Fondation Cartier 30ans

183 vues

Publié le

Fondation Cartier 30ans

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
183
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
30
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fondation Cartier 30ans

  1. 1. MAI 2014 – MARS 2015 20 octobre 1984 : Cartier inaugure la Fondation Cartier pour l’art contemporain. En pionnier, avec une vision claire et déterminée du mécénat, elle invente une manière unique de croiser tous les domaines de la création, d’ouvrir tous les champs de la curiosité. En 30 ans d’engagement et de dialogue ininterrompu avec les artistes, avec plus de 100 expositions et 800 oeuvres créées à son initiative, la Fondation Cartier affirme un style fait d’audace et de liberté. En 2014, la Fondation Cartier pour l’art contemporain célèbre 30 ans d’histoires écrites avec les artistes. Durant une année, le bâtiment de Jean Nouvel devient la scène vivante où les oeuvres et les artistes se retrouvent pour incarner ce qui fait l’esprit de la Fondation Cartier : la création et la découverte, l’ouverture et la transversalité, la mixité des voix et le dépassement des limites.
  2. 2. 1984 › 2014 LISTE DES EXPOSITIONS 1984 20 octobre Inauguration de la Fondation Cartier pour l’art contemporain, à Jouy-en-Josas Les Fers de César Lisa Milroy Julian Opie 1985 Vivre en couleur Avec François Bauchet, Yves Cordier, Elisabeth Garouste et Mattia Bonetti, Pascal Mourgue, Nemo, Nestor Perkal, Pierre Sala, Philippe Starck, Totem Natures de rêves Les Bonsaïs de Rémy Samson Jean-Pierre Raynaud, Histoire du Pot Sculptures, première approche pour un parc Avec notamment : Arman, Giuseppe Penone, Jean-Pierre Raynaud, Richard Tuttle, Barry Flanagan, Daniel Spoerri, César, François Morellet, Max Bill, … 1986 Sur les murs Avec notamment Rémi Blanchard, Philippe Cognée, Robert Combas, Patrick Tosani, … L’Art fun ou l’Enfance de l’art Avec notamment Buddy di Rosa, David Finn, Présence Panchounette, Nicole Stenger, … Raymond Hains, Hommage au Marquis de Bièvre Les Années 60 : 1960-1969, La Décade triomphante Avec notamment Sam Francis, Joan Mitchell, Edward Ruscha, Tom Wesselmann, … Peintres et sculpteurs espagnols 1981-1986 Evergon Les Championnes de César 1987 Dominique Gauthier François Boisrond Shirley Jaffe Les Stars de la photo vues par les éditions Condé Nast Hommage à Ferrari, Scénographie d’Andrée Putman Emmanuel Pereire, Peintures 1983-1987 Ian Hamilton Finlay, Poursuites révolutionnaires Daniel Boudinet, Un Paysage ou Neuf vues du jardin de Ian Hamilton Finlay 1988 Danemark 88 : Robert Jacobsen et Jean Clareboudt, Rencontre de deux générations Alain Bizos, Portraits M.D.F. : Des créateurs pour un matériau Avec notamment François Bauchet, Sylvain Dubuisson, Olivier Gagnère, Eric Jourdan, Pascal Mourgue, Elizabeth de Portzamparc, Andrée Putman, Martin Szekely… Vraiment faux Scénographie d’Elisabeth Garouste et Mattia Bonetti Gérard Garouste, Les Indiennes La Mode, une nouvelle génération Avec Nathalie Cesbron, Maïté Julian, José Levy, Frédéric Molenac, Pascale Risbourg, Elisabeth Verrimst Scènes de mode : Ouka Lele pour Philippe Model 1989 Un, deux, trois… Sculptures : Judith Bartolani et Claude Caillol, Ni rond, ni carré, ni pointu Solex-nostalgie Aspects de la jeune sculpture européenne Avec Elisabeth Ballet, Sylvie Blocher, Eugenio Cano, Grenville Davey, Thomas Grünfeld, Marin Kasimir Jochen Gerz : Une exposition / An Exhibition Photographies Ingo Maurer, Lumière, Hasard, Réflexion Collection Peinture Avec notamment Sam Francis, Shirley Jaffe, Emmanuel Pereire, Claude Viallat, … Couleur Sud Avec Jérôme Bost, Alain Diot, Noël Dolla, Serge Plagnol, Jean-Jacques Surian Nos années 80 Scénographie de François Bauchet, Sylvain Dubuisson, Éric Jourdan, Dominique Lyon, Martin Szekely 1990 Bill Viola, The Sleep of Reason Ligne de mire – 1 Avec Absalon, Richard Baquié, Bernard Bazile, James Coleman, Fischli & Weiss, Philippe Perrin, Markus Raetz, Thomas Ruff, Alain Séchas, Hiroshi Sugimoto, Patrick Tosani, James Turrell Andy Warhol System: Pub – Pop – Rock Success is a Job in New York Andy Warhol, Les estampes Sur les traces acharnées du Velvet Carnet de voyages – 1 Avec notamment David Boeno, Massimo Kaufmann, Klaus Kehrwald, … Monique Frydman, Éphéméride 15 juin : Concert du Velvet Underground Avec Lou Reed et John Cale, Sterling Morrison et Maureen Tucker 1991 Richard Baquié, Constats d’échec Lignes de mire – 2 Avec Jean-Michel Alberola, Nicos Baikas, Jean-Pierre Bertrand, Ashley Bickerton, David Boeno, Fischli & Weiss, Toni Grand, Massimo Kaufmann, Allan McCollum, Moshe Ninio, Beat Streuli, Jeff Wall La Vitesse Scénographie de Kristian Gavoille, avec notamment Bazilebustamante, William Klein, Etienne-Jules Marey, Edward Ruscha, … Jean-Bernard Métais 1992 Machines d’architecture À visage découvert Avec notamment John Baldessari, Jean-Michel Basquiat, Christian Boltanski, Chuck Close, … 1993 Marc Couturier, les Dessins du troisième jour Yasumasa Morimura, 9 visages Jeff Wall Azur Avec notamment Frédéric Bruly-Bouabré, James Lee Byars, Vija Celmins, James Turrell, On Kawara, Tatsuo Miyajima, Cai Guo-Qiang, … 1994 Inauguration du nouveau bâtiment de la Fondation Cartier pour l’art contemporain dessiné par l’architecte Jean Nouvel, et du jardin créé par Lothar Baumgarten (Theatrum Botanicum) au 261 boulevard Raspail à Paris. Ron Arad Richard Artschwager Pierrick Sorin, Avant la bataille Carole Benzaken Matej Kren, Histoire de l’art (1991) Huang Yong Ping, Devons-nous encore construire une grande cathédrale ? Chuck Close, 8 peintures récentes Raymond Hains, Les 3 Cartier. Du Grand Louvre aux 3 Cartier Seydou Keita Shinzo et Roso Fukuhara, Photographies 1913-1941 1995 Herbert Zangs, OEuvres 1952-1959 Jean-Michel Alberola, L’Effondrement des enseignes lumineuses Marc Newson, Bucky, de la chimie au design Matthew Barney, Cremaster 4 Nobuyoshi Araki, Journal intime, 1994 Malick Sidibé Jérôme Deschamps et Macha Makeieff, Vestiaire (et Défilé) Tom Wesselmann Bodys Isek Kingelez Jean Tinguely James Lee Byars Thierry Kuntzel, Nostos III Vija Celmins 1996 by night Scénographie de Bruno Moinard, avec notamment Nan Goldin, Douglas Gordon, Wolfgang Tillmans, Bill Viola, Hergé, Raymond Depardon, … Tatsuo Miyajima Comme un oiseau Scénographie de Bruno Moinard, avec notamment Balthasar Burkhard, Merce Cunningham, Claude Lévi-Strauss, David Hammons, Annette Messager, Georg Baselitz, Panamarenko, Robert Franck, Jean-Jacques Audubon, … Double vie, double vue Avec notamment Lee Friedandler, Seydou Keita, Felten Massinger, Rebecca Horn, Helmut Newton, Diane Arbus, Roger Ballen, Cindy Sherman, Martial Raysse, … 1997 Patrick Vilaire, Réflexion sur la mort Huang Yong Ping, Péril de mouton Alain Séchas Alain Diot Coïncidences Avec notamment Pierre Bismuth, Xavier Veilhan, Pierre Huyghe, … Amours Avec notamment Olivier Assayas, Claire Denis, Raymond Depardon, Francesca Woodman, Thierry Kuntzel, Ana Mendieta, … 1998 Gérard Deschamps, Homo Accessoirus Panamarenko, La Grande exposition des soucoupes volantes Francesca Woodman être nature Avec notamment la collection d’insecte de Jacques Kerchache, Ana Mendieta, David Hammons, Vija Celmins, Patrick Blanc, Tunga, Hubert Duprat, Yukio Nakagawa, … Issey Miyake Making Things 1999 Beaurin Domercq Gottfried Honegger un monde réel Avec notamment Chris Burden, Jean-Michel Alberola, Tacita Dean, Diller + Scofidio, Moebius, Mikhail Romadin, Andrei Ujica, Bodys Isek Kingelez, … RADI DESIGNER, Fabulation Stan Douglas Herb Ritts Sarah Sze 2000 Cai Guo-Qiang Guillermo Kuitca J. D. ’Okhai Ojeikere le désert Avec notamment William Eggleston, Lee Friedandler, Andrei Ujica, Sir Wilfred Thesiger, … Thomas Demand Bernard Piffaretti, Va-et-vient, Come and Go 2001 Pierrick Sorin Alair Gomes un art populaire Avec notamment Arthur Bispo do Rosario, Mike Kelley, Liza Lou, Takashi Murakami, Alessandro Mendini, Virgil Ortiz, Artavazd Achotowitch Pelechian, … William Eggleston Gérard Garouste, Ellipse 2002 Alessandro Mendini, Vincent Beaurin, Fabrice Domercq, Fragilisme Takashi Murakami et Kaikai Kiki : Kawaii ! Vacances d’été et Coloriage Paul Virilio, Ce qui arrive, Unknown Quantity, Avec notamment Peter Hutton, Jonas Mekas, Aernout Mik, Artavazd Achotowitch Pelechian, Nancy Rubins, Andrei Ujica, Lebbeus Woods, … 2003 Yanomami, l’esprit de la forêt Avec notamment Davi Kopenawa Yanomami, Bruce Albert, Claudia Andujar, Vincent Beaurin, Raymond Depardon, Gary Hill, Adriana Varejão, Volkmar Ziegler, … Daido Moriyama Jean-Michel Othoniel, Crystal Palace 2004 Marc Newson, Kelvin 40 Chéri Samba, J’aime Chéri Samba Jean Paul Gaultier, Pain Couture Raymond Depardon, 7 × 3, une exposition de films Hiroshi Sugimoto, Étant donné : Le Grand Verre 2005 Adriana Varejão, Chambre d’échos Rinko Kawauchi J’en rêve Avec notamment Camille Henrot, Erina Matsui, Charwei Tsai, … John Maeda, Nature + Eye’m Hungry Ron Mueck 2006 Juergen Teller, Do you know what I mean? Tadanori Yokoo Agnès Varda, L’île et elle Gary Hill Tabaimo 2007 David Lynch, The Air is on Fire Rock’n’Roll 39-59 Robert Adams, On the Edge Lee Bul, On Every New Shadow 2008 Andrea Branzi, Open Enclosures Patti Smith, Land 250 César, Anthologie par Jean Nouvel Raymond Depardon et Paul Virilio, Terre Natale, Ailleurs commence ici 2009 Beatriz Milhazes William Eggleston, Paris Né dans la rue – Graffiti, Avec notamment PartOne, Seen, JonOne, Cripta, … 2010 Beat Takeshi Kitano, Gosse de Peintre MOEBIUS-TRANSE-FORME 2011 Vaudou, Collection Anne et Jacques Kerchache Scénographie d’Enzo Mari Mathématiques, un dépaysement soudain Avec Sir Michael Atiyah, Jean-Pierre Bourguignon, Alain Connes, Nicole El Karoui, Misha Gromov, Giancarlo Lucchini, Cédric Villani, Don Zagier, Jean- Michel Alberola, Raymond Depardon et Claudine Nougaret, Takeshi Kitano, David Lynch, Beatriz Milhazes, Patti Smith, Hiroshi Sugimoto et Tadanori Yokoo 2012 Histoires de voir, Show and Tell Scénographie d’Alessandro Mendini, avec notamment Mamadou Cissé, Jangarh Singh Shyam, Jean Joseph Jean-Baptiste, dessinateurs Huni Ku , Isabel Mendes da Cunha, Véio, … Yue Minjun, L’Ombre du fou rire 2013 Ron Mueck América Latina, 1960-2013 Avec notamment Eugenio Dittborn, Marcelo Brodsky, Oscar Bony, Adriana Lestido, Marcos López, Graciela Iturbide, Milagros de la Torre, …
  3. 3. MAI 2014 – MARS 2015 LA FONDATION DE LA FONDATION : 10 ANS À JOUY-EN-JOSAS C’est grâce à l’artiste César qu’Alain Dominique Perrin, alors président de Cartier International, découvre le domaine du Montcel à Jouy-en-Josas, propice à la création d’un lieu artistique et d’un parc de sculptures dont le Long Term Parking d’Arman et le Pot doré de Jean-Pierre Raynaud restent les emblèmes. En 1984, la Fondation Cartier est en France la première fondation d’entreprise engagée pour la diffusion de l’art contemporain. Moins de deux ans plus tard, le Ministère de la Culture commande à Alain Dominique Perrin un rapport sur le mécénat : la première loi sur le mécénat, dite « loi Léotard » votée le 23 juillet 1987, en découlera. C’est l’acte de naissance officiel du mécénat français. Dès sa création, sous la direction de Marie-Claude Beaud (1984-1994), la Fondation Cartier pour l’art contemporain articule son action autour de trois règles d’or qui perdurent jusqu’à aujourd’hui, dessinant une typologie des expositions et orientant sa programmation. La première est la place centrale accordée à l’artiste et à la création, que ce soit avec des créateurs de renommée internationale ou avec de jeunes talents, offrant aux uns comme aux autres un espace de liberté et de rencontres. De Raymond Hains (1986) à Bill Viola (1990), chaque exposition est un moment d’exception et une présence inoubliable. Lieu de création et de recherche, la Fondation Cartier invite en résidence, entre 1984 et 1993, de nombreux artistes français – Fabrice Hyber, Jean-Michel Othoniel, Absalon… – et du monde entier – Huang Yong Ping et Cai Guo-Qiang (Chine), Chéri Samba (République démocratique du Congo), Tatsuo Miyajima ( Japon)… – ainsi que de jeunes critiques d’art et commissaires d’expositions comme Hans Ulrich Obrist, Fei Dawei et Hou Hanru. La plupart avaient alors une vingtaine d’années ; ils mènent depuis une carrière internationale. La deuxième idée fondatrice : privilégier la transversalité. Dès 1984, la Fondation Cartier pour l’art contemporain réserve une place importante au design, l’expose et fait appel aux plus grands designers pour créer chaque scénographie, comme Andrée Putman pour l’exposition Hommage à Ferrari. Au début des années 1990, la Fondation Cartier invente une vision nouvelle avec des expositions thématiques, croise les champs de la création, fait dialoguer l’art contemporain avec les arts primitifs ou populaires, traverse les frontières et repousse les limites : c’est d’abord La Vitesse avec Paul Virilio, puis À visage découvert. Elle affirme sa curiosité par un geste fort : elle ouvre l’espace d’exposition au spectacle vivant avec, en 1990, le concert du Velvet Underground avec Lou Reed, moment inoubliable de son histoire. Enfin, troisième credo essentiel : la séparation radicale entre la Fondation Cartier et la Maison Cartier. 1994 : LA FONDATION CARTIER POUR L’ART CONTEMPORAIN, UN « MONUMENT POUR PARIS ». En 1994, la Fondation Cartier s’installe à Paris, dans un bâtiment de verre et d’acier commandé à Jean Nouvel. Faire appel à un grand nom de l’architecture contemporaine internationale était alors un geste fort de la part de Cartier. Revendiqué par Jean Nouvel comme son « monument pour Paris », le bâtiment du boulevard Raspail répond à un parti pris audacieux, celui de concevoir un espace muséal ouvert et transparent qui remplace les murs par la possibilité infinie de toujours réinventer le lieu d’exposition. Ce geste radical a souvent inspiré les artistes qui ont répondu de façon d’autant plus puissante à l’esprit des lieux. À Paris, sous l’impulsion d’Hervé Chandès, directeur depuis 1994, l’engagement fort avec les artistes, qui signe l’identité de la Fondation Cartier depuis toujours, se traduit par l’invitation à réaliser des oeuvres de commande pour les expositions. Avec 800 oeuvres ainsi initiées – qui sont depuis entrées dans la collection de la Fondation Cartier –, ces commandes font l’une des singularités du mécénat tel que Cartier le conçoit. Elles donnent aux artistes la possibilité de créer à une échelle nouvelle, comme pour la gigantesque installation de Sarah Sze (1999), ou de réaliser un objet hors norme tel l’avion imaginé par le designer Marc Newson (2004). De commandes en expositions, la Fondation Cartier accompagne les artistes sur la durée, de Raymond Depardon à William Eggleston, de Raymond Hains à Pierrick Sorin. Du chamanisme aux mathématiques ou au vaudou, la Fondation Cartier élargit constamment le champ de la curiosité, entraîne le visiteur vers des territoires inattendus, provoque des conversations ininterrompues entre des artistes, des scientifiques ou des Indiens d’Amazonie, et fait dialoguer l’art contemporain avec l’art populaire. Lieu du dépaysement constant, elle montre les créateurs les plus connus sous un jour inédit, surprenant ou décalé, comme avec la boulangerie imaginée par Jean Paul Gaultier. Elle renouvelle la manière d’exposer
  4. 4. des cinéastes avec David Lynch, Takeshi Kitano ou Agnès Varda. Elle s’intéresse aux expressions de la culture populaire comme le graffiti ou le rock’n’roll. Régulièrement, elle expose la pensée avec la complicité de philosophes. Elle offre au public des rencontres d’exception avec l’univers de la mode, à travers le travail d’Issey Miyake, ou celui de la bande dessinée avec Moebius, dont elle a été la première à révéler la dimension artistique. Scène vivante, elle s’ouvre à la danse, à la musique et à la performance avec les Soirées Nomades. Lieu de l’image, elle fait de la photographie l’un des pôles majeurs de sa programmation et de sa collection, de Francesca Woodman à Robert Adams, de Daido Moriyama à Nobuyoshi Araki et Hiroshi Sugimoto. Résolument internationale, elle s’est souvent tournée vers le Japon, le Brésil ou la Chine et a été la première institution à présenter, en dehors de l’Afrique, des monographies de photographes africains, de Seydou Keita à J.D. ’Okhai Ojeikere et Malick Sidibé. Internationale dans sa programmation et ses acquisitions, la Fondation Cartier pour l’art contemporain l’est aussi à travers les itinérances qui entraînent ses expositions de Tokyo à Buenos Aires, Copenhague ou Rio de Janeiro. Ce rayonnement repose sur les liens privilégiés tissés au fil des années avec les plus grandes institutions culturelles. Mais que ce soit en France ou à travers le monde, l’esprit de la Fondation Cartier reste le même : porter toujours plus d’attention aux artistes et privilégier curiosité et dépaysement, ouverture et liberté, singularité et pluralité. Un engagement tourné également vers le public, que la Fondation Cartier invite à partager une expérience de l’art et de la pensée d’aujourd’hui, à travers des expositions à la fois exigeantes et populaires, ouvrant les portes de l’art contemporain à une large audience, comme en témoigne l’exposition consacrée à Ron Mueck qui a accueilli plus de 300 000 visiteurs en 2013. 2014 : UNE ANNÉE ANNIVERSAIRE POUR 30 ANS DE MÉCÉNAT À partir du 10 mai 2014, la Fondation Cartier pour l’art contemporain invite le public à partager la célébration de ces 30 ans de mécénat et d’expositions. Pendant un an, la communauté des artistes qui ont fait son histoire revient boulevard Raspail, s’installe dans les espaces et offre au visiteur un moment de présence partagé. Articulée en deux grands volets, cette année exceptionnelle réserve une place essentielle aux oeuvres parmi les plus emblématiques qui ont marqué les expositions de la Fondation Cartier depuis sa création et qui en sont les moments clés. De l’avion du designer australien Marc Newson à la monumentale sphère dorée de James Lee Byars, du sous-marin de Panamarenko aux Brise-lames de Raymond Hains, des peintures de Chéri Samba aux carnets de Moebius, de la sculpture In Bed de Ron Mueck à la ville de Bodys Isek Kingelez, les oeuvres se répondent et se succèdent, faisant de Mémoires Vives, premier volet de l’année anniversaire, une exposition en mouvement perpétuel qui, de mai à septembre, réservera la surprise de sa progressive métamorphose. Les artistes eux-mêmes ont tenu à être présents pour l’événement, à partager avec le public une prise de parole ou une performance. David Lynch conçoit un théâtre de l’image qui accueille une programmation de films d’artistes et un voyage à travers la mémoire de la Fondation Cartier. Issey Miyake revisite la nuit avec une spectaculaire installation lumineuse déployée dans le jardin et le rez-de-chaussée. De Patti Smith à Jean-Michel Alberola, Alessandro Mendini ou Agnès Varda, les artistes rendent visibles les liens forts et durables tissés par la Fondation Cartier avec chacun, la fidélité et la continuité au fil de ces 30 ans d’histoires. Mémoires Vives raconte une autre histoire de l’art contemporain, qui fait de la dimension humaine et de la relation privilégiée avec les artistes les éléments essentiels d’une programmation. Chaque oeuvre, issue de la collection, est ainsi porteuse d’une histoire qui sera partagée avec le public par la voix de conteurs, dépositaires de cette mémoire vivante. À partir d’octobre 2014, le décor change et la Fondation Cartier pour l’art contemporain se métamorphose sous la direction d’Elizabeth Diller et de Ricardo Scofidio. Les deux architectes connaissent bien le lieu : en 1999, à l’occasion de l’exposition un monde réel, ils mettent en scène une collection de robots dans le vaste espace du rez-de-chaussée, et en 2008, ils reviennent signer l’installation Exit – un environnement cartographique high-tech rendant visibles en temps réel les flux de populations dans le monde – présentée dans Terre Natale, Ailleurs commence ici. Leur vision et leurs projets, mêlant arts visuels et arts de la scène, performance et nouvelles technologies, ébranlent le périmètre de l’architecture et du design. Pour son année anniversaire, la Fondation Cartier pour l’art contemporain leur confie l’orchestration d’un projet ambitieux où la mémoire dialogue avec l’avenir. Privilégiant au quotidien la collaboration avec des artistes de différents domaines, les deux architectes feront de cet événement un espace de rencontre vivant et en perpétuel mouvement. SUR FONDATION.CARTIER.COM Pour cette année anniversaire, la Fondation Cartier pour l’art contemporain développe une plateforme digitale ad hoc, accessible depuis son site Internet et sur tous supports. Elle promet de faire découvrir et de diffuser à l’international 30 ans d’art contemporain à travers de nombreux récits inédits et réserve une place centrale aux événements variés qui se tiendront dans le bâtiment de Jean Nouvel et hors les murs. Une programmation en ligne de projets d’artistes spécifiquement conçus pour Internet sera également offerte en exclusivité aux visiteurs du site. Toute l’actualité de la programmation et des événements est disponible sur fondation.cartier.com et sur les réseaux sociaux.
  5. 5. INFORMATIONS PRESSE Matthieu Simonnet Tél. 01 42 18 56 77 matthieu.simonnet@fondation.cartier.com Informations et images HD sur : presse.fondation.cartier.com Fondation Cartier pour l’art contemporain 261, boulevard Raspail, 75014 Paris fondation.cartier.com PHOTO © LUC BOEGLY

×