3. Ferdinand VII (1814-1833)
““Ferdinand VII signait son premierFerdinand VII signait son premier
décret royal qui aboliss...
Décret 4 mai
1814
Suppression de la Constitution de 1812
Six ans d'absolutisme (1814-1820)
L'Inquisition est rétablie
et l...
Pronunciamiento
de Riego (1820)
Reposition de la Constitution de Cádiz
Triennat libéral (1820-1823)
Chute définitive des s...
Intervention des
Cent mil fils de
Saint Louis (1823)
Répression et retour à l'absolutisme
La décennie abominable (1823-183...
RESTAURATIONS DE L'ABSOLUTISME
Deux restaurations:Deux restaurations:
1814-18201814-1820
1823-18341823-1834
La première s'...
RESTAURATIONS DE L'ABSOLUTISME (2)
Répression des libérauxRépression des libéraux parpar
Ferdinand VII, libéré le 1Ferdina...
CONTRADICTIONS DES RESTAURATIONS
Faiblesse des ressources de l'ÉtatFaiblesse des ressources de l'État
et fiscalité: la per...
LE DESPOTISME RÉFORMATEUR (1823-1833)
Ferdinand VII va maintenir commeFerdinand VII va maintenir comme
ministresministres ...
LE PREMIER LIBÉRALISME
LaLa Constitution de 1812Constitution de 1812
constitue leconstitue le texte de référencetexte de r...
LE TRIENNAT LIBÉRAL (1820-1823)
Suppression de tous les freins àSuppression de tous les freins à
la propriété pleine et en...
“Passées les premières semaines d'enthousiasme pour certains et de résignation pour
d'autres, le régime libéralrégime libé...
“Le deuxième danger qui menaçait le régime libéral était celui desLe deuxième danger qui menaçait le régime libéral était ...
LA LUTTE SANS MERCI CONTRE L'ABSOLUTISME
Ferdinand VII
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ferdinand VII

5 385 vues

Publié le

Présentation autour du règne de Ferdinand VII (1808-1833), surtout la période après la guerre d'indépendance

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 385
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3 286
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ferdinand VII

  1. 1. 3. Ferdinand VII (1814-1833) ““Ferdinand VII signait son premierFerdinand VII signait son premier décret royal qui abolissait ladécret royal qui abolissait la Constitution de 1812Constitution de 1812 et revenaitet revenait à la situation antérieure auxà la situation antérieure aux abdications de Bayonne. C'est ceabdications de Bayonne. C'est ce que l'historiographie libérale aque l'historiographie libérale a appeléappelé le “coup d'État dele “coup d'État de Ferdinand VII”Ferdinand VII” dans lequeldans lequel d'aucuns voient le premier coupd'aucuns voient le premier coup d'État militaire de l'histoired'État militaire de l'histoire d'Espagne, en raison dud'Espagne, en raison du rôle jouérôle joué par le général Francisco Javier Elíopar le général Francisco Javier Elío,, ancien gouverneur militaireancien gouverneur militaire de Montevideo.de Montevideo. Le 21 juilletLe 21 juillet 1814 Ferdinand VII rétablissait1814 Ferdinand VII rétablissait l'Inquisitionl'Inquisition. La dictature militaire. La dictature militaire et laet la répressionrépression sévissaient. Lasévissaient. La révolution libérale avait fait longrévolution libérale avait fait long feu.”feu.”
  2. 2. Décret 4 mai 1814 Suppression de la Constitution de 1812 Six ans d'absolutisme (1814-1820) L'Inquisition est rétablie et les seigneuries aussi Répression politique Pronunciamientos sans succés Exil des libéraux Espoz y Mina, 1814 Porlier, 1815 Lacy, 1817 Fernando VII
  3. 3. Pronunciamiento de Riego (1820) Reposition de la Constitution de Cádiz Triennat libéral (1820-1823) Chute définitive des seigneuries Division des libéraux en modérés et exaltados Succés de l'émancipation américaine Retour des libéraux «Allons-yfranchement, etmoilepremier, parle sentierconstitutionnel» FernandoVII, 10 mars 1820 Opposition des absolutistes (“serviles”) Contexte international: Sainte Alliance Lerducd'Angoûleme 'a la tête des Centmil fils de Saint Louis (1823)
  4. 4. Intervention des Cent mil fils de Saint Louis (1823) Répression et retour à l'absolutisme La décennie abominable (1823-1833) Opposition des traditionalistes, partisans de Carlos, frère de Fernando VII Indépendance définitive des colonies Crise budgetaire de l'État Approbation de la Pragmática Sanción (1832) Abolition de la Loi Salique Carlos Mª Isidro Mª Cristina de Borbón
  5. 5. RESTAURATIONS DE L'ABSOLUTISME Deux restaurations:Deux restaurations: 1814-18201814-1820 1823-18341823-1834 La première s'appuie sur unLa première s'appuie sur un soutien ou sur la passivité desoutien ou sur la passivité de la majorité de l'opinionla majorité de l'opinion Celle de 1823 se concrétiseCelle de 1823 se concrétise grâce à une interventiongrâce à une intervention militaire extérieure: celle desmilitaire extérieure: celle des troupes françaises destroupes françaises des CentCent mille fils de Saint Louismille fils de Saint Louis Avril 1814: les députés absolutistes signèrent le Manifeste des PersesManifeste des Perses Décret du 30 mai 1814: Proscription à vie pour tousProscription à vie pour tous les cadres du régime joséphinles cadres du régime joséphin Circulaire du 1er juin 1814: Annonce de l'arrestation et la mise enmise en jugement des libérauxjugement des libéraux La menace de l'intervention de laLa menace de l'intervention de la Sainte Alliance s'ajoute auxSainte Alliance s'ajoute aux attaques absolutistes depuis 1822attaques absolutistes depuis 1822 Le principe d'une interventionLe principe d'une intervention armée avait été adopté lors duarmée avait été adopté lors du Congrès de VéroneCongrès de Vérone en octobre 1822en octobre 1822 Régence du duc d'AngoulêmeRégence du duc d'Angoulême,, nommée le 25 mai 1823nommée le 25 mai 1823 La diplomatie française tentaLa diplomatie française tenta d'orienter la restaurationd'orienter la restauration dspagnole dans le sens de ladspagnole dans le sens de la modérationmodération
  6. 6. RESTAURATIONS DE L'ABSOLUTISME (2) Répression des libérauxRépression des libéraux parpar Ferdinand VII, libéré le 1Ferdinand VII, libéré le 1erer octobreoctobre Quelques concessions:Quelques concessions: Ferdinand VII en rétablit pasFerdinand VII en rétablit pas l'Inquisition et finit parl'Inquisition et finit par concéder uneconcéder une parodie d'amnistieparodie d'amnistie le 1le 1erer mai 1824mai 1824 Les troupes françaises restentLes troupes françaises restent en Espagne pour protégeren Espagne pour protéger l'absolutisme jusqu'en 1828l'absolutisme jusqu'en 1828 Les restaurations furent des régimes répressifsrégimes répressifs vivant dans la psychose du complot libéral Ces régimes ont une logiquelogique contre-révolutionnaire:contre-révolutionnaire: ceux qui refusaient la monarchie tradicionnelle et la place de l'Église n'étaient pas considérés comme de véritables Espagnols On va même créer desOn va même créer des juridictionsjuridictions d'exceptiond'exception, les “Juntes de purifications” UneUne milice contre-révolutionnairemilice contre-révolutionnaire,, lesles Volontaires royalistesVolontaires royalistes, vit le, vit le jour en 1824jour en 1824
  7. 7. CONTRADICTIONS DES RESTAURATIONS Faiblesse des ressources de l'ÉtatFaiblesse des ressources de l'État et fiscalité: la perte des colonieset fiscalité: la perte des colonies américaines entraînèrent uneaméricaines entraînèrent une baissebaisse vertigineusevertigineuse de près de 50% desde près de 50% des ressources de l'Étatressources de l'État Refus de la contribution uniqueRefus de la contribution unique misemise en place par les Cortès de Cadix.en place par les Cortès de Cadix. La réforme de Martín de Garay deLa réforme de Martín de Garay de 1817 de la remettre en place échoue1817 de la remettre en place échoue López Ballesteros, à partir de 1823,López Ballesteros, à partir de 1823, réduit les dépenses de l'État etréduit les dépenses de l'État et essaye d'augmenter la pression fiscaleessaye d'augmenter la pression fiscaleContradiction interne au sein des partisans des restaurations: soulèvement dessoulèvement des agraviadosagraviados enen CatalogneCatalogne et apostoliquesapostoliques qui mettent leurs espoirs dans les mains du frère de Ferdinand, don Carlos (voici l'origine du carlismecarlisme). De l'extérieur, les libérauxlibéraux continuent à tenter de renversercontinuent à tenter de renverser le régimele régime Économie Idéologie
  8. 8. LE DESPOTISME RÉFORMATEUR (1823-1833) Ferdinand VII va maintenir commeFerdinand VII va maintenir comme ministresministres quelquesquelques absolutistesabsolutistes pragmatiquespragmatiques mais aussimais aussi afrancesadosafrancesados avec l'idéal politiqueavec l'idéal politique de lade la monarchie absoluemonarchie absolue, favorisant la, favorisant la croissance économiquecroissance économique au traversau travers d'une administration qui oeuvred'une administration qui oeuvre sur unsur un corps social politiquementcorps social politiquement inerteinerte Création duCréation du Conseil des MinistresConseil des Ministres (1823) et du(1823) et du Ministère duMinistère du FomentoFomento (1832). Mise en place des(1832). Mise en place des premierspremiers budgetsbudgets en 1828.en 1828. Création du premier code du commerce,Création du premier code du commerce, de la banque de San Fernando, de lade la banque de San Fernando, de la Bourse de Madrid...Bourse de Madrid...
  9. 9. LE PREMIER LIBÉRALISME LaLa Constitution de 1812Constitution de 1812 constitue leconstitue le texte de référencetexte de référence du libéralisme espagnoldu libéralisme espagnol jusqu'à la fin des années 1830jusqu'à la fin des années 1830 Le texte espagnol devient unLe texte espagnol devient un modèle pour les libéralismesmodèle pour les libéralismes américains, portugais etaméricains, portugais et italienitalien La vraie première applicationLa vraie première application des principes libérauxdes principes libéraux arrive dans learrive dans le TriennatTriennat Libéral (1820-1823)Libéral (1820-1823) PronunciamientoPronunciamiento du généraldu général Riego Naissance des sociétés patriotiques, ““des clubs ouverts à la discussiondes clubs ouverts à la discussion politique”politique” L'oeuvre législative des CortèsL'oeuvre législative des Cortès poursuivit le travail entamé à Cadix:poursuivit le travail entamé à Cadix:
  10. 10. LE TRIENNAT LIBÉRAL (1820-1823) Suppression de tous les freins àSuppression de tous les freins à la propriété pleine et entièrela propriété pleine et entière (majorats, seigneuries, terres(majorats, seigneuries, terres collectives...)collectives...) Suppression des ordres monastiquesSuppression des ordres monastiques et saisie de leurs biens par l'Étatet saisie de leurs biens par l'État Suppression de l'Inquisition etSuppression de l'Inquisition et de la Compagnie de Jésusde la Compagnie de Jésus Suppression de la moitié des dîmesSuppression de la moitié des dîmes (21 juin 1821), remplacées par un nouvel impôt sur la consommationnouvel impôt sur la consommation Élaboration d'un code pénal (8 juin 1822) etet division de la péninsule en 52division de la péninsule en 52 provincesprovinces (27 janvier 1822)(27 janvier 1822) Division interne des libéraux:Division interne des libéraux: modérésmodérés /vs/ radicaux (/vs/ radicaux (exaltadosexaltados))
  11. 11. “Passées les premières semaines d'enthousiasme pour certains et de résignation pour d'autres, le régime libéralrégime libéral fut vite confronté à une double difficulté. La première tenait à la divisiondivision qui s'établit en son sein entre une tendance modérée et une tendance radicaleentre une tendance modérée et une tendance radicale (les exaltados). Les premiers mettaient en avant la nécessité d'unees premiers mettaient en avant la nécessité d'une transformationtransformation politico-sociale au service de la liberté individuellepolitico-sociale au service de la liberté individuelle, dans le respect de l'ordre et, dans le respect de l'ordre et rejetaient les deux extrémismes qu'étaient pour eux l'absolutisme et le jacobinismerejetaient les deux extrémismes qu'étaient pour eux l'absolutisme et le jacobinisme. Dans ce but, certains comme Martínez de la Rosa étaient prêts à une reformecertains comme Martínez de la Rosa étaient prêts à une reforme institutionnelle quiinstitutionnelle qui renforcerait le pouvoir exécutifrenforcerait le pouvoir exécutif, donc celui du roi, et verrait la, donc celui du roi, et verrait la création d'unecréation d'une chambre hautechambre haute. LesLes exaltadosexaltados revendiquaient unerevendiquaient une application intégraleapplication intégrale de la constitution de Cadixde la constitution de Cadix et estimaient que laet estimaient que la mobilisation populairemobilisation populaire était le meilleurétait le meilleur garant du succès de la révolutiongarant du succès de la révolution. Il en s'agit pas d'une forme espagnole de jacobinisme, mais d'un patriotisme romantique dont Riego était l'incarnation, un mouvement sans fondement doctrinal solidement constitué, qui en appelait en permanence au peuple libéral dans un esprit démocratique. Cette opposition recoupait souvent une différence de génération: les hommes de 1812, les doceañistas, étaient modérés, alors que les jeunes étaient attirés par le libéralisme radical. Les modérés au pouvoir jusqu'en juillet 1822 essayèrent très tôt de limiter l'action des exaltados et des sociétés patriotiques. Riego fut mis à l'écart et deux lois octobre 1820 limitèrent la liberté de la presse ainsi que l'activité des sociétés patriotiques. Le soulèvement populaire qui parvint à venir à bout de la revolte absolutiste du 7 juillet 1822 conduisit les exaltados au pouvoir avec le gouvernement d'Evaristo San Miguel. Menacé deMenacé de l'intérieur par les absolutistesl'intérieur par les absolutistes, de l'extérieur par la Sainte Alliancede l'extérieur par la Sainte Alliance, le mouvement se divisa en deux groupes tradicionnellement désignés sous le nom des sociétés secrètes quie les représentaient: d'un côté les maçonsmaçons, de l'autre les comuneroscomuneros qui constituaient l'aile la plus radicale du libéralisme.” Source: Jordi Canal (dir.): Histoire de l'Espagne contemporaine. ModérésModérés (1820-1822) et exaltadosexaltados (1822-1823)
  12. 12. “Le deuxième danger qui menaçait le régime libéral était celui desLe deuxième danger qui menaçait le régime libéral était celui des absolutistesabsolutistes. Ferdinand VII et son entourage n'acceptèrent jamais une constitution qui leur avait été imposée. Le Roi usa de toutes les armes légales mises à sa disposition, en particulier le droit de vetodroit de veto, pour entraver l'action des Cortès. À partir de 1821, le palais royal devint l'épicentrede la plupart des conspirations anti-libérales alors que les milieux contre- révolutionnaires développaient le thème du “roi sequestr锓roi sequestré”, reprenant un thème ancien développé pendant la guerre d'indépendance. Une majorité du clergé, mécontent des lois qui portaient atteinte à son patrimoine, bascula dans l'opposition. (…) À partir de l'étéÀ partir de l'été 1822, le pays entra dans certaines zones dans une véritable guerre civile1822, le pays entra dans certaines zones dans une véritable guerre civile. Elle était alimentée par un mécontentement du monde paysanmécontentement du monde paysan qui voyait sa situation se dégrader. Les agriculteurs profitaient peu de la vente des terres alienées, de la suppression de la moitié des dîmes et subissaient une augmentation de la pression fiscale de l'ordre de 30%, liée au nouvel impôt. (…) À bien des egards, l'expérience du Triennat libéral fut fondatricel'expérience du Triennat libéral fut fondatrice: fondatrice d'une sociabilité libérale, de pratiques et de symbolesde pratiques et de symboles (les chansons El Trágala et l'hymne de Riego), mais aussi de la division du camp libéral. La liquidation des structures économico-La liquidation des structures économico- sociales de l'Ancien Régime était entaméesociales de l'Ancien Régime était entamée. Dans la guerre civile naissante apparurent les premières manifestations d'anti-cléricalisme violentpremières manifestations d'anti-cléricalisme violent: profanations, églises brûlées et meurtres de membres du clergé. Un des épisodes les plus célèbres fut l'exécution de 24 absolutistes dont 15 ecclésiastiques à Manresa en novembre 1822.” Source: Jordi Canal (dir.): Histoire de l'Espagne contemporaine.
  13. 13. LA LUTTE SANS MERCI CONTRE L'ABSOLUTISME

×