Mardi 13 janvier 2015
Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00
Lundi au je...
Mardi 13 janvier 2015
Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00
Lundi au je...
Mardi 13 janvier 2015
Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00
Lundi au je...
Mardi 13 janvier 2015
Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00
Lundi au je...
Mardi 13 janvier 2015
Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00
Lundi au je...
Mardi 13 janvier 2015
Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00
Lundi au je...
Mardi 13 janvier 2015
Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00
Lundi au je...
Mardi 13 janvier 2015
Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00
Lundi au je...
Mardi 13 janvier 2015
Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00
Lundi au je...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Saint-Louis programme culturel février 2015

110 vues

Publié le

Saint-Louis programme culturel février 2015

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
110
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Saint-Louis programme culturel février 2015

  1. 1. Mardi 13 janvier 2015 Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 1 Programme culturel Février 2015 Samedi 7 février à 17 h 30 Temple de Saint-Louis Cori spezzati Concert de musique vénitienne du XVIIème siècle en doubles-chœurs Les cori spezzati signifient littéralement « chœurs brisés » en italien. On appelle ainsi une technique de composition qui consiste à séparer dans l'espace les voix et les instruments en deux ou plusieurs chœurs, permettant un jeu de questions-réponses, de contrastes sonores, d'imitations et d'échos. Œuvres de G. Gabrieli, G. Sponga Usper, L. Rossi da Viadana, G. Guami, G. Priuli, etc. Interprétées par une vingtaine d’élèves de deuxième et troisième cycle du conservatoire de Saint-Louis. Direction musicale et coordination : Noëlle Quartiero Entrée libre - Renseignements au 03 89 67 72 42. Samedi 7 février à 19 h 30 Caveau Réalité et limites du changement politique au Maroc Conférence de Mohamed Mouaqit En partenariat avec Amitié Maroc Sud Alsace Politologue, professeur à la faculté des sciences juridiques économiques et sociales à l’université Hassan II de Casablanca, Mohamed Mouaqit est spécialisé dans l’étude des relations entre l’islam et le droit, ainsi que leurs répercussions au plan politique. Sa réflexion touche à la fois l’histoire de la pensée politique, celle des libertés publiques, ainsi que les domaines de la sociologie et de la philosophie politiques. Entrée libre sur réservation au 03 89 69 52 23 ou par mail à resa.culture@ville-saint-louis.fr
  2. 2. Mardi 13 janvier 2015 Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 2 Mercredi 11 février à 20 h Fondation Fernet-Branca Vermeer, le regard et le temps Conférence en histoire de l’art par Stéphane Valdenaire Par un étrange paradoxe, l’un des peintres les plus célèbres au monde, devenu icône au-delà des cercles d’amateurs de peinture, a produit seulement une trentaine d’œuvres au cours de sa carrière. La fascination pour Vermeer tient sans doute à autre chose qu’à la manière dont il montre la réalité de son époque. Derrière les usages changeants, une forme de permanence dans l’interrogation le relie à nous. Qu’est-ce qu’être, et être dans le temps ? Une enquête au milieu de ces personnages à la fois dans le tableau et détachés de leur époque. Entrée libre sur réservation au 03 89 69 52 23 ou par mail à resa.culture@ville-saint-louis.fr Jeudi 12 février à 20 h 30 Caveau L’Amour est déclaré : on va déguster Lecture par Geneviève Koechlin – Théâtre du même nom C'était le 14 et je ne voulais pas casser l'ambiance. « Tu ne m'embrasses pas assez ! Pourquoi tu ne penses jamais à me prendre dans tes bras, juste pour me donner des baisers ? » Il s'est contenté de hausser les épaules. Mais un peu plus tard dans la soirée, alors qu'il était parti dormir et que je passais quelques heures sur mon ordinateur, j'ai fait des recherches et tapé une suite de réflexions sur le baiser. Le lendemain, en me relisant, j'ai senti que j'avais touché un sujet plus profond qu'il n'y paraissait au départ. J'ai continué d'explorer.... Et me voilà, un certain soir de février – et sans vouloir casser l'ambiance, bien au contraire – prête à vous apporter ma « petite contribution à la théorie du baiser » Entrée libre sur réservation au 03 89 69 52 23 ou par mail à resa.culture@ville-saint-louis.fr Samedi 14 février à 16 h Salle des fêtes de Saint-Louis Ça bouge au conservatoire ! Concert Depuis deux ans, les jeunes élèves du conservatoire de Saint-Louis apprennent la musique tous ensemble, sans solfège, sous forme d’ateliers avec leur instrument. Entrée libre - Renseignements au 03 89 67 72 42.
  3. 3. Mardi 13 janvier 2015 Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 3 Samedi 14 février Conservatoire de Saint-Louis Saison des guitares – 2ème concert Avec Matthias Collet Aux confins des sources classique et populaire, Matthias Collet propose une guitare sensible et enracinée. Et, par-delà le frémissement des cordes, la conviction que la musique mène au partage. Matthias Collet s’est produit dans de nombreux festivals en France et dans le monde. Il collabore également à des créations musicales contemporaines. En 2007, il intègre des formations de bal et de chanson traditionnelles de différents terroirs de la ruralité française. Il partage ainsi la scène avec des artistes traditionnels. Depuis 2011, il forme, avec le percussionniste Florian Huygebaert, le Duo Cambrouze, proposant un panorama des musiques rurales françaises à partir de sa propre sensibilité. Déroulement :  L’après-midi : Master classe avec l’artiste en cours individuels d’environ 30 minutes Inscription à la master-classe : o gratuite pour les élèves du conservatoire o 30 € pour les externes au conservatoire Renseignements auprès de M.Orias Diz n° 06 41 71 51 69  19 h 30 : concert à l’Auditorium Tarif : 10 € en pré-réservation auprès de M.Orias Diz n° 06 41 71 51 69 ou sur place au début du concert. Vendredi 20 février à 19 h Maison pour tous C’est pas si grave ! Concert Il est rare d'entendre les instruments de la famille du violon sans violon ! On connaît aussi les ensembles d'altos, de violoncelles, ou de contrebasses, mais pas d'ensemble qui les réunisse. C'est l'occasion de vous faire découvrir leurs couleurs particulières. Les élèves des trois classes se réuniront en duo, trio, sextuor et bien plus, dans un répertoire riche et varié, allant du classique aux musiques du monde. Avec : - Louisa Behr : professeur de contrebasse - Laure Unlu : professeur de violoncelle - Grégoire Vallette : professeur d’alto Entrée libre - Renseignements au 03 89 67 72 42.
  4. 4. Mardi 13 janvier 2015 Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 4 Samedi 21 février, après-midi Weil am Rhein Visite culturelle : Alvar Aalto au Vitra Design Museum de Weil am Rhein Avec Stéphane Valdenaire Alvar Aalto a donné à la Finlande une place proéminente dans l’art du 20e siècle. Architecte et designer, il est associé à l’idée de design organique, dans lequel la fluidité des formes découle naturellement d’une pensée accordée avec l’homme. L’exposition présentera aussi bien ses réalisations architecturales que ses modèles désormais classiques dans le domaine du mobilier et du luminaire. Elle évoquera aussi les échanges d’Aalto avec des plasticiens comme Hans Arp, Alexander Calder et Laszlo Moholy-Nagy. Renseignements et inscriptions au 03 89 69 52 47 ou par mail à culture@ville-saint-louis.fr Un festival de poche en janvier-février 2015 Quand Godard rencontre Fritz Lang… « Le dinosaure et le bébé » : c’est ainsi que Jean-Luc Godard (né en 1930) et Fritz Lang (né en 1890) se comparaient avec humour lors de leur rencontre devant la caméra d’André S. Labarthe en 1967. Le temps a passé, et le cinéaste suisse est entré à son tour dans l’histoire du cinéma mondial. Les deux metteurs en scène n’ont-ils pas encore quelque chose à se dire, par-delà le temps et la mort ? C’est ce que ce petit festival se propose d’examiner, en conviant le public à plusieurs rendez-vous : d’abord deux confrontations des cinéastes à leur temps, avec une conférence et une mise en scène. Parallèlement, deux chefs-d’œuvre : Metropolis de Lang et Le mépris de Godard, qui fit passer à la postérité la rencontre, mi-fictive mi-réelle, entre Godard, Lang et Bardot.  Mercredi 28 janvier à 20 h 30 Caveau Le cinéma muet allemand, entre expressionnisme et réalisme Conférence par Stéphane Valdenaire La projection en ciné-concert de Metropolis (18 février) donne l’occasion de revenir sur une époque dorée du cinéma européen. Le cinéma allemand a donné ses plus grands maîtres à cette époque, ainsi qu’une série impressionnante de chefs-d’œuvre. Mais si le docteur Caligari et quelques autres l’ont définitivement associé à l’expressionnisme, une autre esthétique atteignait son apogée au même moment : loin de la stylisation, des metteurs en scène puisaient dans la réalité sociale et psychologique la matière de leurs œuvres. La conférence, illustrée de nombreux extraits, mettra en rapport les différentes influences, souvent complémentaires, qui s’exerçaient sur les réalisateurs. Entrée libre sur réservation au 03 89 69 52 23 ou par mail à resa.culture@ville-saint-louis.fr
  5. 5. Mardi 13 janvier 2015 Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 5  Jeudi 29 janvier à 20 h 30 Cinéma La Coupole Le mépris (1963) de Jean-Luc Godard Un jeune écrivain accepte de travailler sur un scénario pour un riche producteur américain. Mais le travail sur le film va jeter le trouble dans ses relations avec sa femme. Film apparemment le plus classique de Godard, et passé depuis au panthéon des années 60, Le mépris est une somme qui rassemble les réflexions de Godard sur la création tout en livrant une radioscopie bouleversante du couple. Les acteurs, de Fritz Lang à Michel Piccoli, de Brigitte Bardot à Jack Palance, y sont transfigurés. Tarif unique sans réservation : 6 €  Mercredi 4 février à 20 h 30 Caveau Un petit Godard Textes sur l’art de Jean-Luc Godard, joués par Léopoldine Hummel, mise en scène de Jean-Michel Potiron « Un petit Godard présente les idées (évidemment non- conventionnelles) sur l'art de Jean-Luc Godard. Chaque idée présentée est "dérangeante". Il n'y a pas d'histoire. Nous en avons créé "une". Un personnage, Jean-Luc Godard (interprété par une jeune femme : Léopoldine Hummel. Pourquoi pas ?) a réuni son équipe : il y a le scénariste, le monteur, l'éclairagiste, le sonorisateur, un interprète, mais aussi le distributeur, puis encore un spectateur, et aussi... sa voisine, etc. (toute la société est convoquée). Face à l'assistance, il procède au plaidoyer vindicatif de ses conceptions et manières de travailler... » Jean-Michel Potiron Entrée libre sur réservation au 03 89 69 52 23 ou par mail à resa.culture@ville-saint-louis.fr  Mercredi 18 février à 20 h Conservatoire de Saint-Louis Ciné-club 2014-2015 – le génie des lieux Metropolis (1927) de Fritz Lang, accompagné au piano par Pascal Reber - 2 h 33 Dans la capitale mondiale d’un futur proche, les hommes se retrouvent instrumentalisés et divisés selon leurs responsabilités productives. Un jeune héritier, une institutrice idéaliste et un savant illuminé vont bouleverser l’ordre technocratique de la cité. Architecte de formation, Fritz Lang a bénéficié, pour Metropolis, de moyens considérables. Il a fait de l’espace, et particulièrement du bâti, le vecteur physique des relations humaines. Le film compte de nombreuses séquences d’anthologie, et sa récente restauration lui a restitué tout son impact visuel. À la fois accompagnant et générant un contrepoint, Pascal Reber proposera un commentaire musical inédit. Entrée libre sans réservation.
  6. 6. Mardi 13 janvier 2015 Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 6 Expositions : L’œil et la main Cité Danzas Une exposition photo de l’association Saint-Louis pour la photo Commissaire d’exposition : Gilbert Coutelet, docteur en photographie Où mieux qu’à la Cité Danzas de Saint-Louis, consacrée aux métiers d’art et rares, une exposition photo sur les métiers artisanaux, pouvait-elle se tenir ? En effet, L’œil et la main est une métaphore du travail d’artiste ou d’artisan. L’exposition présente les travaux de 13 photographes avec des thèmes très variés :  Graveur en taille douce, par Robert Bubendorf  Sculpteur sur bois, par Franck Ehret  Verrier (souffleur sur verre), par Franck Ehret  Ébéniste, par Huguette Gentner  Tatoueur, par Stéphanie Guéret  Tissage de pashmina, par Céline Jentzsch  Brasseur artisanal, par Céline Jentzsch  Photographe de mode, par Philippe Litzler  Restauratrice d’art, par Christine Meyer  Cordier, par Christine Meyer  Facteur d’orgues, par Michel Petit  Verrier (assembleur), par Françoise Sagon  Luthier, par Sabrina Seyfried  Barbier à l’ancienne, par Michel Stephan  Potier, par Dominique Valle  Créateurs de bijoux, par Anne Wurthlin Ce bel hommage au travail manuel artistique nous permet de découvrir 16 séries photographiques qui dépassent le simple intérêt. Surtout cette exposition nous permet de retrouver des gestes que nous avions oubliés, capturés par l’œil expert des photographes de l’association Saint-Louis pour la photo. La diversité des représentations – toutes unies dans le thème de l’exposition – est vrai un bonheur. Où ? : Cité Danzas, rez-de-jardin (entrée par le rez-de-chaussée), 12 rue Théo Bachmann, 68300 Saint-Louis Quand ? Les samedis 14, 21 et 28 février de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h Les dimanches 15, 22 février et 1er mars de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h Entrée libre Renseignements : Philippe Litzler, président de l’association Saint-Louis pour la Photo Litzlerchromato@aol.com Tél. 03 89 68 74 99 / 06 66 78 16 58
  7. 7. Mardi 13 janvier 2015 Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 7 Du lundi 5 janvier au vendredi 20 février Exposition Vivre en temps de guerre 14-18 à la Maison du patrimoine Le Landesarchiv Bade-Wurtemberg et les archives départementales du Haut-Rhin présentent une exposition itinérante commune pour rappeler ce que fut la première guerre mondiale. C’est la première fois qu’une exposition bilingue transfrontalière donne une vision globale de ce qui s’est passé entre 1914 et 1918 dans la région du Rhin supérieur, à la fois lieu de combats et front intérieur. Les souffrances de toute la population, des soldats et des civils, des prisonniers, des blessés et des mourants, des femmes et des enfants sont au cœur de cette présentation. Tous étaient des acteurs et/ou des victimes de la guerre. 32 biographies permettent de comprendre comment le conflit toucha et empoisonna tous les secteurs du quotidien en pays de Bade et en Alsace. Derrière le masque de la guerre, ces visages et ces destins d’hommes et de femmes nous appellent à la paix. Cette exposition itinérante richement illustrée est complétée, dans chacune de ses stations, par d’autres documents d’intérêt local. Pour en savoir plus : http://www.vivre-en-temps-de-guerre-1914-1918.fr/ Pour les visites scolaires, possibilité de télécharger sur le site les livrets pédagogiques (niveau primaire, collège et lycée). Informations pratiques Entrée libre Les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h (uniquement sur réservation auprès des archives municipales, tél. 03 89 69 52 46). Les samedis après-midi de 14 h à 17 h, entrée libre. Maison du patrimoine 3 rue Saint-Jean 68 300 Saint-Louis
  8. 8. Mardi 13 janvier 2015 Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 8 Exposition jusqu’au 8 mars Fondation Fernet-Branca Prendre le temps Ansel / Bey / Cahen / Dyminski / Latuner / Nussbaum / Roesz Karine de Robert Cahen La Fondation Fernet-Branca à Saint-Louis est heureuse d’accueillir l’œuvre de 7 artistes indépendants. Associés à une historienne d’art, Fleur Chevalier, les artistes se proposent d’exposer leur évolution en confrontant leur travail et en croisant leurs trajectoires sur la scène contemporaine, de 1970 à aujourd’hui. 4 décades. 7 visions du monde. 7 parcours singuliers. Par tranches de dix ans, Prendre le temps veut observer l’ouverture de ces 7 expériences sans en boucler le sens, comme on pourrait l’attendre d’une rétrospective, ainsi que restituer, intact, le foisonnement complexe et les incertitudes de tout itinéraire artistique. 7 artistes, 1 histoire. Analytique, Germain Roesz désosse la grammaire de la peinture et joue du pinceau comme on frappe des percussions, le rythme dégageant de puissants refuges colorés dans l’espace dense de ses jungles optiques. Aveuglée par ses soleils polychromes, la rétine trouvera le repos dans les paysages lunaires de Joseph Bey. Ses Plaques accidentées, poncées, érodées comme le sol qu’il aime fouler, inlassable, lorsqu’il marche par monts et par vaux, résonnent avec les horizons détricotés à l’oscilloscope par Robert Cahen dans son installation vidéo Paysages-Passage. Sa formation de compositeur en musique concrète lui a appris à traiter l’image comme des sons : « il aiguise notre regard, et […] nous conduit à mieux voir et à mieux entendre le monde » (Stéphane Audeguy). C’est l’autodestruction qui, à l’échelle humaine, socio-économique et personnelle, occupe Daniel Dyminski, dont la peinture satirique entretient un dialogue permanent avec ses performances, visant à démystifier le sacro-saint statut de l’artiste. « Je suis trop vieux pour être punk ! », déclare Guido Nussbaum, qui se taille volontiers le costume burlesque d’un prestidigitateur-loser. Et pourtant, son travail polymorphe, entre photo, vidéo, peinture et sculpture ne cesse de discourir sur la fonction et l’image publique de l’artiste dans la société. Il manquait un Chaplin à l’art contemporain. Loin de la dérision, frontal, Bernard Latuner a trouvé sans détour sa place de lutteur dans la société en optant pour le militantisme. Sa peinture indignée recycle, des photos documentaires au cinéma, en passant par les news, pour mieux haranguer les foules passives de spectateurs. Car c’est bien un mode alternatif de « consommation » des images que proposent ces 7 artistes, à l’instar de Denis Ansel, moine copiste du visible, iconodoule critique dont les toiles interrogent la béance entre la représentation et son sens, un vide qu’il tente de palier dans son travail récent, en restaurant l’aura des clichés banals qu’il prend pour modèles. Pour en arriver là, chacun a pris le temps de se perdre, de se chercher, de se redécouvrir, le plus souvent à l’écart du marché de l’art. C’est cet écart avec le monde et le torrent des mass media qui les rapproche. Commissaire associée aux artistes de l’exposition : Fleur Chevalier Inscription auprès de la Fondation au 03 89 69 10 77 Prix d’entrée : 8 €, 6 € tarif réduit. Exposition ouverte du mercredi au dimanche de 13 h à 18 h. Fermeture le lundi et le mardi • 2, rue du Ballon • Tél. 03 89 69 10 77 contact@fondationfernet-branca.org • www.fondationfernet-branca.org
  9. 9. Mardi 13 janvier 2015 Mairie de Saint-Louis - 21, rue Théo Bachmann – 68300 Saint-Louis – Tél : 03 89 69 52 00 Lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30 – Vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30 Samedi : permanence à l’accueil de 10 h à 12 h www.saint-louis.fr 9 Visites guidée Dimanche 1 février à 15 h En présence de Daniel Dyminski et Joseph Bey Dimanche 1 mars à 15 h En présence de Daniel Dyminski et Joseph Bey Mercredi 4 mars à 15 h En présence de Denis Ansel et Guido Nussbaum

×