Découvrez le corrigé de la dictée de Bourg-en-BresseSamedi 13 avril 2013Une histoire sans fin…Hier soir, à la fin du dîner...
Une histoire sans fin… : « Qui n’a pas de fin », comme la vis sans fin… Fin reste normalement ausingulier.dîner : Avec un ...
de girolles et de pieds-de-mouton safranés : L’emploi de de entraîne évidemment le pluriel (sinon,on dirait « d’une giroll...
laïus : Nom commun issu du nom propre de Laïos, ou Laïus, père d’Œdipe. En 1804, le premier sujetde composition proposé au...
des plus indispensables : « Parmi les plus indispensables ». Pour l’instant, la règle est de suivre lesrègles normales d’a...
Corrigé de la dictée de bourg en bresse   foire de bourg 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Corrigé de la dictée de bourg en bresse foire de bourg 2013

666 vues

Publié le

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
666
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Corrigé de la dictée de bourg en bresse foire de bourg 2013

  1. 1. Découvrez le corrigé de la dictée de Bourg-en-BresseSamedi 13 avril 2013Une histoire sans fin…Hier soir, à la fin du dîner, je voulus raconter la chose la plus drôle qui, selon moi, nousfût arrivée quand, mon épouse et moi, nous visitâmes pour la première fois Bourg-en-Bresse…La dame qui me faisait face, une personne haute en couleur quoique stricte végétarienne, et quiavait été pharmacienne dans sa jeunesse, m’interrompit sur-le-champ pour dire qu’elle-mêmeavait découvert le chef-lieu de l’Ain dans les années quatre-vingt. Elle se souvenait, avec uneémotion hyperbolique, de girolles et de pieds-de-mouton safranés dont elle s’était régalée encentre-ville. Ah ! Si seulement elle pouvait se souvenir du nom du restaurant… !Les contes de l’apothicaire incitèrent la dame qui était à sa droite à enchaîner pourparler avec emphase d’une auberge franc-comtoise où l’on servait les plus savoureuxépigrammes qui soient… Ce second laïus terminé, je repris mon récit, avec le souci de ménagermes effets à l’intention de commensaux censés être attentifs… puisque cela signifie « quatrevingtaines »Mais un autre massacreur d’histoire(s) survient, qui n’avait pas besoin de parler pourvous couper la chique : le retardataire qui surgit de la cuisine ! Il esquisse un sourire d’excuseet, d’un signe amical de la main, vous incite à poursuivre sans vous préoccuper de lui… Quandsa chaise a fini de craquer, vous recommencez votre narration. Cependant, il écoute avec unintérêt trop intense pour être vrai, et, tandis que ses petits yeux marron foncé ne quittent pasvotre visage, il cherche dans ses poches sa vieille pipe en sépiolite, la tape élégamment contrel’assiette à dessert, souffle dedans une ou deux fois, et, à tâtons, sort sa blague et bourre sonbrûlot de scaferlati.Vous avez à grand-peine réuni à nouveau vos anecdotes qu’entre en scène dans cettesaynète le freineur d’histoire(s), qui vous reprend gentiment, qui vous corrige obligeamment àchaque mot, contestant une date, rectifiant un solécisme, ajoutant une digression qu’il juge desplus indispensables. Bref, le cuistre que plus d’un, ici, juge horripilant… sauf quand il gâche vosallocutions !Néanmoins, vaille que vaille, vous allez aborder l’acmé, sans air des clochettes, c’est-à-dire le point culminant, et enfin passionnant, de votre récit, quand la maîtresse de céans, touteradieuse, apporte le dessert, qui doit absolument se consommer au moins tiède, mais pasbrûlant : attention aux chauds fars ! Vous consentez alors à différer la suite, qui, bien souvent,sera reportée sine die…D’ailleurs, j’y pense tout à coup, vous ai-je raconté l’histoire qui nous est arrivée quand,pour la première fois, nous sommes venus à Bourg-en-Bresse ?...© Jean-Pierre Colignon, avril 2013.
  2. 2. Une histoire sans fin… : « Qui n’a pas de fin », comme la vis sans fin… Fin reste normalement ausingulier.dîner : Avec un accent circonflexe qui s’est substitué à un s (cf. le latin disjunare, « rompre lejeûne »).drôle : Il y a dans drôle un accent circonflexe sur le o, parce qu’il précède une syllabe muette, ce quin’est pas le cas de drolatique (pas d’accent).qui nous fût arrivée : Plus-que-parfait du subjonctif (au pluriel = qui nous fussent), d’où l’accentcirconflexe.nous visitâmes : Passé simple = il y a toujours un accent circonflexe aux deuxième et troisièmepersonnes du pluriel.Bourg-en-Bresse : Entité politique et administrative, puisque c’est une commune, d’où les traitsd’union. Majuscules à tous les mots, sauf aux articles et aux prépositions : donc, minuscule à en. Onprononce « Bourken » ; les habitants et/ou natifs de cette préfecture de l’Ain sont les Burgiens etBurgiennes.haute en couleur : Haut s’accorde en genre et en nombre, mais couleur est figé au singulier, même ausens figuré. Au sens propre, il est question d’une seule couleur, de la carnation de la peau du visage :c’est avoir un teint coloré... Au sens figuré, le terme est également cantonné au singulier = on parle depersonnes truculentes, prolixes, voyantes, bruyantes, pittoresques, qui ont de la verve, du bagout, DELA couleur…quoique : Conjonction (en un seul mot) ayant la signification concessive de « bien que », « malgré lefait que ». Elle précède un adjectif, ou un verbe au subjonctif. On ne fait l’élision que devant il, elle,ils, elles, on, en, un et une.Ne pas confondre avec quoi que en deux mots : « quoi qu’il fasse » (= quelle que soit la chose qu’ilfasse).sur-le-champ : Locution adverbiale signifiant « immédiatement », « tout de suite ». Les deux traitsd’union soulignent la différence de signification avec la locution sur le champ (= sur le pré, dans laprairie…).elle-même : Même est lié par un trait d’union aux pronoms personnels qu’il renforce (eux-mêmes,vous-même…).chef-lieu : Mot composé avec trait d’union. Les deux éléments étant des substantifs, il y a doubleaccord au pluriel : des chefs-lieux.les années quatre-vingt : Adjectif numéral cardinal, quatre-vingts s’écrit avec un s, puisque celasignifie « quatre vingtaines », mais ce s disparaît quand un autre adjectif numéral suit (quatre-vingt-huit euros, quatre-vingt-treize concurrents). Lorsque quatre-vingt est un adjectif numéral ORDINAL,au sens de « quatre-vingtième », il demeure invariable : la page quatre-vingt de ce livre, les annéesquatre-vingt.hyperbolique : Dérivé d’hyperbole, ce mot a pour préfixe hyper, tiré du grec huper, « au-dessus »(l’upsilon grec est transcrit en français par un y).
  3. 3. de girolles et de pieds-de-mouton safranés : L’emploi de de entraîne évidemment le pluriel (sinon,on dirait « d’une girolle », « d’un pied-de-mouton ». Notez les deux l du nom féminin girolle,désignant un champignon très apprécié. Autre champignon bien connu : le pied-de-mouton ! Commela pharmacienne est une végétarienne convaincue, elle ne mange pas de viande ; elle ne saurait mangerdes… pieds de mouton ! En revanche, elle consomme des champignons, et les deux traits d’union àpieds-de-mouton marquent la métaphore due à la ressemblance de forme : il n’y a ni vrais pieds nimouton(s)… La marque du pluriel des mots composés appartenant à la catégorie « substantif + de +substantif » ne porte que sur le premier élément (cf. : des langues-de-chat, des dents-de-lion, des œils -de-bœuf…).Safrané dérive d’un mot masculin se terminant en -an : le n n’est donc pas doublé. Cf. : la colonneTrajane, la Poste vaticane, une faisane… (Très rares exceptions : Jeanne, paysanne…)régalée : Accord sur le COD s’ reprenant le sujet elle. (Si l’on reconstruit la phrase avec avoir, on a :« Qui a-t-elle régalé ? s’, c’est-à-dire elle-même.)centre-ville : Nom commun composé masculin, comportant un trait d’union. (Au pluriel, accordnormal de cette catégorie de mots formés de deux substantifs : double pluriel = des centres-villes.)Ah ! : Interjection marquant divers sentiments : la surprise, l’étonnement, le soulagement, le dépit, ladouleur… (Ah zut alors !, Ah bon ?!..., Ah ! Que j’ai mal !...) Les interjections, simples oucomposées, sont suivies directement du point d’exclamation.Ne pas confondre avec ha !, autre interjection, dont l’emploi se restreint de plus en plus, simple ouredoublée, à l’expression du rire : « Ha, ha, ha ! ».contes de l’apothicaire : On appelle compte(s) d’apothicaire des comptes compliqués, excessivementdétaillés donc confus, par comparaison avec les décomptes et factures des apothicaires, soupçonnés demalhonnêteté. Ici, il n’y a pas de comptes, mais les souvenirs, les histoires contées par lapharmacienne !Apothicaire tire son orthographe du grec apothêkê : « boutique ».franc-comtoise : Le gentilé, ou ethnonyme, de Franche-Comté est franc-comtois, franc-comtoise. Aupluriel, franc reste invariable, alors que le second élément varie au féminin : des bourgs franc-comtois,les fermes franc-comtoises. Quand le terme est en emploi de nom propre, il y a évidemment desmajuscules : de jeunes Franc-Comtoises, les Franc-Comtois.savoureux épigrammes : Si épigramme est un mot féminin au sens d’écrit satirique (généralementdes quatrains), c’est un mot masculin quand il désigne des tranches minces de poitrine d’agneau àgriller ou à sauter.L’épigramme satirique la plus connue est certainement celle de Voltaire visant son ennemi intime JeanFréron :L’autre jour, au fond d’un vallonUn serpent piqua Jean Fréron.Que croyez-vous qu’il arriva ?C’est le serpent qui creva.
  4. 4. laïus : Nom commun issu du nom propre de Laïos, ou Laïus, père d’Œdipe. En 1804, le premier sujetde composition proposé au concours d’entrée à Polytechnique fur « Le discours de Laïus ». Lespostulants durent donc « faire un… Laïus », et le nom propre devint rapidement un nom commun ausens de « discours, allocution », puis de « baratin, blabla… ».commensaux : Pluriel de commensal, « convive ».censés : Censé, homonyme de sensé, « sain d’esprit », s’écrit donc avec un c à l’initiale et signifie« supposé, présumé, réputé »… (Du latin censere, « estimer, juger ».)massacreur d’histoire(s) : Au singulier ou bien au pluriel, peu importe… On peut dire que c’est oubien quelqu’un qui massacre l’histoire en cours, celle qui se déroule, ou bien quelqu’un qui al’habitude de massacrer toutes les histoires.marron foncé : Invariabilité. Quand un vrai adjectif de couleur simple est suivi d’un terme qui enprécise la nuance, il n’y a jamais de trait d’union et l’ensemble reste invariable, parce que c’est uneellipse pour : « qui est D’UN marron foncé ».sépiolite : Ce substantif féminin (du grec sêpion, « os de seiche » ; cf. sépia, « liquide noirâtre sécrétépar la seiche ») désigne un silicate hydraté naturel de magnésium, appelé aussi « écume de mer », quisert à fabriquer des pipes.tape : Attention : un seul p !à tâtons : « En tâtonnant ». Cette locution adverbiale est figée au pluriel.brûlot : En argot, variante de brûle-gueule, pour désigner une bouffarde, une pipe à tuyau court, quiest donc près du visage. De la famille de brûler, d’où l’accent circonflexe.scaferlati : L’origine de ce mot masculin désignant un tabac utilisé pour la pipe comme pour lacigarette est inconnue, semble-t-il.à grand-peine : Le trait d’union, dans cette locution adverbiale, remplace le e disparu de grande.saynète : Ce mot n’est pas un dérivé de scène, et ne s’écrit donc pas « scénette ». C’est un substantifd’origine espagnol, sainete, lié à sain, « graisse ». Le terme a désigné les morceaux de viande que l’ondonnait aux oiseaux de proie dressés pour la chasse, puis, ou aussi, les morceaux onctueux, succulents,bien gras, qui restaient attachés au fond des marmites. Toujours dans la langue de Cervantès, de saveuren cuisine on est passé à saveur en littérature et au théâtre, avec en particulier l’acception de piècebouffonne courte jouée en intermède. C’est avec cette dernière signification que le mot est entré dansle lexique français : « comédie très courte, parfois réduite à une scène », « sketch ».freineur d’histoire(s) : Même commentaire que pour massacreur d’histoire(s) = voir plus haut.obligeamment : Adverbe forgé sur obligeant(e), dont il conserve donc ea.solécisme : Ce nom commun désigne une faute de grammaire, une erreur de syntaxe (« C’est le vélo àPierre », « Elle a été au boucher », etc.). Vient du nom de la ville de Soles, en Cilicie (Asie Mineure),dont les colons athéniens parlaient un grec relâché, corrompu…digression : Ce nom féminin (= parenthèse) ne doit pas être déformé en « disgression » !
  5. 5. des plus indispensables : « Parmi les plus indispensables ». Pour l’instant, la règle est de suivre lesrègles normales d’accord. Une évolution de l’usage entérinera officiellement, peut-être, dans le futur,un accord au singulier, en faisant de des plus un équivalent de « très ».plus d’un, ici, juge : Avec plus d’un et plus d’une, le verbe qui suit se met au… singulier, parce quedans l’oreille reste le mot un ou le mot une. Pour la même raison, et bien que cela soit intrinsèquementillogique, on accorde au… pluriel les verbes, adjectifs, participes qui suivent moins de deux : on a dansl’esprit le mot deux (moins de deux candidats se sont présentés).Il y a deux exceptions où l’on met le pluriel derrière plus d’un(e) : a) quand il y a répétition = Plusd’un cadre, plus d’un employé, plus d’un ouvrier sont menacés de chômage ; b) quand le verbe quisuit impose nettement l’image de la participation d’au moins deux personnes : Plus d’une clientes’arrachaient les robes en solde.horripilant : Deux r. Horripiler a pour étymon un verbe latin signifiant « avoir le poil hérissé » !l’acmé : « Sommet, point culminant, zénith, apogée » (du grec akmê, « partie aigu d’un objet »).Ne pas confondre avec l’acné juvénile ! Aucun rapport avec l’opéra Lakmé, du Français Léo Delibes,où l’air dit « des clochettes » est un morceau de bravoure pour les cantatrices.c’est-à-dire : Notez les deux traits d’union. En bout de ligne, dans un texte composé, on coupe enrespectant la liaison : « c’est-à / dire ».céans : C’est-à-dire : « ici », « des lieux » (de l’ancien français çaenz, « ça dedans »). Ne pasconfondre avec séant (être assis sur son séant) !aux chauds fars ! : Calembour sur le nom du flan aux pruneaux spécialité de la Bretagne = on parlaitd’un dessert qui ne devait pas être servi brûlant ! Jeu de mots sur chauffard(s), bien sûr, mot quin’avait aucune raison d’être là… Le singulier au chaud far ! était licite.sine die : « Sans date fixée ». Deux mots sans trait d’union ni accents dans cette locution adverbialelatine.venus : Le masculin pluriel devait être appliqué, puisqu’il renvoyait au tout début du texte, c’est-à-dire au narrateur et à son épouse.© Jean-Pierre Colignon, avril 2013.

×