Année internationale de la ChimiePEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE?QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MILLIARDS D’HUMAINS?Yves LE B...
PEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE?                       Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MI...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011APRÈS LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE                                              1951  ...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011L’AGRICULTURE AUJOURD’HUI : LA RÉVOLUTIONVERTE Avec la « révolution verte » augmentat...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011SOURCES VÉGÉTALES ET ANIMALES DEL’APPORT ÉNERGÉTIQUE DANS L’ALIMENTATION   Sources v...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA MALNUTRITION, TOUJOURS LÀ POURTANT   La malnutrition : 1Mds de malnutris (mais   ...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011ET EN 2050? SCÉNARIO D’AGRIMONDE   Nourrir la planète dans un    contexte de dévelop...
PEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE?                        Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 M...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LES BESOINS DES SOLS   Les plantes ont des besoins nutritionnels    importants : 1ha...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011L’INDUSTRIE DES FERTILISANTSAu 20ème siècle une industrie minière et   intensive en c...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011                 75% DES PESTICIDES EN GRANDES CULTURES ET EN                        ...
PEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE?                       Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MI...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LES IMPACTS SUR LESSOLS   La matière organique    des sols diminue,   Baisse de la ...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011IMPACTS DE LA CHIMIE AGRICOLE SUR LES EAUXDes ordres de grandeur   Apports de nitrat...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011IMPACTS DE LA CHIMIE AGRICOLE SUR LES EAUX                Pollution des eaux souterr...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LES IMPACTS SUR LA SANTÉDe nombreux ouvrages témoignent des  enjeux des nouveaux risq...
UNE SOCIÉTÉ DE LA DÉFIANCE :Quelle Chimie, oct 2011                      Yves LE BARS,On ne peut plus décider    comme ava...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LES LIMITES DES MODÈLES ACTUELSUne agriculture non soutenable :   L’agriculture détr...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011L’AGRONOMIE DÉTERMINÉEPAR LA CHIMIE   La sélection des variétés cultivées a été    m...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA FAO, LE DIRECTEUR J.DIOUF(2006) "La première révolution verte, avait permis de do...
PEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE?                       Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MI...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011AGRIMONDE : L’ENJEU DE L’AGRONOMIE POURNOURRIR LA PLANÈTE   Une agronomie exploitant...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE PLAN FRANÇAIS « GRENELLE » 2008:    20% SAU en agriculture biologique (objectif e...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE   Exclue lusage d’engrais    chimiques et de    pesticides ...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE CAS DES PESTICIDES La réglementation :  LMR, AMM, DJA, DSE Les niveaux de  ruptu...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA RÉGLEMENTATION SUR LES PESTICIDES                                        Les prod...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA RÉGLEMENTATION SUR LESPESTICIDESLes LMR (limites maximales de résidus)   Règlemen...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011  LE CAS DES PESTICIDES : PROCESSUSLe Grenelle de l’Environnement  relance en 2007 un...
NIVEAUX DE RUPTUREGRADIENT DU RECOURSAUX PESTICIDES         Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011   29
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011   30     QUELQUES ORDRES DE GRANDEURPour les grandes cultures :   Le blé (IFT 4),  ...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011       31     QUELQUES ORDRES DE GRANDEUREn vigne, l’IFT moyen est proche de 14, dont...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE PASSAGE COMPLET EN AGRICULTURE INTÉGRÉE (2C), CONDUIT    À UNE RÉDUCTION DE 49% DE...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA BAISSE DES MARGES EST MOINS ACCUSÉE QUE CELLE DU              PRODUIT (AU PRIX DE ...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE CAS DES PESTICIDESECOPHYTO R&D : une démarche , des résultats et des réserves    ...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LES RÉPONSESDE L’INNOVATION   Des produits plus sélectifs, minimisant    les dangers...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QU’EST-CE QUE LE BIO-CONTRÔLE ?Les produits de bio-contrôle privilégient l’utilisatio...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE CAS DES ALGUES VERTESEN BRETAGNELes causes du phénomène en Bretagne 1971 : 7mgNO3...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE CAS DES ALGUES VERTESEN BRETAGNE   Les réponses correctives dites « de    prévent...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE CAS DES ALGUES VERTESEN BRETAGNELes réponses : les mutations  nécessaires de l’agr...
PEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE?                       Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MI...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011ET EN CONCLUSION…Nourrir le monde en 2050, c’est possible,  mais trois enjeux conditi...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011ET EN CONCLUSION…Une nouvelle place pour la chimie, mais :      Avec une réduction d...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011ANNEXES                                                  43
Yves LE BARS, Shanghai juin 2010   RHÔNE ALPES : UN VIGNOBLE DURABLE?              Une priorité : dans les eaux du Rhône, ...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA RÉGLEMENTATION SUR LES PESTICIDES    Règlement (CE) n° 1107/2009 du Parlement eur...
Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011L’INDUSTRIE DES FERTILISANTSSelon le site de l’Union des industries de la fertilisati...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Yves Le Bars : Quelle chimie pour nourrir 9 milliards de Terriens en 2050 ?

2 975 vues

Publié le

Document Powerpoint proposé par Yves Le Bars lors de la conférence-débat "Odyssée des Savoirs", intitulée : "Peut-on se passer de chimie ? : Quelle chimie pour nourrir 9 milliards de Terriens en 2050 ?", ayant eu lieu à Eybens le 20 octobre 2011.

Publié dans : Formation
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 975
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
43
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Yves Le Bars : Quelle chimie pour nourrir 9 milliards de Terriens en 2050 ?

  1. 1. Année internationale de la ChimiePEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE?QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MILLIARDS D’HUMAINS?Yves LE BARS, IGGREF (h), GRET, IHEST, ECOPHYTO R&D 20 Octobre 2011
  2. 2. PEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE? Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MILLIARDS D’HUMAINS? I- Le contexte alimentaire : la révolution verte, les enjeux de 2050 alimentation et autres usages des produits agricoles II- L’importance économique de la chimie pour l’agriculture : les besoins des sols, les engrais, les pesticides III- Les limites des modèles actuels, les impacts sur les sols, la biodiversité, les eaux la santé…, la défiance IV- Les réponses, exemples : agronomie renouvelée, réduire l’utilisation des pesticides, la lutte contre les algues vertes Conclusion 2
  3. 3. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011APRÈS LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE 1951 3
  4. 4. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011L’AGRICULTURE AUJOURD’HUI : LA RÉVOLUTIONVERTE Avec la « révolution verte » augmentation des rendements agricoles. La surface nécessaire pour nourrir un homme : •0,45 ha en 1961 •0,25 ha en 2003!! Alors que la population mondiale est passée de 3,1 à 6,3Mds 4
  5. 5. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011SOURCES VÉGÉTALES ET ANIMALES DEL’APPORT ÉNERGÉTIQUE DANS L’ALIMENTATION Sources végétales et animales de l’apport énergétique dans l’alimentation (kcal par habitant et par jour)  Kcal d’origine animale : y compris produits à base de poisson.  Source : FAOSTAT, 2003. 5
  6. 6. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA MALNUTRITION, TOUJOURS LÀ POURTANT La malnutrition : 1Mds de malnutris (mais aussi 1,3Mds en surpoids), 6
  7. 7. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011ET EN 2050? SCÉNARIO D’AGRIMONDE Nourrir la planète dans un contexte de développement durable en jouant sur la demande :  En 2050, 3000 kcal/jour/habitant dans toutes les zones, dont 2500 d’origine végétale et sur l’offre :  L’enjeu agronomique, cf. plus loin 7
  8. 8. PEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE? Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MILLIARDS D’HUMAINS? I- Le contexte alimentaire : la révolution verte, les enjeux de 2050 alimentation et autres usages des produits agricoles II- L’importance économique de la chimie pour l’agriculture : les besoins des sols, les engrais, les pesticides III- Les limites des modèles actuels, les impacts sur les sols, la biodiversité, les eaux, la santé…, la défiance IV- Les réponses, exemples : agronomie renouvelée, réduire l’utilisation des pesticides, la lutte contre les algues vertes Conclusion 8
  9. 9. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LES BESOINS DES SOLS Les plantes ont des besoins nutritionnels importants : 1ha de blé absorbe chaque jour  2 kg d’azote, et environ 200Kg par an  6 kg de potassium  et 1 kg de phosphore,  ainsi que du soufre, du calcium, du magnésium et des oligo-éléments. Les besoins sont remplis par les engrais, qui compensent le fait que les plantes Les couches d’un profil de sol cultivées ne se décomposent pas sur O : Litière A : Humus, ou terre végétale place et ne restituent donc pas à la terre B : Terre utilisée pour le pisé C : Roche mère ce qu’elle leur a donné. 9
  10. 10. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011L’INDUSTRIE DES FERTILISANTSAu 20ème siècle une industrie minière et intensive en capital :Les engrais : N : azote de l’air transformé en NH3 à 500° et 200 atmosphères (procédé Haber-Bosch) P : mines 69% Chine et Maroc, limité avant 2100? K : mines de potasse (KCl), 50% des réserves au Canada (pas de limite estimée) Usine d’engrais azotés La Grande Paroisse deL’amendement est, lui, lapport dun produit fertilisant Grand Quevilly ou dun matériau destiné à améliorer la qualité 1350 personnes sont employées dans lusine en des sols (en termes de structure et dacidité; cf. 1990 chaux, cendres volcaniques… , ). CA France : 1,9 milliard d’euros 4 000 emplois temps plein 10
  11. 11. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011 75% DES PESTICIDES EN GRANDES CULTURES ET EN FOURRAGES Répartition en France des 2,3 milliards d’euros Euros par hectare de pesticides de pesticides en 2006 % pesticites Horticulture et autres Euros / ha Fruit 5% 5% Vigne 700 590 14% 600 527 500 394 400 300Fourrages 200 134 8% 91 100 Grandes cultures 17 68% 0 Grandes Fourrages Vigne Fruit Horticulture Ensemble cultures et autres Source RICA, calcul INRA 11
  12. 12. PEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE? Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MILLIARDS D’HUMAINS? I- Le contexte alimentaire : la révolution verte, les enjeux de 2050 alimentation et autres usages des produits agricoles II- L’importance économique de la chimie pour l’agriculture : les besoins des sols, les engrais, les pesticides III- Les limites des modèles actuels, les impacts sur les sols, la biodiversité, les eaux, la santé…, la défiance IV- Les réponses, exemples : agronomie renouvelée, réduire l’utilisation des pesticides, la lutte contre les algues vertes Conclusion 12
  13. 13. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LES IMPACTS SUR LESSOLS La matière organique des sols diminue, Baisse de la biodiversité Augmentation des couts pour:  le travail du sol  des amendements  des pesticides… 13
  14. 14. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011IMPACTS DE LA CHIMIE AGRICOLE SUR LES EAUXDes ordres de grandeur Apports de nitrates dans les eaux de surface:66%, d’origine agricole , (culture et élevage)22%, d’origine domestique12%, d’origine industrielleUne situation difficile : depuis 1900 les taux de nitratesdes rivières bretonnes ont été X10. 14
  15. 15. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011IMPACTS DE LA CHIMIE AGRICOLE SUR LES EAUX  Pollution des eaux souterraines par les pesticides Sur 1963 points étudiés 82,2 % respectent les normes ; 14 % des stations présentent au moins une substance dont la concentration moyenne en 2007 est supérieure à la norme de qualité correspondante; 3,8 % ne respectent pas les normes de qualité tant pour la concentration totale en pesticide que par substance. Une liste de 507 captages (sur un total de 34.000 en activité) les plus menacés par les pollutions diffuses (dont de nitrates et pesticides), a été publiée par le gouvernement le 12 juillet 2011  Pesticides dans les eaux de surface Sur 2023 points étudiés , 453 molécules recherchées : 16,8 % des stations présentent une concentration totale en pesticides (en moyenne annuelle) comprise entre 0,5 µg/L et 5 µg/L ; 0,9% des stations présentent une concentration totale en pesticides (en moyenne annuelle) supérieure à 5 µg/L ; 15
  16. 16. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LES IMPACTS SUR LA SANTÉDe nombreux ouvrages témoignent des enjeux des nouveaux risques : faibles doses, exposition par la vie quotidienne effet à long terme, et souvent avec des intérêts économiques puissants, considérés comme proches des pouvoirs publics…Une agence française spécialisée sur ces Une controverse : question de Santé et d’Environnement, Ouvrage de l’ANSES Marie-Monique Robin Emission ARTEDes enquêtes épidémiologiques (cf. par Du 15 mars 2011 exemple le Chlordécone aux Antilles) 16
  17. 17. UNE SOCIÉTÉ DE LA DÉFIANCE :Quelle Chimie, oct 2011 Yves LE BARS,On ne peut plus décider comme avant “Est-ce qu’on vous dit la vérité Les produits alimentaires sur…?” Selon IRSN 2002 La pollution des rivières Les manipulations génétiques Les déchets chimiques Les déchets radioactifs 17
  18. 18. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LES LIMITES DES MODÈLES ACTUELSUne agriculture non soutenable : L’agriculture détruit le capital écologique : dégradation des sols, des ressources en eau, perte de biodiversité qui vont vers des rendements décroissants, et des couts élevés Des inquiétudes sur la santé (obésité, exposition des travailleurs, impacts à long terme des faibles doses dans l’alimentation et l’eau) L’agriculture un contributeur majeur aux GES : 22% viennent de l’agriculture (dont 80% élevage FAO) sans compter l’impact des changements de destination des sols Un modèle « minier »« L’alliance étroite, et décisive, de lagriculture et de lindustrie chimique est désormais profondément mise en cause ». Pierre STENGEL INRA Directeur Scientifique 18
  19. 19. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011L’AGRONOMIE DÉTERMINÉEPAR LA CHIMIE La sélection des variétés cultivées a été modifiée par la chimie :  L’apport d’engrais chimiques au moment où la plante en a besoin évite de sélectionner à la robustesse (alors que le fumier relâche l’azote selon sa dégradation)…  Et l’apport de pesticides évite de tenir compte de la robustesse à leurs attaques, parfois facilitées par les engrais… Mais la résistance des bioagresseurs est croissante! Cela remet en cause le schéma… Les OGM peuvent aggraver la situation : cf. le cas du maïs OGM BT de Monsanto, associé au pesticides Round up, qui a créé des résistances nouvelles 19Nématode
  20. 20. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA FAO, LE DIRECTEUR J.DIOUF(2006) "La première révolution verte, avait permis de doubler la production alimentaire mondiale, mais elle comptait sur lutilisation abondante dintrants, notamment leau, les engrais et les pesticides", a-t-il rappelé. La nouvelle Révolution Verte sera plus dure, axée davantage sur lutilisation sage et plus efficace des ressources naturelles disponibles 20
  21. 21. PEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE? Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MILLIARDS D’HUMAINS? I- Le contexte alimentaire : la révolution verte, les enjeux de 2050 alimentation et autres usages des produits agricoles II- L’importance économique de la chimie pour l’agriculture : les besoins des sols, les engrais, les pesticides III- Les limites des modèles actuels, les impacts sur les sols, la biodiversité, les eaux la santé…, la défiance IV- Les réponses, exemples : agronomie renouvelée, réduire l’utilisation des pesticides, la lutte contre les algues vertes Conclusion 21
  22. 22. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011AGRIMONDE : L’ENJEU DE L’AGRONOMIE POURNOURRIR LA PLANÈTE Une agronomie exploitant au Un exemple : au Bénin mieux les processus écologiques. 783 producteurs de riz plus économe en énergies fossiles, ont réduit les apports valorisera au mieux la capacité des sols à d’engrais chimiques, mobiliser la matière organique via, par exemple, remplacés par paille de des associations culturales ou un travail du sol riz+fumier, avec adapté, nouvelles pratiques de plantation et de luttera contre les ennemis des cultures par des désherbage. méthodes de protection et de production intégrées Conséquence : 5 t/ha reposant sur au lieu de 2,3.  les auxiliaires des cultures, Economie :1000$/ha  les successions culturales  ou l’organisation du parcellaire, résistera mieux aux maladies en ayant recours à un plus grand nombre d’espèces et de variétés... 22
  23. 23. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE PLAN FRANÇAIS « GRENELLE » 2008:  20% SAU en agriculture biologique (objectif en 2020, doubler le crédit d’impôt)  Restauration des prairies  Gestion des eaux dans les bassins versants  Restauration de la biodiversité (semences, trame verte…) Sur les pesticides : • 53 substances retirées, • réduire de 50 % l’Indice de Fréquence de Traitement (IFT), « si possible ». 23
  24. 24. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE Exclue lusage d’engrais chimiques et de pesticides de synthèse, ainsi que d’OGM. Pour maintenir la productivité des sols et le contrôle des maladies et des parasites, pratique  la rotation des cultures,  lengrais vert, •Rhône-Alpes : 3,5% de surface agricole  le compostage, utile en bio (1ère région, France 1,7%)  la lutte biologique,  le sarclage mécanique… •Dans la Drôme, 10%, record en France 24
  25. 25. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE CAS DES PESTICIDES La réglementation : LMR, AMM, DJA, DSE Les niveaux de rupture possibles Les réductions atteignables sans perte de revenu 25
  26. 26. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA RÉGLEMENTATION SUR LES PESTICIDES  Les produits autorisés  Le classement se fait en 5 classes : 1 : cancérogène 2 A : probablement cancérogène 2 B : peut-être cancérogène 3 : inclassable quant à sa cancérogénécité 4 : probablement pas cancérogène Les AMM, autorisation de mise en marché  La mise sur le marché d’un nouveau pesticide est subordonnée à une autorisation officielle  En France, l’AMM relève de la compétence de la Direction générale de lalimentation (DGAL) du Ministère chargé de lagriculture, après avis de la Commission d’étude de la toxicité. 26
  27. 27. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA RÉGLEMENTATION SUR LESPESTICIDESLes LMR (limites maximales de résidus) Règlement UE 396/2005 sur les limites Maximales de Résidus (LMR) pour les produits phytosanitaires dans les produits alimentaires Les LMRs :établies par couple "matière active- denrée" à partir des données toxicologiques et agronomiques. Pour chaque substance active retenue, il convient de déterminer la dose journalière admissible (DJA en mg/kg/j) pour l’homme. Pour cela, on se base sur une dose sans effet (DSE) tirée d’études toxicologiques menées sur des animaux (dans le cadre du dossier d’homologation). 27
  28. 28. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011 LE CAS DES PESTICIDES : PROCESSUSLe Grenelle de l’Environnement relance en 2007 un processus plus ancien :ECOPHYTO avec un travail R&D: définir les scénarios possibles (2 ans de travail), sur pratiques en « rupture » ◦ Pilotage Etat ◦ Groupe technique d’experts (une centaine ) issus de plus de 30 organismes ◦ Comité d’orientation avec les parties prenantes, réunion tous les 3 mois 28
  29. 29. NIVEAUX DE RUPTUREGRADIENT DU RECOURSAUX PESTICIDES Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011 29
  30. 30. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011 30 QUELQUES ORDRES DE GRANDEURPour les grandes cultures : Le blé (IFT 4), 43% de la sole, demande 52% des doses de fongicides. Le colza (6,1), 12% de la sole, demande 53% des doses d’insecticides. L’orge (3,2) 15% de la sole et demande 12% du total des doses. La pomme de terre, 1% de la sole, demande 6% du total des doses (IFT16,6)
  31. 31. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011 31 QUELQUES ORDRES DE GRANDEUREn vigne, l’IFT moyen est proche de 14, dont 1,12 en herbicides. Plus de 80% des doses sont des fongicidesLes pommiers (43 000 ha en France).L’IFT moyen y est de 35, forte variabilitéentre les bassins de production :  jusqu’à 30 fongicides en culture raisonnée dans l’Ouest, 17 insecticides dans le Sud Est.  l’IFT moyen a augmenté en 10 ans, passant de 27 à 35 : probablement développement de plusieurs résistances de bio- agresseurs à des fongicides et à des insecticides?
  32. 32. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE PASSAGE COMPLET EN AGRICULTURE INTÉGRÉE (2C), CONDUIT À UNE RÉDUCTION DE 49% DE L’EMPLOI DES PESTICIDESEvolution de lIFT moyen Na N0 N1 N2a N2c N3Grandes cultures 3,8 5,4 4,0 2,5 1,9 0,2Vigne 12,5 18,8 12,2 7,8 7,8 9,5Fruits 17,3 18,3 18,3 16,1 13,7 13,0Fourrage 0,4 0,7 0,4 0,3 0,1 0,0Total 2,6 3,7 2,7 1,7 1,3 0,6 Na N0 N1 N2a N2c N3Grandes cultures 100 142 105 66 50 6Vigne 100 150 98 63 63 75Fruits 100 106 106 93 79 75Fourrage 100 159 93 62 21 0Total 100 143 103 67 51 21Na : niveau actuel.Les niveaux 0 et 1 augmentent l’utilisation actuelle des pesticides 32
  33. 33. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA BAISSE DES MARGES EST MOINS ACCUSÉE QUE CELLE DU PRODUIT (AU PRIX DE 2006) (€/ha)En grandes cultures, les intensifs ont une moins bonne marge que leniveau 2a et l’agriculture intégréeProblème : seule l’agriculture biologique voit ses pratiquescompensées par un prix spécifique 33
  34. 34. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE CAS DES PESTICIDESECOPHYTO R&D : une démarche , des résultats et des réserves Résultats téléchargeables sur le lien : http://www.inra.fr/ecophytoRD : ◦ Une réduction de l’ordre de 35 à 40% du recours aux pesticides est ainsi possible, avec toutefois des changements de pratiques substantiels, sans perte de marge, et avec une réduction relativement faible de la production totale. . Mais des réserves ont été exprimées : ◦ mise en cause de l’objectif de l’étude de réduire l’utilisation des pesticides, alors que certains préfèreraient que l’on regarde les impacts au cas par cas, et que l’on agisse en conséquence. ◦ Les années choisies comme référence sont particulières 34
  35. 35. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LES RÉPONSESDE L’INNOVATION Des produits plus sélectifs, minimisant les dangers :  Actifs aux doses faibles, avec moins de résidus dans l’environnement, faible durée de vie (cf. les POP)  Sélectionnant les cibles, ce qui suppose une recherche sur le fonctionnement des organismes que l’on combat  Utilisant les mécanismes de répulsion qui existent dans la nature (« aller jouer ailleurs ») Mais une recherche couteuse « BAYER relève ses objectifs annuels grâce aux pesticides » sept 2011 35
  36. 36. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QU’EST-CE QUE LE BIO-CONTRÔLE ?Les produits de bio-contrôle privilégient l’utilisation de mécanismes et d’interactions naturels, pour la protection des plantes.4 principaux types d’agents de bio-contrôle : - Les macro-organismes auxiliaires (ou l’agresseur agressé) sont des invertébrés, insectes, acariens ou nématodes utilisés de façon raisonnée. - Les micro-organismes (ou l’agresseur maîtrisé) sont des champignons, bactéries et virus utilisés pour protéger les cultures contre les ravageurs et les maladies ou stimuler la vitalité des plantes. - Les médiateurs chimiques comprennent les phéromones d’insectes. Ils permettent le suivi des vols des insectes ravageurs et le contrôle des populations d’insectes par la méthode de confusion sexuelle et le piégeage. - Les substances naturelles utilisées comme produits de bio- contrôle, exemple Nicotine, Pyrètre (seul extrait végétal autorisé en France) 36
  37. 37. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE CAS DES ALGUES VERTESEN BRETAGNELes causes du phénomène en Bretagne 1971 : 7mgNO3/l; 2007 : 30 mg/l  1/3 de l’azote épandu est de l’engrais azoté minéral ;  2/3 de l’azote épandu est de l’engrais azoté organique issu des déjections des vaches (57%), porcs (31%), volailles (12%). Le taux reste plus de deux fois trop élevé, environ 25 mg/L en moyenne alors quil faudrait retomber sous le seuil de 10 mg/L pour éviter ces pullulations. 3500 exploitations agricoles concernées dans les BV des baies 37
  38. 38. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE CAS DES ALGUES VERTESEN BRETAGNE Les réponses correctives dites « de prévention »  Ramassage (1,1M€ en 2010)  Séchage et le compostage des algues collectées. Capacité de 60 00t à 100 000t? (16M€ investis, environ 1M€ fonct)  Méthanisation des effluents d’élevage. 11 projets à l’étude, avec la création d’installations qui prévoient de traiter au total environ 200 000 t/an de déchets : 125 000 t d’effluents d’élevage avec 75 000 t d’autres déchets agricoles et agroalimentaires. Mais conservent l’N en excès…  Le renforcement des contrôles. Une déclaration annuelle des quantités d’azote organique et minéral utilisées et échangées  L’Épandage des effluents d’élevage : replace les apports d’engrais minéraux.. 38
  39. 39. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LE CAS DES ALGUES VERTESEN BRETAGNELes réponses : les mutations nécessaires de l’agriculture « Réduire l’excédent de fertilisation azotée des terres en diminuant soit la taille des cheptels, soit l’apport de nitrates dans l’agriculture » "Tant que l’on ne touchera pas à l’économie de l’élevage, si sacrée en Bretagne, la mer continuera de vomir les excédents de nitrates", conclut André Ollivro, porte-parole du collectif Urgence marées vertes . Remettre les vaches dans les prairies car l’herbe permet un plus grand stockage et recyclage des nitrates", explique Patrick Durand, directeur de recherches à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Rennes Et travailler les solidarités par bassin versant, peu ressenties aujourd’hui 39
  40. 40. PEUT-ON SE PASSER DE LA CHIMIE? Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011QUELLE CHIMIE POUR NOURRIR 9 MILLIARDS D’HUMAINS? I- Le contexte alimentaire : la révolution verte, les enjeux de 2050 alimentation et autres usages des produits agricoles II- L’importance économique de la chimie pour l’agriculture : les besoins des sols, les engrais, les pesticides III- Les limites des modèles actuels, les impacts sur les sols, la biodiversité, les eaux la santé…, la défiance IV- Les réponses, exemples : agronomie renouvelée, réduire l’utilisation des pesticides, la lutte contre les algues vertes Et en Conclusion… 40
  41. 41. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011ET EN CONCLUSION…Nourrir le monde en 2050, c’est possible, mais trois enjeux conditionnent sa place: L’évolution des modes d’alimentation, des ruptures nécessaires dans les pays développés La solidité des échanges internationaux, des zones resteront déficitaires, des régulations mondiales pour l’alimentation (FAO Codex alimentarus, OMC+Environnement), régionales (dont la PAC cohérente avec développement) Une agronomie renouvelée, une nouvelle place pour la chimie… 41
  42. 42. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011ET EN CONCLUSION…Une nouvelle place pour la chimie, mais :  Avec une réduction dans les pays tempérés, et une adaptation aux conditions des PVD : l’agro-bio-écologie prend une partie de la place de la Chimie  Davantage de régulations mondiales ou régionales sur les produits chimiques : interdiction des POP, Reach, AMM sur LMD  Avec toujours des innovations dans la défense des cultures: nouvelles molécules, lutte biologique, réduction des risques sur l’environnement et la santé 42
  43. 43. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011ANNEXES 43
  44. 44. Yves LE BARS, Shanghai juin 2010 RHÔNE ALPES : UN VIGNOBLE DURABLE? Une priorité : dans les eaux du Rhône, la pollution issue des vignobles est repérable Dans un objectif de viticulture durable, les stratégies d’entretien des sols doivent à la fois  préserver le sol et l’environnement,  intégrer la réduction des herbicides et les alternatives au désherbage chimique (travail du sol, enherbement) 44Surveillance automatisée du vignoble, Côtes du Rhône
  45. 45. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011LA RÉGLEMENTATION SUR LES PESTICIDES Règlement (CE) n° 1107/2009 du Parlement européen et du Conseil du 21 octobre 2009 concernant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques et abrogeant les directives 79/117/CEE et 91/414/CEE du Conseil (JOUE L309 du 24 novembre 2009) Les principaux objectifs de ce règlement sont : de renforcer le niveau de protection de la santé humaine, des animaux et de l’environnement, tout en préservant la compétitivité de l’agriculture communautaire, d’harmoniser et de simplifier les procédures au sein de l’UE et de réduire les délais d’examen des dossiers, d’accroître la libre circulation des produits et leur disponibilité dans les Etats membres. 45
  46. 46. Yves LE BARS, Quelle Chimie, oct 2011L’INDUSTRIE DES FERTILISANTSSelon le site de l’Union des industries de la fertilisationwww.unifa.fr Au début des années 80, Chiffres Clés de lindustrie en 2009 l’opération FERTIMIEUX :  Chiffre d’affaires engrais et « Fertiliser de façon responsable amendements de l’industrie en et raisonnée.» France : ‐> 1,9 milliard d’euros (après « Depuis des innovations, pour baisse de moitié) apporter la juste dose de  L’effectif salarié employé en fertilisants dans toutes les parties France par nos adhérents : ‐> Environ 4 000 emplois temps des parcelles … » plein A noter : au Maroc un hectare  Nombre de sites de production : 49 de blé reçoit 24Kg d’engrais,  Pas de fermetures de sites en contre 230 Kg en France. 2009 Ce n’est pas tout ou rien! 46

×