Les méthodes mixtes pour analyser lespolitiques publiques en AfriqueJ-P Olivier de Sardan et V. RiddeSéminaire sur le fina...
BIOMEDICAL SCIENTISTS• « A qualitative evaluation is an evaluationbalanced by perception with controlconditions, distribut...
Mixed Methods Soup multi-trait-multimethod research; integratingqualitative and quantitative approaches; integratedmethod...
Combinaison desméthodesqualitatives etquantitativesPratique:depuis longtemps…… récemmentconceptualisée entermes deméthodes...
« éclectisme méthodologique » OdS, 1998• « la palette des méthodes utilisées [est] enadéquation avec le problème traité et...
PUBLICATIONS SUR LA SUPPRESSION DUPAIEMENT DES SOINS EN AFRIQUE 1988-2009Ridde V et Mack G. La place des données qualitati...
LES TROIS APPROCHESPluye 2012; Ridde et Haddad, 2013SEQUENTIEL EXPLICATIVE QUAN  QUALSEQUENTIEL EXPLORATOIRE QUAL  QUANC...
QUANTEnquête ménages utilisateursSéries chronologiqueinterrompueQUALAtelier de partageEntrevues individuellesSEQUENTIEL EX...
QUANT (n=1035)  QUAL (Études de cas : 1 ateler + 17 entrevues)05001,0001,5002,0002,5003,0003,5004,0004,5001 2 3 4 5 6 7 8...
QUALITATIVE• 4 propositions to be tested– Items not included in the delivery kit– Stock out of some items in the local dru...
020/m40/m60/m80/m100/m110 SONUFins de mois0 320046 9 12 320056 9 12 320066 9 12 320076 9 12 320086 9 12 320096 9Koutougou0...
QUALEntrevues individuellesObservationsQUANTEnquête comptableEnquête des stocksSEQUENTIEL EXPLORATOIRE
• « Les délais »…– « Vraiment le nœud du problème est que durant toutel’année 2009, on n’a reçu aucun franc commerembourse...
REMBOURSEMENT010,000,00020,000,00030,000,00040,000,00050,000,00060,000,00070,000,00080,000,00090,000,000100,000,000Mai 07 ...
TRESORERIEKafando et al, 2012
«Qu’ils arrêtent cette gratuité. Lagratuité concurrence les centres. Lepalu c’est 80% des activités desCSCOMs. Si la gratu...
FINANCES DES ASACOKafando, Ridde et al, 2012
QUALEntrevues individuellesQUANTObservations dans lescentres de santéCONCOMITANTERÉSULTATS
QUALITATIF• « Ah toi-même tu vois, on est débordé, [lagratuité] cest bien pour la population mais pournous on travaille tr...
AVANTAGES ET DEFISMÉTHODOLOGIQUES
LES AVANTAGES DES MM• La complémentarité pour l’évaluation despolitiques publiques• La quantification des références despe...
LES DÉFIS DES MM• Des temps de collecte/analyse différents• Des compétences/formations différentes• La gestion des diverge...
LES AVANTAGES DES DONNÉESQUANTITATIVES EN AFRIQUE• Données de routines exploitables pour l’analysedes politiques• Des écha...
LES DÉFIS DE LA COLLECTEQUANTITATIVE EN AFRIQUE• Expérimentations naturelles• Rapport qualité/prix• Observation vs déclara...
PERTINENCE DU QUALITATIF ENAFRIQUE• Importance du double langage (parolepublique vs parole privée)• Intérêt général à camo...
LES CONDITIONS D’UN QUALITATIFRIGOUREUX• Chercheurs/enquêteurs formés• Enjeux de traduction et maîtrise du contexte• Rôle ...
LE « BIAIS NÉGATIF » DU LASDEL ?• Focaliser sur les écarts et les problèmes estutile, même si c’est agaçant• Création sign...
LEÇONS TIRÉES DU PROGRAMME• Organiser un ECRIS collectif au début incluant lesquantitativistes et/ou avoir un atelier comm...
Les méthodes mixtes pour l analyse des politiques publiques
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les méthodes mixtes pour l analyse des politiques publiques

449 vues

Publié le

Présentation des principaux résultats de notre programme de recherche en Afrique de l'Ouest. Atelier organisé par l'AFD sur le financement de la santé http://www.afd.fr/webdav/site/afd/shared/ELEMENTS_COMMUNS/images/invitation-seminaire-recherche.html

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
449
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les méthodes mixtes pour l analyse des politiques publiques

  1. 1. Les méthodes mixtes pour analyser lespolitiques publiques en AfriqueJ-P Olivier de Sardan et V. RiddeSéminaire sur le financement de la santé dansles pays en développement27/05/2013 – Agence Française deDéveloppement - Paris
  2. 2. BIOMEDICAL SCIENTISTS• « A qualitative evaluation is an evaluationbalanced by perception with controlconditions, distribution curves, statistics, and thelike »• « Qualitative methods are sort of the leastrigorous »Albert M, Laberge S, Hodges BD, Regehr G, Lingard L: Biomedical scientists perception of the social sciencesin health research. Social Science & Medicine 2008, 66(12):2520-2531.
  3. 3. Mixed Methods Soup multi-trait-multimethod research; integratingqualitative and quantitative approaches; integratedmethods; interrelating qualitative and quantitativedata; methodological triangulation; multi-methodological research; multi-method designs andlinking qualitative and quantitative data; multiplemethods; combining qualitative and quantitativeresearch; mixed model studies; blended methods;mixed methods research.Ridde V. A case study on methodological pluralism in public health research in Africa. Research and Reports in Tropical Medicine. 2010.
  4. 4. Combinaison desméthodesqualitatives etquantitativesPratique:depuis longtemps…… récemmentconceptualisée entermes deméthodes mixtes(premier ‘handbook’publié en 2003…2010)Méthodes mixtes: Définition
  5. 5. « éclectisme méthodologique » OdS, 1998• « la palette des méthodes utilisées [est] enadéquation avec le problème traité et [fait]l’objet d’une réflexion dans le mouvement mêmeoù on la déploie pour résoudre une questionparticulière »Bourdieu (2001)• “the opportunistic nature of mixed-methoddesign”. Teddlie C, Tashakkori A. 2006
  6. 6. PUBLICATIONS SUR LA SUPPRESSION DUPAIEMENT DES SOINS EN AFRIQUE 1988-2009Ridde V et Mack G. La place des données qualitatives dans les évaluations. Revue ADSP, décembre 2009, pp 32-3412520QUANTIMIXTESQUALI
  7. 7. LES TROIS APPROCHESPluye 2012; Ridde et Haddad, 2013SEQUENTIEL EXPLICATIVE QUAN  QUALSEQUENTIEL EXPLORATOIRE QUAL  QUANCONCOMITANTEQUAN + QUALouQUAL + QUAN
  8. 8. QUANTEnquête ménages utilisateursSéries chronologiqueinterrompueQUALAtelier de partageEntrevues individuellesSEQUENTIEL EXPLICATIF
  9. 9. QUANT (n=1035)  QUAL (Études de cas : 1 ateler + 17 entrevues)05001,0001,5002,0002,5003,0003,5004,0004,5001 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25Grande moyenne =1.863 F CFAPaiement officiel = 900 F CFA
  10. 10. QUALITATIVE• 4 propositions to be tested– Items not included in the delivery kit– Stock out of some items in the local drugs depots– Lack of policy understanding• « We have a serious trouble to understand the subsidiespolicy » Nurse– Coping strategies• « the problem is concerning the rest of the items from thekit » Nurse
  11. 11. 020/m40/m60/m80/m100/m110 SONUFins de mois0 320046 9 12 320056 9 12 320066 9 12 320076 9 12 320086 9 12 320096 9Koutougou020/m40/m60/m80/m100/mNombre mensuel 110 SONUFins de mois0 320046 9 12 320056 9 12 320066 9 12 320076 9 12 320086 9 12 320096 9Petegoli020/m40/m60/m80/m100/mNombre mensuel 110 SONUFins de mois0 320046 9 12 320056 9 12 320066 9 12 320076 9 12 320086 9 12 320096 9TaourembaHétérogénéité des effets
  12. 12. QUALEntrevues individuellesObservationsQUANTEnquête comptableEnquête des stocksSEQUENTIEL EXPLORATOIRE
  13. 13. • « Les délais »…– « Vraiment le nœud du problème est que durant toutel’année 2009, on n’a reçu aucun franc commeremboursement ». [Membre de l’ECD]• « La gratuité C’est la catastrophe »– « Maintenant on est dans le rouge parce qu’on aépuisé tout ce qu’on avait avant l’arrivée de lagratuité. La gratuité a tout rongé et trèsmalheureusement les remboursements causentproblème (…). On dépense et on ne reçoit pas. ».(Gestionnaire du DS).PERCEPTIONS AU NIGER
  14. 14. REMBOURSEMENT010,000,00020,000,00030,000,00040,000,00050,000,00060,000,00070,000,00080,000,00090,000,000100,000,000Mai 07 - Avril 08 Mai 08 - Avril 09 Mai 09 - Avril 10Factures envoyéesFactures rembourséesKafando et al, 2012
  15. 15. TRESORERIEKafando et al, 2012
  16. 16. «Qu’ils arrêtent cette gratuité. Lagratuité concurrence les centres. Lepalu c’est 80% des activités desCSCOMs. Si la gratuité du paludismeeffective, les centres vont chuter, ils nepourront pas survivre avec 20% ventesde médicaments».PERCEPTIONS MALISanogo,l, 2012
  17. 17. FINANCES DES ASACOKafando, Ridde et al, 2012
  18. 18. QUALEntrevues individuellesQUANTObservations dans lescentres de santéCONCOMITANTERÉSULTATS
  19. 19. QUALITATIF• « Ah toi-même tu vois, on est débordé, [lagratuité] cest bien pour la population mais pournous on travaille trop…. Souvent on peut monterle matin on descend [arrêter le travail] jusquà15 h ou 16 h tellement que y a beaucoup demalades » infirmier Burkina• « Je pense quil y a beaucoup de travail. Il n y apas beaucoup de personnel; nous sommes quedeux pour le moment » » infirmier du Niger
  20. 20. AVANTAGES ET DEFISMÉTHODOLOGIQUES
  21. 21. LES AVANTAGES DES MM• La complémentarité pour l’évaluation despolitiques publiques• La quantification des références desperceptions (cas de la charge de travail ou desfinances)• La compréhension de quantificationsintrigantes (cas des effets politique SONU)
  22. 22. LES DÉFIS DES MM• Des temps de collecte/analyse différents• Des compétences/formations différentes• La gestion des divergences/convergences• Des acteurs souvent centrés sur la QUANTI
  23. 23. LES AVANTAGES DES DONNÉESQUANTITATIVES EN AFRIQUE• Données de routines exploitables pour l’analysedes politiques• Des échantillons statistiquement représentatifs• L’attribution causale sous certaines conditions• Des décideurs en santé publique à l’affut desnombres• Quantifier des activités et des effets
  24. 24. LES DÉFIS DE LA COLLECTEQUANTITATIVE EN AFRIQUE• Expérimentations naturelles• Rapport qualité/prix• Observation vs déclaration• Contrôle de la qualité des données• Temps long et complexité des analyses• Hétérogénéité des résultats
  25. 25. PERTINENCE DU QUALITATIF ENAFRIQUE• Importance du double langage (parolepublique vs parole privée)• Intérêt général à camoufler les problèmes• Biais des enquêteurs/enquêtés lors desenquêtes quantitatives par questionnaires
  26. 26. LES CONDITIONS D’UN QUALITATIFRIGOUREUX• Chercheurs/enquêteurs formés• Enjeux de traduction et maîtrise du contexte• Rôle de l’insertion et de l’observation• Gare aux focus group ! Gare à la culture de laconsultance !• Triangulation et saturation vs échantillonnage
  27. 27. LE « BIAIS NÉGATIF » DU LASDEL ?• Focaliser sur les écarts et les problèmes estutile, même si c’est agaçant• Création significative d’une différenced’attitude entre conservateurs et réformateursface à nos résultats• Étudier les cas positifs : nécessaire et difficile• Rôle phase collective initiale (procédureECRIS)
  28. 28. LEÇONS TIRÉES DU PROGRAMME• Organiser un ECRIS collectif au début incluant lesquantitativistes et/ou avoir un atelier commun au départsur la problématique• Un programme de recherche souple, réactif, évolutif• Mieux planifier l’intégration QUALI-QUANTI au début et àchaque étape• Disposer nécessairement d’équipe QUALI-QUANTI danschaque pays• Prendre le temps des analyses mixtes en équipe• Pas de soumission du QUALI au QUANTI (et vice-versa)• Pas de soumission d’une équipe du Sud (sous-traitante) àune équipe du Nord (conceptrice et maître d’œuvre)

×