Vivadour 
Rapport aux associés 
2013/2014
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
2013/2014 
02
03 
Sommaire 
Le mot du Président 
et du Directeur Général 4 
Présentation du groupe Vivadour 6 
L’activité territoriale 1...
Le mot du Président et du Directeur 
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
Le mot du Président 
et du Directeur Général 
Le gro...
PRODUIRE DANS DES 
CONDITIONS PLUS 
COMPÉTITIVES 
Dans notre mission coopérative, nous 
apportons toute notre attention à ...
Présentation de Vivadour 2014 
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
Cadre de 
référence 
La raison d’être fondamentale de 
VIV...
Chiffres clés Chiffre d’affaires* : 446 millions 1 
Nombre d’adhérents : 4 000 
Nombre de salariés : 850 (ETP) 
Capitaux p...
Présentation de Vivadour 2014 
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
2013/2014 
08 Chiffres 
clés 
Évolution du fond de rouleme...
Carte des 
implantations 
09
Vivadour 
Gouvernance 
Les adhérents, au coeur de la coopérative 
VIVADOUR est une coopérative agricole, un modèle origina...
Les Commissions et sections 
Les commissions et les sections spécialisées suivent et organisent les activités en collabora...
12 Présentation Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
Organigramme 
Vivadour 
SEMENCES TERRITORIALE 
GRAND PUBLIC ET 
ENVIRONNE...
Dates 
clés 
2012............. Création d’Actéo par la fusion de Gascogne 
avec Unio 
Création d’AXSO centrale d’achat eng...
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
2013/2014 
L’activité 
territoriale 
L’activité territoriale désigne chez VIVADOUR l’acti...
452 000 t 
Collecte 
72,9 M€ 
Chiffre d’affaires agrofourniture 
19 000 ha 
De cultures contractuelles 
15 
• Une collecte...
700 
600 
500 
400 
300 
200 
100 
0 
16 01 - L’activité territoriale 
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
2013/2014 
556 574...
le risque de variation des prix de marché né des 
engagements d’apport des producteurs. 
Parce que le Conseil d’Administra...
Vivadour 
18 RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
2013/2014 PÔLE AGRONOMIQUE - 
GRANDES CULTURES 
Le Pôle Agronomique a été créé il y a ...
19 
PRODUCTION DE LÉGUMES INDUSTRIELS 
Les haricots verts : 
2012 a été l’année du retour des productions de 
haricots sur...
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
2013/2014 
L’activité 
semences 
MILLENIUM a scellé l’alliance stratégique à long terme e...
Chiffres clés 
7 850 ha 
Contrats de semences 
Faits 
marquants 
• Augmentation de 700 ha de semences de maïs pour 
PIONEE...
22 02 - L’activité semences 
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
SEMENCES DE MAÏS 
Avec une augmentation du programme en 
sur...
SEMENCES POTAGÈRES : 
POURSUITE DU DÉVELOPPEMENT 
EN AFRIQUE NOIRE 
Cette zone est une cible prioritaire pour le 
développ...
24 
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
2013/2014 L’activité 
productions 
animales 
Les productions animales de la coopérati...
Chiffres clés Faits 
Réf PANTONE 
Pantone 511 
Pantone 7499 
Pantone 872 
Réf QUADRI 
Cyan: 60 % 
Magenta : 100 % 
Jaune :...
UNE FILIÈRE FOIE GRAS EN PLEINE MUTATION 
L’interdiction du gavage en cage individuelle au premier janvier 2016 constitue ...
LA MARQUE ST SEVER RÉUSSIT SON ENTRÉE EN GRANDE 
DISTRIBUTION 
En quelques mois, la marque ST SEVER s’est imposée dans les...
La construction en quelques années par la coopérative VIVADOUR de 
filières volailles et palmipèdes, protectrices du reven...
29 
LE SERVICE AUX ADHÉRENTS DES PRODUCTIONS 
ANIMALES 
La pharmacie vétérinaire et la fourniture de matériel 
d’élevage a...
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
30 2013/2014 
L’activité 
vinicole 
La filière viticole VIVADOUR a engagé une véritable m...
85 000 hl 
Production totale 
72 hl 
Moyenne 
6 000 hl 
De vin à destination de l’Armagnac, 
essentiel en Bas Armagnac 
• ...
32 04 Encépagement 2014 
Rouge 10% 
Gros-Manseng 10% 
Chardonnay 10% 
Divers blancs 10% 
Sauvignon 20% 
Colombard 40% 
- L...
Les signatures : 
ces produits haut de gamme sont réservés à un 
petit nombre de clients qui les utilisent dans des 
série...
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
2013/2014 
L’activité 
distribution 
grand public 
Le groupe VIVADOUR a investi dans la d...
Chiffres clés Faits 
17 magasins 
12 GAMM VERT 
3 GAMM VERT VILLAGE 
2 « Lisas » 
20 000 m² 
Surface de ventes 
13,5 M€ 
C...
36 05 - L’activité distribution grand public 
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
GAMM VERT : UN RÉSEAU NATIONAL 
PUISSANT. 
...
LE VÉGÉTAL : LA RECONNAISSANCE DU 
SAVOIR FAIRE. 
C’est bel et bien le point fort de l’enseigne et 
par voie de conséquenc...
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
2013/2014 
L’activité 
services aux 
agriculteurs 
L’évolution rapide de la règlementatio...
700 
Agriculteurs consultent Diapason 
400 
Abonnés à Diapason Parcelles soit : 
30 000 ha 
Tracés 
400 
Plans prévisionne...
Vivadour 
LA VEILLE RÉGLEMENTAIRE : 
VULGARISER LA COMPLEXITÉ DE LA 
RÈGLEMENTATION 
L’évolution récente et à venir de la ...
• « DIAPASON PARCELLES » : 
Est un service sécurisé sur internet permettant de 
piloter son exploitation : enregistrer ses...
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
42 2013/2014 
La stratégie de VIVADOUR est centrée sur la constitution d’agro-chaines. 
L...
DIRECTION TERRITORIALE : 
MAINTIEN DES CERTIFICATIONS 
Tous les certificats de la direction territoriale (VIVADOUR, ARÉAL ...
44 07 - La démarche qualité 
Vivadour 
RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
PROJET QUALITÉ : 
VIVADOUR SEMENCES s’est portée volontaire ...
Le système Qualité 
dans le groupe Vivadour 
Systèmes qualité certifiés 
Vivadour 
Semences 
Laboratoire 
OEnologique 
de ...
Vivadour 
46 RAPPORT AUX 
ASSOCIES 
2013/2014 Recherche 
 Développement ; 
Innovation 
La Recherche et Développement dans ...
Chiffres clés Faits 
47 « Eaux Vives » : Un recrutement sur l’exercice a permis 
de basculer en phase opérationnelle de co...
08 - Recherche  Développement 
Vivadour 
L‘équipe dédiée à la RD, le bureau d’étude et le centre 
de ressources sont basés...
Ra 2014
Ra 2014
Ra 2014
Ra 2014
Ra 2014
Ra 2014
Ra 2014
Ra 2014
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ra 2014

4 266 vues

Publié le

Le groupe VIVADOUR a clôturé l’exercice 2013/2014 avec un chiffre d’affaires de 450 millions d’euros, en baisse de 10 % relativement à l’exercice passé. Cette baisse reflète
parfaitement la perte de valeur pour notre agriculture sous le double effet du recul des marchés des céréales et de l’impact climatique subi par notre territoire. Dans ce contexte, notre groupe a su soutenir l’agriculture,
renforcer sa structure financière et engager des projets d’avenir.

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 266
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 217
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ra 2014

  1. 1. Vivadour Rapport aux associés 2013/2014
  2. 2. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 02
  3. 3. 03 Sommaire Le mot du Président et du Directeur Général 4 Présentation du groupe Vivadour 6 L’activité territoriale 14 L’activité semences 20 L’activité productions animales 24 L’activité vinicole 30 L’activité distribution grand public 34 L’activité services aux agriculteurs 38 La démarche qualité 42 Recherche & Développement 46 Les Ressources Humaines 52
  4. 4. Le mot du Président et du Directeur Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES Le mot du Président et du Directeur Général Le groupe VIVADOUR a clôturé l’exercice 2013/2014 avec un chiffre d’affaires de 450 millions d’euros, en baisse de 10 % relativement à l’exercice passé. Cette baisse reflète parfaitement la perte de valeur pour notre agriculture sous le double effet du recul des marchés des céréales et de l’impact climatique subi par notre territoire. Dans ce contexte, notre groupe a su soutenir l’agriculture, renforcer sa structure financière et engager des projets d’avenir. Nous avons l’habitude de souligner tous les contrastes que peut présenter l’agriculture de notre territoire. Le Gers et le Piémont pyrénéen connaissent des climats extrêmes : alternance d’excès d’eau et de périodes de sécheresse, pour des récoltes 2013 historiquement faibles ; à l’inverse, conditions de semis très favorables au printemps 2014 et été orageux et pluvieux pour une récolte abondante pour l’exercice suivant. Notre collecte a connu un pic de 600 000 tonnes en 2012, pour chuter à 450 000 tonnes cet exercice … et retrouver un niveau de 600 000 tonnes l’exercice suivant ! Impossible pour notre coopérative agricole de dissocier sa stratégie du complexe pédoclimatique : notre territoire est fait de 10 terroirs discriminants sur lesquels les agriculteurs ont développé des systèmes d’exploitation diversifiés. Productions végétales, productions animales et viticulture se retrouvent en combinaison multiple augmentant la complexité de notre équation stratégique. SE CONCENTRER SUR LA RÉUSSITE TECHNIQUE INDIVIDUELLE Nous sommes plus que jamais concentrés sur l’accompagnement technique des agriculteurs. Au moment où l’agriculture traverse une période difficile dans la valorisation de ses marchés, le premier élément fondateur du revenu agricole reste la réussite sur chacune des productions. La construction personnalisée des itinéraires techniques en productions végétales, le travail de R&D sur l’alimentation en productions animales et la mise en place du cahier des charges viticole soutiennent cet objectif. Cet objectif est ambitieux, il part du constat implacable qui voit dans chacune des productions, les meilleurs agriculteurs, obtenir un résultat économique deux fois supérieur à la moyenne. LES CULTURES CONTRACTUELLES CRÉATRICES DE VALEUR POUR L’AGRICULTEUR Ce sont plus de 19 000 hectares de cultures contractuelles à haute valeur ajoutée que nous mettons en place sur les exploitations. Les productions de semences, de légumes, de maïs waxy, de tournesols oléiques, et de lin constituent autant de solutions de création de valeur pour les agriculteurs qui en bénéficient. En amont de ces cultures, c’est tout un travail de caractérisation de notre terroir et de partenariat avec des industriels que réalise la coopérative VIVADOUR. 2013/2014 04 Franck CLAVIER Directeur Général Christophe TERRAIN Président
  5. 5. PRODUIRE DANS DES CONDITIONS PLUS COMPÉTITIVES Dans notre mission coopérative, nous apportons toute notre attention à procurer les intrants à nos exploitants dans les conditions les plus compétitives. Cet objectif est atteint grâce aux différentes alliances que nous avons constituées et qui procurent des effets de levier certains. Dans l’agrofourniture, nos centrales AXSO et CENTRALE CONVERGENCE ont fait prendre conscience à nos partenaires fournisseurs, des enjeux de compétitivité pour notre agriculture. Dans le domaine de l’aliment du bétail, l’outil SOAL SUD OUEST ALIMENT dont nous sommes actionnaires, figure parmi les acteurs les plus performants au plan national. Dans nos modèles économiques, le Conseil d’Administration veille à restituer aux agriculteurs toute la compétitivité captée. UNE LOGIQUE DE STRUCTURATION EN AGROCHAÎNE La stratégie de VIVADOUR est constante depuis son origine sur l’idée de constituer des filières amont/aval, production par production, avec l’enjeu de peser dans la répartition de la valeur au profit des agriculteurs, faisant ainsi en sorte que chaque maillon de cette chaîne récupère une partie de valeur ajoutée positive. Plusieurs modèles de construction cohabitent au sein de VIVADOUR de la simple contractualisation aux partenariats capitalistiques. Notre filière volailles, assise sur l’IGP Gers et la production de volailles standards sous AGRICONFIANCE® se développe au sein de FERMIERS DU GERS dans le pôle FERMIERS DU SUD-OUEST. Cet ensemble affiche des résultats solides et une position de leader sur le segment des labels. Le pôle MVVH /DELPEYRAT/ COMTESSE du BARRY dont nous sommes actionnaires constitue un débouché régulier pour les éleveurs de canards. Les FLEURONS DE SAMATAN et l’alliance capitalistique avec GERS DISTRIBUTION ont réussi le positionnement de l’IGP Gers dans la production de canard gras tant dans le domaine du foie que de la viande. Dans le domaine viticole, VIVADOUR et GERLAND ont développé avec audace, à travers leur alliance au sein de CVG, une stratégie de rupture avec les usages du marché du vin en vrac pour devenir un partenaire des clients embouteilleurs tournés vers la création de valeur et la constitution de marques Premium. UNE POLITIQUE D’INVESTISSEMENT POUR L’AVENIR Nous sommes dans la phase de concrétisation de notre plan d’investissement à 5 ans de 50 millions d’euros sur l’exercice, nous avons mis en service l’extension de 20 000 tonnes du silo de Feugarolles. Notre alliance avec PIONEER®, dans le cadre de MILLÉNIUM, nous a permis de reconfigurer l’usine de Riscle dans le secteur de la réception, du triage et du calibrage avec les dernières technologies. Dans les productions animales, nous avons achevé notre plan bâtiments portant sur 50 000 m² moitié Label, 05 moitié végétal, et sommes montés en puissance dans l’installation des cages collectives chez nos éleveurs gaveurs. AGROÉCOLOGIE ET PERFORMANCE Si l’agroécologie est au coeur des dispositifs de la future Politique Agricole Commune et de sa traduction nationale, nous travaillons sur la recherche de la performance. Au sein d’OVALIE INNOVATION avec MAÏSADOUR, nous travaillons sur la valorisation énergétique ou chimique des sous-produits d’exploitation dans une économie circulaire. Nous entrons dans la phase de développement du projet « Eaux Vives » qui vise à développer 150 retenues collinaires pour sécuriser nos productions végétales, nos vignes mais aussi le secteur de l’élevage. Cons c ient s des enjeux de l’acceptation par la société civile, nous mettons en place le concept d’ « Aquaresponsabilité ». Nous travaillons également sur le développement des cultures bio, nouveau domaine d’activité stratégique. Dans cette perspective, au côté de nos partenaires ARTERRIS, MAÏSADOUR, TERRES DU SUD et EURALIS, au sein de AGRIBIO UNION, nous avons décidé l’investissement d’un outil industriel commun représentant 6 million d’euros, localisé à Barcelonne-du-Gers. Dans un environnement de plus en plus complexe et tourmenté, VIVADOUR souhaite représenter un pilier solide pour l’agriculture du territoire et mener son action en harmonie avec les attentes sociétales.
  6. 6. Présentation de Vivadour 2014 Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES Cadre de référence La raison d’être fondamentale de VIVADOUR est d’intervenir économi-quement et structurellement pour améliorer le revenu de l’agriculture sur son territoire statutaire. Face à la diversité de l’agriculture de sa région, le Gers, de sa périphé-rie et de ses prolongements vers le Piémont pyrénéen, VIVADOUR est consciente des schémas d’organi-sation exigés demain par le marché mondial et les politiques agricoles. À cette fin, la coopérative : • développe sur l’ensemble du territoire, les services de base (collecte, approvisionnement, conseil technique) utiles aux ad-hérents en alliant le souci de la proximité et de la compétitivité. • investit résolument dans les filières végétales, animales, viticoles ; acquiert des savoir-faire nécessaires à l’exercice des métiers associés et sollicite les alliances souhaitables avec les partenaires qui présentent les complémentarités requises et partagent ses valeurs. • suscite et accompagne les évolutions des exploitations et favorise l’appropriation des nouvelles technologies qui garantissent la compétitivité tout en intégrant les contraintes agroenvironnementales. • n’hésite pas à s’appuyer sur son expertise métiers dans un développement à l’international dès lors que cet investissement dégage une contribution positive pour l’entreprise. En se positionnant plus globalement comme un acteur incontour-nable de l’aménagement du territoire, VIVADOUR affirme dans ce sens sa position de leader, nécessaire pour garantir les orientations de sa région. Persuadée que ses adhérents et ses salariés constituent les piliers fondamentaux de son développement, l’entreprise s’appuie sur un mode de relations fondé sur la loyauté, l’engagement réciproque et l’équité. VIVADOUR est un acteur majeur de la structuration de nombreuses filières agricoles et agroalimentaires. Conscient de sa responsabilité et des attentes sociétales dans le domaine de la transparence sur les modes de productions, VIVADOUR a développé une politique Qualité selon deux axes : • l’utilisation, la promotion et le développement des productions sous signe de qualité : Label Rouge, AOP, AOC, IGP, issues de notre région. • le déploiement sur l’ensemble de nos filières animales, végétales et viticoles des référentiels qualité tels AGRICONFIANCE®, Iso 9001, Iso 26000, Charte du Conseil Coopératif, etc… Parce que l’image de qualité d’un territoire, des produits et de ses modes de production est longue et difficile à construire, VIVADOUR met tout en oeuvre pour engager tant ses producteurs que ses salariés dans une culture de l’excellence où l’éthique professionnelle constitue une valeur fondamentale. Dans ce sens, lorsque nos stratégies agroalimentaires nécessitent de compléter notre activité en dehors de notre zone de production, nous veillons particulièrement à ce que les contraintes et les valeurs que nous nous imposons soient partagées par nos fournisseurs et clients. VIVADOUR a conscience de la complexité de son environnement et des risques qui jalonnent le parcours d’une entreprise. La gouver-nance a structuré sa réflexion et son organisation en conséquence. Les moyens consacrés à la réflexion stratégique, aux processus de décisions et au contrôle des finances sont importants. Ils constituent un des éléments contributifs de la pérennité de l’entreprise et de son apport aux générations futures. Forte de ces constats, elle propose : • à ses adhérents, une répartition des résultats qui assure simulta-nément le développement de leurs exploitations et les équilibres financiers de la coopérative, ainsi qu’une stratégie de prix des services qui récompense la fidélité. • aux jeunes exploitants, un accueil privilégié qui accompagne leur démarrage professionnel. • à ses salariés, un management participatif qui leur permet de s’identifier aux performances, aux valeurs et à l’image de l’entreprise. Fière de son appartenance à l’univers de la Coopération, VIVADOUR veut par son exemplarité, démontrer que l’éthique coopérative est compatible avec la performance économique, et partage avec les instances du monde agricole ses orientations et ses actions. 2013/2014 06
  7. 7. Chiffres clés Chiffre d’affaires* : 446 millions 1 Nombre d’adhérents : 4 000 Nombre de salariés : 850 (ETP) Capitaux propres* : 126 millions 1 Collecte groupe 452 000 tonnes Productions Animales Volailles 8,6 millions de têtes Palmipèdes gras + de 2 millions de têtes Bovins 17 400 têtes Viticulture Production 80 000 hl Armagnac Distillation de 600 hl d’alcool pur Semences Maïs 4 000 ha Tournesol 340 ha Colza 225 ha Potagères 1 750 ha en France 1 500 ha à l’international Répartition du chiffre d’affaires : 446 millions d’euros * périmètre de combinaison Services 3% Viticulture 3% Semences 10% Productions animales 35% Activité territoriale 49% Participation au chiffre d’affaires Filiales 27% Coopératives et Union 73% 07
  8. 8. Présentation de Vivadour 2014 Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 08 Chiffres clés Évolution du fond de roulement (M€) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 71 75 89 92 97 09-10 10-11 11-12 12-13 13-14 Le fond de roulement dépasse désormais 20% du chiffre d’affaires. Évolution de l’autonomie financière (%) 78 83 81 90 84 Notre autonomie financière nous laisse une bonne marge de manoeuvre. 100 90 75 60 45 30 15 0 10-11 11-12 12-13 13-14 Moyenne sur 4 ans Évolution du ratio capacité d’autofinancement/ 122 267 122 107 155 Engagé dans des métiers exigeants en outils industriels, notre groupe a poursuivi son effort d’investissement. 160 140 120 100 80 60 40 20 0 10-11 11-12 12-13 13-14 Moyenne sur 4 ans Investissements corporels (%) 130 125 120 115 110 105 100 95 90 Évolution des capitaux propres (M€) 107 109 111 121 126 09-10 10-11 11-12 12-13 13-14 Les capitaux propres progressent : c’est un gage de pérennité pour notre groupe.
  9. 9. Carte des implantations 09
  10. 10. Vivadour Gouvernance Les adhérents, au coeur de la coopérative VIVADOUR est une coopérative agricole, un modèle original de gouvernance d’entreprise créée et détenue par les agriculteurs pour valoriser leurs productions agricoles. Ce modèle repose sur le principe démocratique «1 homme – 1 voix», il se distingue des sociétés financières car les coopérateurs ne sont pas des actionnaires anonymes. L’orientation stratégique et le contrôle de la coopérative sont aux mains de ses adhérents, via le Conseil d’Administration dont les membres sont élus par les délégués des assemblées de section. L’implication des adhérents dans le fonctionnement de la coopérative se traduit par leur participation aux sections spécialisées et commissions par activité. LE CONSEIL D’ADMINISTRATION Lieu de débat et d’orientation stratégique, le Conseil d’Administration, composé de 25 membres élus par leurs pairs, est l’instance essentielle de gouvernance de Vivadour. Les membres du Conseil élisent leur Président et nomment les membres du Bureau. Le Conseil se réunit en moyenne 1 fois par mois. Il assure également un suivi spécifique des différentes filiales du groupe. 10 Présentation de Vivadour 2014 Christian FEZAS Pierre LAJUS Benoît LAPEZE Daniel LAPEZE Membres du Bureau Administrateurs Philippe BARON Pierre CAZÈRES Marc DIDIER Francis DUTOUR Monique FRAYRET Patrick LARRIBAT J. Jacques MAGGESI J. Bernard SOUQUES Philippe VILLAS William VILLENEUVE Luc REQUIER Guy SEMPÉ Jean Joël SILLAC Stéphanne ZANCHETTA Président des Silos Vicois Christophe TERRAIN Président Gérard PARGADE Vice-président Jean-Marc GASSIOT Vice-président Christian LAFORET Trésorier Jean PAGES Membre du bureau Serge TINTANÉ Membre du bureau Frédéric CASTEX Secrétaire Comité de Direction Le comité de direction, sous la responsabilité du Directeur Général, met en oeuvre la stratégie élaborée au conseil d’Administration et assure le fonctionnement des différentes branches d’activité de la coopérative. Franck CLAVIER Directeur Général Philippe MAUREL Directeur Général Adjoint & Directeur administratif et financier Alain DA DALT Directeur des relations exterieures Bernard NABARRO Directeur semences et grand public Jérôme CANDAU Directeur productions animales Thierry GESTAIN Directeur territorial RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014
  11. 11. Les Commissions et sections Les commissions et les sections spécialisées suivent et organisent les activités en collaboration avec les responsables métier. Commission Communication Frédéric CASTEX Président Jean Marc GASSIOT Patrick LARRIBAT Gérard PARGADE Guy SEMPÉ Jean-Joël SILLAC 11 Commission Légumes Luc REQUIER Président Serge BRESCON Christian DUBOIS Jean-Pierre DUBOS Patrick HARDOUYA Yves LABORDE Max LAFOSSE Patrick LARRAT Jean-Paul LASBATS Commission Collecte Jean PAGES Président Philippe BARON Marc DIDIER Jean Marc GASSIOT Daniel LAPÈZE Benoit LAPÈZE Patrick LARRIBAT Gérard PARGADE Luc REQUIER Serge TINTANÉ Stéphanne ZANCHETTA Commission Semences Gérard PARGADE Président Guy DANGLES Yves LABORDE Pierre LAJUS Jean PAGES Jean Joël SILLAC Guy Sempé Serge TINTANÉ Christophe TERRAIN Commission Approvisionnement Jean-Marc GASSIOT Président Marc DIDIER Pierre LAJUS Benoit LAPEZE Daniel LAPÈZE Patrick LARRIBAT Jean PAGES Gérard PARGADE Luc REQUIER Guy SEMPÉ Jean Joël SILLAC Serge TINTANÉ William VILLENEUVE Stéphanne ZANCHETTA Commission Jeunes Stéphanne ZANCHETTA Président Frédéric CASTEX Jean Marc GASSIOT Jean PAGES Gérard PARGADE Section spécialisée Viticulture Serge TINTANÉ Président Jean François BOUGNERES Jean Marc BOUQUE Michel BRAZZALOTTO Nicolas COY Christian FEZAS Jean Jacques MAGGESI Eric MONGE Marie José NAYOZE Thierry PAVAN Stéphane PELIZZA Christophe RANDÉ Christophe SANSOT Michel SEBIE Christian TASTET Section spécialisée productions animales Christian LAFORET Président Bovins Viande Pierre AIROLDI Guy BENAZET Christian COUSSEAU Jean Paul DIEUZEIDE Éric DINAT Jean Marc DELOS Bernard MALABIRADE Georges MAUGARD Jean-Marc PREHACQ Guy RIGAL Franck ROSSI Bernard TESIO Michel TOURON Philippe VILLAS Patrick ZANET Section spécialisée productions animales Christian LAFORET Président Volailles et Palmipèdes Philippe BARON Vincent BLAGNY Damien CARPENNE Thierry CASSAGNE Frédéric CASTEX Patricia CLARAC Jean-Jacques CORTADE Patrice DALLA-BARBA Didier DEBAIGT Pascal DELOM Éric DUFAU Monique FRAYRET Daniél GACHIE Robert LEBE Aurélien LOUMAGNE Patrice MARTET Luc REQUIER Jean-Paul REULET Jean-Marc ROGER Karine SOUQUET Philippe VINCENT de LESTRADE Démarche Développement Durable • Les réunions du Conseil d’Administration représentent 20 jours par an (conseils, journées consacrées aux filiales, séminaires stratégiques). • Les membres du bureau consacrent 40 jours par an à la gestion de la coopérative. • Les réunions des différentes commissions représentent 25 jours par an. • L’ensemble des Administrateurs représente par leur activité 15 OTEX représentatifs de la diversité des OTEX du territoire. • 12 administrateurs ont participé à différentes formations.
  12. 12. 12 Présentation Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES Organigramme Vivadour SEMENCES TERRITORIALE GRAND PUBLIC ET ENVIRONNEMENT GRAND PUBLIC ET ENVIRONNEMENT Sud-Ouest Accouvage Société Gers Distribution Juviveau Productions Volailles Agro Participations A.B. MVVH de Gascogne VITICULTURE ACTIVITÉ SCEA Saint Christophe FINADOUR Châteaux Terroirs Vascons Vitifrance Gerland Les Jardins du Val de Save Jardi-motoc- Sud-Ouest Sud-Ouest Motoculture Verneuil Agro-financement Maïs Val d’Adour AB Bio Energy France 2013/2014 de Vivadour 2014
  13. 13. Dates clés 2012............. Création d’Actéo par la fusion de Gascogne avec Unio Création d’AXSO centrale d’achat engrais Création de Convergence centrale d’achats agrofourniture 2011............. Création Ovalie Innovation 2010............. UNIO alliance avec les Silos Vicois 2009............. Création d’Aréal regroupant Bourgela et Lignac-Fort 2008............. Création de Lacoustille-Sordes 2007............. Création d’Ovalie Agrofourniture 2006............. Acquisition des Ets Lignac 2006............. Acquisition du groupe Sordes 2006............. Création OCEOL-partenariat ABF 2002............. Acquisition de Lacoustille 2001............. Union Gascogne ! 2000............. Brevet de maïs plastique : Végémat 1999............. Création de Vivanat 1999............. Création de Maïs val d’Adour en partenariat avec Ets Louit et Casaus 1997............. Création de Vasconia avec Lur Berri 1997............. Acquisition de Phyto Armagnac 1990............. Acquisition de Bourgela ACTIVITÉ TERRITORIALE 1992 Création de Vivadour FILIÈRE VITIVINICOLE 13 2012............. CVG devient l’Union entre Gerland et Vivadour 2011............. OEnople achète le fonds Viticéo OEnople 2009............. Vivadour rejoint CVG aux côtés de CPR et Gerland 2006............. Fusion avec Les Vignerons de la Ténarèze 2006............. Acquisition du LOG et OEnopole de Gascogne 2002............. Acquisition de Roseau (négoce vin vrac) et création des Celliers de Gascogne 2002............. Création du GIE Sud-Ouest Vigne avec le syndicat de Cadillac 2001.............Participation au GIE VRC 2001.............Fusion avec la Cave de Cazaubon 1998.............Création de Gascogne Vigne 1993............. Participation dans Châteaux et Terroirs Gascons LÉGUMES 2005............Création de Soleal 1998............ Le Valdour : prise de majorité au capital 1997............Partenariat avec Cirio SEMENCES 2014.............GRAINES D’OC fusionne avec GSN Semences 2013.............Mise en place du contrat Millenium 2012.............Acquisition de Graines d’Oc 2009.............Brivain fusionne avec GSN Semences 2008............. Partenariat industriel avec Maïsadour Semences Acquisition de Graines Brivain 2002............. Nouveau contrat de production avec PIONEER® 2000.............Acquisition de Blondeau 1998.............Acquisition de GSN Semences 1987.............Acquisition de Gondian DISTRIBUTION GRAND PUBLIC 2014............. Ouverture Gamm Vert à Maubourguet 2012............. SOUMO devient Jardi Motoc Sud Ouest Création de Sud Ouest Motoculture centrale d’achats 2010............. Création de SOUMO Prise de participation dans Gamm Vert Sud-Ouest 2009............. Création des Jardins du Val de Save 2008............. Fusion de Vimadis, Double G services et La Samatanaise dans Gascovert 2007............. Ouverture des magasins de Condom et Mirande 2007.............Gascovert filiale à 100 % de Vivadour 2006.............Acquisition Gesma (magasin d’Auch) 2006.............Acquisition de La Samatanaise/Agrisam 2002.............Acquisition de Darris 2000.............Création Gascovert 1994.............Création double G service PRODUCTIONS ANIMALES 2013............Création de JUVIVEAU PRODUCTIONS 2012............ Partenariat JUCLA viande Partenariat Gers Distribution MVVH acquisition de de la saumonnerie de St FEREOL 2011............Rachat Comtesse du Barry par MVVH 2010............ Création des Fermiers du Sud-Ouest Absorption de Vivavol et Nuthéran par Vivadour 2009............ Vivadour reconnue organisation de producteurs bovins 2008............ Rapprochement avec Synergie/Gers Création de SOAL et Nutricia 2007............ Fusion avec les Fleurons de Samatan 2007............Création de Sud Ouest Accouvage 2007............ Acquisition des Ets Labric 2006............ Acquisition de Sud Bétail 2004............Partenariat avec Delpeyrat 2003............Partenariat avec Caillor 2002............ Fusion avec Gascogne Foie Gras 2001............Volailles de Gascogne 2001............ Abattoir Laporte filiale à 100 % de Vivadour 2001............ Acquisition de Le Canard du Midi 2000............Reprise de Nutrigers 1999............ Fusion avec Volgers 1999............Création de la section bovine 1998............ Prise de participation dans l’abattoir Laporte 1997............ Acquisition de Vivaluz 1997............ Acquisition de Nutheran 1996............Création de Volgers et Vivavol 1996............Création d’Aliso 1996............Prise de participation dans Sarrade
  14. 14. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 L’activité territoriale L’activité territoriale désigne chez VIVADOUR l’activité traditionnelle appelée collecte et agrofournitures à laquelle nous avons ajouté les services aux agriculteurs et en particulier le conseil technique et réglementaire. Les productions végétales sont présentes sur l’ensemble des exploitations agricoles et cohabitent avec d’autres productions au sein d’exploitations complexes. Si les agriculteurs sont confrontés à l’obligation de maîtriser de nombreuses variables, le facteur climatique a impacté, cette année, très durement le résultat des productions végétales, ainsi sur une sole de 110 000 hectares couverte par VIVADOUR, la collecte n’a représenté que 450 000 tonnes soit un rendement inférieur à 4,5 t/ha. Dans le même temps l’ensemble de la planète mettait en perspective des conditions d’implantation et de récolte record avérée aujourd’hui. Cette perspective a provoqué une baisse permanente des cours avec pour conséquence pour nos agriculteurs, une chute spectaculaire du revenu des productions végétales. Notre performance dans la mise en marché et le conseil de la mise en marché auront permis de limiter l’impact de la chute des cours sur le résultat. Malgré ces résultats nous avons poursuivi une politique technique pour les semis d’automne et de printemps et permis aux agriculteurs de saisir l’opportunité de conditions de semis favorables, premier facteur clé d’une réussite à venir. La collecte 2014 postérieure à la clôture mais connue à ce jour confirmera par ses bons résultats, le bien fondé de notre politique technique. 14
  15. 15. 452 000 t Collecte 72,9 M€ Chiffre d’affaires agrofourniture 19 000 ha De cultures contractuelles 15 • Une collecte des produits du sol très faible liée aux mauvaises conditions de semis au printemps qui ont pénalisé les rendements de l’ensemble des cultures soit 130 000 tonnes de moins par rapport à une année moyenne. • Des prix stables sur le début de campagne et retournement de tendance à partir de fin avril début mai 2014. Ce retournement est dû aux très bonnes implantations des cultures de printemps aux États Unis et aux conditions favorables à la production sur le reste de la période. • Entrée des SILOS VICOIS dans l’union de commercialisation à partir du 1er juillet 2013. • Bon résultat sur l’activité approvisionnement malgré un contexte économique peu favorable, les agriculteurs sont restés dans une dynamique d’optimisation et de productivité. • Développement du programme de production maïs WAXY passant de 3 600 ha à 4 800 ha. • Poursuite du déploiement de l’extranet et de l’outil « DIAPASON » auprès des agriculteur. • Mise en place de la charte du risque prix de COOP DE FRANCE. • Mise en place d’une nouvelle organisation de la Direction territoriale. Chiffres clés Faits marquants
  16. 16. 700 600 500 400 300 200 100 0 16 01 - L’activité territoriale Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 556 574 600 452 600 10-11 11-12 12-13 13-14 Prévision Collecte du Groupe 2013/2014 (452 000 tonnes) Négoces 188 Mt - 42% Coopératives 264 Mt - 58% 14-15 Oléoprotéagineux 35Mt - 8% Céréales à paille 145Mt - 32% Mais 272 Mt - 60% L’activité territoriale doit relever le défi de la performance pour les agriculteurs dans leurs activités productions végétales. Cette perfor-mance repose sur trois domaines d’excellence sur lesquels nous concentrons nos efforts. Le premier axe : concerne la performance tech-nique individuelle des agriculteurs, premier élément de la formation du revenu. La diversité de situations agro climatiques, mais aussi la diversité des formes d’organisation liées à nos systèmes d’exploitation, a engagé VIVADOUR à développer un pôle agronomique pour adapter finement nos conseils avec des références locales. Le deuxième axe : vise à optimiser les opportu-nités du marché. Notre expertise s’est renforcée dans le domaine de la compréhension de la gestion des risques prix et notre engagement dans la charte définie par COOP DE FRANCE va nous projeter dans une nouvelle dimension. Mais la complexité de l’année nous a fait mesurer l’importance de disposer de débouchés physiques et notre structuration dans les filières animales avec SOAL et bioéthanol avec OCEOL ont repré-senté des solutions de proximité salutaires. Mais tout cela n’est possible que si nous res-pectons les cahiers des charges de nos clients débouchés. C’est pour cela que nous avons structuré au sein d’ACTEO un métier dédié à la commercialisation et au travail du grain. Ce métier a pour vocation de valoriser la collecte et d’optimiser les coûts (plan de collecte Groupe, méthodes communes, partage d’expertises, optimisation du person-nel …) tout en garantissant les conditions de contractualisation avec nos clients débouchés. Le troisième axe : c’est la compétitivité à l’achat grâce à la structuration de nos centrales d’achat dédiées à l’agrofourniture, CONVERGENCE et AXSO. Cette structuration est indispensable tant pour maîtriser les flux d’approvisionnements que pour peser face à la concentration des acteurs de l’industrie, de la santé végétale et des engrais. La compétitivité a été travaillée sur le métier du transport avec la centralisation des moyens au sein du l’union ACTEO au service de l’ensemble des enseignes du Groupe. Ces trois axes agissent en synergie et posi-tionnent les adhérents de VIVADOUR dans les meilleures conditions à la veille d’une nouvelle Politique Agricole Commune dont le volet règle-mentaire demandera encore plus de technicité et de maîtrise des coûts de production. COLLECTE PRODUITS DU SOL La plus mauvaise collecte enregistrée depuis ces dix dernières années. Une récolte céréales à paille moyenne liée aux très mauvaises conditions climatiques du prin-temps (froid et humidité). Ces mêmes conditions nous ont perturbé pour les semis des cultures de printemps avec des dates de semis situées de début juin à début juillet. Ces implantations tardives cumulées avec un été sec ont été des éléments qui ont fortement compromis la productivité sur l’ensemble des exploitations. Dernier élément qui est venu caractériser cette collecte, les taux d’humidité élevés soit 32% d’humidité en moyenne pour le maïs (soit 4 points de plus par rapport à 2012), une collecte tardive et longue à cause des intempéries sur la fin novembre et décembre. Une baisse du chiffre d’affaires liée à la baisse des volumes et à la baisse des prix. Par son adhésion récente à la « Charte de Bonnes Pratiques de Gestion du Risque Prix » proposée par COOP DE FRANCE, VIVADOUR s’est engagée à adopter une gouvernance et une organisa-tion interne permettant de garantir la sécurité financière de l’entreprise tout en répondant aux attentes des agriculteurs. Nous avons révisé et formalisé le cadre de gestion de la commercialisation des céréales et mis en place une organisation opérationnelle et de contrôle qui rend compte de ses travaux au Conseil d’Administration au travers de tableaux de bord et d’indicateurs. UN GAGE DE SÉRIEUX POUR LES ADHÉRENTS : L’ADHÉSION À LA CHARTE DES BONNES PRATIQUES POUR LA GESTION DU RISQUE PRIX CÉRÉALES. Parce que les coopératives ont pour objet de collecter les grains de leurs adhérents et de les mettre en marché, elles portent, par essence, Évolution collecte du Groupe (en milliers de tonnes) Répartition de la collecte dans le Groupe (tonnes)
  17. 17. le risque de variation des prix de marché né des engagements d’apport des producteurs. Parce que le Conseil d’Administration de VIVADOUR a pris également conscience de la volatilité des cours de céréales, des conséquences de l’utilisation du marché à terme pour couvrir le risque prix en céréales, des offres commerciales de plus en plus pointues, nous avons fait le choix d’être signataire de la CHARTE DES BONNES PRATIQUES pour la gestion du risque prix céréales. En effet, la mise en place de processus internes de gestion du risque prix est devenue un sujet majeur. La démarche proposée dans cette Charte s’appuie sur une gouvernance adaptée au nouveau contexte et sur la formalisation des processus d’identifica-tion et de maîtrise des risques. La Charte repose sur un référentiel COOP DE FRANCE et VIVADOUR fait partie des 20 pre-mières entreprises françaises engagées et sou-mises à audits externes réguliers. Le groupe de travail se réunit de façon à respecter les 15 engagements définis par la Charte ainsi que la mise à jour d’un cadre de gestion. Avec cette Charte, VIVADOUR adopte une gou-vernance et une organisation interne permettant de garantir la sécurité de l’entreprise tout en répondant aux attentes des adhérents. Perspectives pour la campagne en cours : grosse pression sur les prix. Nous avons des fondamentaux très lourds sur le complexe céréales, un stock reconstitué par l’abondance des productions de l’an passé et un potentiel de récolte, sur l’hémisphère nord, important pour la nouvelle récolte. Néanmoins nous notons quelques éléments haussiers à savoir le conflit entre la RUSSIE et l’UKRAINE qui peut entrainer des perturbations de récoltes en UKRAINE ou des difficultés à exporter. L’autre élément est la sécheresse sur la 2ème région de production agricole en Chine qui obligera le pays à être plus présent sur les importations. Pour les oléo protéagineux, les stocks sont élevés à cause des très bonnes récoltes de tournesol et colza dans le monde l’an dernier. Une production record se profile en soja aux USA qui se justifie par une sole qui augmente et des conditions de production excellentes. Par contre il faudra suivre les cours du pétrole et la parité euro/dollar qui peuvent être des éléments de soutien de ces marchés si le prix du pétrole augmente et si la parité euro/dollar baisse. Evolution prix maïs départ organisme stockeur région Midi-Pyrénées (base juillet) 245 195 145 Maïs 2012-2013 AGROFOURNITURE Bonne campagne en dépit des intempéries hiver-nales qui ont perturbé les travaux sur les cultures d’automne. Par contre nous avons bénéficié de très bonnes conditions d’implantation pour les cultures de printemps. Chiffre d’affaires approvisionnement : 72.9 M€ Le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 72,9 M€ en baisse de 1 % sur l’exercice précédent. Le chiffre d’affaires engrais est en baisse de 18% par rapport à l’an dernier. Cette baisse s’explique par : • La baisse du prix moyen de vente soit 330,55€/T cette année contre 349,64€/T l’an dernier. • Une baisse des volumes vendus soit 90 339T cette année contre 102 700T en 2012/2013. 450 300 Juil. 12 Oct. 12 Janv. 13 Avr. 13 Juil. 13 Oct. 13 Janv. 14 Avr. 14 Juil. 14 Oct. 14 UREE Granulée DAP KCL AMMO / T. Vrac départ port 550 500 400 350 250 200 Evolution prix des fertilisants Les ventes de produits phytosanitaires ont connu une baisse de consommation sur l’exercice de 10%. Cette baisse est liée à une baisse de consom-mation des herbicides maïs et des insecticides du sol pour la protection des semis de maïs. Les bonnes conditions climatiques du printemps et la disponibilité des semences, ont favorisé les ventes de ces dernières qui ont progressé de 14 % sur l’exercice. Evolution et perspectives Le développement de l’agro écologie qui répond aux exigences règlementaires de la nouvelle réforme de la PAC, nous amène à rechercher des solutions technico économiques moins consommatrices de produits phyto sanitaires tout en limitant les risques de pertes de productivité pour l’agriculteur. Pour cela nous avons mis en place une organisation entre le pôle agronomique, les référents techniques terrain et les instituts techniques. Divers 8,3 M€ - 12% Semences 14,1 M€ - 19% Phytos 20,3 M€ - 28% Engrais 30,2 M€ - 41% Répartition chiffre d’affaires approvisionnement Négoces 28,7 M€ - 39% Coopératives 44,2 M€ - 61% Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Cours moyen mensuel (/tonnes) 95 Maïs 2010-2011 Maïs 2014-2015 Maïs 2013-2014 Prix d'intervention Maïs 2011-2012 17
  18. 18. Vivadour 18 RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 PÔLE AGRONOMIQUE - GRANDES CULTURES Le Pôle Agronomique a été créé il y a 5 ans. Son objectif premier est d’approfondir la connais-sance du territoire afin d’adapter les pratiques culturales aux contraintes locales et produire de façon optimale et durable. Quatre grandes missions ont été attribuées au Pôle : • L’acquisition de références locales C’est essentiellement au travers de l’expéri-mentation que le Pôle acquiert ses références. Avec l’aide des techniciens de la coopérative, le Pôle met en place des parcelles d’essais variété, fongicide, désherbage sur l’ensemble du terri-toire. Ces essais couplés aux résultats locaux permettent de mieux appréhender le territoire à l’échelle du Bassin de production. L’acquisition de références technico-écono-miques est aussi au coeur de la mission du Pôle Agronomique. Ces données servent à compléter les informations sur le territoire en intégrant l’impact économique de certaines pratiques culturales à l’échelle de la culture, voire de la rotation. • L’animation et le pilotage des actions environnementales sur le territoire Le Pôle Agronomique assure l’animation du PAT d’Estang pour la partie agricole, en collaboration avec le Conseil Général du Gers. L’enjeu sur ce périmètre est de préserver la qualité de l’eau, en accompagnant les agricul-teurs volontaires dans la modification de leurs pratiques culturales (réduction des apports d’azote et raisonnement des doses de produits phytosanitaires). L’ensemble de ces actions est soutenu par l’Agence de l’eau Adour-Garonne. Le Pôle agronomique participe également à d’autres actions à visée environnementale sur le territoire. Il anime et met en place des essais dans des zones sensibles, l’objectif étant de préserver la qualité de l’eau dans ces secteurs. • La surveillance du territoire Le Pôle Agronomique a développé plusieurs réseaux d’observation des cultures. Ces réseaux permettent de rendre compte en temps réel de la pression parasitaire (ravageurs, maladies) sur un secteur géographique. Ils permettent aux techniciens d’avoir connais-sance du niveau de parasitisme local et d’alerter les agriculteurs en cas de risque majeur pour les cultures (en complément des BSV-Bulletins de Santé du Végétal). Ce service donne lieu à l’envoi de SMS d’alerte aux adhérents, lorsque c’est nécessaire. • La veille technique et réglementaire Le Pôle agronomique assure en parallèle de ces missions une veille technique et réglementaire en étroite relation avec les Instituts Techniques nationaux (ARVALIS, CETIOM), l’Union IN VIVO et les firmes phytosanitaires. A travers cette mission, il apporte une aide perti-nente au référencement des gammes de produits pour répondre aux exigences et contraintes des différents bassins de production. Les résultats de ces actions donnent lieu à dif-férents Rendez-vous Techniques, sur le terrain ou en salle où les échanges sont privilégiés. Le Pôle agronomique a aussi pour vocation de structurer et de participer à l’élabora-tion du conseil technique pour assurer un service de qualité, en phase avec les exi-gences de l’Agrément de distributeur de produits phytosanitaires « CERTIPHYTO » de l’entreprise. Ce conseil est diffusé au travers des AGROCONSEILS adressés aux agriculteurs. Le pôle agronomique tient à disposition tous les résultats des protocoles demandés par les référents techniques de chaque territoire et met en place les nouvelles pistes de recherche identifiées par les agriculteurs et les techniciens de chaque territoire de production. LES RÉFÉRENTS TECHNIQUES Ils sont, sur le terrain, rattachés aux différentes enseignes du groupe et ont pour missions de : • Caractériser l’ensemble des problématiques de leur territoire en prenant en compte les cultures présentes, l’environnement pédo climatique, la règlementation du territoire et les attentes des agriculteurs. • Mettre en place les essais sous protocole en lien avec le pôle agronomique et en faire le suivi. • Vulgariser les résultats des essais et formaliser les agro solutions de son territoire auprès des agriculteurs et des collègues techniciens. 01 - L’activité territoriale
  19. 19. 19 PRODUCTION DE LÉGUMES INDUSTRIELS Les haricots verts : 2012 a été l’année du retour des productions de haricots sur notre zone avec 55 hectares mis en place. En 2013, l’essai a été transformé avec plus de 300 hectares prévus. Notre partenaire et unique client UNIPROLEDI confirme ainsi son intérêt pour notre zone de production malgré une problématique d’éloi-gnement qu’il faudra gérer. La climatologie atypique de 2013 n’a pas épar-gné cette culture, les résultats techniques sont moyens et les assurances complètent les revenus à hauteur de moins de 1900 €/ha (Plus de 2300 €/ha en 2012). Le programme 2014 atteindra 200 hectares dont 50 ha de flageolets. Le maïs doux : Le climat de 2013 a fortement impacté notre par-tenaire industriel SOLEAL : • Une répercussion sur les rendements de début de saison. • Des décalages maïs doux/maïs semences impossibles. • Une impossibilité de semer la totalité du pro-gramme. • Des résultats économiques satisfaisants. Le programme de 2014 monte pratiquement à 900 hectares. Evolution des surfaces du programme de production de légumes 1200 1000 800 600 400 200 0 659 825 923 1048 1093 659 825 868 302 200 2010 2011 2012 2013 2014 Total Maïs Haricots 55 746 893 Démarche Développement Durable • 100% des silos et centres de collecte sont certifiés CSA-GTP. • Transports : renouvellement de la flotte de camions pour répondre à la norme de réduction des émissions gaz polluants « euro 6 ». • Le suivi de la consommation en temps réel permet de valider la formation des chauffeurs à l’écoconduite. • Le logiciel de gestion « Flux » a permis de baisser le nombre de kilomètres à vide. • 16,5 % de la collecte est orientée vers la fabrication de biocarburants.
  20. 20. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 L’activité semences MILLENIUM a scellé l’alliance stratégique à long terme entre DUPONT PIONEER®, leader mondial des semences, et VIVADOUR. Cette alliance de plus de trente ans entre dans sa deuxième année du programme MILLENIUM. La forte croissance de DUPONT sur ses marchés et la reconnaissance des savoir faire de VIVADOUR se sont conclues par un programme de multiplication de près de 4000 ha sur le printemps 2014. Notre outil industriel a été modernisé pour faire face aux exigences qualitatives et à un horizon connu. Sur le deuxième pilier de son activité semences, les potagères, GSN Semences voit ses efforts de recherche récompensés avec les premiers développements d’hybrides courgettes privées qui complètent l’offre pois et haricots. Sur l’axe de développement territorial, l’Afrique Noire connaît une croissance forte et GSN Semences multiplie les partenariats sur ce continent prometteur. Dans le secteur des potagères amateurs, GONDIAN a fusionné avec la société GRAINES d’OC, (acquisition de l’exercice précédent). 20
  21. 21. Chiffres clés 7 850 ha Contrats de semences Faits marquants • Augmentation de 700 ha de semences de maïs pour PIONEER®. • Nouvelle unité de réception, triage de maïs opérationnelle, d’une capacité de 800 tonnes d’épis par jour. • Développement des premiers hybrides de courgettes issus de notre recherche. 6 350 ha Contrats de semences grandes cultures et potagères en France Semences Potagères 42% Semences grandes cultures 58% (maïs, tournesol, colza, fourrages) de contrats de semences potagères 1 500 ha à l’international. 21
  22. 22. 22 02 - L’activité semences Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES SEMENCES DE MAÏS Avec une augmentation du programme en surfaces supérieure à 20% par rapport à l’année précédente sur les trois espèces dominantes que sont, le maïs, le tournesol et le colza, le programme 2013 a atteint un niveau record avec plus de 4500 ha de multiplication. Cette campagne se caractérise par des conditions climatiques atypiques qui ont fortement impacté les performances techniques agricoles et industrielles. En effet, avec moins de 20% des semis de maïs réalisés au 1er juin, il était peu probable d’atteindre les objectifs fixés. Le programme global de 3 980 ha comportait 32% de variétés sous forme stérile. Le développement du partenariat avec le grou-pement d’employeurs 4 Saisons a permis de prendre en charge les opérations de castration et d’encadrement des castreurs sur 750 ha, soit une hausse significative par rapport aux années précédentes. Ce partenariat a permis de dévelop-per les surfaces sur notre secteur traditionnel. Le développement sur les cantons landais et le secteur Sud Est de notre département a concerné plus de 400 ha supplémentaires par rapport à 2012. Dans ces conditions ce sont 22 nouveaux producteurs qui ont intégré le réseau avec une moyenne par multiplicateur qui continue de croître avec 23,5 ha de surface moyenne par contrat. 4000 3500 3000 2500 2000 1500 1000 500 0 Évolution des surfaces de semences grandes cultures 35 165 291 2495 30 219 281 3345 20 224 337 3982 2011 2012 2013 Maïs Tournesol Colza Graminées L’investissement réalisé pour améliorer la qua-lité de la réception et du triage, avec notamment l’installation de nouvelles effeuilleuses de type Maïs Doux s’est avéré particulièrement efficace. Les quantités réceptionnées et travaillées sur le site continuent à progresser grâce notamment au développement des volumes en Tournesol en partenariat avec Maïsadour Semences. SEMENCES DE TOURNESOL Le plan de production de Tournesol a aussi été impacté par les difficiles conditions d’implan-tation. Sur un programme initial de 337 ha, ce sont plus de 80 ha qui ont du être abandonné suite aux intempéries. Le cumul, semis tardifs et année « froide » expliquent la faible performance technique de cette campagne. SEMENCES DE COLZA Le programme de colza semences reste stable avec notre partenaire PIONEER® et se situe à 215 ha. L’année se solde par des résultats quantitatifs légèrement inférieurs aux objectifs et confirme les bons résultats qualitatifs de notre zone de production. 2013/2014
  23. 23. SEMENCES POTAGÈRES : POURSUITE DU DÉVELOPPEMENT EN AFRIQUE NOIRE Cette zone est une cible prioritaire pour le développement de la société dont le chiffre d’affaires représente 25% de l’activité de GSN à l’international. La zone Ouest : de la Mauritanie à La république démocratique du Congo, est le principal gisement de croissance identifié. L’effort de prospection initié depuis deux ans en Amérique du Sud commence à porter ses fruits, avec un chiffre d’affaires en progression de 55%. La société exporte ainsi vers 74 pays et poursuit son développement avec sa gamme traditionnelle de semences standards, nouvellement enrichie des premiers hybrides de courgettes issus de sa propre recherche et dont les premiers retours du Maghreb et du Moyen Orient sont plutôt encourageants. Sur le marché de l’industrie Pois et Haricots, après deux années consécutives de baisse des emblavements, les surfaces en Pois ont augmenté de 4% alors que les volumes prévisionnels en Haricots sont stables. Dans ce contexte GSN progresse plus que le marché en Pois avec une progression des ventes de 16%. A l’inverse, par manque de disponible en Haricots, suite à des pertes importantes en culture liées aux fortes précipitations d’avant récolte, nous n’avons pas pu livrer la totalité des commandes engagées. L’approvisionnement en matières premières reste toujours extrêmement tendu avec 500 variétés à produire sur 73 espèces. De ce fait, la répartition du risque de production devient majeure et les arbitrages hors de France ont tendance à se développer. GSN investit lourdement dans la maintenance variétale de l’ensemble de la gamme en France : dans le Sud Est, Sud Ouest, Anjou et depuis peu hors du territoire. A ce titre, GSN est l’un des tous premiers contributeurs au maintien des variétés standards au catalogue national. 23 SEMENCES À DESTINATION DU GRAND PUBLIC : MARCHÉ EN PANNE GONDIAN n’a jamais autant investi en marke-ting sur les trois dernières années : • Changement de signature et de logo. • Clarté et refonte du linéaire récompensé par un trophée de l’innovation LSA. • Refonte des gammes et de l’attractivité visuelle des sachets. Toutes ces actions visent à affirmer le positionnement stratégique de GONDIAN parmi les leaders du secteur. Le poids des MDD (Marques de distribution), la concentration des centrales d’achats et la baisse du marché au profit des plants définissent les nouveaux contours du métier et du jeu concurrentiel. Plus que jamais l’innovation reste un axe prioritaire d’investissement pour attirer et fidéliser de nouveaux consommateurs. Démarche Développement Durable • Production du toit photovoltaïque : après 3 ans de fonctionnement la production a dépassée 1 000 000 de Kwh, sur l’exercice la production est de 316 000 Kwh. • Optimisation de la valorisation des sous produits : grains « filants » remis dans le circuit maïs classique, brisures destinées à l’alimentation animale, spathes transformées en compost, rafles vendues pour transformation en produits industriels et cosmétiques. • GONDIAN propose aux jardiniers amateurs une gamme de fleurs favorisant la biodiversité (coccinelles, abeilles, papillons) permettant de limiter l’usage des produits phytosanitaires.
  24. 24. 24 Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 L’activité productions animales Les productions animales de la coopérative VIVADOUR auront réalisé un chiffre d’affaires avoisinant les 150 M€ sur l’exercice 2013-2014. Les volumes d’activité des 3 filières (palmipèdes, volailles et bovines) continuent leur progression et affichent une consommation d’aliment de 100 000 tonnes, soit l’équivalent de 12 000 ha de céréales produites localement. Les différentes productions sont destinées à 8 abattoirs régionaux, et la transformation des produits est réalisée dans une dizaine d’unités qui transforment, conditionnent et expédient dans toute la France, et bien au-delà. Des milliers d’emplois directs et indirects ont été créés ces dernières années par le développement des productions animales de la coopérative VIVADOUR. Les marques DELPEYRAT, Comtesse Du Barry, Volailles du Gers, Canard du Gers, BIGARD, JUCLA VIANDES s’appuient sur la production des adhérents. Ces agro-chaines puissantes et sécurisantes pour les éleveurs, sont la résultante d’une volonté politique sans faille des dirigeants de la coopérative. Toutes les filières animales de la coopérative VIVADOUR sont construites sur le même modèle : un partenariat aval fort et un soutien massif au développement des productions destinées à l’approvisionnement des unités de transformation.
  25. 25. Chiffres clés Faits Réf PANTONE Pantone 511 Pantone 7499 Pantone 872 Réf QUADRI Cyan: 60 % Magenta : 100 % Jaune : 45 % Noir : 30 % Jaune : 14 % Cyan: 25 % Magenta : 35 % Jaune : 80 % 25 marquants + de 2 000 000 t Canards gras abattus 8,6 Mt Volailles dont : 3,4 Mt Volailles label 4,5 Mt Poulets Standards • Fin du plan de développement poulet standard : augmentation des volumes. • Changement du mode de contention des animaux en gavage (40% de transfert au cours de l’exercice). • Démarrage de l’activité veaux de boucherie (JUVIVEAU PRODUCTIONS). • Montée en puissance de Fleurons de Samatan avec une augmentation de 41% des volumes découpés et de 55 % du volume de foie gras transformés.
  26. 26. UNE FILIÈRE FOIE GRAS EN PLEINE MUTATION L’interdiction du gavage en cage individuelle au premier janvier 2016 constitue une évolution majeure pour les producteurs gaveurs de la coopérative. Les investissements pour passer en contention collective sont déjà réalisés par 50% des adhérents, la coopérative propose différentes aides pour accompagner ce changement. L’objectif affiché est de maintenir le niveau de production de 2014 en 2016 afin de sécuriser l’approvisionnement des clients de la coopérative. De nouvelles unités de gavage sont en création et permettront de compenser les départs à la retraite. 2,2 2,0 1,7 1,5 1,2 1,0 0,7 0,5 0,2 Évolution abattage des palmipèdes (en millions de têtes) LA HOLDING MVVH CONTINUE SA DIVERSIFICATION Cette holding détenue par les coopératives MAÏSADOUR, VIVADOUR et VAL DE SEVRE, continue de diversifier ses activités et affiche une croissance continue depuis plusieurs années. La marque DELPEYRAT s’est désormais installée à l’année dans les rayons de la grande distribution sur tous les produits issus du canard gras, du jambon, et désormais du saumon fumé. En diversifiant ses activités dans les produits de la mer de qualité à la marque DELMAS, la holding MVVH dynamise la commercialisation de l’ensemble de ses autres produits dans tous les réseaux de distribution. GERS DISTRIBUTION : UN FORT DÉVELOPPEMENT DE LA MARQUE GERS Sur le dernier exercice les volumes commercialisés par la société VIVADOUR/ FLEURONS de SAMATAN auront progressé de 41% auprès de l’acheteur GERS DISTRIBUTION (524 184 canards gras abattus). Ce projet de partenariat ambitieux, entre la coopérative VIVADOUR et GERS DISTRIBUTION, a démarré en décembre 2012. VIVADOUR s’est engagée à développer les volumes de production sous IGP SUD-OUEST GERS dans les limites des capacités d’abat-tage et de transformation de ses outils, basés à Samatan. En contre partie, GERS DISTRIBUTION a créé une unité de conditionnement et d’expédition moderne située à Nogaro permettant la diffusion des produits IGP GERS dans tout l’hexagone. Après 2 années de collaboration, plus de 30 emplois ont été créés à Nogaro et le chiffre d’affaires de VIVADOUR/FLEURONS de SAMATAN aura été multiplié par 4 (11,8 millions d’euros de chiffre d’affaires sur le dernier exercice). 26 03 - L’activité productions animales Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES Démarche Développement Durable • Volailles : Le nombre de producteurs engagés dans la démarche NF V01 005 depuis 2011 a progressé de 58% pour les volailles Label (poulets et pintades). • Pour 2014 : 101 éleveurs sont engagés pour la production de poulets et pintades Label Rouge (77% de la production) et 24 éleveurs engagés pour la production de poulets standards ( 95 % de la production). • Palmipèdes : déploiement d’AGRI CONFIANCE® volet vert sur 25 producteurs. • Perspectives : Intégration du référentiel Palmi G Confiance dans le système qualité. 0 10 - 11 11 - 12 12 - 13 13 - 14 Label France IGP 2013/2014
  27. 27. LA MARQUE ST SEVER RÉUSSIT SON ENTRÉE EN GRANDE DISTRIBUTION En quelques mois, la marque ST SEVER s’est imposée dans les linéaires de la grande distribution. Ces volailles sont produites par toutes les coopératives actionnaires au sein de FERMIERS DU SUD-OUEST. Les adhérents de la coopérative VIVADOUR accèdent ainsi à un débouché supplémentaire. Pour répondre à la montée en puissance de la marque ST SEVER, la coopé-rative VIVADOUR continue de développer son potentiel de production avec des bâtiments polyvalents « liberté et plein air ». + 44% DE POULETS STANDARDS LIVRÉS SUR L’EXERCICE Le plan de développement ambitieux en poulets standards, démarré en 2011, permet d’atteindre les objectifs fixés. La coopérative VIVADOUR a désormais un potentiel de production de 100 000 poulets/semaine en rythme de croisière (certifié AGRICONFIANCE® Développement Durable). Malgré les tumultes médiatiques engendrés par la construction de nouveaux bâtiments, les nouveaux élevages sont tous en activité et permettent de répondre aux besoins de l’abattoir de Condom. Le marché du poulet standard représente 75% de la consommation de viande de poulet en France. Une réussite qui a permis aux adhérents de la coopérative d’optimiser leurs rotations de bande en élevage et gavage sur le dernier exercice, dans un marché difficile. L’ENSEIGNE CASINO PLÉBISCITE LES POULETS FERMIERS DU GERS La volonté de contractualiser avec tous les maillons de la filière demeure la priorité de la coopérative VIVADOUR pour protéger le revenu de ses adhérents des fluctuations inces-santes du marché (volatilité des matières premières et prix de vente du produit final). LA FILIÈRE VOLAILLE A SIGNÉ UN ACCORD DIRECT AVEC LA GRANDE DISTRIBUTION EN DÉBUT D’ANNÉE 2014. Depuis 18 années, l’enseigne CASINO commercialise l’intégra-lité de sa marque distributeur « TERRE ET SAVEUR » avec des poulets fermiers ayant pour origine le Gers. De nouveaux accords ont été initiés avec cette enseigne sur des nouvelles gammes de produits répondant aux attentes du consommateur, et permettant une augmentation significative de la production de poulets Label Rouge ces prochaines années. Le sérieux des éleveurs gersois, et la qualité gustative des volailles qui est systématiquement reconnue tous les ans au salon de l’agriculture (30 médailles, dont 12 d’or et 15 d’argent, en 16 ans de participation au Concours Général) ont permis la mise en place de ce partenariat et la commercialisation de plus d’un tiers des poulets IGP Gers produits annuellement. 9 8 7 6 5 4 3 2 1 0 Évolution mise en place de volailles (en millions de têtes) 10 - 11 11 - 12 12 - 13 13 - 14 Standard Poulet SO Poulet Avigers Pintade Festif 27
  28. 28. La construction en quelques années par la coopérative VIVADOUR de filières volailles et palmipèdes, protectrices du revenu des adhérents, sont des références. Ce modèle de partenariats construits entre coopératives régionales ou sociétés privées installées sur notre territoire, la coopérative VIVADOUR souhaite le dupliquer sur la filière bovine qui ne possède pas de filière capable de garantir un projet rémunérateur à un éleveur. Des volumes d’activité en forte progression sur la filière bovine Dans un environnement très concurrentiel, la filière bovine de la coopérative VIVADOUR continue son développement sur toutes les catégories de bovins. Au cours de l’exercice 17 400 bovins auront été commercialisés par la coopérative soit une progression de 45%. La mise en place de nouvelles activités contractuelles avec les éleveurs (veaux de boucherie, engrais-sement de bovins) explique cette progression. Un nouveau partenariat prometteur avec une société spécialisée dans l’exportation de bovins maigres a également permis de dynamiser la collecte de broutards sur l’exercice. JUVIVEAU PRODUCTIONS : LA FILIALE VEAU DE BOUCHERIE Pour répondre à la demande d’un de nos partenaires, la société JUCLA basée à Saint Gaudens dans le département de la Haute Garonne, spé-cialiste du veau de boucherie, nous avons créé une société spécialisée dans la production de veaux de boucherie de qualité Prémium. Au cours de l’exercice, 4 000 veaux ont été engraissés par des éleveurs de la région et livrés à notre acheteur qui commercialise ensuite les carcasses, principalement dans les boucheries traditionnelles de la région toulousaine. Pour relever ce challenge en quelques mois, des partenariats sont nés avec la société BIDEGAIN basée à AHAXE dans le Pays Basque (qui réalise l’approvisionnement des élevages en veaux de 8 jours), et la société JUCLA qui garantit l’achat des veaux gras. Ces deux partenaires sont également actionnaires de la société JUVIVEAU PRODUCTIONS. Nous avons ainsi constitué une agro-chaine dont le modèle économique est pérenne pour l’ensemble des acteurs. L’ENGRAISSEMENT DES BOVINS : UNE NÉCESSITÉ RÉGIONALE ! Le développement d’unités d’engraissement spécialisées s’est amplifié au cours du dernier exercice. La coopérative VIVADOUR propose désormais une gamme complète de bovins à l’engraissement qui évolue en fonction du marché et des accords contractuels avec les acheteurs (vaches, taurillons, génisses, alourdisse-ment pour l’export, etc). Cette activité apporte un complément de revenu aux éleveurs de la coopérative et sécurise la planification des livraisons de bovins de nos 2 acheteurs (les sociétés JUCLA et BIGARD à Castres). Sur ces filières produit, nous montons en expertise technique et écono-mique avec l’ambition de constituer des agro-chaines pérennes. 18 000 16 000 14 000 12 000 10 000 8 000 6 000 4 000 2 000 0 03 - L’activité productions animales Vivadour 28 RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 8 064 8 909 17 374 3 947 11 972 13 427 10-11 11-12 12-13 13-14 Bovins JUVIVEAU 13 - 14 Vaches de Qualités 12 - 13 jeune bovin carcasse Veaux nourrisson Veaux de boucherie Vaches Maigres Broutards +Taurillons Vaches de réformes grasses 6000 5000 4000 3000 2000 1000 0 Évolution des ventes de bovins Ventes de bovins par catégorie
  29. 29. 29 LE SERVICE AUX ADHÉRENTS DES PRODUCTIONS ANIMALES La pharmacie vétérinaire et la fourniture de matériel d’élevage avec un service après-vente garanti constituent des réponses indispensables aux besoins des adhérents. Tous ces services sont proposés avec deux objectifs ma-jeurs : la compétitivité et la qualité du service ou du produit. Lors de la création de nouvelles unités de production dans les filières avicoles, la coopérative accompagne ses futurs éleveurs par différentes aides (permis de construire, auto-risation d’exploiter, montage des dossiers de subventions, aides financières directes, accompagnement bancaire). Le suivi technique et l’analyse des performances techniques et économiques des adhérents demeurent les priorités qui permettent d’assurer une efficience du revenu des adhérents tout en répondant aux exigences des clients. La construction d’Agro-chaines dans les filières animales capables d’assurer et de pérenniser un revenu stable auprès de tous les maillons de la filière est certes un exer-cice délicat, mais une ambition légitime et indispensable. Ce rôle de bâtisseur, la coopérative VIVADOUR l’a parfai-tement assumé ces 10 dernières années, en créant des alliances stratégiques dans les métiers de l’accouvage, l’alimentation animale, l’abattage, la transformation, la commercialisation, et en permettant à de nombreux adhé-rents d’investir dans des outils de production modernes et compétitifs. VIVADOUR consolide son présent tout en garantissant la transmission aux générations futures. Par son implication dans la structuration des produc-tions animales, la coopérative VIVADOUR se positionne désormais comme l’interlocuteur indiscutable du monde agricole sur son territoire.
  30. 30. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 30 2013/2014 L’activité vinicole La filière viticole VIVADOUR a engagé une véritable mutation stratégique depuis quatre ans. Véritable Agro-chaine dont l’ensemble des maillons est maitrisé par VIVADOUR, de la production de raisin à la vinification. L’enjeu stratégique reposait sur la constitution d’un pôle aval fort garant du modèle économique. C’est le rôle dévolu à CVG, alliance entre le groupe GERLAND et VIVADOUR, que de construire le partenariat avec les clients aval de notre filière viticole. Quatre ans de démarche de Recherche Développement, d’innovation technique et marketing ont été validés et présentés avec succès à nos clients sur les millésimes 2013 et 2014. CVG, Gerland et Vivadour ont quitté le monde indéfini du vrac pour devenir un leader de la production de vin blanc aromatique, spécialiste de la création des vins développés sous les marques des clients embouteilleurs. Gardiens de la continuité du gout de ces vins de marque, nous sommes entrés dans une démarche de fidélisation et de contractualisation, propre aux agro-chaines réussies.
  31. 31. 85 000 hl Production totale 72 hl Moyenne 6 000 hl De vin à destination de l’Armagnac, essentiel en Bas Armagnac • Forte baisse de la production (moins 30 %). • Restructuration de plus de 50 hectares de nouvelles plantations. • Armagnac : distillation de plus de 600 hectolitres d’alcool pur sur le site de Cazaubon. • 70 % de la production pilotée avec le Dyostem. • 100% des volumes ont dû être enrichis. Démarche Développement Durable Valorisation des rejets de la vinification : • Effluents vinicoles, rafles et terres de filtration par épandage, • Marcs, vins et lies de vins dans une filière de valorisation par distillation avec de nombreux coproduits à destination de l’industrie cosmétique, chimique, alimentaire, production d’énergie et alimentation animale... • Tri classique des déchets (papiers, cartons, verres et plastiques), • Suivi de la consommation d’eau sur les sites et maîtrise depuis 2007 avec une moyenne 0,74 litre d’eau utilisée par litre de vin produit. 31 Chiffres clés Faits marquants
  32. 32. 32 04 Encépagement 2014 Rouge 10% Gros-Manseng 10% Chardonnay 10% Divers blancs 10% Sauvignon 20% Colombard 40% - L’activité vinicole Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES VENDANGES 2013 : UN VOLUME AMPUTÉ MAIS UN GRAND MILLÉSIME La météo désastreuse de l’exercice a provoqué une récolte très faible avec une production infé-rieure de 30% par rapport à 2012. Dès le début de l’année ce millésime a subi les aléas climatiques défavorables : • Un mois de mai frais, suivi de juin très humide a compromis la floraison sur l’ensemble de la région provocant coulure et millerandage. Les conséquences en sont des pertes substantielles de production dans le vignoble. • Les vendanges ont été très tardives sur l’en-semble du vignoble, elles ont démarré fin septembre pour les cépages les plus précoces. Ce millésime est caractérisé par des vins plus légers en alcool mais aussi plus riches en arômes que le millésime précédent. Une acidité élevée des mous a demandé un travail important sur la gestion des vinifications. L’utilisation d’outils technologiques performants a permis à nos spécialistes techniciens et oeno-logues d’obtenir d’excellents résultats sur un plan qualitatif. CONTRACTUALISATION SOUS AGRICONFIANCE® Les techniciens et la commission viticole ont travaillé tout au long de l’année pour mettre en place une segmentation vignoble en vue d’une production encadrée par des Cahiers de Production qui, à terme, seront sous référentiel « AGRI CONFIANCE® ». Ces cahiers des charges sont établis en corres-pondance avec les attentes de CVG. Établis par cépage, ils définissent jusqu’au classement du raisin et permettent à la Cave de produire les 40 composants distincts que proposera CVG aux clients. Cette démarche poursuit le double but de sécuri-ser l’aval et de garantir au viticulteur des revenus par l’encadrement de la production, de la taille des vignes à la vente du vin en vrac. CVG, LE LEADER DU VIN BLANC EN VRAC, DÉPLOIE SON SAVOIR FAIRE CVG a développé une expertise sur la qualifica-tion des vins issus de la production des différents cépages de notre bassin. Aujourd’hui CVG se présente auprès de ses clients embouteilleurs comme un créateur de vins issus d’assemblages sophistiqués. Au bout de six années de travail, CVG constitue maintenant un pôle stabilisé autour de l’alliance entre GERLAND et VIVADOUR. Cette stabilité et une nouvelle vision stratégique permettent d’envisager de créer de la valeur au profit des viticulteurs. CVG a lancé sur le millésime 2013, la première « offre structurée » jamais produite dans l’univers du vin en vrac. Le concept : permettre aux clients de CVG de créer leur propre vin à partir de 40 composants issus des 5 cépages majeurs produits par nos viticulteurs. Parce qu’il ne faut pas l’oublier, le vin en vrac a vocation à être embouteillé, étiqueté et consom-mé par des amateurs en France et en Europe. Depuis près de 4 ans, l’équipe CVG et les OEno-logues de GERLAND et VIVADOUR analysent le comportement des clients et leur choix. A partir de nos productions, c’est une multitude de solutions qui définit la demande des metteurs en bouteille : le cépage, l’assemblage, les tendances aromatiques, le positionnement prix, le pays de consommation, le type de concurrence, sont autant de facteurs qu’il faut prendre en compte. La synthèse et l’analyse ont permis de dégager une offre autour de 5 univers : 2013/2014
  33. 33. Les signatures : ces produits haut de gamme sont réservés à un petit nombre de clients qui les utilisent dans des séries limitées jusqu’à 100 000 cols. Ils servent de tête de pont à des marques et ont vocation à fidéliser le consommateur. Assemblage, Sauvi-gnon, Gros Manseng, Colombard-Sauvignon et Colombard-Chardonnay, ils sont les véritables signatures de l’IGP Côtes de Gascogne. Ils servent l’ambition de la Gascogne de dépasser les 7€ le col en PVC. La création de valeur passe par la compétition avec les plus renommés des blancs. Et nos pro-duits ont capacité à le faire … Face au nouveau monde : les Sauvignon et les Chardonnay du Gers ont capacité à se frotter au meilleur des Argentins, Africains du Sud et autres Néozélandais. CVG propose des Sauvignon super Prémium et Prémium sous deux voies aromatiques, pyrasiques ou thiol ! du marketing d’expert issu du travail de nos viticulteurs et d’une savante sélection par infraanalyseur de nos baies de raisins avant vendanges. Ces produits vendus sous marque affichent le cépage mondial et le pays d’origine. Special One : Catering aérien, comment résister à la pression d’une cabine d’avion à 10 000 mètres d’altitude et à l’exigence de consommateurs confor-tablement installés en première. Une sélection de produits exubérants et structurés à base de Sauvignon, Chardonnay et Colombard fait partie de l’offre CVG. L’essentiel : coeur de gamme, c’est l’IGP Côtes de Gascogne CVG. A base de Colombard Crispy, cet assemblage réa-lisé par CVG est diffusé simultanément sous une dizaine de distributeurs différents. L’enjeu pour CVG est de défendre strictement la valeur de ce produit vendu sous prix unique en vrac avec l’objectif d’assurer la rentabilité économique de la filière. Les process Wine CVG : sous des termes anglo-saxons : • SW : base Sparkling Wine CVG • HW : House Wine CVG • AW : Aromatic Wine CVG • LW : Low Wine CVG Gamme Icône, CVG a sélectionné un assemblage de quatre cépages Prémium au prix symbolique de 133 € l’hectolitre correspondant à 1 € le col. Ce produit exprime toute la science de l’assemblage de CVG dans le secteur du blanc et tout le potentiel de création de valeur à partir de nos produits. Lancement de CVG PROPRIÉTÉS : À la demande de nos clients, nous développons notre savoir-faire auprès des caves particulières, sous la marque CVG PROPRIÉTÉS. L’essence même de notre métier est de qualifier les vins cépage par cépage afin de proposer une offre commerciale structurée et transparente. Nous nous engageons sur une garantie d’enlèvement et de conclusion de marché. Ces vins entreront dans la composition d’assemblages d’embouteilleurs. Les plus exigeants d’entre eux apprécient de signer leur création pour fidéliser les consommateurs au travers de marques fortes. CVG PROPRIÉTÉS, permet d’assurer des perspectives sur le long terme et contribue ainsi à renforcer le dynamisme de notre région. Ces produits constituent une vraie richesse dans l’offre CVG. Identifiés et qualifiés pour leurs arômes et leur aptitude à entrer dans des process industriels, ils trouvent des débouchés valorisés pour le bien de la région. 33 OENOPÔLE DE GASCOGNE : « Quand vous êtes fiers de vos vins, nous sommes fiers de nous ». Créée en 1983 pour satisfaire aux exigences croissantes des viticulteurs gersois, en matière de contrôles oenologiques, OENOPÔLE DE GAS-COGNE se situe au coeur de notre département. Sa zone d’activité, étendue au Grand Sud Ouest , couvre les appellations de Buzet, Madiran , Tursan, Jurançon, Irouleguy et les Côtes de Gascogne. Oenopôle est organisé en 4 activités : • analyse avec son laboratoire accrédité Cofrac, • conseil et suivi oenologique, • commerce de produits viti-vinicoles, • fourniture de conditionnement. Nos valeurs fondamentales résident dans : • l’échange et la confiance avec nos clients, • la recherche permanente de solutions originales et innovantes, • la réactivité et la fiabilité dans le traitement des demandes d’analyses, • la volonté de proposer un conseil et un service personnalisé. Nos interlocuteurs disponibles, attentifs et spécia-lisés dans leur domaine, établissent pour toutes ces prestations des offres personnalisées pour répondre aux besoins des viticulteurs.
  34. 34. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 L’activité distribution grand public Le groupe VIVADOUR a investi dans la distribution grand public en développant des jardineries sous la franchise GAMM VERT. Le concept évolue en fonction des attentes de la clientèle. Nos magasins implantés dans les principales villes gersoises ont attiré et recruté un plus grand nombre de consommateurs, alors que la crise économique affecte tous les secteurs d’activités. Notre magasin d’Auch, vaisseau amiral de notre réseau est devenu le lieu de conception et d’évaluation des nouvelles gammes jardinage de l’ensemble du réseau national, c’est une reconnaissance de notre savoir-faire, mais aussi du caractère affirmé du consommateur gersois. VIVADOUR participe au lancement de l’enseigne « FRAIS D’ICI » aux côtés de GAMM VERT en région toulousaine. Ce concept de distribution alimentaire met en avant les productions de nos coopératives. Cette expérience préfigure une déclinaison de l’offre alimentaire « frais » dans notre propre réseau. 34
  35. 35. Chiffres clés Faits 17 magasins 12 GAMM VERT 3 GAMM VERT VILLAGE 2 « Lisas » 20 000 m² Surface de ventes 13,5 M€ Chiffre d’affaires 510 000 Passages caisses/an 35 marquants • Transfert de zone du magasin de Maubourguet. • Redéploiement du végétal à Auch. • Nouvelle dynamique sur le rayon Terroir.
  36. 36. 36 05 - L’activité distribution grand public Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES GAMM VERT : UN RÉSEAU NATIONAL PUISSANT. Plus de 1 000 points de vente en France arborent l’enseigne GAMM VERT. C’est à la fois rassurant et signe d’une franchise en plein développement avec des assortiments adaptés à chaque typologie de magasin : Quelque soit le format qui conditionne l’appellation : GAMM VERT NATURE, GAMM VERT, GAMM VERT VILLAGE, les rayons se déclinent comme suit : • Le coeur de métier : C’est le principal vecteur de chiffre d’affaires insufflé par l’animalerie et le jardin végétal. • Les rayons à Identité : composés par les produits du terroir et le vêtement : deux activités à potentiel pour l’avenir afin de désaisonnaliser l’activité, trop tributaire du végétal. • Les offres complémentaires : la motoculture et le bricolage. Ces deux offres ne sont, pas bien sûr, systéma-tisées dans tous les magasins dont la surface disponible et l’offre concurrentielle en dépendent. Nos implantations, en harmonie avec cette stratégie, quadrillent le département du Gers en débordant en Haute Garonne et dans les Hautes Pyrénées. A ce titre, le magasin de Maubourguet, initia-lement implanté en centre ville s’est déplacé à proximité du centre commercial alimentaire en mars dernier. La nouvelle structure compacte de 800 M2, accueille en parallèle un confrère spécialisé en motoculture faisant ainsi de cet ensemble un pôle d’attractivité complémentaire qui a su rationnaliser l’investissement initial. LA COMMUNICATION ET LA PROMOTION AU COEUR DE L’ACTION : Une des forces du réseau GAMM VERT repose sur sa capacité d’animation des points de vente. Entre les communications nationales, régionales et les initiatives locales, ce sont plus d’une ving-taine d’opérations attractives dont ont bénéficié nos consommateurs. Démarche Développement Durable • Tous les magasins proposent une gamme de produits (non toxiques ou biologiques) et d’outils alternatifs aux produits phytosanitaires. • Récupération des piles, ampoules et outils electroportatifs usagés des clients. 2013/2014
  37. 37. LE VÉGÉTAL : LA RECONNAISSANCE DU SAVOIR FAIRE. C’est bel et bien le point fort de l’enseigne et par voie de conséquence, de notre réseau. Nous avons voulu aller encore plus loin dans l’expertise du végétal en déclinant un nouveau concept test à Auch, en partenariat avec la centrale nationale. Plus de thématiques, des mises en avant saison-nières, des univers bien identifiés et un balisage structuré dynamisent cet univers que nous allons déployer prochainement sur d’autres magasins. LA BASSE COUR EN POINTE : Nous renforçons ce secteur, particulièrement dynamique autour de l’alimentation, des acces-soires et du vivant, dont l’objectif est bel et bien d’être le référent local de la catégorie. LE TERROIR : GISEMENT DE CROISSANCE Nous avons de nombreux atouts dans le groupe pour conceptualiser des univers alliant qualité et proximité. C’est cette démarche, déjà partiellement initiée dans les points de vente, que nous voulons renforcer par une mise en avant de nos savoirs-faire en vins et spiritueux, palmipèdes et volailles. 37 En fin d’exercice IN VIVO grand public, qui porte la franchise GAMM VERT a repris le groupe NALOD’S , propriétaire des réseaux DELBARD et JARDINERIES DU TERROIR avec plus de 160 points de vente. Cette acquisition vient consolider le groupe au premier rang national de sa catégorie.
  38. 38. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 L’activité services aux agriculteurs L’évolution rapide de la règlementation, le passage à la cinquième directive nitrate, la nouvelle orientation de la PAC, autant de sujets, autant de défis à relever par les agriculteurs pour adapter leurs pratiques aux nouvelles exigences règlementaires, sanitaires et environnementales. VIVADOUR y répond en mettant à la disposition des agriculteurs une équipe dédiée de conseillers spécialisés et une veille réglementaire qui synthétise et met à leur disposition des informations et conseils pragmatiques pour se mettre en conformité avec les nouvelles exigences. Habilité au système du Conseil Agricole (règlement UE n° 1782/2003 et n° 1698/2005), certifié pour la Charte du Conseil Coopératif, VIVADOUR offre des garanties de formation et d’actualisation des connaissances dans son activité de conseil aux agriculteurs. Les engagements de la Coopérative donnent la priorité à trois problématiques : • La performance technique et économique des exploitations • L’adaptation des produits aux attentes des clients de la Coopérative et à leurs cahiers des charges, en qualité, quantité et régularité, • La promotion des pratiques respectueuses de l’environnement. 38
  39. 39. 700 Agriculteurs consultent Diapason 400 Abonnés à Diapason Parcelles soit : 30 000 ha Tracés 400 Plans prévisionnels de fumure réalisés soit : 22 200 ha 39 Lancement de DIAPASON mobile : la saisie des données diapason sur le téléphone portable. Renforcement de l’équipe des conseillers services : 4 conseillers spécialisés Diapason et règlementation. Changement de version DIAPASON, plus fluide et plus conviviale, avec des fonctionnalités accrues. Amélioration et augmentation des informations météo. Chiffres clés Faits marquants
  40. 40. Vivadour LA VEILLE RÉGLEMENTAIRE : VULGARISER LA COMPLEXITÉ DE LA RÈGLEMENTATION L’évolution récente et à venir de la réglementa-tion, de la PAC et de la directive nitrate démontre, s’il en était besoin, la complexité croissante à laquelle doit faire face l’agriculteur et conforte notre engagement dans un service de veille règlementaire. Cette information est diffusée auprès de l’en-semble des techniciens du groupe qui la relaie auprès des agriculteurs. La mobilisation de l’ensemble des techniciens a permis d’assister les agriculteurs sur plus de 700 dossiers PAC en utilisant la transmission par Télépac, répondant ainsi à l’objectif du Minis-tère de l’Agriculture d’une utilisation massive d’internet pour les opérations administratives. L’équipe des conseillers service intervient dans son domaine de compétence réglementaire, pour réaliser les plans de fumure prévisionnelle reliés à DIAPASON PARCELLES, mais également en soutien aux techniciens dans la résolution de cas particuliers complexes. Ils interviennent également auprès des agri-culteurs pour effectuer des diagnostics de pré-contrôle sur les différents domaines de la conditionnalité. Cette assistance complète permet de sécuriser les agriculteurs vis-à-vis des exigences de la réglementation. LE CONSEIL CERTIFIÉ : L’ASSURANCE ET LA GARANTIE D’UN SERVICE DE QUALITÉ L’ensemble des conseillers du groupe est habilité au Système du Conseil Agricole (règlement UE n° 1782/2003 et n° 1698/2005), règlement euro-péen de certification du conseil aux agriculteurs. L’adhésion au référentiel français de la Charte du Conseil Coopératif complète ce dispositif. Complété par l’agrément « distribution et conseil de produits phytopharmaceutiques » qui concerne aussi l’activité conseil des techniciens, cet ensemble donne à l’agriculteur l’assurance et la garantie d’un service de qualité sur un ensemble de critères notamment : • L’amélioration des performances techniques et économiques des exploitations, • Le respect de l’environnement et des pratiques culturales adaptées, • L’enregistrement et la traçabilité des conseils donnés : le projet CADEO a été lancé, il va donner au technicien le moyen de produire et tracer une préconisation informatisée à la parcelle ; nom de la parcelle, culture, diagnostic, doses, conditions d’emploi, solutions alternatives. Cette nouvelle relation professionnelle sera une garantie supplémentaire de la confiance apportée par VIVADOUR. LES SERVICES DIAPASON : L’EXTRANET AU SERVICE DE L’AGRICULTURE DE DEMAIN Les services du groupe utilisant les nouvelles technologies d’information sont regroupés sous la marque DIAPASON • « DIAPASON PORTAIL » : Extranet qui permet à chacun des agriculteurs du groupe d’accéder par une simple connexion internet sécurisée à toutes les informations utiles à la conduite de son exploitation : consultation en direct de ses comptes, de ses apports et de ses contrats, consultation des fiches de sécurité des produits phytosanitaires, consultation des infos règlementaires et techniques de sa filière ou encore accès aux informations locales de son bassin ou de son dépôt. Des options supplémentaires ouvrent aussi l’accès à des informations météo locales professionnelles et très précises jusqu’à votre exploitation. RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 40 06 - L’activité services aux agriculteurs
  41. 41. • « DIAPASON PARCELLES » : Est un service sécurisé sur internet permettant de piloter son exploitation : enregistrer ses pratiques culturales de façon simple, rapide et en respectant la réglementation mais aussi gérer ses stocks, calculer ses marges, tout cela depuis n’importe quel ordinateur. D’autres options complémentaires permettent de réaliser son Plan de Fumure (obligatoire en zone vulnérable). L’amélioration de DIAPASON est continue, au cours de cet exercice, la possibilité d’utiliser le téléphone portable pour la saisie des données par une application dédiée a été mise en oeuvre. Un changement de version a également été réalisé, il permet d’améliorer l’ensemble du dispositif au niveau de l’accès, de la facilité de saisie ou encore de l’adaptation du logiciel à l’outil qui se connecte, par exemple la tablette ou le smartphone qui ont besoin d’une ergonomie différente de l’ordinateur classique pour mettre à jour toutes les données rapidement. L’ergonomie de la météo a été améliorée et la couverture géographique augmentée. Les infor-mations radar sont projetées sur 1 heure, ce qui donne des informations supplémentaires pour gérer les travaux agricoles. Fin 2013, ce sont près de 700 agriculteurs qui consultent DIAPASON et plus de 400 qui utilisent DIAPASON PARCELLES pour leur exploitation. Les conseillers services forment et assistent les agriculteurs dans la prise en main et la conduite du logiciel, des services complémentaires, comme la délégation de saisie, sont également proposés. 41 La diffusion des connaissances La diffusion des informations et conseils techniques auprès des agriculteurs se fait par plusieurs circuits : • Par courrier et mail pour les Agro Conseils, les Avertissements Vignes, les bulletins productions animales. • Par SMS pour les alertes techniques. • Par des visites organisées sur le terrain pour la diffusion des résultats des essais et les démonstrations du pôle agronomique et de l’expertise viticole. • Courant juin : visite des différentes plates formes céréales à paille réparties sur les territoires de la coopérative. • En septembre : lancement de la campagne céréales à paille, avec les résultats des plates formes en partenariat avec les Ingénieurs d’Arvalis. • En septembre : visites des collections de maïs couplées aux informations techniques et réglementaires liées à la PAC. • En décembre : lancement de la campagne maïs avec les résultats des collections en partenariat avec les ingénieurs d’Arvalis. • En décembre également : rendez-vous avec les viticulteurs pour leur délivrer les résultats des essais de la protection du Vignoble en partenariat la société CJH Conseil. • L’ensemble de ces informations est également consultable sur l’extranet DIAPASON.
  42. 42. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 42 2013/2014 La stratégie de VIVADOUR est centrée sur la constitution d’agro-chaines. La démarche qualité L’agro-chaine privilégie la relation contractuelle entre les différents acteurs qui la constituent. La revue de contrat clients, au coeur des démarches qualité, constitue la meilleure méthode pour évaluer et objectiver les relations entre les parties. La notion d’audit, l’amélioration continue, les actions correctives rythment les actions de nos managers dans les différents métiers. La diversité des référentiels utilisés par VIVADOUR nous permet de couvrir l’ensemble de nos secteurs d’activités. La transparence sur nos modes de production est le pilier des relations de confiance que nous souhaitons établir tant avec nos agriculteurs qu’avec nos clients. En complément : nos démarches qualité comptent intégrer les attentes sociétales et le respect de l’environnement à la base du Concept développement durable.
  43. 43. DIRECTION TERRITORIALE : MAINTIEN DES CERTIFICATIONS Tous les certificats de la direction territoriale (VIVADOUR, ARÉAL et NOVASOL) ont été renouvelés sur le périmètre silos et centres de collecte (CSA – GTP), sur le débouché biocarburants (RBSA et 2BSvs) et sur le mana-gement avec ISO 9001 sur VIVADOUR. L’audit de suivi pour l’agrément d’ACTEO est programmé sur le mois d’octobre. Plusieurs projets qualité vont être développés sur le périmètre Direction territo-riale avec des certifications liées, soit au produit avec la norme AGRI CONFIANCE® soit, au management avec le déploiement de l’ISO sur des activités annexes. 43 USINE SEMENCES : NOUVELLES CERTIFICATIONS L’usine de semences de Riscle a maintenu toutes ses certifications : norme ISO 9001 et le Référentiel Plan Qualité Poussière (PQP) et a obtenu aussi une certification pour le Tournesol de semences BIO. La norme NF V01-005 (AGRI CONFIANCE®) va être mise en place en 2015 sur l’amont pour une certification en 2016. L’usine semences va demander en 2015 la certification ESTA (European Seed Treatement Assurance) qui est une extension du référentiel PQP pour l’Europe avec un logo défini à apposer sur les sacs.
  44. 44. 44 07 - La démarche qualité Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES PROJET QUALITÉ : VIVADOUR SEMENCES s’est portée volontaire pour tester le référentiel « Présence Fortuite d’OGM dans les semences de maïs conventionnelles » de l’UFS. SEMENCES POTAGÈRES : CERTIFICATION ISO EN PROJET En 2014, GONDIAN a renouvelé sa certification BIO PRODUIT et continue la mise en place de la Norme ISO 9001 avec l’objectif de présenter la nouvelle version de cette norme en 2016. PRODUCTIONS ANIMALES : VERS UNE APPROCHE ENVIRONNEMENTALE Les productions de volailles ont passé avec suc-cès leur audit de renouvellement en NF V01-005 (AGRI CONFIANCE®) avec une augmentation de produc-teurs engagés par rapport à l’audit initial : 101 éleveurs Label représentant 77% de la production et 24 éleveurs standard représentant 95% de la production. La production palmipèdes passera son audit de renou-vellement AGRI CONFIANCE® en octobre 2014. La mise en place de la norme AGRI CONFIANCE® Volet Vert (NF V01-007) est en cours sur 20 exploitations (éle-vage et gavage) volontaires. A cause de la redéfinition des zones vulnérables, cette démarche est d’autant plus complexe à mettre en place. Le système qualité AGRI CONFIANCE® Palmipèdes va intégrer les exigences de PALMICONFIANCE qui est une démarche de l’interprofession (CIFOG) : Engagement du producteur sur la mise en oeuvre de pratiques respec-tueuses du bien-être animal (BEA). FILIÈRE VITICOLE : Le déploiement de la norme NF V01-005 (AGRI CONFIANCE®)est bien avancé avec un objectif de certification en 2015 en audit couplé ISO 9001 et AGRI CONFIANCE®. Concernant la production industrielle, le système qualité ISO 9001 suit son cycle de certification. LABORATOIRE OENOLOGIQUE DE GASCOGNE : EXTENSION DE LA PORTÉE Cette année lors de l’audit de suivi réalisé par le COFRAC, le laboratoire a obtenu l’extension de la portée sur l’acidi-té volatile sur moûts et vins par la méthode de référence et sur le TAV, sur boissons spiritueuses par la méthode de référence. Le prochain audit (en 2015) sera un audit de surveillance. LIBRE-SERVICE AGRICOLE (LISA) : OBJECTIF MAINTIEN DE L’AGRÉMENT En 2014, un audit de suivi lié à l’agrément (distribution de produits phytopharmaceutiques au grand public) est prévu pour le 2ème semestre. Pour préparer cette échéance 100% des magasins GASCOVERT ont été audités en interne, avec un bilan positif . 2013/2014
  45. 45. Le système Qualité dans le groupe Vivadour Systèmes qualité certifiés Vivadour Semences Laboratoire OEnologique de Gascogne Aréal et Novasol (Silos et centres de collecte) Vivadour (Silos et centres de collecte) Gondian ACTEO Gascovert Vivadour PA (palmipèdes , volailles) Vivadour (Silos et centres de collecte) Vivadour Semences (usine de Riscle) (Cazaubon, Vic Fezensac) caves Vivadour • Satisfaction des clients, des adhérents • Respect réglementaire ISO 17025 RBSA, 2BSvs CSA-GTP ISO 9001 NF V01-005 Agrément phyto Certification Bio 45
  46. 46. Vivadour 46 RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 Recherche Développement ; Innovation La Recherche et Développement dans le Groupe VIVADOUR est une démarche engagée il y a plusieurs années dans le but d’apporter aux adhérents, directement ou à travers les métiers, de nouvelles sources de progrès ou de diversification et donc, de revenus. Aux côtés des dynamiques engagées directement au coeur des filières, une organisation transversale s’est déployée depuis la naissance de VIVADOUR dans le cadre des activités développées à la Ferme Expérimentale de Riscle. Cette action est renforcée depuis 2012 par la création de la structure OVALIE-INNOVATION en partenariat avec le GROUPE MAÏSADOUR.
  47. 47. Chiffres clés Faits 47 « Eaux Vives » : Un recrutement sur l’exercice a permis de basculer en phase opérationnelle de constitution des dossiers. MAÏSÉO : 2ème campagne d’essai pour l’accompagnement des irrigants. Pompes Energie solaires : un recrutement a permis de finaliser le projet de télégestion et de mettre en service la première unité de pompage solaire. Le développement des unités raccordées au réseau s’est poursuivi. METHAPALM : Lancement de la concertation pour le développement d’une technologie de méthanisation à l’échelle des exploitations de production de Canards Gras. Création d’un Comité Innovation Vivadour. Création d’un Comité Technique Transversal Innovation (C2TI) incluant des équipes opérationnelles de Vivadour et de Maïsadour. Une équipe d’une quinzaine de permanents : • 4 Equivalent Temps Plein dans OVALIE-INNOVATION. • 4 Equivalents Temps Plein pour VIVADOUR. • 10 permanents + 10 saisonniers sur la ferme expérimentale. 50 dossiers Nombre de projets pour OVALIE : Près de 50 dossiers évalués par an pour 9 projets lancés en 2014. marquants
  48. 48. 08 - Recherche Développement Vivadour L‘équipe dédiée à la RD, le bureau d’étude et le centre de ressources sont basés sur la ferme expérimentale de Riscle. Ce site d’une trentaine d’hectares permet de poursuivre un programme de recherches et d’études entamé il y a près de 40 ans. Une dizaine de personnes travaillent à temps plein pour assumer les différentes missions regroupées sur cet outil. Plus d’une trentaine d’essais grandes cultures, ainsi que différents prototypes sont testés sur cette « ferme verte pilote ». Les sujets couvrent des domaines très variés (végétal, énergies renouvelables, gestion de l’eau, valorisation des sous-produits, changement climatique, nouvelles cultures, …). Ce site est aussi le support à des échanges fréquents avec les milieux agricoles et scolaires (visites, projets de recherche, débats). • Le siège D’OVALIE INNOVATION est basé à Auch avec 4 personnes impliquées dans la gestion des dossiers. Un autre bureau héberge une personne à Haut-Mauco au siège du GROUPE MAÏSADOUR. La mission « supports » D’OVALIE-INNOVATION est de contribuer à stimuler et structurer les démarches RD-Innovation des acteurs des deux Groupes, de prospecter et proposer de nouvelles voies, d’élargir les réseaux et de mobiliser des moyens dans le cadre des financements publics de l’innovation … • LES PROJETS AU SERVICE DE L’IRRIGATION UNE LOGIQUE À 2 NIVEAUX : 1/ Créer des Ressources PROJET EAUX VIVES : Face aux perspectives de changement climatique et la survenue plus fréquente de périodes de sécheresse, l’irrigation demeure une nécessité pour sécuriser et régulariser les productions agricoles locales, garantir des produits de qualité et offrir des possibilités de diversification. Le projet « Eaux vives » vise à apporter une assistance aux exploitations agricoles conciliant le respect des milieux aquatiques, des ressources en eau et la sécurisation des productions, en particulier pour : • La création de retenues permettant de stocker l’eau aux périodes où elle est excédentaire, • L’amélioration des performances des retenues existantes (entretien, rénovation, agrandissement). Suite à l’enquête lancée début 2013 auprès des adhérents, près de 200 réponses ont été enregistrées. Le projet «Eaux Vives» a été construit pour accompagner les adhérents dans leurs démarches techniques, économiques et administratives : définition et optimisation du projet, dossiers administratifs, mutualisation des coûts, innovations dans les techniques de pompage et d’irrigation. • 10 Millions de m3 potentiels à sécuriser • 25 Millions d’euros de travaux associés Plus de deux ans ont été nécessaires pour acquérir des savoir-faire dans la constitution des dossiers. VIVADOUR travaille en collaboration avec les services de l’État de façon à augmenter les chances d’aboutissement des projets. Dans ce domaine, la règlementation laisse une large place aux opposants à ces investissements. 2/ Diminuer les Charges d’irrigation et préserver la ressource VIVASUN : 250 m3/jour à 1km de distance : c’est la performance de la plus puissante pompe solaire installée à ce jour par VIVADOUR et inaugurée en juin. Aprés 5 ans de développement, ces applications trouvent des applications concrètes et l’exercice prochain devrait concrétiser un projet de taille 10 fois supérieure. 48 RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014

×