Portes Ouvertes du bénévolat : du 17 au 23 octobre 2011                Glissez-vous dans la peau d’un bénévole de l’Armée ...
CREDIT: F. DUNOUAU                                                              Olivia WERMUTH, 25 ans, psycho-gérontologu...
Annie RODRIGUEZ, infirmière bénévole depuis 6 ans   « Chaque mercredi, j’assure une permanence dans deux accueils de jour ...
A PARIS ET EN BANLIEUE                        Soupes de nuit                           Tous les jours                    ...
 Distribution de colis alimentaires aux                    Mercredi 19/10                                     familles   ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Vae Solis : portes ouvertes du bénévolat avec l'armée du salut

386 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
386
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Vae Solis : portes ouvertes du bénévolat avec l'armée du salut

  1. 1. Portes Ouvertes du bénévolat : du 17 au 23 octobre 2011 Glissez-vous dans la peau d’un bénévole de l’Armée du Salut ! 54% des bénévoles français estiment que le terme « bénévole » fait référence avant tout à une personne ayant simplement le souci d’être utile. A l’occasion de l’Année européenne du bénévolat et de la Semaine de l’engagement citoyen, l’Armée du Salut part à la conquête de nouveaux bénévoles, et invite toute personne qui le désire à venir découvrir l’action bénévole de son choix, sans engagement. Une occasion de toucher du doigt ce quest lengagement bénévole ! CREDIT: SEBASTIEN GODEFROY Margot VAZ-PINTO, 29 ans, assistante juridique dans un cabinet d’avocats, coordination des Soupes de nuit depuis 2 ans « Chaque jeudi, entre 18h30 et 20h30, je coordonne à Paris les Soupes de nuit, c’est-à-dire que j’encadre en moyenne 13 bénévoles et je veille au bon déroulement de la distribution, quai Jemmapes ». « On manque toujours cruellement de bénévoles surtout le weekend et pendant le mois d’août parce que même s’il y a des bénévoles habitués, quand ils partent en vacances, on n’est jamais trop ! » « Je cherchais à intégrer une association en tant que bénévole et j’ai bien accroché à la philosophie de l’Armée du Salut et à l’action des Soupes de nuit ».« Compte tenu du nombre de repas servis et du fait que ça ne désemplit pas, il y a vraiment dequoi s’inquiéter ! J’ai l’impression de mener un combat et d’aider du mieux que je peux ». Lovaniaina SOLOFOHARIJAO, 24 ans, en recherche d’emploi, atelier d’initiation à l’informatique depuis mai 2010 « Une ou deux fois par mois, j’anime un atelier informatique (entre 1h et 2h) dans la résidence sociale de Thiais (94) pour les femmes en difficulté ». « Le but de cet atelier, c’est notamment d’apprendre à ces femmes à naviguer sur Internet, mais aussi de revenir sur les basiques. Comme par exemple apprendre à utiliser Word, Excel, créer une boîte mail... Il m’arrive aussi de les aider à chercher un emploi sur le site de Pôle Emploi. » « Au delà de lapprentissage, cet atelier permet de créer du lien social entre elles. » « Ce qui me pousse à continuer, ce sont les bons contacts que j’ai avec ces femmes et les voir évoluer. C’est une grande satisfaction et toujours un plaisir de les retrouver ».
  2. 2. CREDIT: F. DUNOUAU Olivia WERMUTH, 25 ans, psycho-gérontologue, visite aux personnes âgées entre 2008 et 2010 « Tant que cela a été possible, je rendais visite chaque semaine à une personne âgée, avec qui l’Armée du Salut m’a mise en contact. On discutait beaucoup. On se racontait nos vies. On sortait se promener et je l’accompagnais parfois aussi à des rendez-vous médicaux. Ca lui faisait toujours plaisir de me préparer du thé et de m’offrir des gâteaux. » « Aujourd’hui, je suis psychologue et spécialisée auprès des personnes âgées. Pendant mes études, j’avais du temps et je voulais créer des liens avec des personnes âgées. Certes, cela m’a servi et continue de me servir pour ma vie professionnelle, mais c’était avant tout une expérience très enrichissante sur le plan personnel.» « Marthe m’a appris beaucoup de choses, notamment grâce à son regard sur le monde et la jeunesse d’aujourd’hui ». « Elle et moi sommes toujours très proches et complices. Une grande amitié est née et je continue même aujourd’hui à lui rendre visite, quand je peux ». Huguette FONGOND, 64 ans, fonctionnaire retraitée, vente de vêtements au Poste de l’Armée du Salut à Strasbourg depuis 4 ans « Depuis 4 ans, tous les jeudis après-midi, j’ouvre les portes de la boutique et aide à la vente. Des gens attendent souvent l’ouverture, devant les portes, pour avoir le plus de choix possible. Il y a énormément de personnes et de plus en plus de jeunes et étudiants qui viennent acheter ». « Le bénévolat m’a donc permis d’ouvrir les yeux sur la société actuelle, sur la détresse humaine. C’est un immense enrichissement personnel. » Mathilde HIBERT, 34 ans, chef de produit presse, soutien scolaire en FLE (Français Langue Etrangère) depuis 2009 « Une fois par semaine, je me rends, pendant deux heures, dans une famille guinéenne pour parfaire la connaissance en français des quatre frères, âgés de 9 à 16 ans. On revient sur les cours de la semaine, mais j’essaie toujours d’élargir sur les aspects culturels. Par exemple, ils ne savaient pas comment on fêtait un anniversaire en France. J’ai donc fait un gâteau, apporté des bougies… Ca peut paraître anodin, mais c’est très important pour leur intégration ». « Le cours se termine systématiquement par un dîner en famille, qu’ils tiennent à partager avec moi ». « Quand j’ai repris mes études et me suis lancée dans un Master de FLE, j’ai commencé ce type de bénévolat pour acquérir une expérience, en plus de la théorie. Mais aujourd’hui, bien que j’arrive en fin de Master, je n’ai pas l’intention de quitter l’Armée du Salut ».« Pour moi, le bénévolat, ce n’est pas une relation à sens unique. On donne, mais on reçoit aussiénormément. Parfois, après une longue journée, je suis fatiguée et quand je ressors de mon cours, ilsm’ont donné la pêche puissance 10 ». « On côtoie des gens qui ont des vies difficiles. Ca nous apprend à relativiser nos problèmes et à être plus humble dans la vie en général ».
  3. 3. Annie RODRIGUEZ, infirmière bénévole depuis 6 ans « Chaque mercredi, j’assure une permanence dans deux accueils de jour parisiens destinés aux personnes sans domicile ». « J’écoute et je décrypte les habitudes et les problèmes de santé des personnes en précarité qui se présentent. Je soigne toutes sortes de pathologies, les plaies, les traumatismes, les grandes fatigues, souvent liées aux longues marches quotidiennes, mais aussi les infections, les dermatoses ainsi que les addictions toxicologues et informe sur toutes sortes de préventions comme le VIH ». « Mon rôle, c’est donc certes de détecter les pathologies, mais aussi d’orienter ces personnes vers les centres de soin les plus adaptés. Parfois, je prends même rendez-vous pour eux quand elles n’osent pas. Pour cela, je dois créer une relation de confiance. Elles ont été tellement éprouvées par la vie, qu’elles se découragent très rapidement ». « En tant que bénévole, j’ai le temps de faire un suivi personnalisé. En ce sens, mon rôle est complémentaire à celui des services hospitaliers. Je laisse aux personnes qui viennent me voir le temps d’expliquer leurs maux. Je lis avec eux leurs ordonnances. Je réponds aux questions qu’ils n’ont pas osé poser à d’autres professionnels de santé. En un mot, je fais le relais entre les services médicaux formels et eux ». « Avant, je ne connaissais pas la précarité. Je l’ai découverte via ce bénévolat. J’ai compris qu’elle pouvait toucher tout le monde ». CREDIT: SEBASTIEN GODEFROY Alain ROUQUIE, 59 ans, informaticien à la retraite, prestations de bricolage auprès de personnes dépendantes depuis 2010 « J’ai toujours voulu faire du bénévolat, mais c’était difficile avec mes horaires de travail. Une fois à la retraite, j’ai commencé par distribuer des Soupes de nuit, une fois par semaine, avec l’Armée du Salut. Aujourd’hui, je propose des prestations de bricolage auprès de personnes âgées ou handicapées. »« Je fais ça pour aider. Pour me rendre utile car ce sont des actions qui ont du sens. Dans lesprestations de bricolage, il y a 50% de bricolage et 50% d’écoute et de présence ». « J’y consacre généralement au moins trois après-midi par semaine. C’est assez éprouvant. Heureusement, mon épouse me soutient beaucoup. En tant qu’infirmière puériculture, elle m’aide à prendre du recul ». « Une des bénéficiaires m’a un jour remercié par ces mots : « En remerciement de toutes les démarches, bricolages, décorations, temps passé à supporter ma rancœur du monde, qui m’ont aidé peu à peu à refaire surface ». Ces derniers mots justifient toutes les peines du monde ». « Devenez bénévole et donnez du temps pour reconstruire des vies ! » « Lengagement bénévole est aujourdhui une nécessité absolue contre lisolement, lexclusion ou encore la grande précarité. Quand lindividualisme et la compétition séparent, les bénévoles sont eux des artisans de la cohésion. Aujourd’hui, à l’Armée du Salut, ce sont 2700 bénévoles qui nous accompagnent. Pour autant, nous ne pouvons répondre à tous les besoins. Nous avons donc besoin de vous. » Major Dominique GLORIES, Responsable du Service Bénévolat Ci-dessous une liste non exhaustive des actions auxquelles pourront participer les apprentis bénévoles à loccasion des Portes Ouvertes du bénévolat, ainsi que les horaires correspondants. Pour plus d’information et s’inscrire: http://www.armeedusalut.fr/nous-rejoindre/benevolat/portes-ouvertes-du-benevolat.html ou au 01.43.62.25.42
  4. 4. A PARIS ET EN BANLIEUE  Soupes de nuit Tous les jours (Xème arrondissement) à 18h40  Bricolage  Visite aux personnes âgées  Epicerie sociale : conseils nutrition, Jeudi 20/10 gestion de budget et vente de 9h30 à 12h Paris (XXème arrondissement)  Initiation informatique Tous les jours (XIème arrondissement) de 14h à 17h  Cours d’alphabétisation et de FLE Mardi 18 et jeudi 20/10 (Français Langue Etrangère) de 9h à 11h (XIème arrondissement et Les Lilas)  Garde d’enfants Mardi 18 et jeudi 20/10 (Les Lilas) de 9h à 11h Thiais  Initiation informatique Lundi 17/10 (94) de 14h à 17h  Distribution de petit-déjeuner Mercredi 19/10 de 9h à 12hBoulogne Billancourt (92)  Tri et distribution de vêtements Mardi 18, mercredi 19, et samedi 20/10 de 9h à 12h EN REGIONSBormes les Mimosas  Visite aux personnes âgées A partir du 31/10 (83)  Vente et tri de vêtements Du mardi au vendrediChambon sur Lignon de 14h à 17h (43) Le samedi de 9h à 12h Chantilly  Visites aux personnes âgées (60)  Animation Dunkerque  Accueil, échange, jeux Mardi 18 et mercredi 19/10 (59) de 9h à 14h  Accompagnement à la scolarité Lyon  Cours de français pour adultes (69)  Animation jeux pour 0/4 ans en présence des parents  AnimationMonnetier Morneix  Atelier informatique (74)  Randonnée
  5. 5.  Distribution de colis alimentaires aux Mercredi 19/10 familles de 8h à 11h  Vente et tri de vêtements Jeudi 20/10 et samedi Montbéliard 21/10 (25) de 9h à 11h  Animations pour personnes âgées Mardi 18/10 de 14h à 17h  Distribution de repas (restaurant Mulhouse social) (68)  Epicerie sociale : conseils nutrition, gestion de budget et vente  Distribution petits déjeuners Du lundi au vendredi Nancy  Alphabétisation A partir du 3/11 (54)  Vente et tri de vêtements  Cours d’alphabétisation  Confection de sandwich pour les Vendredi 21/10 soupes de nuit de 14h à 17h  Distribution de petits déjeuners et de Nice repas (06)  Manutention et distribution de colis alimentaires  Aide aux devoirs  Tri et vente de vêtements  Soutien scolaire Pour la vente de  Distribution de colis alimentaires vêtements : Strasbourg  Distribution petits déjeuners Jeudi 20/10 (67)  Vente, distribution et tri de vêtements de 13h à 16h  Animations pour personnes âgées Samedi 22/10  Animations jeunes de 9h à 11h Tonneins  Visites aux personnes âgées (47)  Lecture ContactsDelphine Marques (Vae Solis Corporate) : 01 53 92 80 13 / delphine.marques@vae-solis.comDavid Germain (Fondation de l’Armée du Salut) : 06 03 18 14 09 / dgermain@armeedusalut.frA propos de la Fondation de l’Armée du SalutEn France, l’Armée du Salut est engagée depuis 130 ans dans la lutte contre toutes les exclusions et pour l’intégration de tous dans lasociété. A travers plus de 120 établissements et services, sa Fondation lutte contre l’exclusion sociale, l’exclusion liée au handicap ou augrand âge et pour l’intégration des plus jeunes dans la société.Plus d’informations sur www.armeedusalut.fr

×