24 SEPT 09
                                                                                                               ...
24 SEPT 09
                                                                                                               ...
24 SEPT 09
                                                                                                               ...
24 SEPT 09
                                                                                                               ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Eric Delannoy le nouvel économiste 25 septembre 2009

506 vues

Publié le

Publié dans : Business, Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
506
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
34
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Eric Delannoy le nouvel économiste 25 septembre 2009

  1. 1. 24 SEPT 09 Hebdomadaire Paris OJD : 21890 5 PASSAGE PIVER Surface approx. (cm²) : 588 75011 PARIS - 01 58 30 64 64 N° de page : 4 Page 1/4 Avis d'experts Faut-il séparer à nouveau les banques de dépôt et les banques d'investissement ? Jean Peyrelevade, marché Dès lors que vous prenez un risque eleve ou spéculatif, ou ancien président du Crédit Lyonnais. d'ailleurs un nsque d'entrepreneur trop fort, vous devez mettre en f ace de "Ramener le banquier l'épargne déjà existante investie en de dépôt sur son métier prêt d'argent ou en actions Dans le cas d'origine" des banques françaises, je ne croîs pas que la séparation les affaiblirait. Cel- La banque doit créer de la monnaie en les qui ont le plus perdu dans la crise prenant le moins possible de risque sont celles qui ont pris le plus de - même si ce n'est pas une idée popu- risque, qui se sont le plus écartées de laire - de façon a ce que la monnaie leur metier traditionnel En quoi ça qu'elle crée ne soit jamais suspecte. Le rentre dans le metier d'un banquier système bancaire est un tout. Le fon- français de constituer un portefeuille dement intellectuel de toute opéra- de papier américain de plusieurs di tion de régulation devrait consister a zames de milliards de dollars ' En quoi ramener les banquiers de depôt sur est-ce nécessaire a l'économie fran- leur métier d'origine. Oui, il faut sé- çaise ? Dans le principe de la separa- parer la banque de dépôt et la banque tion, je peux être plus subtil. Le d'investissement qui, elle, ne fabrique banquier ne doit pas prendre de posi pas de monnaie et ne gère pas un bien rions pour compte propre parce qu'il "Le banquier ne doit pas prendre de public - sa défaillance éventuelle est ne travaille pas avec son argent, mais position pour compte propre parce qu'il moins grave II faut limiter, de f agon as- avec la monnaie qui est un bien public ne travaille pas avec son argent mais sez étroite, les catégories de risque Donc je suis prêt a autoriser le trader avec la monnaie qui est un bien public." que les banques de depôt sont autori- chaque fois que le banquier agit pour sées à prendre. C'est une des premiè- le compte d'un client, chaque fois qu'fl et les traders non plus. Au passage, la res mesures prises aux Etats Unis en ne porte pas lui-même le nsque. On ne question des bonus est automatique- 1933 a partir de cette même analyse • ferme pas complètement la salle des ment traitée Ce dispositif n'empêche les banques ont sauté en 1929 parce marchés pour acheter du yen ou du pas de fabnquer des banques d'inves- qu'elles avaient financé la Bourse Les dollar pour EADS Parce que si l'ana- tissement La condition est qu'elles se gens avaient joué au casino avec de lyse de risque sur le client a été bien refinancent par le marché Rienn'rn- l'argent emprunté aux banques ! Alors faite, ce n'est pas le banquier qui perd terdit de créer une filiale qui ne se re- les Américains ont dit "la Bourse c'est de l'argent Simplement si vous f ailes financerait pas auprès de la banque de pour la banque d'investissement" ce travail pour le compte du client, si dépôt La règle est un peu plus subtile L'idée, c'est que la banque d'investis- vous n'êtes jamais en risque propre, que dans le Glass Steagall Act, mais sement se finance directement sur le vous n'allez pas gagner des fortunes, cela revient au même. WEAVE Eléments de recherche : WEAVE : cabinet de conseil en management, toutes citations 7372131200509/GST/MSB/2
  2. 2. 24 SEPT 09 Hebdomadaire Paris OJD : 21890 5 PASSAGE PIVER Surface approx. (cm²) : 588 75011 PARIS - 01 58 30 64 64 N° de page : 4 Page 2/4 Pierre-Henri Leroy, sa part que la banque a besoin à la fois président de ProxinvesL de la "puissance de crédit et de la puis- sance de marché financier". Il n'a pas "Depuis dix ans je suis tort, mais objectivement il y a de pour la séparation" grands inconvénients. C'est à cause de ce cumul que nous avons un marché Cela fait dix ans que je prône dans pas complètement grégaire, que l'on a mal de revues la séparation banque de beaucoup de mal à financer l'innova- dépôt et banque d'investissement. Jai tion, et beaucoup plus gravement que un vécu personnel, en tant que salarié, l'on a un système qui repose sur le avec le Crédit Lyonnais qui était le mensonge. Voilà des gens dont le mé- champion de la banque universelle à tier consiste à trahir deux clients sur l'époque Haberer. C'est la loi Debré de trois : cela s'appelle le comité des 1965 qui avait organisé ce virage vers conflits. Ce comité gère les différents la banque universelle.Toute société re- conflits d'intérêt au sein de la banque, cherche le monopole, c'est logique. Ad- et il se peut qu'un client soit concur- "Les métiers dissociés sont plus mettre que cela a des conséquences rence par plusieurs branches d'acti- efficaces que tes métiers vité. La banque peut être mobilisée monopolistiques." dramatiques pour la société, des ex- ternalités comme on dit aujourd'hui, pour défendre un émetteur contre des beaucoup plus brillant avant l'OPA de c'est difficile à admettre pour les diri- investisseurs ! C'est un conflit d'inté- BNP. En réalité, le système bancaire geants des grandes banques. Ils expli- rêt interne insoluble. En trahissant les est depuis vingt ans totalement mé- quent tous que c'est grâce à ce clients, vous trahissez le marché. Les diocre au niveau de l'innovation des système que l'on a financé la crois- métiers dissociés sont beaucoup plus services. Regardez, la carte de crédit sance. Daniel Bouton,Pancien PDG de efficaces que les métiers monopolis- n'a pratiquement pas évolué depuis la Société Générale, expliquait pour tiques. Je soutiens que Paribas était vingt ans. WEAVE Eléments de recherche : WEAVE : cabinet de conseil en management, toutes citations 7372131200509/GST/MSB/2
  3. 3. 24 SEPT 09 Hebdomadaire Paris OJD : 21890 5 PASSAGE PIVER Surface approx. (cm²) : 588 75011 PARIS - 01 58 30 64 64 N° de page : 4 Page 3/4 Henri Emmanuelli, député PS des Landes. "La séparation banque de dépôt-banque d'investissement est la bonne méthode" Je pense que si l'on veut stabiliser le système financier, il faudrait re- venir à certains distinguos entre l'argent des déposants et ce qu'on appelait avant les banques d'affai- res. Faire sauter cette distinction a été un facteur de déstabilisation. La deuxième chose à faire pour stabili- "Si les banques risquent leur propre ser le système, c'est moins compli- argent elles seront beaucoup plus qué, c'est augmenter les fonds prudentes que si elles risquent propres des banques. Cela veut dire l'argent des autres." instaurer un système où lorsque les banques font des bêtises elles pren- c'est d'apprécier le risque. Qu'est- nent plus de risques. Il faut que l'ef- ce qui s'est passé à la veille de la fet de levier soit moindre. Il est crise : à travers ce qu'on appelle les évident que si les banques risquent produits dérivés les banques leur propre argent elles seront avaient inventé un système pour beaucoup plus prudentes que si el- noyer les risques. Il ne faut pas s'é- les risquent l'argent des autres. His- tonner que lorsqu'on passe à un sys- toriquement, et toujours aujourd'hui, tème bancaire où la technologie le premier rôle des banques - même principale est la dissimulation du s'il a dérapé - c'est de transformer risque, il arrive ce qui devait arriver. l'épargne courte en épargne longue, Encore une fois, la séparation c'est-à-dire de financer l'investisse- banque de dépôt-banque d'inves- ment. Le second rôle, normalement, tissement est la bonne méthode. WEAVE Eléments de recherche : WEAVE : cabinet de conseil en management, toutes citations 7372131200509/GST/MSB/2
  4. 4. 24 SEPT 09 Hebdomadaire Paris OJD : 21890 5 PASSAGE PIVER Surface approx. (cm²) : 588 75011 PARIS - 01 58 30 64 64 N° de page : 4 Page 4/4 Eric Delannoy, vice-président de Weave. "Le modèle universel a f ait ses preuves" Les banques de dépôt et d'investisse- ment font appel à des compétences et des managements extrêmement diffé- rents. Ce qui pourrait militer pour une séparation des deux activités : je pense qu'en effet il faut une muraille de Chine. Mais, à mon avis, il faut garder une banque universelle et avoir un mana- "L'autre avantage du caractère gement unique et des capitaux uniques universel est d'avoir une stratégie sur l'ensemble de la banque. Dans la d'allocations de fonds propres plus crise actuelle, ce qui a sauvé les banques équilibrée." françaises, c'est ce modèle universel : il a f ait ses preuves. Les banques de dépôt banque universelle vous pouvez avoir ont servi, dans la consolidation des ré- une rentabilité globale de la banque sultats, d'amortisseur de crise considé- avec des stratégies d'allocation de fonds rable. L'autre avantage du caractère propres qui s'adaptent en fonction de universel est d'avoir une stratégie d'al- révolution des marchés. Je mets quand locations de fonds propres plus équili- même un bémol. Aujourd'hui il y a une brée. Dans la banque d'investissement schizophrénie entre la volonté de met- vous avez des activités de fusions-ac- tre en place des structures bancaires pé- quisitions qui rapportent beaucoup de rennes grâce à la banque universelle et chiffre sans être consommatrices de auxphénomènes de concentration et le fonds propres, alors que sur la banque concept du "tao bigtofail".De fait, sil'on de détail vous avez des activités de cré- crée des " monstres", on est obligé de les dit aux particuliers fortement consom- soutenir en cas de crise, par peur du matrices de fonds propres. Dans la risque systémique. WEAVE Eléments de recherche : WEAVE : cabinet de conseil en management, toutes citations 7372131200509/GST/MSB/2

×