture doit et financières à travers une plus grande clarté danssadapter aux contingences de léconomie agricole les rôles respectifs de lEtat et des privés.mondiale, notamment concernant les prix, et Parmi les actions réalisées dans ce sens, notons latoute la filière agro-alimentaire doit moderniser réforme du secteur céréalier : prix, collecte,ses systèmes et ses normes de production. stockage, transport. – Dinstaurer une politique des prix et des A. Programme dajustement subventions cohérente avec les orientations de Union Populaire Républicaine libéralisation de léconomie (vérité des prix, élimination de certaines subventions), permettantDepuis 1986, un programme dajustement du de privilégier les forces du marché mais aussisecteur agricole est en cours dexécution. Le assurant aux producteurs des prix incitatifs pourprocessus réformateur a été poursuivi dans le but les produits de base.: – Daméliorer lefficacité des dépenses publiques en privilégiant celles qui génèrent des projets ou www.upr.tn p. 150
  31. 31. des actions privés et en adoptant des toutes ses potentialités et de la relayer par un démarches par stratégies sectorielles ; secteur agro-alimentaire performant.– De rationaliser lutilisation des ressources Elle comporte cinq axes principaux :naturelles : terre, eau, forêt, ressourceshalieutiques ; – La mobilisation, la sauvegarde et lutilisation– Daméliorer les services dappui (recherche, rationnelle des ressources hydrauliques : envulgarisation, activités de services, …). matière de mobilisation des ressources en eau, lobjectif est de mettre à la disposition du pays, la Union Populaire Républicaine presque totalité des ressources identifiées et B. Stratégie globale de mobilisables, de manière à satisfaire les besoins développement agricole croissants en eau potable pour les industries et développer lirrigation. – Un autre objectif non négligeable consiste en laParallèlement, la politique agricole et alimentaire régularisation interannuelle des ressources en eause propose dengager lagriculture dans une voie et la limitation des effets négatifs de la sécheresse.de modernisation, de lamener à tirer parti de www.upr.tn p. 151
  32. 32. L’UPR propose:Lamélioration de lenvironnementgénéral de lactivité agricole  Accélérer la mise à jour des titres de propriété gelés et déliminer les causes qui ont amené à la situation actuelle ;  De limiter le morcellement et le parcellement à des niveaux planchersLactivité agricole ne pourrait se développer que Union Populaire Républicaine permettant de garantir des conditionspar lavènement dune agriculture dentreprise, économiques de production et la viabilitérentable et soutenue par des réformes du foncier, des exploitations ;du crédit, de la fiscalité agricole et une politique  De développer la mise en valeur des terresdes prix, dans un cadre rural accueillant et et de combattre labsentéisme et la sous-attractif, notamment pour les jeunes. exploitation.  En matière de crédit agricole, la réforme préconisée vise à : mobiliser les ressources www.upr.tn p. 152
  33. 33. suffisantes et inciter à une participation accrue des banques.  Adopter un système de sécurisation Adapter les mécanismes de financement offrant les garanties nécessaires aux aux besoins et aux spécificités du secteur promoteurs, et des possibilités (adopter les taux du crédit à la nature de dassurances fonctionnelles et motivantes. l’activité agricole, amélioration de lefficacité, facilitation de laccès, octroi à  Responsabiliser les agriculteurs, temps des crédits, …). notamment en matière de remboursement des prêts, condition sine qua non de la pérennité du système de crédit Union Populaire Républicaine agricole. www.upr.tn p. 153
  34. 34. • La mise en œuvre de plans dintensification des productions et de développement de lagro- alimentaire visant : Dans le domaine de la fiscalité agricole, les mesures visent à :  Lautosuffisance (blé dur, orge, viande)  La réduction de notre dépendance vis-à-vis - Alléger le poids de la fiscalité et des importations (sucre, lait, blé tendre) harmoniser le système de taxation de  Le développement des exportations lagriculture ; (agrumes, huile dolive, primeurs, poissons Union Populaire Républicaine …). - Alléger la charge fiscale de lagro- industrie, notamment celle qui Ces plans sectoriels (qui seront appuyés par les développe les productions nationales, stratégies de mobilisation et de protection des et éliminer les circuits informels. ressources naturelles), les actions tendant à accroître la productivité ainsi que les programmes et réformes adoptés pour améliorer www.upr.tn p. 154
  35. 35. lenvironnement général de  Une plus grande libéralisation par lagriculture, comportent toutes les lencouragement de la concurrence loyalecomposantes pour intensifier les productions : entre les opérateurs, et la maîtrise desinvestissements, encadrement, réformes coûts de production.institutionnelles et économiques, avec des  Une diversification de la gamme desobjectifs quantitatifs. produits afin daugmenter lutilisation de la capacité industrielle installée, daccroître la valeur ajoutée du secteur et L’industrie agro-alimentaire de satisfaire les besoins du consommateur aussi bien local quinternational. Union Populaire Républicaine  Une intégration de lagro-alimentaire avec lagriculture par lencouragement desL’UPR propose un plan de développement de projets intégrés et des relationslindustrie agro-alimentaire axé sur lamélioration contractuelles entre producteurs etde la compétitivité des entreprises agro- industriels et, dune manière générale, laalimentaires tant sur le marché local mise en œuvre des organisations parqu’international. Il repose sur : filière. www.upr.tn p. 155
  36. 36.  Lamélioration des performances  La modernisation de lindustrie agro- de marketing des intervenants surtout alimentaire sur ces bases permettrapar des actions de partenariat avec des effectivement daccroître la valeur ajoutéeopérateurs étrangers. de lagriculture et de développer les exportations. Union Populaire Républicaine www.upr.tn p. 156

×