LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE // MARDI 21 JUILLET 2015 // LESECHOS.FR
ISSN0153.4831 107e
ANNÉE
NUMÉRO 21983 30 PAGES
Antilles...
q
Dématérialisez vos convocations
Le service de convocation électronique vous
permet de sécuriser vos procédures d’envoi
d...
Les Echos
Mardi 21 juillet 2015
Pôleemploiva
réduirel’accueil
danssesagences
Derek Perrotte,
modifié Eric LEGER
C’estuneno...
ALLEMAGNE : BAISSE
DE 0,1 % DES PRIX À
LA PRODUCTION EN JUIN
Les prix à la production
ont reculé de 0,1 % en juin
en Allem...
Les Echos Mardi 21 juillet 2015 MONDE//05
Virginie Robert
vrobert@lesechos.fr
L’accord de Vienne du 14 juillet qui
prévoit...
06//MONDE Mardi 21 juillet 2015 Les Echos
RADIO DE L’ANNÉE
700000
AUDITEURS*
#1
#1
Source : Médiamétrie, 126 000, L à V, 5...
LeLivretAn’estpasunproduitd’épargne
commelesautres,onlesait.Avec
l’assurance-vie,c’estmêmeleplacement
préférédesFrançais.D...
08//IDEES & DEBATS Mardi 21 juillet 2015 Les Echos
art&culture
L’exquisebaladetyrannique
deRiminiProtokoll
Un étrange attr...
LE ROMAN DE L’ÉTÉ
BRUNCHÀMATIGNONDIMANCHE12JUILLET,12H30…
A
u fond de l’immense
jardin de l’hôtel Mati-
gnon se trouve une...
10//IDEES & DEBATS Mardi 21 juillet 2015 Les Echos
Yann Verdo
yverdo@lesechos.fr
C
e 28 mai 1898, le cheva-
lier Secondo P...
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !

384 vues

Publié le

Pôle Emploi embraille le pas vers une montée du service à distance.
Une réduction de l’accès direct en agence pour une optimisation du travail des conseillers.
Est-ce une remise en cause de l’universalité du service public ? L’approche humaine ne souffrira-t-elle pas de cette « cloudisation » du service ? L’emploi-store, orienté affinitaire (grâce au génie de la start-up Monkey-Tie), saura-t-il accompagner « dignement » les demandeurs d’emploi ?

Publié dans : Services
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
384
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pôle Emploi - Révolution de l'offre de service client !

  1. 1. LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE // MARDI 21 JUILLET 2015 // LESECHOS.FR ISSN0153.4831 107e ANNÉE NUMÉRO 21983 30 PAGES Antilles-Réunion 3 €. Guyane 3,90 €. Belgique 2,60 €. Espagne 3.30 €. Grande-Bretagne 2£60. Grèce 2,90 €. Italie 3.30 € Luxembourg 2,80 €. Maroc 24 DH. Niger 2.600 CFA Suisse 4,60 FS. Tunisie 3.300 TNM. Zone CFA 2.200 CFA. JEAN-MARC VITTORI DANS « L’ÉDITO ÉCO » À 7H20 DU LUNDI AU JEUDI SUR LE DOLLAR DÉPRIME LES MÉTAUX PRÉCIEUX L’once d’or est au plus bas depuis 2010 et entraîne les autres métauxprécieuxdanssonsillage. Ils souffrent du rebond du dollar, alors que le marché est déçu par les achats d’or de la Chine. // P. 25 CommentPôleemploi varéduirel’accueilenagence EMPLOI Des après-midi seront réservés aux chômeurs ayant pris rendez-vous. A partir de 2016, les agences Pôle emploi réserve- rontdeunàquatreaprès-midiparsemaineauxren- dez-vous entre les chômeurs et leur conseiller. Les demandeurs d’emploi sans rendez-vous seront redirigés vers les nouveaux services numériques et téléphoniques ou appelés à repasser à d’autres pla- geshoraires.L’objectifestderecentrerletravaildes conseillers sur l’accompagnement personnalisé. Mais certains syndicats dénoncent une atteinte à l’universalité du service public. // PAGE 3 L’Europe faceaudéfi numérique Point de vue Nicolas von Bülow La révolution numérique actuelle- ment à l’œuvre profite largement à l’Amérique du Nord, qui concentre l’essentiel des entreprises, de la va- leur ajoutée et des emplois haute- ment qualifiés du secteur, constate Nicolas von Bülow. Il s’agit d’une rupture historique pour l’Europe, qui a toujours été à la tête des révolu- tions industrielles et technologiques au cours des siècles passés… Un défi majeur qu’elle doit relever pour ne pas se laisser distancer. // PAGE 7 L’américainLockheeds’offre leshélicoptèresSikorsky Le géant de l’armement rachète son compatriote pour 9 milliards de dollars. DÉFENSE LockheedMartinaconcluavecUTClerachatpour9mil- liardsdedollarsdeshélicoptèresSikorsky.Uneopérationdeconso- lidation directement liée à la réduction du budget du Pentagone. L’industrie militaire américaine n’a pas connu de fusion aussi importante depuis les années 1990. // PAGE 16 Le suspense aura duré cinq jours. Lundi après-midi, le gouverneur de la Banque de France a finalement décidé de déroger à la formuledecalculautomatiquedutauxduLivretA qui aboutissait à une rémunération de 0,5 %, con- tre un plancher historique de 1 % actuellement. Sa préconisation d’une baisse du taux à 0,75 % a emporté l’adhésion du gouvernement, qui a con- firmé que le taux baisserait une nouvelle fois au 1er août. L’été dernier, il avait déjà reculé de 1,25 % à 1 % du fait de la faible inflation. Bénéficiant à la fois de l’appui de la Caisse des Dépôts et Consignations et du président de sa commission de surveillance, Henri Emmanuelli, la Banque de France est ainsi parvenue à convaincre l’Elysée de toucher à ce taux, symbole de l’épargne populaire, ce que l’exé- cutif avait refusé de faire en janvier dernier. Globa- lement, pour les acteurs du logement social et la Caisse des Dépôts, cette baisse du taux représen- tera une économie de plus de 300 millions d’euros, quandlesépargnantsperdrontenmoyenneunpeu plus de 10 euros par an. // PAGE 24 ET L’ÉDITORIAL DE FRANÇOIS VIDAL PAGE 7 Letaux duLivretA auplusbas desonhistoire l Le gouvernement va ramener la rémunération du livret d’épargne populaire de 1 % à 0,75 %. l La baisse du taux doit favoriser la construction de logements sociaux. Crisedel’élevage:lesraisons d’unecolèrequigrandit AGRICULTURE A deux jours de la remise du rapport du médiateur sur lesprixdelaviandeetdulait,descentaines d’éleveursontbloquélundi lesaccèsdelavilledeCaenetceluiduMont-Saint-Michel.Lesmanifes- tants réclamaient la venue du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll. Au bord du dépôt de bilan, les éleveurs accusent les industriels denepasrespecterleurengagementd’augmenterleursprixd’achat.Les abatteurs estiment impossible d’aller plus loin. La consommation de viandeadiminuéde3 %enFranceen2014etde4 %en2015.// PAGE 14 PhotoPQR«OuestFrance» L’ESSENTIEL PARIS CRÉE UNE COALITION DU « PAQUET NEUTRE » La ministre Marisol Touraine fait du prosélytisme pour cette mesure de lutte contre le taba- gisme, qui entrera en vigueur en France en mai 2016. // P. 2 LA GRÈCE PAIE SES DETTES ET LANCE LES RÉFORMES La Grèce a rouvert lundi ses ban- quesetremboursélaBCEetleFMI. Le Parlement doit voter mercredi des réformes avant que débutent quatre semaines de négociations pour le plan d’aides. // P. 4 PATRICIA BARBIZET DÉVOILE SES PLANS POUR CHRISTIE’S La fidèle de François Pinault, nommée PDG de la maison de vente il y a six mois, livre son ana- lyse du marché de l’art et la place queChristie’sdoitytenirfaceàson grand rival Sotheby’s. // P. 20 Bande dessinée Desberg,Koller,Vrancken©EditionsduLombard Schneider Electric reprend le chemin des acquisitions // P. 17 ET « CRIBLE » P. 30 GillesRolle/RÉA Le roman politique de l’été // P. 9 DR Le nouveau « IR$ » en exclusivité // P. 12 PhilippeHuguen/AFP LockheedMartinCorporation
  2. 2. q Dématérialisez vos convocations Le service de convocation électronique vous permet de sécuriser vos procédures d’envoi de courriers. Cet outil vous offre la possibilité d’envoyer un grand nombre de documents électroniques au même instant. En savoir plus sur solutions.lesechos.fr/convocation-electronique Un service proposé par Les Echos Solutions financière », détaille-t-il dans une interview au « Figaro » publiée lundi. « Devoir du sol » Selon Guillaume Larrivé, la France est trop attractive pour les immigrés du fait de son sys- tème social. Il veut ainsi en réserverl’accèsauxseulsétran- gers résidant depuis au moins cinqansenFrance.Concernant l’immigration clandestine, l’élu de l’Yonne a fustigé l’assigna- tion à résidence pour les étran- gers en situation irrégulière, qualifié d’« angélisme ». Il prône à l’inverse un allonge- ment de la période maximale en centre de rétention de 45 à 180 jours. Sujet cher à Nicolas Sarkozy, qui avait remis le sujet sur la table à la mi-juin : Guillaume Larrivé propose de réformerlecaractèreautomati- quedudroitdusol,luipréférant un« devoirdusol ».Unétranger né en France devrait donc « manifester sa volonté » de devenir français. Pas en reste sur le sujet, Marine Le Pen a appelé à la mobilisation contre « la nou- velle loi criminelle du gouverne- ment sur l’immigration ». Dénonçant une « folle dérive immigrationniste » dans un communiqué publié lundi, elle a rappelé que le Front national « veut faire tendre vers zéro le nombre d’entrées légales chaque année en France ». n Gabriel Nedelec gnedelec@lesechos.fr La droite est partie à l’assaut du projet de loi sur les droits des étrangers, examiné depuis lundi à l’Assemblée. Un texte qui, selon elle, va à « contre- sens ».Unesoixantained’amen- dements doivent être déposés, tandisqu’unemotionderejetet unedemandederenvoiencom- mission,formuléeparledéputé des Français de l’étranger, Thierry Mariani, ont été toutes deux repoussées. Porte-parole des Républicains, Lydia Gui- rous s’est même demandé, lors d’un point presse, si la mise à l’agenda parlementaire du pro- jet de loi « n’est pas une façon pour les socialistes d’aider leurs amis du Front national à se rele- ver ». Le texte est examiné en session extraordinaire alors que sa présentation au Conseil des ministres remonte à près d’un an. Sur le fond, Lydia Guirous a notamment reproché au texte les 10.000 titres de séjour réser- vésaux« talentsetauxcerveaux étrangers » via un « passeport talent »,alorsque« lescerveaux français sont condamnés à l’exil ». Une pratique de l’immi- gration choisie pourtant défen- due par la droite sous le quin- quennat de Nicolas Sarkozy. Plafond annuel Guillaume Larrivé, orateur du groupe Les Républicains, a, lui, été chargé de défendre le projet alternatifproposéparsonparti. Son mot d’ordre : « réduire l’immigration pour, ensuite, réussirl’intégration ».Ledéputé de l’Yonne propose de mettre en place un plafond annuel d’immigration défini par l’Assemblée et s’appliquant à toutes les catégories de séjours, dont le regroupement familial, à l’exception des réfugiés politi- ques. Il veut aussi durcir les conditions d’attribution des visas en demandant aux « can- didats à l’immigration de justi- fier, à leurs frais, dans leur pays d’origine,deleurbonneconnais- sance de la langue et des valeurs françaises mais aussi d’une capacitéàexerceruneprofession ou à assumer leur autonomie IMMIGRATION Les Républicains veulent « réduire l’immigration pour réussir l’intégration ». Droitsdes étrangers : ladroiteavance soncontre-projet SANTÉ Solveig Godeluck sgodeluck@lesechos.fr Aprèslaconversion,leprosélytisme. Suite à l’adoption en première lec- ture à l’Assemblée du projet de loi santé en avril dernier, la France devrait instaurer le paquet de ciga- rettes « neutre » en mai 2016. Stan- dardisé, il ne comportera ni logo ni typographie permettant aux mar- quesdesedistinguer.Sur65 %desa superficie, il portera des photos chocs montrant des tumeurs, des gencivesdévastées,desenfantssouf- freteux. C’est la mesure phare du plan national de réduction du taba- gisme dévoilé voilà presque un an. Mais,avantmêmequeleprojetdeloi nesoitdéfinitivementvoté,laminis- tre de la Santé, Marisol Touraine, veut capitaliser sur ce succès politi- que.Ellevientdemettresurpiedune coalition des pays pour le « paquet neutre ». « Inciter d’autres Etats » Alors que l’Australie a été la pion- nière, il y a deux ans et demi, la France veut à la fois se faire un peu de publicité et bénéficier du retour d’expériencedesautresexpérimen- tateurs. Quatre pays seront sur la ligne de départ en mai 2016, suite à la transposition de la directive de 2014 qui permet aux Etats mem- bres de l’Union européenne de « normaliser » les emballages : le Royaume-Uni, qui l’avait annoncé dès 2010, l’Irlande, entrée dans la course en 2013, la Hongrie, depuis juin, et donc la France. « Notre objectif, c’est bien d’inciter d’autresEtatsàadopterlepaquetneu- tre », a déclaré Marisol Touraine lundi, au sortir d’une première réu- nion avec neuf ministres ou repré- sentants de gouvernements étran- gers (outre les cinq pays pionniers, participaient la Norvège, la Suède, l’Afrique du Sud, la Nouvelle- Zélande et l’Uruguay), en présence de l’Organisation mondiale de la Santé. « J’ai proposé de poursuivre noséchangesetdelanceruneinitiative depromotiondupaquetneutrelorsde la prochaine session de l’Assemblée mondialedelaSanté,enmai2016 »,a annoncé la ministre, qui montrera l’exemple en allant vanter le paquet neutre à ses homologues d’Améri- que latine lors de son déplacement auBrésil,cettesemaine. Letabactue6millionsdeperson- nesparandanslemonde,etcechif- frepourraitgrimperà8millionsen 2030sirienn’estfaitpourenrayerla hausse, selon l’OMS. En Europe, où 28 % de la population fume, on enregistre 700.000 décès liés au tabacchaqueannée.« Lemarketing est une arme redoutable. Des cou- leurs vives, des logos design, des for- mesglamour :lepaquetdecigarettes a parfois des allures d’accessoire de mode »,aaccusélaministreenpro- mettant de « mettre un terme à la spirale infernale de l’originalité du packaging, dans laquelle trop de jeu- nes continuent à tomber ». En France, un adolescent de dix-sept anssurtroisestunfumeurrégulier, et, en Europe, 29 % des 15-24 ans fument. Le paquet neutre, c’est d’abord pour eux. 4À NOTER Le projet de loi santé sera examiné en commission au Sénat mercredi. Il arrivera en séance plénière au palais du Luxembourg en septembre. l Marisol Touraine a réuni lundi les représentants de neuf pays. l Irlande, Grande-Bretagne, Hongrie et France devraient s’y convertir en mai 2016. Tabac :Parismonteune coalitiondu« paquetneutre » Ils cagoulent des radars depuis samedi en Corrèze, en Gironde, dans le Lot ou dans le Tarn, afin de frapper l’Etat là où ça fait mal – ses recettes.Ilss’apprêtentàmanifester à nouveau à Paris mercredi. Les buralistes ne veulent pas du « paquet neutre » et ils le disent à leur façon. Ce sont des habitués de l ’é p r e u v e d e f o r c e . A v e c 26.000 points de vente, ils couvrent mieux le territoire que les pharma- ciens ou les postiers. L’Etat ne peut pas se passer d’eux, car ils sont des préposésdel’administrationetper- çoiventàcetitre14milliardsd’euros de taxes sur le tabac chaque année. Pas question de malmener cette profession, alors que des élections régionales approchent. C’est pour les amadouer que le chefdefiledesdéputésPS,BrunoLe Roux,ademandéenavrillacréation d’un groupe de travail sur leur ave- nir,enpleindébatsurleprojetdeloi santé. Présidé par Frédéric Barbier (députéPSduDoubs),etcomposéde socialistes,deradicauxdegaucheet d’écologistes, il rendra son rapport en septembre. La mise en œuvre du « paquet neutre » et des autres mesures du plan national de réduc- tiondutabagismedoiventfairebais- ser de 10 % la consommation de tabacd’icià2020,aannoncél’exécu- tif. Cela fait peser un risque sur les buralistes,quisontdéjàprèsde1.000 paranàmettrelaclefsouslaporte. « Nous cherchons une solution pourcompenserlapertesubieparles buralistes qui constateront cette baissede10 % »,exposeFrédéricBar- bier,toutenprécisantquelegroupe detravailn’aencoreriendécidé. Harmoniser la fiscalité « Ce que je propose ne coûte rien à l’Etat.Ils’agitdetransférerunepartie des marges des fabricants vers les buralistes », indique-t-il. Le député pointe l’importance des profits des cigarettiers par rapport au coût de production, qu’il évalue à 15 centi- mesparpaquet.« Lefabricantprend plus de 70 centimes par paquet, je peux vous dire que, dans l’automo- bile, on ne connaît pas de telles mar- ges ! Même si on enlève 21 à 22 centi- mes de frais de logistique, c’est encore beaucoup. » En revanche, le député ne milite pas en faveur d’une hausse du prix dutabac.Lecommerceilliciteconti- nuerait à croître, estime-t-il. Mieux vaut, selon lui, commencer par har- moniser la fiscalité européenne, et par mettre en place une traçabilité indépendante du paquet. Un point devuequenepartagepasl’ex-minis- tresocialisteMichèleDelaunay,per- suadée de longue date qu’une hausse franche et massive du prix du paquet (à 10 euros) est la meilleure façon de stopper le taba- gisme.Larapporteureduvoletassu- rance-maladiedubudgetdelaSécu- rité sociale à l’Assemblée plaide aussipourunmécanismederéduc- tion des marges des buralistes qui augmentent leurs ventes. Mais Fré- déric Barbier est dubitatif. Selon lui, une rémunération différenciée ne seraitpasforcémentlégale.— S.G. Al’approchedesélections,lamajorité tentedecalmerlesburalistes Des parlementaires proposent de basculer une partie de la marge des fabricants vers les buralis- tes, sans frais pour l’Etat. Rayon de paquets de cigarettes à Sydney. L’Australie a été la première à adopter le paquet neutre, avec visuel choc, il y a deux ans et demi. Photo Wiliamm West / AFP L’« Etat-nounou » a réussi son coup. En Australie, le premier et le seulpaysàcejouroùlepaquetneu- tre est en vigueur, la réaction des industriels a été violente. « Voulez- vous réellement vivre dans un Etat- nounou ? » ont-ils dénoncé à tra- vers une campagne d’affichage montrant une surveillante peu amène.Ilsontaussitraînéenjustice l’Etat australien, dans une série de procédures qui sont encore en cours. Mais la standardisation imposée aux paquets de cigarettes depuisdécembre2012sembleavoir étéefficace.« Laprévalencedutaba- gisme n’a jamais été aussi basse, elle est tombée à 12,8 % de la population en décembre », s’est félicité lundi Martin Bowles, du département australiendelaSanté.Ils’exprimait en marge de la réunion internatio- nale de la coalition pro-paquet neutre à Paris. « Information massive » Toutes les prédictions de mauvais augure formulées par l’industrie se sont révélées fausses, a-t-il argu- menté. Une baisse des recettes due à l’explosion du trafic illicite ? Seu- les 3 à 5 % des ventes ne sont pas régulières, estime l’administration. L’Australie est une île, contraire- mentàlaFrance.Ladestructiondes commerces de proximité ? Les cir- cuits de distribution n’ont pas changé de façon significative. Une mesure tout simplement ineffi- cace ? Les statistiques montrent le contraire. Dans les années 1990, l’Australieacomptéjusqu’à25 %de fumeurs. Le paquet neutre n’est pas arrivé seul, a rappelé le représentant du gouvernementaustralien.Lapubli- cité a été interdite sur les lieux de vente. Quatre hausses successives de 12,5 % des droits d’accise ont été programmées. La taille des avertis- sementsdesantéaétéagrandiesur les paquets. « Ce n’est pas le succès du paquet neutre, mais d’une série complète de mesures contre le tabac, en incluant la hausse du prix du paquet et une campagne d’informa- tion massive », a expliqué Martin Bowles. Une vision d’ensemble que Paris veut faire sienne, même si la hausseduprixdupaquetrestepour l’instant écartée.— S. G. Le pays pionnier du paquet neutre a mis en œuvre d’autres mesures en parallèle, comme la hausse des taxes sur le tabac. EnAustralie, letauxde tabagismeest tombéà13 % Il a dit « La gauche est favorable à une augmentation inconsidérée de l’immigration, elle refuse de regarder la réalité en face. » GUILLAUME LARRIVÉ Député Les Républicains de l’Yonne Photo Patrick Kovaric / AFP 02// Mardi 21 juillet 2015 Les Echos FRANCE
  3. 3. Les Echos Mardi 21 juillet 2015 Pôleemploiva réduirel’accueil danssesagences Derek Perrotte, modifié Eric LEGER C’estunenouvelleétapedelaréorga- nisation de Pôle emploi qui va bou- leverserleshabitudesdemillionsde chômeurs. A partir du début 2016, les 850 agences du réseau resteront ouvertes 35 heures par semaine, mais réserveront entre un et quatre après-midi (le curseur sera défini localement) aux seuls chômeurs ayant pris rendez-vous ou venant assisteràunateliercollectif(rédiger un CV, etc.). Ceux venant de façon impromptue pour une demande, une réclamation ou pour déposer une pièce administrative seront invités à passer par les services en ligne, par le téléphone (39 49), à revenir plus tard ou à échanger par mail avec leur conseiller référent (il devrarépondresous72heures),une possibilitéenvoiedegénéralisation. Pour contrôler ce flux, les agences serontéquipées,unpeucommedes banques, d’un « vidéoportier ». Objectif : optimiser le travail des conseillers en développant le temps consacré à l’accompagnement per- sonnalisé et au traitement des dos- siers d’indemnisation complexes (intermittents, activités réduites, etc.), là où se situe leur vraie valeur ajoutée. Cette petite révolution, à laquelle le gouvernement a donné sonfeuvert,s’inscritdansleprolon- gementdel’essoractueldesservices accessiblesàdistance. Les syndicats demandent des garde-fous Cettenouvelleorganisationaététes- tée depuis février dans 40 agences de9régions.Dansundocumentqui seradiscutécemardiencomitécen- tral d’entreprise (CCE) avec les syn- dicats et dont « Les Echos » ont obtenu copie, la direction générale dresse un bilan largement positif. Quelque80 %desconseillersjugent le changement positif et ils ont gagné 25 % de temps en plus pour recevoirleschômeursdeleurporte- feuille. Les chômeurs ont aussi eu 30 %d’entretiensenplusqu’avantet, côté gestion des indemnisations, le taux de premier paiement dans les délaisaprogressé.Lesdemandeurs d’emploi trouvant porte close auraient su s’adapter, avance aussi le document : ils ont envoyé « de 5 à 10 fois plus de mails à leur conseiller référent » et ont « davantage sollicité le 39 49 » dans les agences concer- nées,comparéauxagencestémoins des mêmes territoires. Cela tend à rassurersurundesrisquesdel’opé- ration :qu’enétantconcentrésurun temps réduit, l’accueil physique du flux des demandeurs ne devienne intenable. Le sentiment des syndicats est mitigé.Lesplusréformistes,comme la CFDT, soulignent que « le flux actuel à l’accueil est très chrono- phage » et que « la réorganisation peut être gagnant-gagnant pour le conseiller, qui peut mieux préparer ses rendez-vous, et pour le chômeur, qu’il pourra recevoir plus souvent et mieux ». Mais ils réclameront ce mardi des garde-fous, par exemple pour le traitement de certaines demandes urgentes liées à l’indem- nisation ou sur le renforcement du parc informatique en libre accès dans les agences. La direction se veut rassurante sur ces points. A l’opposé,lessyndicatspluscontesta- taires, comme SUD et le SNU, s’insurgent : « Restreindre l’accès à unservicepublicn’estjamaisunpro- grès.Cen’estpasfaitpouraméliorerle service,maispourgérerlapénuriede personnel. C’est une remise en cause de l’universalité du service public. » La problématiques n’est d’ailleurs paspropreàPôleemploi :lescaisses d’allocationsfamilialesdéveloppent elles aussi une politique d’accueil surrendez-vousuniquement. n l A partir de 2016, d’un à quatre après-midi par semaine seront réservés aux chômeurs ayant rendez-vous. l Les autres seront renvoyés vers Internet et le téléphone.
  4. 4. ALLEMAGNE : BAISSE DE 0,1 % DES PRIX À LA PRODUCTION EN JUIN Les prix à la production ont reculé de 0,1 % en juin en Allemagne, après avoir été inchangés en mai, selon les données publiées lundi par l’Office fédéral de la statistique. Sur un an, ils ont diminué de 1,4 % le mois dernier après avoir enregistré une baisse de 1,3 % le mois précédent. ISRAËL : LA PRODUCTION INDUSTRIELLE MARQUE LE PAS EN MAI La production industrielle d’Israël continue d’évoluer en dents de scie. En mai, elle affiche –1,36 % selon l’Office central des statistiques. Ce recul fait suite à une baisse de 0,32 % en avril, qui contrastait, elle, avec les +13,18 % enregistrés en mars. Sur les cinq premiers mois, elle a été trois fois négative. 23 %DES ENTREPRISES TENTÉES DE QUITTER LA GRÈCE Les contrôles de capitaux et l’instabilité économique en Grèce pèsent sur les entrepri- ses (Endeavor) d’après un sondage réalisé auprès de 300 firmes (13-17 juillet). Au total, 69 % ont vu leur acti- vité baisser depuis le 29 juin. en chiffres C’estunprogrès,maistellement poussif, qu’il est difficile d’en faire les louanges. Après deux sommets européens et plu- sieurs réunions des ministres de l’Intérieur, les Etats mem- bres se sont rapprochés de l’objectif demandé par Bruxel- lespouraiderl’ItalieetlaGrèce à gérer l’afflux de migrants sur leurs côtes. Lorsdeleurderniersommet, les vingt-huit Etats membres avaientrefusétout« quotaobli- gatoire »,commelesuggéraitla Commission européenne, qui souhaitait pousser les pays qui ne font rien pour l’asile à en faire davantage. Toutefois, les dirigeants européens avaient promis de faire preuve de soli- darité sur la gestion des migrants. Ils avaient donc pro- mis de parvenir sur une base volontaire au même but, à savoir le traitement des dos- siers de 40.000 migrants clan- destins, identifiés comme de potentiels demandeurs d’asile, et l’accueil de 20.000 réfugiés syriens pris en charge par l’ONU. Certains pays continuent de traîner des pieds Pour ces réfugiés, la réponse a été de bonne volonté et rapide (plus de 22.500 places offertes). Enrevanche,plusieurspaysont continué, hier à Bruxelles lors d’un Conseil des ministres de l’Intérieur, à s’opposer toujours à l’idée de gérer à la place de Romeoud’Athènesdesdeman- deurs d’asile arrivés clandesti- nement par bateau. Les princi- pauxpaysd’accueil,laFranceet l’Allemagne, ont accepté sans grande difficulté de prendre leur part comme le demandait la Commission européenne. La Frances’estengagéeàaccueillir 2.375 réfugiés des camps onusiens et 6.752 personnes échouées en Italie qui auraient le droit à l’asile. D’autres pays, en revanche, ont continué à traîner des pieds, comme l’Autriche, la Hongrie, les Etats baltes. Au total, l’addition des promessesdesunsetdesautres arriverait à 24.000 personnes pour les réfugiés, mais à moins de 35.000 personnes pour les migrants à relocaliser. Un manque de 5.000 places qu’ils ont convenu de réparer d’ici à décembre. La relocalisation est définie pour durer deux ans au maximum et ne concerne que des demandeurs d’asile éligi- bles au statut de réfugié, pour l’essentielsyriensetérythréens. — A. B. (à Bruxelles) Migrants : une solidarité aminima UNION EUROPÉENNE La France s’est engagée à accueillir 2.375 réfugiés des camps onusiens et 6.752 personnes échouées en Italie qui auraient le droit à l’asile. LaGrècepaiesesdettesets’engage surunlongcheminderéformes ZONE EURO Anne Bauer abauer@lesechos.fr —Bureau de Bruxelles Pour la Grèce, le principal obstacle est finalement franchi mais le plus dur reste à construire. Ce lundi, Athènes a obtenu le prêt d’urgence de 7,16 milliards d’euros des Euro- péenspromisenéchangedel’adop- tiond’unpremiertrainderéformes. Cela lui a permis de rembourser 4,2 milliards d’euros à la Banque centrale européenne (BCE) et de régler ses arriérés de paiement à hauteur de 2 milliards au Fonds monétaire international (FMI). Les banques ont rouvert dans le calme tandis que la hausse des taux de TVA votée dans la nuit de mercredi à jeudi est entrée en vigueur. La Grèce est donc à jour sur sa dette et dispose encore de quelque 800millionsd’eurospourfaireface aux nouvelles échéances dues jus- qu’à la mi-août. D’ici là, si tout se passe bien, les négociations sur le troisième plan d’aides d’un mon- tant maximum de 86 milliards d’eurosserontterminéesetleMéca- nisme européen de stabilité (MES) pourra rembourser le prêt d’urgence et avancer les sommes nécessaires pour qu’Athènes rem- bourse la deuxième échéance annuelle importante due à la BCE. Le 20 août, 3,2 milliards d’euros d’obligations grecques arrivent à maturité. Pour obtenir le feu vert final à l’ouverture des négociations sur son plan d’aides, Athènes doit encore voter ce mercredi deux réformes supplémentaires : l’une sur la transposition dans le droit grecdesnouvellesrèglesdel’Union bancaire, notamment pour traiter les faillites bancaires, et l’autre sur une refonte du code de procédure civile, afin d’accélérer le fonction- nement des tribunaux civils, trop lents et trop coûteux. Il restera alors quatre petites semaines aux créanciers et au gou- vernement grec pour coucher les termesdel’accord,etnotammentla longue liste des réformes promises en échange d’un nouveau finance- ment. A l’issue de six mois de dis- cussion, chacun sait à peu près à quois’entenir.LaGrècedoitappro- fondir sa réforme des retraites d’ici àoctobre2015,renforcerlaconcur- renceenouvrantplusieurssecteurs et professions réglementés (par exemplelestransportsparferry),et introduire de la concurrence sur le marchédel’électricité.Elledoitéga- lementmodernisersondroitdutra- vail et son administration publique quidoitêtre« dépolitisée ».Enfin,il lui faut définir un programme de privatisation sérieux, à même d’ali- menter le fonds de garantie exigé lors du sommet de la zone euro. Du côté des créanciers, il faut ajuster les prévisions de besoins de financement. Le patron du MES, Klaus Regling pense qu’il devra engager quelque 50 milliards d’euros,àconditionqueleFMIpar- ticipeauprogamme,quelesprivati- sations fonctionnent et en suppo- sant qu’en 2017 ou 2018, la Grèce pourra revenir partiellement sur les marchés. « 86 milliards est une enveloppe globale, mais si le pro- grammeestbienappliqué,lesbesoins peuvent s’avérer inférieurs », expli- que-t-on à Bruxelles. Quant à l’allégement de dette via un « allongement éventueldespério- desdegrâceetdesdélaisderembour- sement », comme l’ont promis les chefs d’Etat, il est subordonné à la mise en œuvre intégrale des mesu- res et après un premier examen positif. Soit au plus tôt en octobre, voire plus tard, si la Grèce ne par- vient pas à mettre en œuvre assez de réformes. n l Après le remboursement de la BCE et du FMI, la Grèce est à jour dans le paiement de ses dettes. l Quatre semaines de négociations s’ouvrent pour définir les conditions de son nouveau sauvetage. Edouard Lederer elederer@lesechos.fr Maintesfoisrepousséeaucoursdes très dures négociations entre la Grèce et ses créanciers, la mesure a enfin été mise en œuvre : lundi, après trois semaines de fermeture forcée, les agences bancaires grec- quesontbeletbienpurouvrirleurs portes. Avec les files s’allongeant devant les distributeurs automati- ques, c’était l’un des signes les plus forts du Grexit frôlé par le pays. 1 LA SITUATION EST-ELLE REVENUE À LA NORMALE ? Les agences rouvrent, mais les contrôles des capitaux demeurent : les Grecs ne peuvent toujours pas retirer plus de 300 euros cette semaine — 420 euros à partir de la semaine prochaine — et les paie- ments vers l’étranger restent très encadrés. Dans ces conditions, les services qui pourront leur être ren- dus aux guichets seront limités. « Nous abordons une nouvelle étape que nous espérons être la première d’un retour à la normale, a com- menté Loùka Katséli, présidente non exécutive de National Bank of Greece (NBG). Mais la route sera longue : les banques grecques res- tent sous perfusion des liquidités d’urgence de la BCE, et la Bourse d’Athènes — où sont cotées les qua- tre grandes banques du pays — reste fermée pour l’heure. Pour vérifier leur état de santé, le gen- darmebancaireeuropéen(MSU)va mener sa propre enquête à l’automne : le Parlement grec doit d’ailleurs entériner mercredi cette nouvelle étape. 2 LE RENFLOUEMENT ENVISAGÉ SUFFIRA-T-IL ? Sur le papier, le Mécanisme euro- péen de stabilité (MES) est prêt à injecter 10 à 25 milliards d’euros de fonds propres dans les quatre prin- cipales banques du pays. Le mon- tant réellement nécessaire reste à définir pour au moins deux rai- sons : la première est que le contrôle des capitaux — rendu nécessaire pour éviter un « bank run » mortifère — abîme l’écono- miegrecque :payeretsefairepayer devenant plus difficile, le nombre d’incidents de remboursement de crédit pourrait s’être multiplié. PourRBS,lapartdeprêts« nonper- formants » (NPL) pourrait bondir de 10 à 20 points de base. La seconde raison est que, pour l’heure, les fonds propres régle- mentaires des banques grecques sont constitués en moyenne pour moitié de crédits d’impôt différés (« DTA »). Ce mode de calcul avan- tageux existe aussi en Espagne ou en Italie, mais pourrait être mis en question par la BCE qui cherche au contraire à réduire les exceptions nationales. 3 LES QUATRE BANQUES VONT-ELLES SURVIVRE ? Dans le meilleur des scénarios, le nombre de prêts « non perfor- mants » n’explose pas et le régime des « DTA » est maintenu : dans ce cas, après une intervention à 25 milliards d’euros du MES, le sec- teur serait même excédentaire en fonds propres, selon RBS. Dans le cas opposé, une banque affaiblie pourrait être mise en « résolution » par les autorités européennes — mécanisme pou- vantmeneràlaliquidation,etquele Parlement grec doit intégrer mer- credi en droit national. Mais cette solution n’en serait sans doute pas une : dans ce nouveau régime, les investisseurssontsollicitésenprio- rité pour renflouer la banque. Or, dans le cas grec la « couche » d’actionnairesetdecréanciersàsol- liciter est limitée, si bien que les épargnants et les PME devraient contribuer en faisant une croix sur l e u r s d é p ô t s a u - d e l à d e s 100.000 euros garantis à travers le Vieux Continent. De quoi endom- mager encore plus la fragile écono- mie grecque… Resterait alors à envisager une concentration du secteur ? « Je n’y croispaspourdesraisonsdeconcur- rence : cela reviendrait à limiter le nombredebanquesdequatreàdeux seulement », souligne un analyste bancaire. Deux options pourraient encore être explorées : diminuer la voilure à l’international, à l’image de la Banque du Pirée qui a cédé en mai dernier sa filiale égyptienne. Ou que les investisseurs privés interviennent en direct pour consolider l’édifice. Est-ce un signe avant-coureur ? Dans un courrier dont a pris connaissance l’agence Bloomberg, des créanciers seniors de NBG font savoir qu’ils envisageraient « d’accroître leur engagement financier » à l’égard de cette banque. Une façon d’éviter de perdre encore davantage en cas de problème. n Lesbanquesgrecquesontenfinrouvert,maisleuravenirresteflou Les agences bancaires ont rouvert lundi après trois semaines de ferme- ture. Mais le retour à la normale est encore loin. Le contrôle des capitaux demeure. Les Grecs ne peuvent toujours pas retirer plus de 300 euros cette semaine. Photo AFP Le Premier ministre grec, Aléxis Tsípras, doit encore faire voter ce mercredi deux réformes supplémentaires. Photo Sipa Athènes doit moderniser son marché du travail. Il lui faut aussi définir un programme de privatisation sérieux, à même d’alimenter le fonds de garantie exigé par les Européens. 04// Mardi 21 juillet 2015 Les Echos MONDE
  5. 5. Les Echos Mardi 21 juillet 2015 MONDE//05 Virginie Robert vrobert@lesechos.fr L’accord de Vienne du 14 juillet qui prévoit une levée progressive des sanctions contre l’Iran pourvu qu’il gèlesonprogrammenucléaireaété approuvé lundi par le Conseil de sécurité de l’ONU comme par les ministres européens des affaires étrangères. « Les prochaines semai- nes seront déterminantes », a averti l’ambassadeur français à l’ONU, François Delattre. « Nous jugerons sur pièces de la volonté de l’Iran de fairedecetaccordunsuccès. »S’ilest accepté par le Congrès américain dans une soixantaine de jours, et si l’Agence internationale de l’énergie atomique confirme, en fin d’année, la tenue par l’Iran de ses engage- ments, le pays va retrouver de l’oxygène. Les industriels français ne s’y trompent pas. L’Iran peut devenir un débouché clef pour les acteurs de l’aéronautique, de l’automobile etdel’agroalimentaire.Toutefois,la clausede« snapback »prévuedans l’accord, qui stipule le retour auto- matiquedessanctionsencasdevio- lation, a pu inquiéter certaines entreprises. Ce mécanisme, prévu pour dix ans, devrait être bientôt prorogé de cinq ans. Prêtes à réin- vestir en Iran, les entreprises ne veulent pas perdre le bénéfice de leurs investissements au cas où les aléas de la politique iranienne recréeraien t un danger de nucléaire militaire. Cette clause est surtout« uneincitationforteàceque les Iraniens tiennent leurs engage- ments », explique un diplomate impliqué dans les négociations. Il y a, en effet, un intérêt collectif à ce que l’accord fonctionne et, par conséquent, à ce que le « snap back » ne soit pas mis en œuvre. Ce mécanisme peut être actionné en cas de « non-performance significa- tive » de l’accord, ce qui signifierait de toute manière un scénario de crise. Le Medef prépare une visite pour la fin septembre Toutefois, « si rétablissement des sanctions il y avait, elles ne seraient pas rétroactives et ne vaudraient que pour l’avenir », assure le diplomate. Etdenoterquelerétablissementde sanctions onusiennes, adoptées depuis 2006, n’est pas contraignant pour le financement. Ce sont les sanctions américaines qui ont été les plus drastiques, avecl’expulsion de l’Iran du réseau international de paiement SWIFT dans les années 2000 ainsi que celles de l’Union européenneen2012quiontinterdit toutes relations avec l’Iran. Certai- nes sociétés ont, néanmoins, main- tenu des contacts ou une présence sur place, à l’instar de Total, Peu- geot ou Renault. Une réunion est organiséecemardiauQuaid’Orsay avec une cinquantaine de sociétés pour faire le point et expliquer ce quipeutsefaireoupas.LeTrésoret Bercy travaillent également sur le sujet. Le Medef, qui avait organisé une première visite exploratoire à Téhéran en février 2014, prépare unedeuxièmevisitepourlafinsep- tembre. Laurent Fabius, qui a indi- qué qu’il se rendrait à Téhéran, laisse encore planer le doute sur soncalendrier.Enrevanche,levice- chancelier et ministre allemand de l’Economie, Sigmar Gabriel, était déjàsurplacelundi.Ilanotamment évoquéledroitàlasécuritéd’Israël. Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh a, de son côté, annoncé que seraient dévoilés en septembre « les nouveaux contrats concernant les compagnies pétroliè- res internationales ». Et d’ajouter « la base de tous ces développements est que nos relations bancaires [avec le reste du monde] et les assurances à l’exportation soient activées » de nouveau. « La principale difficulté est de récréer des réseaux financiers efficaces », souligne Alexandre Sudron, cofondateur du cercle Iran Economie. Or, les banques euro- péennes et françaises, en particu- lier celles qui ont une licence ban- caire aux Etats-Unis, sont pour le moment particulièrement réticen- tes à se lancer. L’amende de plus de 8,9 milliards de dollars infligée l’an dernier par les Etats-Unis à BNP Paribas pour des transactions avec des pays soumis à embargo « est dans tous les esprits », rappelait récemment l’agence Reuters. Les banques attendent une symétrie totale de la levée des sanctions aux Etats-UnisetenEurope.LaGrande- Bretagne, l’Allemagne et la France ont demandé des éclaircissements auxAméricainsàcesujet.« Lalevée partielle, après novembre 2014, dans l’aéronautique et pour le fonds sou- verainiranienàl’étrangern’apasété concluante car les flux n’étaient pas là », observe Alexandre Sudron. Dans les mois qui viennent, la con- currence sera forte, non seulement entre Européens et Anglo-Saxons, mais aussi avec les Asiatiques qui ont profité de l’embargo pour pren- dre position. n NUCLÉAIRE Le Conseil de sécurité a adopté lundi à l’unanimité une résolution qui entérine l’accord nucléaire. Les entreprises s’interrogent sur les conditions du retour à la normale. LeConseildesécuritédel’ONUetl’Union européenneapprouventl’accordavecl’Iran Le vice-chancelier et ministre allemand de l’Economie, Sigmar Gabriel (à gauche), a rencontré, à Téhéran lundi, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh. M. Gabriel était accompagné d’une délégation des secteurs économique et scientifique. Photo Ebrahim Noroozi/AP/Sipa « Nous jugerons sur pièces de la volonté de l’Iran de faire de cet accord un succès. » FRANÇOIS DELATTRE Ambassadeur français à l’ONU Sipa 3 QUESTIONS À... PIERRE RABHI Agroécologiste et fondateur du mouvement Colibris « Ilesturgentdeprendre consciencedenotre inconsciencesurl’état delaplanète » Propos recueillis par Joël Cossardeaux jcossardeaux@lesechos.fr François Hollande ouvre ce matin le Sommet des consciences co-organisé au Conseil économique, social et environnemental (Cese) par Nicolas Hulot, envoyé spécial auprès du président de la Répu- blique française pour la protec- tion de la planète, les éditions Bayard Presse et plusieurs ONG internationales. L’objectif est de lancer un appel pour le climat en amont de la COP21, à Paris, notamment par la voix d’une quarantaine de personnalités philosophes, spirituelles, et humanistes. L’agroécologiste Pierre Rabhi fait partie de ces grandesautoritésassociéesàcet événement qui veut secouer les consciences sur les enjeux climatiques. 1 Quel message allez-vous faire porter à ce sommet ? Qu’il faut prendre conscience de notre inconscience. Nous n’arrê- tonspasd’infligerdesdégâtsterri- bles à la nature qu’il faut ensuite répareretqu’ilvaudraitmieuxévi- ter car ils sont préjudiciables au développement humain. Prenez les sols. Tous les jours, des quanti- tés astronomiques de produits chimiques y sont déversées, entraînantleurempoisonnement. Nous sommes vraiment entrés dans un processus mortifère dont nous n’avons pas idée. 2 La prise de conscience collective des dangers du réchauffement est-elle plus forte ? Franchement, je l’ignore. Mais je suis sûr d’une chose c’est qu’il faut sortir des vœux pieux et qu’il y a une urgence absolue à agir aujourd’hui. Tous les jours, la pla- nète perd de sa biodiversité. Son- gez que 60 % de son patrimoine natureladisparu.Unpeupartout, l’état de notre biosphère ne cesse de se dégrader. L’épuisement des ressources halieutiques s’accélère et la désertification avance à grands pas. Prenez l’Afrique. La zone sahélienne, qui sépare le Sahara de la forêt tropicale, conti- nue de s’étendre. Les prélève- ments sur la ressource en bois pour faire du feu sont énormes. Cette situation est extrêmement préjudiciable à l’environnement. La désertification croissante qui s’ensuit a pour effet d’accélérer le réchauffement. Les rayons du soleil ne sont plus absorbés par le couvert végétal qui occupait la région. Il n’y a plus de condensa- tion. L’atmosphère et les sols se dessèchent. Et au final, c’est l’homme qui paie. 3 Comment lutter ? Le simple fait de reboiser ces zonespeutpermettrederalentirle phénomène. C’est en grande par- tielesensdesactionsd’agro-écolo- gie que j’ai menées. L’enjeu est de pouvoir faire face aux besoins ali- mentaires essentiels des popula- tions tout en préservant la nature, voire en la réhabilitant, notam- ment en régénérant des sols très appauvris. Nous y sommes parve- nus au Burkina Faso, où nous avons pu créer un centre de for- mation qui facilite la transmis- sions de techniques agricoles res- pectueuses de l’environnement. Cela fonctionne plutôt bien dans les pays du Sud. Mais ces progrès ne sont possibles qu’avec la mobilisation de tous et ils dépen- dent de prises de décisions politi- ques fortes. n Climat :Parisveutdescompromis« maintenant » Ils sont 40 ministres et chefs de délégation, pas moins, venus du monde entier et réunis depuis ce lundiàParispourpréciserleslignes – pour l’heure encore bien floues – du futur accord qui, mi-décembre, engageratouslesEtatsdelaplanète à en limiter le réchauffement. Une des nombreuses étapes pré- liminaires à la conférence de l’ONU sur le climat, la COP21, qui va se tenir dans la capitale française en décembre prochain. Un rendez- vous informel, qui ne rentre pas danslecalendrierdesnégociations, mais que Laurent Fabius, son insti- gateur, espère plus fructueux que lesprécédents.Ladernièreréunion en date, celle qui réunissait le mois dernier à Bonn les représentants des 195 pays concernés, n’a pas per- misde faire sortirleprojetd’accord de son état de brouillon ouvert à toutes les options. Au grand dam du ministre fran- çais des Affaires étrangères, qui tientàcequelesnégociationsabou- tissent très en amont de la COP21 et non pas dans la dernière ligne droite et sans résultat, comme à Copenhague en 2009. « Ces deux jours,nousallonsessayerd’accélérer la marche vers l’accord », a expliqué lundi devant ses hôtes Laurent Fabius, toujours aussi volontaire, maiségalementlucidesurlatâcheà mener.« Ilnousfaut,nousministres, chercherdèsmaintenantlescompro- mis sur les grandes questions politi- ques qui se posent, et c’est sur cette base que nos négociateurs vont pou- voiravancer »,adétaillélechefdela diplomatie française. Quelques avancées Deux enjeux sont au menu de ce round de négociations d’à peine quarante-huit heures : la réparti- tion de l’effort entre pays riches et pauvres, et le niveau d’ambition du futur accord qui doit s’appliquer à compterde2020.S’agissantdupre- mier point, la confiance est loin de régner. Les pays en développement considèrent que les engagements prisparlespaysdéveloppésnesont pasauniveaudeleurresponsabilité historique dans les émissions de CO2, principales responsables du dérèglement climatique. La Fondation Nicolas Hulot (FNH), qui a pris la mesure des engagements annoncés par 46 pays, en majorité développés, estime que l’on s’oriente vers une hausse de 3 à 4 degrés du thermo- mètre. Un scénario qui n’est pas du tout au niveau des attentes placées dans le futur accord. Celui-ci vise le maintien du réchauffement sous 2 degrés, voire 1,5 degré. La question des financements des politiques climatiques, qui met en jeu la promesse de mobiliser 100 milliards de dollars par an en direction des pays pauvres, est encore plus épineuse. Mais ce dos- sier semble bénéficier de quelques avancées, a indiqué le ministre des Affaires étrangères. Il sera sur la tabledesnégociationsles6et7sep- tembreàParis,puisàLimaenocto- bre,enmarged’uneassembléeFMI- Banque mondiale. Avant de revenir à Paris début novembre pour une ultime « pré-COP ». — J. Co. ENVIRONNEMENT Laurent Fabius réunit à Paris 40 ministres pour enclencher enfin les négociations sur le climat. Laurent Fabius espère que ce rendez-vous informel sera plus fructueux que les précédents. Photo Dursun Aydemir/Anadolu Agency/AFP « L’enjeu est de pouvoir faire face aux besoins alimentaires essentiels des populations tout en préservant la nature, voire en la réhabilitant. »
  6. 6. 06//MONDE Mardi 21 juillet 2015 Les Echos RADIO DE L’ANNÉE 700000 AUDITEURS* #1 #1 Source : Médiamétrie, 126 000, L à V, 5h-24h, 13 ans et + *Avril-Juin 15 vs Avril-Juin 14, AC, +699 000 auditeurs / ** Septembre14-Juin15 / ***AJ15, JM14, ND14, évolution annuelle en AC. Toute la Saison, sur Tous les Critères** : 1ère en Part d’Audience 1ère en Audience Cumulée 1ère en Durée d’Écoute Plus forte hausse de toutes les radios, pour la 3ème fois consécutive*** Merci à tous les auditeurs ! Merci à toutes les équipes ! Présidentielleàhauts risquesauBurundi Yves Bourdillon ybourdillon@lesechos.fr C’est un scrutin controversé et sous haute tension qui se déroule ce mardiauBurundi.Sousl’œilattentif des chancelleries occidentales, qui saventcombienestvolatilelarégion des Grands Lacs où se situe ce pays de 9 millions d’habitants. Le Burundi faisait partie des huit Etats impliqués dans la deuxième guerre du Congo et a été secoué par une guerrecivilequiafait300.000morts entreizeans(1993-2005). C’estd’ailleursl’accordderéconci- liationnationaled’Arushaayantmis fin à ce conflit que le président sor- tant, Pierre Nkurunziza, viole en se présentant à un troisième mandat. Unedécisionjugéeanticonstitution- nelle par les opposants, mais aussi par nombre de dirigeants occiden- taux,notammentlesecrétaired’Etat John Kerry. L’Union européenne menace de suspendre sa coopéra- tion, dans le sillage de la Belgique, l’anciennepuissancecoloniale. « Tous les éléments d’un conflit ouvert sont en place », avertissait récemment l’International Crisis Group. Un diagnostic inquiétant quand on sait que l’histoire du pays a été marquée par des massacres entre Hutus et Tutsis, un classique terrible dans la région, en 1965, 1969, 1972, 1988, 1991 et 1993, même si les tensions actuelles n’opposent pas tant Hutus (l’ethnie du prési- dent) et Tutsis que partisans du parti au pouvoir et opposants. Tentative de coup d’Etat Depuis l’annonce de la candidature de Pierre Nkurunziza, fin avril, les violences ont fait 80 morts, des opposants et des journalistes ont choisi la clandestinité ou l’exil en raison du climat de peur instauré par les milices des jeunes du parti CNDD-FDD présidentiel et le régimeamatémi-juin,pardestirsà balles réelles, six semaines de manifestations. Des militaires ont aussi tenté il y a deux mois, sans succès, un coup d’Etat pour renver- ser Pierre Nkurunziza. Le scrutin a déjà été repoussé à deux reprises et la situation était encore extrême- ment tendue ces derniers jours. L’issue de l’élection ne fait aucun doute, puisque le principal candi- dat d’opposition, Agathon Rwasa, n’a pas fait campagne et conteste par avance la légitimité du scrutin. Dans ce contexte, il est difficile d’imaginer un apaisement institu- tionnel et sécuritaire après le scru- tin. Alors que le pays doit résoudre des problèmes économiques et sociaux cruciaux, aggravés par les troubles récents au point qu’on signale des pénuries de fuel, médi- caments et combustible. Le revenu moyenparhabitantestl’undesplus bas du monde, à environ 20 euros par mois, le chômage sévit et le pays,trèsmajoritairementagricole, n’exporte pratiquement rien. L’aide internationale représente, elle, la moitié des dépenses de l’Etat. n l Le scrutin de ce mardi est dénoncé par la communauté internationale. l La campagne s’est déroulée dans un climat de tension extrême. Le chiffre est spectaculaire, même si les défis à relever sont encore immenses. Un milliard de personnes sont sorties de l’extrême pauvreté en l’espace de quinze ans dans les pays en voie de développement : telle estl’unedesprincipalesconclu- sions du rapport de 2015 des Nations unies sur les Objectifs du Millénaire pour le dévelop- pement(OMD),définisen2000 par son ancien secrétaire géné- ral, Kofi Annan. Al’époque,l’institutioninter- nationale tire la sonnette d’a- larme. Il lui incombe, juge-t- elle, de « faire en sorte que la mondialisation profite à tous et non pas à quelques-uns, que la paix et la sécurité soient le lot de lamajoritéetnonpasdelamino- rité ; que des perspectives s’ouvrentnonseulementpourles privilégiés, mais pour tous les êtres humains, où qu’ils soient. » Pour ce faire, elle se fixe neuf objectifs dans les domaines de l’emploi, l’éducation, la morta- lité,lasantéouencorel’environ- nement. Aussi se félicite-t-elle aujourd’hui des résultats obte- nus, les qualifiant de « mouve- ment de lutte contre la pauvreté le plus réussi de l’Histoire ». La Chine comme moteur La proportion de personnes vivant avec moins de 1,25 dollar parjourestainsipasséede36 % en1990à15 %en2011–unobjec- tif atteint avec quatre ans d’avance sur le calendrier ini- tial. Ce taux devrait chuter à 12 % dès cette année, selon les estimations des Nations unies. Evidemment, cette progres- sion ne s’est pas opérée partout au même rythme. Tirée par sa croissance spectaculaire de- puis plusieurs décennies, la Chine fait office de locomotive. Sous son impulsion, le taux d’extrême pauvreté en Asie de l’Estachutéàseulement4 %en 2015, contre 61 % en 1990. Les progrès de l’Asie du Sud sont presque aussi impression- nants, avec une diminution de 5 2 % à 1 7 % s u r l a m ê m e période ; ils sont en revanche plus lents en Afrique subsaha- rienne, où plus de 40 % de la populationviventtoujoursdans unétatd’extrêmepauvreté,etce malgré des progrès notables. L’Asie de l’Ouest, le mauvais élève A rebours de ces tendances, l’Asie de l’Ouest, qui comprend essentiellement les pays du monde arabe, dont certains sont en pleine crise (Irak, Syrie, Yémen), joue les mauvais élè- ves.L’extrêmepauvretéyapro- gressé de 1 point entre 2011 et 2015. Il est vrai qu’elle y était aussi beaucoup plus faible, les personnes vivant avec moins de1,25dollarparjournerepré- sentant que 3 % de la popula- tion de cette zone. Par ailleurs, 60 % du milliard de personnes encore considérées comme extrêmement pauvres vivent dans seulement cinq pays : l’Inde, le Nigeria, la Chine, le Bangladesh et la République du Congo. « Parmi le milliard de person- nes vivant toujours dans une extrême pauvreté, on ne sait pas combien il y a de femmes et de filles », indique le rapport. Mais elles sont plus susceptibles de vivre dans des conditions pré- caires dans 41 pays sur les 75 disposant de données fiables et souffrent de discriminations danslesdomainesdelasantéet de l’éducation. Les effets négatifs de la crise La réduction de la pauvreté allant de pair avec la situation de l’emploi, les Nations unies s’inquiètent pourtant : «L’em- ploi ne se développe pas assez v i t e p o u r a b s o r b e r u n e main-d’œuvre en augmenta- tion.» La cause ? Le ralentisse- ment de l’économie mondiale et « une accentuation des inéga- lités et des perturbations finan- cières ». Quelque 204 millions de personnes en âge de tra- vailler demeurent ainsi sans emploi en 2015, soit 31 millions de plus qu’avant la crise écono- miquede2008.Labataillecon- tre la pauvreté, estime enfin le rapport, ne sera gagnée que si les pays en développement, et au premier chef les BRICS, renouent avec une croissance « durable et inclusive ». — A. L. L’extrêmepauvreté reculedanslemonde Dans les pays en voie de développement, 1 milliard de personnes ont passé le seuil de 1,25 dollar par jour en quinze ans. AFRIQUE L’ONU parle de « mouvement de lutte contre la pauvreté le plus réussi de l’histoire ».
  7. 7. LeLivretAn’estpasunproduitd’épargne commelesautres,onlesait.Avec l’assurance-vie,c’estmêmeleplacement préférédesFrançais.Danscesconditions, ramenersarémunérationà0,75 %,une premièreenprèsdedeuxcentsans d’histoire,nepeutpaspasserinaperçu.Mais unrapidecalculpermetdemesurerl’impact réeldeladécisionquevientdeprendre legouvernement.Ilserade65centimes d’europarmoispourlesdétenteursd’un LivretAmoyen.Mêmepasleprixd’une baguette !C’estdiresilesprécautions d’orfèvrequ’aprisl’exécutifavantd’acter cettedécisionsontdisproportionnées.C’est direaussisilapolémiquequecettebaisse nevapasmanquerdesouleverdansles prochainsjoursaunomdeladéfensedu pouvoird’achatdesFrançaisseradénuée defondement.D’autantquecequipeut apparaîtrecommeunmauvaiscoupporté auxépargnants–uneimpressionàrelativiser,puisqueson rendementseraencoreplusdedeuxfoissupérieuràl’inflation, cequin’apasdûluiarriversisouvent !–estsurtoutunebonne nouvellepourl’économiedupays. Enfait,dansunmondeoùl’inflationestquasinulleetlestaux directeursdesbanquescentralesguèreplusélevés,rémunérerà 1 %unplacementliquideetgarantiestdoublementaberrant. D’abord,celarevientàorienterartificiellementl’épargneversun produitsansrisqueauprixd’unesubventioncoûteuse.Unnon- sens,quandlalogiqueéconomiquecommandedeproportionner larémunérationd’unplacementàsonniveauderisque.Alorsc’est vrai,danscertainscas,cetteoptionpeutavoirdusens.Siles sommescollectéess’investissentdansdesprojetsporteurspourle pays,cevolontarismepolitiquepeutmêmeêtrepayant.Mais,avec leLivretA,c’estlecontrairequisepasse.C’estlàlaseconde aberration.Surrémunérée,l’épargnecollectéenepeutpasêtre prêtéeàdestauxdemarchéauxorganismesHLMauxquelselle estpourtantdestinée.Elleesttropchère !Pourconstruiredes logementssociaux,cesderniersontdoncintérêtàallersefinancer ailleurs.Résultat,lesfondsduLivretArestentinutilisésetviennent grossirletrésordeguerredelaCaissedesDépôtsetConsignations aulieud’irriguerl’économie.Enserésolvantenfinàégratignerla vachesacréeduLivretA,legouvernementfaitdoncunpasdansla bonnedirection.Unpetitpas,certes,puisquelabaissedutauxse limiteàunquartdepoint,quandlerespectdesrèglesauraitdû conduireaudouble,maisquivapermettredecorrigerletir.Ilétait temps,aprèstroisannéesd’erreursensériequiontfaitduLivretA uneformidablemachineàstériliserl’épargnedesFrançais. ( Lire nos informations Page 24 L’ÉDITORIAL DES « ÉCHOS » LivretA :pourquelques eurosdemoins Rémunérer à 1 % un placement liquide et garanti est une double aberration. Par François Vidal DANS LA PRESSE ÉTRANGÈRE égalité, estime le « New York Times ».Cetteconfiancedansle gouvernement nigérian est essentielle à l’accroissement de l’aidemilitaireaméricainedans la lutte contre le groupe terro- riste, l’un des grands enjeux de cette rencontre. Soucieux d’obtenir une aide militaire des Etats-Unis, le Nigeria devrait démontrer qu’il est dans leur intérêt de se joindre à l a l u t t e antiterro- riste. Cela, alorsqueBokoHarams’estrap- proché du groupe Etat islami- que en mai. « Si le Nigeria tombait aux mains de Boko Haram, le chaos syrien serait un jeu d’enfant » en comparaison, avertit le journal new-yorkais. Mais Muham- madu Buhari devrait surfer sur l’intérêt actuel des Etats-Unis poursonpaysetallerplusloin : ceux-ci ont également les moyens d’aider à combattre la corruption, l’autre fléau qui gangrène la première écono- mie africaine. —L. D. • Cela ne peut pas être pire qu’avec Goodluck Jonathan. C’estcequepensele« NewYork Times » de la rencontre entre son successeur au poste de président du Nigeria, Muham- madu Buhari, et Barack Obama, qui devait avoir lieu à la Maison-Blanche lundi. Passage obligé pour les nouveaux présidents – les trois derniers, à peine élus, se sont pliés à ce rituel – cette ren- contre constitue une opportu- n i t é p o u r M u h a m m a d u Buhari,éluenmars,derelancer les relations bilatérales. Dété- riorées sous l’ancienne prési- dence nigériane, elles se sont tendues davantage lorsque les Etats-Unisontrefusédefournir des armes à Abuja pour lutter contre Boko Haram. Les Amé- ricains se disaient alors préoc- cupésparlesexactionscommi- ses par l’armée régulière. Le gouvernement nigérian doit donc atteindre un nouvel équilibre alliant confiance et LeNigeriavientàWashington chercherl’appuidelaMaison-Blanche LE POINT DE VUE de Nicolas von Bülow L’Europedoitseressaisir faceàlarévolution numérique répondantdeséquivalentseuropéens–, tout a changé dans les vingt dernières années. La prédation est désormais à quasi-sens unique. La valeur ajoutée, les emplois de haut niveau, les sièges sociaux, la recherche, les moyens d’action seront là où les leaders indus- trielssontinstallés,c’est-à-direàcejour en Amérique du Nord et, dans une moindre mesure, en Asie. Certes, ces dernières années sem- blent marquer une prise de conscience collective ; de la part des pouvoirs publics, des entreprises traditionnelles et, de façon bien plus importante encore, par les nouvelles générations d’actifs. Le mouvement est extrême- ment notable, plus particulièrement depuis quatre ou cinq ans. Mais il est à craindre que cela ne soit pas suffisant facelabrutalitéduprocessusengagé,et il faudra un effort d’une ampleur bien plus considérable, sans commune mesure avec ce qui est à l’œuvre aujourd’hui, si l’Europe souhaite ne serait-cequerééquilibrerpartiellement les positions à moyen terme. La ques- tiondunumériqueaété,jusqu’àmainte- nant,comprisecommeunethématique parmi d’autres, un champ d’action plus ou moins prioritaire de nos politiques économiques.Orlaquestionn’estpasde cette nature ; elle est et sera la colonne vertébrale des grandes et des petites transformations à venir pour très long- temps encore. A cet égard, puisque l’enjeupourl’Europeestd’êtreunacteur de ces dernières, il semble impératif de reconsidérer entièrement notre appro- che et de faire de ce sujet l’horizon cen- tral de notre réflexion économique. Nicolas von Bülow est partner chez Clipperton Finance. inimaginables dix ou quinze années en arrière. Google, Tripadvisor, Apple (750 milliards de dollars de valeur, soit 30 fois celle de Renault), Uber (40 mil- liards de dollars), Facebook, Alibaba (215 milliards de dollars), Airbnb (dont lavaleurestiméedépassecelled’Accor) ou Kayak sont les résultats immédiats de ces déplacements de valeur et en accaparent la substance. Mais, en réalité, le numérique recou- vre un phénomène bien plus vaste. Il n’est rien de moins qu’une nouvelle clef d’entrée pour notre système économi- que et social : Google et Tesla, par des approches très différentes, vont trans- former en profondeur le secteur auto- mobile ; SpaceX a contraint Arianes- pace à revoir l’ensemble de ses programmes de développement ; Apple et d’autres vont inévitablement modifiernotrerapportàlasanté,etpar conséquent également notre système desanté ;mêmenotresystèmeéducatif, si stable dans son organisation depuis cent cinquante ans, sera inévitable- ment transformé de fond en comble dans les décennies à venir. Or le problème auquel nous faisons face est somme toute extrêmement prosaïque : l’Europe a été au cœur et à l’origine de toutes les grandes transfor- mations industrielles et technologi- ques. Mais la nouvelle donne économi- que portée par le numérique a engendré des stratégies de développe- ment d’une rapidité et d’une amplitude inenvisageables auparavant, condui- sant du même coup à une concentra- tiondemoyensquil’étaienttoutautant. Là où s’instituait, du moins dans l’his- toirerécente,unesorted’équilibreentre les économies occidentales – aux insti- tutionsetauxgroupesnord-américains Il y a vingt ans, à peu de chose près, unévénements’estproduit ;unévé- nement d’une nature différente de ceux auxquels on aimerait pouvoir le comparer et qui l’ont précédé, différent par ses ramifications économiques, politiques ou sociales, différent surtout parce qu’il ne saurait être réduit à ses actionsouàseseffets,parcequecesont l’ensemble de ses dimensions, la portée et la profondeur de son emprise sur notre monde qui en font ce moment si particulier. Cet événement, on le résume en un mot : le numérique. En tant que principe technique, il n’a rien de nouveau. Dans son acception récente, en revanche, il est le produit d’une concomitance de facteurs géné- ralisésdanslesvingtdernièresannées : la numérisation des contenus quelle qu’en soit la nature ; la mise en réseau systématique, celle-ci s’étendant pro- gressivement à tous les processus et tous les utilisateurs ; le temps réel, rendupossibleparlesprogrèsdel’algo- rithmique et l’accumulation exponen- tielle des capacités de calcul. La trans- formation induite a été et continue à être d’une ampleur radicalement nou- vellepournoséconomies,notreorgani- sationsocialeetpolitique,nosmodesde vie.Tout ceciest biensûréminemment connu, mais c’est l’ampleur de cette transformation et de ses conséquences qui sont terriblement sous-estimées en Europe, et particulièrement en France. Son produit immédiat est pourtant aisément lisible : une simple action sur unréseaumatérialiseunfluxéconomi- que et se traduit en un transfert de valeur ajoutée, de quelques poussières de centimes à quelques dizaines d’euros, des milliards de fois par jour, d’une façon et à une échelle qui étaient La nouvelle donne numérique profite largement à l’Amérique du Nord, qui concentre l’essentiel des entreprises, de la valeur ajoutée et des emplois hautement qualifiés du secteur. Un défi majeur que l’Europe doit relever pour ne pas se laisser distancer. Le Point de vue Face à la radicalisation, des solutions européennes Art et culture L’exquise balade tyrannique de Rimini Protokoll Le Roman de l’été Brunch à Matignon (6/14) La Science face aux grandes énigmes Le linceul de Turin, faux ou authentique ? La French touch des architectes Le luxe écolo du Six Senses Con Dao SOMMAIRE L’importance du numérique a été clairement sous-estimée en Europe. Il faut en faire le pilier de nos stratégies industrielles. Shutterstock-«LesEchos» Les Echos Mardi 21 juillet 2015 //07 idées&débats
  8. 8. 08//IDEES & DEBATS Mardi 21 juillet 2015 Les Echos art&culture L’exquisebaladetyrannique deRiminiProtokoll Un étrange attroupement stationne au cimetière du Père-Lachaise.Destouristes venus s’extasier en masse devant la beauté de notre patrimoine ? Presque. RiminiProtokollnousinvite à redécouvrir la capitale sous la forme d’une visite guidéeàviséepolitiquedanslecadredeParis Quartierd’Eté.Souscouvertd’uneexcursion détendue, le collectif allemand enclenche une réflexion pertinente sur la démocratie, l’instinct grégaire, le rapport à la nature et à la technologie, la soumission au collectif dans« RemoteParis ». Pendant deux heures, Margot puis Bruno assurent dans leur rôle de « bergers sans visage ».Cebinôme,purementvirtuel(grâce à des casques), oriente le troupeau de cin- quante moutons dans le nord-est parisien. DuBellevillechinoisenpassantparl’hôpital Saint-Louis,nousvoilàembarquésdansune aventurequinécessitedesolideschaussures demarche.Sousunefournaiseimpitoyable, ponctuée d’averses bienvenues, la « horde » déambuleselonunpérimètrebienétabli. Loin d’être contemplative, la promenade initiéeparRiminiProtokollinciteàrepenser la notion même d’individu au sein d’un groupe.Commentsecomporteràl’intérieur d’une communauté ? Faut-il suivre le meneurouserebeller ?Ironiqueetingénuà la fois, notre tandem vocal souffle à nos oreilles de fausses alternatives : pervertis- sant le principe du « Livre dontvousêteslehéros »,les Allemands semblent octroyerunepseudo-liberté pourmieuxsouligneràquel point nous sommes définis par notre attachement aux règles. BigBrotherauditif Difficile de sortir du rang lorsque la bride serre autant le cou… Tels des chiens dociles, les spectateurs-acteurs se conforment aux invectivessansbroncher.Lesdictateursinvi- sibles exercent leur emprise d’une main de fer. Pourtant, « Remote Paris » offre parado- xalement une réappropriation du territoire par une confrontation directe entre l’espace vert,l’urbanitéparisienneetl’envahissement desnouvellestechnologies.Servitudevolon- taire, certes, mais non dénuée d’émerveille- ment. La force de la meute crée un cocon sécurisantaumilieudelafoule :liésletemps de cette visite, nous formons une entité dis- parateallantdelafilletteaujeunecouple,en passantparlespersonnesâgées. RiminiProtokollexpérimenteavecintelli- gence le principe de solidarité éphémère : lançantdesdéfisloufoquesauxparticipants (faire une ola, se lancer dans une course effrénée, danser sans criergare ou chanton- ner « Viens, je t’emmène »), le collectif démontre que malgré cette tyrannie fictive, l’individu sait engendrer une belle synergie. Esclavesmaispastrop ! — T.N.H.R Le temps d’une balade dans le nord-est parisien, les visiteurs expérimentent une solidarité éphémère, à travers, notamment, des défis loufoques. Photo Expander Film THÉÂTRE Remote Paris de Rimini Protokoll, Paris Quartier d’Eté, départ cimetière du Père- Lachaise. Jusqu’au 8 août. (01 44 94 98 00). 2 heures. LE POINT DE VUE de Rachida Dati Faceàlaradicalisation, dessolutions européennes L’indignation planétaire suscitée par les attentats du 26 juin nous rappelle que le combat face à cette barbarie criminelle est universel. La concomitance des attentats dans l’Isère,àSousseetdansunemosquéeau Koweït nous l’a tristement prouvé. Ne tombons pas dans le piège de Daech qui confessionnalise cette lutte pourradicalisermortellementunepar- tiedelapopulationcontreuneautre.Ce n’est pas un modèle confessionnel qui veut s’imposer à nous. Ce sont des indi- vidus radicalisés par des barbares qui dévoientl’islam,ens’enservantcomme une « cause ». Attentat après attentat, nous le vérifions hélas. La France ne s’en sortira pas seule. L’Europeconstitueunesolutionfaceau terrorisme et à la radicalisation. Aujourd’hui, trop souvent, nous avan- çons en rang dispersé, au détriment de notresécuritéetàlagrandesatisfaction des terroristes. AuParlementeuropéen,j’aiétéchar- gée d’un rapport sur la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens européens par des organisa- tions terroristes. Il y a, aujourd’hui, 4 actions prioritaires à mener : 1. Agir contre la radicalisation par Internet, véritable camp d’entraine- mentvirtuel :deseffortsontétéfaitspar lesgéantsduNetpourretirerdesconte- nus faisant l’apologie du terrorisme, mais trop lentement. Je propose que leur responsabilité pénale soit engagée en cas de manque de coopération rapide.Ilsdoiventégalementparticiper à développer un contre-discours, en agissantsurleréférencementpourque ces messages puissent être promus. 2. Développer le renseignement pénitentiaire : un rapport récent a mis en lumière ses failles. A Fresnes, une expérimentationestmenéedepuisquel- ques mois : elle consiste en une mise à l’écart des détenus radicalisés, dans le butd’éviterl’impositiond’unecontrainte radicale sur les autres détenus. Cette expérimentation doit être généralisée ! Le personnel pénitentiaire comme les aumôniers doivent bénéficier d’une for- mation adéquate afin qu’ils puissent détecter les comportements radicaux et connaître leur processus. Le renseigne- mentainsirecueilliseraitmieuxanalysé etmieuxutilisépourprévenirlaradicali- sation, le passage à l’acte et découvrir d’éventuelsréseauxorganisés. 3. Assécher le financement du ter- rorisme : dans mon rapport, j’exhorte la Commission européenne, réticente pour l’instant, à proposer une législa- tion pour mieux détecter les circuits de financementduterrorisme.Ilfautaussi développer une relation plus étroite et plus franche, notamment avec les pays du Golfe. J’ai écrit à leurs dirigeants pourleurdemanderdescomptessurles mesures prises pour une meilleure transparence de leurs flux financiers extérieurs, notamment en Afrique sub- saharienneetenEurope.LesEtatseuro- péens doivent d’ailleurs être responsa- bilisés en affichant une transparence dans leurs relations avec ces pays et sur lessommesvenuesdecespaysverséesà des organisations et des associations. 4.Enfin,ilyaunsujetd’intégration qui ne peut être éludé. Depuis trop longtemps nous avons cyniquement contribué à la ghettoïsation qui a con- duit au communautarisme, qui s’est transforméenradicalisation,pourfinir en barbarie ! En 1995, l’affaire Khaled Kelkal était la première alerte que nous avons sous-estimée ! Nous devons refonder l’instance représentative des musulmans de France. Que tous nos compatriotes musulmans puissent y être représentés, s’yretrouversansdevoirfaireallégeance à un pays étranger. Revenons, égale- ment, à une interprétation apaisée et ouverte de notre principe fédérateur de laïcité.Enfaisantlecontraire,enconfes- sionnalisant les attaques barbares, on donnedesarmesauxindividusradicali- séspourtenterdejustifierl’injustifiable. Dans ce combat, soyons de ceux qui proposentetagissentplutôtquedeceux qui divisent et aggravent la situation. Rachida Dati est députée européenne. La responsabilité pénale des géants du Net doit être engagée en cas d’apologie du terrorisme. La Commission doit proposer une législation afin de détecter les circuits de financement. LE POINT DE VUE de Norbert Gaillard Pourquoil’accordsur laGrèceestintenable L’accord auquel le gouvernement grecd’AléxisTsíprasetlescréan- cierseuropéensontaboutilundi 13 juillet a permis très provisoirement d’éviter le Grexit. Cependant, plusieurs facteurs laissent penser que le troi- sième plan d’aide à la Grèce (qui serait compris entre 82 et 86 milliards d’euros) est voué à l’échec à plus ou moins brève échéance. Première faiblesse fondamentale de l’accord : le gouvernement grec et les dirigeantseuropéensnesontpasparve- nus à provoquer un choc de confiance immédiatquiauraitredonnécourageà la population grecque, facilité l’adop- tion de l’accord par le Parlement hellé- nique et restauré l’image quelque peu ternie des institutions européennes. Ce choc aurait pu avoir lieu si le compro- misdu13juilletavaitréuniaumoinsles deux conditions suivantes. D’une part, un relèvement du plafond des aides d’urgence de la BCE afin d’assurer une réouverture des banques grecques avant le vote à la Vouli. D’autre part, l’instauration par les créanciers euro- péens d’un moratoire de quelques semaines ou quelques mois sur le rem- boursement de la dette publique. Cette option était d’autant plus envisageable que le compte rendu du sommet de la zoneeurofaitexplicitementréférenceà « unallongementéventueldespériodes de grâce et des délais de rembourse- ment » (page 6). Ensuite, à très court terme, les ris- quesderemiseencausedel’accordsont nombreux. Côté grec d’abord. Une par- tie de Syriza s’est rebellée contre Aléxis Tsípras et la Vouli n’a voté l’accord qu’avec l’appui des conservateurs, du centre-gauche et des socialistes. Une recomposition de la majorité parle- mentaire est nécessaire. L’organisation de nouvelles élections retarderait la miseenœuvredesréformesetpourrait avoir raison de la patience des créan- ciers. Par ailleurs, la situation politique demeure très instable : l’intensification des manifestations, des grèves ou des émeutesprécipiteraitsansdoutelasor- tie de la Grèce de la zone euro. Côté européen, les incertitudes ne man- quent pas. Un vote négatif d’une Cham- brebasse dans l’undesEtatscréanciers (par exemple en Autriche, Estonie, Irlande, Lettonie ou Slovaquie) bloque- rait l’application de l’accord pour une durée indéterminée. Enfin, à un peu plus long terme, ce sontlesobjectifscontenusdansl’accord du13juilletquiapparaîtrontinatteigna- bles. Premièrement, les privatisations ne permettront pas de dégager 50 mil- liards d’euros. A supposer que l’on se rapproche d’un tel montant, les senti- ments nationalistes du peuple grec seront exacerbés. Deuxièmement, le coût de la recapitalisation des banques est incertain et il faut s’attendre à une concentration du secteur qui inquié- tera les épargnants. Ce n’est pas un hasard si l’accord gréco-européen pré- voit « la transposition de la directive relative au redressement des banques et à la résolution de leurs défaillances » (page 2). Troisièmement, la Grèce ne remboursera pas sa dette publique car elle est insoutenable. Le FMI et Mario Draghi l’ont récemment rappelé. Comme je l’analyse dans mon dernier ouvrage (« When Sovereigns Go Ban- krupt », Springer, 2014), les politiques d’austérité peuvent porter leurs fruits à condition d’être lancées suffisamment tôt et couplées à une dévaluation et/ou une restructuration de dette. Dès lors qu’Athènesnepeutbénéficierd’aucune de ces deux mesures « complémentai- res », elle semble condamnée à un défaut de paiement massif. Finalement, les quinze années que la Grèce aura passées dans la zone euro laissent un goût amer. Jusqu’en 2009, lesdirigeantsgrecseteuropéenssesont allègrement affranchis des règles du pacte de stabilité et de croissance. Les considérations politiques ont prévalu sur la discipline économique et budgé- taire avec les conséquences néfastes quel’onconnaît.Depuis2009,enrevan- che, la logique comptable et financière est devenue prépondérante, au détri- ment d’une vision communautaire claire et consensuelle. Une fois que la page grecque aura été tournée, il sera plus que temps de repenser la gouver- nance de la zone euro. Norbert Gaillard est économiste et consultant indépendant. L’instabilité politique grecque menace l’application du nouvel accord. La Grèce ne remboursera pas sa dette publique car elle est insoutenable. Latournéedeladette desTréteauxdeFrance Philippe Chevilley pchevilley@lesechos.fr Lesmotsexplosentcomme des pétards dans la cour de l’espace Jean-Baptiste Niel de Valréas : « Enfin qu’y a-t-il de déshonorant à devoir ?Est-ilunseulEtaten Europe qui n’ait des dettes ? » Balzac, en 1840, aurait-il eu la prescience de la crise grecque ? Un rire malin secoue les gradins. Le public, ravi, constate que ce « Faiseur » qui vient tout juste de commencer n’est pas un vaudeville poussiéreux signé de l’auteur de la « Comédie humaine », mais une fable trèsenphaseavecnotretemps.Alatêtedes Tréteaux de France depuis quatre ans, Robin Renucci en offre une version cin- glante, jouant avec les codes de la farce, du grotesque,jusqu’aucauchemar–lecauche- mar de la finance folle. Cespectacleencoreenrodage(aufestival desNuitsdel’enclavedespapes,àValréas,il était représenté pour la sixième fois seule- ment)estpromisàunelonguecarrièredans les villes et les villages de France. Une vraie tournéedeladetteproposéeparRenucciet sa troupe itinérante ! Décor passe-partout astucieux (parquet nu, tableau de maître et lustreencristalposésausol,quelquesmeu- bles), costumes précieux pour une esthéti- queàlaDaumier :Mercadet,lespéculateur, safamilleetsescréancierssontlescaricatu- res d’une société qui s’eni- vreaucapitalismenaissant. La Bourse est un théâtre Lemetteurenscènerajoute une pointe de dérision en créant un effet de théâtre dans le théâtre : tous les comédiens restent au bord du plateau et jaillissentquandc’estleurtourdejouer.Mer- cadet(irrésistibleBrunoCadillon),l’homme d’affaires ruiné qui compte se refaire en mariantsafille(trèslaide)àunbeauparti,est avant tout un formidable comédien dont le théâtre est la Bourse. Mais il ignore que le jeune La Brive qu’il a choisi comme futur mari est aussi bon acteur et « faiseur » que lui. Ce jeu de dupes, mené tambour battant par une troupe affûtée, s’emballe jusqu’au vertige.Lebaldescréanciersdevientsabbat, lasonnettedelaportenes’arrêteplusdetin- ter, les sourires se transforment en grima- ces… Et ce n’est pas le deus ex machina final qui va inverser la vapeur. Les femmes peu- ventbienchanterletriomphedel’amour,les hommes, survoltés, crient plus haut, plus fort,lavictoiredel’argent. Malgrédeslongueurs,unrythmeencore un peu flottant, « Le Faiseur » des Tréteaux séduitparsafougueetsonhumourcarnas- sier. Ne comptez pas sur Renucci et Balzac pour réconcilier la France profonde avec la finance. n THÉÂTRE Le Faiseur d’Honoré de Balzac, M.S. de Robin Renucci. Tournée en France. Résidence à la Cartoucherie de Vincennes en juin 2016. 2 heures. LES ARTICLES LES PLUS LUS SUR LESECHOS.FR 1 - Les trois premiers Rafale livrés à l’Egypte 2 - La Chine révèle l’ampleur de ses réserves d’or 3 - Impôts : pourquoi les Français ne croient toujours pas à la pause fiscale 4 - Caen : les éleveurs en colère 5 - Sarkozy tente de faire oublier ses ratés sur la Grèce
  9. 9. LE ROMAN DE L’ÉTÉ BRUNCHÀMATIGNONDIMANCHE12JUILLET,12H30… A u fond de l’immense jardin de l’hôtel Mati- gnon se trouve une petite bâtisse qu’on appelle le « Pavillon de musique » et qui per- met au Premier ministre de recevoir discrètement des convives : ils entrent, non par l’entrée principale et officielle de la rue de Varenne, mais par une porte discrète sise rue de Grenelle. Une table avait été dressée devant ce Pavillon. Il y avait Stéphane Fouks et son épouse, le Premier ministre, sa compa- gne Anne Gravoin et une petite dizaine d’amis parmi lesquels Daniela Lumbroso et son mari, le patron d’Europe 1, Denis Olivennes, bedonnant et rigolard, Louis Dreyfus, le patron du « Monde », maigri- chon et sépulcral, leurs compagnes, Isabelle Giordano et son mari, Zaki Laïdi, « l’intellectuel » de Matignon, Fleur Pellerin et son époux. Ils brunchaient. Les enfants s’égayaient dans le parc. Les lunettes de soleil et les chapeaux de paille étaient de sortie. C’était fausse- ment décontracté, car même les plus apparemment blasés se pinçaient en se disant : « Je prends un brunch à Matignon, quoi ! et se sentaient ainsi « arrivés » dans la vie. Manuel Valls prit Fouks par le bras et l’emmena à l’écart. – Je ne comprends rien à ce qui se passe. François a eu un accident vasculaire cérébral. D’après ce que je sais, il est sorti avec zéro séquelle. Mais je sais, aussi, qu’ils le trouvent tout tourneboulé. Pas dans son état normal. Apparemment, il souffrirait d’une amnésie partielle. – Il se souvient qu’il est mou du genou au moins, rigola Fouks. – Il consulte des personnalités cet après- midi, poursuivit Valls, qui avait feint de ne pas entendre et respectait le président de la République même en privé, par un souci extrême de l’étiquette républicaine, mais qui et pourquoi, mystère ? – Ça me paraît évident, reprit sérieuse- ment Fouks, qui comprenait que l’heure n’était pas à la galéjade, et à qui tout paraissait toujours évident, du moins le prétendait-il. – Il a pris cher. Tout à coup, tu vois la vie autrement. Tu relativises. Alors tu te dis : faut que je profite de l’existence. Glo- balement, il est mal barré. Le chemin qui le mène à la réélection ressemble au chas d’une aiguille. Donc, il va vouloir sortir en beauté. Et peut-être plus tôt que prévu. Il va vouloir s’effacer. C’est ton heure. Je te l’ai dit. Main- tenant, faut que tu passes la surmultipliée. – Ce n’est un mystère pour personne que je serai candidat à la présidence de la Répu- blique si François Hollande ne se repré- sente pas. – J’ai ton slogan de campagne : “Avec Manuel, on y va.” – Mais ça ne veut rien dire. – Justement. C’est fait pour. Ah t’es bouché toi des fois. Oui, ça ne veut rien dire parce que tu dois ras- sembler et pas cliver. Ça veut dire : moi, c’est moi, votez pour une personna- lité, pas un parti. Tu com- prends, c’est fini, les partis, les idéologies. On va avoir le match Sarkozy le Vieux contre Sarkozy le Jeune. Et alors là, la raclée que tu vas lui mettre. – Tu vas trop vite, Stéphane, tu vas trop vite. Je dois d’abord voir François et le sonder. S’il veut se retirer, il fera tout pour me mettre en selle, donc je dois faire ça avec lui. – Tu es d’une naïveté… Tu crois qu’il voudra un successeur jeune et puissant de son camp, qui, rétrospectivement, dévaluera son quinquennat à lui ? Tu rêves. – François n’est pas comme ça. Ce n’est pas un pervers. – Parce que tu crois qu’on peut devenir président de la République sans être pervers ? – Je n’ai aucune chance alors ? – Si, car je suis là. Stéphane était ravi de son bon mot narcissique. Plus généralement, il était ravi de lui. Ils retournèrent vers les invi- tés qui faisaient cercle autour d’Anne, laquelle amusait la galerie en racontant des anecdotes sur sa tournée avec Johnny, dont elle était le premier violon. Elle était en train d’entonner « Quoi ma gueule » quand Manuel se joignit à eux. Pendant ce temps, dans le petit hôtel particulier des Sarkozy à Auteuil, on chantait aussi. Didier Barbelivien, Louis Bertignac et Carla avaient sorti les guita- res, Jean-Louis Aubert, Florent Pagny et Emmanuelle Seigner faisaient les chœurs, et tout cela accompagnait gaie- ment Mick Jagger, qui attaquait « Paint it Black ». Mick était de passage à Paris et Carla avait décidé de lui fêter son anni- versaire un peu en avance et par surprise en réunissant quelques copains. Un bœuf avec Jagger : personne n’avait dit non ! Raphaël Enthoven parlait sérieuse- ment avec Philippe Val, le premier étant un philosophe qui essayait d’être journa- liste, le second un journaliste qui préten- dait être philosophe. Louis Garrel comp- tait fleurette à la nouvelle fiancée d’Enthoven et les Balkany, tout heureux d’être là, n’étaient pas les derniers à chanter. Polanski, seul dans son coin, regardait tout cela ironiquement. Il faisait beau, un bon vin blanc de Chablis coulait à flots, tout le monde s’amusait. Nicolas Sarkozy, lui, bavardait avec Giacometti, son expert en communica- tion et Sébastien Proto, son Macron, un inspecteur des finances devenu ban- quier et qui dirigeait ses experts. – Apparemment, Hollande est revenu à lui et à l’Elysée. Il s’apprête à annoncer quel- que chose de fort. D’après ce que m’a dit Bolloré, qui le tient de Fouks, Valls est persuadé qu’il va démission- ner et le mettre en piste. Il rêve le Manolo ! Hollande n’a pas fait tout ça, toute une vie à s’appuyer les cons de Solferino, tous les crachats, toutes les injures, tous les mépris, pour lâcher l’affaire maintenant qu’il a les manettes. C’est une blague ! A mon avis, c’est l’inverse. Il va dissoudre. Comme ça, la droite gagne, elle se tape l’impopularité et, lui, il essaie de nous la faire à l’envers, façon Mitterrand en 1988 : il se présente dans deux ans tout vierge. C’est “l’Immacu- lée Dissolution”. Donc, il faut se préparer aux législatives. – J’ai ton slogan, dit Giacometti, pas peu fier de sa trouvaille : “Avec Nicolas, on y va.” Sarko resta une seconde interdit. Il regardait Giacometti. – Tu te fiches de moi ? dit-il sévèrement. – Laisse-moi t’expliquer une seconde, reprit le communicant. – Parce qu’il faut un mode d’emploi pour comprendre ? dit Sarkozy. – Non, mais ça centre tout sur toi, ta personnalité, ton énergie. Il espérait, en flattant l’ego de son chef, retourner la situation. – Bon, alors, reprit Sarkozy, la fine équipe de créatifs qui t’a trouvé ce slogan génial après des heures de labeur, si j’étais toi, je les mettrais dans un programme de reconversion professionnelle vers, je ne sais pas moi, la plomberie-zinguerie, enfin un truc du genre. Si eux, ils sont créatifs, moi je suis Chagall. Bon allez, les enfants, allons-nous amuser et chanter un peu, ça va nous faire du bien. Les choses sérieuses commencent demain matin. Demain, à l’aube, c’est à cheval et sabre au clair. » M Septième épisode à suivre demain : « Les Grands Esprits » Par le Baron de Méneval Sous ce pseudo se dissimule un familier du pouvoir et de ceux qui l’occupent, dont l’identité surprendrait et amuserait beau- coup, ô lecteur, si nous pouvions la révéler... Illustrations Louise Lebert Victime d’un AVC, François Hollande a retrouvé tous ses moyens, mais a effacé de sa mémoire les trois premières années de son mandat. Un homme nouveau occupe le palais de l’Elysée. « Le chemin qui mène François à la réélection ressemble au chas d’une aiguille, dit Fouks à Valls. Donc, il va vouloir sortir en beauté. Et peut-être plus tôt que prévu. Il va vouloir s’effacer. C’est ton heure. Je te l’ai dit. » Anne Gravoin, Louis Dreyfus, Denis Olivennes, Stéphane Fouks et Manuel Valls. Photos AFP ; Shutterstock LA DÉMENCE DE FRANÇOIS 6/14 SUR LE WEB Si vous avez raté les précédents épisodes de votre roman de l’été, retrouvez-les sur www.lesechos.fr/ roman-ete Les Echos Mardi 21 juillet 2015 IDEES & DEBATS//09 le roman de l'été
  10. 10. 10//IDEES & DEBATS Mardi 21 juillet 2015 Les Echos Yann Verdo yverdo@lesechos.fr C e 28 mai 1898, le cheva- lier Secondo Pia ne se doutaitpasduchocqu’il allaitsubirenplongeant sa plaque de verre dans le bain révélateur. Cet avocatitalienqui,lepremier,eutl’idéede photographier le linceul dans lequel aurait été enveloppé le corps du Christ allait faire une découverte extraordi- naire.Làoù,surletissu,n’apparaissaient que de vagues taches jaunâtres sans grand contraste, se dévoilaient soudain, sur la plaque, les contours nets et précis du visage d’un homme couronné d’épi- nes.Commel’écritl’historienJean-Chris- tianPetitfilsdanssabiographiedeJésus, « seulel’inversiondeszonesclairesetsom- bresavaitpermisuntelprodige.[…]Leche- valier Pia comprit que le linceul avait la propriété– insoupçonnéejusque-là –d’un négatif optique : négatif sur négatif donne unpositif. » Cepremierclichédulinceulconservé depuis le XVIe siècle dans la cathédrale de Turin allait en faire un objet d’études scientifiques sans fin, qui se prolongent jusqu’à nous. Elles culminèrent dans les années 1970 lorsqu’une trentaine de chercheurs de toutes disciplines, en majoritéaméricains,segroupèrentdans le consortium STURP (Shroud of Turin Research Project) et soumirent la pièce de lin à une batterie de tests extrême- ment poussés : tests microchimiques, spectrographies, études de radiométrie infrarouge, de microscopie optique, de fluorescencesouséclairageultraviolet... Représentation tridimensionnelle du corps Cesanalysesontmontrésansambiguïté – tousleschercheursétaientd’accordlà- dessus – que l’image sur le tissu n’avait pasétéréaliséedemaind’homme.Pasde pigments colorés, pas non plus la moin- dre trace de coup de pinceau – l’utilisa- tiond’unpinceauauraitnécessairement induit une image présentant une direc- tionprivilégiéedansl’espace,oruneana- lyse mathématique fine a permis d’éta- blir que celle-ci n’en possédait pas (elle estditeisotrope). Si l’image n’a pas été faite de main d’homme, le mystère sur sa nature demeure entier. Emanation à distance ? Desscientifiquespensentqu’elleseserait forméeparuneoxydationdelacellulose du lin, provoquant un léger brunisse- ment des fibrilles de tissu sur une épais- seur de 20 à 40 microns. Plus troublant encore, il a été prouvé que cet effet colo- rant variait d’intensité selon la distance ayantséparéle drapdu corps. C’est ainsi qu’ilaétépossible,en1976,àdeuxphysi- ciens de l’US Air Force Academy, grâce à l’analyseur d’image de la Nasa, d’obte- nir une représentation tridimension- nelleducorps.Cequiauraitétéimpossi- ble s’il s’était agi d’un dessin en deux dimensions. Maislesétudesscientifiquessontrare- ment unanimes et, s’agissant d’une reli- queaussiinsignequelelinceuldeTurin, leurs conclusions souvent contradictoi- res donnent lieu à des controverses pas- sionnées. En 1988, il fut décidé de sou- mettre des échantillons du tissu à une analyse au carbone 14 pour tenter de le dater. Trois laboratoires spécialisés s’en chargèrent (ceux d’Oxford, de Zurich et de Tucson) et leur conclusion fut que le linauraitétérécoltéentre1260et1390.Le SaintSuaireneserait-ildoncqu’unemys- tification particulièrement habile ? QuelquemoineduXIIIe ouduXIVe siècle aurait-il torturé et crucifié un homme ressemblant au Christ pour fabriquer cettefausserelique ? Pas si simple… La méthode de data- tionaucarbone14n’estpasd’unefiabilité absolue, loin s’en faut – les exemples d’erreur manifeste sont nombreux. En 1996, un microbiologiste américain repérasurleséchantillonssoumisàana- lyse des contaminations bactériennes dues à un champignon et formant un «film bioplastique» de nature à fausser le résultat de la datation. A sa suite, d’autres chercheurs ont révélé des indi- cessuggérantqueleséchantillonsprove- naient de parties du linceul qui avaient été restaurées: un poids moyen du tissu (en milligramme par centimètre carré) supérieuràcequ’ilestsurl’ensembledu linceul; la présence en ce seul endroit d’un pigment, la vanilline, qui aurait servi à harmoniser la couleur des fils rajoutés au reste du tissu. La datation obtenueparlestroislaboratoiresneren- voie-t-elle pas à l’époque où l’antique piècedelinauraitété« remiseàneuf » ? Mais il y a plus. Aux innombrables physiciens, biochimistes, anatomistes, médecins légistes, hématologues, trau- matologues, historiens, archéologues quisesontpenchéssurcetteétoffes’ajou- tent des… botanistes. Et leurs découver- tesnepeuventqueplongerlessceptiques dans la perplexité. En 1999, un profes- seur de botanique à l’université de Jéru- salem trouva sur le linceul des pollens d’une plante de la mer Morte disparue depuis le VIIIe siècle, donc bien avant la périodesupposéedesafabricationselon la datation au carbone 14. D’autres pol- lens ont permis de localiser l’origine du linceul à Jérusalem et même de fixer la saisondesonutilisationàla fin del’hiver ou au début du printemps. Ce qui concordeaveclerécitdes Evangiles. n M Mercredi : Que signifiaient les mégalithes de Stonehenge ? LelinceuldeTurin, fauxouauthentique ? LA SCIENCE FACE AUX GRANDES ÉNIGMES DE L’HISTOIRE La datation du suaire qui aurait servi à envelopper le corps du Christ le fait remonter au Moyen-Age. Mais ce verdict est-il vraiment sans appel ? 2/10 LA FRENCH TOUCH DES ARCHITECTES// L’agence AW2 a construit un resort de luxe à vocation écologique sur une île vietnamienne à l’histoire tourmentée. Leluxeécolo duSixSensesConDao Olivier Namias Sable blanc, palmiers et eaux turquoi- ses. Au centre d’un archipel classé parc national, l’île de Con Son présente tous les attributs du paradis à 250 km d’Hô Chi Minh-Ville, au Vietnam. Lorsqu’elle s’appelaitPouloCondore–l’îleauxcour- ges en malais –, l’arcadie tropicale était un enfer. En 1860, les colons français en firent l’équivalent asiatique de l’île du Diable, en Guyane. Le gouvernement sud-vietnamienaconservélebagnejus- qu’en 1975. L’administration commu- niste a pris le relais, pour « rééduquer sesanciensennemis »jusqu’en1993.De quoi rendre le site « sensible ». Un musée garde la trace de ce passé, mais l’île compte aujourd’hui autant sur le tourisme de luxe que sur celui de la mémoire. Ouvert en 2010, l’hôtel Six SensesConDaoaligneunequarantaine debungalowsenfrontdemerpourune clientèle très exclusive, dans une anse qu’une collineséparedu village principal. « Pour un Euro- péen, a fortiori pour un Fran- çais, la situation peut paraître étrange, recon- naît Reda Ama- lou, de l’agence parisienne AW2, chargée de la concep- tion de l’hôtel. Construire un lieu de vacances près d’une ancienne colonie pénitentiaire n’est pas sacrilège au Viet- nam,oùlerapportaupasséestbeaucoup plus apaisé. Comme dans tout le monde émergent, il existe une énergie folle, une volontéd’apparteniràunmondedonton s’est longtemps senti exclu. » Ressourceslocales L’agence AW2 construit en Asie depuis dix-huitans.Lescontactstissésaufildu temps l’ont menée d’une maison indivi- duelle pour un ami à l’hôpital d’Hô Chi Minh-Ville.LeSixSenses,lui,aétécom- mandé par le fonds d’investissement américain Indochina Capital, soucieux demettreenavant,danstousseshôtels, une forte dimension écologique. Les architectes l’ont pris au mot. Pour soi- gner l’insertion dans le site, comme l’explique Stéphanie Ledoux, deuxième associéedel’agence :« Nousintervenons dans une bande de terre très étroite, bor- dée de mangroves à protéger et une zone d’écoulement d’eau à maintenir. Nous avons réduit l’emprise des bâtiments pour limiter l’imperméabilisation des sols. » Dans un tel resort, le projet d’architectureestd’abordunminiprojet d’urbanismecomposédelieuxd’habita- tion, de restauration, de loisirs… Les pavillons sont connectés via des passe- relles qui réduisent les atteintes au milieunaturel.Etconstruiredesbunga- lowsàunétageapermisd’économiser3 des 17 hectares de terrain. Quant à l’architecture, ses auteurs la qualifient de « tropicale contemporaine », en accord avec le climat et les ressources locales. Un slogan ? « Pas seulement, répond Stéphanie Ledoux. Nous avons cherché à réintroduire l’architecture en bois, une tradition vietnamienne chassée parlestechniquesdebétonimportéespar les Français, puis par les Russes. Nous avons formé une entreprise locale et lui avons fourni le matériel permettant le débit et le traitement du bois. Un compa- gnoncharpentierfrançaisamontrécom- ment réaliser des assemblages. » Les piè- ces préfabriquées sur le continent étaientacheminéesversl’îleparbateau. Tout,jusqu’aumobilier,aétédessinépar AW2 et construit sur place. Une archi- tecture qui se veut aussi péda- gogique :unmur c o n s t i t u é d e voletsderécupé- rations a intro- duit des notions de recyclage des matériaux. L a s o c i é t é Green Globe a travaillé avec l’agence AW2 à la définition d’un label vert hôtelier, en s’appuyant sur le cas de Con Dao. Si les architectesontpurevenirsurbeaucoup d’habitudes énergivores du secteur, en restreignant par exemple la climatisa- tion aux seules chambres et aux suites, quelleestlaréelleportéeécologiqued’un teléquipementdansunmilieunaturel ? Reda Amalou ne voit pas de contradic- tion dans sa démarche : « Ce tourisme d’éliteestplusavantageuxqueletourisme demasse,dontlaplupartdesgainsretour- nent aux tours-operateurs, laissant aux Etatslesoind’assumerdescoûtsd’infras- tructure énormes. A Con Son, l’afflux de touristes reste limité, ce qui permet de ne pas agrandir l’aéroport exis- tant et les visiteurs dépen- sentplus. » En 2011, les acteurs BradPittetAngelina Jolie ont séjourné à l’hôtel et visité le bagne. De quoi aug- menter la notoriété des lieux et aider à situer Con Dao sur la cartedumonde. M Mercredi : Le siège de Thyssen- Krupp à Essen L’architecture en bois rappelle une tradition vietnamienne chassée par les techniques de béton importées par les Français. Asupposerquelelin- ceulconservéàTurin soitbienlelingedans lequelfutenveloppé lecorpsdeJésus- ChristausoirduVen- dredisaint,cettepiè- cedelind’ungrand prixaconnu,endeux millénairesd’existen- ce,unehistoirepour lemoinsmouvemen- tée.D’abordconfiéà lagardedesaintPier- re,lelinceulaurait étéensuiteemporté aveceuxparlesju- déo-chrétiensquit- tantJérusalempour lesgrottesdePellaen l’an66.Ildisparaît alorspourn’êtrere- découvertqu’en544 dansunenichede l’enceinted’Edesse (UrfaenTurquie). Pendantquatresiè- cles,onlevénèredans lacathédraleHagia Sophiadecetteville souslenomdeMan- dylionjusqu’àsonra- chatparl’empereur byzantinConstan- tinVIIPorphyrogénè- te :le15août944,le lingetraverseleBos- phorepourêtre transféréàConstan- tinople.Mais,àl’aube duXIIIe siècle,lesche- valiersfrancsdela 4e croisades’enempa- rent.Nouvelledispa- ritiondulinceul…qui réapparaîten1357à LireyenChampagne, chezl’arrière-petite- filleduchefdescroi- sés !Cédéultérieure- mentàlafamillede Savoie,ilséjourneà Chambéryjusqu’en 1578puisesttransfé- réàTurin.Ilestla propriétéduSaint- Siègedepuis1983. L’odyssée d’un suaire Bridgeman AW2 série d’été

×