Théâtre la Coupole automne 2015

439 vues

Publié le

Théâtre la Coupole automne 2015

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
439
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
281
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Théâtre la Coupole automne 2015

  1. 1.                                                              
  2. 2.   2     EDITO     La  Coupole  a  15  ans.     Et   en   2015,   peut-­‐être   plus   que   jamais,   nous   voulons   défendre   des   valeurs...   Petite   crise   d’adolescence  ou  grande  prise  de  conscience  après  «  ces  événements  »  du  début  d’année.  Avec   les   artistes   que   nous   soutenons,   avec   vous   et   pour   vous,   spectateurs,   fidèles   ou   occasionnels,   nous  affirmons  qu’il  est  indispensable  à  une  société  d’accéder  à  la  liberté,  l’égalité,  la  fraternité  -­‐   mais  aussi  à  ces  valeurs  que  promeuvent  les  artistes  et  artisans  du  spectacle  vivant  :  il  s’agit  de   (re)mettre  l’humain,  les  rencontres  et  le  partage  au  cœur  de  nos  vies.   Parce  qu’invoquer  le  «  contexte  »  quel  qu’il  soit  c’est  se  cacher  des  réalités,  idéaliser  un  ailleurs   meilleur,  songer  au  temps  d’avant...   Or   nous,   nous   sommes   ici   et   maintenant,   passeurs   d’idées,   pourvoyeurs   de   créations,   amplificateurs  d’émotions,  de  réflexions  et  de  rêves.   Alors  ensemble  fêtons  cette  saison  de  Cristal  et  émerveillons-­‐nous  des  joyaux  qui  sont  à  notre   portée,  partageons  ces  pépites…  (et  bien  que  ce  soit  «  la  crise  »)  accordons  nous  des  respirations   artistiques,  savourons  quelques  rencontres  éclatantes,  aiguisons  notre  esprit  de  curiosité.       Nous  vous  souhaitons  une  superbe  Saison  d’Automne  !       Julie Friedrichs, directrice artistique   «  La  culture  n’est  pas  un  luxe,  c’est  une  nécessité  »   Gao  Xingjian,  prix  Nobel  de  littérature.   →  Saison  d’Automne  
  3. 3.   3     Septembre   Père  et  Manque                                                                                                                                                                                                                                         Théâtre     1h30  /  Samedi  26  septembre  2015  →  20h30   Le   Comte   de   Bouderbala                                               Humour     1h30  /  Mardi  29  Septembre  2015  →  20h30       Octobre   Sieste  Cubaine                                                                                                                                                                                                         Cirque  aérien   1h05  /  Samedi  03  octobre  2015  →  20h30   Grand  Corps  Malade                                                                                                                                                                                                           Slam       1h45  /  Samedi  17  octobre  2015  →  20h30   Los  Abrazos                                                                                                                                                                                                   Soirée  Musique/Danse   1h00  /  Vendredi  30  octobre  2015  →  20h30     Novembre   Ballet  de  l’Opéra  National  du  Rhin                                                                                                                                                       Danse   1h30  avec  entracte  /  Vendredi  06  novembre  2015  →  20h30   La  Chanson  de  l’Eléphant                                                                                                                                                                         Théâtre   1h20  /  Vendredi  13  novembre  2015  →  20h30   Vincent  Peirani  Quintet  –  Living  Being                                                                                                                                                       Jazz   1h30  /  Mardi  17  novembre  2015  →  20h30   L’Ecole  des  Femmes                                                                                                                                                             Théâtre   2h10  /  Samedi  28  novembre  2015  →  20h30     Décembre   Les  Chevaliers  de  la  Table  Ronde                                                                                                                                   Opéra  Bouffe   1h55  /  Mercredi  09  décembre  2015  →  20h30  
  4. 4.   4     Cendrillon                                                                                                                                                                                                                               Danse   1h40  /  Mardi  15  décembre  2015  →  20h30     Janvier   Concert  du  Nouvel  An   Hors  Abonnement   1h45  avec  entracte  /  Samedi  09  janvier  2016  →  20h30                                                Dimanche  10  janvier  2016  →  17h00   Communiqué  de  presse     Pour   cette   nouvelle   saison,   la   Coupole   conserve   la   qualité   et   la   diversité   de   ses   propositions   artistiques.  Une  saison  d’Automne  2015  toute  en  élégance  et  en  surprises,  avec  des  rencontres,   des  découvertes  et  surtout  beaucoup  d’émotions  !   La  Coupole  qui  fête  ses  15  ans  en  2015  réaffirme  ses  valeurs  et  sa  ligne  artistique  pour  offrir  une   saison  remarquable.  Des  artistes  et  des  compagnies  de  renom  s’arrêteront  à  Saint-­‐Louis  pour   des  moments  intenses  (Le  Comte  de  Bouberbala,  Grand  Corps  Malade,  Véronique  Jannot,  Jean-­‐ Baptiste  Maunier  ou  Vincent  Peirani  pour  ne  citer  qu’eux).   12   soirées   sont   programmées   à   l’Automne   2015  :   3   de   théâtre,   4   de   musique,   3   de   danse,   1   d’humour  et  1  de  cirque.   La  Coupole  propose  également  une  soirée  exceptionnelle  avec  les  danseurs  du  Ballet  de  l’Opéra   du  Rhin.  Et  un  temps  fort  autour  du  tango,  danse  et  musique,  vendredi  30  octobre.  Un  opéra   bouffe  est  programmé  ;  genre  que  les  spectateurs  ludoviciens  n’ont  pas  eu  l’occasion  d’apprécier   au  théâtre  depuis  une  dizaine  d’années.   Des  textes  du  répertoire  (l’Ecole  des  femmes,  cendrillon…)  et  des  auteurs  contemporains  (Pascale   Lécosse,  Nicolas  Billon…),  du  slam,  de  la  musique  classique,  du  cirque  aérien…   Cette  saison  encore,  il  y  en  aura  pour  tous  les  goûts  !     Les  équipes  techniques,  administratives  et  artistiques  du  théâtre  La  Coupole  poursuivent  leur   travail  avec  pour  objectif  de  faire  découvrir,  d’émouvoir  et  d’intéresser  les  publics  du  secteur   Sud  Alsace  et  au-­‐delà.   La   Coupole   propose   dans   sa   programmation   des   spectacles   de   grande   envergure   et   de   belle   facture.  Des  nouveautés  et  des  retrouvailles,  des  artistes  renommés  à  la  carrière  internationale,   des   textes   du   répertoire,   des   bijoux   d’écritures   contemporaines,   de   la   sensualité,   des   grivoiseries,  des  larmes  et  du  rire…   La  saison  est  dévoilée  mercredi  10  juin  avec  une  présentation  en  grande  salle  à  19h30.   De  petites  surprises  marqueront  ces  15  ans  et  une  soirée  spéciale  anniversaire  aura  lieu  en   décembre  2015.     Les   ventes   de   billets   à   l’unité   et   en   formules   d’abonnements   démarreront   en   direct   et   sur   Internet  mercredi  10  juin  à  partir  de  21h30.   www.lacoupole.fr  
  5. 5.   5     La  billetterie  est  ouverte  de  façon  exceptionnelle  jeudi  11,  vendredi  12  et  samedi  13  juin  de  10h   à  18h.  L’équipe  est  ensuite  disponible  aux  horaires  habituels  :  de  10h  à  12h30  et  de  14h  à  18h  du   mardi  au  vendredi  et  de  10h  à  13h  le  samedi.     En 2014 Activités engendrées par la programmation : 252 nuits d’hôtel à Saint-Louis, pour les techniciens et les artistes 603 repas à Saint-Louis, pour les techniciens et les artistes Origines géographiques du public : 30% Saint-Louis, 30% Communauté de communes des Trois Frontières et 30% Sundgau Père  et  Manque                                                                                                                                                   Théâtre   1h30  /  samedi  26  septembre  2015  →  20h30   Atelier  Théâtre  Actuel   Une  pièce  de  Pascale  Lécosse   Mise  en  scène  d’Olivier  Macé     Avec   Véronique  Jannot,  Frédéric  Van  Den  Driessche,  Estelle  Vincent  et  César  Van  Den  Driessche   https://vimeo.com/109281578     Note  d'intention   «   Père   et   manque   ou   la   comédie   des   faux   semblants,   des   sentiments   enfouis,   des   secrets   familiaux…   jusqu’à   ce   qu’in   fine   tombent   les   masques   et   les   mensonges.   Car   qu’il   s’agisse   de   comédie,   de   drame   ou   de   tragédie,   le   mensonge   est   le   moteur   numéro   un   du   théâtre,   un   déguisement  de  la  vérité,  une  modification  du  comportement…   La  famille  Ferri,  apparemment  bien  sous  tous  rapports,  vit  dans  ce  déni  et  ce  mensonge  depuis   des   années,   s’en   accommode,   mais   s’en   sert   aussi…   Le   texte   de   Pascale   Lécosse   restitue   parfaitement   cette   atmosphère   :   très   précis,   juste,   finement   ciselé,   il   fait   monter   par   petites   touches  la  tension  jusqu’au  dénouement  final…  Deux  interprètes  subtils,  fins  et  habiles  dans  leur   jeu  campent  à  merveille  ce  couple  paré  à  toutes  les  tempêtes.   Véronique   Jannot   et   Frédéric   Van   den   Driessche   sont   à   la   fois   drôles,   caustiques   mais   aussi   touchants  et  sincères.     La  mise  en  scène  est  soignée  et  efficace  dans  le  jeu,  dédiée  à  faire  évoluer  tous  ses  personnages   tout  en  respectant  le  rythme  de  l’écriture,  entre  rires,  autodérision  et  rebondissements.   La  seule  vérité  n’est-­‐elle  pas  de  s’aimer  ?  »     Crédit  photo  :  d.  r.  
  6. 6.   6     Frédéric Van Den Driessche Véronique Jannot Le  Comte  de  Bouderbala                                                                                                           Humour   1h30  /  mardi  29  septembre  2015  →  20h30   JFB  Production https://www.youtube.com/watch?v=VDdsvB5RBEc https://www.youtube.com/watch?v=nWKpBcroFt4 Biographie     Il  y  avait  en  France,  au  Moyen  Age,  "le  roi  des  fous",  personnage  populaire  que  les  petites  gens   élisaient  une  fois  par  an,  et  qui  avait  le  droit  de  se  moquer,  un  jour  seulement,  des  grands  de  ce   monde.  Nous  avons  aujourd'hui,  de  façon  plus  durable,  "le  Comte  de  Bouderbala",  c'est-­‐à-­‐dire,   selon  l'étymologie  arabe  du  mot  "bouderbala",  le  Comte  en  guenilles,  en  haillons,  ou  encore:  "le   comte  des  désargentés".     Ce  nouveau  Comte  des  temps  modernes  se  moque  de  tout  et  de  tout  le  monde,  y  compris  de  lui-­‐ même  !  Entre  cynisme  et  autodérision,  non  seulement  il  fait  rire  mais  en  plus  il  y  prend  plaisir…   et  ça  se  voit  !  Entre  slam  et  stand  up,  il  livre,  il  offre,  sur  un  rythme  effréné  et  tourbillonnant  sa   lecture   du   monde.   Une   vision   volontairement   décalée,   provocatrice   (mariage   des   rappeurs),   parfois   grinçante   et,   cependant,   toujours   pleine   de   tendresse.   Il   assène   les   vacheries   les   plus   dures,  raconte  des  histoires  apparemment  cruelles,  mais  toujours  avec  un  sourire  désarmant  qui   permet  à  chacun  de  relativiser  (violence  à  l'école,  les  minorités  ethniques  et  sexuelles).  […]     Monsieur   le   Comte,   pas   encore   30   ans,   est   de   belle   prestance   :   1m78,   le   regard   bleu   et   une   véritable  stature  d'athlète.  Son  itinéraire  est  pour  le  moins  original,  sinon  étonnant.  C'est  sur  les   terrains  de  basket  qu'il  a  commencé  par  se  rendre  célèbre.  Après  un  beau  parcours  sportif  en   France,   il   joue,   en   2004   et   2005,   dans   une   des   meilleures   équipes   des   Etats-­‐Unis:   celle   des   Huskies   de   l'Université   du   Connecticut   (Uconn),   champions   NCAA   en   titre.   Il   fait   partie,   également,  de  la  sélection  nationale  algérienne  de  2001  à  2005.  Il  revient  des  Etats-­‐Unis  avec   une  solide  expérience  en  basket  et…  une  équivalence  MBA  de  la  Business  School  de  l'université.     Mais  l'homme  n'est  pas  de  ceux  qui  se  laissent  enfermer  dans  une  seule  discipline,  une  seule   passion  !  Il  avoue  même  qu'il  aime  tout  particulièrement  se  mettre  dans  des  situations  où  on   l'attend  le  moins.  Sport  ou  business?  Le  basket  professionnel  ou  le  monde  des  affaires?  Un  choix   impossible   pour   Samy.   Et   quand   vous   disposez   de   deux   choix   entre   lesquels   il   est   difficile   de   trancher,  il  peut  être  bon  d'en  chercher  un  troisième.  Le  jeune  homme,  qui  depuis  toujours  a  un   certain  talent  pour  la  tchatche,  sera  donc  comédien.  
  7. 7.   7       Mais  l'appel  du  one-­‐man  show  se  fait  vite  pressant  et  le  Comte  relève  un  nouveau  défi.  Il  décide   de  retourner  aux  Etats-­‐Unis,  à  New  York,  et  de  jouer  son  spectacle  en  anglais  dans  les  comedy   clubs  de  la  ville.  […]     Un  fils  de  l'immigration  algérienne  qui  a  grandi  dans  les  banlieues  de  la  ceinture  de  Paris  (Seine   Saint   Denis),   mais   aussi   en   région   narbonnaise,   et   qui   migre   à   son   tour   quelques   années   aux   Etats-­‐Unis  :  autant  dire  que  ce  ne  sont  pas  les  sujets  qui  manquent  pour  inspirer  le  Comte  !  Il   épingle  les  sociétés  française  et  américaine  (nos  amis  américains),  leurs  richesses,  leurs  travers,   leurs  grandeurs,  leurs  bassesses.  Des  choses  qui  font  rire,  des  choses  qui  font  hurler,  des  choses   qui  font  pleurer.  Le  Comte  de  Bouderbala  ?  Un  Comte…  sans  manières  !       Crédit  photo  :  d.  r.   Sieste  cubaine                                                                                                                               Cirque  Aérien 1h05  /  samedi  03  octobre  2015  →  20h30   Cie  Arts  des  Airs  
  8. 8.   8     Écriture  &  mise  en  scène  :  Armance  Brown   Scénographie,  création  des  agrès  &  création  lumière  :  Bruno  Krief   Création  costumes  :  Corinne  Lagadec   Construction,  direction  technique  &  régie  :  Yann  Devidal     Distribution  :  Jerome  Galan  -­‐  Armance  Brown  -­‐  Bruno  Krief  -­‐  André  Mandarino     Avec  le  soutien  de  la  DGCA  et  par  la  Direction  Régionale  des  Affaires  Culturelles  d'Ile  de  France-­‐ Ministère  de  la  culture  et  de  la  communication   https://vimeo.com/83178190 La  compagnie        Armance  Brown  et  Bruno  Krief  ont  créé  ensemble  un  numéro  de  double  trapèze  ascensionnel   sous  le  nom  des  Clérys.  Trapéziste,  Armance  est  issue  du  milieu  du  théâtre,  Bruno,  plasticien  et   graveur  (expositions  à  Paris  et  New  York,  membre  de  La  Jeune  Gravure  Contemporaine  et  du   Salon   des   Réalités   Nouvelles)   a   quitté   les   Arts   Plastiques   pour   les   Arts   du   Cirque.   Ils   sont   également  créateurs  et  interprètes  de  solos  et  de  duos  aériens  aux  tissus  et  aux  sangles  pour   différents  spectacles.                Bruno   Krief   est   enseignant   en   disciplines   aériennes   et   mat   chinois   au   Centre   National   des   Arts   du   Cirque   (CNAC)   et   à   l'Académie   Fratellini.   Armance   est   intervenante   artistique   à   l'Académie  Fratellini  et  met  aussi  en  scène  des  numéros  acrobatiques  (parmi  lesquels  Antoine  et   Rocco,  médaillés  d'Argent  au  Festival  Mondial  du  Cirque  de  Demain  ou  Elod  Trager,  médaille   d'or  aux  Festival  les  feux  de  la  Rampe  aux  sangles  aériennes).                        Après  avoir  parcouru  l'Europe  des  cirques  et  des  music-­‐halls,  ils  rencontrent  Wim  Wenders     et  passent  trois  mois  à  Berlin,  comme  acteurs  et  concepteurs  des  scènes  aériennes  du  film  Si   loin,   si   proche,   prix   du   Jury   au   Festival   de   Cannes.   Rencontre   également   avec   Bérangère     Bonvoisin  pour  le  théâtre  pour  "La  Vierge  et  le  Cheval"    et"  La  chèvre"  au  théâtre  de  l'Odéon  et   pour   "le   Poisson   des   grands   fonds",   pièces   de   Marie-­‐Louise   Fleisser   au   théâtre   de   la   Colline,   Mauricio  Celedon  et  son  théâtre  gestuel  pour  "Nanaqui",  la  chorégraphe  Blanca  Li  pour  la  danse   contemporaine  pour  "Salomé",  le  metteur  en  scène  Jérôme  Savary,  et  le  plasticien  Daniel  Buren   pour  la  création  d'un  duo  au  "Nouveau  Cirque"      la  Compagnie  Foraine  .                        Armance  Brown  et  Bruno  Krief  décident  de  créer  leur  compagnie  de  "Nouveau  Cirque"  afin   de    réaliser  leurs  propres  spectacles  et  trouver  un  langage  commun  entre  cirque,  musique,  danse   et  théâtre.  Ils  ont  créé  et  ont  tourné  les  spectacles  "Eclats  Sol  Air",  "Bambous  de  souffle",  "Vertige   de  l'ombre",  "Sieste  Cubaine"  et  "Partitions  Bambous".   Crédit  photo  :  Philippe  Laurençon  
  9. 9.   9     Grand  Corps  Malade                                                                                                                                         Slam 1h45  /  samedi  17  octobre  2015  →  20h30  
  10. 10.   10     Caramba Grand  Corps  Malade  :  Chant   Feedback  :  Batterie,  Basse   Nenad  Gajin  :  Guitares   Leslie  Bourdin  :  Piano,  Accordéon     Production  :  Jean-­‐Rachid   Biographie     Grand  Corps  Malade,  de  son  vrai  nom  Fabien  Marsaud,  est  né  en  1977  sous  le  soleil  de  la  Seine-­‐ Saint-­‐Denis.  Son  premier  album,  Midi  20,  publié  en  2006,  s’écoule  à  plus  de  700  000  exemplaires   ;   il   est   sacré   double-­‐disque   de   platine   et   remporte   deux   Victoires   de   la   musique   («   l’album   révélation  »  et  «  la  révélation  scène  »).  Deux  ans  plus  tard,  en  2008,  paraît  Enfant  de  la  ville  ;   Grand   Corps   Malade   est   nommé   Chevalier   dans   l’ordre   des   Arts   et   Lettres.   Ses   deux   opus   franchissent   l’Atlantique   avec   succès   puisqu’il   reçoit,   en   2009   et   pour   la   deuxième   année   consécutive,  le  Félix  de  l’Artiste  Francophone  de  l’année  au  Québec  (équivalent  des  Victoires  de   la  musique).  En  2010,  son  troisième  album,  intitulé  3e  temps  et  réalisé  par  Dominique  Blanc-­‐ Francard,  confirme  la  voix  et  la  plume  exceptionnelles  de  «  l’homme  à  la  béquille  qui  a  fait  entrer   le   slam   en   France   par   la   grande   porte   ».   À   ce   jour,   Grand   Corps   Malade   compte   1,2   million   d’albums  et  400  concerts  en  France  et  à  l’étranger.  Chaque  année,  certains  de  ses  textes  sont   proposés   au   baccalauréat   de   français.   Patients,   son   premier   texte   en   prose   paru   à   l’automne   2012,  plébiscité  par  le  public  et  la  critique  littéraire,  est  une  des  meilleures  ventes  de  livres  de   l’année,  avec  près  de  130  000  exemplaires  vendus.   https://youtu.be/mFCJArOrzxU https://youtu.be/pYrN9nxI0gM Crédit  photo  :  Julien  Mignot   Los  Abrazos                                                                                                          Soirée   Musique/Danse 1h00  /  vendredi  30  octobre  2015  →  20h30  
  11. 11.   11     Cie  Estro   Chorégraphie  et  interprétation  :  Ximena  Zalazar  Firpo,  Willem  Meul   Création  musicale  et  interprétation  :  Marisa  Mercade,  Vanesa  Garcia   Création  lumière  :  Arnaud  Poumarat   Création  costumes  :  Souen  -­‐  Tania  Dietrich  et  Stéphane  Thomas   Son  :  Frédéric  Apffel     Coproduction  :  Espace  Culturel  de  Vendenheim  et  La  Filature,  Scène  Nationale  de  Mulhouse.     Soutien  :  Ministère  de  la  Culture  et  de  la  Communication  –  DRAC  Alsace,    Région  Alsace,  Conseil   Général  du  Haut-­‐Rhin,  Ville  de  Mulhouse,    Spedidam,    ED&N  de  Sausheim,  Agence    Culturelle   d'Alsace,  Ballet  de  l'Opéra  National  du  Rhin,    Fondation  Alliance.     https://youtu.be/wptfXkBV4FI Le  spectacle     Los   Abrazos   est   une   proposition   à   la   fois   musicale   et   visuelle   à   l’esthétique   particulièrement   séduisante,  entre  tradition  et  modernité.     La  compagnie  Estro  travaille  sur  les  fondamentaux  du  tango  argentin,  à  partir  de  sa  musique  et   des  états  émotionnels  et  corporels  qu’il  propose.   Attraction-­‐répulsion,  rythme  interne  ;  Revenir  aux  sources.   Pour   ce   spectacle,   2   danseurs.   Un   homme,   une   femme.   Une   bandonéoniste   et   une   percussionniste   à   la   fois   compositrices   et   improvisatrices   sur   un   plateau   «   nu   ».   La   lumière   accompagne   les   corps,   elle   les   met   à   jour   ou   les   cache,   elle   fait   corps,   elle   est   malléable,   pleinement  actrice  du  mouvement  multiple,  de  cet  abrazo/enlacement  inépuisable  et  fertile.     Un  autre  spectacle  «  surprise  »  sera  proposé  durant  cette  soirée  tango  –  musique  et  danse.             Crédit  photo  :  Michel  Demas  
  12. 12.   12     Ballet  de  l’Opéra  National  du  Rhin                                                                                                                       Danse   1h30  /  vendredi  06  novembre  2015  →  20h30  (avec  entracte)   Productions  du  Ballet  de  l’Opéra  national  du  Rhin   Le  Sacre  du  Printemps   Chorégraphie,  décors  :  Stephan  Thoss   Musique  :  Igor  Stravinsky   Créé  par  le  Ballet  du  Théâtre  national  de  Wiesbaden     Plus  d’un  siècle  après  sa  création,  la  sulfureuse  musique  de  Stravinsky  n’a  pas  pris  une  ride  et   continue  d’inspirer  les  chorégraphes  contemporains.  Stephan  Thoss  en  livre  sa  version,  alliant  à   la  puissance  musicale  les  danseurs  du  Ballet  de  l’Opéra  du  Rhin,  pour  révéler  avec  irrévérence,   toute  la  force  de  cette  œuvre.   La  Chambre  noire   Chorégraphie,  décors,  costumes,  lumières  :  Stephan  Thoss   Musique  :  Jean-­‐Sébastien  Bach,  Hans  Zimmer,  Javier  Naverette,  Kronos  Quartet,  Kimmo   Pohjonen,    Samuli  Kosminen,  Felix  Mendelssohn-­‐Barthold   Créé  par  le  Ballet  du  Théâtre  national  de  Wiesbaden     Les   huit   danseurs   nous   propulsent   dans   le   cosmos,   au   cœur   de   l’univers   infini,   noir   et   mystérieux.  Là  où  l’homme  prend  toute  la  conscience  de  son  existence  face  à  l’immensité  et  à   l’inconnu.   Sur   une   bande   son   aux   rythmes   éclectiques,   Stephan   Thoss   nous   laisse   flotter   en   apesanteur.     Marbre   Chorégraphie,  décors,  costumes  :  Marcos  Morau  /  Produccion  La  Veronal   Musique  :  Arvo  Pärt     Marcos  Morau  montre  à  travers  cette  pièce  l’isolement  de  l’individu  dans  les  relations  humaines.   Sur   un   air   de   piano,   les   danseurs   exécutent   des   chorégraphies   où   les   contorsions   et   les   désarticulations  des  corps  rythment  les  évitements  et  les  rencontres.   Stephan  Thoss,  chorégraphe Originaire  de  Leipzig,  Stephan  Thoss  a  été  formé  à  l’école  Palluca  de  Dresde,  avant  d’étudier  la   danse   expressionniste   allemande   d’après   les   théories   de   Rudolf   Laban.   Il   commence   son   parcours   de   danseur   dans   les   années   1980   à   l’Opéra   de   Dresde   où   il   devient   soliste   puis  
  13. 13.   13     chorégraphe  résident,  en  1992,  après  un  passage  au  Komische  Oper  de  Berlin.  Parallèlement,  il   crée  des  chorégraphies  pour  le  Ballet  de  Stuttgart,  le  Balleto  di  Toscana  et  le  Nederland  Dans   Theater   2.   Il   est   directeur   du   Ballet   de   l’Opéra   de   Kiev   de   1998   à   2001,   assume   ensuite   ces   mêmes   fonctions   à   l’Opéra   de   Hanovre   jusqu’en   2007,   année   où   il   est   nommé   directeur   artistique  du  ballet  de  l’Opéra  de  Wiesbaden.  Très  musical,  son  style  change  d’une  production  à   l’autre  :  courts  solos  ou  ballets  intégraux,  réinterprétations  de  grands  classiques  comme  Giselle,   La  Belle  au  bois  dormant,  Le  Lac  des  cygnes  ou  Le  Sacre  du  printemps,  oeuvres  abstraites  ou   d’inspiration   surréaliste   comme   Searching   for   Home   et   Irr-­‐Garten,   ou   encore   comédies   burlesques  telles  que  Boléro,  No  Cha-­‐Cha-­‐Cha  et  Carmencita.   Marcos  Morau,  chorégraphe   Marcos   Morau   est   né   à   Valence   en   1982.   Après   l’obtention   d’un   diplôme   en   chorégraphie   à   l’institut  du  théâtre  de  Barcelone,  il  complète  ses  études  au  conservatoire  supérieur  de  danse  de   Valence   et   au   Movement   Research   de   New   York.   En   2005,   avec   d’autres   artistes,   il   crée   le   collectif  «  La  Veronal  »,  qui  regroupe  des  disciplines  comme  la  danse,  le  cinéma,  la  littérature  et   la   photographie.   Son   objectif   :   trouver   de   nouveaux   supports   expressifs   et   de   nouvelles   références   culturelles   employant   un   langage   narratif,   dans   l’idée   de   constituer   des   espaces   artistiques  globaux.  Ses  créations  obtiennent  de  nombreuses  récompenses  à  l’échelon  national   et  international.  La  formation  commence  à  exporter  son  concept  dans  d’autres  compagnies,  avec   lesquelles  elle  collabore.  En  2013,  il  remporte  le  Prix  national  de  danse.   Compagnie   Créé  en  1972,  le  Ballet  du  Rhin,  devenu  depuis  le  Ballet  de  l'Opéra  national  du  Rhin,  a  beaucoup   voyagé.  En  Alsace,  en  France  et  dans  le  monde  entier  ensuite,  en  ambassadeur  reconnu  de  la   danse,   enrichi   par   ses   «   patrons   »   successifs   :   Jean   Babilée,   Denis   Carey,   Peter   Van   Dyk,   Jean   Sarelli,  Jean-­‐Paul  Gravier,  Bertrand  d'At,  et  maintenant  Ivan  Cavallari.  Tous  ont  contribué,  par   leur  impact  personnel  et  par  leurs  choix  artistiques,  à  faire  de  cette  compagnie  une  troupe  au   savoir-­‐faire  et  à  la  qualité  unanimement  reconnus.  Le  Ballet  de  l'Opéra  national  du  Rhin  est  l’une   des  rares  compagnies  françaises  à  pouvoir  passer  avec  un  égal  bonheur  du  baroque  au  moderne,   du  classique  au  contemporain  pour  donner  à  voir  la  danse  dans  tous  ses  états.  La  longue  liste  des   chorégraphes  qui  trace  son  parcours  de  Bournonville  à  Heinz  Spoerli,  en  passant  par  Balanchine,   Kylian,  Béjart,  Forsythe  ou  Lucinda  Childs,  est  là  pour  en  témoigner.  Son  répertoire  comprend   aussi  bien  des  ballets  «  repères  »  comme  La  Sylphide  ou  Giselle  que  des  relectures  iconoclastes   des   grands   titres   du   répertoire   comme   Roméo   et   Juliette,   Don   Quichotte,   Casse-­‐noisette   ou   Coppélia,   des   œuvres   jalons   des   chorégraphes   marquants   du   XXe   siècle   et   des   créations   demandées  à  de  jeunes  chorégraphes  ou  des  artistes  déjà  confirmés.     La  compagnie  dispose  d'une  troupe  de  33  artistes  permanents,  venus  du  monde  entier  et  qui,   outre   une   solide   formation   académique   initiale,   doivent   être   capable   d'appréhender   en   profondeur  les  styles  les  plus  divers.             Crédit  :  Jean-­‐Luc  Tanghe  
  14. 14.   14     La  Chanson  de  l’Eléphant                         Théâtre 1h20  /  vendredi  13  novembre  2015  →  20h30   Atelier  Théâtre  Actuel   De  Nicolas  Billon     Mise  en  scène  de  Bruno  Dupuis     Avec   Pierre  Cassignard  :  Docteur  Greenberg   Jean-­‐Baptiste  Maunier  :  Michael   L’infirmière  Peterson  (en  cours  de  distribution)     Scénographie  :  Sophie  Jacob   Lumières  :  Marie-­‐Hélène  Pinon   Vidéo  :  Léonard   Assistant  mise  en  scène  :  Jeoffret  Bourdenet     https://www.youtube.com/watch?v=neD4cU2O-Kc&feature=youtu.be       Note  d’intention  
  15. 15.   15     «  La   Chanson   de   l’Éléphant   est   un   texte   intense   et   subtil.   Chaque   nouvelle   lecture   permet   d’apprécier  un  peu  mieux  avec  quelle  adresse  l’auteur  sème  ses  indices,  construit  son  intrigue  et   dessine  les  paradoxes  de  ses  personnages.  Ce  n’est  qu’à  l’issue  des  dernières  répliques  que  le   spectateur  est  délivré  de  ce  jeu  de  piste  pervers  dans  lequel  Michael,  jeune  interné  d’un  hôpital   psychiatrique  à  la  personnalité  trouble,  entraîne  le  docteur  Greenberg.   En   temps   réel,   les   deux   adversaires   se   jaugent   et   s’affrontent,   tels   deux   boxeurs,   enchaînant   séquences  d’observations  et  échanges  de  coups,  reprises  de  souffle  et  contre-­‐attaques.  En  guise   d’arbitre,  Peterson,  l’infirmière  consciencieuse,  distribue  les  avertissements.   Au  fond,  c’est  à  un  grand  chamboulement  de  l’ordre  établi,  du  bien-­‐fondé  de  la  hiérarchie,  des   évidences  trompeuses,  des  apparences  menteuses,  que  l’auteur  se  livre  non  sans  ironie  et  avec   une   délectation   cruelle.   Mais   c’est   surtout   de   carences   affectives,   d’un   manque   d’amour   ravageur,    terreau  fertile  à  l’aigreur  et  à  la  haine,  dont  il  est  question  de  bout  en  bout,  dans  cet   affrontement.  »       Bruno  Dupuis  -­  Metteur  en  scène     La  pièce   Quelque  part  en  Ontario,  le  docteur  Lawrence,  thérapeute  d’un  hôpital  psychiatrique,  a  disparu.   L’un   de   ses   patients,   Michael,   est   la   dernière   personne   à   l’avoir   vu.   Sans   tenir   compte   des   avertissements   sibyllins   de   l’infirmière   de   garde,   le   docteur   Greenberg,   directeur   de   l’hôpital,   s’acharne  à  obtenir  du  jeune  homme,  un  témoignage  cohérent.   Mais  Michael,  intelligent  et  manipulateur,  s’entête  à  parler  d’éléphants,  d’opéra,  de  chantage  et   de  meurtre.  Le  jeune  patient  entraine  le  docteur  dans  un  jeu  de  piste  pervers.   La  rencontre  tourne  à  l’affrontement,  et  la  disparition  au  thriller  psychologique.   Pièce  du  canadien  Nicolas  Billon,  La  Chanson  de  l’Éléphant  nous  ouvre  les  portes  d’un  asile  où  se   trame  une  enquête  à  plusieurs  inconnues.    
  16. 16.   16     Vincent  Peirani  Quintet  –  Living  Being                                                                                                             Jazz   Anteprima  Productions   Vincent  Peirani  :  accordéon   Emile  Parisien  :  saxophone   Tony  Paeleman  :  fender  rhodes   Julien  Herné  :  basse   Yoann  Serra  :  batterie     http://www.dailymotion.com/video/x20zl3g_vincent-­‐peirani-­‐living-­‐being-­‐aux-­‐victoires-­‐du-­‐ jazz-­‐2014_creation     http://www.dailymotion.com/video/x2gdjmw_dream-­‐brother-­‐de-­‐jeff-­‐buckley-­‐par-­‐vincent-­‐ peirani-­‐emile-­‐parisien-­‐tony-­‐paeleman-­‐julien-­‐herne-­‐et-­‐yoan_music  
  17. 17.   17       Biographie     Après  des  études  de  musique  classique  en  accordéon  et  en  clarinette  puis  de  nombreux  prix  et   récompenses  internationaux,  Vincent  Peirani  s’oriente  vers  le  jazz  et  les  musiques  improvisées   en  faisant  ses  classes  au  CNSM  de  Paris  dans  le  département  jazz.     Révélé  lors  du  concours  de  Jazz  de  la  Défense  en  2003,  il  commence  à  se  produire  aux  côtés  de   nombreux  musiciens  :   Marcel   Azzolla,   Jean   Paul   Céléa,   Denis   Charolles,   Bruno   Chevillon,   Manu   Codjia,   Denis   Colin,   Médéric   Collignon,   Vincent   Courtois,   Lars   Danielsson,   Laurent   Dehors,   Thomas   de   Pourquery,   Minino   Garay,   Renaud   Garcia   Fons,   Fred   Gastard,   Yaron   Herman,   Stéphane   Huchard,   Daniel   Humair,  François  Jeanneau,  Sylvain  Luc,  François  Merville,  Christophe  Monniot,  Youn  Sun  Nah,   Émile   Parisien,   Dominique   Pifarély,   Michel   Portal,   Louis   Sclavis,   Éric   Séva,   Henri   Texier,   Ulf   Wakenius,  Louis  Winsberg,  Daniel  Zimmerman...     Mais  aussi  dans  la  chanson,  la  world  musique  et  la  musique  classique:   Roberto  Alagna,  Le  Cirque  des  Mirages,  Mireille  Delunsch,  Kiko  Ruiz,  Laurent  Korcia,  Lansana   Kouyaté,   Art   Mengo,   André   Minvielle,   Quai   n°5,   François   Salque,   Sansévérino,   Cheikh   Tidiane   Seck,  Les  Yeux  Noirs     Parrallèlement  à  toutes  ces  activités,  Vincent  Peirani  monte  également  ses  propres  projets:  un   solo   intitulé   "L'ébruiteur",   son   duo   avec   Vincent   Lê   Quang   (disque   "Gunung   Sebatu"   paru   en   février  2009  chez  Zig  Zag  Territoires),  son  autre  duo  avec  François  Salque  (disque  "EST"  paru  en   février   2011   chez   Zig   Zag   Territoires),   "Living   Being",   quintet   rock   électrique   avec   Émile   Parisien,  Yoann  Serra,  Tony  Paeleman  &  Julien  Herné,  et  "Séjalan"  quintet  pop-­‐world  co-­‐dirigé   avec  la  chanteuse  franco  indonésienne  Serena  Fisseau.       Crédit  photo  :  Sylvain  Gripoix      
  18. 18.   18     L’Ecole  des  Femmes                                                                                                                                                         Théâtre   2h10  /  samedi  28  novembre  2015  →  20h30   ARTT/Philippe  Adrien     De  Molière   Mise  en  scène  Philippe  Adrien   Avec   Patrick  Paroux,  Valentine  Galey,  Pierre  Lefebvre,  Joanna  Jianoux,  Gilles  Comode,  Pierre  Diot,   Vladimir  Ant,  et  en  alternance  Raphaël  Almosni  et  Dominique  Boissel   Production  :  ARRT/Philippe  Adrien,  compagnie  subventionnée  par  le  ministère  de  la  Culture,   avec  le  soutien  de  l’Adami.  En  coréalisation  avec  le  Théâtre  de  la  Tempête.   https://www.youtube.com/watch?v=pDq249tQ-­lg   https://www.youtube.com/watch?v=uTvTvvCgjys    
  19. 19.   19     Entretien  avec  Philippe  Adrien     Qu’est-­ce  qu’elle  a  de  moderne,  cette  pièce  ?   «  Elle   n’est   ni   moderne   ni   ancienne,   elle   est   éternelle   puisqu’il   s’agit   des   rapports   entre   les   hommes  et  les  femmes  !  […]Molière  aborde  cette  question  dans  L’École  des  femmes  en  créant   une   situation   particulière   :   l’histoire   de   cette   petite   fille   quasiment   adoptée   par   un   certain   Arnolphe   lequel,   pour   faire   son   éducation,   la   confie   à   un   couvent…   Il   pense   qu’en   la   faisant   éduquer  dans  l’ignorance,  elle  sera  totalement  innocente  et  n’aura  pas  idée  de  le  tromper.  C’est   évidemment   une   erreur   qui   lui   coûtera   cher   puisque   qu’il   sera   trompé   avant   même   d’avoir   épousé  Agnès.   Mais  pourquoi  monter  cette  pièce  aujourd’hui  ?   Précisément,  pour  bien  mesurer  à  la  fois  l’écart  qu’il  y  a  entre  notre  époque  et  celle  de  Molière,   et  en  même  temps  ce  qui  perdure  dans  les  esprits,  qui  tient  à  cette  différence  entre  homme  et   femme.   Crédit  :  Chantal  Depagne-­‐Palazzon  
  20. 20.   20     Les  Chevaliers  de  la  Table  Ronde                                                                                                   Opéra  bouffe   1h55  /  mercredi  09  décembre  2015  →  20h30   Cie  Les  Brigands     Paroles de Henri Chivot & Alfred Duru Musique de Louis-Auguste-Florimond dit Hervé (1825-1892) Représenté pour la première fois le 17 novembre 1866 sur le Théâtre des Bouffes-Parisiens à Paris Création novembre 2015 Version pour 13 chanteurs et 12 instrumentistes Note  d’intention     « L’histoire, enfin le propos, se passe entre le Moyen-Âge et nos jours. Un samedi soir. Ou un mardi matin. Mais en aucun cas le jeudi après-midi (car il y a la piste aux étoiles le jeudi, tout le monde sait cela). Et donc en costume d’époques, armures et baskets […].
  21. 21.   21     D’où l’importance de jouer cet opéra politique et social ancré dans une réalité purement bretonne. N’ayons pas peur de le dire, il y a aura du beurre dedans, et pas allégé mais bio et donc équitable. La légende du Graal n’est pas si loin. Cet opéra n’est en aucun cas, […] un divertissement mais une réflexion profonde sur la réalité et le réel de notre époque. Il faudra y lire en filigrane l’échec du monde libéral, la souffrance des banlieues ainsi que la guerre en Syrie et un peu de football. » Crédit : Pierre-André Weitz Cendrillon Danse 1h40  /  mardi  15  décembre  2015  →  20h30   Malandain  Ballet  de  Biarritz     Musique  :  Serge  Prokofiev   Chorégraphie  -­‐  Directeur  de  production  :  Thierry  Malandain   Coproductions  /  Partenariats  :  Opéra  Royal  de  Versailles  /  Château  de  Versailles,  Orquesta   Sinfónica  de  Euskadi,  Théâtre  National  de  Chaillot,  Opéra  de  Reims,  Teatro  Victoria  Eugenia  de   San  Sebastián,  Estate  Teatrale  Veronese,  Lugano  in  Scena,  Teatro  Mayor  de  Bogotá,  Arteven  -­‐   Regione  de  Veneto,  Teatros  del  Canal  de  Madrid,  Théâtre  Olympia  d’Arcachon,  Espace  Jéliote  -­‐   Scène  Conventionnée  CCPO  d’Oloron  Sainte-­‐Marie,  Malandain  Ballet  Biarritz    
  22. 22.   22     Note  d’intention     «  Ce  que  j’ai  voulu  exprimer  avant  tout  par  la  musique  de  Cendrillon  est  l’amour  poétique  de   Cendrillon   et   du   Prince,   la   naissance   et   l’éclosion   de   cet   amour,   les   obstacles   dressés   sur   son   chemin  et,  finalement,  l’accomplissement  d’un  rêve.  »  Serge  Prokofiev.   Cendrillon  est  une  très  vieille  histoire  que  l’on  connaît  grâce  à  Charles  Perrault  (1697)  et  aux   frères   Grimm   (1812),   mais   il   existe   de   par   le   monde   plusieurs   centaines   d’autres   versions.   L’intrigue,   le   merveilleux,   la   richesse   des   symboles   de   ce   conte   féerique   furent   également   la   source  d’une  multitude  d’adaptations  à  l’écran  et  au  théâtre.  […]     J’ai   choisi   de   concentrer   les   pouvoirs   protecteurs   de   la   marraine   et   de   la   mère   dans   le   seul   personnage  de  la  Fée.  Pour  le  reste,  je  demeure  fidèle  à  la  réécriture  du  conte  de  Perrault  faite   par  Nikolaï  Volkov  pour  le  ballet  de  Serge  Prokofiev.  […]   Enfin,  ce  n’est  pas  un  mystère,  Prokofiev,  maître  de  l’orchestration  avec  lequel  l’histoire  ne  s’est   pas   montrée   très   tendre,   est   l’auteur   d’une   musique   franche   aux   oreilles,   mais   parfois   grimaçante,  railleuse  et  violente.  Parce  qu’elle  se  reflète  en  moi  […]   Pourquoi  Cendrillon  aujourd’hui  ?  Il  fallait  un  déclic  et  outre  l’opportunité  de  la  représenter  sur   la   scène   de   l’Opéra   royal   de   Versailles   dont   l’édification   débuta   au   temps   de   Perrault,   cette   phrase  de  Nietzsche  :  «  Il  faut  avoir  un  chaos  en  soi-­‐même  pour  accoucher  d’une  étoile  qui  danse.   »  fut    l’étincelle.  […]   https://vimeo.com/68367991  
  23. 23.   23     Concert  du  Nouvel  An                                                                                                                             Concert   Hors  abonnement  /  1h45  (avec  entracte)   Samedi  09  janvier  2016  →  20h30     Dimanche  10  janvier  2016  →  17h00     Orchestre  de  Saint-­‐Louis  les  3  Frontières Direction  artistique  :  Benjamin  Garzia   Ténor  :  Florian  Laconi     Pour   ce   premier   concert   de   l’année  2016,   l’Orchestre   de   Saint-­‐Louis   invite   à   une   somptueuse   promenade  entre  tradition  et  surprises.  Au  programme  :  d’illustres  valses  viennoises,  des  airs   d’opéra,   des   chansons   françaises   célèbres,   ornés   de   la   puissante   et   poétique   voix   du   ténor   Florian   Laconi.   Aussi,   la   Bohème   de   Puccini   dansera   avec   celle   d’Aznavour   dans   un   délicieux   mélange  des  styles  et  des  époques,  qui  ouvrira  la  nouvelle  année  dans  la  joie  et  les  rires.   Le  concert  sera  dirigé  et  présenté  par  Benjamin  Garzia.    
  24. 24.   24       Programme       (Sous  réserve  de  modifications)     Johann  SRAUSS  (père  et  fils)  -­‐  Le  Beau  Danube  Bleu   La  Marche  de  Radetzky   Giacomo  PUCCINI  -­‐  Nessun  Dorma   Air  de  la  Bohème   En  parallèle  avec  La  bohème  de  Charles  AZNAVOUR   Jacques  OFFENBACH  -­‐  La  Vie  Parisienne       Une  rencontre  avec  le  chef  d’orchestre  et  le  soliste  aura  lieu  à  19h30  le  samedi  et  à  16h00  le   dimanche  à  l’Espace  Bar  du  théâtre.       Crédit  :  Guy  Greder  et  Studio  Harcourt   CONTACT  PRESSE     Mina  MILLION   mina.million@theatrelacoupole.fr     03  89  70  90  22     Théâtre  La  Coupole   2,  Croisée  des  Lys   68  300  SAINT-­‐LOUIS   www.lacoupole.fr  

×