Portfolio

278 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
278
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
67
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Portfolio

  1. 1. -Violaine Lochu-
  2. 2. Violaine Lochu Prendre un langage établi et le retourner sur lui- même, le faire balbutier, suffoquer, le perturber, l’accentuer,lerenverser…Lemécanismeserévèle, le chant devient souffle, la lingua-madre se fait étrangère, l’alphabet perd son sens.
  3. 3. Expositions, résidences, workshops 29.06.13 : Fabula, dans «Hospitalités /Archipel 06», organisé par TRAM, Bétonsalon, Paris 20.05 - 20.07.13 : Quelque chose de plus qu’une sucession de notes, centre d’art et de recherche Bétonsalon, Paris 22.02.13 : Chaque chose est à sa place, lors de « One place after an other one/proposition#1 dans un loft », La Courneuve 08.02.13 : Vestiges de Roncevaux, dans « Think tank / 9.02 - 16.03 », galerie Oberkampf, Paris 04.08-10.08.12:E.IknowitbeginswithE,Northendstudio, Detroit, Etats Unis 23.11.11 : Interview with/avec Jeff Perkins, galerie la Vitrine, Paris 08.10.11 : Salvons le stranièrois !, lors de « Frasq, rencontre de la performance », le Générateur, Gentilly 01.10.11 : Seven up! lors de « Nuit blanche à la Vitrine », Paris 13.05.11:LSMM,dans«Plugin»,sited’artcontemporainabbaye Maubuisson, Saint Ouen L’aumône 08.04.11 : Se va la vie en rode, lors de « Fisimatenten/visitez ma tente », galerie la Vitrine ,Paris 02.03.11:interprètedelaperformanceducollectifIcouldnever be a dancer, inauguration de la Gaîté lyrique, Paris Etudes et diplômes 2012 : DNSEP obtenu à l’ENSAPC école nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy 10 : master II recherche arts plastiques à université Rennes II mémoire sur la physicalité de la voix dans la performance et la vidéo 08-09:masterI,accademiadeibelliartidiBrera,Milandansle cadre de l’échange érasmus 08 : licence arts plastiques à l’université Rennes II 05 : baccalauréat littéraire option arts plastiques et musique 05 : diplôme de fin deuxième cycle en piano et flûte traversière au conservatoire d’Evron Curriculum vitae
  4. 4. 26.01.11 : Stranieri ovunque, dans « Opus operandum / 1.03 - 31-05 », fondation Kadist, Paris 20.01-05.02.11:FenêtresurrueParis-Cergy/Rouen,Galerie Martainville de l’Erba, Rouen 11.05 - 21.05.10 : objet/désir, espace M université Rennes II, Rennes 26.04 - 12.05.10 : Malachianta, galerie crous, Rennes 16.02.10 : La turtura, espace M université Rennes II, Rennes 26.01 - 13.02 .10 : Corps sonores, maison de quartier de Maurepas, Rennes 16.09 - 22.09 : résidence Palauarte, Sardaigne, Italie 01.03-15.06.09:résidenceàl’écoledelutheriedeMilan,Italie 09.04.09: Border, Casa Morigi, Milan, Italie 30.05- 1.06.08 : L’autre, le Temple , Evron 08.04.08 :Del’anedoctiqueauconcept,dans«V.O.S.Texpose / 8.04 - 12.04 », la maison de quartier Le grand Chêne, Rennes 2008 :- stagiaire du régisseur et artiste Benoit Marie Moriceau - assistante au centre d’art le 40mcube à Rennes Musique - accordéoniste et chanteuse de musique traditionnelle dans divers projets (Mashke, Traversées, Specimen...), donne des concerts et workshops en France et à l’étranger - élève de Valérie Philippin, cours sur la voix contemporaine et l’improvisation - élèvedelaclassedechantlyriquedeHélèneDenis, conservatoire de Sevran - nombreuses formations sur la voix traditionnelle : école des glottestrotterssousladirectiondeMartinaCatella,stagedechant yiddish à Weimar (Allemagne), stage de chant bulgare à Plovdiv (Bulgarie),coursdechantitalienaurprèsdeCinziaMinottiàLecce (Italie du sud)...
  5. 5. La performance Fabula révéle l’oubli comme un aspect de l’altération d’une culture orale. Violaine Lochu reprend le conte populaire Le petit Chaperon Rouge, de tradi- tion orale qui fut fixé dans l’écriture au XVIIe siècle par Charles Perrault, puis plus tard par les frères Grimm. Elle s’inspire aussi des versions orales du conte qui ont été re- cueillies dans plusieurs provinces françaises de la bouche des conteurs au début du XXe siècle. Par un jeu d’intona- tions, de silences et de remémoration, l’artiste révèle les aspérités, les fissures et les zones d’ombres qui forment l’identité fluctuante de tout récit oral. Elle met en œuvre une dynamique complexe de glissements, disparations et réapparitions qui est propre au conte populaire. Avec poésie, Violaine Lochu actualise et redouble les accidents inhérents à toute forme de transmission orale : oublis, déformations et surgissements constituent les aléas d’un pensée tout à la fois vivante, contingente et partagée. performance vocale, 17’, 2013 Quelque chose de plus qu’une sucession de notes, 22.05 - 20.07.13, centre d’art et de recherche Bétonsalon, Paris Fabula
  6. 6. Commentretient-onuneformeorale?Quellesdéformations s’opèrent lors de la transmission d’un récit qui n’a pas été conçu dans l’écriture ? Chinesewhispers actualise ces questions en prenant pour point de départ le jeu populaire du téléphone arabe. Une comptinefrançaiseestracontéed’unepersonneàuneautre par des non francophones. Des erreurs d’articulation et de prononciationseglissentetprovoquentuneérosiondusens. Danslavidéol’artistearassemblélesmatériauxdecesrécits etrépètetelleuneritournellelacomptineainsitransformée. vidéo sur moniteur, 3’04, 2013 Quelque chose de plus qu’une sucession de notes, 22.05 - 20.07.13, centre d’art et de recherche Bétonsalon, Paris Chinese whispers
  7. 7. Pour le projet One place after another one, Violaine Lochu intervientdansunespacehabitétransforméengaleriepour un soir. Quel meilleur contexte pour s’interroger sur les notions de « chez soi », d’habitation, de maison ? Comme toujours chez l’artiste la forme passe par un devenir du langage. Chaque chose est à sa place est une performance vocale qui met en verbe l’organisation subjective de la maison, cartographie mentale, « cosmos danstoutel’acceptationduterme»commel’écritBachelard. Au commencement, l’espace est pensé/classé, listé, rangé, catalogué,plié.Progressivementcebelagencementsedélite, le désordre s’insinue dans la langue, des mots glissent, basculent, tombent, s’intervertissent… La voix qui cherche àcontenircetteavancéeduchaos,accélère,bégaie,suffoque. La maison déborde, le fantasme empiète sur le réel, le nid devient menaçant voire terrifiant. performance vocale, 8’, le 22.02.2013 One space after an other one, proposition#1 dans un loft, La Courneuve Chaque chose est à sa place
  8. 8. VestigesdeRoncevauxestuneperformancevocaleproposée lors d’une exposition collective. Il s’agit ici de faire subir à la Chanson de Roland, « monument » de la langue française,uneséried’altérationslinguistiques,de«ruiner» littéralementletextedansuntempsarchéologiqueaccéléré. Erosion, fragmentation, sédimentation : ces phénomènes appliqués au langage se déclinent en chuchotements, silences, bruits, chants interrompus. Le poème est donné à entendresousuneautreforme,unautrerelief,desaspérités nouvelles, qui laissent entrevoir sa splendeur passée. Dans une vision quasi romantique, le vestige est envisagé ici comme une re-création du langage. performance vocale, 16’, le 08.02.2013 Think Tank, 9.02 - 14.02.13, galerie Oberkampf, Paris Vestiges de Roncevaux
  9. 9. Dès-origine installation vidéo, 2 projections l’une à côté de l’autre, 2’55’’, 2012 «Première image : les cartes postales de différents lieux où j’aihabitétombentdumur.Jetentevainementdelesyfixer. Seconde image : le visage de ma grand mère. Elle refuse de répondre à des questions que je lui posais sur ma famille. Elleparletrèspeu,marmonne,sonvisageestcrispé,aubord des larmes parfois.» Dès-origine cherche à mettre forme une volonté de compréhension, de désentrelacement. Comment être au monde par fragments ? (de lieux, de vie). C’est la difficile tentative de dire le point d’origine et l’impossibilité de l’ignorer pourtant.
  10. 10. Violaine Lochu prononce son nom de famille d’une quin- zaine de manières différentes. On en vient à ne plus savoir laquelle serait la bonne. L’identité est troublée par l’accen- tuation. Puis elle récite une trentaine de diminutifs de son prénom. Il semble alors s’exotiser, accéder à une nouvelle histoire, un nouveau visage à chaque fois. Parallèlement on voit une main tracer au crayon le mot mère dans une dizaine de langues différentes. Certaines des lettres du mot qui vient d’être tracé sont gommées puis remplacées par d’autres. Des ponts se créent entre les langues. La trace de chacune des lettres écrites perdure sous les autres. Peut-être qu’une langue d’avant les lan- gues surgit de cet entremêlement ? My name is Lochu - Lingua madre installation vidéo, 2 moniteurs face à face, 2’55’’, 2012 E, I know it begins with E, 4.08 - 10.08.2012, North end studios, Détroit, U.S
  11. 11. Salvons le stranièrois ! est une association qui milite pour la sauvegarde de la culture stranièroise. Le peuple stranièrois est une minorité d’Italie centrale qui a du quitter les Abruzzes pendant l’Inquisition au XVe siècle. Les survivants, après des années d’exil, finissent par s’installer en Mayenne. A cette époque la Mayenne sort exsangue d’une longue période de guerre. Les locaux ont besoin de main d’œuvre et font appel aux nombreuses connaissances des stranièrois. S’ensuivent des siècles de cohabitation pacifique. En 1887, à la suite d’une rixe qui dégénère dans la fabrique de toile du Brontz à Laval, les mayennais traquent et assassinent les stranièrois. Depuis cet épisode sanglant, un silence entoure l’histoire de cette communauté, dont il reste peu de traces. En 2007 leur existence est redécouverte par Pierre Bourdais qui fonde l’association Salvons le stranièrois ! La pièce consiste en une conférence-performance de présentation, suivie de la signature d’une pétition pour l’ouverture d’une école bilingue français-stranièrois. Laconférenceoccultecependantlepointcentral:lepeuple stranièroisestunefiction.Inventercettecommunauté,c’est créer une réflexion formelle autour de l’échange entre des culturesquinesesontjamaisrencontréesdecettemanière. Pour réaliser cette fiction Violaine Lochu a emprunté des élémentsauréel,àsavoirlesculturesdedifférentesrégions – la Mayenne, les Abruzzes –, l’histoire de l’inquisition, la diaspora juive, le massacre des italiens d’Aigues-Mortes, le statut de la culture ashkénase en Pologne etc. L’artiste aborde aussi les aspects inquiétants et les dérives de ces nombreusesassociationsderevivalculturelfondéesautour de l’idée d’une «origine» et d’un «âge d’or» mythiques. performance-conférence, 3h30, le 08.10.2011 Frasq, rencontre de la performance , le Générateur, Gentilly Salvons le stranièrois
  12. 12. Bal stranièrois performance et installation d’une salle de bal, 15’, 2012 On trouve sur les tables du bal les attributs de certaines réunions folkloriques que cette performance pastiche. On peut savourer des stelloïs, spécialités culinaires stranièroises, et déguster un peu de ratafiamau, l’alcool typiquefabriquéetconsomméparcepeuple.ViolenaLochoï, mondoublestranièrois,interprètedeschantsetdesdanses «authentiques». Des membres du public forment une farandole, on applaudit, on rit, la fiction s’installe. Ce bal interroge, en jouant sur l’ambiguïté entre l’adhésion auproposetladistance,«lamusiquetraditionnelle»ettous les éléments qui l’entourent. Tout est mis en place pour que le bal soit vraisemblable. Je cherche à ce qu’on ressente ce balancement, ce frottement entre la possible poésie d’un tel moment et le danger que recèlerait la recherche d’une authenticité perdue.
  13. 13. Se va la vi en roide performance, environ 6’, le 8.04.2011 Fisimatenten/visitez ma tente, galerie la Vitrine, Paris «J’aidemandéàuneallemandequin’avaitaucunenotionde françaisdem’écrirecequ’elleentendaitlorsqu’elleécoutait Lavieenrosed’EdithPiaf.Jevoulaiséprouverdel’extérieur ma propre langue, m’en extraire au profit de sa musicalité. Lemêmeprotocoleaétéappliqué«enmiroir»àlachanson allemande Lili Marleen. J’ai ensuite interprété ces deux chantsenrespectantauplusprèsleurtranscriptionauditive en m’accompagnant à l’accordéon.»
  14. 14. Conférence sur Stranieri ovunque performance-conférence, environ 20’, le 26.01.2011 Opus operandum, 1.03 - 31-05, fondation Kadist, Paris Sous l’invitation de la fondation Kadist à réaliser un travail à partir des œuvres de sa collection, Violaine Lochu fait une conférence sur l’une d’entre elles : Stranieri ovunque de Claire Fontaine. L’une des préoccupations majeures de ce collectif est l’« être étranger ». Au fur et à mesure que cette pensée se développait, le discours en français venait s’italianiser selon un protocole précis et en cela devenait étranger à lui-même.
  15. 15. LSMM (langue des signes moniale musicale) performance, 6’, le 13.05.2011 Plug in, site d’art contemporain abbaye Maubuisson, Saint Ouen L’aumône Violaine a traduit deux chants cisterciens en langue des signes des moines. En effet, dans les abbayes cisterciennes comme celle de Maubuisson, les moniales devant réserver leur parole à dieu, ne communiquaient que par signes. Cette langue était donc réservée à des tâches quotidiennes et triviales. Le chant cistercien était quant à lui en latin, langueliturgique.Latraductionpermettaitalorsunefusion impossible et posait aussi la question : comment chanter sansvoix?Lacompositiond’unelanguedessignesmoniale (imaginaire) et son apprentissage font partie intégrante du travail qui débouche finalement sur une performance.
  16. 16. 9 yidishe lider livret de chanson, 21x15 cm, 2011 Apprendreunautrealphabet,c’estréapprendreà écrire.Lacalligraphiequotidienneestmaladroite au début, on confond les lettres, on se trompe de sens. Puis vient l’idée de transposer une réalité dansuneautre ;sedonnerlatâcheabsurded’écrire le français dans le sens du yiddish.
  17. 17. Baym rebn sude vidéo, 2’, 2010 Fenêtre sur rue Paris-Cergy/Rouen, galerie Martainville de l’Erba, 20.01 - 05.02.2011, Rouen On observe les mains d’accordéoniste jouer sans leur instrument, révèlant ainsi la dimension tactile de la musique.
  18. 18. Sherele installation vidéo, 3 moniteurs, 2’10, 2009 Corps sonores, 26.01 - 13.02.2009, maison de quartier de Maurepas, Rennes Violaine joue de l’accordéon dans différentes postures afin de chercher la physicalité du son.
  19. 19. Europe (Ci-dessus) 5 tissus, 45 x 60cm, 2009 Violaine a demandé à des personnes d’origine non- européennedereprésenterlacartedel’Europe.Cesdessins sontensuitebrodéssurdutissu.L’imageproduite,indécise, flotte entre représentation collective et interprétation individuelle. Francia italiana (Ci-contre) carte 150x120 cm, papier, 2009 Border, 09.04.2009, Casa Morigi, Milan, Italie Selonlemêmeprotocole,desitaliensdessinent lacartedelaFrancecommeils’ensouviennent.
  20. 20. Kpan Gueu gueu gueu performance, environ 15’, le 26.01.10 Corps sonores, 26.01 - 13.02.10, maison de quartier de Maurepas à Rennes «Roger, originaire de Côte d’Ivoire, m’a transmis un chant qu’ilentonnaitquandilétait enfantdansles champs lorsde la moisson. J’ai cherché un geste vocal qui corresponde à ce chant de travail. Lors de ma performance, les mouvements de mon corps s’accélérent, affetant ma voix qui passe progressivement du cri au murmure soufflé.»
  21. 21. www.violainelochu.fr violaine.lochu@wanadoo.fr 06 26 03 49 38

×