TROISIEME BAROMETRE CREDOC POUR LA CSNAF                                     « LES FRANÇAIS ET LES OBSEQUES »             ...
Pour les 35% de ceux qui désirent une cérémonie civile, 66% veulent une cérémonie très intime                       4%    ...
Quant au cimetière, aujourd’hui, il est considéré comme une façon de donner un lieu auxpersonnes disparues (35%), un lieu ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les français et les obseques

258 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
258
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les français et les obseques

  1. 1. TROISIEME BAROMETRE CREDOC POUR LA CSNAF « LES FRANÇAIS ET LES OBSEQUES » LES FRANÇAIS ENTRE RITES ET SOUVENIRSDepuis quelques années, la Chambre Syndicale Nationale de l’Art Funéraire (CSNAF) a entaméune vaste réflexion sur lensemble de ses métiers et sur la perception et les attentes quepouvaient en avoir les consommateurs. Un travail sociologique a été mené à cette occasion sur levécu et la perception du deuil et des obsèques.En confiant de nouveau la réalisation d’une étude - quantitative et qualitative - au CREDOC* afind’étudier les perspectives des Français en matière de funérailles (rites, cérémonies, souvenirs) etpouvoir ainsi analyser leur perception, comprendre leurs motivations pour mieux anticiper leursdemandes, la CSNAF révèle dans ce troisième baromètre « Les Français et les obsèques » lesmotivations des Français en matière de pompes, de rites et de souvenirs.Ainsi, sur un échantillon représentatif de la population française (1 004 personnes) interrogé en maidernier, nous apprenons que Loi n° 2008-1350 du 19 décembre 2008 relative à la législation funéraire (extraits) Article 11 : Après larticle 16-1 du code civil, il est inséré un article 16-1-1 ainsi rédigé : « - près de 42% des personnes Art. 16-1-1.-Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes des interrogées ont laissé des instructions personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence. » concernant leurs obsèques Article 16 : La section 1 du chapitre III du titre II du livre II de la deuxième partie du même code est complétée par une sous-section 3 ainsi rédigée : « Sous-section 3 « Destination des cendres - plus de 44% des personnes « Art.L. 2223-18-1.-Après la crémation, les cendres sont pulvérisées et recueillies dans une interrogées envisagent plutôt la urne cinéraire munie extérieurement dune plaque portant lidentité du défunt et le nom du crématorium. « Dans lattente dune décision relative à la destination des cendres, lurne crémation que l’inhumation cinéraire est conservée au crématorium pendant une période qui ne peut excéder un an. A la demande de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, lurne peut être - 47% de l’échantillon souhaitent voir conservée, dans les mêmes conditions, dans un lieu de culte, avec laccord de lassociation leurs cendres dispersées, 16% chargée de lexercice du culte. « Au terme de ce délai et en labsence de décision de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, les cendres sont dispersées dans seulement dans un jardin du souvenir lespace aménagé à cet effet du cimetière de la commune du lieu du décès ou dans lespace le plus proche aménagé à cet effet visé à larticle L. 2223-18-2. « Art.L. 2223-18- - En cas de non dispersion, l’urne 2.-A la demande de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, les cendres reposera à 33% dans un monument sont en leur totalité : « soit conservées dans lurne cinéraire, qui peut être inhumée dans une sépulture ou déposée dans une case de columbarium ou scellée sur un monument cinéraire, à 31% dans le caveau de funéraire à lintérieur dun cimetière ou dun site cinéraire visé à larticle L. 2223-40 ; « soit famille, à 19% dans un columbarium dispersées dans un espace aménagé à cet effet dun cimetière ou dun site cinéraire visé à larticle L. 2223-40 ; « soit dispersées en pleine nature, sauf sur les voies publiques. « - l’inhumation est mentionnée pour Art.L. 2223-18-3. En cas de dispersion des cendres en pleine nature, la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles en fait la déclaration à la mairie de la commune du lieu 37% des personnes interrogées et à de naissance du défunt. Lidentité du défunt ainsi que la date et le lieu de dispersion de ses 34% par convictions religieuses cendres sont inscrits sur un registre créé à cet effet. « Art.L. 2223-18-4. Le fait de créer, de posséder, dutiliser ou de gérer, à titre onéreux ou gratuit, tout lieu collectif, en dehors dun cimetière public ou dun lieu de dépôt ou de sépulture autorisé, destiné au dépôt temporaire ou définitif des urnes ou à la dispersion des cendres, en violation du présent code est puni dune amende de 15 000 € par infraction. Ces dispositions ne sont pas applicables aux sites cinéraires créés avant le 31 juillet 2005. »LA CEREMONIE, UN RITE NECESSAIRECe troisième baromètre démontre qu’une très large majorité du panel souhaite une cérémonie : 60%demandent une cérémonie religieuse ; 35% souhaitent une cérémonie civile Souhaitez-vous pour vous-même une cérémonie religieuse ? 100% 5% NSP 80% 35% NON 60% 40% OUI 60% 20% 0%* CREDOC : Centre de Recherche pour lÉtude et lObservation des Conditions de Vie
  2. 2. Pour les 35% de ceux qui désirent une cérémonie civile, 66% veulent une cérémonie très intime 4% très intime 19% musique personnalisée lecture et hommage 49% autre 28%A la question, « A quoi sert une cérémonie funéraire en premier ? », 43% du panel interrogépense qu’elle rend hommage à la personne disparue … A rendre hommage 7% A réunir la famille 13% A soutenir les endeuillés 43% A faciliter le travail de deuil 17% Autre 20%… et 63% de ce même échantillon juge nécessaire le respect d’un rituelLors de cette enquête, le CREDOC a fait évaluer certains éléments des obsèques. Ainsi, le lieuaccueillant le déroulement de la cérémonie a été jugé important à 74%, les étapes marquant lacérémonie – musique, lecture, etc, … - sont également considérées à 62% comme nécessaires.
  3. 3. Quant au cimetière, aujourd’hui, il est considéré comme une façon de donner un lieu auxpersonnes disparues (35%), un lieu de mémoire collective (33%) puis une tradition (26%).Ainsi à la question « Selon vous, les cimetières sont dabord... », l’échantillon a répondu :En bref, ce qu’il faut retenir de ce troisième baromètre « Les Français et les obsèques » duCREDOC pour la CSNAF :  Les intentions de crémation continuent leur percée (44%), surtout chez les plus jeunes, les moins religieux et chez ceux qui ont assisté à une crémation à leur dernière cérémonie.  6 personnes sur 10 souhaitent une cérémonie religieuse (8 sur 10 lorsqu’ils envisagent une inhumation), un chiffre stable depuis 2005.  23% ont souscrit ou veulent souscrire un contrat obsèques (il s’agit des plus âgés et des plus modestes).  La cérémonie est d’abord un hommage à la personne disparue (43%).  87% vont au moins une fois par an au cimetière (à la fois les plus jeunes et les plus âgés) mais seulement 1/3 pour la Toussaint  16% apportent un souvenir quand ils vont au cimetière (plaques, vases, autres…). Les circuits traditionnels restent le principal lieu de vente des produits d’ornement.  84% des Français ont plutôt une bonne image des professionnels du funéraire et 24% en ont une excellente image L’intégralité de l’étude sera présentée lors du salon professionnel FUNERAIRE PARIS 2009 qui se tiendra du 19 au 21 novembre prochain à Paris Le Bourget. www.salon-funeraire.com Pour obtenir l’étude complète, contact presse Virginie Taverne 06 63 13 95 30 virginietaverne@free.fr

×