Saint-Louis programme culturel novembre 2014

86 vues

Publié le

Saint-Louis programme culturel novembre 2014

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
86
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Saint-Louis programme culturel novembre 2014

  1. 1. Lundi 13 octobre Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 1 Programme culturel Novembre 2014 Mercredi 5 novembre à 20 h 30 Auditorium du conservatoire Zerrad Trio - Les îles du désert Concert musiques du monde Incitation au voyage dans des contrées aux contours incertains, mais toujours ensoleillées, cette musique peut être qualifiée d’humaniste. En compagnie de ses complices Philippe Mallard (accordéon) et Thomas Ostrowiecki (percussions), Lucien Zerrad tisse la trame d’un univers où effluves de Méditerranée et senteurs d’Afrique, voire de Brésil, embarquent les oreilles curieuses. Ce pur panamien (né à Paris 14e, grandi dans le neuf-trois) a plus d’une corde vagabonde à ses guitares (et instruments connexes). L’accordéon du pavé de Paris côtoie le oud de notre homme de cordes, ou des percussions venues des quatre coins du monde. Entrée libre sur réservation au 03 89 69 52 23 ou par resa.culture@ville-saint-louis.fr
  2. 2. Lundi 13 octobre Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 2 Jeudi 6 novembre à 20 h 30 Cinéma La Coupole Les nomades du Cercle polaire Projection du film d’Andreas Voigt suivie d’un débat Andreas Voigt et son équipe ont accompagné, sur une période d’un an, la vie de deux familles de nomades et leurs 5 000 rennes. Ce sont des Komis, l’un des plus anciens peuples autochtones de Sibérie. Ils vivent là où les monts de l’Oural séparent l’Europe de l’Asie. Peu d’entre eux élèvent encore des rennes. Entièrement tributaires de leurs animaux, les familles d’Alexej et de Vassili ont conservé un mode de vie traditionnel rythmé par les cycles de la nature. Le film documentaire sera suivi d’un débat, en présence de Cédric Bonin, le producteur du film qui se fera aussi le porte-parole d’Andreas Voigt, le réalisateur. Ses commentaires seront accompagnés de ceux de Karen Hoffman- Schikel, spécialiste des populations nomades et de l’arctique, membre du Centre de recherches interdisciplinaires en anthropologie (CRIA) et du groupe de recherches Mutations polaires : sociétés et environnements. Entrée libre Dans le cadre du mois du film documentaire Mercredi 12 novembre à partir de 19 h 30 Conservatoire Dé-voiler - Dans l'atelier d'un compositeur Avec l’ensemble L'imaginaire L’ensemble L’imaginaire sera présent au conservatoire pendant la journée, le temps de l’élaboration de courtes pièces utilisant le matériau de l'oeuvre en création qui sera jouée lors du concert du soir. Comment découvrir et utiliser les possibilités sonores des instruments de manière créative ? Comment construire un discours, exprimer des émotions avec des idées musicales nouvelles ? Comment aller au-delà de ce que l’on connaît, de nos limitations, de nos définitions de la musique pour aller au coeur de l’acte de création ? Voilà des questions qui seront posées au public par le biais de ce concert. Un concert croisé, où se mêleront des pièces interprétées par l’ensemble L’imaginaire et des pièces composées et interprétées par des élèves du conservatoire, étroitement liées les unes aux autres. La soirée comprendra un dialogue ouvert avec le public.
  3. 3. Lundi 13 octobre Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 3 Programme OEuvres en solo, duo ou trio de Santiago Diez Fischer, Christophe Bertrand, Giacinto Scelsi, Éric Maestri et Franco Venturini, ainsi que des pièces-minute composées avec les élèves du conservatoire. Musiciens Trio de L’imaginaire :  Keiko Murakami, flûtes  Philippe Koerper, saxophone  Maxime Springer, piano Avec la participation des élèves de l’orchestre à vents du conservatoire. Mercredi 19 novembre à 20 h 30 Caveau du Café Littéraire Les mots et la musique de Satie (et vice versa) Lecture - concert Rencontre originale où la musique de Satie se fera l’écho de ses textes. En effet, si Satie est l’auteur des célèbres Gymnopédies ou Gnossiennes pour piano, il a signé également des livres pleins d’humour et de finesses. Lors de cette soirée, Julie Siméon, comédienne, assurera la lecture de textes choisis issus de l’ouvrage Les mémoires d’un amnésique. Pour faire vivre la musique de Satie, quatre musiciens mêleront leurs expériences et leurs originalités :  Sylvie Thomaes : pianiste de formation classique, professeur de piano, elle enseigne à Allschwill (Suisse) et donne de nombreux concerts classiques. Attirée par l’improvisation, elle s’est rapprochée de musiciens de jazz et en a fait une ouverture dans son langage musical.  Bruno Mazzega : guitariste puis bassiste autodidacte, il a d’abord été musicien dans le milieu du rock. Il s’est penché sur le jazz en rencontrant le Saint-Louis Blues Band dont il est membre depuis 1998. Il joue également dans le trio jazz Oncle Swing.  Michel Burklen : étudie la batterie à Huningue, se perfectionne et découvre le jazz à Strasbourg, puis intègre le Saint-Louis Blues Band dont il est membre, ainsi que le groupe Illicite Quintet.  Jean-Claude André : trompettiste de formation classique, il a rapidement aiguillé son esthétique musicale vers le jazz. Il crée en 1992, le Saint-Louis Blues Band, fait entrer le jazz au conservatoire de Saint-Louis avec l’ouverture d’un atelier jazz Jaztelier, tout en menant une carrière classique en parallèle. Compositeur, arrangeur, il aime à relever les défis et provoquer des situations inédites. Satie sera donc proposé sous diverses approches. Il sera parfois joué « à la manière de Satie », mais les musiciens iront volontiers dans l’improvisation sur ses harmonies ou sur ses mélodies.
  4. 4. Lundi 13 octobre Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 4 20ème Salon des 40 Du 21 au 23 novembre, salle des Fêtes, place Gissy La Ville de Saint-Louis organise la 20ème édition du Salon des 40, événement artistique incontournable qui a obtenu ses lettres de noblesse dans le paysage culturel régional, mais aussi transfrontalier. Depuis ses débuts, de grands moments de rencontre entre le public et les artistes, mais aussi de découvertes de la création dans le milieu amateur, ont vu le jour. Ouvert à tous les artistes amateurs de la Région (Allemagne et Suisse) et du Grand Est (Lorraine, Franche-Comté), le Salon réunira 40 artistes choisis par un comité de sélection. Le Salon des 40, c’est aussi une ambiance, un lieu d’échanges, une fête de l’art. Vernissage : vendredi 21 novembre à 19 h Ouverture :  vendredi : 18 h à 23 h  samedi : 10 h à 23 h  dimanche : 10 h à 18 h Restauration permanente sur place Entrée gratuite Mardi 25 novembre de 10 h à 11 h 30 Médiathèque Le Parnasse Exploration d’une tablette numérique iPad d’Apple Atelier pour adultes - connaître le fonctionnement de base d’un iPad. La tablette numérique fait partie de notre quotidien. Elle s’emmène partout avec facilité, permet de surfer et gérer les emails avec rapidité. Ces ateliers sont gratuits, toutefois le nombre de places est limité. Merci de vous inscrire en section adulte ou par téléphone au 03 89 69 52 43
  5. 5. Lundi 13 octobre Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 5 Saison des guitares Trois concerts et master class de guitare  Vendredi 28 novembre 2014 : duo Rayuela  Samedi 14 février 2015 : Matthias Collet  Samedi 18 avril 2015 : José Antonio Escobar Concernant les artistes et les enseignants :  Duo Rayuela Graciela Pueyo Interprète, arrangeuse et compositrice, Graciela Pueyo a ému ses auditoires sous diverses latitudes. Née à Buenos Aires, elle s’est formée à la guitare classique et populaire, à la fois avec des virtuoses de cet instrument et avec des légendes du tango et du folklore argentin. Elle est invitée régulièrement à participer à des festivals internationaux en Argentine (Guitarras del Mundo), en France (Guitare mosaïque), au Mexique (Guitarra en la capilla) ou encore au Maroc (Festival des cordes pincées). Installée à Strasbourg depuis 2000, elle est titulaire d’un DE, elle poursuit son travail pédagogique comme professeur au Conservatoire de Strasbourg. Judith De la Asunción Qualifiée par la presse d’interprète d’une exquise sensibilité, elle figure parmi les guitaristes costariciennes les plus remarquables. Depuis 1994, elle mène sa carrière de concertiste en parallèle à son travail pédagogique. Elle s’est produite comme soliste dans tous les pays d’Amérique centrale, en Équateur, aux États-Unis, au Mexique, en Suisse, en Allemagne, en France, en Espagne et au Maroc. Elle est fréquemment invitée à des festivals internationaux. Son dernier travail discographique a été récompensé par le prix de l’Association d’auteurs et compositeurs du Costa Rica (ACAM). Depuis 1998, elle réside à Strasbourg, où elle assure la direction artistique du Festival international Guitare mosaïque. Titulaire du CA, elle concentre son activité pédagogique à l’École municipale de musique de Schiltigheim (CUS).  Matthias Collet Aux confins des sources classique et populaire, Matthias Collet propose une guitare sensible et enracinée. Et, par delà le frémissement des cordes, la conviction que la musique mène au partage. Né en 1979 à Saverne en Alsace, il débute sa pratique musicale par la pratique du chant au sein de sa famille, puis comme guitariste accompagnateur dans l’association Mandolinata de Haguenau. Il étudiera au conservatoire de Strasbourg et à la Musikhochschule de Cologne, auprès des maîtres de la guitare classique Pablo Marquez et Roberto Aussel, récompensé par le diplôme d’études musicales (1999) et le Kunstlerischeinstrumentausbildungsdiplom (2006). Il s’est également perfectionné auprès de Jacques Pirotton (guitare jazz), Paco Serrano (guitare flamenca), Ivan Fedele (composition) et Christian Bellegarde (écriture musicale).
  6. 6. Lundi 13 octobre Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 6 En 2000, il rencontre le mandoliniste vénézuélien Ricardo Sandoval, dont la musicalité et la créativité ancrées dans la tradition populaire lui permettent d’évoluer dans sa perception de la musique. Il l’accompagne d’abord dans les répertoires traditionnels d’Amérique latine (Venezuela, Brésil, Argentine). Au fil du temps, leur duo prend forme et devient Cafe para Dos, enregistre deux albums (Cafe para dos, 2008, et Rosa Blanca, 2009) et effectue plusieurs tournées internationales. Par la suite, il intègrera la compagnie Pendule d’Ishrann Silgidjian aux projets d’interaction entre différents arts, avec le spectacle Bal dérivé (improvisation danse, vidéo et musique) et des performances filmées dans des usines désaffectées de Lorraine. En 2007, il intègre des formations de bal et de chanson traditionnels de différents terroirs de la ruralité française : Bretagne, Berry, Auvergne, Poitou, etc. Il partage ainsi la scène avec des artistes traditionnels comme Gabriel Lenoir, Julien Barbances, Corinne Renaud, Yves Leblanc, Jean-Claude Condi, Thierry Pinson, ou encore Gregory Jolivet. Depuis 2011, il forme, avec le percussionniste Florian Huygebaert, le Duo Cambrouze, proposant un panorama des musiques rurales françaises à partir de sa propre sensibilité. Matthias Collet s’est produit dans de nombreux festivals en France, Italie, Japon, Colombie, Venezuela, Allemagne, Biélorussie, Belgique, Espagne, Suisse et a été invité en 2013 au prestigieux festival Guitarras del Mundo en Argentine. Professeur d'enseignement artistique, il enseigne au conservatoire à rayonnement régional de Clermont-Ferrand, après avoir été en poste aux CRR de Metz et Lille. Il anime également des ateliers de guitare dans le cadre de l’AICOPI (Académie intégrale des cordes pincées).  José Antonio Escobar José Antonio Escobar, demeurant actuellement en Europe, est né à Santiago du Chili où il a étudié à la faculté des arts de l'université du Chili en 1973, formé par le luthiste Ernesto Quezada et diplômé avec la plus haute distinction dans la prestigieuse institution d’Amérique latine. Il a obtenu plus de quinze prix internationaux dont le premier lauréat ou finaliste dans les plus prestigieux concours de guitare, parmi lesquels se distinguent les concours Francisco Tarrega (Espagne), Alessandria (Italie), Alhambra (Espagne), Guitar Foundation of America (Etats-Unis), Julián Arcas (Espagne), Karl Scheit (Autriche) Villa-Lobos (Brésil), Alirio Diaz (Venezuela), Viña del Mar (Chili), entre autres. Influencé par son premier professeur, il a développé un vif intérêt pour les instruments anciens, qui l'ont incité à poursuivre sa formation en assistant à divers cours et des conférences de musique de la Renaissance et Baroque, dictés par des spécialistes de renom tels que Hopkinson Smith, Eduardo Egüez et Juan Carlos Rivera. Il prépare actuellement l'enregistrement complet de l’oeuvre pour vihuela de Luis Milan pour la compagnie Naxos Records. En plus de son grand intérêt pour la musique ancienne, il a toujours travaillé pour la diffusion de la musique contemporaine, ce qui a encouragé des compositeurs de renom et de jeunes artistes (en particulier Chiliens) à se référer à lui, notamment : Javier Farias, Christian Vasquez, Juan Antonio Sánchez et Javier Contreras (virtuose de la guitare qui fait parti du projet Duo Sud-Américain). Actuellement, l’exceptionnelle compositrice brésilienne Clarice Assad compose une oeuvre pour lui.
  7. 7. Lundi 13 octobre Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 7 Il s’est produit dans plus de 30 pays : dans la plupart de l'Europe et les Amériques, ainsi que certaines régions de l'Afrique du Nord, Moyen-Orient, en Asie et en Océanie. Il a également participé en tant que soliste à de grands orchestres tels que l'Orchestre de l'Estrémadure (Espagne), l'Orchestre philharmonique de Turin (Italie), Saint-Michel Cordes (Finlande), Hofer Symphoniker (Allemagne) et l'Orchestre symphonique du Chili. Il a fait ses débuts dans les grandes salles de concert comme le Brahms - Saal du Musikverein à Vienne, Purcell Room Southbank Centre à Londres, Herbst Theatre à San Francisco, Sala Cecilia Meireles à Rio de Janeiro, Teatro Monumental de Madrid, Teatro Teresa Carreño Caracas. Il a enregistré pour la radio, la télévision et a réalisé plusieurs disques pour Naxos Records, toujours avec des critiques élogieuses de la presse spécialisée. Il a également réalisé plusieurs enregistrements indépendants, auxquels il a participé en tant qu'artiste, producteur et éditeur. Aujourd'hui, il est constamment invité à se produire en concert, mais aussi à partager ses connaissances avec workshops et master class, dans les principaux festivals de musique, des prestigieuses universités en Europe et dans les Amériques. Visitez le site Web de Jose Antonio : www.joseantonioescobar.cl Concert du vendredi 28 novembre à l’auditorium : 10 euros Cours individuels d’environ 1 h 30 (30 min par guitariste) Renseignements auprès de M.Orias Diz au 06 41 71 51 69 pour les tarifs Gratuité pour les élèves du conservatoire. Nombre limité. Ciné-club 2014-2015 – Le génie des lieux Deuxième séance Jeudi 20 novembre à 20 h 30 Irène (2009) d’Alain Cavalier - 1 h 25 Le film est un portrait en creux d’Irène Tunc, l’épouse du réalisateur, morte en 1972. Alain Cavalier réalise depuis le milieu des années 90 des films à caractère biographique ou autobiographique au moyen d’une équipe technique réduite, filmant lui-même la plupart des séquences avec une petite caméra et explorant en voix off les continents engloutis du sentiment. Film d’intérieur, Irène revient dans des lieux chargés d’histoire personnelle et leur confère une charge émotionnelle insoupçonnée. Tarif unique : 5,70 € Le programme annuel du ciné-club en cliquant ici
  8. 8. Lundi 13 octobre Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 8 Expositions : Exposition du 20 septembre au 8 mars Fondation Fernet-Branca Prendre le temps Ansel / Bey / Cahen / Dyminski / Latuner / Nussbaum / Roesz Karine de Robert Cahen La Fondation Fernet-Branca à Saint-Louis est heureuse d’accueillir l’oeuvre de 7 artistes indépendants. Associés à une historienne d’art, Fleur Chevalier, les artistes se proposent d’exposer leur évolution en confrontant leur travail et en croisant leurs trajectoires sur la scène contemporaine, de 1970 à aujourd’hui. 4 décades. 7 visions du monde. 7 parcours singuliers. Par tranches de dix ans, Prendre le temps veut observer l’ouverture de ces 7 expériences sans en boucler le sens, comme on pourrait l’attendre d’une rétrospective, ainsi que restituer, intact, le foisonnement complexe et les incertitudes de tout itinéraire artistique. 7 artistes, 1 histoire. Analytique, Germain Roesz désosse la grammaire de la peinture et joue du pinceau comme on frappe des percussions, le rythme dégageant de puissants refuges colorés dans l’espace dense de ses jungles optiques. Aveuglée par ses soleils polychromes, la rétine trouvera le repos dans les paysages lunaires de Joseph Bey. Ses Plaques accidentées, poncées, érodées comme le sol qu’il aime fouler, inlassable, lorsqu’il marche par monts et par vaux, résonnent avec les horizons détricotés à l’oscilloscope par Robert Cahen dans son installation vidéo Paysages-Passage. Sa formation de compositeur en musique concrète lui a appris à traiter l’image comme des sons : « il aiguise notre regard, et […] nous conduit à mieux voir et à mieux entendre le monde » (Stéphane Audeguy). C’est l’autodestruction qui, à l’échelle humaine, socio-économique et personnelle, occupe Daniel Dyminski, dont la peinture satirique entretient un dialogue permanent avec ses performances, visant à démystifier le sacro-saint statut de l’artiste. « Je suis trop vieux pour être punk ! », déclare Guido Nussbaum, qui se taille volontiers le costume burlesque d’un prestidigitateur-loser. Et pourtant, son travail polymorphe, entre photo, vidéo, peinture et sculpture ne cesse de discourir sur la fonction et l’image publique de l’artiste dans la société. Il manquait un Chaplin à l’art contemporain. Loin de la dérision, frontal, Bernard Latuner a trouvé sans détour sa place de lutteur dans la société en optant pour le militantisme. Sa peinture indignée recycle, des photos documentaires au cinéma, en passant par les news, pour mieux haranguer les foules passives de spectateurs. Car c’est bien un mode alternatif de « consommation » des images que proposent ces 7 artistes, à l’instar de Denis Ansel, moine copiste du visible, iconodoule critique dont les toiles interrogent la béance entre la représentation et son sens, un vide qu’il tente de palier dans son travail récent, en restaurant l’aura des clichés banals qu’il prend pour modèles. Pour en arriver là, chacun a pris le temps de se perdre, de se chercher, de se redécouvrir, le plus souvent à l’écart du marché de l’art. C’est cet écart avec le monde et le torrent des mass media qui les rapproche. Commissaire associée aux artistes de l’exposition : Fleur Chevalier Exposition ouverte du mercredi au dimanche de 14 h à 19 h. Fermeture le lundi et le mardi • 2, rue du Ballon • Tél. 03 89 69 10 77 contact@fondationfernet-branca.org • www.fondationfernet-branca.org

×