What's Hot!? Juillet 2016

450 vues

Publié le

Informatique et Information, Ecologie et Robotique! Le #Whatshot du mois de juillet fait le tour d’horizon des dernières technos !

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
450
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

What's Hot!? Juillet 2016

  1. 1. WHAT’S HOT ?! Tous les mois, un peu de prise de hauteur + une fracture des méninges Weave Business Technology Juillet 2016
  2. 2. Ce qu’il s’est passé dans le monde au mois de Juin 2016…
  3. 3. La télé anti-moustique de LG 10
  4. 4. Un été paisible, sans moustiques et surtout sans dangers pour la santé ! Voici ce que LG nous promet avec sa nouvelle innovation. Il s’agit du tout premier téléviseur anti-moustique sur le marché. Ce téléviseur intègre la technologie Mosquito Away qui consiste à chasser les moustiques avec les ultrasons. Contrairement aux anti-moustiques du marché, ce procédé est considéré comme étant efficace et naturel par le fabricant sud coréen. LG précise que la technologie n’a pas été testée sur le long terme, mais elle ne devrait avoir aucune incidence sur votre santé et reste tout de même moins nocive que les odeurs et les produits chimiques vendus sur le marché. La technologie ultrasons semble bien être la plus adaptée techniquement pour repousser les moustiques. Cependant le constructeur indique aussi sur son site que la solution ne fonctionne pas forcément sur toutes les espèces. Lorsqu’on sait qu’il existe plus de 3 500 espèces de moustiques réparties en 111 genres différents, ça peut remettre en cause l’efficacité de cette solution. En ce qui concerne le téléviseur en temps que tel, il s’agit d’un écran équipé d’une dalle LED de 32 pouces capable d’afficher une définition de type HD (1 366 x 768). Il profite de toutes les fonctions habituelles en plus du Triple XD Engine, de l’Active Noise et du Dynamic Color Enhancer, avec cinq modes vidéos et sept formats différents. L’appareil intègre aussi deux haut parleurs capables de délivrer une puissance de 20W et est doté d’une prise HDMI, d’un port USB et de toute la connectique habituelle. Un modèle qui se positionne donc entre l’entrée et le milieu de gamme. Malheureusement, LG ne commercialise ce produit qu’en Inde pour le moment et n’a pas encore prévu de lancement en Europe. Ce téléviseur intègre la technologie Mosquito Away Ce procédé est considéré comme étant efficace et naturel par le fabricant LG Un modèle qui se positionne entre l’entrée et le milieu de gamme #LG #NouvelleTechno http://www.maxigadget.com/2016/06/lg-tv-anti-moustiques-en-vente-pas-cher.html
  5. 5. Zenbo, le nouveau compagnon familial 9
  6. 6. En ce début de mois de juin, lors du salon high-tech Computex qui a eu lieu à Taipei, Asus a présenté son nouveau robot mignon qui a vocation à démocratiser la robotique domestique. Il s’agit d’un petit robot compagnon de moins d’un mètre qui peut se déplacer de manière autonome, recevoir des ordres vocaux et donner des informations via des hauts parleurs. Dans la vidéo de présentation, on voit aussi que le petit robot est capable de détecter une situation d’urgence (exemple donné par la chute d’une personne âgée) et d’émettre un appel sur un numéro préenregistré. Zenbo peut aussi jouer le rôle d’interface entre l’utilisateur et les objets connectés et piloter tous les équipements de la maison comme l’éclairage ou les volets. Grâce à sa caméra intégrée, Zenbo est capable de détecter son environnement, de reconnaître les habitants qu’il croise et interagir avec eux. Son “visage” est une tablette tactile depuis laquelle il est possible de naviguer sur Internet. Avec ce robot, Asus s’est ouvert à un nouveau marché (qui n’existe presque pas aujourd’hui) en lançant la robotique pour tous pendant que les géants tels que Google ou Amazon travaillent encore sur des assistants fixes à placer au cœur de son domicile. Le constructeur veut que les foyers prennent l’habitude d’avoir un compagnon mobile, connecté et intelligent qui les assiste au quotidien. Zenbo se positionne comme le concurrent d’un autre petit robot domestique, lancé par la startup française Blue Frog Robotics : Buddy. Ce dernier ressemble au robot Asus par son aspect général mais se distingue du Zenbo par la possibilité d’ajouter au Buddy une paire de bras motorisés et par sa plateforme matérielle et logicielle ouverte, basée sur Android et Arduino. Ce nouveau robot tout mignon a vocation à démocratiser la robotique domestique Grâce à sa caméra intégrée, Zenbo est capable de détecter son environnement et d’interagir avec lui Zenbo est le concurrent direct de Buddy, un robot domestique français lancé par Blue Frog Robotics #Robotique #Domotique http://www.lesnumeriques.com/divers-electromenager/asus-zenbo-assistant-a-domicile-robotise-n52577.html http://www.nextinpact.com/news/100040-zenbo-asus-devoile-son-robot-compagnon-a-599-dollars.htm http://www.futura-sciences.com/magazines/high-tech/infos/actu/d/robotique-zenbo-petit-robot-asus-63043/ http://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/robot/20160603.OBS1880/la-famille-des-robots-domestiques-s-agrandit-avec-le-zenbo-de-asus.html
  7. 7. 8 La veste qui vous apprend à bien vous tenir
  8. 8. Tware, une startup de Singapour a réussi à lever plus de 150 000 dollars sur Kickstarter pour financer son nouveau produit AiraWear. Financé à 200%, la “veste-masseuse” est aujourd’hui commercialisée et disponible en pré-commande. Avant de créer le Airaware, Tware avait conçu une veste pour les enfants atteints d'autisme qui se resserrait pour simuler un câlin. Mais cette fois-ci, il s’agit d’un sweat-shirt normal auquel est attachée une veste gonflable. Cette veste se gonfle au niveau des points acupunctures afin d’imiter l’effet de doigts “d’experts”. La veste est connectée à une application qui rapporte sur quels points est exercée la pression en offrant la possibilité à l’utilisateur de modifier directement le programme et d’ajuster son intensité selon son besoin. De plus, les capteurs mis en place détectent votre posture et vous le notifie si vous vous tenez dans une posture “douloureuse”. La veste qui vous masse vous rappelle donc aussi à l’ordre pour vous éviter des douleurs au dos. Malgré la simplicité de la conception, les premiers testeurs ont été agréablement surpris par le massage. Mais la conception de Airawear n'est pas encore aboutie. Un testeur de la revue Mashable a partagé son expérience fort plaisante en listant les fonctionnalités manquantes. Les coussinets gonflables parviennent à appliquer des mouvements de pression lorsqu'on les gonfle ou dégonfle, mais la veste est incapable de faire des mouvements circulaires comme un masseur ou d'autres outils de massage. Le mécanisme ne vibre pas - une fonction basique de plusieurs fauteuils de massage-, mais les concepteurs ont annoncé que suite aux demandes, ils rajouteraient cette fonctionnalité dans le prochain modèle. La veste fonctionne mieux si vous êtes assis sur une chaise avec dossier pour que le poids de votre corps puisse exercer une pression contraire sur les coussinets et rendre le massage plus efficace. La veste se présente comme étant plutôt discrète. On peut effectivement la porter sous ses vêtements au bureau, mais lorsqu'elle est gonflée, elle vous donnera un petit air de Quasimodo. Elle émet également des sifflements en se gonflant et en se dégonflant. On peut donc tout de suite abandonner l'idée de savourer secrètement un massage pendant une réunion ennuyeuse ! Cela étant dit, cette veste reste une bonne idée qui ne manquera pas de satisfaire bien des acheteurs. Avec 3h d'économie et une batterie rechargeable par connexion USB, les addicts pourront se brancher à n'importe quelle batterie externe et en profiter toute la journée. Le projet Airawear de Tware est à 200% financé sur Kickstarter : levée de 150000$ Cette veste se gonfle au niveau des points acupunctures afin d’imiter l’effet de doigts “d’experts”. Cette veste vous masse et vous rappelle à l’ordre pour corriger votre posture si besoin #VesteIntelligente #Airaware #Startup [Plus d’infos en vidéo]
  9. 9. 7 Et si on donnait une seconde vie aux mégots?
  10. 10. Dans le monde, 4 300 milliards de mégots de cigarettes sont jetés dans les rues, chaque année soit 137 000 mégots par seconde. En moyenne, il faut 12 ans pour que ces mégots se dégradent complètement. Un temps durant lequel les substances chimiques qu’il contient, comme l’arsenic, le chrome, le nickel ou le cadmium peuvent s’infiltrer dans les sols et les eaux, et les polluer. A Paris seule, on ramasse chaque année 315 tonnes de mégot (sur les trottoirs ou via les caniveaux et égouts). Plusieurs initiatives de recyclage de mégots ont été menées un peu partout dans le monde, dont la plus populaire aujourd’hui, le programme de recyclage de mégots de TerraCycle. Ces derniers collectent vos mégots, les filtres de cigarettes, les mégots de cigares, l'emballage en plastique du paquet, la feuille d'aluminium à l'intérieur des paquets, le papier à rouler et les cendres pour les recycler. Les mégots sont hachés et le filtre est séparé de la matière organique. Le papier, le tabac et les cendres sont ainsi transformés en un compost utilisé pour l'aménagement du territoire. La matière plastique, c’est-à-dire le filtre, est ensuite finement broyée puis mélangée à d’autres plastiques recyclés. Ces plastiques sont ensuite compressés par un procédé spécial qui permet de fabriquer des plaques, entrant dans la construction de mobilier d'extérieur. Aujourd’hui, ce sont des chercheurs de la RMIT University qui proposent une alternative innovante et plutôt étonnante. Ces derniers ont prouvé qu’il suffit d’incorporer 1 % de mégots de cigarettes dans 2,5 % de la production annuelle de briques pour débarrasser notre planète de la totalité de ses mégots. Il s’agirait d’incorporer les mégots dans l’argile lors de l’étape de la cuisson des briques. Ainsi, tous les produits toxiques polluants et les métaux lourds issus des mégots restent piégés dans l’argile. Les briques à mégots gardent la même qualité et le même aspect que des briques ordinaires. Elles sont juste un peu plus légères, plus isolantes, et l’énergie nécessaire à la cuisson de telles briques est diminuée jusqu’à 58 % car les filtres des cigarettes sont fabriqués à partir de matières organiques. Une étude donc prometteuse qui pourrait mettre fin à une catastrophe écologique. Il restera cependant le problème mentionné plus haut : l’éducation des fumeurs. Il faudrait penser un système de collecte efficace comme l’installation de poubelles qui ne recueillent que des mégots de cigarettes couplé à une forte sensibilisation de la population fumeuse. Incorporer 1 % de mégots de cigarettes dans 2,5 % de la production annuelle de brique pour nettoyer la planète des mégots. Les « briques à mégots » gardent la même qualité et le même aspect que des briques ordinaires. Tous les produits toxiques polluants et les métaux lourds issus des mégots restent piégés dans l’argile #Ecologie #Recyclage #Innovation http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/developpement-durable-megots-cigarettes-recycles-briques-maison- ecologique-63328/
  11. 11. Google explore les données de santé au Royaume Uni 6
  12. 12. Deepmind, société spécialisée en Intelligence Artificielle et propriété de Google depuis 2014 a désormais accès aux données médicales des patients britanniques. Le but étant de faciliter et accélérer les processus de décisions médicales et de diagnostics, à travers une future plateforme baptisée « Patient rescue » (« Sauvetage des patients »). Patient Rescue utilise les flux de données des hôpitaux pour construire d’autres outils, en plus de Streams, qui pourraient procéder à une analyse en temps réel des données cliniques. DeepMind ne prévoit pas d’automatiser les décisions cliniques mais veut soutenir les médecins en faisant des prédictions basées sur de très grands volumes de données (trop larges pour une analyse manuelle). En comparant les informations d’un nouveau patient avec des millions d’autres cas, Patient Rescue pourrait, par exemple, être en mesure de prévoir s’il est au premier stade d’une maladie, pas encore symptomatique. Les médecins pourraient ensuite exécuter des tests pour voir si la prédiction est correcte. La volonté de soutenir les médecins en leur apportant une expertise technique pour les aider à soigner le mieux possible leurs patients est indéniable. Cependant, les données de santé recueillies par Google à cet effet restent des données très sensibles, ce qui a donné naissance à une véritable polémique au Royaume Uni. L’accès à des informations telles que le recours à un avortement ou le statut VIH des patients concernés inquiète l’opinion publique. La revue New Scientist a d’ailleurs publié un article détaillant le contenu de l’accord entre Google DeepMind et le Royal Free NHS. L’accord donnerait accès à DeepMind à un large éventail de données de santé sur les 1,6 millions de patients qui passent par trois hôpitaux de Londres, dirigés par le Royal Free NHS Trust – Barnet, Chase Farm et le Royal Free – chaque année. Il s’agirait notamment d’informations sur les personnes qui sont séropositives, ainsi que les détails sur les overdoses et les avortements. L’accord comprend également l’accès aux données des patients des cinq dernières années avec noms et photos. Cependant, l’accord stipule aussi que Google ne peut pas utiliser les données dans une autre partie de son activité. Les données elles-mêmes sont sauvegardées au Royaume-Uni par une tierce partie mandatée par Google, pas dans les bureaux de DeepMind. DeepMind est également obligé de supprimer sa copie de données lorsque l’accord arrivera à expiration fin septembre 2017. Cette polémique britannique n’est qu’un reflet des problématiques engendrées par le mariage Santé/Big Data. Des pistes de réflexion autour du sujet sont lancées dans plusieurs pays européens, dont la France. En France, les données de santé restent des données extrêmement sensibles et extrêmement sécurisées. Elles sont anonymisées pour préserver les patients. Ce besoin d’anonymat peut paraître contraignants (une prédiction devrait permettre de revenir vers le patient pour suivre son cas) mais il reste nécessaire pour le moment. Patient Rescue utilise les flux de données des hôpitaux pour analyser en temps réel des données cliniques Les données de santé recueillies par Google à cet effet restent des données très sensibles, Le besoin d’anonymasation des données peut paraître contraignants mais il reste nécessaire #GoogleDeepmind #UK #Santé http://www.beckershospitalreview.com/healthcare-information-technology/google-s-deepmind-wants-to-bring-ai-learning-to-healthcare- within-5-years.html http://uk.businessinsider.com/googles-deepmind-tried-to-justify-why-it-has-access-to-millions-of-nhs-patient-records-2016-5 http://techcrunch.com/2016/06/08/nhs-memo-details-googledeepminds-five-year-plan-to-bring-ai-to-healthcare/ http://futurism.com/googles-ai-for-healthcare-is-making-strides-in-the-london-nhs/
  13. 13. Léo, le bagagiste suisse 5
  14. 14. En partenariat avec SITA (Société internationale de télécommunication aéronautique), la start-up suisse issue de l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) BlueBotics, a dévoilé un petit robot-bagagiste lors du Sommet du Transport Aérien qui a eu lieu fin mai/début juin à Barcelone . Ce petit robot totalement autonome au joli nom de Léo est en mesure de procéder au check-in des passagers à l’entrée du terminal, leur permettant de se rendre directement au contrôle de sécurité, leur évitant ainsi l’encombrement et les files d’attente. Léo possède un écran qui permet aux passagers d’interagir directement avec l’interface Scan&Fly de SITA (la même que celle qu’on retrouve dans les bornes d’enregistrement fixes). Les passagers n’ont plus qu’à scanner leur carte d’embarquement électronique, suite à quoi Léo va imprimer les étiquettes de bagages à coller sur les valises. Les passagers déposent alors leurs bagages dans le compartiment prévu à cet effet (supportant deux valises d’un poids maximal de 32 kg chacune). Pendant le chargement des bagages, Leo indique l’heure et le lieu du décollage de l’avion avant de transporter les bagages au terminal correspondant. Au delà de l'expérience passager augmentée (rapidité de traitement, confort …), Leo permettra aux gestionnaires de l’aéroport de maximiser le nombre de passagers pris en charge en un temps record. L’objectif à termes étant de fluidifier le trafic à l’intérieur des terminaux. L’enregistrement fait à l’entrée du terminal évite la multiplication des chariots de transport de bagages dans l’enceinte du bâtiment et permet à plus de passagers de circuler dans l’aéroport. Selon Dave Bakker, Président de la branche Europe du groupe SITA: “L’innovation du Lab SITA nous permet de répondre aux défis les plus redoutables que les aéroports rencontrent aujourd’hui. Leo démontre que la robotique peut être l’une des premières réponses pour assurer une gestion efficace, intelligente et sécurisée des bagages“. En attendant une intégration officielle et des effectifs plus importants, Léo le robot-bagagiste continuera sa période d’essai durant la saison estivale, période d’affluence aéroportuaire, au sein de l’aéroport de Genève . BlueBotics et SITA ont dévoilé leur nouveau robot qui s’occupe du check-in à l’aéroport de Genève Leo permet aux gestionnaires de l’aéroport de maximiser le nombre de passagers pris en charge En attendant une intégration officielle, Léo le robot- bagagiste reste en période d’essai à Genève #Robotique #Aéroport http://www.psfk.com/2016/06/check-in-bags-with-airport-robot.html
  15. 15. Des prévisions plus précises pour la mousson 4
  16. 16. En Inde, l’agriculture contribue à hauteur de 15% du PIB du pays et fait vivre près de 60% de la population. Or le secteur agricole de l’Inde est fortement dépendant de la saison de la mousson qui représente près de deux tiers des précipitations annuelles du pays. Ainsi, à chaque publication d’un bulletin de prévisions météorologiques, des millions d’agriculteurs adaptent leurs semences en fonction du niveau des précipitations et les traders ajustent leurs stratégies d’achat et de vente de titres d’entreprises concernées. Le niveau de la mousson peut faire varier la croissance du PIB de 0,5 point et influence la politique monétaire du pays - couplé au taux d’inflation. Faire des prévisions précises et fiables est donc d’une importance capitale pour l’Inde. Mais l’exercice reste délicat tant les paramètres sont nombreux : température à la surface de la mer, vitesse et direction des vents … C’est pour cela que l’office de météorologie du pays a annoncé en ce mois de juin un investissement de 60 millions de dollars pour construire un nouveau supercalculateur qui utilisera la modélisation 3D pour prédire comment les pluies saisonnières se développeront et ainsi prédire la mousson avec une plus grande précision. Reuters rapporte que Mr Madhavan Nair Rajeevan, secrétaire au ministère des sciences de la terre en Inde, a annoncé que la nouvelle machine sera 10 fois plus rapide que le système actuel (développé par IBM). Ce dernier n’a cependant pas encore dévoilé les noms des entreprises en charge de ce projet. Rajeevan, admet cependant que seul « Dieu a la capacité de comprendre entièrement » la mousson. Voilà pourquoi le dieu de la pluie, Indra, est l’un des plus révérés du pays. Surtout par les ministres de l’économie et des finances. [Citation Lemonde] En Inde, l’agriculture contribue à hauteur de 15% du PIB du pays et fait vivre près de 60% de la population Faire des prédictions sur la mousson reste un exercice délicat tant les paramètres sont nombreux Un investissement de 60 millions de dollars pour construire un supercalculateur pour prédire la mousson #Supercalculateur #Big Data http://futurism.com/next-level-monsoon-predictions-thanks-to-indias-new-supercomputer/ http://vonguru.fr/2016/06/15/linde-va-construire-un-ordinateur-surpuissant-capable-de-prevoir-la-mousson/
  17. 17. Orange Money, une offensive dans le monde de la finance digitale 3
  18. 18. Avec l’appui de Groupama, Orange prépare une grande offensive dans les services bancaires prévue début 2017, avec une offre digitale incluant prêt, épargne et assurance. En attendant, Orange pénètre doucement le secteur des services financiers en multipliant les actions et en proposant des solutions réservées à ses clients. En effet, après le service Orange Cash (service de paiement mobile sans contact utilisant la technologie NFC), Orange a introduit en France son service de transfert de fonds, Orange Money. Depuis 2008, Orange Money est proposé dans la majorité des pays d'Afrique dans lesquels l'opérateur est présent. Il permet à ses utilisateurs de déposer de l'argent sur un compte associé à leur numéro de mobile, pour ensuite accéder à une gamme de services - notamment transfert d'argent domestique et international, paiement de factures et achat de crédit téléphonique. Le service est désormais disponible en France aussi et ce, depuis ce mois-ci. Il permet pour le moment d'envoyer de l'argent vers 3 pays seulement, la Côte d'Ivoire, le Sénégal et le Mali. Orange s’appuie sur sa filiale W-HA pour entrer en concurrence directe avec des acteurs historiques qui dominent le marché français du transfert d’argent tels que Western Union ou MoneyGram. Pour ce faire, Orange met en avant la force de son réseau en Afrique. « Avec environ 30.000 points de retrait d'argent au Mali, en Côte d'Ivoire et au Sénégal, nous dépassons largement les acteurs historiques », fait valoir Patrick Roussel, directeur commercial. Par ailleurs, Orange entend bien mener une guerre des prix. En effet, l'opérateur affiche entre 3 et 8 euros de commissions pour des transferts compris entre 0 et 400 euros maximum par opération. Ce qui fait des commissions aux alentours à 2%, alors qu’à l’heure actuelle, 6,5 % des montants échangés sont facturés lors de transferts d'argent*. Un atout qui pourrait permettre à Orange de bien entamer sa conquête du secteur mais aussi d'attirer une nouvelle clientèle en tant qu'opérateur mobile. *source des chiffres : BCG Orange Money est proposé dans la majorité des pays d'Afrique dans lesquels l'opérateur est présent Orange s’appuie sur sa filiale W-HA pour développer son offre Orange Money en France » Orange possède environ 30.000 points de retrait d'argent au Mali, en Côte d'Ivoire et au Sénégal #Orange #BanqueDigitale http://www.itespresso.fr/orange-money-lance-france-avant-gout-orange-banque-132203.html?utm_source=2016-06- 16&utm_medium=email&utm_campaign=fr_itespresso&referrer=nl_fr_itespresso&t=53856eb064532da417e4045f5b0c6f6b1910331
  19. 19. Des emojis pour sensibiliser les jeunes au chiffrement 2
  20. 20. La protection des données privées et la confidentialité étant aujourd’hui au cœur des préoccupations de notre société numérique, il semble important de prendre connaissance des moyens mis en place pour crypter nos données. Mozilla étant une entreprise très attachée à l’importance de cette technologie et à la protection de la vie privée, celle-ci a lancé une campagne de sensibilisation début février. L’objectif étant de sensibiliser des populations qui n’ont pas réellement d’affinités et/ou de connaissances particulières en informatique, ou même le monde technologique en général. En ce sens, la Fondation Mozilla a mis en place un outil ludique pour initier les internautes au chiffrement en utilisant des emojis pour toucher les plus jeunes, et donc les utilisateurs majoritaires d’applications et autres outils d’échange de données, au chiffrement. “Codemoji est un outil d’apprentissage, pas de partage de données personnelles. Heureusement, le chiffrement moderne est beaucoup plus fort que des simples codes en emojis. Pour partager des informations sensibles, il vaut mieux utiliser un outil de sécurité plus sophistiqué", prévient l'éditeur de Firefox. Il s’agit donc simplement d’une plate-forme en ligne qui permet aux utilisateurs d’écrire un message, de le chiffrer en utilisant des emojis et de l’envoyer à un ami. Mozilla a développé Codemoji aux côtés de son confrère TOOT, l’agence créative basée à Turin. L’objectif encore une fois étant de sensibiliser les internautes au fonctionnement du code et aux bases du chiffrement. Mozilla estime que le chiffrement fait partie du quotidien, que ce soit lors d’échanges, d’achats ou encore de transactions bancaires. Si le chiffrement s’affaiblit, ces actions deviennent risquées. Codemoji est un premier pas qui permettra aux internautes de mieux comprendre en quoi consiste le chiffrement. "Si nous souhaitons que les gens soient de plus en plus nombreux à soutenir le chiffrement, il est crucial de les sensibiliser à son fonctionnement et ses enjeux. C’est particulièrement important aujourd’hui, alors que le chiffrement est menacé aux quatre coins du monde. De la France à l’Australie en passant par le Royaume-Uni, les gouvernements proposent des mesures allant contre la sécurité des utilisateurs en affaiblissant le chiffrement. Aux Etats-Unis, le FBI a récemment demandé à Apple d’alléger les mesures de sécurité sur ses propres produits", souligne Mark Surman, Directeur Exécutif de Mozilla. Sensibiliser des populations qui n’ont pas d’affinités et/ou de connaissances particulières en informatique L’objectif est d’initier les internautes au fonctionnement du code et aux bases du chiffrement. Codemoji est un premier pas qui permettra aux internautes de mieux comprendre en quoi consiste le chiffrement #LaFondationMozilla #Chiffrement http://www.zdnet.fr/actualites/mozilla-veut-sensibiliser-les-jeunes-au-chiffrement-grace-aux-emojis-39839000.htm
  21. 21. 1
  22. 22. Microsoft accélère sa stratégie Open Source 1
  23. 23. Vers la fin de ce mois, Microsoft a annoncé la disponibilité générale de .NET Core. Le framework de programmation pourra donc être utilisé dans des systèmes d’exploitation différents de Windows comme Linux et Mac OS X. Cette annonce marque une étape importante dans la démarche de la firme vers une stratégie open source. En février déjà, Microsoft avait fait l’acquisition de l’éditeur Xamari, dont les outils sont dédiés au développement d'applications pour iOS et Android en utilisant .NET. Plus de 18.000 développeurs représentant 1300 entreprises ont contribué à .NET Core, permettant à Microsoft d’en faire un langage qui séduit mais aussi de proposer une plate-forme de développement incontournable pour les applications d’entreprises multi-niveaux desktops, serveurs et mobiles. Microsoft a annoncé que la nouvelle version « comprend la première version de .NET Standard Library, ce qui permettra aux développeurs de réutiliser leurs codes et compétences pour des applications exécutées sur des serveurs, sur le cloud, sur des ordinateurs de bureau et à travers tout dispositif ». Le géant renforce parallèlement sa stratégie open source en collaborant avec plusieurs nouveaux partenaires tels que Red Hat. .NET Core sera donc supporté par la distribution Red Hat Entreprise Linux et sera compatible avec OpenShift (Offre Paas de Red Hat). Par ailleurs, à l’occasion du Red Hat Summit 2016, qui s’est tenu entre le 27 et le 30 juin, à San Francisco, Microsoft a livré une première préversion privée de SQL Server 2016, un système de gestion de bases de données (SGBD) tournant sous Linux. Cette marche vers l’open source d’un des plus gros éditeurs de solutions ne marque pas une grande étape pour Microsoft seulement mais pour tout le secteur du logiciel. Depuis quelques années, les géants du web tels que Google, Facebook ou Twitter ont considérablement augmenté leur exploitation sur Linux et autres outils open source dans la production de services en ligne. Les éditeurs de logiciel s’alignent donc avec cette tendance afin de ne pas être dépassés par un marché plus agile et qui s’avère plus efficace. .NET Core pourra être utilisé dans des systèmes d’exploitation comme Linux et Mac OS X. Le géant renforce parallèlement sa stratégie open source en collaborant avec Red Hat Microsoft a aussi livré une préversion privée de SQL Server 2016, un SGBD tournant sous Linux. #Microsoft #Linux #OpenSource http://www.wired.com/2016/06/microsofts-open-source-love-affair-reaches-new-heights/
  24. 24. Be loud…be proud! Let your clients know about next “Business-Technology” innovations If you don’t tell them…who will? Weave Business Technology Juillet 2016

×