RIEN                                QUE                               AFRIQUE EXPANSION Magazine                          ...
D                                            epuis son initiation à la sortie de la deuxième guerre mondiale, l’Aide au   ...
Source: Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins Copyright © Nations Unies, 2010             ...
Source: Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins Copyright © Nations Unies, 2010    En termes...
Source: Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins Copyright © Nations Unies, 2010             ...
Source: Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins Copyright © Nations Unies, 2010“Pour beaucou...
Aide publique au développement
Aide publique au développement
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Aide publique au développement

281 vues

Publié le

Visuel - Aide publique au développement

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
281
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Aide publique au développement

  1. 1. RIEN QUE AFRIQUE EXPANSION Magazine DES ? PROMESSES ReutersAFRIQUE EXPANSION Magazine
  2. 2. D epuis son initiation à la sortie de la deuxième guerre mondiale, l’Aide au Développement semble être restée au stade de concept. Certes, des sommes importantes ont été allouées aux pays « du Sud » comme on les a longtemps appelés. Mais d’année en année, on constate qu’elle ne résout 0pas les problè- mes mais sert plutôt à encourager le saupoudrage de projets dit « globaux ». Dans le cadre de ces dispositions, une déclaration solennelle, Déclaration du Millénaire, fut émise par l’Organisation des Nations Unies en l’an 2000 pour passer à la vitesse supérieure. Une autre résolution par-dessus toutes celles lancées depuis le Sommet de La Havane en 1947 par laquelle on promettait de sortir les pays pauvres de leur état socio-écono- mique lamentable. « Nous ne ménagerons aucun effort pour délivrer nos semblables - hommes, femmes et enfants - de la misère, phénomène abject et déshumanisant qui touche actuellement plus d’un mil- liard de personnes. Nous sommes résolus à faire du droit au développement une réalité pour tous et à mettre l’humanité entière à l’abri du besoin. » jura-t-on en ce début de siècle.Source: Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins Copyright © Nations Unies, 2010 AFRIQUE EXPANSION Magazine 1
  3. 3. Source: Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins Copyright © Nations Unies, 2010 De la réduction de l’extrême pauvreté à la développement » (CAD) de l’Organisation de coo- garantie d’un environnement durable, plusieurs pération et de développement économiques (OCDE). stratégies devaient être nécessaires. Ces objectifs Le CAD compte les représentants de 22 grands pays rejoignaient ainsi la volonté de contribuer à rédui- donateurs – également membres de l’OCDE – et re l’extrême pauvreté et la faim avant l’an 2015 à de la Commission de l’Union européenne. Autre- travers le renforcement du comerse international, fois, les membres du CAD versaient l’essentiel de de l’aide financière ou immatérielle et l’implica- l’APD mondiale, mais il est généralement admis tion dans la façon dont sont gérés les pays en voie que « d’autres donneurs, appartenant ou non à de développement. l’OCDE, n’en jouent pas moins un rôle grandissant L’Aide publique au développement dans la coopération pour le développement.» Dans (APD) proprement dite, est définie comme le le cadre des Objectifs du millénaire, il a donc été montant net des dons et prêts accordés à des question de faire passer l’Aide publique au déve- conditions favorables par des organismes loppement au chiffre historique de 0,7% du revenu publics aux pays et aux territoires figurant sur national brut (RNB) d’ici 2015 après avoir atteint la liste des bénéficiaires du « Comité d’aide au l’objectif intermédiaire de 0,56% en 2010.Photo : iStockphoto 2 AFRIQUE EXPANSION Magazine
  4. 4. Source: Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins Copyright © Nations Unies, 2010 En termes de pourcentage, seuls quelques pays européens avaient pu, dès 2006, atteindre les 0,7%requis. Il s’agit du Danemark, du Luxembourg, des Pays-Bas et de la Suède. Les locomotives que sontle Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, les plus importants donateurs en volume, y avaient respecti-vement consacré 0,51%, 0,47% et 0,36%. De l’autre côté de l’Atlantique, les États-Unis et le Canadaflirtaient respectivement avec 0,16% pour les premiers et 0,25% pour le second. Ce qui est un curieuxparadoxe quand on sait qu’en termes absolus, les donateurs les plus importants en 2009 sont : les États-Unis(29,48 milliard $), le Japon (16,40), la France (15,26), l’Allemagne (13,25) et le Royaume-Uni (11,70). AFRIQUE EXPANSION Magazine 3
  5. 5. Source: Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins Copyright © Nations Unies, 2010 Est-ce suffisant ? Compte tenu des multiples soubresauts écono- partie de l’APD, notamment des dons à objectifs miques, dont la dernière crise, il devient évident spécifiques tels que les coûts d’administration des que l’APD est nettement faible par rapport aux programmes, l’aide alimentaire et l’aide d’urgen- besoins de plus en plus criants dans les pays ce, la coopération technique et les allégements de pauvres, devenus pour la plupart, très endettés. Le dette. Le reste est formé des «dons à objectifs non nombre des bouches à nourrir en hausse, les soins spécifiques» et constitue ce que les contribuables de santé en berne et surtout des tissus industriels considèrent généralement comme l’aide extérieu- pour beaucoup embryonnaires, demandent non re : le financement de projets dans les domaines seulement des stratégies réalistes, mais encore de l’éducation, de l’infrastructure et de la santé, des moyens de suivi sans lesquels toute initiative ainsi que l’aide au budget général. Au fil du temps, resterait un vain effort. cette fraction de l’aide allouée à des projets et Les analystes Mark Sundberg et Alan Gelb programmes a diminué. Mesurée par habitant, la ont expliqué que « l’aide est souvent assimilée au baisse observée au cours des années 90 a été très financement du développement, mais en réa- prononcée et n’est toujours pas corrigée. » lité une grande partie est accordée à d’autres Cela appelle absolument un changement du vi-Photo : iStockphoto fins. Ainsi, les pays de l’OCDE considèrent une sage de l’aide dont l’APD en reste la première sour- large gamme de financements comme faisant ce, pour qu’elle soit réellement utile… et efficace. 4 AFRIQUE EXPANSION Magazine
  6. 6. Source: Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins Copyright © Nations Unies, 2010“Pour beaucoup, l’aide publique au développementne représente qu’une astuce économique etcommerciale de la part des pays industrialiséspour permettre aux organismes internationauxet aux multinationales de multiplier leursprofits sous couvert d’aide humanitaire, etaux chefs d’État des pays bénéficiairesconnus souvent comme étant loind’être des démocrates, de s’enrichirau détriment des vrais destinataires” AFRIQUE EXPANSION Magazine 5

×