2
Pour cette nouvelle saison, nous voulons vous
étonner et vous séduire, vous faire rire, vibrer
et rêver.
Nous poursuivon...
3
Pour la saison 2014/2015, nous avons voulu accélérer les choses : il ne
s’agira plus de prendre ses rendez-vous longtemp...
4

Avec : Sahlia Bala, Quentin Bouissou, Yoni Dahan, William Garreau, Marsu Lacroix,
Philippe Lenoble, Adrien Le Ray, PV ...
5

Traduit par Eric Kahane
Mise en scène : Christophe Gand
Avec Jacques Boudet et Maxime Lombard
Décor : Marine Buridand
...
6
"Ses apparitions de plus en plus nombreuses seront caractérisées par un
son. Celui-ci renforcera l’angoisse que ressente...
7

Textes et interprétation : Jean-Jacques Fdida
Jeu et composition musicale : Jean-Marie Machado
Mise en scène : Martine...
8

Traduction et adaptation : Michael Sadler
Adaptation et mise en scène : Christophe Lidon
Avec : Claude Rich, Dominique...
9

Pièce écrite et mise en scène par Renaud Meyer
Avec : Chloé Lambert, Julien Boisselier, Jean-Paul Bordes
Accompagnés p...
10
Il est sociétaire de la SACD et membre de la commission d’aide à l’écriture pour le
Prix radio SACD Beaumarchais - Fran...
11

Mise en scène par Patrick Haggiag
Avec : Elsa Canovas, Benoit Di Marco, Agnès Guignard, Didier Menin, Laëtitia Pitz,
...
12
C'est à ce jeu des possibilités qu'il convient de se livrer... A ces bifurcations
incessantes, parce que la vie est ain...
13

Chant : Angélique Kidjo — Basse : Ben Zwerin
Guitare : Dominic James — Percussions : Magatte Sow
Batterie : Daniel H....
14

Chant, guitare et piano : Carmen Souza
Contrebasse et basse : Theo Pascal
Batterie, percussions : Elias Kacomanolis
P...
15

Direction artistique : Emmanuel Bardon
Chant : Gülay Hacer Toruk, Mashal Arman, Emmanuel Bardon
Rubâb, delrouba : Kha...
16

Texte : Baptiste Lecaplain
Mise en scène : Aslem Smida
Lumières : Thierry Manciet
Adopté par le public en quelques an...
17

Chorégraphie : Cayetano Soto — Musique : Julia Wolfe
Chorégraphie : Benjamin Millepied — Musique : Mad rush de Philip...
18
À travers ses productions, ses représentations et ses activités éducatives, les BJM
rejoignent les publics d’ici et de ...
19


Direction artistique : Benjamin Garzia
Solistes : Albane Carrère, Vannina Santoni
Cette année l’Orchestre Symphoniq...
20
→ Composez votre abonnement ou achetez vos places directement sur notre site.
→ Découvrez plus de photos et vidéos
→ In...
 Théâtre La Coupole Saint-Louis saison 2014/2015
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Théâtre La Coupole Saint-Louis saison 2014/2015

223 vues

Publié le

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
223
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Théâtre La Coupole Saint-Louis saison 2014/2015

  1. 1. 2 Pour cette nouvelle saison, nous voulons vous étonner et vous séduire, vous faire rire, vibrer et rêver. Nous poursuivons donc nos rencontres artistiques et humaines. Toujours des spectacles de qualité pour tous. Nous innovons aussi pour jouer avec le temps. Puisqu’on a tous l’impression que tout va vite, s’accélère, se bouscule, nous, nous changeons les repères temporels. Désormais le théâtre La Coupole annonce une saison d’automne rythmée - juste sur un trimestre. Le temps de savourer ces moments, ces surprises, ces retrouvailles puis, avant que n’arrive l’hiver, nous aborderons la saison de printemps et son tourbillon de nouvelles émotions et d’histoires inédites. Nous accélérons le rythme, divisons l’année, multiplions les rendez-vous, pour mieux prendre le temps de vivre pleinement ces expériences uniques sans s’encombrer de ce qui viendra le temps d’après... à tous très belle saison d’automne, au présent, tout de suite et maintenant ! Julie Friedrichs, Directrice Artistique
  2. 2. 3 Pour la saison 2014/2015, nous avons voulu accélérer les choses : il ne s’agira plus de prendre ses rendez-vous longtemps à l’avance, mais cette fois de vivre au jour le jour. Dans cette époque du « tout, tout de suite » nous avons voulu créer une dynamique, changer les rythmes. C’est pourquoi cette année, nous vivrons d’abord une saison d’automne, puis pour 2015 une saison d’hiver/printemps que nous dévoilerons fin novembre 2014. Mais ce n’est pas la seule nouveauté, cette année, afin d’être plus accessible, nous aurons un nouveau site de vente en ligne, toujours plus performant, et encore plus efficace. Fini les files d’attentes interminables en période d’abonnement après la présentation de saison, aujourd’hui nos spectateurs peuvent choisir leurs places et leurs spectacles depuis chez eux. Ce qui ne change pas, ce sont nos spectacles, toujours de qualités. Pour cette saison d’automne, nous retrouverons Claude Rich dans la pièce de Shakespeare La Tempête. Surprise et découverte avec notre premier spectacle en septembre ; Les Franglaises, qui viennent nous faire rire en chanson. Emotions et folie sont aussi au programme avec Zelda et Scott, ce couple Fitzgerald mythique dans une Amérique des années 20 en pleine décadence. Aiguisons notre curiosité avec le festival Musiques du Monde en novembre, où nous découvrirons avec plaisir des musiques d’ailleurs ; la grande Angélique Kidjo, notre coup de cœur Carmen Souza, et enfin le groupe Aashenayi, qui nous transporte aux frontières de la Méditerranée et du Moyen-Orient. Retrouvez tous nos spectacles sur notre site www.lacoupole.fr - 27 spectacles et 39 représentations - 946 abonnés - 11 651 spectateurs accueillis
  3. 3. 4  Avec : Sahlia Bala, Quentin Bouissou, Yoni Dahan, William Garreau, Marsu Lacroix, Philippe Lenoble, Adrien Le Ray, PV Nova, Daphnée Papineau, Romain Piquet, Laurent Taïeb, Roxane Terramorsi Réalisation mise en scène : les Tistics Création des costumes : Anna Rizza Création lumière : Romain Mazaleyras Ingénieur du son : Jean-Luc Sitruck Les Franglaises est un spectacle mêlant humour, musique, théâtre et danse. Le principe est simple : représenter en français les plus grands tubes anglophones traduits de manière littérale et malicieuse. Chaque chanson est interprétée avec des arrangements vocaux originaux, et des chorégraphies aussi soignées que décalées. Entre hommage et moquerie, ces artistes détournent la pop culture pour offrir une revue théâtrale irrésistible, intégrant le public, et faisant de ce spectacle hybride et débridé un vrai régal musical. L’occasion pour certains de découvrir la face cachée de ces chansons qui appartiennent à la culture internationale, et pour tous, de passer un moment jubilatoire et convivial. Il est temps de tester vos connaissances musicales, quitte à égratigner quelques grands mythes au passage. La troupe est issue d’un collectif de comédiens, musiciens, auteurs et vidéastes, passionnés de jeux sur la langue et les mots. Ils revendiquent un art où la comédie absurde, le burlesque et la poésie ont une place de choix. C’est l’humour et l’envie de créer qui réunit ces artistes tout-terrain, liés par une passion commune et une amitié profonde. Chacun des membres du collectif participe activement à tous les aspects de la mise en scène apportant sa touche, sa couleur, sa spécialité, sa folie. ©Tistics
  4. 4. 5  Traduit par Eric Kahane Mise en scène : Christophe Gand Avec Jacques Boudet et Maxime Lombard Décor : Marine Buridand Son : Renaud Duguet Lumières : Alexandre Icovic Régie : Philip Blandin L’Arche est agent théâtral du texte représenté. www.arche-editeur.com « Les différentes productions du Monte-plats jusqu’alors existantes ont toujours proposé des comédiens d’une trentaine ou quarantaine d’années. Selon moi, les personnages décrits dans la pièce sont remplis de petites habitudes, ils ont leurs rituels. On sent qu’ils sont aguerris mais qu’ils portent aussi en eux un certain poids de la vie. Ce sont des hommes las, et l’un d’eux se pose des questions, sûrement depuis longtemps. C’est pourquoi j’ai voulu mettre en lumière deux hommes « à l’âge de la retraite ». Toujours là comme des pions immuables de l’autorité, ils continuent ce boulot, sans trop savoir ce qui les pousse à le faire. L’auteur a laissé de nombreuses portes ouvertes dans le texte. Pourquoi ces deux hommes attendent-ils ? Qui doivent-ils exécuter ? D’où viennent les ordres ? Qui envoie ces « messages culinaires » par le monte-plats ? La pièce tourne autour de ces questions sans réponse. Le pouvoir est au cœur du texte : un chef invisible, des ordres qui arrivent mystérieusement, deux hommes qui sont utilisés comme des marionnettes depuis des années. Mais par ce thème, l’auteur traite également du problème de la communication entre les Hommes. Gus et Ben sont très différents, il y a un meneur et un suiveur. Le meneur, tête froide, applique les ordres. L’autre au contraire semblant d’avantage plan-plan se pose des questions sur sa hiérarchie et sur le but de leur « travail ». C’est ce mystère et ce non-dit que je mets en avant dans la mise en scène du spectacle. « Le monte-plats se fondra dans le décor, comme un troisième personnage fantomatique » L’objet clé qui symbolise le pouvoir et la manipulation est le monte-plats. Le spectateur ne le découvrira pas dès le début de la pièce mais il se fondra dans le décor, comme un troisième personnage fantomatique, un élément venu de nulle part.
  5. 5. 6 "Ses apparitions de plus en plus nombreuses seront caractérisées par un son. Celui-ci renforcera l’angoisse que ressentent peu à peu les deux personnages dans ce lieu énigmatique." En effet ce sous-sol, décor unique, plonge les personnages dans une prison, une galère. Il sera traité avec neutralité, peu d’éléments le constitueront mais les quelques objets qui seront présentés reflèteront une richesse d’en temps (nous sommes dans le sous sol d’un ancien restaurant chic). Je souhaite ainsi pouvoir créer un contraste entre la pauvreté de la situation (deux hommes qui attendent) et la vie qu’il y avait pu avoir autrefois dans ce sous-sol. Les « hors-champs » dans la pièce sont également très présents, aussi bien sonores que visuels. Ils permettent de renforcer l’immatérialité de ce lieu. Tous ces décalages viennent perturber les deux personnages pour qui, aussi, les contrastes sont nombreux. Nous avons le dominé (Gus) et le dominant (Ben). Malgré leur complicité, ils n’arrivent pas à communiquer. C’est cet élément qui dominera leur jeu. "Deux hommes pris dans un même rouage, mais réagissant différemment à cette domination." » Christophe Gand – Metteur en scène
  6. 6. 7  Textes et interprétation : Jean-Jacques Fdida Jeu et composition musicale : Jean-Marie Machado Mise en scène : Martine Draï Création lumière : Guillaume Tesson Sonorisation : Mohn Pincemein Coproduction : La Comédie de Valence, CDN Drôme Ardèche Le Cratère, Scène Nationale d’Alès Jean-Jacques Fdida a grandi à Paris dans le quartier de Belleville, au carrefour de différentes langues, couleurs, et traditions du monde. Depuis, son goût des différences et des mélanges n’a jamais cessé de nourrir son travail de création. Conteur, musicien, auteur et metteur en scène depuis une vingtaine d’années, son écriture se partage entre œuvres dramatiques et recueils de contes. Après avoir soutenu une thèse de doctorat sur le conte de tradition orale en 1995, Jean-Jacques Fdida explore depuis près de vingt ans les récits d’histoires sous des formes très diverses allant de la narration à voix nue jusqu’à la mise en scène sous forme théâtrale, oratorio, chœur et opéra, en passant par les enregistrements radio ou CD, aussi bien pour les adultes que pour les enfants. Jean-Marie Machado a été bercé au son de multiples cultures et sa musique reste ouverte à diverses influences. Il compose et improvise, escalade les échelles musicales avec une grâce toujours humaine, donne de l’âme à la mélodie, et est souvent qualifié de sensible et arrogant dans la puissance des émotions et ses couleurs vibrantes. Avec l’orchestre Danzas, Jean-Marie Machado présente des spectacles aux influences éclectiques : Fiesta Nocturna, La Fête à Boby (hommage à Boby Lapointe) et Lagrima Latina. Il collabore avec Dave Liebman et Antonio Placer, ainsi qu’avec Claudia Solal, Joce Mienniel, Nicolas Larmignat et Jean-Phlippe Viret au sein du quintet de jazz Les Âmes Papillons.
  7. 7. 8  Traduction et adaptation : Michael Sadler Adaptation et mise en scène : Christophe Lidon Avec : Claude Rich, Dominique Pinon, Sarah Biasini Denis Berner, Maxime d’Aboville, Joël Demarty, Jacques Fontanel, Adrien Melin, Jean-Marie Lardy, Jean- Loup Horwitz (distribution sous réserve) Décor : Catherine Bluwal Lumières : Marie-Hélène Pinon Vidéo : Léonard Costumes : Chouchane Abello Assistante à la mise en scène : Natacha Garange Tournée Acte 2 - création 2014 du CADO d’Orléans « Si comme le dit Shakespeare, «le monde est un théâtre», les théâtres sont des navires qui fendent les rêves et nous emportent dans des univers emplis d'histoires et d'émotions. Ainsi, la salle de notre théâtre va devenir ce fameux bateau que Prospero veut voir sombrer pour assouvir sa vengeance. Et le plateau, "espace sacré du jeu", deviendra l'île du magicien, peuplée des multiples facéties de Fabien Chalon (plasticien videaste) qui sait manier le rythme comme l'émotion, l'image comme le son. Fort de son aide, c'est un Claude Rich seigneur de l'Ile et chef de troupe, qui nous présentera un magicien enrichi de tout son art théâtral, accompagné de Dominique Pinon, Caliban ancré dans les entrailles de la terre. Miranda, la fille de Prospero, sera interprétée par Sarah Biasini qui lui offrira les traits solaires de la spontanéité innocente et sincère. Le plateau du théâtre sera séquencé par des rideaux transparents qui nous permettront d'emprisonner, entre ces derniers, de véritables intempéries (pluie, vent, neige, brouillard, ...). Fabien Chalon, grâce à ces différents supports atmosphériques, composera les images, inattendues et fantomatiques, de cet univers fait de poésie et de magie. » Christophe Lidon – Metteur en scène
  8. 8. 9  Pièce écrite et mise en scène par Renaud Meyer Avec : Chloé Lambert, Julien Boisselier, Jean-Paul Bordes Accompagnés par Le Manhattan Jazz Band Xavier Bornens : trompette, François Fuchs : contrebasse, Aidje Tafial : percussions Scénographie : Jean-Marc Stehlé assisté de Catherine Rankl Costumes : Dominique Borg — Lumières : Hervé Gary Chorégraphies : Lionel Hoche — Arrangements musicaux : Xavier Bornens Assistante à la mise en scène : Alison Lunier Renaud Meyer est écrivain et comédien. Il est l’auteur de trois romans : LES DEUX MORTS DE HANNAH K. (Pauvert - 2003) - Prix littéraire des Grandes Ecoles, Prix de l’Université d’Artois, Prix CLE de Chamalières, Sélections Prix du Roman FNAC, Prix du premier roman, Prix Carrefour, adapté en 2004 au théâtre (nomination Molière de la meilleure comédienne pour Marianne Epin), ROOM SERVICE (Maren Sell éditeurs – 2004) et TABLOÏDS (Mercure de France - 2006). Lauréat de la Fondation Beaumarchais en 2005 pour JOUR DE COLERE, Mise en espace par Nicolas Lormeau au théâtre du Rond-Point et coup de coeur du TNP Villeurbanne. Il écrit également des fictions pour France Inter (formats 9, 20 et 30 minutes). Depuis 2007 pour le programme Nuit Noire – Nuit Blanche : AU NOM DU PERE, MORT A CREDIT, SANS RETOUR POSSIBLE, SOEURS, POSTE RESTANTE, EXALTATION, LE SCENARIO, SHABBAT SHALOM, LA CURE, SPEED DATING, LE SYNDROME DE KAFKA, LA RECETTE, INSEPARABLES. Pour le programme Au fil de l’Histoire : GOLDA MEIR ET LA CONSTRUCTION D’ISRAËL, MACHIAVEL A L’ECOLE DES PRINCES, CHARCOT, MAGICIEN DE LA SALPETRIERE, SIMONE WEIL, UNE PHILOSOPHE DANS LA TOURMENTE, LE DERNIER ROMAN D’IRENE NEMIROVSKY, GERTRUDE STEIN, UNE AMERICAINE A PARIS, ANDRE MALRAUX, UN ECRIVAIN DANS L’HISTOIRE. Comme metteur en scène, il a monté plusieurs spectacles musicaux avec le théâtre Armande Béjart d’Asnières. En tant que comédien, il a joué notamment à la Comédie- Française dans des mises en scènes de Daniel Mesguich, Jean-Michel Ribes, Jean- Louis Benoît, Alexander Lang et Véronique Vella. Il enseigne à l’Université de Paris III – Sorbonne nouvelle, où il anime des ateliers d’écriture théâtrale.
  9. 9. 10 Il est sociétaire de la SACD et membre de la commission d’aide à l’écriture pour le Prix radio SACD Beaumarchais - France Culture - France Inter. Il est titulaire d’une maîtrise de droit des affaires, d’une maîtrise de sciences politiques et d’un DEA de droit public (Université de Paris I).
  10. 10. 11  Mise en scène par Patrick Haggiag Avec : Elsa Canovas, Benoit Di Marco, Agnès Guignard, Didier Menin, Laëtitia Pitz, Philippe Suberbie Assistante à la mise en scène : Anaïs Pelaquier Création costumes : Dominique Burté — Création lumières : Christian Pinaud Production : compagnie Roland Furieux Coproduction : Opéra Théâtre Metz-Métropole, Moselle Arts Vivants Avec le soutien de Fonds Leader / GAL Moselle Sud, Région Lorraine / La compagnie bénéficie du dispositif d’accompagnement à la structuration 2013-2015 de la Région Lorraine, Conseil Général de la Moselle Qui mieux que Marivaux, a su, saura figurer la confusion des sentiments, leurs ambivalences, leurs paradoxes, ainsi que leurs éprouvantes drôleries? Cette Double Inconstance là, interpelle aujourd'hui la compagnie Roland Furieux. Et qui mieux que cet auteur saura conclure ce cycle, qui, de Soie d’Alessandro Baricco à Manque de Sarah Kane, aura tenté de déplier, pli après pli, ces pages troublées et sublimes ? "Pas une trahison, juste voler un petit quelque chose d'un don supérieur", un bout de phrase tiré de Botho Strauss, phrase juste assez lumineuse pour orienter et inspirer notre Double inconstance. Une comédie d'été, avec sa vitalité, son humour, son excentricité - j'espère -, sa fièvre érotique et littéraire - c'est parfois la même- comme des objectifs évidemment. Et sans doute cela doit suffire. Mais encore, comme une intuition diffuse et aujourd'hui encore - un inexprimable paradoxe -, ressentir que l'expression finale de ce travail touchera d'autres zones, plus ambigües, plus déchirantes. Cette pièce est à la fin réjouissante, parce qu'elle rétablit les spectateurs dans leur estime d'eux-mêmes - ne chipotons pas sur ce plaisir là – mais devrait, du moins je le crois, le laisser un peu incommodé. Abasourdi. Parce que cette œuvre est géniale et que c'est un bien banal enjeu que de creuser un peu. Un arrière-goût. "La séduction est un jeu plus fatal, plus risqué aussi, qui n'est en rien exclusif du plaisir, au contraire, mais qui est autre chose que la jouissance. La séduction est un défi qui toujours tend à dérégler quelqu'un au regard de son identité, du sens qu'il peut prendre pour lui- même. Il y retrouve la possibilité d'une altérité radicale." Jean Baudrillard.
  11. 11. 12 C'est à ce jeu des possibilités qu'il convient de se livrer... A ces bifurcations incessantes, parce que la vie est ainsi. Encore dire que si le deuxième acte de La Double Inconstance est un modèle de ciselure, de complexité et d'esprit, nous aurons à cœur de le figurer, avec le vocabulaire esthétique approprié à son siècle. Les deux autres actes moins somptueux sans doute, plus débraillés, n'en marquent pas moins à mes yeux les premières manifestations de la modernité. Imaginer donc un geste scénographique pour composer ces trois temps. Notre distribution n'est plus à l'âge de la candeur, mais à celui des échanges, des revers de fortune, des accomplissements aussi, des négoces, des cartes rebattues, des regains, des retours sur soi. Voilà qui est passionnant ! Une note personnelle : La Dispute, mise en scène par Patrice Chéreau, inaugura pour moi, pour bien d'autres forcément, une compréhension et une "excitation" encore jamais ressenties avec le théâtre de Marivaux. Des années plus tard, j'ai été son assistant pour Le Temps et La Chambre de Botho Stauss. Cela a compté... Aujourd'hui que nous allons créer le texte de La Double Inconstance, c'est vers lui que se portent mes regards. Patrick Haggiag – Metteur en scène
  12. 12. 13  Chant : Angélique Kidjo — Basse : Ben Zwerin Guitare : Dominic James — Percussions : Magatte Sow Batterie : Daniel H. Freedman Angélique Kpasseloko Hinto Hounsinou Kandjo Manta Zogbin Kidjo, née le 14 juillet 1960 à Cotonou (Bénin), appelée Angélique Kidjo, est une chanteuse lauréate des Grammy Awards connue pour la diversité de ses influences musicales, l'originalité de ses clips et son engagement humanitaire comme Ambassadrice de Bonne Volonté de l'UNICEF. Parmi ses succès, on trouve les chansons Agolo, We We, Adouma, Wombo Lombo, Afirika et Batonga et sa propre version de Malaika. La BBC l'a incluse dans sa liste des 50 icônes du continent africain. Time Magazine l'a appelée la Première Diva Africaine et elle fait partie de la liste établie par The Guardian des 100 femmes les plus influentes au monde. Forbes magazine la fait figurer comme la première femme dans la liste des 40 célébrités les plus importantes d'Afrique. Le Daily Telegraph la décrit en 2012, lors des Jeux Olympiques de Londres, comme la "reine incontestée de la musique africaine". Ses influences musicales sont la pop africaine, la musique des Caraïbes, le zouk, la rumba congolaise, le jazz, le gospel, et différents styles de musique latine. Elle est inspirée aussi par les artistes qui ont bercé son enfance : Bella Bellow, James Brown, Aretha Franklin, Jimi Hendrix, Miriam Makeba et Carlos Santana. Elle a collaboré avec de nombreux artistes, notamment Carlos Santana, Alicia Keys, Peter Gabriel, Herbie Hancock, Branford Marsalis, John Legend, Bono, Philip Glass, Josh Groban, Dianne Reeves, Vampire Weekend, Dr. John, Dave Matthews et Cassandra Wilson. Kidjo parle couramment le fon, le français, le yoruba le mina et l'anglais. Elle chante dans ces cinq langues. Sa chanson Malaika, de l'album Logozo, est en swahili. Elle reside à New York.
  13. 13. 14  Chant, guitare et piano : Carmen Souza Contrebasse et basse : Theo Pascal Batterie, percussions : Elias Kacomanolis Piano : Ben Burrell (Sous réserve de modification) En quelques années, Carmen Souza est devenue une référence de la musique du Cap Vert, et l’une des rares artistes à créer un nouveau corpus de chansons cap verdiennes intemporelles, qui inspireront sans doute les générations à venir. Entre jazz et world music, avec un héritage africain très présent, la chanteuse a une voix sensuelle et énergisante. Passant aisément de la mélancolie à l’allégresse, sur scène plus que nulle part, Carmen Souza nous fait profiter de sa joie de vivre communicative.
  14. 14. 15  Direction artistique : Emmanuel Bardon Chant : Gülay Hacer Toruk, Mashal Arman, Emmanuel Bardon Rubâb, delrouba : Khaled Arman — Nyckelharpa & fidula : Aliocha Regnard Kamensheh, vièle : Emmanuelle Guigues — Kanun : Aroussiak Guevorguian Flûte à bec : Gwénaël Bihan — Oud : Philippe Roche Percussions : Henri-Charles Caget, Ismaïl Mesbahi Canticum Novum est soutenu par la ville de Saint Etienne, le Conseil Général de la Loire, la Région Rhône Alpes, le Ministère de la culture et de la communication – DRAC Rhônes Alpes. Il reçoit également le soutien de l’ADAMI et de la SPEDIDAM. L’ambition de Canticum Novum est de transmettre au mieux par la musique un message de respect mutuel, de tolérance et d’acceptation de l’autre dans sa différence en se replongeant à l’époque où la musique était symbole de mixité et de vie commune. La musique ancienne espagnole est par son histoire à la croisée des chemins : l’Espagne est riche de l’union du monde chrétien occidental avec un Orient marqué d’une double hérédité juive et mauresque. Nous cherchons à faire entendre nos racines communes, à donner la possibilité à chacun de se réapproprier un patrimoine encore bien vivant, parfois même d'une saisissante modernité. La frontière entre une culture populaire et une culture « intellectuelle et savante » s’efface. Des arts et de la musique apparaissent en filigrane les traditions populaires et les échos de l'Orient plongeant l'auditeur au cœur d'un univers qui, d'une manière ou d'une autre, lui raconte son histoire. Le chemin parcouru après « Paz, Salam & Shalom », nous laisse entrevoir l'énorme travail de médiation culturelle qu'il reste à faire pour transmettre le répertoire que nous défendons auprès des jeunes et du plus large public. Le travail de proximité et l'attachement à un dialogue sans cesse renouvelé avec le public, les musiciens et nos partenaires nous semblent être aujourd'hui au cœur de notre projet. Au regard de la mémoire continuer à créer des passerelles avec l'avenir pour que la musique permette encore d'inciter le dialogue, la découverte, la complicité, le questionnement...
  15. 15. 16  Texte : Baptiste Lecaplain Mise en scène : Aslem Smida Lumières : Thierry Manciet Adopté par le public en quelques années à peine, cet humoriste hors normes, a su imposer sa griffe. Baptiste, artiste incontournable grâce à son spectacle Baptiste se tape l'affiche raconte avec toute la candeur et l'autodérision qui le caractérisent, le parcours qui l'a mené sur les planches. Avec son talent d'improvisation, il nous transporte dans son monde absurde où Plus rien ne l'arrête ! Après s'être illustré dans la série Bref ou encore au cinéma dans Nous York de Géraldine Nakache et Hervé Mimram. Après avoir rempli 30 Bataclan en 2012/2013, Baptiste reprend une dernière fois les routes de France avant d'entamer la préparation de son second spectacle. Déjà plus de 250 000 spectateurs conquis !
  16. 16. 17  Chorégraphie : Cayetano Soto — Musique : Julia Wolfe Chorégraphie : Benjamin Millepied — Musique : Mad rush de Philip Glass Chorégraphie : Barak Marshall — Musique : Balkan Brass Band, Tommy Dorsey, Goran Bregovic, … Compagnie de répertoire contemporaine de renommée internationale, BJM - Les Ballets Jazz de Montréal proposent une danse hybride alliant l’esthétique du ballet classique à plusieurs autres styles de danse. Fondée en 1972 par Geneviève Salbaing, Eva von Gencsy et Eddy Toussaint, cette compagnie a tracé son sillage à travers les époques. Plus contemporains, les BJM offrent aujourd’hui un produit artistique sexy, explosif, original, accessible et remarqué par l’excellence de son exécution. Le «jazz» dans le nom de la troupe fait davantage référence à du ballet classique mis au goût du jour qu’à un style musical. Depuis 1998, les BJM sont dirigés de main de maître par le directeur artistique Louis Robitaille. Son flair indéniable à dénicher des chorégraphes talentueux et proposer des ballets de haut calibre permet de multiplier les défis pour son équipe d’artistes- interprètes. Monsieur Robitaille a présenté des oeuvres de chorégraphes internationaux tels que Mia Michaels, Trey McIntyre, Patrick Delcroix, Rodrigo Pederneiras, Mauro Bigonzetti, Annabelle Lopez Ochoa, Cayetano Soto et Barak Marshall. Le directeur artistique a particulièrement à coeur, cependant, de soutenir et d’encourager la créativité canadienne — chorégraphes, compositeurs et concepteurs. Des chorégraphes comme Dominique Dumais, Crystal Pite, Aszure Barton et plus récemment, le chorégraphe Wen Wei Wang ont enrichi le répertoire des BJM. L’institution demeure l’une des compagnies de danse les plus en vue du Canada. Avec plus de 2 000 spectacles donnés dans 65 pays, pour une assistance de plus de deux millions d’amateurs, les BJM agissent comme véritables ambassadeurs de la culture québécoise et canadienne dans le monde. Entamant fièrement leur 42e année, les BJM ont atteint une grande maturité tout en demeurant ouverts sur l’évolution de leur discipline. Un juste équilibre qui prend racine dans la stabilité de leur organisation. Le dynamisme physique, la virtuosité et la personnalité unique des artistes-interprètes en font une compagnie remarquable. Les BJM font la promesse de vous faire passer un moment remarquable en conciliant le plaisir du public à des créations énergiques qui n’en sont pas moins fortes, expressives, « musclées » et exigeantes.
  17. 17. 18 À travers ses productions, ses représentations et ses activités éducatives, les BJM rejoignent les publics d’ici et de l’étranger pour encourager la découverte, stimuler l’imagination, démocratiser la danse et partager leur passion pour cette discipline. Le succès des BJM repose sur cette alchimie particulière qui fait de chaque création, le fruit d’une rencontre mémorable entre les chorégraphes, les danseurs et le public.
  18. 18. 19   Direction artistique : Benjamin Garzia Solistes : Albane Carrère, Vannina Santoni Cette année l’Orchestre Symphonique de Saint-Louis vous invite à venir fêter le Nouvel An accompagné de deux des plus séduisantes voix de la nouvelle génération lyrique : Vannina Santoni et Albane Carrère. A travers une odyssée musicale où les valses, parmi les plus célèbres, orneront et seront ornées par les plus grands airs d’Opéra et d’Opérette, les deux solistes tisseront un délicieux voile musical au travers duquel s’ouvrira l’année naissante, dans le bonheur d’un spectacle riche en émotions, traditions et surprises.
  19. 19. 20 → Composez votre abonnement ou achetez vos places directement sur notre site. → Découvrez plus de photos et vidéos → Inscrivez-vous pour recevoir notre lettre d’information mensuelle. billetterie2014@theatrelacoupole.fr → Les billets réservés, doivent être réglés sous 3 jours. Au-delà, les réservations seront automatiquement annulées. → Les réservations de dernière minute, non réglées, sont remises en vente ½ heure avant le début de la représentation. → Les billets ne seront ni repris, ni échangés, ni remboursés. Ouverture exceptionnelle : samedi 14 juin de 11h à 17h. Horaires habituels d’ouverture : du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 18h Samedi de 10h à 13h. Fermeture le lundi. Envoyez ou déposez votre bulletin d’abonnement (dûment rempli accompagné du règlement par chèque à l’ordre du théâtre la Coupole et nous joindre une enveloppe timbrée (pour l’envoi des abonnements) à l’adresse suivante : Théâtre La Coupole 2, Croisée des Lys 68300 Saint-Louis Les abonnements reçus par courrier sont traités par ordre d’arrivée. Julie Jordan Collaboratrice de direction Responsable de la communication ►03 89 70 91 42 ►julie.jordan@theatrelacoupole.fr

×