Tout faire juste et quand même planter le projet

907 vues

Publié le

Congrès PM 2011, 27 avril 2011

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
907
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tout faire juste et quand même planter le projet

  1. 1. Tout faire juste et quand même planter le projet… Ou quand la raison devient déraison… Philippe Vallat 27 avril 2011 Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 1 Buts de l’atelierA la fin de l’atelier, les participants : Connaissent les caractéristiques des projets complexes Ont pris conscience des limites des méthodes traditionnelles de gestion de projet pour les projets complexes Sont sensibilisés à la contribution de l’intuition dans la gestion des projets complexes Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 2
  2. 2. Projets complexes: quid? Complexe ou compliqué? Congrès MP 2011Ph. Vallat, reflecta sa 4
  3. 3. Compliqué versus complexeCompliqué Complexe Compréhension du système La réduction en sous-unités possible en réduisant ne permet pas la l’ensemble en sous-unités compréhension de l’ensemble Le tout est plus que la somme Maîtrisable par un effort des parties proportionnel au degré de complication Dynamique et hasard (émergence) Prédictibilité Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 6 7 éléments de complexité Une collection d’objets (ou « agents ») interagissant entre eux Des objets dont le comportement est affecté par la mémoire ou la rétroaction (feedback) Des objets capables d’adapter leurs stratégies en fonction de leur histoire Un système évolutif et paraissant « vivant » Un système comportant des phénomènes émergeants, généralement surprenants et parfois extrêmes Phénomènes émergeant en l’absence de toute forme de contrôle central Un mélange compliqué de comportements ordonnés et désordonnés Neil Johnson, Rotman Magazine Fall 2010 Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 7
  4. 4. Sources de complexité dans les projets Détails: nombre de variables et d’interfaces Ambiguïté: manque de conscience des événements et des causalités Incertitude: impossibilité de prévoir les conséquences des actions Imprédictibilité: impossibilité de savoir ce qui va arriver Dynamique: grande vitesse de changements Structure sociale: nombres et genres d’interactions Jerry Mulenberg, Proceedings NASA Projet Management Challenge Conference (2008) Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 8 Eléments de complexité (résumé)1. Beaucoup de variables / données2. Grande incertitude sur les variables3. Interactions entre les variables (dynamique) Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 9
  5. 5. L’observateur (chef de projet, Beobachtung mandant, …) L’observateur influence le L’observateur influence le système! système! Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 10Mon projet comporte-t-il des éléments de complexité? Checklist Problème à résoudre comportant Haut degré d’interactions sociales une grande nouveauté et ouvert Contexte de projet très Objectifs et prestations à fournir dynamique et instable non complètement définissables Dynamiques du système par avance difficilement prévisibles: Délais et coûts pas en soi Déterminé, mais imprévisible déterminants pour juger du (auto-organisation) succès du projet Pas de relations causes à effets clairement identifiables Incertitudes et inconnues non réductibles Situations décisionnelles floues, alternatives difficilement Contradictions et paradoxes différenciables: conditions de inévitables départ troubles, inconnues sur les Absence d’un point de vue duquel répercussions des décisions une vue d’ensemble du projet Le management fait partie serait possible (inclus le top intégrante du système – donc du management) problème Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 11
  6. 6. Exemples de projets complexesProjets concernant tous systèmes humaines / sociaux (p.ex.développement d’organisation, fusions d’entreprises etc.)Projets mixtes techniques et sociaux (p.ex. construction unecentrale nucléaire)Politiques publiques (prévention, social, culture, …)Processus politiques (projets législatifs, fusions decommunes, développement du territoire)… Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 12 Comment gérons-nous (naturellement) la complexité
  7. 7. Complexité Congrès MP 2011Ph. Vallat, reflecta sa 14 Quand la raison devient déraison…
  8. 8. La planification … et la réalité Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 17 Planification des projets complexes « Incertitude imprévisible » - unknown unknowns (unk-unks) (De Meyer, Loch, Pich, Sommer): Ignorance de la survenue possible d’un événement, ou alors Des éléments connus ou prévisibles interagissent de manière inattendue. « Arrogance épistémique » (Taleb – le cygne noir): Nous surestimons notre savoir et sous-estimons notre ignorance. Les plans capotent toujours Les plans capotent toujours(c’est la règle, pas l’exception!) (c’est la règle, pas l’exception!) Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 18
  9. 9. Le piège Complexité: Complexité « DIFFERENT » e ré d sants, deg o n du omp du Rupture: changement de Rupture tatio re de c imètre l’ordre structurel, de la men b ér Aug n (nom older, p nature du problème (autres atio takeh etc.) plic s et caractéristiques) com bre de proj nomBon sens Méthodes et Plus de méthodes et « ENCORE PLUS » de instruments de MP instruments de MP, méthodes et instruments plus sophistiqués hyper-sophistiqués Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 19 Les limites de la raison La limite de Bremermann est la vitesse informatique maximum dun système dun seul bloc dans lunivers matériel. Hans J. Bremermann a déduit de l’équivalence masse-énergie E = mc2 et du principe d’incertitude de Heisenberg que la vitesse maximale de traitement de l’information est d’environ 1,35 x 1047 bit par seconde et par gramme. Most people can only keep track of – at most – three co- varying variables at the same time (John Holland) Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 20
  10. 10. Gestion de la complexitéKompliziertCompliquéCompliquéKompliziert Compliqué Complexe Complexe Travail sur la limite (raison, analyse):Komfort-Zone de Méthodes, machines: Komfort- Zone de Zone de stress confort Zone traiter plus de données Zone de stress confort Zone réduire l’incertitude simuler la dynamique Travail avec la limite (qualitativement, globalement): Représentation verbale, sensations, émotions, images, métaphores, intuition Communication, confiance, empathie, réflexion, relations, confiance en soi, donner de l’espace, autoriserdéduire, administrerdéduire, administrer décider, conduire décider, conduire Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 21 La démarche en gestion de projet Démarche traditionnelle: Démarche systémique: Décomposer Observer et comprendre les Maîtrise des éléments choses compliquées et constitutifs surprenantes qui émergent des interactions entre divers éléments qui, eux-mêmes, peuvent être assez simples. Ne nécessite pas la compréhension ultime des éléments constitutifs du système! Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 22
  11. 11. Pensée analytique et pensée écologiqueAnalytique Ecologique Valorise les données historiques et S’intéresse aux schémas et l’analyse; identifie les problèmes et interdépendances les solutions Présume des relations de cause à Présume des relations complexes, effet, linéaires non linéaires Réduit les phénomènes à des Met l’accent sur la description plutôt thèmes individuels que l’explication Cherche à restaurer ou améliorer le Valorise la curiosité, la réflexion status quo intérieure et l’intuition Dépend de concepts, modèles et Traite les paradoxes, incertitudes et outils contradictions de manière créative Recherche la certitude et la stabilité Elargit la vision périphérique au-delà des limites traditionnelles S’intéresse au POURQUOI S’intéresse au QUOI A. Day, K. Power, Rotman Magazine Fall 2010 (trad.) Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 23 Notre suggestion: la gestion « intuitive » des projets (complexes) Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 24
  12. 12. Intuition Gary Klein Gerd Gigerenzer« L’intuition: « L’intuition: « L’intuition („Bauchgefühle“))se « L’intuition („Bauchgefühle“ se n’est pas traitée comme une n’est pas traitée comme une base sur les capacités évoluées base sur les capacités évoluées perception extra-sensorielle; perception extra-sensorielle; du cerveau et s’appuie sur des du cerveau et s’appuie sur des n’est pas comprise comme n’est pas comprise comme règles de base „Faustregeln“) règles de base ((„Faustregeln“) une perturbation qu’il faudrait une perturbation qu’il faudrait nous permettant d’agir nous permettant d’agir réprimer; réprimer; rapidement et avec une précision rapidement et avec une précision n’est pas parfaite, toutefois n’est pas parfaite, toutefois étonnante. Sa qualité provient de étonnante. Sa qualité provient de c’est une erreur que de c’est une erreur que de l’intelligence de l’inconscient. » l’intelligence de l’inconscient. » vouloir la remplacer par vouloir la remplacer par l’analyse. » l’analyse. » Trad. Ph. V. Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 25 L’intuition dans des moments cruciaux… Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 26
  13. 13. Attitudes mentales aidantes pour la planification et la conduite Humilité: on en sait moins que ce qu’on croit; notre capacité à prévoir est limitée. Attention: aux déviations infimes, resp. aux mauvaises impressions. Flexibilité, capacité d’adaptation: la fidélité à la planification n’est aucunement une garantie de succès du projet; les objectifs du projet peuvent devoir être reconsidérés. Culture permettant l’erreur: stratégie d’apprentissage plutôt que recherche des coupables. Improvisation: à considérer et développer comme compétence professionnelle. Être conscient des barrières mentales: : se voiler la face, coûts échoués (sunk costs), cygne noir, communication teintée de considérations hiérarchiques etc. Réflexion sur le niveau méta: être conscient de ce qui se passe dans le système projet (reconnaissance de la logique interne). Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 28 http://projetscomplexes.blogspot.com/ Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 29
  14. 14. s.a. fondée en 1997 Propriété de 11 associés en activité 30 collaboratrices et collaborateurs Interdisciplinaire et plurilingue: ingénieurs (machine, construction, électricité), économistes, scientifiques, architectes, avocats, notaires, spécialistes immobiliersreflecta sa vallat@reflecta.chSchwarztorstrasse 56 http://twitter.com/vallatph3000 Berne 14 Tél. 031 / 387.37.60www.reflecta.ch Congrès MP 2011 Ph. Vallat, reflecta sa 30

×