Double Jeu
Avant de vous lancer dans cette aventure, le héros que vous êtes
doit savoir que ce livre offre deux possibilit...
Titre original : Bardik the Thief
© Simon Farrell et Jon Sutherland, 1987, pour le texte
© Paul Bonner, 1987, pour les ill...
Simon Farrell et Jon
Sutherland
Bardik le Voleur
Double Jeu/4
Traduit de l'anglais par Yannick Surcouf
Illustrations de Pa...
Règlesdu jeu
La nature et l'expérience d'une existence encore jeune mais fort
mouvementée et riche en enseignements vous o...
AGILITÉ : vous en aurez grand besoin pour grimper aux arbres,
esquiver charges et projectiles de vos adversaires, ou tout
...
Coût : 2 points d'ENDURANCE à chaque utilisation. Grâce à ce
sortilège, vous distinguez clairement les failles et les sail...
Objets spéciaux
Tout au long des rues et des passages qui forment le labyrinthe
de la Cité des Brumes, vous aurez la possi...
Combats
Au cours de votre aventure, vous trouverez sur votre route plus
d'un homme ou d'une créature qu'il vous faudra aff...
toucher seront bien sûr diminuées, mais vous aurez la possibilité
de tous les frapper en un seul Assaut. Si vous optez pou...
Et voici Coréus..
Rien ne vous empêche d'utiliser cet ouvrage comme tout autre
Livre dont vous êtes le Héros en vous plong...
16. En l'absence de tableau de ce genre, contentez-vous de vous
rendre au paragraphe que vous aurez choisi, après l'avoir ...
Dans les bas-fonds de Koragon
Au nord de Belmar se dressent les remparts de Koragon, la Cité
des Brumes, baignée par les e...
1
La boutique de Dellos, plongée dans l'obscurité, forme un îlot de
ténèbres parmi les lueurs de la rue. Le marchand a fer...
n'aurez pas de seconde chance, il vous faut d'un bond atteindre le
sommet afin d'échapper aux crocs meurtriers. Lancez deu...
5
Les gardes gisent à terre mais votre compagnon, lui aussi, a
succombé à ses blessures. Vous vous penchez sur son cadavre...
- Sage précaution, répond Coréus en esquissant un sourire.
Vous dégainez votre épée et avancez à pas feutrés vers la porte...
10
Une pique vous transperce la jambe. Aussitôt, une douleur
fulgurante vous parcourt le corps. Vous perdez 4 points
d'END...
13
Dévoré de cupidité, vous empoignez les Bâtons et les glissez dans
votre sac. Il faut partir maintenant ; i le désordre ...
16
Vous forcez l'allure et disparaissez au détour d'une ruelle
obscure. Du coin sombre où vous vous dissimulez, vous
aperc...
19
Vous rampez hors du monte-charge, jusque dans une vaste salle
à manger dont les murs sont ornés de bas-reliefs, mais vo...
22
Transpercé de part en part, le corps du premier garde s'affale sur
le sol, mais ses trois acolytes se bousculent pour v...
pour discuter, rendez-vous au 284. Si vous êtes vainqueur,
rendez-vous au 148.
24
Vous ouvrez la porte, votre dague dissim...
drainent un liquide rougeâtre, et vous réprimez un frisson
nerveux en reconnaissant la substance : on nourrit cette créatu...
29
Le lendemain, vous décidez de visiter le quartier des Temples. Si
nécessaire, ramenez votre total d'ENDURANŒ à son nive...
31
Dans votre hâte, vous lâchez la gouttière et vous vous écrasez sur
le pavé. Vous tentez de vous relever, mais une viole...
34
En suivant l'étranger, vous remarquez qu'un autre homme se
rapproche discrètement de lui. Il s'agit de Cob, un vide-gou...
désirez lancer votre dague sur l'un d'eux et attaquer ensuite,
rendez-vous au 220. Si vous possédez le Sortilège du Nuage ...
Hélas ! L'île n'est guère fréquentée à cette heure et les cris de vos
poursuivants attirent l'attention des rares passants...
proximité du lit, vous dégainez votre dague et vous la pointez
vers l'oreiller. D'un geste prompt, vous soulevez les couve...
43
La bâtisse semble inoccupée. Vous vous faufilez entre les arbres
et comprenez que cette construction est un mausolée. L...
46
La résidence de Serphan se trouve dans le quartier David. Elle est
entourée de hauts murs hérissés de piques. Souriant,...
de votre puissance. Il vous est également permis de lancer les
sortilèges dont vous disposez encore. N'oubliez pas toutefo...
pour poursuivre vos investigations. Votre regard scrute le
moindre recoin, à la recherche de quelque objet de valeur.
Rend...
filez vers le pont aux Torches, poursuivi par la foule en furie des
adorateurs. Rendez-vous au 38.
DOUBLE JEU
VOTRE PROPRE...
55
Le Nuage de Stupeur s'enroule autour des deux hommes et les
paralyse en un instant. Leurs corps inertes s'affalent bien...
inerte. Vous n'aviez pas averti Coréus que les égouts recelaient de
tels dangers. Votre regard embrasse la pièce et repère...
ou c'est moi qui me chargerai de vous assommer si je vous
reprends à rôder dans les parages.
Vous filez sans demander votr...
63
Vous gravissez gaillardement les marches, remonté par vos
succès de la nuit et rassuré de n'avoir pas été suivi. Dans v...
- Comment connaissez-vous mon nom ? demandez-vous, surpris.
- Ta venue est annoncée depuis des générations, poursuit le ch...
66
Vous allumez une nouvelle torche et décidez de poursuivre vers
le sud. Bientôt, le tunnel s'enfonce vers l'est et vous ...
- Ce doit être la peur, répliquez-vous en haussant les épaules.
- Non, crie-t-il, ce sont les Bâtons ! Je sens leur présen...
70
Dans un accès de bonne volonté, vous lui suggérez de se rendre à
l'auberge du Débarcadère, passe Hardigan. Il pourra pe...
73
La nuit venue, vous guidez Coréus par les rues du quartier David.
Bientôt, un malaise vous gagne : dans les rues désert...
74
La boutique du prêteur sur gages est fermée, mais vous passez
par l'arrière-cour et frappez selon un code convenu. Le b...
76
I a porte s'ouvre sans bruit et vous vous introduisez dans la pièce.
L'endroit est plongé dans l'obscurité, mais un rai...
79
La bataille a été rude, mais vous vous êtes débarrassé des trois
gardes. Vous pouvez maintenant gravir en toute quiétud...
seuls à l'auberge de la Grenouille à l'Ail. Si vous désirez vous
approcher de l'inconnu, rendez-vous au 33. Si vous préfér...
83
Vous talonnez vos montures sans leur accorder une minute de
répit. Vos poursuivants demeurent en vue, mais ils perdent ...
une poignée. Vous tirez dessus, puis vous la repoussez avec force
: le mur pivote. Vous n'avez rien oublié des leçons prod...
compagnon, rendez-vous au 352. Si vous préférez repartir pour
la ville, rendez-vous au 150.
89
Vous plongez vers la gauche...
l'aider, rendez-vous au 146. Si vous préférez refuser sa
proposition, rendez-vous au 302.
91
Ce couloir possède moins de p...
93
La porte résiste à vos efforts et vous finissez par abandonner avec
une moue de dépit. La porte du petit bâtiment est s...
95
Fendant la foule qui se presse dans la Nouvelle Ville, vous vous
précipitez vers le labyrinthe de ruelles qui entoure l...
97
Vous vous débarrassez de vos adversaires et foncez vers le mur
d'enceinte. D'un bond, vous atteignez le sommet de la pa...
- Serphan lui-même, répond la servante. Mais il n'est pas venu
seul. Nous avons craint que ses sbires ne fouillent l'auber...
« Chaque chose en son temps », pensez-vous tout en traversant
la clairière. Lancez deux dés. Si le résultat est inférieur ...
102
Quelle tactique adopter ? Vous pourriez attaquer les hommes ; ils
ne s'attendent pas à vous voir et vous auriez l'avan...
- Que fais-tu dehors à cette heure tardive ? demande le chef des
gardes. Si vous désirez répondre que vous avez perdu votr...
106
Hélas, vous avez mal évalué la distance ! Votre jambe dérape sur
l'appui de la fenêtre. Vous vous rattrapez de justess...
mais son appel a réveillé le voisinage. D'autres fenêtres
s'illuminent et une porte s'entrouvre non loin de là. La partie ...
112
Vous retrouvez le vieux Jonas, attablé comme à son habitude à
l'auberge du Débarcadère, passe Hardi-gan. Certains prét...
Si vous survivez tous deux au combat, rendez-vous au 129. Si
vous êtes seul survivant, rendez-vous au 329.
115
Quittant la...
117
Une fente vous permet d'observer trois hommes à mine
patibulaire. Ils sont manifestement à la solde de Serphan et
atte...
121
Les quatre hommes dégainent leur épée et s'avancent à pas
pesants. Chacun devra en combattre deux. Si vous parvenez à
...
- Pitié ! s'exclame-t-il. Je dirai tout ! Je ne suis qu'un pauvre
clerc, employé au palais !
- Où se trouve mon Sceptre ? ...
125
Penché sur les cadavres des trois hommes, vous vous emparez de
tous les objets de valeur qu'ils possèdent, plus par ha...
127
Vous faites un pas en avant, la main sur le pommeau de votre
épée. Sobourg recule précipitamment, mais il n'est pas ho...
129
Le craposaure retombe lourdement sur le sol, le corps
ensanglanté, et exhale un dernier râle. Vous contournez la
carca...
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Double jeu 04   bardik le voleur
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Double jeu 04 bardik le voleur

345 vues

Publié le

Pour venir télécharger gratuitement toutes les collections des livres dont vous etes le héros, venez sur mon blog:

Le Blog Dont Vous Etes Le Heros
http://bdveh.blogspot.com

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
345
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Double jeu 04 bardik le voleur

  1. 1. Double Jeu Avant de vous lancer dans cette aventure, le héros que vous êtes doit savoir que ce livre offre deux possibilités : soit, comme de coutume, jouer en solitaire, soit en compagnie d'un autre héros, Coréus, qui devra disposer du livre jumeau de celui-ci, Coréus le Prince. Dans ce cas, chacun de vous continuera de vivre sa propre aventure et restera maître de son destin mais, bien que vos buts soient différents, vous évoluerez dans le même univers hostile où vous ne pourrez manquer de vous rencontrer, pour le meilleur ou pour le pire. Car vous pourrez alors être l'un pour l'autre le plus précieux et fidèle des alliés face aux dangers qui vous menaceront aussi bien que l'ennemi le plus implacable ! Selon le cours que prendront vos aventures communes, votre confiance mutuelle - si elle existe ! - sera mise à rude épreuve car vous pourrez tous deux être amis, ennemis, selon les choix que vous ferez dans le déroulement du jeu. Si donc vous choisissez de vivre cette aventure en solitaire, contentez-vous d'observer les règles générales sans tenir compte de celles qui ont trait au « Double Jeu ». Dans le cas contraire, examinez-les bien sûr attentivement.
  2. 2. Titre original : Bardik the Thief © Simon Farrell et Jon Sutherland, 1987, pour le texte © Paul Bonner, 1987, pour les illustrations © Editions Gallimard, 1989, pour la traduction française
  3. 3. Simon Farrell et Jon Sutherland Bardik le Voleur Double Jeu/4 Traduit de l'anglais par Yannick Surcouf Illustrations de Paul Bonner Gallimard
  4. 4. Règlesdu jeu La nature et l'expérience d'une existence encore jeune mais fort mouvementée et riche en enseignements vous ont permis de vous forger un corps et un esprit pourvus de tous les attributs nécessaires à l'accomplissement de votre aventure. Ils sont au nombre de quatre : ENDURANCE, HABILETÉ, AGILITÉ, Pouvoir Magique. Vous disposez au commencement de cette aventure de 40 points à répartir à votre gré entre ces quatre talents, sachant que vous devez allouer au moins 2 points et au plus 12 points A chacun d'entre eux. Bien entendu, votre aptitude chaque talent sera proportionnelle au nombre de points que vous lui aurez alloué. Répartissez-les donc avec discernement, sans perdre de vue que le succès de votre aventure et votre survie vont dépendre de la justesse de votre choix. Celui-ci fait, inscrivez sur votre Feuille d'Aventure le nombre de points dont vous aurez doté chacun de vos quatre talents (utilisez de préférence un crayon, de façon à pouvoir reporter aisément les variations en cours l'aventure). Talents ENDURANCE : c'est votre force vitale, elle reflète la puissance de vos muscles, votre détermination, votre capacité à encaisser les coups comme à en donner, bref, votre état physique et moral en général. Votre total d'ENDURANCE fluctuera au gré de vos péripéties : blessures, fatigue, utilisation de la magie vous feront perdre des points qu'en certaines occasions il vous sera possible de récupérer. Mais en aucun cas leur total ne pourra dépasser votre total de départ. HABILETÉ : il s'agit de votre habileté au combat, de votre adresse à manier l'épée et la dague. Elle pourra parfois diminuer, par exemple lorsque vous userez d'une arme que vous avez moins l'habitude de manier.
  5. 5. AGILITÉ : vous en aurez grand besoin pour grimper aux arbres, esquiver charges et projectiles de vos adversaires, ou tout simplement prendre la poudre d'escampette lorsque vous aurez affaire à trop forte partie ! Pouvoir Magique : vous êtes familier des pratiques magiques, jalousement gardées, qui font partie du patrimoine de votre tribu. Ces coutumes sont le fruit d'une expérience patiemment accumulée par les générations, façonnée au contact quotidien des forces naturelles et enrichie sous l'influence des tribus voisines... bien souvent à l'occasion de luttes sanglantes ! Les sortilèges et incantations (dont vous prendrez connaissance un peu plus loin) pourront vous être plus qu'utiles au cours de cette aventure en terrain inconnu. Ils font partie des armes d'un guerrier hukor exactement au même titre que sa hache et ses francisques. Chaque fois que vous devrez faire appel à l'un de vos talents, notamment votre AGILITÉ, autrement qu'au cours d'un combat, vous devrez utiliser une paire de dés à six faces. Si, en lançant les dés, vous obtenez un résultat inférieur ou égal au total du talent concerné, vous réussissez. Si les dés donnent un résultat supérieur à votre total, vous échouez. Dans certains cas, vous aurez la possibilité de vous rattraper en effectuant une, voire plusieurs tentatives supplémentaires, mais, dans d'autres, le premier échec sera irrémédiable. Sortilèges et Incantations Ils sont au nombre de cinq et, à côté de leurs valeurs respectives en points d'énergie globale (n'oubliez pas dans votre cas de les multiplier par deux), est indiqué le nombre de points d'ENDURANCE que vous devrez retrancher de votre total chaque fois que vous les utiliserez. Lorsque vous aurez fait votre choix, inscrivez-le dans la colonne correspondante (Sortilèges et Incantations) de votre Feuille d'Aventure. Résistance des Parois Valeur : 6
  6. 6. Coût : 2 points d'ENDURANCE à chaque utilisation. Grâce à ce sortilège, vous distinguez clairement les failles et les saillies d'une roche ou d'une muraille. Ce pouvoir vous permet d'escalader une paroi ou bien de la détruire en concentrant l'attaque sur ses points faibles. Sympathie Animale Valeur : 4 Coût : 1 point CI'ENDURANCE à chaque utilisation. Ce sortilège permet de modifier l'état d'esprit d'un animal situé à proximité ou de déterminer ses émotions. Nuage de Stupeur Valeur : 8 Coût : 2 points d'ENDURANCE à chaque utilisation. Le possesseur de ce sortilège invoque l'apparition d'un nuage soporifique autour de la personne de son choix, à condition toutefois qu'il puisse voir sa victime. Ce sortilège peut affecter plusieurs personnes et la durée de ses effets se prolonge quelques heures. Détection Valeur : 10 Coût : 3 points d'ENDURANCE à chaque utilisation. Ce sortilège, lancé sur une zone définie du sol, permet de connaître le nombre de personnes qui sont passées par cet endroit, ainsi que l'heure de leur passage. Ce sortilège permet aussi de savoir qui a emprunté cet endroit pour la dernière fois. Embrasement Valeur : 12 Coût : 4 points d'ENDURANCE à chaque utilisation. Grâce à ce sortilège, le lanceur peut enflammer par simple contact tout objet de bois.
  7. 7. Objets spéciaux Tout au long des rues et des passages qui forment le labyrinthe de la Cité des Brumes, vous aurez la possibilité de trouver des objets de valeur qui s'avéreront utiles pour la suite de votre aventure. N'oubliez pas de noter toute nouvelle acquisition sur votre Feuille d'Aventure.
  8. 8. Combats Au cours de votre aventure, vous trouverez sur votre route plus d'un homme ou d'une créature qu'il vous faudra affronter, et vous devrez alors tuer pour ne pas être tué. Si le numéro où se déroule le combat ne comporte aucune instruction particulière sur son déroulement, votre destin dépendra de votre HABILETÉ, de votre ENDURANCE, et bien sûr de celles de votre adversaire dont vous découvrirez les valeurs inscrites comme dans l'exemple ci-dessous : GARDE HABILETÉ : 6 ENDURANCE : 8 Dès que vous en aurez pris connaissance, inscrivez ces chiffres sur votre Feuille d'Aventure, dans une case de Compte Rendu de Combat, en face de ceux qui correspondent à vos totaux d'HABiLETÉ et d'ENDURANCE du moment. Sauf instruction contraire, vous pourrez généralement attaquer le premier. Pour cela, lancez deux dés : si le résultat est inférieur ou égal à votre total d'HABiLETÉ, votre dague touche votre adversaire qui perd 2 points d'ENDURANCE (s'il est supérieur, vous le manquez, bien entendu). Lancez alors à nouveau les dés pour votre adversaire (s'il est toujours en vie), si le résultat est inférieur ou égal à son total d'HABiLETÉ, c'est lui qui vous touche, et ainsi de suite jusqu'à ce que l'un de vous deux succombe, son total d'ENDURANCE ayant atteint zéro. N'oubliez pas de retrancher les points d'ENDURANCE perdus de vos totaux respectifs à mesure que se déroule le combat. Si l'un de vous tire un double as, son adversaire reçoit un coup mortel et périt sur-le-champ, ce qui met fin au combat. Combat contre plus d'un adversaire Si vous êtes confronté au même moment à plus d'un adversaire, vous pouvez choisir de diviser votre force d'attaque, donc votre HABILETÉ, afin de les frapper simultanément. Vos chances de les
  9. 9. toucher seront bien sûr diminuées, mais vous aurez la possibilité de tous les frapper en un seul Assaut. Si vous optez pour cette méthode, n'oubliez pas d'inscrire votre total d'HABiLETÉ ainsi divisé sur votre Feuille d'Aventure, puis lancez les dés pour chacune de vos propres attaques avant de le faire pour vos adversaires. Utilisation des Sortilèges d'Attaque Avant certains combats, on vous indiquera que vous pourrez utiliser vos pouvoirs magiques. Si vous faites ce choix, le sortilège que vous aurez lancé remplacera votre épée ou votre dague au cours de l'Assaut correspondant. Vous devrez bien entendu aussitôt réduire votre total d'ENDURANCE du nombre de points que nécessite l'emploi du sortilège ; si par malheur ce total atteint zéro, vous mourez aussitôt sans que le sortilège ait pu agir.
  10. 10. Et voici Coréus.. Rien ne vous empêche d'utiliser cet ouvrage comme tout autre Livre dont vous êtes le Héros en vous plongeant seul dans sa palpitante aventure. Mais elle le sera encore plus si l'un de vos amis a l'heureuse idée de se munir du livre jumeau de celui-ci, Coréus le Prince, car vous serez alors deux héros, aux caractères et aux talents différents, qui pourront se rencontrer, s'allier, s'affronter ou se réconcilier en poursuivant chacun leur quête parmi de semblables périls. Chacun de vous continuera de vivre une aventure distincte, mais l'autre pourra y intervenir. Si vous optez pour ce « Double Jeu », commencez comme d'habitude par lire le paragraphe 1, puis dites à Coréus, votre partenaire, quel paragraphe vous avez choisi et attendez qu'il ait fait de même avant d'aller plus loin. Vous rencontrerez, au bas de certains paragraphes, un tableau du type suivant : DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 34 156 CHOIX 123 123 5 DE CORÉUS 16 87 16 Les paragraphes qui s'offrent à votre choix y seront inscrits en caractères maigres comme ceux qui s'offrent à celui de Coréus. Chacun de vous ayant fait ce choix et l'ayant communiqué à son vis-à-vis, il ne vous reste qu'à utiliser cette grille comme un simple tableau en faisant se recouper la colonne et la ligne correspondant à chacun des numéros que vous avez l'un et l'autre choisi pour obtenir celui où vous devez vous rendre. Ainsi, dans l'exemple ci-dessus, si vous choisissez de vous rendre au 34 et Coréus au 123, vous devez vous rendre au 123. Si en revanche vous choisissez le 156 et Coréus le 16, vous devez vous rendre au
  11. 11. 16. En l'absence de tableau de ce genre, contentez-vous de vous rendre au paragraphe que vous aurez choisi, après l'avoir indiqué à Coréus qui procède de même. Une fois que vous aurez rencontré Coréus, si vous décidez de vous allier, vous devrez combiner vos talents afin d'en tirer le meilleur profit. En cas de combat, celui d'entre vous qui possédera le total d'AGILITÉ le plus élevé frappera le premier. Si vous êtes d'égale AGILITÉ, lancez chacun un dé pour savoir à qui reviendra l'honneur. Lorsque vous aurez choisi de combiner vos forces, chaque choix qui s'offrira à vous devra donner lieu à une décision commune, sans quoi vous risqueriez de vous retrouver à nouveau seul dans le dédale de la Cité des Brumes ! Enfin, vous ne pourrez trahir Coréus que si la possibilité vous en est offerte en cours d'aventure.
  12. 12. Dans les bas-fonds de Koragon Au nord de Belmar se dressent les remparts de Koragon, la Cité des Brumes, baignée par les eaux du Caeder. La cité abrite une foule bigarrée, venue de tout le continent. Humains, centaures et barbares natifs de contrées inconnues vivent dans ses murs, attirés par les fastes de la cité marchande. Koragon est régie par le Conseil des Cinq, de sinistre réputation. Confinés dans leurs quartiers, bourgeois, marchands et criminels de toute sorte se partagent la ville, obéissant chacun à leur propre loi, tour à tour proies et prédateurs. La majorité des marchandises qui circulent sur le continent passe immanquablement les portes de Koragon. Le Conseil des Cinq prélève sa part sur chaque transaction et ferme les yeux sur les activités douteuses des citoyens. L'étranger qui s'aventure dans la ville devient vite la proie des escrocs et des boni-menteurs et risque de perdre toute sa fortune... s'il vit assez longtemps pour cela ! Vous êtes Bardik, voleur depuis l'enfance, vous avez grandi entre ces murs et la cité n'a pas de secret pour vous. Vous savez tirer profit de chaque circonstance. Par vos ancêtres, du sang elfe coule dans vos veines et vous possédez leur démarche silencieuse et une dextérité qui vous permet de pénétrer sans encombre dans la demeure des riches marchands ou de vider les goussets au hasard des rues. Vous préférez d'ailleurs œuvrer par la ruse plutôt que manier l'épée. lin ce jour qui s'achève sur Koragon, vous vous apprêtez à commettre un nouveau forfait. Dissimulé dans les décombres d'une baraque de la Vieille Ville, vous observez les fenêtres de la boutique de Dellos. Ce magasin d'objets rares n'est qu'une façade qui masque les activités du plus grand receleur de la ville. Voler Dellos serait le comble de l'ironie et vous esquissez un sourire sar-donique, attendant patiemment que la boutique se vide et que s'éteignent les dernières lumières... Rendez-vous au 1.
  13. 13. 1 La boutique de Dellos, plongée dans l'obscurité, forme un îlot de ténèbres parmi les lueurs de la rue. Le marchand a fermé son échoppe depuis dix minutes, après avoir minutieusement clos les volets de la vitrine. La bâtisse est vide, le temps est venu de passer à l'action. Si vous désirez vous introduire dans les lieux en fracturant la porte principale, rendez-vous au 154. Si vous préférez escalader la façade jusqu'à une fenêtre du premier, rendez-vous au 244. 2 Vous ouvrez la fenêtre et vous enjambez l'appui. Après un rapide coup d'œil à l'extérieur, vous vous laissez glisser le long de la gouttière et atterrissez souplement sur le sol. Vous vous faufilez sous les fenêtres et, à la faveur de l'ombre, traversez la pelouse jusqu'au couvert des grands arbres. Vous vous tapissez derrière le tronc d'un chêne mais, à cet instant, un aboiement retentit. - Que se passe-t-il ? demande une voix sortie de l'ombre. Aurais-tu flairé un rôdeur ? Comme en réponse, l'animal pousse un long hurlement. Une forme ramassée jaillit alors de l'autre côté de la bâtisse, suivie par la silhouette du gardien. L'homme porte ses doigts à la bouche. Un sifflement strident déchire le silence nocturne. Des aboiements s'élèvent de part et d'autre du jardin et des ombres inquiétantes se faufilent entre les arbres. Le premier chien se rapproche. L'endroit devient malsain ! Vous fuyez à toutes jambes en direction du mur le plus proche. Un autre molosse émerge des fourrés et vous barre le passage en grondant. Ses babines retroussées découvrent une rangée de crocs acérés. Instinctivement, vous dégainez votre épée et fouettez l'air en direction de la bête. Le molosse recule, le poil hérissé, et demeure à distance, menaçant. Alourdi par le butin qui bringuebale dans votre sac, vous plongez à travers les buissons. A peine avez-vous progressé de cent mètres qu'une meute de cinq chiens hurlants se précipite sur vos talons. Vous sentez déjà leur haleine fétide dans votre nuque et vous imaginez leurs puissantes mâchoires prêtes à se refermer sur vous. Le mur est en vue. Vous
  14. 14. n'aurez pas de seconde chance, il vous faut d'un bond atteindre le sommet afin d'échapper aux crocs meurtriers. Lancez deux dés. Si le résultat est inférieur ou égal à votre total d'AGiLiTÉ, rendez-vous au 309. S'il est supérieur à votre total, rendez-vous au 298. 3 Vous guidez Coréus dans la Nouvelle Ville. L'après-midi s'achève et la foule se presse déjà vers le quartier des Théâtres. L'Amphithéâtre donne ce soir la reconstitution de la bataille de Boyden, avec de véritables esclaves calakars, importés spécialement pour l'occasion. Coréus et vous achetez des places pour Le Matin du Solstice, une comédie classique interprétée par le populaire Peare Hakess. Vous vous mêlez à la foule qui se presse dans le foyer et attendez le lever du rideau. Quand les spectateurs gagnent leur place, vous vous faufilez dans les coulisses et accédez aux toits par les cintres. Vous n'auriez pas pu trouver meilleur poste d'observation. Vous surplombez la propriété, dont les dépendances s'étendent le long de la Voie Dorée. La maison est plongée dans l'obscurité mais, de temps à autre, les lanternes des gardes brillent dans les jardins environnants. Il sera facile de vous introduire par l'arrière du jardin, car les gardes ne semblent pas surveiller cette partie du domaine. Satisfaits, vous regagnez les coulisses sans vous faire remarquer et quittez le théâtre afin de préparer l'expédition de ce soir. Rendez-vous au 11. 4 La foule s'est dispersée ; vous pouvez quitter votre cachette. Ensemble, vous escaladez le mur et retombez souplement dans l'avenue. Coréus est descendu à l'auberge du Cygne Noir, rue des Tours. Vous gagnez ses appartements par le plus court chemin et dressez ensemble un plan d'action. Rendez-vous au 358.
  15. 15. 5 Les gardes gisent à terre mais votre compagnon, lui aussi, a succombé à ses blessures. Vous vous penchez sur son cadavre et saluez une dernière fois sa bravoure. Triste fin pour un guerrier valeureux ! L'amertume vous envahit un instant, mêlée à un intense sentiment de solitude. En soupirant, vous vous emparez des précieux Bâtons que votre ami avait dissimulés sous sa tunique. Il vous faut, en sa mémoire, mener à bien sa quête. Les Bâtons, vous en êtes persuadé, détiennent la clef qui permettra de retrouver le Sceptre. Rendez-vous au 322. 6 Sans vous laisser le temps d'intervenir, Coréus s'enfuit dans la nuit. Deux gardes s'élancent à sa poursuite. Les autres ont dégainé leur épée et vous dévisagent, l'air soupçonneux. Allez- vous cesser de jouer la comédie et vous amparer de votre arme (rendez-vous au 149) ou tenter de convaincre les gardes de votre bonne foi (rendez-vous au 201) ? 7 La pièce est très ordinaire. Des tables basses et des chaises sont disposées à chaque angle. Aucun objet de valeur à part une collection de grimoires sur une étagère en encoignure près de la fenêtre. Un escalier en spirale conduit à l'étage inférieur, où logent les domestiques. Vous nouez une corde à la rambarde et vous la dissimulez derrière un rideau. - En cas de retraite précipitée, murmurez-vous.
  16. 16. - Sage précaution, répond Coréus en esquissant un sourire. Vous dégainez votre épée et avancez à pas feutrés vers la porte. Vous faites jouer le loquet et tirez le battant. Rendez-vous au 345. 8 A demi dissimulée dans l'ombre, une silhouette en robe vous observe. A sa tenue et à son port dédaigneux, vous reconnaissez aussitôt Serphan ! Si vous désirez l'attaquer, rendez-vous au 205. Si vous préférez prendre la fuite, rendez-vous au 316. 9 Sur le chemin de votre repaire, dans le quartier Sud de la ville, une ruelle obscure offre une vue imprenable sur la Vieille Place. C'est l'endroit idéal d'où observer les passants et repérer l'étranger qui cherche son chemin. Deux heures se sont écoulées. Vous êtes sur le point d'abandonner mais vous apercevez un homme vêtu de fourrures. Il traverse la Vieille Place en regardant les toits. Manifestement, il ne connaît pas la ville. Peut-être est- ce un voyageur ou un marchand égaré. Vous quittez votre cachette en arborant un air satisfait et vous prenez aussitôt l'étranger en filature. Rendez-vous au 177. DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 177 CHOIX 299 34 DE CORÉUS Autre 177
  17. 17. 10 Une pique vous transperce la jambe. Aussitôt, une douleur fulgurante vous parcourt le corps. Vous perdez 4 points d'ENDURANCE. Si cette blessure entraîne la mort, Coréus vous regarde agoniser d'un air navré. Si vous êtes encore vivant, réjouissez-vous : la pique n'était pas empoisonnée. Cette blessure vous fait horriblement souffrir, mais, du moins, la plaie est saine. Coréus vous hisse hors de la trappe et vous assoit sur une chaise, puis il confectionne un garrot. Quelques minutes plus tard, vous reprenez vos esprits et vous vous relevez. - Je t'avais prévenu, pourtant ! grommelez-vous. En réponse, Coréus esquisse un sourire contrit. Rendez-vous au 292. 11 Une heure et demie plus tard, deux ombres se glissent le long du mur de la demeure de Serphan. Le temps n'est plus aux conjectures, il vous faut pénétrer dans la bâtisse cette nuit même. Puisque vous avez pris du repos, votre total d'ENDURANCE a retrouvé son niveau de départ. Rendez-vous au 169. 12 Dépité, vous reprenez la direction de votre demeure. Vous n'avez plus un sou, et la seule] manière d'en obtenir rapidement est de chaparder quelques bourses. La Vieille Place est l'endroit idéal pour de tels larcins. Vous n'avez pas pratiqué depuis longtemps et vous vous demandez si votre dague a encore toute sa dextérité. Jacques le Rat vous en a appris le maniement dans votre jeunesse. Ce gredin pouvait trancher la ceinture d'un badaud et se trouver trois rues plus loin à l'instant où les pantalons de sa victime lui tombaient aux genoux. Vous n'avez jamais atteint une telle maîtrise, mais, tout en marchant, vous manipulez votre dague et retrouvez vite les réflexes d'antan. Vous espérez que la chasse sera fructueuse : votre estomac crie famine. Rendez-vous au 9.
  18. 18. 13 Dévoré de cupidité, vous empoignez les Bâtons et les glissez dans votre sac. Il faut partir maintenant ; i le désordre que vous avez laissé en bas risque d'être découvert. Si vous désirez vous enfuir par les escaliers, rendez-vous au 308. Si vous préférez enjamber la fenêtre et glisser le long de la gouttière, rendez-vous au 2. 14 L'homme que vous suiviez s'est emparé de sa hache et la brandit d'un air menaçant. Le combat est inévitable. L'inconnu n'est autre que Coréus. Demandez-lui ses totaux d'HABILETÉ et d'ENDURANCE. Vous avez encore la possibilité de parlementer. Pour cela, refusez de riposter et offrez-lui d'arrêter l'affrontement. S'il refuse le dialogue, il pourra vous frapper librement. Comparez vos totaux d'AGILITÉ afin de déterminer qui frappera le premier. Celui de vous deux qui possède le total le plus élevé ouvre le combat. Si vous interrompez le combat pour discuter, rendez-vous au 82. Si vous tuez votre adversaire, rendez-vous au 210. 15 Vous abandonnez les Bâtons et reportez votre attention sur un cimeterre tarabiscoté dont la garde est incrustée de perles fines. Vous pourrez facilement revendre un tel objet. Serphan n'est pas le seul en ville à faire montre d'un goût douteux. Votre sac est plein, vous devez songer à quitter les lieux. Allez-vous fuir par l'escalier (rendez-vous au 308) ou enjamber la fenêtre et glisser le long de la gouttière (rendez-vous au 2) ?
  19. 19. 16 Vous forcez l'allure et disparaissez au détour d'une ruelle obscure. Du coin sombre où vous vous dissimulez, vous apercevez les gardes s'arrêter et échanger quelques mots. Ils jettent un vague coup d'œil à la ruelle et rebroussent chemin, persuadés de vous avoir perdu. Rendez-vous au 94. 17 La voie est libre, vous pouvez rentrer chez vous. Mais cette poursuite a mis vos nerfs à vif. Soudain, un bruit dans votre dos vous fait sursauter. Vous vous retournez, dague en main, prêt à frapper. Un vieux chat de gouttière vous observe un instant puis disparaît. Vous rengainez votre arme et poussez un soupir de soulagement, puis vous reprenez votre route. Vous arrivez bientôt en vue de l'auberge de la Grenouille à l'Ail. L'estaminet est comme toujours bondé de fêtards et d'ivrognes. Quelques individus, dont les visages vous sont connus, discutent sur le pas de la porte. La Vieille Place est animée malgré l'heure tardive. La foule vous rassure, mais vous demeurez sur vos gardes : il est difficile de distinguer les étrangers des citadins... Dans la Vieille Rue, vous vous retournez une dernière fois avant de vous engouffrer sous le porche qui mène à votre repaire. Rendez-vous au 321. 18 Ensemble, vous explorez la pièce où vous avez abouti. C'est une vaste salle à manger au centre de laquelle trône une gigantesque table de chêne massif en forme de pentagone dont chaque côté est occupé par une chaise munie d'un haut dossier gravé de motifs tarabiscotés. Chacune porte l'emblème d'un Conseiller. Vos déductions et la chance vous ont menés dans la partie du palais qui abrite les quartiers des membres du Conseil. Rendez- vous au 115.
  20. 20. 19 Vous rampez hors du monte-charge, jusque dans une vaste salle à manger dont les murs sont ornés de bas-reliefs, mais vous avez à peine le temps de repérer les lieux. Un homme vêtu en cuisinier se penche sur la dépouille inanimée de Coréus. Il tient à la main un couteau à découper dégouttant de sang. A votre vue, l'homme bondit en brandissant sa lame. Pour connaître I'HABILETÉ et I'ENDURANCE du cuisinier, demandez-les à Coréus. Il a pu infliger certains dommages à cet homme avant de succomber. Si vous parvenez à vaincre le cuisinier, rendez-vous au 276. 20 Une minute plus tard, vous êtes tous les deux dans la chambre. Cette pièce est la bibliothèque de Serphan, mais manifestement les Bâtons ne s'y trouvent pas. Prenez ensemble une décision. Si vous choisissez de monter à l'étage, rendez-vous au 68. Si vous préférez inspecter d'abord le rez-de-chaussée, rendez-vous au 206. 21 Vous vous faufilez sous le couvert d'un épais buisson et jetez un regard circulaire. Un instant, la panique vous gagne : vous croyez apercevoir un gardien à quelques pas de vous, mais, à y mieux regarder, il s'agit seulement d'une statue ! Aucun signe d'une patrouille : profitez de ce répit pour gagner l'arrière de la bâtisse. Rendez-vous au 176.
  21. 21. 22 Transpercé de part en part, le corps du premier garde s'affale sur le sol, mais ses trois acolytes se bousculent pour vous affronter. Le couloir où vous vous trouvez n'est pas large et deux adversaires seulement peuvent s'y affronter. Si vous tuez l'un il'eux, le troisième prendra immédiatement la place de la victime. HABILETÉ ENDURANCE Premier GARDE 6 3 Deuxième GARDE 8 3 Troisième GARDE 5 2 Si vous remportez ce combat difficile, rendez-vous au 79. DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 79 Choix 24 249 DE CORÉUS Autre 79 23 A l'instant d'empoigner les Bâtons, vos sens en alerte détectent une présence derrière la porte. En une brusque volte-face, vous vous emparez de votre ôpée. L'homme qui vient de pénétrer dans la pièce brandit une lourde hache. Il s'avance et, aussitôt, vous bondissez à l'attaque, résolu à le réduire au silence dans les plus brefs délais. L'inconnu n'est autre que Coréus. Demandez-lui ses totaux d'HA-IIILETÉ et d'ENDURANCE. Vous avez encore la possibilité de parlementer. Pour cela, refusez de riposter et offrez-lui d'arrêter l'affrontement. S'il refuse le dialogue, il pourra vous frapper librement. Comparez vos totaux d'AGILITÉ afin de déterminer qui frappera le premier. Celui qui possède le total le plus élevé ouvre le combat. Si vous interrompez le combat
  22. 22. pour discuter, rendez-vous au 284. Si vous êtes vainqueur, rendez-vous au 148. 24 Vous ouvrez la porte, votre dague dissimulée dans le dos. Les trois hommes semblent surpris de votre audace. - Que voulez-vous ? demandez-vous. - Toi ! répond l'un d'eux. Aussitôt, l'homme à l'arbalète lève son arme et vous couche en joue. Il vous fait signe de reculer. Vous obéissez, mais resserrez votre prise sur votre arme. L'homme suit le moindre de vos gestes, prêt à tirer. Aussi décidez-vous de le calmer en lâchant! votre arme. Mais, à l'instant où il l'aperçoit, l'homme décoche un carreau meurtrier. Vous êtes trop prêt pour l'éviter. Votre vision se brouille, votre aventure se termine ici... 25 Vous commencez l'escalade de la façade, une corde autour de la taille. Coréus tient l'autre extrémité et attend patiemment au pied du mur. Cette situation ne vous plaît guère ; s'il vous arrivait malheur à l'intérieur ou si la garde venait à passer, chacun i devrait se défendre seul. Vous atteignez la fenêtre et pénétrez dans le palais. Après vous être assuré que tout est en ordre, vous tirez sur la corde pour signifier à Coréus qu'il peut grimper à son tour. Coréus se montre excellent grimpeur et, quelques minutes plus tard, il atteint la fenêtre et, après un dernier regard dans le vide, enjambe l'appui en arborant un sourire satisfait. Rendez- vous au 7. 26 Vous vous approchez du cadavre boursouflé. Une multitude de tuyaux partent de la stèle pour aboutir dans la bouche du mort. Une odeur effroyable empuantit l'atmosphère. Les tuyaux
  23. 23. drainent un liquide rougeâtre, et vous réprimez un frisson nerveux en reconnaissant la substance : on nourrit cette créature avec du sang frais... Elle n'est donc pas morte ! Vous reculez à l'instant où - horreur ! -la chose entrouvre les paupières et pose sur vous un regard vitreux. A chaque gorgée, le monstre est secoué de spasmes. Tout à coup il se redresse, arrachant les tuyaux, qui déversent sur le sol des giclées écarlates. Le mort vivant ouvre la bouche et son haleine vous fait défaillir ; l'odeur de pourriture et de chair putréfiée vous arrache un haut-le-cœur. La chose s'avance inexorablement. Si vous désirez prendre la fuite, rendez-vous au 333. Si vous préférez affronter le monstre, armé de votre seule dague, rendez-vous au 264. 27 Vous poursuivez votre progression le long du couloir ; soudain, les Bâtons dans votre sac se mettent à vibrer. Que se passe-t-il ? Mû par une brusque inspiration, vous poussez la porte qui s'ouvre sur votre gauche. Vous demeurez un instant dans l'entrebâillement, l'épée haute. Les murs de cette petite antichambre sont recouverts de runes et de symboles ésotériques. Un piédestal y trône. Malgré les tapisseries qui voilent les fenêtres, une étrange luminosité baigne le lieu. Les Bâtons vibrent à tout rompre dans votre sac. Les pulsations s'accélèrent lorsque vous avancez vers le piédestal. Un Sceptre repose sur un coussin, gravé des mêmes motifs que les Bâtons : il est manifestement de la même origine. La force qui vous a guidé jusqu'ici tenait à vous faire découvrir cet objet. Rendez-vous au 75. 28 Vous remerciez l'acolyte de vous avoir fait visiter le temple et vous prenez congé de lui. Vous regagnez le parvis inondé de lurhière. Si vous renoncez au pillage du temple du Corpus Nistus, rendez-vous au 12. Si vous désirez contourner le temple et vous y introduire par les jardins, rendez-vous au 158.
  24. 24. 29 Le lendemain, vous décidez de visiter le quartier des Temples. Si nécessaire, ramenez votre total d'ENDURANŒ à son niveau de départ. Vous demeurez dans l'incapacité de rembourser vos dettes. Avant peu, les créanciers du quartier Sud lanceront leurs hommes de main à votre poursuite. Ces brutes se chargeront de vous rappeler qu'il est bon de tenir ses engagements... Le quartier des Temples compte parmi les plus riches de la cité et l'on murmure que la cave de chaque monument renferme des trésors dignes de ceux du Conseil des Cinq. Cela vaut la peine d'être vérifié. Aussi vous dirigez-vous d'un pas ferme vers le temple du Corpus Nistus, qui se dresse fièrement sur les berges du Caeder, près du pont aux Torches, écrasant de sa magnificence les bâtiments alentour. Ses dômes sont recouverts d'or et ses murs décorés de fresques hautes en couleur. Bien qu'il ne s'agisse que d'un décor, vous marquez un temps d'arrêt devant cette débauche de luxe. Si vous désirez entrer par le portail principal, rendez-vous au 100. Si vous préférez contourner la bâtisse et passer par les jardins, rendez-vous au 193. 30 Vous poursuivez vers le nord. Bientôt vous parvient le son que vous redoutiez depuis votre entrée dans ce d îdale. Devant vous, des couinements stridents se répercutent en écho contre les parois. Le sol grouille de rats ! La lueur de vos torches se reflète dans des centaines d'yeux rouges et révèle des dents pointues comme des aiguilles. Si vous osez traverser cette marée de rats, rendez-vous au 157. Si vous préférez rebrousser chemin jusqu'à la précédente jonction et explorer la partie est, rendez-vous au 32.
  25. 25. 31 Dans votre hâte, vous lâchez la gouttière et vous vous écrasez sur le pavé. Vous tentez de vous relever, mais une violente douleur vous paralyse. Vous retombez lourdement et comprenez alors que vous vous êtes brisé la cheville. Les hommes ont enfoncé votre porte et ils vous observent de la fenêtre. Dans quelques instants, ils vous auront rejoint. Vous rampez sur quelques mètres, mais la douleur insupportable vous fait sombrer dans l'inconscience. Définitivement. 32 A l'est, le couloir se rétrécit ; vous devez tous deux courber le dos. Soudain, Coréus glisse dans la vase et lâche sa torche. Tout en pestant contre le mauvais sort, il en allume aussitôt une autre et vous reprenez votre progression. Le tunnel bifurque bientôt. Après un rapide conciliabule, vous décidez de poursuivre vers l'est. Il vous semble, en effet, que vous n'avez pas été assez loin dans cette direction pour atteindre le palais. Vous avancez, courbés en deux, quand un grondement sourd ébranle les parois. Rendez-vous au 135. 33 Vous vous approchez discrètement de l'étranger. Celui-ci interroge l'aubergiste au sujet de la demeure de Serphan. Si vous désirez l'aborder, rendez-vous au 208. Si vous préférez obtenir de plus amples informations à son sujet, rendez-vous au 340. DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 340 208 CHOIX DE CORÉUS 194 340 42 Autre 340 208
  26. 26. 34 En suivant l'étranger, vous remarquez qu'un autre homme se rapproche discrètement de lui. Il s'agit de Cob, un vide-gousset qui écume le quartier. Vous le fixez intensément et portez la main à votre dague. Cob marque un temps d'arrêt, courbe la tête et prend la fuite sans demander son reste. Souriant, vous vous rapprochez inexorablement de votre victime. Mais, sans vous laisser le temps d'intervenir, l'homme se retourne et vous apercevez une lourde hache pendue à sa ceinture. Si vous désirez l'attaquer, rendez-vous au 141. Si vous préférez tenter de discuter, rendez-vous au 310. DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 141 310 CHOIX 248 141 141 DE CORÉUS 99 141 310 35 Vous calez votre épée le long de votre jambe afin de prévenir tout bruit et vous avancez à pas feutrés vers l'homme, qui ne se doute de rien. A quelques pas de lui, vous dégainez et vous vous préparez à l'attaque. L'homme n'a heureusement pas remarqué votre présence. Il se balance lourdement d'une jambe sur l'autre ; manifestement, la tâche qu'on lui a confiée l'ennuie au plus haut point. Vous bondissez sur lui et le bâillonnez d'une main avec la rapidité d'un fauve, tandis que votre dague s'enfonce profondément entre ses côtes. Il se raidit un instant, mais son corps mollit et s'affale. Vous traînez le cadavre dans un coin sombre et, rengainant votre dague, vous reportez votre attention sur la porte entrebâillée. Vous la poussez doucement et jetez un œil dans la pièce. Trois hommes assis à une table discutent bruyamment autour d'une partie de cartes. Des bouteilles vides jonchent le sol. Derrière eux, un escalier en spirale monte à l'étage. Sans doute mène-t-il à la collection de Serphan. Si vous
  27. 27. désirez lancer votre dague sur l'un d'eux et attaquer ensuite, rendez-vous au 220. Si vous possédez le Sortilège du Nuage de Stupeur et que vous désirez l'utiliser, rendez-vous au 222. 36 Vous avez éliminé votre rival, mais la bataille a attiré l'attention. Des mouvements rapides se font entendre autour de vous et un carreau d'arbalète vous transperce le cou dans un sifflement... Lors de vos prochaines tentatives, peut-être serez-vous moins bruyant au milieu d'un cambriolage. 37 L'homme que vous venez de rencontrer dans la salle des trésors de Serphan est le Prince Coréus, noble barbare de la région des montagnes. Il est en ville pour retrouver de précieux objets qui appartiennent à son peuple. Les richesses accumulées en ce lieu ne présentent que peu d'intérêt à ses yeux. Il va vous faire une proposition et vous devrez discuter avant de prendre une décision. Si vous souhaitez l'aider dans sa quête, rendez-vous au 96. Si vous préférez continuer le combat, vous devrez vous affronter à mort, puisque aucun de vous n'accorde sa confiance à l'autre. Si vous survivez à ce combat, rendez-vous au 237. 38 Vous atteignez bientôt le pont aux Torches et filez à toute allure vers l'île au milieu du fleuve. Les marchands d'offrandes s'y trouvent réunis et leurs échoppes attirent généralement une foule dense. Vous espérez vous échapper à la faveur de la cohue.
  28. 28. Hélas ! L'île n'est guère fréquentée à cette heure et les cris de vos poursuivants attirent l'attention des rares passants. Vous ne pouvez courir le risque d'affronter un badaud ravi d'attraper un voleur, aussi vous faut-il absolument rebrousser chemin. Vous ralentissez quelque peu l'allure et attendez que le premier poursuivant vous rejoigne. Vous l'esquivez facilement et foncez vers les autres. Ils brandissent leurs armes, mais votre brusque volte-face les a pris de court. Vous traversez le pont à vive allure. Derrière vous, la confusion est totale : deux acolytes ont trébuché dans leurs robes, entraînant la chute de toute la troupe. De retour sur la berge, vous foncez en direction du quartier David, la populace à vos trousses. Rendez-vous au 287. 39 Le monstre exhale un dernier souffle et retombe lourdement sur le sol, sa chair agitée de spasmes nerveux. Pris de nausée, vous tournez les talons et quittez la tombe. Dans votre hâte, vous bousculez deux gardiens du Corpus Nistus qui se trouvaient près de la porte. Aussitôt, vous vous précipitez vers le mur d'enceinte, que vous franchissez d'un bond. Soudain, une porte s'ouvre dans le mur... Les deux personnages de tout à l'heure vous prennent en chasse sans tarder. Le combat avec le monstre a épuisé vos forces, mais vous trouvez encore l'énergie de fuir. Vous vous dirigez vers le quartier David et les demeures des nobles. Mais vos poursuivants gagnent du terrain ! Eux, ils sont en pleine forme et seule la ruse pourra vous en débarrasser. Vous débouchez dans une avenue bordée de murs. Au premier croisement, vous escaladez une palissade et atterrissez, pantelant, dans un jardin. De l'autre côté du mur, les cris de vos poursuivants s'éloignent. Rendez-vous au 335. 40 La chambre est baignée par le clair de lune, un lit occupe l'angle de la pièce. D'un geste, vous imposez le silence à CoréïTs, car de légers mouvements ont attiré votre attention. Coréus demeure immobile, tandis que vous avancez à pas feutrés dans la pièce. A
  29. 29. proximité du lit, vous dégainez votre dague et vous la pointez vers l'oreiller. D'un geste prompt, vous soulevez les couvertures. Consultez Coréus. Si vous désirez assommer le dormeur et quitter la chambre avant de gagner l'autre pièce et de prendre la porte à droite, rendez-vous au 293. Si vous préférez prendre la porte gauche, non sans avoir assommé l'occupant de la chambre, rendez-vous au 319. Vous pouvez aussi réveiller l'homme et le questionner (rendez-vous au 123). 41 A l'extrémité gauche du couloir, un garde est de faction près d'une porte. Il vous tourne le dos et n'a pas remarqué votre présence. Si vous voulez l'attaquer de front, rendez-vous au 252. Si vous préférez avancer doucement par-derrière et lui trancher la gorge, rendez-vous au 35. 42 Vous abordez l'étranger et vous vous présentez. Il s'appelle Coréus. Vous réprimez un sourire devant un nom aussi peu courant, mais vous faites aussitôt allusion à la demeure de Serphan et à l'intérêt qu'elle présente à ses yeux. Coréus semble persuadé qu'un objet appartenant à son peuple se trouve parmi les richesses que le Conseiller a accumulées. L'étranger souhaite donc s'introduire dans la bâtisse afin de reprendre son bien, mais il recherche pour cela l'aide d'un professionnel. Votre cupidité s'enflamme à l'idée de cambrioler le palais de Serphan. Les rumeurs les plus folles circulent sur les trésors, œuvres d'art et pierres précieuses qu'il renferme. Vous évaluez mentalement les risques d'une telle entreprise. Le coup est périlleux ; néanmoins, s'il réussit, ce cambriolage sera cité en exemple pendant longtemps dans le quartier Sud. Si vous acceptez d'aider Coréus, rendez-vous au 146. Si vous préférez agir seul, ne manifestez aucun intérêt pour cette affaire et partez sur-le-champ pour le palais (rendez-vous au 46).
  30. 30. 43 La bâtisse semble inoccupée. Vous vous faufilez entre les arbres et comprenez que cette construction est un mausolée. Les ronces et les mauvaises herbes envahissent les murs ; toutefois, l'entrée du tombeau est entretenue et l'allée qui y mène semée de graviers. Une lourde porte noire vous barre le passage mais, à votre grande surprise, elle s'ouvre d'une simple poussée. Si vous désirez explorer le monument, rendez-vous au 200. Si vous préférez poursuivre votre chemin et pénétrer dans le temple, rendez-vous au 347. 44 La porte au sommet des marches n'est pas verrouillée. Vous l'entrebâillez légèrement et l'ouverture laisse entrevoir un long couloir désert. Non loin de là, une porte ouverte attire votre attention. Vous vous en approchez à pas feutrés et pénétrez dans une pièce. Vous venez de vous introduire dans les quartiers des serviteurs. Rendez-vous au 115. 45 Coréus est mort. Vous êtes maintenant seul dans la pièce, le Sceptre à portée de main sur le piédestal. Vous vous penchez sur le corps de Coréus et prenez les Bâtons dissimulés dans sa tunique. Vous les mettez dans votre sac, ainsi que le Sceptre. Il vous reste à quitter le palais sans donner l'alerte. Rendez-vous au 139.
  31. 31. 46 La résidence de Serphan se trouve dans le quartier David. Elle est entourée de hauts murs hérissés de piques. Souriant, vous ouvrez votre sac et en sortez des crochets qui faciliteront l'escalade de cette paroi lisse. Vous parvenez rapidement au sommet du mur et enjambez les piques. Prenant votre élan, vous retombez souplement dans le jardin. La demeure s'élève au centre d'un parc à l'abandon qui offre de nombreuses cachettes. L'arrière du palais se découpe au bout du jardin. La bâtisse est plongée dans l'obscurité, exception faite d'une fenêtre du rez-de-chaussée. Vous vous approchez lentement de la bâtisse en esquissant un sourire cupide. Rendez-vous au 207. 47 Vous atterrissez sur l'appui de la fenêtre. Par chance, personne n'a remarqué vos acrobaties. Vous assurez alors votre prise et fracturez la fenêtre. Vous êtes maintenant au premier étage de la boutique de Dellos. Le bureau n'est distant que de quelques portes. Rendez-vous au 246. 48 Au moment où vous passez devant la porte ouverte, le plancher craque sous vos pieds. L'un des gardes se refourne et vous aperçoit. Aussitôt, lui et son compagnon se lèvent et s'emparent de leurs épées. Vous allez devoir les combattre. HABILETÉ ENDURANCE Premier GARDE 7 8 Second GARDE 8 6 Vous attaquez le premier. Pour affronter vos deux adversaires, vous pouvez concentrer vos Assauts sur l'un d'eux et subir sans répondre les attaques de son compagnon, ou bien diviser par deux votre total d'HABILETÉ et les frapper tour à tour à la moitié
  32. 32. de votre puissance. Il vous est également permis de lancer les sortilèges dont vous disposez encore. N'oubliez pas toutefois que le lancement d'un sortilège prend un Assaut. Si vous remportez la victoire, rendez-vous au 282. 49 Vous dégainez votre dague d'un air menaçant et vous l'appuyez contre la gorge du garde. - Qu'allons-nous en faire ? demandez-vous à Coréus. Lui couper la gorge, ou bien lui trancher les poignets et les chevilles ? - Agis pour le mieux, grogne Coréus. Nous sommes pressés, débarrasse-toi de lui. A ces mots le garde, pris de panique, se met à bredouiller et vous révèle tout ce qu'il sait. Selon ses il ires, Serphan aurait bien acheté les Bâtons et le Sceptre à un voleur de passage, mais il aurait fait don du Sceptre à la ville. Le précieux objet compte-i ait maintenant parmi les richesses du Palais du Conseil. Vous échangez un regard surpris et le garde profite de ce moment d'inattention pour prendre la fuite. Au moment où vous alliez lancer votre dague, la francisque de Coréus passe en sif-llant au- dessus de votre épaule et va se ficher dans le dos du garde avec un bruit mat. Le Prince s'avance lentement pour récupérer son arme et vous le laissez passer, respectueux. Vous dissimulez le cadavre dans un recoin sombre et décidez de concert d'aller visiter le Palais du Conseil. Rendez-vous au 131. 50 Le petit bâtiment est un tombeau. La perspective des richesses qu'il pourrait contenir vous attire invinciblement vers l'entrée. A l'intérieur, il faut quelque temps pour que vos yeux s'habituent à la pénombre, mais bientôt vous contemplez une scène horrible. Une carcasse boursouflée repose sur un linteau de pierre au centre de la crypte. L'odeur de chair putréfiée empuantit l'atmosphère et vous n'avez pas trop de tout votre sang-froid
  33. 33. pour poursuivre vos investigations. Votre regard scrute le moindre recoin, à la recherche de quelque objet de valeur. Rendez-vous au 26. 51 I 'acolyte Freelin hoche gravement la tête. Les fidèles sont les bienvenus en ce lieu, dit-il. Si lu désires prier, recueille-toi en paix. II vous indique un petit oratoire et s'éloigne. L'oratoire abrite une cassette d'or posée sur un piédestal. L'or est véritable cette fois-ci et la cassette renferme une dague incrustée de joyaux. Vous vous assurez que personne ne vous regarde et tentez de vous emparer de l'arme, mais elle refuse de quitter son logement. Seule solution : voler la cassette et son ? contenu. Si vous désirez vous emparer de la cassette et prendre la fuite, rendez-vous au 159. Si vous préférez quitter le temple et explorer les jardins environnants à la recherche du trésor, rendez-vous au 158. 52 Une petite porte à l'arrière du temple s'ouvre d'une simple poussée. Vous vous faufilez à l'intérieur. La porte se referme aussitôt et il est impossible de l'ouvrir à nouveau ; vous devrez donc quitter le temple : par l'entrée principale. L'intérieur est plongé dans t l'obscurité, mais vos yeux aiguisés repèrent bientôt j un petit oratoire où brillent l'or et les joyaux. Vous y découvrez une cassette d'or renfermant une dague sertie de pierres précieuses. D'un geste avide, vous vous emparez du tout et glissez ce butin sous votre tunique. Sans attendre, vous vous dirigez vers la sortie en tâchant d'adopter l'attitude recueillie des adorateurs du Corpus Nistus. La sortie n'est plus j distante que de quelques mètres et vous pensez avoir réussi quand soudain des clameurs s'élèvent dans votre dos. Vous vous élancez à toutes jambes vers la porte baignée de lumière. Une fois dehors, vous
  34. 34. filez vers le pont aux Torches, poursuivi par la foule en furie des adorateurs. Rendez-vous au 38. DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 38 CHOIX 265 324 DE CORÉUS Autre 38 53 Votre instinct vous dicte la prudence. Vous êtes suivi, sans nul doute. Ils sont au moins quatre et vous auront rejoint avant peu si vous ne pressez pas l'allure. Lancez deux dés. Si le résultat obtenu est inférieur ou égal à votre total d'ENDURANCE, rendez- vous au 295. S'il est supérieur à votre total, rendez-vous au 332. 54 Votre nouveau compagnon de route est mort. Les adorateurs ont gagné en assurance et se rapprochent dangereusement. Pour comble de malchance, la garde du marché, alertée par les cris, fend la foule des badauds et se dirige vers vous. De deux maux, il faut choisir le moindre : vous dégainez votre dague et vous vous élancez au milieu de la troupe des adorateurs, fouettant l'air de votre lame. La manœuvre a réussi, et vous filez sans perdre un instant vers le quartier David. Sur vos talons, la foule de vos poursuivants a reçu le renfort de deux gardes. Rendez-vous au 287.
  35. 35. 55 Le Nuage de Stupeur s'enroule autour des deux hommes et les paralyse en un instant. Leurs corps inertes s'affalent bientôt sur le sol. D'un pas vif, vous gravissez les dernières marches qui vous séparent de l'étage. Rendez-vous au 322. 56 Avec un bel ensemble, vous dégainez vos épées. Les gardes en font autant. Chacun d'entre vous affrontera deux gardes. Si vous parvenez à vaincre vos adversaires, il vous sera possible de prêter main forte à Coréus. HABILETÉ ENDURANCE Premier GARDE 7 8 Deuxième GARDE 6 4 Troisième GARDE 8 6 Quatrième GARDE 5 6 Si vous survivez tous deux, rendez-vous au 11. Si Coréus se fait tuer, rendez-vous au 256. 57 L'homme s'appelle Coréus et il a besoin d'un complice pour reprendre un trésor qui lui a été dérobé. Mettez-vous d'accord. Si vous désirez l'aider, rendez-vous au 4. Si vous refusez sa proposition, rendez-vous au 255. 58 Vous reculez, pantelants et épuisés, tandis que le monstre agonise. Son corps est secoué de spasmes et ses membres fouettent l'air de manière sporadique. Vous demeurez hors d'atteinte de ces derniers soubresauts jusqu'à ce qu'il retombe,
  36. 36. inerte. Vous n'aviez pas averti Coréus que les égouts recelaient de tels dangers. Votre regard embrasse la pièce et repère une échelle de fer scellée dans le mur, qui mène à une grille au plafond. En éteignant vos torches, vous remarquez que l'ouverture laisse filtrer la lumière du jour. Aucun de vous ne tient à demeurer plus longtemps dans les égouts ; vous escaladez donc les barreaux et repoussez la grille. Vous aboutissez dans une cave obscure, transpercée d'un rayon de lumière jailli d'un soupirail. Vous grimpez vivement au sommet d'un tonneau afin d'apercevoir les bâtiments alentour. Reconnaissant les bâtisses, vous constatez avec satisfaction que vous vous trouvez dans les caves du palais lui-même ! Vous allumez l'une de vos dernières torches et commencez l'exploration de la cave. Au bout de quelques minutes, vous en venez à la conclusion qu'il existe deux issues : un escalier de pierre menant à une lourde porte de chêne et, à l'autre extrémité de la cave, un monte-charge désaffecté qui conduit aux étages supérieurs. Toutefois, si vous empruntez cet appareil, vous ne pourrez le l'aire que chacun votre tour. Allez- vous ouvrir la porte (rendez-vous au 44) ou actionner le monte- charge ? Dans ce cas, déterminez ensemble qui passera le premier. Si vous êtes désigné, rendez-vous au 274. Si Coréus monte le premier, rendez-vous au 204. 59 Pas de faux-fuyants ! Que complotez-vous ? demande à nouveau le garde. Eh bien, euh... bafouillez-vous. Mais Coréus intervient. C'est ma faute, j'ai demandé à... mon cousin de me montrer Jp curiosités de la ville. C'est cela, reprenez-vous. Nous nous rendions à cette auberge du quartier Sud, vous savez, celle où l'on sert l'alcool le plus fort de la ville, un breuvage qui pourrait assommer un bœuf, et puis... Le garde ne vous laisse pas terminer. - C'est bon ! Hors de ma vue,
  37. 37. ou c'est moi qui me chargerai de vous assommer si je vous reprends à rôder dans les parages. Vous filez sans demander votre reste. Quelques rues plus loin, Coréus vous demande le nom de l'auberge que vous avez mentionnée, mais vous haussez les épaules sans répondre. Rendez-vous au 11. 60 Vous vous élancez vers le mur d'enceinte, mais déjà les gardes accourent de toutes parts. Au moment où vous allez atteindre votre but, trois hommes vous coupent la route. Si vous acceptez le combat, rendez-vous au 266. Si vous préférez l'éviter, rendez- vous au 325. 61 Vous pénétrez dans une vaste salle à manger coiffée d'un dôme. Les boiseries ouvragées sont couvertes de fresques magnifiques, séparées par les torchères de bronze qui illuminent la pièce. Votre regard d'aigle embrasse les lieux, à la recherche d'une cache ou d'un passage dérobé, mais vous ne remarquez rien. A l'extrémité de la salle s'ouvre une porte, et vous vous en approchez, dans l'espoir de trouver une sortie. Rendez-vous au 226. 62 Vous passez devant la porte entrebâillée et poussez un soupir de soulagement lorsque vous atteignez sans encombre l'autre côté. Non loin de là, un escalier mène aux étages. Vous gravissez lentement les inarches, tous les sens en éveil, prêt à déceler le moindre piège. Lancez deux dés. Si le résultat est inférieur ou égal à votre total d'AGiLiTÉ, rendez-vous au 81. S'il est supérieur à votre total, rendez-vous au 181.
  38. 38. 63 Vous gravissez gaillardement les marches, remonté par vos succès de la nuit et rassuré de n'avoir pas été suivi. Dans votre chambre, vous dissimulez votre butin dans une cache ménagée sous le plancher et remettez en place le tapis usé. Vous vous allongez pour jouir d'un repos bien mérité, quand des coups répétés sont frappés à votre porte. Qui peut ainsi venir à cette heure de la nuit ? Rendez-vous au 117. 64 Vos assaillants gisent sur le sol de l'Orque au Cimeterre. Les consommateurs se sont tous brusquement souvenus d'un rendez-vous urgent et ont déserté les lieux. Vous êtes maintenant seuls tous deux, face au tenancier. Le pauvre Josif a perdu sa superbe et se terre en tremblant de tous ses membres dans un coin de son auberge dévastée. Coréus s'avance avec une lenteur délibérée, tout en le gratifiant d'un sourire lourd de menaces. Je vais te poser une question, dit-il, à laquelle je te saurai gré de répondre poliment. Jamais au cours de son existence Josif ne s'était montré aussi disert. Vous apprenez ainsi que Serphan a fait don du Sceptre à la ville et que l'objet compte à présent parmi les trésors du Palais du Conseil. Vous décidez d'aller reconnaître le terrain. Chemin faisant, vous établirez un plan d'action. Rendez-vous au 131. 65 Vous atteignez enfin la capitale du royaume, à vrai dire un simple ensemble disparate de huttes et d'enclos. Trois solides barbares, vêtus de fourrures et portant une lourde francisque, s'approchent de votre équipage. Vous mettez pied à terre et l'un des hommes empoigne les rênes de votre monture. Un autre vous tend une gourde d'eau fraîche, que vous acceptez en gage d'amitié. - Bardik, déclare le chef, tu as rapporté les symboles d'Alrik et nous t'en remercions.
  39. 39. - Comment connaissez-vous mon nom ? demandez-vous, surpris. - Ta venue est annoncée depuis des générations, poursuit le chef. Il est dit qu'en ces temps de péril, un homme viendrait de la ville pour rapporter les symboles du pouvoir. - Que symbolisent-ils ? Quelle est leur fonction ? demandez-vous. - Ils recèlent le pouvoir d'Alrik, notre héros légendaire, affirme le chef. Lui seul peut sauver notre peuple de la destruction. Maintenant, remets-moi les symboles. - Que recevrai-je en retour ? demandez-vous brusquement. - Il est courageux de poser une telle question, avec cent haches autour de toi, prêtes à te mettre en pièces. Mais telle n'est pas notre volonté. Tu seras récompensé... Cador, apporte le dû de notre ami. Le barbare sort d'une hutte chargé d'un lourd sac d'or. Il vous le remet et vous vous dirigez vers votre monture. L'idée de fuir vous traverse l'esprit, mais en un instant de réflexion vous fait comprendre la vanité d'une telle entreprise. Vous sortez donc le Sceptre et les Bâtons de votre sac et vous les tendez au chef. Vous en auriez tiré un bien meilleur prix en ville... Toute la tribu célèbre le retour des symboles de son pouvoir et tient à vous garder en son sein. Mais, déjà, vous vous languissez de la ville et de ses lumières. Il serait risqué de retourner à Koragon mais l'or que contient vos sacoches vous permettra de vivre comme un prince dans n'importe quelle cité du territoire. Votre vie se terminera dans l'opulence et la gloire.
  40. 40. 66 Vous allumez une nouvelle torche et décidez de poursuivre vers le sud. Bientôt, le tunnel s'enfonce vers l'est et vous le suivez encore quelques minutes avant le virage suivant. Vous ne savez pas si chaque coude i quatre-vingt-dix degrés, et une erreur de direction est possible. Vous continuez néanmoins votre chemin. L'égout, après de nombreux autres méandres, aboutit à un carrefour. Si vous désirez prendre le couloir à l'est, rendez-vous au 168. Si vous souhaitez emprunter celui au nord, rendez-vous au 290. Si vous préférez poursuivre vers le sud, rendez-vous au 174. 67 Vous poursuivez en direction du nord, pataugeant dans la vase. Au bout de quelques mètres, le couloir vire à l'est et vous le suivez plusieurs minutes encore jusqu'à une jonction. Si vous désirez continuer vers le nord, rendez-vous au 30. Si vous préférez aller vers l'est, rendez-vous au 32. 68 Vous vous faufilez hors de la pièce et tournez à droite. Le couloir mène à un petit escalier qui dessert les étages. Suivi de près par Coréus, vous pesez de tout votre poids sur la première marche afin d'en éprouver la solidité. Le bois ne craque pas, et vous entreprenez aussitôt l'ascension. Soudain, vous vous plaquez contre la paroi de l'escalier, alertés par un léger bruit. Tapis dans l'ombre, vous prêtez l'oreille. Le murmure est étouffé, mais vous reconnaissez une voix. Deux gardes font leur apparition et passent à proximité sans remarquer votre présence. Vous demeurez quelques instants immobiles et, certains de leur départ, vous vous introduisez dans le couloir. Brusquement, Coréus s'arrête et vous murmure d'une voix tremblante : - Je ressens quelque chose, je ne sais pas quoi, c'est la première fois que cela m'arrive !
  41. 41. - Ce doit être la peur, répliquez-vous en haussant les épaules. - Non, crie-t-il, ce sont les Bâtons ! Je sens leur présence, ils ne sont pas loin. - Silence ! Moi, je sens les gardes, eux non plus ne sont pas loin. Prenez ensemble une décision. Si vous souhaitez vous fier à l'instinct de Coréus, rendez-vous au 110. Si vous préférez explorer tout l'étage, rendez-vous au 85. 69 Vous faites volte-face : autant en découdre tout de suite, puisqu'il est impossible de distancer vos poursuivants. Chacun de vous devra combattre deux gardes. Si vous parvenez à éliminer vos adversaires, vous pourrez prêter main forte à Coréus. HABILETÉ ENDURANCE Premier GARDE 7 8 Deuxième GARDE 6 4 Troisième GARDE 8 6 Quatrième GARDE 5 6 Si vous survivez tous deux au combat, rendez-vous au 11. Si Coréus succombe, rendez-vous au 256.
  42. 42. 70 Dans un accès de bonne volonté, vous lui suggérez de se rendre à l'auberge du Débarcadère, passe Hardigan. Il pourra peut-être soutirer quelques informations sur place. Vous prenez congé et vous vous éloignez dans la rue. Vous avez semé vos poursuivants et c'est d'un pas tranquille que vous vous rendez à l'auberge de la Grenouille à l'Ail. Sur place, vous allez de table en table, parvenez à vous faire offrir quelques verres et écoutez au passage les nouvelles échangées par les malfrats qui hantent ce lieu de perdition. Rendez-vous au 198. 71 Vous enjambez la fenêtre à votre gauche, mais à peine votre pied a-t-il touché le sol qu'une main vous empoigne solidement et vous repousse dans le vide. Lancez deux dés. Si le résultat est inférieur ou égal à votre total d'ENDURANCE, rendez-vous au 133. Sinon, rendez-vous au 267. 72 Dans la tranquillité de votre chambre, vous pouvez enfin contempler les fruits de votre escapade nocturne. Vous étalez tous les objets sur votre lit afin de les examiner à loisir. D'un œil expert, vous évaluez chaque pièce et mettez de côté celles qui seront facilement négociables. La majorité du butin sera vite écoulée, à part ces Bâtons. Vous jureriez pourtant ne pas les avoir pris... Quoi qu'il en soit, ils sont là. De ces objets étranges émane une aura surnaturelle ; vous n'avez jamais ressenti une telle sensation. Les Bâtons semblent renfermer une force magique. Quelle peut être leur fonction ? Bizarrement, vous avez le sentiment qu'ils sont incomplets, simples pièces d'un ensemble qu'il faut reconstituer. Cette énigme occupe vos pensées et vous ne serez pas en paix avant de l'avoir résolue. Il est hors de question cependant de visiter une nouvelle fois la demeure de Serphan. Rendez-vous au 180.
  43. 43. 73 La nuit venue, vous guidez Coréus par les rues du quartier David. Bientôt, un malaise vous gagne : dans les rues désertes vous pouvez être appréhendés à tout instant par la patrouille de nuit. Hélas, vos craintes se justifient au moment où vous atteignez la demeure de Serphan. Au détour d'une rue, vous rencontrez les gardes. A votre vue, les soldats se déploient et vous encerclent. - Qu'est-ce que vous manigancez à cette heure de la nuit ? demande le chef de la patrouille. - Eh bien... je voulais montrer à mon cousin les curiosités de notre cité, prétendez-vous. En travaillant dur, il est possible d'obtenir tout ce que l'on désire. Ces palais sont un exemple et un but à atteindre. - Les étrangers ne doivent pas quitter leur quartier à la nuit tombée, reprend le chef des gardes. Votre explication n'est guère convaincante. Vous devez agir vite. Prenez une décision sans consulter votre partenaire. Si vous désirez prendre la fuite, rendez-vous au 187. Si vous préférez prouver votre innocence, rendez-vous au 171. DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 187 171 CHOIX 353 318 6 DE CORÉUS 28 187 171
  44. 44. 74 La boutique du prêteur sur gages est fermée, mais vous passez par l'arrière-cour et frappez selon un code convenu. Le battant s'ouvre bientôt. Loomis est aussi un receleur connu et il accepte toujours de travailler en dehors des heures d'ouverture, pour peu qu'il existe une chance de profit. Il esquisse un sourire à la mention du nom de Serphan : - Ce vieux grigou est d'une avarice rare, sauf en ce qui concerne sa collection d'art religieux. A ce qu'on dit, il posséderait des pièces uniques, objets de culte de toutes les religions, et certaines d'entre elles de provenance douteuse. Vous hochez la tête d'un air entendu et demandez s'il connaît les mesures de protection dont s'entoure Serphan. - Elles sont identiques pour tous les membres du Conseil, répond Loomis. Serphan dispose d'une garde privée mais, à ma connaissance, il n'a pas mis en place de piège magique. Vous remerciez le receleur et lui assurez que vous reviendrez le voir bientôt... Rendez-vous au 286. 75 Vous vous emparez du Sceptre et le glissez sous votre tunique. Vous ne voulez pas prendre le risque de le mettre avec les Bâtons. Vous quittez la pièce et vous vous faufilez le long du couloir. Le meilleur moyen de quitter les lieux est sûrement de passer par les cuisines, au rez-de-chaussée. A cette heure, l'endroit doit être désert. Rendez-vous au 139.
  45. 45. 76 I a porte s'ouvre sans bruit et vous vous introduisez dans la pièce. L'endroit est plongé dans l'obscurité, mais un rai de lumière vous révèle qu'elle ne contient que des caisses vides. Elle ne comporte pas d'autre issue ; si l'on vous découvrait, vous seriez pris comme un rat dans une cage. Vous quittez donc le débarras fsour le couloir éclairé. Rendez-vous au 165. 77 Vous vous approchez prudemment de la plateforme et de son horrible occupant. Une sorte de ronflement rythme le silence qui règne dans la pièce. Même en prêtant l'oreille il vous est impossible d'en déterminer la provenance. L'obscurité ne vous permet de distinguer que des masses sombres. ( royant reconnaître des coffres ou des caisses, vous laites un pas en avant. Rendez-vous au 26. 78 A distance respectueuse, vous suivez la silhouette vers le Vieux Pont. Vous l'agresserez sur la petite place qui borde le fleuve. Hélas, au moment d'at-leindre l'endroit, un fiacre tiré par deux centaures s'arrête au milieu de la place. Sans perdre un instant, l'inconnu s'y engouffre. A peine avez-vous le temps de réévaluer les risques de l'agression que l'équipage est déjà loin. Pestant contre le mauvais sort, vous retournez noyer votre déconvenue à l'auberge de la Grenouille à l'Ail. Quelques verres vous lont reprendre courage. Vous portez alors votre attention sur l'étranger qui pénètre dans l'estaminet et s'installe à une table proche de l'entrée. Du comptoir, vous l'observez discrètement. Voilà une proie qui remplacera celle qui vous a échappé sur la place. Ce sont les aléas de la vie nocturne, mais une proie se présente toujours à qui sait attendre. Rendez-vous au 173.
  46. 46. 79 La bataille a été rude, mais vous vous êtes débarrassé des trois gardes. Vous pouvez maintenant gravir en toute quiétude les dernières marches qui mènent à la salle du trésor. Ce faisant, une ultime angoisse vous serre la gorge. Qui sait ce que dissimulent ces zones d'ombre ? Un terrible monstre prêt à bondir, ou bien un piège sournois qui vous fera périr dans d'atroces souffrances ? Mais, à mesure que vous vous approchez du trésor, vos craintes s'évanouissent. Ce vieux grigou de Serphan accordait une totale confiance à ses gardes. Vos yeux s'écarquillent devant tant de richesses. La pièce regorge des objets les plus rares, venus des quatre coins du continent. Des vases ouvragés sont disposés sur des tables de marqueterie, de petits talismans pendent aux branches d'un présentoir d'or en forme d'arbre. Des masques rituels accrochés aux murs vous observent de leurs orbites vides. Les vitrines ne sont pas verrouillées, pas plus que les cassettes ; vous êtes au paradis des voleurs ! Vous demeurez un instant interdit, ne sachant que choisir. Quels seront les articles les plus aisément négociables ? Certaines pièces sont trop connues. Serphan retrouverait facilement leur trace, et la vôtre par la même occasion. Ces parures d'or, en revanche, pourront être fondues. Si vous convoitez de gros articles en or, rendez-vous au 87. Si vous préférez de petits objets, rendez-vous au 271. 80 Accoudé au comptoir, vous écoutez d'une oreille distraite les conversations, quand un étranger pénètre dans l'auberge. Aussitôt, les malfrats le laugent discrètement du regard avant même qu'il .lit eu le temps de s'asseoir. L'homme est grand, musclé et vêtu de fourrures ; il porte une lourde hache et une francisque est passée à sa ceinture. Son regard farouche ne trahit cependant pas de mauvaises intentions. Les brigands hésitent un instant et s'en écartent ostensiblement. Ce n'est pas une proie facile, mais s'il boit plus que de raison, tous !es voleurs de la cité s'agglutineront telles des mouches autour de lui. Sa présence vous intrigue : d'ordinaire, les étrangers ne s'aventurent pas
  47. 47. seuls à l'auberge de la Grenouille à l'Ail. Si vous désirez vous approcher de l'inconnu, rendez-vous au 33. Si vous préférez l'observer à loisir du comptoir, rendez-vous au 173. 81 Un garde jaillit d'un renfoncement du mur ! Vous évitez de justesse le tranchant de son épée. Instinctivement, votre main s'empare de votre dague et, d'un large mouvement, elle siffle dans l'air. Le garde s'écroule comme une masse, la gorge tranchée. D'un geste machinal, vous essuyez votre lame sur la tunique du cadavre et vous jetez un regard circulaire. Vous vous trouvez dans un de ces longs couloirs qui parcourent cette demeure en tous sens. Quelques pas plus loin, le couloir se divise en deux. ; Vous vous approchez de la jonction. Peut-être allez- vous enfin trouver un quelconque objet de valeur ? Rendez-vous au 41. 82 L'homme que vous suiviez s'appelle Coréus. Nouveau venu dans la cité, il se prétend investi d'une importante mission et cherche de l'aide pour s'introduire dans la demeure de Serphan. Parlez ensemble de ce projet et évoquez une éventuelle association. Si vous décidez de collaborer, rendez-vous au 146. Si vous préférez continuer chacun de votre côté, rendez-vous au 238.
  48. 48. 83 Vous talonnez vos montures sans leur accorder une minute de répit. Vos poursuivants demeurent en vue, mais ils perdent peu à peu du terrain. Bientôt, vous atteignez la limite des plaines, et la chaîne des montagnes se découpe à l'horizon. Il va être possible de trouver une cachette et peut-être même de . prendre un peu de repos. Le crépuscule vous sur-| prend en pleine escalade des contreforts, et la chevauchée se révèle dangereuse sur ce terrain escarpé. Vous quittez le sentier pour un bosquet voisin qui vous abritera pour la nuit. Une cascade jaillit non loin de là. Vous abreuvez vos montures et dressez votre bivouac. Vous établissez un tour de garde, mais la menace qui plane vous empêche de trouver le sommeil. Dès l'aube, vous reprenez votre périple vers les terres de Coréus. Vous croisez les traces de vos poursuivants, mais tournées vers la ville. Ils ont abandonné la poursuite ! Rendez-vous au 349. 84 Vous tournez à droite et avancez à pas de loup dans le couloir. A son extrémité, vous hasardez un coup d'oeil à l'angle du mur. Vous reculez aussitôt, car un garde est de faction devant une lourde porte. C'est la première personne que vous rencontrez depuis votre intrusion, la pièce qu'elle surveille doit donc receler quelque chose d'important. Heureusement, le garde "est à demi assoupi et son épée est au fourreau. En agissant vite, il sera possible de l'éliminer sans qu'il donne l'alerte. Si vous désirez attaquer le garde, rendez-vous au 262. Si vous préférez explorer l'autre extrémité du couloir, rendez-vous au 124. 85 En voleur accompli, vous connaissez toutes les ficelles du métier et vous scrutez attentivement les parois, le moindre détail pouvant trahir la présence d'un coffre encastré ou d'une porte secrète. Après de vains efforts, vous allez abandonner quand une pierre attire votre attention. Une légère pression fait apparaître
  49. 49. une poignée. Vous tirez dessus, puis vous la repoussez avec force : le mur pivote. Vous n'avez rien oublié des leçons prodiguées par Outrem ! Rendez-vous au 96. 86 Vous reculez à pas feutrés jusqu'à l'angle opposé du couloir. Des voix se font soudain entendre, venant de la gauche. Sur la droite, une porte s'ouvre d'une simple poussée. Si vous désirez savoir qui parle ainsi, rendez-vous au 172. Si vous préférez vous dissimuler derrière la porte, rendez-vous au 118. 87 Vous sortez de votre besace un vieux sac de toile et vous le dépliez devant la statue en or d'une divinité depuis longtemps oubliée. Vous fourrez d'abord l'idole dans le sac, puis tous les objets qui se trouvent sur la table, évaluant au passage leur valeur. Une broche en forme de tête de lion incrustée de joyaux attire votre attention. Cette superbe pièce ira grossir votre collection personnelle. Sur un guéridon reposent trois Bâtons finement ouvragés. Leurs extrémités se touchent de manière à former un triangle. Une force irrépressible vous pousse vers eux. Si vous désirez prendre les Bâtons, rendez-vous au 13. Si vous préférez vous emparer d'un autre objet, rendez-vous au 15. DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 13 15 CHOIX 120 23 23 DE CORÉUS Autre 13 15 88 Coréus n'est plus. Il vous appartient de décider seul si vous allez poursuivre le voyage. Si vous souhaitez reprendre la route afin de remettre les Bâtons et le Sceptre au peuple de votre défunt
  50. 50. compagnon, rendez-vous au 352. Si vous préférez repartir pour la ville, rendez-vous au 150. 89 Vous plongez vers la gauche et vous vous pelotonnez dans une faille. Vous avez évité de justesse d'être enseveli sous les éboulis. Vous vous relevez et époussetez vos vêtements. La faille dans laquelle vous vous êtes introduit débouche sur un nouveau couloir. L'atmosphère est chargée d'odeurs de victuailles et une pâle lumière filtre par la paroi du fond. Au bout de quelques pas, vous découvrez une grille de ventilation. Les gonds rouillés cèdent à la première poussée et vous pénétrez dans une vaste cuisine voûtée. Heureusement, les serviteurs l'ont désertée à cette heure. Vous prélevez au passage quelques mets odorants, préparés sans doute pour le déjeuner du lendemain, et gravissez l'escalier de service jusqu'au troisième étage. Quatre portes s'ouvrent sur chaque palier, sûrement des débarras et des placards. Les marches s'interrompent devant une portfe fermée. Rendez-vous au 122. 90 Vous sortez de l'auberge et hasardez un coup d'œil dans la ruelle adjacente. A votre grande surprise, Jik le Surin et son complice gisent sur le pavé. L'étranger, penché sur leurs cadavres, s'apprête à ranger sa hache de guerre, mais, à votre vue, il la brandit de nouveau. Vous lui présentez vos mains nues : - Tout doux, l'ami ! Je ne cherche pas querelle. L'homme vous observe un instant, sur ses gardes, puis sourit à son tour. Vous lui demandez aussitôt la raison de sa visite dans ce lieu de perdition. L'étranger déclare s'appeler Coréus et être venu à Koragon à la recherche d'objets sacrés qu'il sait cachés dans la demeure de Serphan, membre du Conseil des Cinq. Il rôde dans le quartier Sud en quête d'un complice. Interrogez-le afin d'en savoir plus avant de prendre une décision. Si vous choisissez de
  51. 51. l'aider, rendez-vous au 146. Si vous préférez refuser sa proposition, rendez-vous au 302. 91 Ce couloir possède moins de portes que les précédents. Vous vous approchez de chacune d'elles avec précaution, quelqu'un pouvant apparaître d'un instant à l'autre. Cette situation accroît votre nervosité, et vous vous surprenez à lancer de fréquents regards par-dessus votre épaule. Vous tentez d'ouvrir chacune des portes, mais elles sont toutes verrouillées. A l'extrémité du couloir, votre main se pose sur le dernier bouton quand des voix s'approchent. Si vous désirez avancer avec précaution, rendez- vous au 313. Si vous préférez vous cacher dans la pièce à votre gauche qui, curieusement, n'est pas fermée à clef, rendez-vous au 76. 92 Celui de vous deux qui manque son lancer d'AGIUTÉ marche sur une latte disjointe du plancher. Un craquement sec résonne comme une détonation dans le silence feutré de la maison. Les quatre hommes qui venaient de tourner l'angle du couloir réapparaissent aussitôt, l'épée haute. Chacun d'entre vous devra affronter deux adversaires. Si vous parvenez à vaincre vos adversaires, vous pourrez prêter main forte à Coréus. HABILETÉ ENDURANCE Premier HOMME 5 6 Deuxième HOMME 7 4 Troisième HOMME 8 8 Quatrième HOMME 4 2 Si vous survivez tous deux, rendez-vous au 166. Si Coréus se fait tuer, rendez-vous au 143.
  52. 52. 93 La porte résiste à vos efforts et vous finissez par abandonner avec une moue de dépit. La porte du petit bâtiment est scellée par la rouille. Vous ne pourrez pénétrer dans le temple du Corpus Nistus, il est préférable de rebrousser chemin. Vous décidez de retourner dans le quartier Sud. Chemin faisant, vous concluez que la seule manière d'obtenir quelque argent est de détrousser un passant. Aussi vous dissimulez-vous sous un porche de la Vieille Place et attendez-vous que se présente une victime. Bientôt, une silhouette revêtue de fourrures traverse la place. L'homme avance, le menton levé, observant les bâtiments, preuve qu'il s'agit d'un étrangeh Vous esquissez un sourire satisfait et prenez discrètement l'inconnu en filature. Rendez- vous au 177. DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 177 CHOIX 299 34 DE CORÉUS Autre 177 94 Si Coréus est encore en vie, il vous rejoint et vous poursuivez votre chemin (rendez-vous au 11). Si Coréus est mort, rendez- vous au 202.
  53. 53. 95 Fendant la foule qui se presse dans la Nouvelle Ville, vous vous précipitez vers le labyrinthe de ruelles qui entoure les entrepôts. Malgré vos tours et détours, les adorateurs du Corpus Nistus demeurent sur vos talons. Arrivé à l'extrême limite des entrepôts, vous vous engouffrez dans une venelle : là, vous êtes temporairement hors de vue. Une paroi longe la ruelle et vous rassemblez vos dernières forces pour l'escalader. Vous retombez lourdement de l'autre côté, haletant. A distance, les exclamations de dépit des adorateurs vous parviennent, étouffées. Vous esquissez un sourire épuisé, la poursuite est enfin terminée. Soudain, une ombre se profile ; relevant la tête, vous apercevez un étranger. Il vous observe, mais sans mauvaises intentions apparentes. L'homme s'appelle Coréus et cherche de l'aide pour récupérer un trésor qui lui a été dérobé. Interrogez-le et prenez votre décision. Si vous choisissez de lui prêter main forte, accompagnez-le à l'auberge du Cygne Noir afin de mettre sur pied un plan d'action (rendez-vous au 358). Si vous refusez sa proposition, rendez-vous au 70. 96 La pièce est plongée dans l'obscurité. Vous allumez un chandelier qui éclaire bientôt une véritable caverne d'Ali Baba. La chambre est remplie d'objets étranges où l'or se mêle à l'ivoire et à l'ébène, l'argent aux pierreries. Vous n'avez jamais vu tant de richesses accumulées. Coréus, quant à lui, se désintéresse de cet amoncellement de trésors (cette attitude vous paraît incroyable !) et fouille frénétiquement la salle, à la recherche de ses Bâtons. Rendez-vous au 254.
  54. 54. 97 Vous vous débarrassez de vos adversaires et foncez vers le mur d'enceinte. D'un bond, vous atteignez le sommet de la paroi et, sans perdre un instant, vous disparaissez dans la nuit. De crainte que d'autres gardes ne vous donnent la chasse, vous maintenez votre folle allure par les ruelles obscures. Quelques minutes plus tard, vous faites halte sous un porche j et vous vous congratulez joyeusement. La première phase de votre mission est un succès. Rendez-vous au 242. 98 Vous rebroussez chemin à travers le corridor en direction de l'escalier. Du sommet des marches, ] vous jetez un coup d'oeil en contrebas afin de vous assurer que la voie est libre. Personne en vue : vous descendez rapidement. A mi-chemin, un craquement vous fait sursauter. Vous dévalez les dernières I marches et prenez position dos à dos, prêts à ; combattre. Le bruit venait de la droite, et la sortie se trouve à gauche. Si vous désirez regarder d'où vient le bruit, rendez-vous au 205. Si vous préférez vous mettre à couvert, rendez-vous au 8. 99 Trois heures plus tard, une servante de la Grenouille à l'Ail se présente à la Guilde des Artisans, porteuse d'un message de son patron. - Le maître dit qu'une cassette vous attend à l'auberge. - Qui l'a apportée ? demandez-vous.
  55. 55. - Serphan lui-même, répond la servante. Mais il n'est pas venu seul. Nous avons craint que ses sbires ne fouillent l'auberge. Vous savez, les caves sont pleines de tonneaux de bière de contrebande ! Vous souriez à la pensée des ennuis que vous avez causés. - Serphan a-t-il pris le message que je lui avais laissé ? demandez-vous. - Oui, confirme la servante, il l'a lu puis il est parti sans dire un mot. Vous remerciez la jeune fille et lui donnez deux pièces d'argent. Après son départ, vous vous préparez à quitter la cité pour la clairière où vous êtes convenus du rendez-vous. Vous avez fixé l'heure de la rencontre quelques heures après l'aube, mais vous serez sur place bien avant. Lorsque le soleil pointe à l'horizon, vous scrutez les alentours de la clairière, dissimulé dans les branches d'un arbre. A l'heure convenue, un cavalier apparaît au loin ; ce doit être Serphan. Vous attendez patiemment qu'il se rapproche. Le Conseiller a suivi vos instructions à la lettre, il est venu seul. Au centre de la clairière, il met pied à terre et tire de ses fontes un sac pesant. Vous quittez votre cachette, mais demeurez à distance. - Alors, jeune voleur, as-tu ce que je cherche ? demande-t-il. - Je l'ai, Serphan. Et toi, as-tu l'argent ? - Bien sûr, mais je suis étonné que tu n'aies pas récupéré le sac d'or que j'avais déposé à cette maudite auberge. - Je ne suis pas fou, répondez-vous. Je me doutais bien que tu allais placer l'endroit sous surveillance. De toute manière, l'or que tu m'apportes et tous les objets que je t'ai dérobés me suffisent amplement. - Assez ! coupe Serphan. Donne-moi les Bâtons et le Sceptre !
  56. 56. « Chaque chose en son temps », pensez-vous tout en traversant la clairière. Lancez deux dés. Si le résultat est inférieur ou égal à votre total d'AGiLitÉ, rendez-vous au 161. Sinon, rendez-vous au 334. 100 Vous franchissez l'immense portail d'or du temple. L'intérieur est plongé dans une bienveillante pénombre. Vous scrutez les lieux, feignant d'être aveuglé par la soudaine obscurité. Un personnage en robe vient à votre rencontre et s'incline. - Je suis l'acolyte Freelin, dit-il. Que puis-je pour votre service ? Vous sortez de votre poche une poignée de pièces et annoncez au prêtre que vous désirez faire une offrande à son ordre. L'homme accepte votre obole avec gratitude et vous guide dans le temple. Tout en marchant, il fait l'éloge du dieu Nistus et énumère les miracles qu'il a prodigués. Vous ne prêtez qu'une faible attention aux propos de l'acolyte, occupé que vous êtes à l'examen attentif des lieux. Tous les couloirs se ressemblent et il est impossible de deviner lequel conduit au trésor. Si vous abandonnez l'idée de piller le temple, rendez-vous au 28. Si vous préférez demander à l'acolyte l'autorisation de vous recueillir pour prier, rendez-vous au 51. 101 Vous dévalez à toute allure vers le rez-de-chaussée, poursuivis par les quatre gardes. Coréus repère une large fenêtre et la fracasse d'un coup d'épaule. Au moment où vous alliez plonger à l'extérieur, deux gardes brandissent leurs javelots et les projettent dans votre direction. Lancez chacun deux dés. Si le résultat est supérieur à votre total d'AGiLiTÉ, vous mourez sur- le-champ. Si, pour chacun de vous, il est inférieur ou égal à votre total d'AGiLiTÉ, rendez-vous au 268. Si vous seul obtenez un résultat inférieur ou égal à votre total, rendez-vous au 103.
  57. 57. 102 Quelle tactique adopter ? Vous pourriez attaquer les hommes ; ils ne s'attendent pas à vous voir et vous auriez l'avantage de la surprise. Vous pouvez aussi tenter un stratagème plus spectaculaire : si l'un de vous possède le Sortilège d'Embrasement, il peut mettre le feu à l'escalier. Prenez ensemble une décision. Si vous choisissez d'attaquer les hommes, rendez-vous au 296. Si vous préférez déclencher un incendie, rendez-vous au 164. 103 Coréus a succombé, mais vous disposez de quelques instants de répit. Penché sur le cadavre de votre compagnon, vous vous emparez des Bâtons avant de vous enfuir dans le jardin. Les hurlements des gardes et les aboiements furieux des chiens s'élèvent derrière vous. Vous ne comptez que quelques mètres d'avance sur vos poursuivants et vous tenez à les conserver ! En vue du mur, vous prenez votre élan et vous vous agrippez à la paroi, ignorant les éclats de verre qui vous entaillent douloureusement les paumes. D'un brusque coup de reins, vous vous rétablissez au sommet du mur, évitant de justesse les crocs hargneux d'un molosse. Sans perdre un instant, vous vous laissez choir dans la ruelle. Vous ne disposez que de quelques secondes pour établir un plan d'action. Si vous décidez de rentrer directement chez vous, malgré la certitude que des patrouilles vont être lancées à votre poursuite, rendez-vous au 184. Si vous jugez utile un long détour par le quartier Marchand, dans l'espoir de brouiller les pistes, rendez-vous au 258. 104 Quelques instants plus tard, une patrouille apparaît au détour d'une ruelle. Vous poussez un soupir de soulagement à la vue de leurs tabards frappés aux armes de la cité ; au moins ne sont-ils pas à la solde de Serphan !
  58. 58. - Que fais-tu dehors à cette heure tardive ? demande le chef des gardes. Si vous désirez répondre que vous avez perdu votre chemin, rendez-vous au 273. Si vous préférez raconter que vous êtes poursuivi par une bande de brigands qui en veut à votre vie, rendez-vous au 279. 105 Vous vous rendez à l'auberge de la Grenouille à l'Ail, constamment aux aguets, prêt à saisir la moindre occasion de vous remplir un peu les poches. Sur la rive droite de la cité, aux abords du Vieux Pont, vous vous accordez une partie de bonneteau. Le jeu se pratique avec trois tasses retournées. Il faut découvrir laquelle dissimule une petite balle après que le bonimenteur a déplacé rapidement les tasses. Bien sûr, lors des trois premiers tours, les déplacements permettent au joueur de repérer facilement la bonne tasse. Attiré par les gains faciles, il mise alors ce qu'il possède. Dès lors, le bonimenteur déplace les tasses à une vitesse surprenante et le pauvre joueur perd immanquablement. Naturellement, vous abandonnez la partie après le troisième tour et vous vous éloignez sous les quolibets de l'escroc, mais plus riche de quelques pièces. La Grenouille à l'Ail est bondée, comme à son habitude. Vous remarquez cependant un étranger attablé près de la sortie. Il est surveillé de près par Jik le Surin et Durk, deux canailles de solide réputation. A l'instant où l'étranger quitte l'auberge, ils lui emboîtent le pas. Une algarade se prépare. Vous posez votre verre et décidez d'aller y voir de plus près. Rendez-vous au 188. DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 188 CHOIX 167 299 DE CORÉUS Autre 188
  59. 59. 106 Hélas, vous avez mal évalué la distance ! Votre jambe dérape sur l'appui de la fenêtre. Vous vous rattrapez de justesse au linteau, évitant de peu une chute fatale. Vous perdez tout de même 2 points d'ENDURANCE. Vous retrouvez votre équilibre et, que'ques secondes plus tard, vous pénétrez dans les lieux après avoir fracturé la fenêtre. Vous êtes au premier étage, et seul un escalier vous sépare de la boutique. Rendez-vous au 246. 107 Vous examinez les murs du palais et concluez rapidement que la seule voie d'accès passe par les fenêtres du premier étage. Concertez-vous et prenez une décision. Les abords du palais étant placés sous étroite surveillance, une patrouille pourrait vous surprendre et vos chances de récupérer le Sceptre seraient à jamais compromises. Si vous désirez que Coréus lance un Sortilège de Résistance des Parois et vous guide le long de la façade, rendez-vous au 221. Si vous préférez compter sur vos seules qualités de voleur pour atteindre une fenêtre, rendez-vous au 25. 108 Comme vous vous approchez de l'homme, celui-ci prend conscience de votre présence et se retourne, j Il s'empare alors d'une épée dissimulée sous sa cape et s'avance, menaçant. ÉTRANGER HABILETÉ : 6 ENDURANCE : 7 Si vous venez à bout de votre adversaire, rendez-vous au 140. 109 Des lumières s'allument dans plusieurs immeubles. Une fenêtre s'ouvre au-dessus de votre tête. - Qui va là ? hurle une voix. Vous retournez vivement vous tapir dans l'ombre et demeurez immobile. Vous espérez qu'en restant silencieux il abandonnera,
  60. 60. mais son appel a réveillé le voisinage. D'autres fenêtres s'illuminent et une porte s'entrouvre non loin de là. La partie est perdue, aussi vous éloignez-vous rapidement par les ruelles obscures. Vous ne pourrez achever votre entreprise ce soir, et vous décidez de retourner rôder dans le quartier Sud en empruntant le Vieux Pont. Rendez-vous au 151. 110 Coréus traverse le couloir, comme mû par une force invisible. Un instant, la panique vous gagne : il est en transes, comment réagirait-il s'il lui fallait se battre maintenant ? Il s'immobilise devant un pan de mur. Vous vous approchez, pensant que votre compagnon a perdu l'esprit, mais vous vous dites brusquement que la paroi pourrait dissimuler une porte secrète. Une inspection du panneau vous révèle facilement le mécanisme : une simple pression libère une poignée dans le mur. Vous la tirez puis la repoussez fermement, et la porte laisse apparaître un passage. Vous n'avez rien oublié des années vécues dans l'ombre d'Outrem le Serrurier ! Rendez-vous au 96. 111 Vous passez devant deux portes sur votre gauche et suivez le couloir, qui tourne à droite. Vous ne repérez aucune trace de gardes et cela vous inquiète. Votre progression vous mène bientôt devant une cage d'escalier. Lancez chacun deux dés. Si vous obtenez tous deux un résultat inférieur ou égal à votre total D'AGILITÉ, rendez-vous au 155. Si l'un de vous obtient un résultat supérieur à son total d'AGILITÉ, rendez-vous au 119.
  61. 61. 112 Vous retrouvez le vieux Jonas, attablé comme à son habitude à l'auberge du Débarcadère, passe Hardi-gan. Certains prétendent qu'il aurait investi de l'argent dans la taverne, de manière à ne plus payer ses consommations. Le vieux voleur vous accueille avec un petit sourire et vous désigne un siège placé dos à l'entrée. Vous lui rendez son sourire, mais vous déplacez la chaise afin de pouvoir surveiller toute l'assistance. L'auberge du Débarcadère est un lieu mal famé et vous n'y comptez pas que des amis. Vous expliquez à votre vieux complice le but de votre visite. - Serphan, dis-tu ? répond Jonas. Je m'en souviens bien. J'ai travaillé pour lui, il y a dix ans de ça. Un travail bien payé. Je ne suis jamais allé chez lui, mais c'est un collectionneur et, d'après les rumeurs, sa maison est remplie d'objets précieux. - Remplie d'objets précieux, répétez-vous d'un air songeur. Le vieux voleur acquiesce en souriant et vous souhaite bonne chance. Rendez-vous au 286. 113 Le grondement émane d'une masse informe, accroupie au centre de la pièce. Heureusement, la créature est retenue par une chaîne. A votre entrée, le monstre s'avance, tendant ses entraves à se rompre, et fouette l'air de ses griffes acérées. Prenez ensemble une décision. Si vous décidez de combattre le monstre, rendez-vous au 339. Si vous préférez contourner la créature pour atteindre la porte du fond, rendez-vous au 213. 114 Une douleur insoutenable vous parcourt la jambe. Coréus, lui aussi, a été mordu. Il faut sans tarder neutraliser ce monstre, vos vies en dépendent. CRAPOSAURE HABILETÉ : 10 ENDURANCE : 15
  62. 62. Si vous survivez tous deux au combat, rendez-vous au 129. Si vous êtes seul survivant, rendez-vous au 329. 115 Quittant la pièce, vous vous approchez de l'escalier qui monte en spirale vers les quartiers administratifs du palais. Vous gravissez les marches en silence - le moindre bruit pourrait alerter la garde. L'escalier mène à une antichambre meublée de tables basses et de chaises disposées aux quatre coins. Elle ne renferme aucun objet de valeur, si ce n'est une collection de livres reliés alignés sur une encoignure près de la fenêtre. Vous nouez une corde à la balustrade et dissimulez le filin derrière un rideau. - En cas de fuite précipitée, dites-vous à Coréus. - Sage initiative, répond-il en souriant. D'un même mouvement, vous dégainez votre arme et vous vous approchez de la porte. Vous faites jouer le loquet et vous tirez le battant. Rendez-vous au 345. 116 L'Orque au Cimeterre, l'une des plus anciennes auberges de la cité, se niche au cœur de la Vieille Ville. Josif, le tenancier, est connu pour avoir des informateurs au palais. Lui seul peut savoir ce que Serphan a fait du Sceptre, mais voudra-t-il divulguer un tel renseignement ? A l'auberge, vous vous accoudez au comptoir et commandez deux verres. Vous attendez patiemment que Josif n'ait plus de consommateur à servir. Qui va poser les questions ? Si vous décidez de questionner Josif, rendez-vous au 317. Si vous laissez Coréus engager la conversation, rendez-vous au 330.
  63. 63. 117 Une fente vous permet d'observer trois hommes à mine patibulaire. Ils sont manifestement à la solde de Serphan et attendent patiemment une réponse. Leurs épées sont au fourreau, mais l'un d'eux tient une arbalète devant sa poitrine. Si vous désirez ouvrir la porte, rendez-vous au 24. Si vous préférez fuir par la fenêtre, rendez-vous au 211. 118 Vous poussez la porte sur votre gauche, qui s'ouvre sur une salle éclairée. Un rapide coup d'œil par l'embrasure vous permet de vous assurer que personne ne s'y trouve. Tout est en ordre, vous refermez le battant derrière vous. Rendez-vous au 61. 119 Côte à côte, vous vous approchez du palier. Vous apercevez alors quatre hommes qui conversent paisiblement. Votre apparition les laisse médusés. Profitez de ce bref répit pour agir. Si vous désirez les attaquer, rendez-vous au 191. Si vous préférez prendre la fuite, rendez-vous au 303. 120 Coréus est quelque peu décontenancé. - Je dois avouer qu'il m'est impossible de donner une direction précise. - Même si les Bâtons te guident, ce dont je doute, ils ne pourront désigner que la porte en face ou bien celle de droite, répondez-vous. Si vous désirez traverser le couloir et ouvrir la porte qui vous fait face, rendez-vous au 214. Si vous préférez essayer celle de droite, rendez-vous au 328.
  64. 64. 121 Les quatre hommes dégainent leur épée et s'avancent à pas pesants. Chacun devra en combattre deux. Si vous parvenez à vaincre vos adversaires, vous pourrez prêter main forte à votre compagnon. HABILETÉ ENDURANCE Premier HOMME 6 8 Deuxième HOMME 7 6 Troisième HOMME 7 7 Quatrième HOMME 8 5 Si vous êtes tous deux vainqueurs, rendez-vous au 224. Si vous êtes le seul survivant, rendez-vous au 5. 122 La porte s'ouvre sur un vaste couloir sans fenêtres. Vous vous trouvez dans les quartiers des domestiques. Vous poussez une à une les portes du couloir ; elles sont toutes verrouillées de l'intérieur. Au moins êtes-vous sûr de ne pas vous faire surprendre par leurs occupants. Le couloir tourne à gauche, puis à droite sur une centaine de pas. A chaque angle, un rapide coup d'oeil vous assure de l'absence de toute garde. Il règne un silence absolu. Une lourde porte de chêne sculptée s'ouvre sur votre gauche. Plus loin, le couloir s'estompe dans l'obscurité. Si vous désirez ouvrir la porte, rendez-vous au 234. Si vous préférez poursuivre l'exploration du couloir, rendez-vous au 27. 123 Vous maintenez l'homme allongé, votre dague sur sa gorge. Coréus se place au pied du lit et, brandissant sa hache, exécute un large moulinet, manquant de peu les jambes du prisonnier.
  65. 65. - Pitié ! s'exclame-t-il. Je dirai tout ! Je ne suis qu'un pauvre clerc, employé au palais ! - Où se trouve mon Sceptre ? demande Coréus. - Réponds vite ! menacez-vous en appuyant un peu plus votre lame. - Je ne sais pas ce que vous cherchez, mais un Bâton en or est conservé dans l'antichambre voisine. Vous n'allez pas le voler ? - Je veux reprendre ce qui m'appartient, rétorque Coréus. Déjà, votre compagnon se dirige vers la sortie. Vous ne pouvez laisser l'homme ainsi ; dès que vous aurez tourné les talons, ses hurlements réveilleront tout le palais. L'idée de vous en débarrasser vous traverse un instant l'esprit, mais tuer un homme de sang-froid vous répugne. Aussi empoignez-vous la lame de votre dague et assenez-vous un bon coup de pommeau sur le crâne du gratte-papier, qui s'évanouit aussitôt. - Fais de beaux rêves, murmurez-vous. Vous rejoignez Coréus ; votre ami est immobile, les yeux perdus dans le vide. - Il en sera quitte pour un bon mal de crâne au réveil, dites-vous. Coréus ne répond pas, toutes ses pensées concentrées sur un unique objet : son Sceptre. Rendez-vous au 153. 124 Vous rebroussez chemin vers l'autre extrémité du couloir. Vous tentez d'ouvrir les portes que vous voyez, mais elles sont toutes verrouillées. Vous poursuivez votre progression. Dans combien de temps serez-vous découvert ? Rendez-vous au 86.
  66. 66. 125 Penché sur les cadavres des trois hommes, vous vous emparez de tous les objets de valeur qu'ils possèdent, plus par habitude que par malice ; de toute manière, d'autres se seraient chargés de les dépouiller ! Le butin est maigre : quelques piécettes et un pendentif en argent. L'un des hommes possédait en revanche un parchemin frappé du sceau de Serphan. Au moins, vous savez maintenant avec certitude le nom de leur patron. Soudain, dans votre dos, un bruit étouffé vous fait sursauter. Vous vous retournez brusquement, l'épée à la main. Le chat, surpris par votre réaction, vous dévisage un instant et disparaît dans un recoin sombre. Vous rengainez votre épée en soupirant. Les derniers événements ont mis vos nerfs à vif. Sans plus perdre de temps, vous reprenez votre route. Vous passez devant la Grenouille à l'Ail, pleine, comme à l'accoutumée, d'ivrognes et de malfrats. Quelques individus complotent à l'extérieur, à l'ombre des portes cochères, mais ils sont tous de connaissance. La Vieille Place est encore animée malgré l'heure tardive. La foule vous rassure certes un peu, il serait toutefois difficile de prévenir une attaque dans une telle cohue. Dans la Vieille Rue, vous faites un dernier détour et attendez un moment, dissimulé dans un renfoncement. Tout va bien, personne ne vous a suivi. Vous regagnez votre immeuble et vous vous engouffrez dans l'escalier qui mène à votre repaire. Rendez-vous au 321. 126 Il faut reconsidérer la situation. Peut-être un verre ou deux vous aideront-ils à réfléchir ? Vous quittez le quartier David et vous vous dirigez vers la Grenouille à l'Ail. Rendez-vous au 105.
  67. 67. 127 Vous faites un pas en avant, la main sur le pommeau de votre épée. Sobourg recule précipitamment, mais il n'est pas homme à se laisser impressionner aussi vite. - Je veux être payé ! Je dois gagner ma vie et ces renseignements valent de l'argent, dit-il sans baisser les yeux. Vous estimez préférable de rémunérer le vieil homme plutôt que de le menacer. Rendez-vous au 189. DOUBLE JEU VOTRE PROPRE CHOIX 189 CHOIX 211 356 DE CORÉUS Autre 189 128 Vous pataugez bientôt jusqu'aux genoux dans une vase nauséabonde. Non loin de là, le couloir se divise en deux. Un embranchement continue vers l'est, l'autre se dirige vers le nord. Si vous désirez poursuivre vers l'est, rendez-vous au 147. Si vous préférez explorer la partie nord, rendez-vous au 297.
  68. 68. 129 Le craposaure retombe lourdement sur le sol, le corps ensanglanté, et exhale un dernier râle. Vous contournez la carcasse, d'où suinte un liquide ver-dâtre, et vous avancez vers la porte. Le monstre gardait une vaste pièce, la salle de réunion du Conseil. Une immense table, entourée de chaises richement sculptées, occupe tout l'espace. Vous n'y découvrez rien d'intéressant et vous gagnez sans tarder la pièce suivante. Là encore, c'est la déception. Cette salle est l'exacte réplique de la précédente. Irrité de ces contretemps, vous remarquez néanmoins quelques objets de valeur sur la table. Coréus, lui, aura son Sceptre et ses Bâtons ; il est juste que vous emportiez vous aussi quelques souvenirs. - Par ici ! ordonne soudain Coréus. - J'arrive ! répondez-vous en empochant vivement un presse- papier en or. - Le Sceptre est par ici, je le sens, affirme Coréus avec fièvre. - Fort bien, répondez-vous, enthousiaste. Voyons ce que dissimule cette porte. Plus vite nous serons partis, mieux cela vaudra. Rendez-vous au 153. 130 Quelques interminables secondes plus tard, quatre ; hommes armés émergent de l'obscurité. Ils ne portent pas d'uniforme et sont sûrement à la solde de Serphan. Pestant contre vous-même, vous vous plaquez contre la porte. Vous ne pouvez plus fuir j maintenant, et les hommes s'approchent de votre cachette. Immobile, la dague prête à frapper, vous j les regardez passer en retenant votre souffle.

×