1_______________________________________________________________20122013__________________________________________________...
2SOMMAIRESéances scolairesSéances scolairesSéances scolairesSéances scolaires 3333Résumé, distribution, biographieRésumé, ...
3SÉANCES SCOLAIRESSÉANCES SCOLAIRESSÉANCES SCOLAIRESSÉANCES SCOLAIRESLe carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carn...
4compositeur. Son mauvais caractère nencourageait guère ses contemporains àinscrire ses œuvres à leurs programmes. En 1871...
5la musique de son époquela musique de son époquela musique de son époquela musique de son époqueSaint-Saëns a eu une vie ...
6Humour et musique populaireCe formalisme n’empêche pas Saint-Saëns de s’intéresser à des formes musicalesd’inspiration pl...
7par les rugissements du lion : gammes par 1/2 tons dans le grave du piano (octaves deLiszt). Ces rugissements seront eux-...
86) Kangourous :Imprévisibles bêtes qui sautillent sur leurs pattes arrières avant de sarrêter pourobserver les alentours ...
911) Pianistes :Les bêtes des scènes ou de concours, selon les circonstances, que sont les pianistes nepouvaient être lieu...
10PistesPistesPistesPistes de travailde travailde travailde travailSans dire le titre de l’œuvre, en faire écouter l’un ou...
114) Développement dun motif :Donner un motif de départ (sur 3-4 notes) à transformer: le chanter plus haut ou plusbas, pl...
127) Annexes :A-
132°)B-En écoutant l’œuvre dans son intégralité, je remets les 15mouvements dans l’ordre.………………………………………………………………………………………...
14C- IMAGES A PLACER
15D –TRAVAIL D’ECOUTE CYCLE 3
16E – TRAVAIL D’ECOUTE CYCLE 2
17LEXIQUELEXIQUELEXIQUELEXIQUEACCOMPAGNEMENT : ensemble de sons vocaux ou instrumentaux qui joue lerôle de soutien harmoni...
18clarinette, le hautbois, le saxophone. Leur point commun : l’émission de son se faitpar un biseau ou par une anche (simp...
19CORDES : nom donné dans l’orchestre ou dans la musique de chambre à l’ensembledes instruments à cordes et à archet : le ...
20FORME : espace organisé dans lequel se développe une composition musicale (fugue,rondo)FORTE : renforcement de l’intensi...
21INTENSITE : terme musical qui traduit la force d’un son (ex : piano = doux, forte =fort)INTERLUDE : un interlude est une...
22MIRLITON : le kazoo ou mirliton, est un accessoire qui modifie la voix. Il estconstitué d’un tube fermé par une membrane...
23PIANO :(sens 1) instrument de musique à clavier et à cordes frappées.(sens 2) passage musical qui doit être joué douceme...
24SOLO : intervention remarquable d’une voix ou d’un instrument en soliste, au seind’une composition.SOPRANO : le timbre l...
25TRIO : pièce musicale écrite pour trois parties mélodiques simultanées ou troisinstruments différents.TRIOLET : le triol...
26de plus grande taille et dont on joue assis en le tenant entre les jambes.VOCALISES : on nomme vocalises des exercices v...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier pedagogique le_carnaval_des_animaux

395 vues

Publié le

Le Carnaval des Animaux Dossier pédagogique Présenté à la Coupole Saint-Louis Mai 2013

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
395
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
25
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier pedagogique le_carnaval_des_animaux

  1. 1. 1_______________________________________________________________20122013______________________________________________________DOSSIER PÉDAGOGIQUEDOSSIER PÉDAGOGIQUEDOSSIER PÉDAGOGIQUEDOSSIER PÉDAGOGIQUEle carnaval desle carnaval desle carnaval desle carnaval desanimauxanimauxanimauxanimauxCAT. C ~ Durée : 1h00 sans entracte / mar 14.05.2013 ~ 19:30Ensemble instrumental du Conservatoire de Saint-LouisSAISONSAISONSAISONSAISONDRConcertDès 5 ans
  2. 2. 2SOMMAIRESéances scolairesSéances scolairesSéances scolairesSéances scolaires 3333Résumé, distribution, biographieRésumé, distribution, biographieRésumé, distribution, biographieRésumé, distribution, biographie 3333SSSSon époqueon époqueon époqueon époque 4444La musique de son époqueLa musique de son époqueLa musique de son époqueLa musique de son époque 5555Sa musiqueSa musiqueSa musiqueSa musique 5555Le carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carnaval des animaux 6666Piste de travailPiste de travailPiste de travailPiste de travail 10101010AAAAnnexesnnexesnnexesnnexes 13131313LexiqueLexiqueLexiqueLexique 18181818Bibliographie et discographieBibliographie et discographieBibliographie et discographieBibliographie et discographie 26262626
  3. 3. 3SÉANCES SCOLAIRESSÉANCES SCOLAIRESSÉANCES SCOLAIRESSÉANCES SCOLAIRESLe carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carnaval des animaux / Mardi 14.05.2013 à 14h00 concertLe carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carnaval des animaux / Mercredi 15.05.2013 à 14h00 concertLe carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carnaval des animaux / jeudi 16.05.2013 à 10h00 concertLe carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carnaval des animauxLe carnaval des animaux / jeudi 16.05.2013 à 14h00 concertRÉSUMÉRÉSUMÉRÉSUMÉRÉSUMÉCette œuvre est une suite musicale de 15 mouvements, composée par Camille Saint-Saëns en 1886. Elle décrit en musique les allures, les mouvements du lion, dukangourou, des poules, … Le programme comportera également des bagatelles pourpiano et le septuor de Saint-Saëns.Les professeurs du Conservatoire de Saint-Louis sont accueillis au théâtre La Coupolepour une série de concerts scolaires et une représentation familiale. Ce rendez-vousest une première collaboration, conjugaison des talents de notre ville. Elèves, jeuneset familles, sont attendus autour de ce temps fort exceptionnel.DISTRIBUTIONDISTRIBUTIONDISTRIBUTIONDISTRIBUTIONDirection musicale : Jean-Claude André.Musiciens : en coursRécitant : Auguste VonvilleÉLÉMENTS BIOGRAPHIQUESÉLÉMENTS BIOGRAPHIQUESÉLÉMENTS BIOGRAPHIQUESÉLÉMENTS BIOGRAPHIQUESNé en France, à Paris, dans une famille de modestes fonctionnaires, pianiste prodige,il improvise dès lâge de 3 ans des petites mélodies sur son instrument ! A 5 ans, ilmaîtrise parfaitement la technique du piano et compose sa première pièce. A 7 ans, iljoue Bach, Mozart et Haendel en public, parle latin, senthousiasme pour lesmathématiques. Cest à lâge de 11 ans quil joue en public un concerto pour piano deMozart, départ dune carrière de concertiste quil na jamais interrompue jusquà samort en 1921. Après être entré au conservatoire pour étudier lorgue et lacomposition, il écrit sa 1ère symphonie à 18 ans. Le Conservatoire lui refuse un Prixde Rome, mais il gagne lamitié de Gounod, Rossini, Liszt et Berlioz. Capabledorchestrer une partition tout en bavardant avec des amis, écrivain, philosophe,naturaliste, professeur (entre autres, de Fauré), il épouse, à 40 ans, la ravissanteMarie-Laure Truffot, qui en a 19. Leurs deux fils mourront en bas-âge. La considérantcomme responsable, il se sépare de sa femme en 1881, année où il est élu à lInstitut(Académie des Beaux-Arts). Morte en 1950, elle ne le reverra jamais. Pianiste et chefdorchestre, véritable « VRP de luxe » des pianos Erard, ses tournées triomphales lemènent aux USA et en Grande-Bretagne, où il rencontre la très mélomane reineVictoria. Il est le premier pianiste à avoir joué lintégrale des concertos pour piano etorchestre de Mozart. Mais St-Saëns eu du mal à se faire reconnaître comme
  4. 4. 4compositeur. Son mauvais caractère nencourageait guère ses contemporains àinscrire ses œuvres à leurs programmes. En 1871, il fonde la "Société Nationale deMusique", qui avait pour but de promouvoir la musique française, par réaction auxromantisme allemand et à lopéra italien très en vogue à ce moment. Cest à lapogéede son succès, en 1886, quil composa le "Carnaval des Animaux", et sa 3è Symphonieavec orgue, quil dédia à son ami Franz Liszt. Celui-ci put entendre lexécution enprivée, quelques temps avant sa mort, du "Carnaval des Animaux", que St-Saënsrenia presque aussitôt; il nautorisa ni la publication, ni lexécution en public de cetteœuvre jusquà sa mort, craignant sans doute de nuire à sa réputation à cause ducaractère satirique de cette musique. Très imbu de son image, adversaire annoncé deDebussy, il demande linterdiction de la musique allemande en 1914. Il meurt à Alger,où il était venu pour passer l’hiver, le 16 décembre 1921. Il est enterré au cimetière duMontparnasse à Paris.La production de Saint-Saëns a été longue et variée. Il a composé des symphonies,des poèmes symphoniques, des concertos pour piano, violon et violoncelle, desmusiques religieuses, des opéras sans oublier le célèbre Carnaval des Animaux écriten 1886.SON époqueSON époqueSON époqueSON époqueLa France au temps de Saint-SaënsSaint-Saëns a vécu à une époque marquée par les troubles politiques. À quatre-vingt-sept ans, le musicien a vu se succéder plusieurs régimes politiques (la Monarchie deJuillet, la Deuxième République, le second Empire et la Troisième République),plusieurs guerres (la guerre franco prussienne et la Première Guerre mondiale) ainsique l’insurrection de la Commune de Paris en 1871.Le siècle du progrèsÀ l’ère de la Révolution industrielle (développement du machinisme et apparition duchemin de fer), la France devient une grande puissance. Elle domine peu à peu unvaste empire colonial qui s’étend d’Afrique jusqu’en Asie. Les expositions universellesse multiplient à Paris et visent à promouvoir l’industrie. Le Feu céleste de Saint-Saëns, célébration de l’électricité ouvre l’Exposition universelle de 1900.La Belle ÉpoqueAu début du XXe siècle, ces progrès scientifiques et techniques offrent un confortjusqu’alors inconnu. Une succession dinventions viennent modifier profondément lemode de vie : la photographie, le vélocipède qui se mue en bicyclette, la réalisation demoteurs plus petits et légers permet la mise au point des motocyclettes, desautomobiles, des avions. Le développement de la médecine et de lhygiène permet defaire baisser la mortalité des nourrissons et daugmenter lespérance de vie. La Franceséquipe de plus en plus de lélectricité. En 1895, la projection du premier film delhistoire à Paris marque le succès quattend la cinématographie.
  5. 5. 5la musique de son époquela musique de son époquela musique de son époquela musique de son époqueSaint-Saëns a eu une vie longue, il a connu de nombreux courants musicaux et a vucoexister des esthétiques très différentes.Le romantismeSaint-Saëns est né en plein cœur du courant romantique. Le romantisme célèbrel’expression, la sensibilité, la rêverie. Les compositeurs romantiques cherchent àtrouver plus de souplesse dans l’écriture en réaction aux structures rigides del’époque classique. Le romantisme marque également l’exaltation du «moi». L’artisteconnaît une notoriété nouvelle.Le tournant du siècleÀ la fin du XIXe siècle, une nouvelle génération de compositeurs apparaît. En France,la Belle Époque voit l’avènement de Debussy ou Ravel qui révolutionnent le langagemusical en s’éloignant délibérément des romantiques.sa musiquesa musiquesa musiquesa musiqueUn musicien « touche à tout »…Camille Saint-Saëns est un compositeur prolifique. Il a abordé tous les genres :- des opéras (La princesse jaune 1872, Samson et Dalila 1877, Le timbre d’argent,Henri VIII, Les barbares, Frédégonde, Andromaque…)- 5 symphonies dont 2 restées inédites (la dernière, en 1866, avec orgue est dédiée àLiszt)- des poèmes symphoniques (Le Rouet d’Omphale – 1871, Phaëton – 1873, Dansemacabre –1874, La Jeunesse d’Hercule – 1877)- des concertos- des musiques de chambre- de la musique religieuse (oratorios, cantiques, un requiem-1878)- de nombreuses mélodies (119 au total dont Les Mélodies Persanes en 1870)- Une fantaisie zoologique, Le Carnaval des Animaux – 1886… Attaché à la traditionCamille Saint-Saëns aime revenir aux sources plutôt que d’expérimenter et opte plusvolontiers pour la sobriété que l’effusion de sentiments.La perfection de la formeLa rigueur intellectuelle et morale de Saint-Saëns transparaît dans sa musique. Ilattache une importance particulière à la perfection de la forme et ses compositionstémoignent d’une maîtrise des techniques d’écriture. C’est d’ailleurs ce qui lui a valuquelques critiques face aux innovations des compositeurs novateurs et modernescomme Debussy et Ravel.
  6. 6. 6Humour et musique populaireCe formalisme n’empêche pas Saint-Saëns de s’intéresser à des formes musicalesd’inspiration plus populaires et d’avoir le sens de l’humour. Il est le premiercompositeur de renom à composer pour le cinéma et est l’auteur d’une des premièresmusiques de film de l’histoire pour l’Assassinat du Duc de Guise (1908).Le Carnaval des Animaux, œuvre immédiatement attachée au nom de Saint-Saëns denos jours, montre tout l’humour dont est capable le compositeur.LE carnaval des animauxLE carnaval des animauxLE carnaval des animauxLE carnaval des animauxA travers le Carnaval des Animaux, Saint-Saëns se moque de la musique descriptive.Cette farce animalière reflète son esprit et sa science.Le compositeur interdit lexécution publique de cette œuvre de son vivant. Il fallutattendre la lecture de son testament pour que lœuvre soit rejouée en public. Seul lemorceau intitulé Cygne était exclu de cette censure et fut si volontiers joué quildevint le « tube » de générations de violoncellistes.Cette « fantaisie zoologique » nest quune parenthèse dans la carrière du musicienqui, la même année, achevait sa symphonie n°3 avec orgue, son chef dœuvre.Dans le Carnaval des Animaux, il reprend la forme très ancienne de la suite, qui,enchaîne plusieurs danses de caractères et de rythmes différents pour être donné enconcert par des instruments. Loriginalité de Saint-Saëns est davoir remplacé lesdanses par la description danimaux. Autre originalité pour lépoque; leffectifinstrumental: 2 pianos, 2 violons, 1 alto, 1 violoncelle, 1 contrebasse, 1 flûte, 1clarinette, 1 harmonica (petit instrument à lames métalliques mises en vibration parla pression des doigts, analogue au sanza africain) et 1 xylophone.Le compositeur propose une instrumentation différente pour chaque pièce, leffectiftotal nétant utilisé que dans le final. On relève également des pièces "charnières", quimarquent la structure de lœuvre : ce sont lIntroduction et marche du roi lion, leFinal, et la pièce centrale, Aquarium, qui sont dune durée plus longue que les autrespièces (mis à part le Cygne, avant-dernière pièce).1) Introduction et marche royale du Lion :Honneur au Roi lion pour introduire cette grande fantaisie zoologique. Lintroductionest très économe en moyens: un trille aux 2 pianos imitant le roulement de tambourcomme dans une marche militaire, ou de cymbales comme au cirque, pour annoncerles délicates acrobaties qui vont suivre, auquel se superpose un motif de 3 notes,appuyant le coté mystérieux par ses intervalles augmentés, motif que séchangent lescordes graves (Vlc, CB) et les cordes aiguës (Vl, Alto) en accélérant. Puis glissandoscroisés aux pianos, qui se terminent par un accord très court et plaqué par lorchestreentier (le coup de grosse caisse). Silence pour ne pas perturber les artistes, puis lafanfare entonne la marche royale (accords rythmés aux pianos, sur les notesnaturelles du clairon ou de la trompette de cavalerie), qui annonce le thème du roi surun mode dorien, et présenté à lunisson aux cordes lui confère une sonoritévaguement orientale (eh oui, le lion ne vit pas en Europe...). Ce thème, après avoir étéjoué 4 fois, en variant toutefois la finale (antécédent, conséquent) sera interrompu
  7. 7. 7par les rugissements du lion : gammes par 1/2 tons dans le grave du piano (octaves deLiszt). Ces rugissements seront eux-mêmes entrecoupés de sonneries de la fanfarepuis seront doublés par la contrebasse et le violoncelle, avant que le piano nereprenne le thème du lion accompagné cette fois dun bourdon au 2è piano, lequintette de cordes se chargeant maintenant du rugissement avant de faire entendreun contrepoint toujours sur le thème du lion, la coda se limitant à une superpositiondu rugissement au 1er piano cette fois, doublé par la contrebasse et dune sonnerie declairon au 2è piano. Le compositeur voulait-il matérialiser le déplacement du lion enfaisant passer son thème du 2è piano aux cordes puis au 1er piano?2) Poules et Coqs :Saint-Saëns utilise toujours aussi peu de moyens : le caquètement des poules, sur unintervalle de quinte et de quinte diminuée, aux cordes aiguës (2 Vl et 1 Alto) , lecocorico du coq dabord au 1er piano, ensuite au 2ème puis à la clarinette(déplacement du coq). Le gloussement des poules est imité par 3 notes longuesprogressant par 1/2 tons. Remarquez quà la fin de la pièce, il ne reste plus quuneseule poule qui caquette de plus en plus vite; le coq qui la poursuit la rattrape surlaccord final.3) Hémiones :Comme lindique le compositeur en sous-titre, les hémiones (animal sauvage du Tibetressemblant à la fois au cheval et à lâne) sont des animaux véloces. Nous sommesmaintenant habitués à la pauvreté de la matière utilisée, qui nenlève rien auxcharmes de la pièce. Ici, on trouve un simple motif de 4 notes (les 4 pattes de lanimal)qui est repris en marche mélodique dun bout à lautre du clavier, les 2 pianos jouantexactement les mêmes notes à loctave, toujours dans un souci dutiliser lespacesonore (2 animaux se poursuivent). On peut imaginer aussi que les animaux vélocesne sont autre chose que des pianistes faisant leurs exercices de virtuosités, Saint-Saëns plaçant lui-même les pianistes aux rangs des animaux dans la onzième pièce decette suite.4) Tortues :Pendant que le piano, tel un sablier, égraine imperturbablement le temps duranttoute cette pièce, la tortue, imposante (cordes à lunisson), danse de French CancandOffenbach à son rythme. Contrairement à ce que nous enseigne la fable de LaFontaine, la tortue narrive pas à infliger son rythme au sablier qui finit juste avantelle, comme pour lui faire un pied de nez, pendant la longue tenue de la note finale.5) LEléphant :Un thème, présenté sous forme dantécédent-conséquent joué à la contrebasse etaccompagné pompeusement à la manière dune valse par le piano nous présenteléléphant, qui, grâce à la magie de la Danse des Sylphes (petit clin dœil à laDamnation de Faust de Berlioz), ces personnages imaginaires flottant dans les airs, setrouve allégé de quelques kilos lorsquil reprend son thème : cette fois le piano arpègegracieusement les accords.
  8. 8. 86) Kangourous :Imprévisibles bêtes qui sautillent sur leurs pattes arrières avant de sarrêter pourobserver les alentours : un simple accord de do mineur, piqué avec appogiature de lanote aiguë et présenté dans tous ses renversements, en accélérant vers laigu etralentissant lorsque les accords redescendent, puis des accords tenus, dans des tonsvoisins (sol mineur, lab mineur, Sol Majeur) pour conclure sur un accord dans le tontrès éloigné de Mi Majeur. St-Saëns spatialise de nouveau le son : les 2 pianossymbolisent 2 Kangourous qui dabord se déplacent indépendamment avant de serapprocher lun de lautre.7) Aquarium :Nous arrivons ici au milieu de lœuvre. Le milieu aquatique est suggéré à la fois par lemotif en notes longues agrémentées de broderies chromatiques jouées par les cordes,et les arpèges en doubles et triples croches dans les aigus des claviers (thème A); puisun motif de huit notes tournant autour du Do, toujours joué dans les aigus par lespianos et transposé chaque fois dun demi ton vers le bas, accompagné par unbourdon sur une seule note, syncopée, aux cordes (thème B). On imagine aisémentune énergie quasi statique due à la densité de leau par rapport à celle de lair.Aquarium adopte une construction classique de forme refrain-couplet; AB AB AB.8) Personnages à longues oreilles :2 violons qui nous font "hi-han" à tour de rôles, de plus en plus vite comme un jeu oùcelui qui lâche le premier a perdu ; les personnages sous-entendus sont certainementles critiques qui font monter les enchères sur celui qui écrira la plus grosse ânerie. St-Saëns savait que les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures, puisque cestune pièce très courte.9) Le Coucou au fond des bois :St-Saëns nous offre ici une nouvelle forme de spatialisation du son : la clarinette joueune tierce Majeure descendante dans les coulisses et donne ainsi au son ce caractèreétouffé du chant du coucou au fond des bois. Le piano évoque le promeneur quisarrête à chaque fois quil est surpris par le chant du coucou (succession daccords),puis dans un deuxième temps découvre cet univers de la forêt en prenant moinsgarde à loiseau (le 1er piano répète inlassablement un même accord pendant que le2è joue une série de tierces descendantes au même rythme).10) Volière :Les cordes créent un tapis sonore (les battements dailes) en faisant un trémolocontinu sur des accords, lharmonie et le rythme de la pièce étant marqués par lescordes graves (Vlc et CB). Sur ces battements dailes, les oiseaux se donnent à coeurjoie dans leur gazouillis, la flûte parcourant tout son registre avant queninterviennent les 2 pianos dans les aigus, puis les violons et lalto, toujours entrémolo. Enfin la flûte reprends son thème un peu modifié du début, toujoursaccompagné du trémolo des cordes auquel on ajoute un trille aux pianos etsuperposant quelquefois le gazouillis des cordes ou des pianos. Il se dégage donc decette pièce la forme classique ABA.
  9. 9. 911) Pianistes :Les bêtes des scènes ou de concours, selon les circonstances, que sont les pianistes nepouvaient être lieux représentées que par leurs exercices quotidiens de gammesentrecoupé chaque fois par laccord de 7è de dominante modulant 1/2 ton plus haut.Suivent les exercices de tierces parallèles, se terminant rapidement par une cadenceparfaite en sol mineur sous la pression grandissante des auditeurs forcés (petit motifà lunisson aux cordes de plus en plus rapproché)12) Fossiles :Allegro ridicolo ; le ton est donné. St-Saens ouvre le bal des fossiles mélodiques en secitant lui-même : il parodie magnifiquement le thème funèbre de son poèmesymphonique, la Danse Macabre. Le xylophone illustre les os qui sentrechoquentpuis le thème est repris au piano accompagné en imitation par les cordes et dunmerveilleux contrepoint au 2è piano. Après sêtre exposé lui-même, St-Saens nouslivre "Jai du bon tabac" sous forme de mini-fugue de 8 mesures avec un contre sujetnétant autre chose que le sujet renversé et se terminant par une strette, pour bienrespecter les règles académiques. Enchaînement immédiat pour un canon sur "Ahvous dirai-je maman" (4 mesures) se poursuivant aussitôt par un quolibet des 2premières chansons citées plus "Au clair de la lune" sur 4 mesures. Le refrain (thèmedes Fossiles) permet à lauditeur de souffler après avoir reçu autant dinformations ensi peu de temps. Puis St-Saëns caricature lopéra italien très en vogue à cette époqueen France en présentant un air du Barbier de Séville avant de terminer par le thèmerepris par tout lorchestre en guise de dernier refrain.13) Le Cygne :Dans cette avant-dernière pièce, le compositeur revient à une écriture plus classiqueet se confronte au genre du nocturne ; une très belle mélodie de forme ABA (trèsprisée par les romantiques) jouée au violoncelle et accompagnée par les 2 pianos, lepremier arpégeant les accords en croches et doubles croches, le second ponctuantdiscrètement la pulsation par ses accords.14) Final :Après une telle démonstration de prouesses artistiques, il fallait bien organiser unrappel que St-Saëns nous livre ici sous forme de défilé des animaux introduit par lesmême roulements de tambours et le petit motif mystérieux que dans lintroduction,puis les glissandos aux pianos annoncent le thème-refrain joué par la flûte et laclarinette, instruments classiques des défilés, doublées à la reprise par le violoncelle.Suivent les hémiones, puis reprise du refrain par tout lorchestre. St-Saëns nous faitentendre encore les poules et les coqs avant de nous servir une coda brillante danslaquelle il nous dit "hi-han".AnecdotesLe morceau Aquarium a été maintes fois repris dans des publicités, notamment pourDécathlon et dans lintroduction du dessin animé La Belle et la Bête des studiosDisney. Il est par ailleurs présent avant chaque diffusion de film dans la salle duPalais des Festivals à Cannes durant le festival de cinéma organisé dans la ville.Le finale a été repris pour une séquence avec des flamants roses dans le dessin animéFantasia 2000.
  10. 10. 10PistesPistesPistesPistes de travailde travailde travailde travailSans dire le titre de l’œuvre, en faire écouter l’un ou l’autre extrait que vous choisirezen fonction de leur particularité :- démarche lente de l’éléphant- légèreté des oiseauxProposer un moment de partage des émotions, laissant émerger des images, desactions. Il n’est pas évident que les enfants pensent à des animaux.« Et si on imaginait un animal. Lequel pourrait-ce être ? »A travers la justification des propos, on observera que le langage musical, la façondont le compositeur a utilisé les timbres des instruments, le tempo et le rythme dupassage, la hauteur de la mélodie, … nous permettent d’imaginer différents univers.Une fois que les enfants auront été sensibilisés à ces paramètres musicaux, on leurproposera une écoute plus fine d’un autre extrait, par exemple les fossiles.Ils reconnaîtront des instruments mais seront certainement plus sensibles auxdifférents thèmes de chansons populaires enfantines qu’ils reconnaîtront.Un autre extrait permettra d’aborder le thème du déplacement et de les faire sedéplacer dans la salle de jeux sur un rythme de marche majestueuse (le lion), de valselente (éléphant), …1) Notions de hauteur :Faire des jeux avec la voix pour émettre des sons graves et aigus, dabord sur desintervalles très grands puis de plus en plus petits. Reconnaître les hauteurs sur desobjets ou des instruments quon fait sonner. Avancer dun pas quand le son est plushaut que le précédent, reculer sil est plus bas.• Sons aigus : Volières• Sons graves : LEléphant• Montants et descendants : Personnages à longues oreilles,• Hémiones, Kangourous2) Spatialisation du son :On peut écouter les différences de sonorités en se déplaçant dans la salle puis endéplaçant linstrument, sous une table, derrière un rideau, dans une armoire contreun mur, à côté de la fenêtre, dans la pièce à côté, les sons sont-ils différents enchangeant de pièce (salle de classe couloir, bureau grande salle, préau, cour)• instr. en coulisse : Le Coucou au fond des Bois• instr. dans lespace : difficilement réalisable avec un CD3) Accelerando/Ralentando :A partir dun mouvement faire accélérer ou ralentir. Par exemple marcher et au signal"Hop" marcher de plus en plus vite, au son "Bing" ralentir progressivement et sur"Dong" garder la même vitesse.• Kangourous
  11. 11. 114) Développement dun motif :Donner un motif de départ (sur 3-4 notes) à transformer: le chanter plus haut ou plusbas, plus vite moins vite, commencer par la dernière note jusquà la première,rajouter, enlever, modifier des notes, des valeurs rythmiques, instaurer un jeu dequestion réponses.• Augmentation, diminution : Tortues, à comparer avec la version dOffenbach;Introduction• + haut, + bas : LEléphant, à comparer avec la Danse des Sylphes de Berlioz;Volières; Pianistes; Hémiones; Fossiles (thème principal); Final (refrain)• de + en + rapproché : Pianistes• Renversé : Fossiles (Jai du bon tabac)• Antécédent/Conséquent : Marche Royale du Lion; Fossiles; Final• Développement : Aquarium; Le Cygne5) Les instruments :On peut distribuer différents appeaux pour imiter les oiseaux et divers objets(bouteilles, tuyau, sifflets) fonctionnant à la manière des flûtes. Après avoir découvertle principe de fonctionnement, on peut montrer les différents instruments qui endécoulent: flûte à bec, traversière, de pan, tuyaux dorgue. On peut suivre le mêmeschéma pour les anches, les cordes frappées, les cordes frottées, les percussions àhauteurs définies en bois et en métal.• Flûte : Volières• Clarinette : Fossiles• Piano : Pianistes, Hémiones, Kangourous• Cordes : Tortues• Violon : Personnages à longues oreilles• Violoncelle : Le Cygne• Contrebasse : LEléphant• Xylophone : Fossiles• Harmonica : Aquarium6) La forme :On trouvera dans le répertoire traditionnel de nombreux exemples pour parler de laforme : "Jai du bon tabac" ou "Ah vous dirai-je maman" pour la forme ABA; "Noëlnouvelet" et "Komaroni" ou "Meunier tu dors" avec "Madmoiselle voulez-vous" et"Mon papa ne veut pas" pour le quolibet. Les canons peuvent servir à lexplication delimitation et de la fugue, comme les chants à forme refrain/couplet pour le rondo.• Forme ABA : Le Cygne; Volières• Refrain/Couplets et Rondo : Final; Aquarium• Canon, Fugue, Quodlibet : FossilesAutres pistes : en travaux manuels, représenter par diverses techniques les différentsanimaux ; s’exprimer : à l’écoute de la bande son, demander aux enfants ce qu’elleévoque pour eux (la joie, la peur, …)
  12. 12. 127) Annexes :A-
  13. 13. 132°)B-En écoutant l’œuvre dans son intégralité, je remets les 15mouvements dans l’ordre.………………………………………………………………………………………Marcheroyale duLionKangourous Éléphants CygneFossilesPoules etcoqsCoucou VolièresFinal Hémiones Tortues PianistesAnimaux àlonguesoreillesAquarium Introduction« Le Carnaval des Animaux », Camille Saint-SaënsEn écoutant l’œuvre dans son intégralité, je remets les 15mouvements dans l’ordre.………………………………………………………………………………………Marcheroyale duLionKangourous Éléphants CygneFossilesPoules etcoqsCoucou VolièresFinal Hémiones Tortues PianistesAnimaux àlonguesoreillesAquarium Introduction
  14. 14. 14C- IMAGES A PLACER
  15. 15. 15D –TRAVAIL D’ECOUTE CYCLE 3
  16. 16. 16E – TRAVAIL D’ECOUTE CYCLE 2
  17. 17. 17LEXIQUELEXIQUELEXIQUELEXIQUEACCOMPAGNEMENT : ensemble de sons vocaux ou instrumentaux qui joue lerôle de soutien harmonique et rythmique à une partie prédominante (c’est à direjouée ou chantée par un soliste).ACCORD : ensemble de notes chantées ou jouées simultanément. (accordmajeur, accord mineur)ACCORD PARFAIT : accord composé de trois sons : tonique, tierce, quinte. (ex : do,mi, sol)AIGU : son qui est produit par des ondes de haute fréquence (opposé à grave)AIR (ARIA) : mélodie vocale accompagnée ou non, indépendante ou s’intégrantdans une composition plus vaste : opéra, oratorio.ALLEGRO : mouvement musical vif et enjoué , intermédiaire entre andante etpresto. (exemple : allegro non troppo de l’introduction du Carnaval des animaux,mesures 13 à 17)ALTO : (sens 1) instrument à cordes frottées, un peu plus grand que le violon ets’accordant une quinte au-dessous. (Sens 2) : désigne le groupe de choristes dans unchœur , dont l’ambitus correspond à peu de chose près, à la tessiture de la voix decontralto, voix grave de femme.ANACROUSE : une ou quelques notes au début d’une mélodie jouée(s) avant lepremier temps fort. Ex : Au début de la Marseillaise, "Allons en" (anacrouse) / "fants"(1er temps fort)ANDANTE : mouvement musical modéré.ARIOSO : forme vocale de caractère dramatique entre le récitatif et l’aria.AMBITUS : est l’intervalle entre la note la plus basse et la note la plus haute d’unepartition, d’une voix ou d’un instrument. Cet intervalle, ou une partie de cet intervalle,est également désigné par le terme de registreARPEGE : exécution successive de toutes les notes d’un accord.ART LYRIQUE : art vocal caractérisé par une maîtrise technique et de l’expressionrencontrées notamment dans l’opéra.BARYTON : voix d’homme intermédiaire entre le tenor et la basse.BASSE : voix masculine la plus grave. On distingue la basse profonde dans les sonstrès graves et la basse chantante plus colorée dans des sons plus aigus.BASSON : instrument à anche double, membre « basse » dans la famille des vents.BOIS : instruments de musique à vent. La famille des bois comprend le flûte, la
  18. 18. 18clarinette, le hautbois, le saxophone. Leur point commun : l’émission de son se faitpar un biseau ou par une anche (simple ou double).BOLERO : le Boléro est une ballade romantique, en Espagne vers la fin du 18e siècle,dérivé du fandango, joué par les troubadours à la guitare sur un rythme, quiaccompagnent un couple de danseurs qui joue des castagnettes.BOURDON : son grave soutenu et obstiné servant d’accompagnement.CADENCE : 1. Une cadence est une formule harmonique conclusive. 2. Uneimprovisation d’un soliste.CANON : composition polyphonique dans laquelle les voix concordent d’un pointvue mélodique et rythmique mais débutent à des moments différents et parfois à deshauteurs différentes.CASTAGNETTES : castagnette veut dire « petite châtaigne ». les castagnettes sontun instrument typique du folklore espagnol ou portugais. Elles sont généralementfabriquées en bois dur et sont constituées de deux coquilles reliées entre elles par uncordon et qui s’entrechoquent.CELESTA : Le célesta est un instrument à percussion muni d’un clavier. Il ressembleà un piano mais les cordes des lamelles métalliques.CHOEUR : groupe important de chanteurs.CHROMATIQUE : La gamme chromatique est un ensemble de douzenotes définissant douze intervalles rigoureusement ou sensiblement égaux dans uneoctave.CLARINETTE : instrument de la famille des bois à anche simpleCONCERTO : composition destinée à un ou quelquefois plusieurs instrumentsprincipaux accompagnés par un groupe ou par un orchestre. On note le principed’alternance du solo et des tutti.CONTRALTO : voix de femme la plus grave.(alto)CONTREBASSE : instrument de musique à quatre cordes et à archet, le plus gravede la famille des violons.CONTREPOINT : (écriture contrapuntique) Science de l’écriture musicaleconsistant à l’écriture de lignes superposées dans une relation de dépendance.CONTRETEMPS : frapper à contretemps, c’est frapper les temps faibles (voirTemps Fort)COR : instrument à vent, membre « alto » de la famille des cuivres dans l’orchestresymphoniqueCOR ANGLAIS : instrument de la famille des bois à anche double proche parent duhautbois.
  19. 19. 19CORDES : nom donné dans l’orchestre ou dans la musique de chambre à l’ensembledes instruments à cordes et à archet : le violon, l’alto, le violoncelle, la contrebasse.CRESCENDO : terme italien qui indique une variation progressive de l’intensité duplus faible au plus fort.CROCHE : figure de notes équivalant à la moitié d’une noteCUIVRES : groupe d’instruments faisant partie de la famille des vents, comme latrompette, le cor, le tuba... Leur point commun : l’émission de son se fait par leslèvres appuyées sur l’embouchure.CYMBALE : la cymbale est un instrument de la famille des percussions, consistanten un disque de métal. Elle peut être frappée par une baguette (batterie) ou lepercussionniste peut frapper deux cymbales l’une contre l’autre (orchestre classique)DENSITE : quantité d’instruments qui jouent ensemble.DESCRESCENDO : variation progressive de l’intensité, du plus fort au plus faible.DISSONANCE : accord ou intervalle qui donne une impression plus ou moinsprononcée d’incohérence harmonique. (Personnages à longues oreilles du carnavaldes animaux).DOUBLE CROCHE : figure de notes équivalant à la moitié d’une noteDUETTO : (terme italien) voir duo.DUO : pièce musicale écrite pour deux parties mélodiques simultanées ou deuxinstruments différents.DUREE : une des caractéristiques du son est sa durée. C’est le temps pendant lequelon tient un son. Il peut être bref ou long.EXPRESSION : manière de rendre apparents les émotions et les sentimentsdéterminés par la musique, par un ensemble de nuances qui ne sont pas toujoursindiquées dans la partition.FLÛTE :instrument à vent composé d’un tube creux percé de trous appelétraditionnellement flûte à bec.instrument à vent composé d’un tube creux percé de trous comme la flûte à becmais dont la présentation est latérale (flûte traversière).FLÛTE PICCOLO : petite flûte jouant dans une tessiture très aigue.FLÛTE TRAVERSIERE : instrument à vent composé d’un tube creux percé detrous comme la flûte à bec mais dont la présentation est latérale.
  20. 20. 20FORME : espace organisé dans lequel se développe une composition musicale (fugue,rondo)FORTE : renforcement de l’intensité d’un son. FORTISSIMO : très forteFUGUE : composition basée sur le principe de l’imitation et dans laquelle les thèmessemblent fuir ou se poursuivre.GAMME : suite de notes conjointes, disposées sur l’étendue d’une octave (lespianistes du carnaval des animaux ; mesures 1 à 5)GAMME CHROMATIQUE : est un ensemble de douze notes définissant douzeintervalles rigoureusement ou sensiblement égaux dans une octave.GAMME MONTANTE : suite ascendante de notes conjointes, disposées surl’étendue d’une octaveGAMME DESCENDANTE : suite descendante de notes conjointes, disposées surl’étendue d’une octave.GLISSANDO : technique permettant de passer de la note la plus grave à la plusaiguë (ou inversement) en faisant glisser le doigt le long de la corde.GLOCKENSPIEL : mot d’origine allemande signifiant petit carillon à main.GONG : 1. Européen, dans l’orchestre symphonique, il est souvent appelé “tam-tam”(il ne faut pas le confondre avec certains tambours du même nom). C’ets une plaquecirculaire, existant en plusieurs tailles (le diamètre peut varier de 10cm à 1,20m). Ilest plat en son centre et légèrement galbé vers les bords. Il est suspendu le plussouvent à l’intérieur d’un cadre arrondi monté sur pieds, frappé en son centre à l’aided’une pailloche de feutre, de bois ou de métal pour obtenir des sonorités plus oumoins résonnantes.2. Asiatique : (très présents dans l’orchestre de gamelan javanais) : disque circulairesuspendu avec un bulbe en son centre, frappé par une mailloche, et dont chaqueexemplaire exerce une fonction précise dans l’orchestre.GRAVE : son qui est produit par des ondes de faible fréquence.(opposé à aigu)HARPE : la harpe est un instrument de forme triangulaire muni de cordes tenduesde différentes longueurs dont les plus courtes donnent les notes les plus aigües.HAUTBOIS : instrument à vent à anche double.HAUTEUR : la hauteur est la fréquence d’un son. Un son « haut » — de fréquencerelativement élevée par rapport aux limites de l’audition humaine — est dit aigu ; unson « bas » — de fréquence relativement basse — est dit grave. Un son situé dans lesfréquences intermédiaires est dit “medium”IMPROVISATION : englober dans un acte unique et spontané création etinterprétation.
  21. 21. 21INTENSITE : terme musical qui traduit la force d’un son (ex : piano = doux, forte =fort)INTERLUDE : un interlude est une petite pièce instrumentale jouée entre deuxmorceaux plus considérables.INTERPRETATION : exécution fidèle du chant ou de la pièce mais aussi deséléments d’expression et de signification que les interprètes veulent donner et qui nesont pas forcément indiqués par le compositeur.JAZZ : le jazz est un style de musique né aux Etats-Unis au début du 20e siècle. Issudu croisement du blues, du ragtime et de la musique européenne, le jazz est considérécomme la première forme artistique à s’être développée aux Etats-Unis.LEGATO : terme italien qui signifie que les sons doivent se succéder sansinterruption de l’un à l’autre (chaque note est soutenue jusqu’à la suivante). Opposé àstaccato.LIED : mélodie chantée accompagnée par un piano ou un ensemble instrumental surun texte de langue allemande.LYRISME : pièce, thème à allure chantante et expressive propre à traduire dessentiments intimes.MAESTOSO : terme italien d’exécution musicale signifiant « majestueux ».MEDIUM : portion moyenne de l’étendue d’une voix ou d’un instrument située entrele grave et l’aigu.MELISME : promenade vocale de plusieurs notes ornant une même syllabe pourmettre en valeur un mot.MELODIE : composition vocale ou instrumentale avec accompagnement. (Exemple :la mélodie du Cygne du Carnaval des animaux)MENUET : danse à trois temps.METALLOPHONE : instrument qui ressemble au xylophone mais possède deslames métalliques.MESURE : division du temps musical en sections d’égale durée délimitées par desbarres de mesure.MESURE BINAIRE : division musicale en deux temps.MESURE TERNAIRE : division musicale en trois temps.MEZZO : (terme italien indiquant une intensité) Mezzo forte = modérément fort.MEZZO-SOPRANO : voix de femmes intermédiaire entre la soprano et l’Alto ouContralto.
  22. 22. 22MIRLITON : le kazoo ou mirliton, est un accessoire qui modifie la voix. Il estconstitué d’un tube fermé par une membrane. En chantonnant dans le tube, lemusicien fait vibrer la membrane qui transforme le timbre de sa voix en sonsnasillards.NOIRE : note d’une durée d’un tempsNOTES CONJOINTES : notes qui se suivent à intervalles rapprochés, par exemplecomme dans une gamme tonale (ex : do-ré-mi, fa-sol)NOTES DISJOINTES : notes qui ne se suivent pas dans une mélodie en présentantun grand écart les unes par rapport aux autres (ex : do-sol-si-mi, mi-la)NOTES PIQUEES : notes très courtes détachées les unes des autres.OCTAVE : écart entre deux notes du même nom.ONOMATOPEE : bruit vocal ou syllabe dont le son imite l’objet qu’il représente.ORCHESTRE : formation instrumentale comportant en nombre plus ou moinsimportant des instruments à cordes, à vent (cuivres et bois) et des percussions.ORNEMENTATION : petites notes de hauteurs proches de la note principaleajoutées pour enrichir la mélodie.OSTINATO : élément mélodique ou rythmique se répétant périodiquement etsurtout obstinément.PARAMETRES DU SON : hauteur, timbre, durée, intensité ( voir tableau)PENTATONIQUE : au sens étymologique, une échelle musicale est pentatoniquelorsqu’elle est constituée de 5 hauteurs différentes (du grec penta). C’est l’échellemusicale donnée par les touches noires du piano par exemple, la couleur musicale"qui fait chinois" ou "africain" ou "blues"...Ce serait par exemple la suite : ré mi sol lasi.PERCUSSIONS : ensemble des instruments dont on joue en les frappant (timbales,tambour, gong…) ou entre les entrechoquant (castagnettes, grelots, cymbales…)PHRASE CONCLUSIVE : phrase mélodique qui, dans sa forme, évoque uneréponse, une conclusion.PHRASE MELODIQUE : une séquence courte instrumentale ou vocale issue d’unemélodie plus longue.PHRASE MUSICALE : partie d’une ligne musicale, délimitée et significative dupoint de vue de la déclamation, de l’articulation ou de la respiration.PHRASE SUSPENSIVE : phrase mélodique qui, dans sa forme, reste en suspenscomme une attente, une question.
  23. 23. 23PIANO :(sens 1) instrument de musique à clavier et à cordes frappées.(sens 2) passage musical qui doit être joué doucement.PICCOLO : le piccolo est un instrument à vent, plus précisément un boisappartenant à la famille de la flûte traversière. Il possède un son très aigu que l’onperçoit très bien même lorsque tout l’orchestre joue.PIZZICATO (plur. Pizzicati) : le pizzicato consiste à jouer les cordes non avecl’archet en les frottant mais en les pinçant une à une avec les doigts. Ceci donne dessons courts et non liés.POINT D’ORGUE : valeur de silence indiquant un arrêt musical net.POLYPHONIE : toute musique ou chant qui fait entendre plusieurs partiesdifférentes ou voix superposées simultanément. (contraire : Monodie)POLYTONALITE : plusieurs tonalités qui se superposent et qui par leur couleurdifférente créent des effets sonores particuliers.PRESTO FURIOSO : terme italien signifiant très vif.PULSATION : battement régulier avec lequel on peut accompagner une piècemusicale.RECITATIF : chant librement déclamé, suivant les inflexions naturelles de la voixparlée. Dans l’opéra, sa fonction principale est de faire avancer la narration.REGISTRE : partie de l’étendue totale d’un instrument ou d’une voix, qui présenteles mêmes caractéristiques de sonorité. Par exemple, la clarinette possède troisregistres bien distincts : le grave (le chalumeau) un médium et un aigu (le clairon)RONDO : pièce musicale, vocale ou instrumentale, caractérisée par l’alternance d’unrefrain et de plusieurs couplets.RYTHME : est obtenu par le frappé des mains, sans chanter la mélodie. Il désigne lafaçon dont les sons sont ordonnancés selon leur durée.RYTHME DE SICILIENNE : pièce de caractère dansant et d’allure modérée, àl’époque baroque, construite sur un rythme pointé caractéristique qui adopteraensuite le nom de "rythme de sicilienne".RYTHME SCANDE : rythme dont les notes sont jouées de façon très détachée.SILENCE : signe musicale indiquant que telle partie instrumentale ou vocale se taitet précisant la durée de cette action.
  24. 24. 24SOLO : intervention remarquable d’une voix ou d’un instrument en soliste, au seind’une composition.SOPRANO : le timbre le plus clair des voix de femmes avec une capacité à atteindredes aigus.STACCATO : passage musical devant être joué en détachant les notes.TAMBOURIN, TAMBOUR DE BASQUE : un tambourin est un instrument de lafamille des percussions. Il est constitué d’une peau tendue sur un cadre circulaire enbois et est généralement frappé à la main.Le tambour de basque possède des cymbalettes incorporées au support bois et quis’entrechoquent lors de la frappe.TEMPO : terme italien qui indique la vitesse d’exécution d’un morceau (vif, lent,accéléré, ralenti…)TEMPS FORT : dans une mesure à quatre temps, les temps forts sontgénéralement les temps 1 et 3 ; ce sont ceux que l’on frappe lorsqu’on accompagne lamélodie. Dans une mesure à trois temps, c’est plutôt le premier qui est fort.TENOR : voix d’homme élevé. Dans une famille d’instruments, se dit de celui qui a latessiture qui correspond à celle d’une voix de ténor.TERZETTO : (terme italien) voir trio.TESSITURE : palette de hauteurs privilégiées d’un instrument ou d’un chanteur.THEME : motif mélodique ou rythmique servant de point de départ à unecomposition musicale. Il peut revenir identique ou varié. (exemple : le thème du liondu Carnaval des animaux ; Mesures 18 à 25)TIERCE : intervalle entre deux notes constitué de deux tons pour la tierce majeure etd’un ton et demi pour la tierce mineure. Cf accord majeur et accord mineur.TIMBALE : les timbales sont des instruments à percussions constitués d’un bassinen cuivre couvert d’une peau. Le timbalier en joue en frappant la peau avec desbaguettes spéciales. Il est possible d’accorder les timbales à des hauteurs précises.TIMBRE : qualité spécifique d’un son produit par une voix ou un instrument, qui ledifférencie d’un son de même hauteur émis par une autre voix ou un autreinstrument.TONALITE : atmosphère musicale caractérisée par une gamme, majeure oumineure, et des enchaînements d’accords par rapport à un son de référence (ex :tonalité de Do majeur).TONIQUE : la première note qui donne son nom à la gamme (majeure ou mineure)de référence.TREMOLO : effet de vibration obtenu en battant une note plusieurs fois d’un mêmecoup d’archet et de manière continue.
  25. 25. 25TRIO : pièce musicale écrite pour trois parties mélodiques simultanées ou troisinstruments différents.TRIOLET : le triolet est une division du temps, formée d’un groupe de trois figureségales dont la somme équivaut à deux figures identiquesEx :TROMBONE : le trombone est un instrument à vent de la famille des cuivres. Onsouffle par une embouchure. Sa tessiture est plus grave que celle d’une trompette etplus élevée que celle du tuba.TUTTI : terme italien qui précise que tous les instruments jouentUNISSON : ensemble de voix ou d’instruments qui chantent ou jouent en mêmetemps un même son ou une même mélodie.VENTS : les instruments à vent produisent des sons grâce à un souffle d’air. Lesouffle d’air peut provenir soit du souffle de l’instrumentiste (flûte...), soit d’unsoufflet mécanique (l’orgue)VIOLON : instrument de musique à quatre cordes accordées par quintes et à archet.Le violon alto est identique mais plus grand et donne des sons plus graves.VIOLONCELLE : instrument de musique à quatre cordes, analogue au violon mais
  26. 26. 26de plus grande taille et dont on joue assis en le tenant entre les jambes.VOCALISES : on nomme vocalises des exercices visant à préparer la voix dans lechant. Dans les œuvres musicales il s’agit d’une écriture vocale visant à ornementersur un temps long une mélodie.XYLOPHONE : instrument de musique à percussion composé de lames de boisaccordées , de longueurs et d’épaisseurs inégales disposées en clavier et sur lesquelleson frappe avec des mailloches.BIBLIOGRAPHIE et discographieBIBLIOGRAPHIE et discographieBIBLIOGRAPHIE et discographieBIBLIOGRAPHIE et discographieBibliographie :Ouvrage généralHistoire de la musique occidentale, Ed. FayardOuvrages sur Saint-SaënsLa revue musicale, n° 358-359-360, Saint-Saëns Camille Correspondance inéditeEditions Richard Masse, Paris, 1983.Ouvrages pédagogiquesMusique au quotidien au cycle 2,CRDP de BourgogneLe carnaval des animaux. La musique de Camille Saint-Saëns expliquée aux enfantsPierre Arditi et l’ensemble Contrastes, Ed Lorcom.D’un instrument à l’autre. A la découverte des instruments. 36 cartes. 1 cd audio. EdLugdivineLittérature enfantineLe carnaval des animaux. Philippe Meyer, Emmanuelle Houdart, Ed ThierryMagnierDiscographie :Carnaval des animauxVersion originaleCamille Saint-Saëns Gennadi Rozhdestvensky Jean-François HeisserEratoLe Carnaval des AnimauxPierre Arditi et l’ensemble contraste. La musique de Camille Saint-Saens expliquéeaux enfants. DVD, Ed LorcomThéâtre la coupole, 2 croisée des lys 68300 Saint-Louis / 03 89 70 91 43Contact : Julie Friedrichs

×