Dossier de
concertationConcertation
préalable
7 oct >
8 nov 2013
Sommaire
Introduction..............................................................p. 5
Une concertation menée par la Métr...
Enjeux environnementaux...............................................p. 37
Les habitats naturels............................
INTRODUCTION
Ce dossier a été réalisé par Grenoble-Alpes Métropole (La Métro), la Communauté de communes
du massif du Verc...
Introduction
Une concertation préalable*
dans un cadre réglementaire
La présente concertation préalable
s’inscrit dans le ...
Le projet soumis à concertation
Au cours des dernières années, plusieurs projets de transport par câble ont été étudiés da...
Exemples de transport par câble
Un exemple similaire réussi : Bolzano en Italie
Avec ses deux rivières, ses trois massifs,...
Le Salève (Haute-Savoie)
En 1982, un nouveau téléphérique est créé en remplace-
ment de l’ancien (datant de 1932), pour re...
Le contexte territorial
du projet
11
Un projet intégré dans un processus plus large
Le contexte territorial du projet
Un plateau vallonné qui domine l’agglomér...
Un Plateau dont le fonctionnement est à la fois autonome et tourné vers l’agglomération grenobloise
Entrants SortantsSur p...
Un plateau qui accueille une importante offre de tourisme et de loisirs
Les 7 communes proposent une offre de séjours et d...
Un plateau en croissance démographique, dont le développement est fortement lié
avec celui de l’agglomération grenobloise
...
L’agglomération grenobloise et sa partie Nord-Ouest, porte d’entrée et pôle majeur pour le massif du Vercors
La frange oue...
La partie Nord-Ouest de l’agglomération : un pôle d’emplois et de services pour le Plateau
et une porte d’entrée sur le ré...
Des flux d’échanges quotidiens et touristiques entre le Vercors et l’agglomération grenobloise
D’après l’enquête ménages d...
Liaisons en transport public entre le plateau du Vercors et l’agglomération grenobloise
L’offre actuelle en transport publ...
Les objectifs du projet :
un projet au service
de l’aménagement du territoire
21
Les objectifs du projet : un projet au service
de l’aménagement du territoire
Plus qu’un simple service de transport, cett...
23
Dossier de concertation
7 oct  8 nov • Concertation préalable
Le projet de liaison par câble
entre l’agglomération
grenobloise et le Vercors
25
Le projet de liaison par câble entre
l’agglomération grenobloise et le Vercors
Présentation du projet
La présente concerta...
Estimations de fréquentation
Des temps de parcours compétitifs
À l’heure de pointe du matin, les temps de parcours en
câbl...
Deux types de système câble
Télécabine monocâble
Il s'agit d'un système basé sur :
un câble unique en mouvement unidirecti...
Tableau comparatif des deux modes
Monocâble Télécabine (TC) Téléphérique débrayable (3S)
Capacité
des véhicules
10 pers. 3...
Insertion des stations
La liaison par câble comprend trois stations
accessibles aux usagers : Fontaine-La Poya,
Saint-Nizi...
La station de Saint-Nizier-du-Moucherotte
La station de Saint-Nizier-du-Moucherotte est la station
intermédiaire de cette ...
La station de Lans-en-Vercors
Av. Léopold Fabre
Av. Léopold Fabre
AlléedesSapins
AlléedesSapins
VoieduTram
VoieduTram
llée...
2
Maison du parc
Cette position permet une insertion de la station en
cœur de village.
Afin de ne pas charger l’avenue Léo...
Évaluation du coût du projet
Le coût des actions d'accompagnement (non nécessaires au fonctionnement du TCSP) est présenté...
Coûts d’exploitation annuels
Les estimations présentées dans cette étude n’incluent pas les coûts d’exploitation (ni les r...
Enjeux
environnementaux
37
Enjeux environnementaux
Les habitats naturels
Les milieux ouverts
Sur le plateau, les milieux ouverts (prairies de fauche ...
La flore
Une vingtaine d’espèces de plantes protégées a été recensée
le long du projet. Les plus emblématiques se trouvent...
Insertion paysagère
du câble
41
Insertion paysagère du câble
Vue du transport
par câble (option
téléphérique 3S)
depuis Engins Vue du transport
par câble ...
Vue du transport
par câble (option
téléphérique 3S)
dans la plaine vers
Lans-en-Vercors
Vue du transport
par câble (option...
Organisation
des déplacements
L’étude pour un projet de transport par câble reliant l'agglomération grenobloise au Vercors...
Organisation des déplacements
sur le Plateau du Vercors
L’étude mobilité menée par la Communauté de communes
du massif du ...
Hypothèse de prolongement de la liaison par câble
entre Lans-en-Vercors et Méaudre, Autrans
et Villard-de-Lans
AUTRANS
MÉA...
Points soumis à concertation
La concertation doit permettre de recueillir vos avis et remarques sur le projet, et, entre a...
Lexique
AURG :
Agence d’urbanisme de la région grenobloise.
AUTOPARTAGE :
Service qui permet la location de voiture de cou...
La Métro
Communauté d’agglomération
de Grenoble
3 rue Malakoff 38000 Grenoble
tél : 04 76 59 59 59
fax : 04 76 42 33 43
ht...
Transport par câble   dossier de concertation
Transport par câble   dossier de concertation
Transport par câble   dossier de concertation
Transport par câble   dossier de concertation
Transport par câble   dossier de concertation
Transport par câble   dossier de concertation
Transport par câble   dossier de concertation
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Transport par câble dossier de concertation

2 140 vues

Publié le

Délibération Politiques des déplacements. Planification – Transport par câble – Modalités de la concertation préalable L.300-2 du projet de transport par câble entre l’agglomération grenobloise et le Vercors

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 140
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
380
Actions
Partages
0
Téléchargements
31
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Transport par câble dossier de concertation

  1. 1. Dossier de concertationConcertation préalable 7 oct > 8 nov 2013
  2. 2. Sommaire Introduction..............................................................p. 5 Une concertation menée par la Métro et la CCMV.......................................... p. 6 Recueillir vos avis et observations.......................................................................... p. 6 Le projet soumis à concertation................................................................................... p. 7 Exemples de transport par câble..................................................................................... p. 8 Le contexte territorial du projet............................... p. 11 Un projet intégré dans un processus plus large......................................................................p. 12 L’agglomération grenobloise et sa polarité Nord-Ouest, porte d’entrée et pôle majeur pour le massif du Vercors.............................................................p. 16 Des flux d’échanges quotidiens et touristiques entre le Vercors et l’agglomération grenobloise....p. 18 Les objectifs du projet : un projet au service de l’aménagement du territoire...... p. 21 Le projet de liaison par câble entre l’agglomération grenobloise et le Vercors............................................................................ p. 25 Présentation du projet............................................................................................................................................................p. 26 Estimations de fréquentation...................................................................................................................................................... p. 27 Deux types de système câble............................................................................................................................................................p. 28 Insertion des stations.................................................................................................................................................................................p. 30 Évaluation du coût du projet............................................................................................................................................................................p. 34 2 Dossier de concertation 7 oct > 8 nov • Concertation préalable
  3. 3. Enjeux environnementaux...............................................p. 37 Les habitats naturels................................................................................................................p. 38 La flore........................................................................................................................................p. 39 La faune.......................................................................................................................................p. 39 Insertion paysagère du câble...................................... p. 41 Organisation des déplacements ................................ p. 45 L’étude mobilité menée par la CCMV................................................................................... p. 46 Les orientations pour accompagner l’arrivée du câble................................................... p. 46 Hypothèse de prolongement de la liaison par câble entre Lans-en-Vercors et Méaudre, Autrans et Villard-de-Lans..................................p. 47 Articulation du câble Vercors avec le réseau de transport en commun de l'agglomération.....................................................................................................................p. 47 Points soumis à concertation....................................... p. 48 Calendrier prévisionnel.................................................. p. 48 Lexique...........................................................................................p. 49 3 Dossier de concertation 7 oct > 8 nov • Concertation préalable Concertation préalable 7 oct  > 8 nov
  4. 4. INTRODUCTION Ce dossier a été réalisé par Grenoble-Alpes Métropole (La Métro), la Communauté de communes du massif du Vercors (CCMV) et ses partenaires : l’ensemble des communes concernées et notamment celles qui accueilleront une station (Lans-en-Vercors, Saint-Nizier-du-Moucherotte et Fontaine), ainsi que le Conseil général de l’Isère, le SMTC, le Parc naturel régional du Vercors et la Région Rhône-Alpes, avec l’appui de l’Agence d’urbanisme de la région grenobloise (AURG). 5
  5. 5. Introduction Une concertation préalable* dans un cadre réglementaire La présente concertation préalable s’inscrit dans le cadre des dispositions de l’article L.300-2 du code de l’Urbanisme qui la définit comme une étape avant la constitution du projet, permettant d’associer le public très en amont, dès le début des études, à la définition des objectifs et des grandes lignes de ce projet. L’article L.300-2 du code de l’urbanisme précise que les opérations d’aménagement ayant pour effet de modifier de façon substantielle le cadre de vie ou l’activité économique font l’objet, de manière obligatoire ou facultative selon leur nature, d’une concertation associant pendant toute la durée de l’élaboration du projet, les habitants, les associations locales et les autres personnes concernées. Une concertation menée par la Métro et la CCMV La Métro et la CCMV ont décidé conjointement de mener une concertation préalable volontaire relative à la réalisa- tion d’un projet de transport par câble entre l’agglomé- ration grenobloise et le plateau du Vercors. Les objectifs poursuivis et les modalités de cette concertation ont été fixés de manière conjointe par l’organe délibérant de la Métro et celui de la CCMV. Ces modalités doivent, pendant une durée suffisante au regard de l’importance du projet, permettre au public d’accéder aux informations relatives au projet et aux avis requis par les dispositions législatives et réglementaires applicables et de formuler des observa- tions et propositions qui sont enregistrées et conservées par l’autorité compétente. Recueillir vos avis et observations Cette concertation se tient du lundi 7 octobre au vendredi 8 novembre 2013, soit 5 semaines. Afin de faire connaître votre point de vue ou vos obser- vations sur ce projet, des registres d’expression sont à votre disposition à la CCMV et à la Métro, ainsi que dans les mairies de Lans-en-Vercors, Engins, Saint-Nizier-du- Moucherotte et Fontaine. Afin de vous informer, des expositions sont installées dans les lieux suivants : Mairie de Lans-en-Vercors Mairie d’Engins Mairie de Saint-Nizier-du-Moucherotte Mairie de Villard-de-Lans Mairie d’Autrans Mairie de Méaudre Mairie de Corrençon-en-Vercors Mairie de Fontaine Mairie de Seyssinet-Pariset Mairie de Seyssins Mairie de Sassenage Siège de la Communauté de Communes du Massif du Vercors (CCMV) à Villard-de-Lans, Maison de l'in- tercommunalité, 19 Chemin de la Croix Margot, 38250 Villard-de-Lans Siège de la Métro, immeuble le Forum, 3 rue Malakoff, 38000 Grenoble Siège du Conseil général, 7 rue Fantin Latour, BP 1096, 38 022 Grenoble cedex Station Mobile, 15 boulevard Joseph Vallier, 38000 Grenoble Les éléments de cette concertation sont également disponibles en ligne sur les sites Internet de : la Métro, www.lametro.fr/concertation-cable la CCMV, www.vercors.org/transport-cable.html Vous pourrez y prendre connaissance ou télécharger l’ensemble des documents et laisser vos commentaires et remarques. Une plaquette sera distribuée largement, dans l’en- semble des boîtes aux lettres des communes concernées ainsi que sur les lieux des expositions et à l’occasion des réunions publiques. Durant le temps de la concertation, six réunions publiques d’information seront organisées : Grenoble - Direction Départementale des Territoires (ex-DDE) - jeudi 17 octobre - 18 h 00 Saint-Nizier-du-Moucherotte - Salle des fêtes mardi 22 octobre -19 h 00 Lans-en-Vercors - Salle des fêtes lundi 28 octobre – 20 h 30 Autrans - Salle des fêtes mardi 29 octobre – 20 h 30 Fontaine - Salle Edmond Vigne mercredi 6 novembre – 18 h 30 Villard-de-Lans - La Coupole jeudi 7 novembre – 20 h 30 Les éléments recueillis seront examinés et synthétisés par la Métro et la CCMV, sous la forme d’un bilan de concer- tation présenté au public fin 2013. Il permettra d’enrichir les études préalables du projet et d’orienter les suites à donner à cette opération. 6 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  6. 6. Le projet soumis à concertation Au cours des dernières années, plusieurs projets de transport par câble ont été étudiés dans la région urbaine grenobloise. À l’issue de ces études, la liaison entre l’agglomération grenobloise et le Vercors est apparue comme la plus pertinente. En proposant ce projet de transport par câble entre Fontaine, Saint-Nizier-du-Moucherotte et Lans-en-Vercors, la Métro et ses partenaires souhaitent améliorer les liaisons entre le plateau du Vercors et l’agglomération grenobloise, tout en portant ensemble des projets de développement de territoires cohérents et complémentaires. Cette liaison permettra à la fois aux Grenoblois et aux touristes d'accéder aux espaces naturels du plateau et aux habitants du Vercors de disposer d’un accès facilité à l'agglomération. GRENOBLE SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE ENGINS VILLARD-DE-LANS LANS-EN-VERCORS ÉCHIROLLES FONTAINE SASSENAGE SAINT-MARTIN LE-VINOUX PONT- DE-CLAIX CLAIX SEYSSINS SEYSSINET PARISET VARCES VIF SAINT-PAUL-DE-VARCES station de Saint-Nizier- du-Moucherotte 3 sites potentiels pour la station de Lans-en-Vercors station de Fontaine 0 2,5km Historique du projet En mars 2012, la Métro a proposé à ses partenaires de lancer l’étude d’un projet de transport par câble entre Fontaine, Saint-Nizier-du-Moucherotte et Lans-en-Vercors, dans l’ob- jectif d’améliorer les liaisons entre le plateau du Vercors et l’agglomération grenobloise. Il s’agissait également de porter ensemble des projets de développement de territoires cohé- rents et complémentaires. Après une délibération de principe de la Métro en juillet 2012, les quatre partenaires – la Métro, la Communauté de Communes du Massif du Vercors, le Département de l’Isère et le SMTC - ont approuvé, à l’automne 2012, la convention qui confie à la Métro la maîtrise d'ouvrage, en phase étude, du projet. Un comité de pilotage a été mis en place, regroupant la Métro et le SMTC, le Conseil général de l'Isère, la Communauté de Communes du Vercors (CCMV), les communes de Saint-Nizier- du-Moucherotte, Lans-en-Vercors et les autres communes du plateau, les communes de Fontaine, Seyssinet-Pariset, Sassenage et Seyssins, la Région Rhône-Alpes, le Parc naturel régional du Vercors et l’Agence d’urbanisme de la région grenobloise (AURG). Cette instance, chargée des validations politiques, au regard des propositions élaborées au niveau technique par le comité technique, s’est déjà réunie quatre fois (octobre 2012, mars, juillet et septembre 2013). En janvier 2013, la Métro a retenu une assistance à maîtrise d'ouvrage (AMO) sur 4 missions : Management de projet, Assistance juridique, financière et technique. Présentation du projet Le tracé proposé permettra de relier Fontaine-La Poya (terminus de la ligne A de tramway) à Lans-en-Vercors en moins d'une ½ heure. Il se composera de deux tronçons : 1 Fontaine-La Poya Saint-Nizier-du-Moucherotte, d’une longueur de 4,5 km. 2 Saint-Nizier-du-Moucherotte Lans-en-Vercors, d’une longueur de 5,7 km. Le site retenu ainsi que le projet proposé présentent de nombreux atouts : Un fort potentiel touristique toute l'année ; Une population desservie sur les sept communes du plateau importante (11 500 habitants) ; Des temps de parcours vers l'agglomération grenobloise très compétitifs ; Un faible impact de survol. 1 2 Projet de tracé du transport par câble Fontaine – Saint-Nizier-du-Moucherotte – Lans-en-Vercors 7 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  7. 7. Exemples de transport par câble Un exemple similaire réussi : Bolzano en Italie Avec ses deux rivières, ses trois massifs, une sensibilité aiguë au développement durable et aux transports doux, la région de Bolzano, proche des Dolomites, présente de nombreuses similitudes avec sa consœur grenobloise. Un téléphérique de 4,5 km de long existait de longue date pour relier la ville (104 000 habitants) et le plateau du Renon, à 1 200 m d'altitude. Vieillissant, celui-ci a été remplacé en 2009 par un appareil débrayable de type 3S, plus rapide et dotée de larges cabines et fonctionnant toute l'année jusqu'à 23 h, ou plus en haute saison ou lors d’événements spéciaux. L'effet de ce changement a été extrêmement important. Alors que les autorités tablaient sur un doublement de sa fréquentation, celle-ci a été multipliée par 3, passant de 300 000 à plus de 900 000 voyages par an. Demande et offre touristique démultipliées Aujourd'hui, sur les 7 000 habitants du plateau, plus d'un millier utilise quotidiennement le câble pour les déplace- ments domicile-travail. Avec 12 minutes de trajet, celui-ci propose une véritable alternative aux 25 minutes de trajet par la route. Par ailleurs, une nouvelle clientèle touristique est arrivée, séduite par le confort de déplacement et une offre de loisirs enrichie. Le nombre de lits touristiques est passé de 2600 à 3000. Et le chiffre d’affaires des hôtels et restaurants a crû de 30 %. Parallèlement, les autorités locales ont adapté leur plan de développement pour maîtriser cette croissance. Si elles prévoient ainsi d'autoriser de nouveaux établissements, ce sont d’abord les hôtels et restaurants préexistants qui se sont agrandis. Quant aux résidences secondaires, leur nombre a été contenu. TARIFS : Aller–retour : 10 € Gratuité pour les jeunes (- de 18 ans) et les seniors (+ de 70 ans) Nombreux abonnements pour les résidents du plateau 8 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  8. 8. Le Salève (Haute-Savoie) En 1982, un nouveau téléphérique est créé en remplace- ment de l’ancien (datant de 1932), pour relier en 3 minutes Étrembières, commune située en bordure de l’aggloméra- tion franco-genevoise (800 000 hab), au sommet du Mont Salève (longueur : 1,2 km, dénivelé : 665 m, fréquence : toutes les 30 minutes). Isérables (Valais Suisse) En 2009, un nouveau téléphérique est créé en remplace- ment de l’ancien (datant de 1942), pour relier en 6 minutes Riddes, dans la plaine du Rhône (2 700 hab), où se trouve une gare ferroviaire, à Isérables petite commune de montagne (1 000 hab). Longueur : 2 km, dénivelé : 614 m, fréquence : toutes les 30 minutes. Vue panoramique Implantation d’un restaurant Création d‘un sentier botanique, de départs de randonnée et de circuits VTT Présence de pratiques sportives de montage (alpinisme, parapente, deltaplane) Des trajets en téléphérique nettement plus rapides que par la route (nombreux virages, dénivelé…) Vue panoramique Parking gratuit au niveau de la station aval Existence de randonnées avec retour prévu en télé- phérique Possibilité de transporter des vélos Fonctionnement toute l'année de 6 h à 20 h 30 (fermé chaque 1er mardi du mois) TARIFS : Aller–retour : 10,80 € Nombreux abonnements et titres combinés réduisant le coût pour les usagers TARIFS : Aller–retour : 9 € Tarifs famille Nombreux abonnements réduisant le coût pour les usagers 9 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  9. 9. Le contexte territorial du projet 11
  10. 10. Un projet intégré dans un processus plus large Le contexte territorial du projet Un plateau vallonné qui domine l’agglomération grenobloise, avec un cadre de vie remarquable Le Plateau des 4 Montagnescorrespond au canton de Villard- de-Lans, soit sept communes regroupées au sein de la Communauté de Communes du Massif du Vercors (CCMV) : Autrans, Corrençon-en-Vercors, Engins, Lans-en-Vercors, Méaudre, Saint-Nizier-du-Moucherotte et Villard-de-Lans. Son altitude moyenne se situe à plus de 1 000 mètres, les reliefs les plus élevés dépassant 1 600 m à l’ouest et 2 000 m à l’est, où ils forment une crête continue orientée nord-sud qui domine la plaine grenobloise. Le plateau s’or- ganise en deux dépressions longitudinales à fond plat, héritées de l’érosion glaciaire, entre Lans-en-Vercors et Villard-de-Lans d’une part, et entre Autrans et Méaudre d’autre part. Cette organisation physique très claire offre des points de vue avec un premier plan dégagé dominé par des montagnes proches. L’identité paysagère du Plateau du Vercors est un enjeu fort de ce territoire, garant de son attractivité. Elle repose sur un « capital paysager, naturel, environnemental et agri- cole » que tous les habitants, les touristes et les acteurs de la région reconnaissent. Un plateau qui s’organise autour d’un pôle principal (Villard-de-Lans) et de plusieurs pôles secondaires et pôles touristiques Le territoire s’organise en plusieurs pôles identifiables : Villard-de-Lans concentre plus du tiers de la population du Plateau et presque la moitié de l’offre en logements. Ce rôle de pôle s’est renforcé ces dernières années par l’accueil de 60 % des nouveaux logements depuis 2008. Autrans et Méaudre pèsent environ 15 % de la popula- tion chacune, avec une croissance notable des nouveaux logements à Autrans ces dernières années. Engins et Saint-Nizier-du-Moucherotte représentent respectivement 5 et 10 % de la population de la CCMV et sont en fonctionnement direct avec l’agglomération. Lans-en-Vercors rassemble environ 22 % de la popula- tion mais seulement 15 % de l’offre en logements. Chacune des communes présentent plusieurs pôles en lien avec ses activités touristiques et de loisirs. gare Valence TGV AUTRANS GRENOBLE MÉAUDRE SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE ENGINS VILLARD- DE-LANS CORRENÇON- EN-VERCORS LANS- EN-VERCORS ÉCHIROLLES FONTAINE SASSENAGE SAINT EGRÈVE SAINT-MARTIN LE-VINOUX EYBENS PONT- DE-CLAIX CLAIX SEYSSINS SEYSSINET PARISET CORENC LA TRONCHE VARCES VIF NOYAREY SAINT-PAUL- DE-VARCES LE GUA Structuration du territoire Zone d’activité économique Pôle touristique Pôle principal Pôle secondaire Pôle local Fonctionnement par vallées Espace d’intérêt écologique reconnu par un statut de protection Espace reconnu et protégé pour son intérêt paysager Accès depuis la région grenobloise par Sassenage Accès depuis la région grenobloise par Seyssinet-Pariset Accès depuis la Drôme 0 5km2,5km Ce projet de liaison par câble émerge dans le contexte actuel de réflexions fortes sur l’amélioration de l’« arti- culation ville-montagne » menées à différentes échelles : À l’échelle européenne avec différents programmes de recherche et d’expérimentation en cours (Alpine Space, Rurbance) À l’échelle régionale, avec la réflexion prospective « Montagne 2040 » de la Région Rhône-Alpes À l’échelle locale avec le positionnement de Grenoble en tant que « ville-porte » des parcs naturels régionaux du Vercors et de la Chartreuse, et du massif de Belledonne Développé entre l’agglomération grenobloise et le plateau du Vercors, ce projet s’inscrit dans une dynamique en cours de planification et de programmes à l’échelle de la grande région grenobloise et des territoires concernés : le plateau du Vercors et sa charte de développement du territoire actualisée en 2013, la région urbaine grenobloise, avec son schéma de cohérence territoriale, l’agglomération grenobloise et son projet de « polarité nord-ouest », la charte tripartite entre la CCMV, l’agglomération grenobloise et le parc naturel régional du Vercors. Ce projet de transport par câble permettra d’optimiser les déplacements nombreux entre l’agglomération grenobloise et le Vercors, qu’il s’agisse des déplacements pendulaires quotidiens ou des flux liés aux loisirs et au tourisme. Structuration du territoire du Plateau du Vercors BD Carto IGN, CLC 2006, DREAL 2012, AURG 12 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  11. 11. Un Plateau dont le fonctionnement est à la fois autonome et tourné vers l’agglomération grenobloise Entrants SortantsSur place 15% 85% 30% 150 emplois 700 actifs occupés 70% Entrants SortantsSur place 55% 45% 33% 1100 emplois 1500 actifs occupés 67% Entrants SortantsSur place 20% 80% 35% 500 emplois 1500 actifs occupés 65% Entrants SortantsSur place 75% 25% 25% 2000 emplois 2000 actifs occupés 75% AUTRANS MÉAUDRE SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE ENGINS GRENOBLE VILLARD-DE-LANS CORRENÇON- EN-VERCORS LANS-EN-VERCORS Plus de 400 Flux en nombre d’emplois/actifs 200 à 300 300 à 400 Entrants +/- 400 emplois Sortants +/- 2200 actifs Sur place +/- 3400 emplois 60% 40% 10% 3800 emplois sur le Plateau 5700 actifs occupés 90% Entrants SortantsSur place 15% 85% 30% 150 emplois 700 actifs occupés 70% Entrants SortantsSur place 55% 45% 33% 1100 emplois 67% Le territoire compte environ 3 800 emplois et 5 700 actifs occupés. Il proposait, en 2009, moins de 1 emploi par actif occupé résident. Le déséquilibre emploi / habitat a connu une accen- tuation significative au cours de ces 10 dernières années (0,77 emploi par actifs occupés résidents estimé en 1999 contre 0,7 en 2009) du fait d’une croissance démogra- phique plus soutenue que celle de l’emploi. Tout en faisant valoir son histoire et son organisation propre, le territoire est fortement tourné vers l’agglo- mération grenobloise. Les flux entrants sont quant à eux limités, essentiellement en provenance de la Métro ; ils contribuent à hauteur de 10 % de l’emploi local (environ 400 emplois). 2 200 actifs résidents travaillent en dehors du territoire de la CCMV, dont 85 % dans Grenoble et la Métro. On note très peu d’échanges domicile – travail avec les autres territoires du Parc du Vercors. Pour autant, par ses liaisons routières (Gorges de la Bourne) et ses accès ferroviaires (Gare de Valence TGV), le Plateau est également tourné vers la Plaine de Valence et le Sud Grésivaudan. Flux de déplacements sur le Plateau du Vercors SECTEUR GLOBAL DE LA CCMV BD Carto IGN, CLC 2006, INSEE 2009, AURG 13 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  12. 12. Un plateau qui accueille une importante offre de tourisme et de loisirs Les 7 communes proposent une offre de séjours et d’hé- bergement importante, condition première de l’offre touristique. Elles accueillent environ 40 000 lits touristiques dont 60 % de résidences secondaires. La répartition des lits marchands indique une part importante des meublés et des lits en hébergements collectifs. Le poids économique des activités touristiques et de loisirs, bien que difficile à mesurer précisément, est une caracté- ristique marquante du Plateau des « 4 Montagnes », à la charnière entre Valence et Grenoble. Cet état de fait le différencie des autres territoires riverains de l’agglomé- ration grenobloise. À l’échelle du massif du Vercors, les « 4 Montagnes » sont la destination la plus attractive et la plus diversifiée en termes d’activités proposées : domaines skiables et activités de neige ; activités de pleine nature ; équipements sportifs et de loisirs ; grands itinéraires de randonnée. Cette offre est à rapprocher du potentiel touristique et de loisirs présenté par la frange ouest de l’agglomération. La fréquentation touristique assure à elle seule plus de la moitié du chiffre d’affaires des activités commerciales (hors restauration et hôtellerie) sur le territoire de la CCMV. Meublés touristiques 7020 Hôtellerie de plein air classé Résidences de tourisme 240 Chambres d’hôtes Hébergements collectifs 3620 800 1840 1280 Hôtellerie classée Répartition des lits marchands en 2012 (ensemble ccmv) AUTRANS MÉAUDRE SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE ENGINS VILLARD-DE-LANS CORRENÇON- EN-VERCORS LANS- EN-VERCORS VARCES VIF Légende Activités de pleine nature : Activités aériennes (aires de décollage/atterrissage) Escalade Paintball, tir à l’arc Accrobranche, tyrolienne Spéléologie (trous) Équipements patrimoniaux, culturels et d’hébergement Musée Refuge, gîte, auberge, hôtel, restaurant d’altitude Ferme du Vercors Maison du Parc Regroupement d’activités ou « spot » de fréquentation Grands itinéraires de randonnées Départs sentiers SIPAVAG GTV à pied GTV VTT Via Vercors GR Sentiers SIPAVAG Domaine skiable alpin Domaine skiable alpin pour débutants Domaine skiable nordique Cascade de glace Domaines skiables et activités neige Équipements sportifs et de loisirs : Terrain de sport (tennis, foot, basket, pétanque, volley....) Salle multisport Piscine couverte Piscine de plein air Centre équestre Remontées mécaniques ouvertes l’été pour la pratique du VTT Patinoire Golf 0 5km2,5km offre d'activités touristiques et de loisirs (ca Grenoble - cc massif du Vercors) Été Hiver Hôtellerie de plein air 54 520 0 Hôtellerie 0 à 4* 45 740 63 510 Total 100 260 63 510 Total général 163 770 Fréquentation touristique 2012 (nuitées globales hors gîtes ruraux, chambres d’hôtes et résidences secondaires) BD Carto IGN, CLC 2006, AURG 14 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  13. 13. Un plateau en croissance démographique, dont le développement est fortement lié avec celui de l’agglomération grenobloise Le Plateau du Vercors comptait, en 2010, 11 528 habitants. Territoire attractif, il connaît une des évolutions les plus importantes en Isère, en lien avec sa proximité avec l’ag- glomération grenobloise. La croissance de la population est portée à la fois par l’excédent naturel (plus de naissances que de décès) et l’arrivée de nouveaux ménages : + 800 habitants par excédent naturel et + 675 habitants par apports migratoires sur 10 ans. Aujourd’hui, la pression foncière dans le Massif du Vercors est due à plusieurs phénomènes : un marché qui doit répondre aux besoins de la population permanente (habitat, activités économiques, équipe- ments…) et non permanente (résidences secondaires…) ; une surface disponible pour l’urbanisation plus limitée qu’ailleurs, tout en restant pleinement exposée à la croissance de l’agglomération grenobloise. 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 0 50 110 100 150 200 250 Objectif de la Charte 110 logements en moyenne par an évolution du nombre de logements autorisés depuis 2002 15 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  14. 14. L’agglomération grenobloise et sa partie Nord-Ouest, porte d’entrée et pôle majeur pour le massif du Vercors La frange ouest de l’agglomération et les contreforts du Vercors La frange ouest de l’agglomération s’inscrit dans une géographie marquée par la confluence de l’Isère et du Drac : Sur l’entrée nord de Grenoble et Saint-Martin-le-Vinoux, un territoire urbain linéaire de pied de massif, très contraint au nord par le relief de la Chartreuse, et au sud par l’Isère et l’autoroute ; La Presqu’île scientifique, entre Drac et Isère, dédiée à l’accueil d’activités de recherche d’enseignement supé- rieur et d’activités de haute technologie, espace support aujourd’hui du grand projet urbain de la Presqu’île ; À l’Ouest, les communes de la rive gauche du Drac, Fontaine et Sassenage, dont les espaces urbanisés s’étendent jusqu’aux falaises du Vercors. Tout à l’ouest, les contreforts du Vercors sont un espace d’interface naturel et de loisirs entre l’agglomération et le Plateau. Adossée à ces contreforts, la partie Nord- Ouest offre de nombreux espaces de loisirs de berges, de plaine et de Coteaux : des espaces de nature aménagée et des parcs : le Bois des Vouillants, le parc de l’Ovalie, les berges de l’Isère, l’espace de la Bastille ; des sites reconnus : les cuves de Sassenage, le château de Sassenage… ; des équipements de sports et loisirs (bases d’aviron, sites d’escalade, circuits VTT…). A48 E B A Presqu’île scientifique Pôle multimodal de la gare de Grenoble Ilot Oxford Parc d’Oxford Éco-quartier Robespierre Vers St-Nizier-Lans Opération d’éco-territoire Portes du Vercors Pôle commercial la Poya Éco-quartier Bastille GRENOBLE FONTAINE SASSENAGE SAINT-MARTIN LE-VINOUX 0 500m Ligne A Ligne B Ligne E Prolongement de la ligne B Voie ferrée Autoroute Tracé du câble Station Pôle multimodal L’agglomération grenobloise s’insère dans un espace plus large à l’échelle européenne : l’arc alpin. Dans ce vaste ensemble qui regroupe plusieurs autres villes de dimension nationale et internationale, l’agglomération grenobloise rayonne sur un territoire élargi. À cette échelle, elle revendique une place particulière avec plusieurs atouts à faire valoir : un développement écono- mique reconnu, l’excellence de la recherche et de l’ensei- gnement, la richesse culturelle, la diversité des loisirs et du tourisme, l’accessibilité internationale et le fonctionnement harmonieux de ses territoires, au service de ses habitants. Périmètre de la polarité Nord-Ouest de l’agglomération grenobloise 16 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  15. 15. La partie Nord-Ouest de l’agglomération : un pôle d’emplois et de services pour le Plateau et une porte d’entrée sur le réseau de transports en commun de l’agglomération CA Grenoble Alpes Métropole +/- 210 000 emplois CC Massif du Vercors +/- 3 800 emplois 4 1 2 3 ENGINS +/- 50 emplois MIRIBEL-LANCHÂTRE +/- 50 emplois SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE +/- 140 emplois LE GUA +/- 150 emplois SAINT-PAUL-DE-VARCES +/- 150 emplois CORRENÇON-EN-VERCORS +/- 160 emplois MÉAUDRE +/- 450 emplois LANS-EN-VERCORS +/- 500 emplois NOYAREY +/- 550 emplois AUTRANS +/- 700 emplois VILLARD-DE-LANS +/- 1800 emplois SAINT-MARTIN- LE-VINOUX +/- 1900 emplois VIF +/- 1900 emplois CLAIX +/- 2000 emplois SEYSSINS +/- 2500 emplois VARCES +/- 2800 emplois SEYSSINET- PARISET +/- 3900 emplois SASSENAGE +/- 5500 emplois PONT-DE-CLAIX +/- 6200 emplois EYBENS +/- 7400 emplois FONTAINE +/- 7500 emplois SAINT-ÉGRÈVE +/- 8400 emplois MEYLAN +/- 12300 emplois SAINT-MARTIN D’HÈRES +/- 17500 emplois GRENOBLE +/- 92700 emplois ÉCHIROLLES +/- 17500 emplois LA TRONCHE +/- 9000 emplois 90 000 emplois et plus Zones d’activités / sites économiques Nombre d’emplois par communes tous secteurs confondus Entre 1000 et 5000 emplois Moins de 1000 emplois Entre 5000 et 20000 emplois Polarité Sud +/- 25 000 emplois (13 % des emplois de la METRO) 2/3 des emplois du plateau +/-2 500 emplois Polarité Nord Est +/- 40 000 emplois (21 % des emplois de la METRO) 1 Polarité Nord Ouest +/- 35 000 emplois (19 % des emplois de la METRO) 1 2 4 3 Armature économique - emploi total en 2009 (ca Grenoble alpes métropole - cc massif du Vercors)La partie Nord-Ouest de l’agglomération concentre de nombreux atouts, notamment pour le Vercors proche : un poids démographique important : 50 000 habitants, soit 12 % de la population métropolitaine ; un pôle d’emplois : environ 35 000 emplois, soit 19 % de l’emploi de l’agglomération ; un pôle de services : présence d’un hypermarché alimen- taire et de surfaces spécialisées. La partie Nord-Ouest permet également une connexion rapide avec les quartiers centraux de Grenoble et la gare TGV : une intégration du quartier gare et du quartier d’Eu- ropôle dans la polarité Nord-Ouest, dans le prolongement de la Presqu’île scientifique ; un très bon maillage tramway à la gare TGV, par la ligne A, depuis le secteur de la Poya. BD Carto IGN, CLC 2006, INSEE 2009, AURG 17 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  16. 16. Des flux d’échanges quotidiens et touristiques entre le Vercors et l’agglomération grenobloise D’après l’enquête ménages déplacement réalisée en 2010, environ 9 700 déplacements quotidiens sont réalisés entre la Communauté de Communes du Massif du Vercors et l’agglomération grenobloise. Selon l’INSEE (source de données 2009), 5 600 actifs résident sur le territoire de la Communauté de Communes du Massif du Vercors : 60 % d’entre eux travaillent sur le territoire de la Communauté de communes 33 % d’entre eux travaillent sur le territoire de la Métro (1 870 personnes concernées). Les flux qui empruntent la RD531 sont confrontés, en aval, aux difficultés de circulation dans la traversée de Sassenage et de Fontaine. On comptabilise ainsi plus de 15 000 véhicules / jour sur la RD1532 dans la traversée de Sassenage au Sud de la bifurcation RD531 / RD1532. Les déplacements touristiques et de loisir se concentrent notamment le week-end ainsi que pendant les périodes de vacances scolaires d’hiver et d’été. Les données de circulation sur les RD 106 et RD 531 montrent que, pendant les vacances scolaires de février et d’été, le trafic moyen journalier en semaine est supérieur de 17 % par rapport au trafic moyen journalier (hors vacances). Par rapport à la semaine, le trafic est supérieur de 10 % le samedi et de 11 % le dimanche. De même, pendant ces week-ends de vacances, il y a 30 % de trafic en plus par rapport à un week-end hors vacances. Par contre, en dehors de ces périodes de vacances, le niveau de trafic moyen est globalement identique les jours de semaine et les jours de week-end. A48 A41 D5 N85 N85 D101 N481 N87 D1532 D531 D529 D531 D512 D106 AUTRANS GRENOBLE MÉAUDRE SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE ENGINS VILLARD-DE-LANS CORRENÇON- EN-VERCORS LANS-EN-VERCORS ÉCHIROLLES FONTAINE SASSENAGE SAINT EGRÈVE SAINT-MARTIN LE-VINOUX EYBENS PONT- DE-CLAIX CLAIX SEYSSINS SEYSSINET PARISET MEYLAN CORENC LA TRONCHE SAINT-MARTIN D’HÈRES VARCES VIF NOYAREY SAINT-PAUL- DE-VARCES LE GUA 0 5km2,5km Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril 0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 VACANCES D’ÉTÉ VACANCES DE NOËL VACANCES DE FÉVRIER ÉTÉ INTERSAISON HIVER Montées Descentes Par ailleurs, environ 200 habitants de la Métro (soit 400 trajets quotidiens) travaillent dans le Vercors. D’après l’INSEE (données 2009), 2 850 élèves et étudiants résident sur le territoire de la Communauté de Communes du Vercors : 81 % d’entre eux étudient sur le territoire de la Communauté de communes 14 % d’entre eux étudient sur le territoire de la Métro (390 personnes concernées). Inversement, presque 150 personnes suivent leur scolarité ou leurs études dans la Communauté de Communes du Massif du Vercors, sans en être résidents, dont presque 50 habitent la Métro. D’après les comptages routiers 2010, 8 900 véhicules circulent quotidiennement (moyenne journalière annuelle) sur les deux routes qui relient le Vercors et l’agglomé- ration grenobloise : 3 300 véhicules / jour sur la RD106 (route de Saint- Nizier-du-Moucherotte) 5 600 véhicules / jour sur la RD531 (route d’Engins et de Sassenage). Ce trafic moyen peut doubler certains samedis ou dimanches, notamment pendant les 6 semaines de la haute saison des sports d’hiver. fréquentation annuelle des routes départementales 531 et 106 Principales infrastructures routières 18 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  17. 17. Liaisons en transport public entre le plateau du Vercors et l’agglomération grenobloise L’offre actuelle en transport public est globalement faible sur le territoire de la CCMV, avec 4 lignes du réseau TransIsère qui desservent quotidiennement le plateau du Vercors : 5100, 5110, 5120, et 5 130 (Transport À la Demande). Seulement deux lignes sont en échanges avec la Métro, avec une offre axée sur les flux pendulaires. 5120 5110-5120 5110 5100 5130 E BD C A AUTRANS GRENOBLE MÉAUDRE SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE ENGINS VILLARD-DE-LANS CORRENÇON- EN-VERCORS LANS-EN-VERCORS ÉCHIROLLES FONTAINE SASSENAGE SAINT EGRÈVE SAINT-MARTIN LE-VINOUX EYBENS PONT- DE-CLAIX CLAIX SEYSSINS SEYSSINET PARISET MEYLAN CORENC LA TRONCHE SAINT- MARTIN- D’HÈRES VARCES VIF NOYAREY SAINT-PAUL- DE-VARCES LE GUA 0 5km2,5km Ligne A Ligne B Ligne C Ligne D Ligne E Voie ferrée Autoroute Tracé du câble Station Réseau TransIsère Réseau Lise Heures de pointe Heures creuses Dimanche 0 50 100 150 200 250 TransIsère 5100 TransIsère 5110 TransIsère 5120 TransIsère 5130 (TAD) Temps d'attente pour chaque ligne transisère (en minutes) Principales infrastructures routières 19 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  18. 18. Les objectifs du projet : un projet au service de l’aménagement du territoire 21
  19. 19. Les objectifs du projet : un projet au service de l’aménagement du territoire Plus qu’un simple service de transport, cette liaison par câble est envisagée comme un outil majeur de dévelop- pement des territoires. Les objectifs du projet, communs aux deux territoires concernés, sont les suivants : Développer de nouvelles opportunités et synergies économiques entre le Vercors et l’agglomération, en utilisant l’opportunité du câble comme levier pour de nouvelles formes de développement touristique (ex : tourisme d’affaires, tourisme de court séjour, tourisme sans voiture, tourisme de proximité / excursionniste autour des activités de pleine nature…) mais aussi de développement de nouvelles activités économiques dont celles liées aux NTIC. Améliorer les déplacements entre le Vercors et l’ag- glomération grenobloise et réduire les déplacements motorisés, en lien notamment avec les objectifs envi- ronnementaux (réduction de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, amélioration de la qualité de l’air). Conforter l’image et le rayonnement de la région grenobloise et du massif du Vercors grâce à un projet innovant qui répond aux enjeux des mutations climatiques et énergétiques en cours et permet de concrétiser de nouvelles solidarités entre ville et montagne. Par ailleurs le projet devra : S’inscrire dans la mise en œuvre d’une stratégie de maîtrise de l’urbanisation, de la pression démogra- phique et de l’étalement urbain dans le cadre des projets de territoire associant une offre d’habitat attractive dans l’agglomération grenobloise combinée à un accès facilité aux activités de plein air praticables sur le massif du Vercors, et une urbanisation maîtrisée sur le massif du Vercors. Ces projets devront également prendre en compte une urbanisation maîtrisée sur le massif du Vercors, bien desservie par l’offre de transport public alternative à la voiture et respectueuse d’un équilibre entre développement résidentiel, maintien des activités agricoles et accueil de nouvelles activités. Définir un mode de gestion basé sur une analyse finan- cière responsable et ayant un impact cohérent avec les capacités de chacune des collectivités concernées. Être compatible avec le projet de territoire et le plan de déplacements défini suite à l’étude mobilité réalisés par la CCMV. 22 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  20. 20. 23 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  21. 21. Le projet de liaison par câble entre l’agglomération grenobloise et le Vercors 25
  22. 22. Le projet de liaison par câble entre l’agglomération grenobloise et le Vercors Présentation du projet La présente concertation porte sur le projet de transport par câble entre Fontaine, Saint- Nizier-du-Moucherotte et Lans-en-Vercors. Le 1er tronçon, d’une longueur d’environ 4,5 km, relie Fontaine à Saint-Nizier-du- Moucherotte. Il présente une forte contrainte technique d’insertion, à savoir la traversée des lignes électriques à haute tension. Le 2e tronçon, d’une longueur d’environ 5,7 km, relie Saint-Nizier-du-Moucherotte à Lans-en-Vercors. Trois options de tracés sont envisagées, selon l’implantation retenue pour la station de Lans-en-Vercors. Ce 2e tronçon présente trois principales contraintes d’insertion : le croisement de la ligne électrique de tension 63 kV, le survol du site classé des gorges du Bruyant et l’arrivée dans le périmètre de protection du clocher de l’église de Lans-en-Vercors. SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE station de Saint-Nizier- du-Moucherotte station de Fontaine ENGINS FONTAINE SEYSSINET PARISET 225 kV 225-400 kV 400 kV 63 kV Station Tracé du câble Ligne haute tension 0 1km 225kV 63 kV 63kV 63 kV 225-400kV 400kV SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE ENGINS LANS- EN-VERCORS FONTAINE CLAIX SEYSSINS SEYSSINET PARISET station de Saint-Nizier- du-Moucherotte station de Lans-en-Vercors Station Tracé du câble Ligne haute tension 0 1km site classé des gorges du Bruyant périmètre de protection du clocher de l’église de Lans-en-Vercors 10 2 3 4 5 6 7 8 9 10 0 500 1000 1500 m km Com be de la Jaille Lignes haute-tension 400 m Pentes localement fortes 100% Vallon du Bruyant profondeur 120 m environ Fontaine Saint-Nizier- du-Moucherotte Lans- en-Vercors Plusieurs études sont en cours, qui permettront de compléter les données présentées Étude mobilité sur le territoire de la CCMV Étude financière La liaison par câble envisagée viendra s’inscrire dans une topographie complexe, avec des franchissements importants. 26 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  23. 23. Estimations de fréquentation Des temps de parcours compétitifs À l’heure de pointe du matin, les temps de parcours en câble + transports en commun urbains sont très compé- titifs par rapport à la voiture, en départ du Plateau (Lans-en-Vercors et surtout Saint-Nizier-du-Moucherotte) vers les principales destinations des habitants du Vercors sur l’agglomération grenobloise. À plus long terme À plus long terme, l’évolution du réseau de transport en commun de l’agglomération grenobloise (avec plus parti- culièrement la création de la liaison par câble Fontaine /  Saint-Martin-le-Vinoux, via la Presqu’île scientifique et l’extension de la ligne A à Sassenage) améliorera l’acces- sibilité de certains secteurs de la Métro depuis la gare d’arrivée du câble du Vercors, le rendant ainsi plus attractif. Cette évolution, en lien avec le développement urbain de la polarité Nord-Ouest (Portes du Vercors, Presqu’île scien- tifique), a un impact direct sur le potentiel de report modal, ce qui se traduit par une augmentation significative de la fréquentation, évaluée à cet horizon à 1 170 000 voyages / an, soit 3 200 voyages / jour en moyenne journalière. Les estimations de fréquentation tiennent compte des prévi- sions de temps de parcours entre le plateau du Vercors et l’agglomération grenobloise, selon les différents modes de transports, permettant ainsi d’en évaluer l’attractivité. GRENOBLE SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE ENGINS LANS-EN-VERCORS ÉCHIROLLES FONTAINE SASSENAGE SAINT EGRÈVE SAINT-MARTIN LE-VINOUX EYBENS PONT-DE-CLAIX CLAIX SEYSSINS SEYSSINET PARISET MEYLAN CORENC LA TRONCHE SAINT-MARTIN D’HÈRES SAINT-PAUL-DE-VARCES Temps de parcours câble compétitif à la voiture Temps de parcours câble non compétitif Temps de parcours câble intermédiaire 0 2,5km À court terme Les études de mobilité évaluent à ce stade le potentiel de fréquentation annuelle de cette liaison par câble à court terme à 82 0 000 voyages / an, soit une fréquentation moyenne journalière annuelle d’environ 2 250 voyages. Intersaison Été HiverHors vacances Vacances Hors vacances Vacances 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 Du lundi au vendredi 2100 2100 2300 2100 2780 1800 1790 2280 21201920 1950 2140 2410 2460 3120 43 jours 60 jours 50 jours 61 jours 47 jours 9 9 10 10 11 12 10 12 1210 Samedi Dimanche répartition de la demande annuelle à court terme suivant les saisons (fréquentation journalière) Intersaison Été HiverHors vacances Vacances Hors vacances Vacances 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 4500 3040 3100 3340 3020 3820 2500 2500 3090 29402710 2770 2960 3280 3270 4060 43 jours 60 jours 50 jours 61 jours 47 jours 9 9 10 10 11 12 10 12 1210 Du lundi au vendredi Samedi Dimanche répartition de la demande annuelle à long terme suivant les saisons (fréquentation journalière) Les études de mobilité ont permis d’évaluer les fréquentations attendues aux heures de pointe, afin de pouvoir dimen- sionner le système. À partir de ces hypothèses, il est envisagé à ce stade de dimensionner le système à une capacité de 500 personnes par heure et par sens à sa mise en service, pouvant évoluer jusqu’à 1 000 personnes par heure et par sens à terme. « journée classique » Intersaison, jour de semaine « le maximum mais peu fréquent » Hiver, Dimanche, période vacances scolaires Court terme 280 descentes en HPM* 570 descentes en HPS* Long terme 360 descentes en HPM* 680 descentes en HPS* * HPM : Heures de Pointe du Matin - HPS : Heures de Pointe du Soir. 27 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  24. 24. Deux types de système câble Télécabine monocâble Il s'agit d'un système basé sur : un câble unique en mouvement unidirectionnel continu qui assure le support et l’entraînement des véhicules. Ce câble est dit « porteur-tracteur » ; deux poulies qui assurent le mouvement et la mise en tension du câble ; un système d’embrayage et de débrayage des véhicules, qui permet d’avoir une vitesse faible en station et élevée en ligne. Ce type de télécabine nécessite des stations d’une largeur de 8 m environ, pour une longueur de 20-25 m (station terminus) à 40-50 m (station intermédiaire), avec des pylônes tous les 150 mètres (en moyenne). Téléphérique débrayable 3S C'est un système identique dans son principe à la télécabine, sauf que la fonction support des véhicules n’est plus assurée par le câble « porteur-tracteur » mais par des câbles fixes dits « câbles porteurs ». Ces câbles agissent de manière analogue à des rails aériens. Cette séparation des fonctions permet d’utiliser des véhicules de plus grande capacité. Le téléphérique 3S nécessite des stations d’une largeur de 14 m environ, pour une longueur de 40 m (station terminus) à 80 m (station intermédiaire), avec des pylônes tous les 1 000 mètres (en moyenne). Pour ce projet de liaison par câble entre l’agglomération grenobloise et le Vercors, deux solutions techniques de systèmes câble apparaissent possibles pour assurer le service : Le télécabine monocâble Le système 3S 28 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  25. 25. Tableau comparatif des deux modes Monocâble Télécabine (TC) Téléphérique débrayable (3S) Capacité des véhicules 10 pers. 35 pers. Vitesse en ligne 6  m/s (~21 km / h) 7,5  m/s (~27 km / h) Débit Jusqu’à 3 000 personnes par heure et par sens Jusqu’à 6 000 personnes par heure et par sens Évolutivité Augmentation du débit possible par adjonction de véhicules. Doit être prévu lors de la conception initiale. Cadencement à 500 pers. / h 1 minute et 12 secondes 4 minutes et 12 secondes Cadencement à 1 000 pers. / h 36 secondes 2 minutes et 06 secondes Intervalle moyen entre pylônes 150 mètres 1 000 mètres Survol maximal 60 m ponctuellement Non limité par la réglementation Hauteur usuelle de pylône 20 à 30 mètres 35 à 60 mètres Longueur de station d’extrémité 25 mètres 40 mètres Vent maximal en exploitation 72 km/h 100 km/h Indisponibilité liée au vent 145 heures sur 21 jours 32 heures sur 5 jours Taux de disponibilité 98,30 % 99,60 % Transport de vélos 1 vélo par cabine avec 4 personnes 6 vélos par cabine avec 8-9 personnes Avantages Inconvénients + Moins cher en investissement + Insertion plus aisée des stations - Nécessité d’épouser la topographie + Confort optimal + Silence de fonctionnement + Possibilité de très grandes portées + Très bonne disponibilité + Moins cher en exploitation 29 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  26. 26. Insertion des stations La liaison par câble comprend trois stations accessibles aux usagers : Fontaine-La Poya, Saint-Nizier-du-Moucherotte et Lans-en- Vercors. Pour chacune de ces trois stations, il s’agit de définir la meilleure implantation, au regard de multiples critères : insertion urbaine et paysa- gère, accessibilité (à pied, en vélo, en trans- port en commun, en voiture, etc.), faisabilité technique, coût, proximité avec les centralités… La station de Fontaine-La Poya La station de câble de Fontaine-La Poya viendra s'ins- crire au cœur du projet urbain Portes du Vercors. Elle sera connectée à la ligne A de tramway et au futur transport par câble de la polarité Nord-Ouest, créant ainsi un véritable pôle d'échanges au cœur du nouveau quartier Portes du Vercors. L’accessibilité piétonne et vélo à la station sera favorisée. Les fréquences élevées du tramway et du câble urbain permettront d'assurer des temps de parcours compéti- tifs vers la Presqu'île scientifique, la gare et le centre de Grenoble. La station intégrera un parc de stationnement automo- bile d’une centaine de places, une aire de stationnement vélos importante et quelques commerces. Plus tard, le prolongement du câble Vercors par le câble de la polarité Nord Ouest assurera une bonne correspon- dance avec les lignes B et E et permettra l’accès direct aux pôles d’emplois de la polarité que sont la Presqu’île à Grenoble et le parc d’Oxford à Saint-Martin-le-Vinoux (cf. page 47). L’insertion urbaine de la station câble de Fontaine-La Poya est étudiée dans le cadre de l'étude urbaine Porte du Vercors. Bd Paul Langevin Bd Paul Langevin Rue Léon Pinel Rue Léon Pinel Rue de l’Abbé Vincent Rue de l’Abbé Vincent Av. Ambroise Croizat Av. Ambroise Croizat Vers Sassenage Vers Sassenage Vers St-Nizier Vers St-Nizier VersPresqu’île(tram B) etSt-Martin-le-Vinoux(tram E) VersPresqu’île(tram B) etSt-Martin-le-Vinoux(tram E) Pôle d’échanges RueJosephBerto in RueHenriChapays RuePierreCourtade RuecolonelManhes A PROJET Ligne A Projet de prolongement de la ligne A Tracé du câble Possibilité de prolongement du câble Schéma d’implantation de la station de Fontaine La création des stations est l’occasion de proposer de nouveaux services et fonctions au sein même de l’équipement, adaptés à chaque site : commerces, équipements touristiques, stationnement, services de livraisons de marchandises. 30 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  27. 27. La station de Saint-Nizier-du-Moucherotte La station de Saint-Nizier-du-Moucherotte est la station intermédiaire de cette liaison par câble entre l’agglomé- ration grenobloise et le Vercors. Le choix du site d’implantation de cette station est une des questions posées dans le cadre de cette concertation. En effet, deux positions sont envisagées pour la station de Saint-Nizier : A - La Fontaine B - La Corne Les deux sites se situent à une distance à peu près équi- valente du centre-bourg de Saint-Nizier-du-Moucherotte : 500-600 m pour l’option La Fontaine 600-800 m pour l’option La Corne. Pour les deux options, une liaison piétonne serait à créer pour la relier au cœur de village. Pour les deux options, la question de la liaison pour les modes actifs entre la station et le centre village est posée, aucun des accès actuels ne pouvant y répondre qualitativement. La création d’un garage à vélos d’une vingtaine de places et d’un petit parc-relais (cinquantaine de places) est également envisagée. Place du 4 avril 1929 Place du 4 avril 1929 MairieMairie La Fontaine A B La Corne Chemindel’hôte PROJET PROJET 100m0 Accès routier à créer Tracé du câble Accès piéton à créer Schéma d’implantation des deux options de station à Saint-Nizier-du-Moucherotte Elles se différencient principalement sur deux points : Leur accessibilité routière : L’option La Fontaine serait accessible par le Chemin de l’hôte, à élargir, L’option La Corne nécessiterait la création d’une nouvelle voirie. L’insertion urbaine de la station : La station La Fontaine viendrait s’inscrire dans la conti- nuité de l’urbanisation existante du village et serait peu visible depuis la RD et le centre bourg. La station La Corne apparaîtrait plus isolée et plus visible depuis la RD et le centre bourg. Pour l’option La Corne, les contraintes topographiques rendent improbables une liaison viaire directe depuis le carrefour entre le Chemin de l’hôte et la RD 106. Le raccor- dement à la route départementale nécessitera une nouvelle voirie au sud du village ou une connexion au Chemin de l’Hôte plus au nord. Pour cette station de Saint-Nizier-du-Moucherotte, la rapidité de la liaison avec l’agglomération grenobloise et la qualité remarquable des vues lointaines (surtout pour La Fontaine) invitent à associer à la station un programme immobilier spécifique de services (héber- gement, restauration, salles de réunions, santé, loisirs…). la Fontaine a b la Corne 31 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  28. 28. La station de Lans-en-Vercors Av. Léopold Fabre Av. Léopold Fabre AlléedesSapins AlléedesSapins VoieduTram VoieduTram lléedesPeupliers lléedesPeupliers eP.Chabert eP.Chabert A B RoutedeGrenoble Chemin d es Vernes PROJET PROJET PROJET PROJET Tracé du câble Gare routière en projet Gare routière existante Accès piéton à créer PROJET 1 1 2 3 À Lans-en-Vercors, trois options d'implantation de la station câble sont étudiées : Jeaumes, Maison du Parc et Les Jailleux. Le programme d’aménagement de cette station intègre un parc-relais (P+R) de 250 places, ainsi qu’un local sécurisé et protégé des intempéries pour une cinquantaine de vélos. Des programmes complémentaires sont envisagés pour conforter l’articulation de la station avec le centre village : un café-bar et un espace de vente de produits du terroir. Le choix du site d’implantation de la station doit conci- lier une articulation étroite avec le fonctionnement du centre village et un accès facile pour le rabattement des voitures et des autocars. 1 Jeaumes • Position A À l’entrée ouest du village et à proximité immédiate du rond-point de Jeaumes (carrefour entre la D 531 et l’avenue Léopold Fabre), cette position offre une accessibilité optimale au P+R. Le site est en outre assez disponible pour que puisse s’organiser librement et avec une bonne fonctionnalité l’articulation entre les différents modes (voitures, Bus, Câble). De même, le traitement de l’espace public en entrée ouest de l’avenue, la mise en valeur dans le projet des 3 maisons qui marquent aujourd’hui l’entrée du village, les programmes complémentaires éventuels, peuvent se définir assez libre- ment. Le déplacement de la gare routière pourrait être envisagé au nord de l’avenue Léopold Fabre pour une interface optimisée avec le câble, même si son maintien sur place est possible, si sa capacité et son fonctionnement s’avèrent suffisants. L’impact architectural de la station sur l’image de Lans, du fait de sa position dégagée et en entrée de bourg, sera important. Le projet devra participer pleinement à la création maîtrisée de cette entrée de village : implantation par rapport à l’avenue et aux trois maisons remarquables, caractère architectural de la station et des programmes associés, traitement de l’espace public, intégration du P+R et de la gare routière… • Position B En recul par rapport à l’urbanisation existante, cette posi- tion est moins bonne que la précédente pour l’accès des voitures au P+R (via le chemin des Vernes) et surtout pour la gare routière qui se trouvera à une distance plus grande du centre bourg. Du fait de l’éloignement et de la position en contrebas de l’avenue Fabre (- 10 m), l’accessibilité piétonne aux principaux centres d’intérêt de Lans-en-Vercors se trouverait fortement dégradée. Enfin, la station, moins visible, ne serait plus une porte d’entrée-signal de la commune. Schéma d’implantation de l’option « Jeaumes » à Lans-en-Vercors Jeaumes Maison du Parc Les Jailleux 32 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  29. 29. 2 Maison du parc Cette position permet une insertion de la station en cœur de village. Afin de ne pas charger l’avenue Léopold Fabre, l’accès au P+R se ferait par le chemin des Fusillés et par le parking de la Maison du parc. Un barreau de voie nouvelle serait à créer pour une liaison routière efficace avec le carrefour de Jeaumes. Pour la gare routière, trois scénarios sont envisageables : en interface directe avec la station, en libérant le foncier nécessaire sur la rue Léopold Fabre ; en continuité basse avec le P+R, en réaménageant l’arrière de la Maison du Parc. Cette localisation permet une bonne intermodalité mais éloigne la gare routière du centre bourg. en maintenant sa position actuelle et en améliorant les liaisons piétonnes entre cette dernière et la station câble. Cette option implique une distance d’environ 200 m à parcourir entre les deux stations, dégradant l’intermodalité. La plateforme d’embarquement se situerait au niveau du sol, dans la continuité de l’avenue Léopold Fabre. L’accès à la maison du parc se situant une douzaine de mètres plus bas, et la zone de sports encore 5 à 6 mètres plus bas, la station pourrait jouer un vrai rôle d’articulation verticale des espaces situés au Nord du Village. Divers programmes peuvent être associés à la station au niveau haut (av. Léopold Fabre), avec la possibilité d’utiliser la terrasse sur le P+R. 3 Les Jailleux Tout en étant à moins de 500 mètres du cœur de Village, le site des Jailleux permet d’installer la station à proximité des principales zones de loisirs. Facilement rattaché à l’avenue Léopold Fabre, le site reste assez disponible pour accueillir quelques programmes en accompagnement de la station. La topographie permet d’intégrer le P+R en sous-sol, tout en restant éventuellement ouvert vers le Nord. La principale difficulté du site vient des contraintes de circulation induites sur l’avenue Léopold Fabre pour l’accès des voitures au P+R et pour l’accès des bus à la gare routière. Av. Léopold Fabre Av. Léopold Fabre AlléedesSapins AlléedesSapins RoutedeGrenoble Chemindesfusillés Chemin des Vernes PROJET PROJET PROJET Tracé du câble Gare routière en projet Gare routière existante Accès piéton à créer Accès routier à créer PROJET 2 Av. Léopold Fabre Av. Léopold Fabre Chem in d es Drevets Rue des é coles RuedeStDonnat PROJET PROJET Tracé du câble Gare routière en projet Accès à créer PROJET 3 Schéma d’implantation de l’option « Maison du Parc » à Lans-en-Vercors Schéma d’implantation de l’option « Les jailleux » à Lans-en-Vercors 33 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  30. 30. Évaluation du coût du projet Le coût des actions d'accompagnement (non nécessaires au fonctionnement du TCSP) est présenté dans le tableau ci-dessous. Projets connexes Intermodalité (stationnement, gare routière) 11 000 K€ Études, maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre 1 700 K€ Travaux 9 300 K€ Mobilité sur le plateau en lien avec le câble En cours de chiffrage par la CCMV (en fonction du niveau du service retenu)Études, maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre Travaux Fibre optique 850 K€ Études, maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre 130 K€ Travaux 720 K€ Hôtellerie – restauration (St Nizier) 10 200 K€ Études, maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre 1 600 K€ Travaux 8 600 K€ Services à l’usager (bar, boutique…) 1 200 K€ Études, maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre 200 K€ Travaux 1 000 K€ Les différentes options sont présentées dans le tableau ci-dessous. En milliers d’euros (K€) HT. Variante Les Jailleux Maison du parc Jeaumes Mode Solution de base télécabine Option 3s Solution de base télécabine Option 3S Solution de base télécabine Option 3S Infrastructure : système câble et bâtiments stations, dont 3 M€ Fontaine 53 500 K€ 78 840 K€ 57 800 K€ 83 500 K€ Techniquement non réalisable (pas de possibilité d’implantation de pylônes) 81 200 K€ Études, maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre 9 400 K€ 13 880 K€ 10 160 K€ 14 700 K€ Techniquement non réalisable (pas de possibilité d’implantation de pylônes) 14 300 K€ Coûts d’investissement Le périmètre de chiffrage englobe l’ensemble de l’in- frastructure « câble », y compris les cabines, ainsi que les trois stations (dont 3 millions d’euros pour les aména- gements de la station de Fontaine). Il prend également en compte les raccordements réseaux et l’aménagement des chemins d’accès aux pylônes. Ces estimations intègrent enfin une provision de 20 % pour aléas (ceci concerne tous les éléments non chiffrés à ce stade du projet et / ou non prévisibles, dont notamment des risques non identifiés aujourd’hui, des études complé- mentaires à mener, des difficultés particulières concernant le chantier, des aléas climatiques…) Elles n'incluent pas les acquisitions foncières et libération des emprises éventuellement nécessaires à la réalisation du projet. Ces estimations ne prennent pas non plus en compte l’installation de la Wifi dans les cabines (1,1 M€). 53,5 M€ Dans ces conditions, la solution de base télécabine est estimée à 53,5 M€ de coût d’infrastructure. (valeur avril 2013). 34 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  31. 31. Coûts d’exploitation annuels Les estimations présentées dans cette étude n’incluent pas les coûts d’exploitation (ni les recettes) des programmes connexes, ni les coûts d’exploitation du réseau de transports en commun de desserte du plateau. Financement du projet En ce qui concerne le financement du projet, différentes solutions de montage sont possibles. Elles sont explorées en lien avec la création éventuelle par les partenaires du projet d’une structure porteuse de type syndicat mixte ou société publique locale (SPL). *L’exploitation commerciale du transport par câble pourra être arrêtée pour deux raisons : La maintenance du système ; Les conditions climatiques défavorables et notamment un vent fort (vent maximal en exploitation : 72 km/h en mode télécabine et 100 km/h en mode 3S). Lors de ces coupures, un service de navettes de remplacement desservira en continu les 3 stations du câble (Lans- en-Vercors, Saint-Nizier-du-Moucherotte et Fontaine), par la route départementale 106. Types de charges Solution de base télécabine (en € HT) Option 3S (en € HT) Exploitation Câble 1 500 000 1 570 000 dont personnel 1 170 000 1 170 000 dont énergie 330 000 400 000 Maintenance Câble 2 300 000 1 800 000 Exploitation navettes bus * 210 000 80 000 Total 4 010 000 3 450 000 Mode TC Mode 3S 0 0,50 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00 4,50 Millions d’euros H.T. 0,21 2,30 1,80 1,571,50 0,08 Exploitation des navettes bus de remplacement Maintenance Exploitation 35 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  32. 32. Enjeux environnementaux 37
  33. 33. Enjeux environnementaux Les habitats naturels Les milieux ouverts Sur le plateau, les milieux ouverts (prairies de fauche et de pâture incluant les zones humides de Lans-en-Vercors, cultures) sont très influencés par une exploitation agricole intensive : cultures annuelles, pâturage, fauche, épandage. Ces usages brident l’expression de leur potentiel, notamment en termes de biodiversité. Sur les versants, principalement le secteur des Vouillants, les usages sont moins intensifs, ce qui se traduit par la présence de milieux ouverts nettement plus intéressants sur le plan de la conservation du patrimoine naturel. Il s’agit par exemple de prairies sèches à mi-sèches caractérisées par une grande richesse floristique. Les milieux ouverts associés aux sommets ou aux pieds des falaises, improductifs pour l’agriculture, conservent un intérêt élevé. Leurs superficies sont toutefois réduites. Les zones humides de Lans-en-Vercors, recensées par l’inventaire départemental, s’avèrent un peu décevantes sur le plan naturaliste. Elles conservent néanmoins un potentiel élevé qui pourrait se révéler avec un allégement de la pression agricole et leur rôle dans la régulation et l’épuration des eaux de ruissellement superficiel est toujours fonctionnel. Les milieux forestiers Les sapinières / pessières âgées présentent un intérêt particulièrement élevé. Elles sont principalement localisées sur le plateau, le long des gorges du Furon et du Bruyant. Le long des gorges du Furon et sur quelques secteurs des Vouillants on retrouve de belles érablaies de ravin. Ces boisements d’intérêt communautaire présentent cependant des superficies réduites. Au niveau des Vouillants, l’exposition favorise des boise- ments plus thermophiles (chênaies blanches). Le dossier de concertation s’appuie sur les études préalables pré-opérationnelles en cours, pilotées par La Métro dans le cadre d’une convention de délégation de Maîtrise d’Ouvrage. Les aspects environnementaux sont traités de manière intégrée à la conception du projet mais font l’objet d’une attention toute parti- culière encore ces jours-ci grâce notamment à de nombreuses séances et observations sur site. La synthèse suivante représente l’état actuel des sensibilités environnementales relevées et analysées pour le territoire dans lequel s’inscrit le projet. Les prospections de terrain s’achevant tout juste, elle s’appuie sur une analyse qui pourra s’affiner, notamment en ce qui concerne la localisation précise des principaux enjeux identifiés. Le matériau issu de ces études pourra servir dans le cadre des études et procédures régle- mentaires ultérieures pour affiner le projet et sa relation avec l’environnement. 38 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  34. 34. La flore Une vingtaine d’espèces de plantes protégées a été recensée le long du projet. Les plus emblématiques se trouvent dans les boisements : L’epipogon sans feuille, petite orchidée des boisements humide qui occupe les vieilles sapinières pessières du plateau, en marge de la zone d’étude L’epipactis à petite feuille, autre orchidée, des boise- ments clairs (chênaie blanche, pinède) que l’on va plutôt rechercher dans le secteur des Vouillants, On notera la présence, au niveau du lieu-dit l’Olette, à Lans-en-Vercors, d’une station remarquable de séneçon hélénitis, plante des prairies humides. La faune Par rapport à l’aménagement projeté, la présence de grands rapaces apparaît naturellement comme un des principaux enjeux de conservation. Plusieurs espèces sont connues pour fréquenter les secteurs qui pourraient être traversés par le projet : l’aigle royal, le grand-duc, le faucon pèlerin, le circaète Jean-le-Blanc. Toutes ces espèces ne présentent pas le même niveau de vulnérabilité et tout le linéaire du tracé n’offre pas les mêmes sensibilités. L’analyse des données bibliographiques et des observations réalisées en 2013 permet de dégager d’ores et déjà trois secteurs particulièrement sensibles : Les gorges du Bruyant, Les gorges de Combe-Jaillet Le rebord des gorges du Furon. Le passage à proximité des falaises du bois des Vouillants est également sensible vis-à-vis de son occupation par le faucon pèlerin. Mais la faune ne se résume pas aux grands rapaces. La petite mare de La Rochetière à Saint-Nizier-du-Moucherotte accueille plusieurs espèces d’amphibiens ainsi que des libellules dont l’agrion de Mercure, espèce protégée. Les lisières des boisements et les milieux ouverts du secteur de Château-Gaillard, entre Saint-Nizier-du-Moucherotte et les gorges du Bruyant s’avèrent intéressants, notamment pour les reptiles, les amphibiens et les papillons (présence d’une espèce protégée). Les zones humides de Lans-en-Vercors abritent une popu- lation importante de lézard vivipare. Enfin, les boisements du plateau et les différents secteurs de gorges abritent un peuplement de chauves-souris poten- tiellement riche d’espèces intéressantes. SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE ENGINS LANS-EN-VERCORS FONTAINE PONT-DE-CLAIX SEYSSINS SEYSSINET PARISET Grands rapaces Zone humide Tracé à l’étude Milieux forestiers Amphibiens et insectes Amphibiens, reptiles et insectes 0 1km Les impacts du projet porteront donc essentiellement sur la perturbation des territoires des grands rapaces avec la pose de câbles risquant de devenir un facteur de mortalité et la destruction d’habitats d’espèces dont la conservation est devenue une préoccupation. Le calage fin du tracé, le choix de l’implantation des pylônes et l’appareillage des câbles pour améliorer leur visibilité par les oiseaux en vol permettront de réduire ces incidences Après le traitement des données collectées sur le terrain, les stations d’espèces remarquables seront localisées précisément, ce qui permettra d’affiner l’implantation des pylônes en vue de leur évitement. epipogon sans feuille epipactis à petite feuille Principaux enjeux de conservation du patrimoine naturel 39 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  35. 35. Insertion paysagère du câble 41
  36. 36. Insertion paysagère du câble Vue du transport par câble (option téléphérique 3S) depuis Engins Vue du transport par câble (option télécabine) depuis la station de départ à Fontaine Vue du transport par câble (option téléphérique 3S) depuis la Maison du Parc à Lans-en-Vercors 42 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  37. 37. Vue du transport par câble (option téléphérique 3S) dans la plaine vers Lans-en-Vercors Vue du transport par câble (option téléphérique 3S) depuis Saint-Nizier- du-Moucherotte Vue du transport par câble (option télécabine) dans la plaine vers Lans-en-Vercors 43 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  38. 38. Organisation des déplacements L’étude pour un projet de transport par câble reliant l'agglomération grenobloise au Vercors est à inscrire dans une réflexion plus globale de projet de territoire. Un des 5 enjeux de l’acte II de la charte de développement du territoire de la CCMV concerne les déplacements avec l’objectif de répondre aux besoins de déplacements au sein, à partir de et vers le Plateau du Vercors notamment en renforçant l’offre de transport collectif. 45
  39. 39. Organisation des déplacements sur le Plateau du Vercors L’étude mobilité menée par la Communauté de communes du massif du Vercors Les orientations pour accompagner l’arrivée du câble Concernant la mobilité sur le territoire de la Communauté de Communes du Massif du Vercors, une étude est actuel- lement réalisée pour améliorer les déplacements et la mobilité des résidents et touristes entre les différentes communes et les sites d’activités du Plateau. L’objectif est d’aboutir d’ici la fin de l’année à un plan d’action détaillé qui intégrera l’hypothèse de la réalisation ou non d’une liaison par câble avec l’agglomération grenobloise. Les premiers éléments montrent qu’il n’y a pas de spéci- ficité de mobilité des habitants du Vercors : le nombre de déplacements par jour et par personne et la répartition par motif est identique à celle d’un habitant de l’agglomé- ration grenobloise. La différence vient du fait qu’un actif sur 4 travaille loin et génère trois quarts des kilomètres parcourus en semaine. La mobilité interne au plateau reste absolument majeure en volume et la CCMV n’est pas à considérer comme un territoire périurbain. Depuis le début de l’année 2013 des échanges ont eu lieu avec les différents usagers (touristes, lycéens, séniors, actifs du Plateau et actifs travaillant dans l’agglomération, usagers des bus Transisère, etc.) par l’intermédiaire de petits ateliers mais aussi par différentes enquêtes sur le terrain pour recueillir leurs avis et suggestions. Concernant le projet de transport par câble, un certain nombre de questions ont été abordées : Quel développement est-il souhaitable pour le Vercors et le transport par câble est-il une réponse adaptée ? Quels sont les motifs de déplacements pour lesquels le câble est le plus approprié (domicile-travail, études, professionnels, loisirs, démarches, achats, randonnées été, ski…) et pour lesquels le câble serait une alternative crédible à la voiture individuelle ? Quel type de tourisme pourrait être développé avec le transport par câble ? Quels services seraient nécessaires dans les gares de départ et d’arrivée du câble ? Quelles solutions d’accès aux gares de départ seraient le plus adaptées selon les usagers (marche à pied, vélo, Vélo à assistance électrique, covoiturage, covoitu- rage spontané, autopartage, navettes, transport à la demande…) ? Et quelles seraient les conditions minimales de fonctionnement de ces solutions pour se substituer à l’usage de la voiture ? Quel serait le tarif maximum acceptable pour les différents usagers pour un billet complet aller-retour (Navette sur le Plateau du Vercors + Téléphérique + Transport dans l’agglomération grenobloise) ? Les choix d’orientation pour un schéma de déplacements à l’échelle des communes du Plateau sont en cours. Les éléments recueillis lors de la concertation sur le projet de transport par câble permettront d’enrichir les réflexions. Différentes solutions sont cependant déjà à l’étude pour accompagner l’arrivée du câble et plusieurs mesures pourraient être envisagées : en lieu et place des lignes Transisère, une navette pourrait être mise en place pour desservir Villard-de- Lans et une autre ligne desservant Autrans et Méaudre avec une fréquence supérieure à la desserte actuelle sans pour autant pouvoir prétendre à des fréquences supérieures à la demi-heure en heure de pointe. Le maintien de certaines liaisons vers Seyssins et Sassenage semblerait nécessaire, avec des fréquences et une amplitude encore à définir. Le service de transport à la demande depuis Corrençon-en-Vercors serait à maintenir. Un service de covoiturage de rabattement vers les gares de Lans-en-Vercors et Saint-Nizier-du- Moucherotte pourrait être proposé aux abonnés comme aux voyageurs occasionnels avec des fonctionnalités facilitant la mise en relation, et des arrêts de covoitu- rage spontané sur les principaux axes (Villard-de-Lans, Autrans, Méaudre, Lans-en-Vercors). L’installation d’un véhicule d’autopartage sur le Plateau est également à l’étude. Des liaisons en modes actifs et vélo à assistance électrique faciliteraient par ailleurs l’accès aux gares de départ du transport par câble. Les coûts d’investissement et de fonctionnement du schéma de déplacement sur le Plateau seront dépendants des solutions d’intermodalité retenues et du niveau de service associé. 46 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  40. 40. Hypothèse de prolongement de la liaison par câble entre Lans-en-Vercors et Méaudre, Autrans et Villard-de-Lans AUTRANS MÉAUDRE SAINT-NIZIER- DU-MOUCHEROTTE ENGINS VILLARD-DE-LANS LANS-EN-VERCORS Centre de Villard de Lans Cote 2000 0 1km L’hypothèse de prolonger la liaison par câble depuis Lans-en-Vercors vers Méaudre, Autrans et plus fine- ment Villard-de-Lans a été examinée. Il s’avère que ces prolongements présentent peu d’intérêt au regard de différents critères comme : le survol de nombreuses zones résidentielles un impact visuel très fort dans la plaine de Lans des temps de parcours peu compétitifs par rapport à la voiture, du fait de la vitesse limitée du transport par câble (27 km/h maximum avec le système 3S), là où, par exemple, la voiture met 6 à 7 minutes pour effectuer un trajet entre Villard-de-Lans et Lans-en-Vercors des points d’arrivée qui ne permettent pas d’accéder de façon directe à tous les sites stratégiques (centre de Villard-de-Lans, Cote 2000…) Dans ce contexte, il apparaît plus pertinent à ce stade de privilégier des solutions de rabattement ou d’in- termodalité en transport en commun / navettes entre Lans-en-Vercors et les autres communes du Vercors. L’articulation du câble Vercors avec le réseau de transport urbain de l’agglomération Le câble Vercors sera connecté à la ligne A de tramway, dont les fréquences élevées permettront d'assurer des temps de parcours compétitifs vers la gare et le centre de Grenoble. Le prolongement ultérieur de cette ligne vers Sassenage renforcera l’attractivité du câble pour les habitants de ce secteur nord de l’agglomération. La création d’une liaison par câble urbain entre Fontaine et Saint-Martin-le-Vinoux permettra d’assurer une bonne correspondance avec les lignes B et E en offrant un accès direct aux pôles d’emplois de la Presqu’île à Grenoble et du parc d’Oxford à Saint-Martin-le-Vinoux. Ce projet de transport urbain par câble est étudié dans le cadre de la démarche polarité Nord-Ouest. De par sa fréquence, ce transport par câble assurerait un « quasi-lien fixe » entre les deux rives de la vallée, en s'affranchissant des obstacles : Drac et Isère, autoroutes A480 et A48, voie ferrée. Le tracé proposé comporterait 6 stations sur une longueur de 3,5 km, avec un temps de parcours total estimé à moins de 15 minutes. Le coût d'un tel projet est estimé à une soixantaine de millions d’euros. A48 E B A Vers St-Nizier-Lans Presqu’île scientifique Ilot Oxford Parc d’Oxford Éco-quartier Robespierre Opération d’éco-territoire Portes du Vercors Pôle commercial la Poya Éco-quartier Bastille GRENOBLE FONTAINE SASSENAGE SAINT-MARTIN LE-VINOUX 0 500m Ligne A Ligne B Ligne E Projet de prolongement de la ligne A Voie ferrée Autoroute Tracé du câble Station Prolongement du câble vers la Presqu’île 47 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  41. 41. Points soumis à concertation La concertation doit permettre de recueillir vos avis et remarques sur le projet, et, entre autres choses, sur les points suivants : Objectifs du projet. Tracé et implantations des stations. Solution technologique à retenir (Télécabine ou 3S). Services à proposer aux utilisateurs du câble dans les trois stations. Organisation des déplacements et des transports, en complémentarité de la liaison par câble (intermodalité) sur le plateau du Vercors et dans la polarité Nord-Ouest de l’agglo- mération grenobloise. Insertion environnementale. Les éléments recueillis seront examinés et synthétisés par la Métro et la CCMV, sous la forme d’un bilan de concertation réalisé fin 2013. Il permettra d’enrichir les études préalables du projet et d’orienter les suites à donner à cette opération Calendrier prévisionnel L’objectif visé par la Métro, la CCMV et leurs partenaires est de mettre en service cette liaison par câble entre l’agglomération grenobloise et le Vercors à l’horizon 2019. Études préalables Bilan de la concertation Décision d’engager la réalisation du projet Validation de programme Choix opérateur Enquête publique Étude projet Mise en service Étude avant-projet TravauxMontage Concertation préalable 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Déroulé des procédures : 48 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  42. 42. Lexique AURG : Agence d’urbanisme de la région grenobloise. AUTOPARTAGE : Service qui permet la location de voiture de courte durée (une demi-heure minimum) par plusieurs abonnés, qui peuvent réserver (Internet ou télé- phone) une voiture stationnée à proximité de chez eux. La facturation est faite chaque mois selon les kilomètres parcourus. AVP : Études d’Avant-Projet Étapes préparatoires nécessaires au lancement d’un projet. Il s’agit de définir ce que sera le projet avant la mise au point de documents contractuels permettant d’engager la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage dans le projet. CCMV : Communauté de Communes du Massif du Vercors CONCERTATION PRÉALABLE : La concertation préalable vise à associer, pendant toute la durée de l’élaboration du projet, la popu- lation, les associations locales et les autres personnes concernées avant la prise de décision publique. COVOITURAGE : Le covoiturage consiste à mettre en relation des individus effectuant tout ou partie d'un trajet qu'ils effectuaient jusque-là seuls. Ce système permet de diminuer le nombre de voitures en circulation pour un même déplacement (domicile-travail / étude, loisirs…). ENQUÊTE PUBLIQUE : Procédure préalable aux grandes décisions ou réalisations d’opérations d’aménagement du terri- toire. Elle vise à informer le public, recueillir ses avis et suggestions, et à élargir les éléments nécessaires à l’information des autorités compé- tentes avant toute prise de décision. EMD : Enquête Ménages et Déplacements Dispositif permettant de connaître la mobilité, les pratiques de déplacements d’une population urbaine sur un territoire, tous modes de trans- ports confondus (voiture particulière, transport en commun, deux roues, vélo, marche à pied…). EPCI : Établissement Public de Coopération Intercommunale Structure administrative française regroupant des communes dans le but de développer plusieurs compétences en commun, comme par exemple les transports en commun. INTERMODALITÉ : Le fait de combiner plusieurs modes de transports au cours d’un seul et même trajet. MAILLAGE : Le maillage consiste à mettre en correspondance différentes lignes de transport en commun. OD TC : Origine Destination Transports en Commun (enquête) Étude permettant de connaître les caractéristiques des déplacements dans le but de faire évoluer leur offre, réorganiser un réseau de transport… PADD : Projet d’Aménagement et de Développement Durable Document politique exprimant les objectifs et projet de la collectivité locale en matière de déve- loppement économique et social, d’environnement et d’urbanisme à l’horizon de 10 à 20 ans. PLU : Plan Local d’Urbanisme Document de planification de l’urbanisme au niveau communal ou intercommunal. Il remplace l’ancien Plan d’Occupation des Sols (POS), depuis la loi SRU du 13 décembre 2000. PÔLE D’ÉCHANGES : Lieu d’articulation des réseaux de transport visant à faciliter l’intermodalité. PROGRAMME : Énoncé, par le maître d'ouvrage, des caractères et des fonctions précises auxquels le projet devra répondre. RUG : Région Urbaine Grenobloise RUPTURE DE CHARGE : passage d'un service de transport à un autre qu'il s'agisse ou non du même mode, grâce à une correspondance. SCoT : Schéma de Cohérence Territoriale Document d’urbanisme qui détermine un projet de territoire visant à mettre en cohérence l’ensemble des politiques, d’urbanisme, d’habitat, de déplace- ments et d’équipements dans un environnement préservé et valorisé. SMTC : Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’ag- glomération grenobloise TÉLÉCABINE : Système monocâble (câble porteur-tracteur) en mouvement unidirectionnel continu avec cabines débrayables TÉLÉPHÉRIQUE 3S : Système identique dans son principe à la téléca- bine, mais avec deux câbles porteurs fixes, qui agissent comme des rails aériens. Les cabines débrayables ont une plus grande capacité (35 personnes). TRANSPORT A LA DEMANDE (TAD) : Offre de transports collectifs qui permet de répondre aux besoins en déplacement dans des zones où la demande de transports en commun est généralement faible. Les lignes sont matériali- sées par des arrêts et des horaires précis, mais ne fonctionnent que sur demande. 49 Dossier de concertation 7 oct 8 nov • Concertation préalable
  43. 43. La Métro Communauté d’agglomération de Grenoble 3 rue Malakoff 38000 Grenoble tél : 04 76 59 59 59 fax : 04 76 42 33 43 http://www.lametro.fr Communauté de Communes du Massif du Vercors Maison de l’intercommunalité 19, Chemin de la Croix Margot 38250 Villard-de-Lans tél : 04 76 95 08 96 http://www.vercors.org

×