Forum Bimo 2016

84 vues

Publié le

Présentations condensées du BIMO Forum 2016 lié à l’internet des objets au service de l'écologie industrielle.

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
84
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
45
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • 2030
    l’éco-manufacturing n’est plus une utopie

    Je vous propose de parcourir ensemble les arguments qui permettent d’y croire sereinement
  • La HES-SO se situe au cœur de la région la plus densément industrialisée de Suisse avec plus de 40% des emplois répertoriés dans le secteur secondaire. Nous sommes dans le berceau de la microtechnique imprégnée d’une culture commune de maîtrise de la qualité et de la précision dans le « petit ». Cette particularité est indéniablement un atout et une force, mais cela rend la région très sensible aux changements conjoncturels, politiques et économiques

    Cette carte extraite d’un panorama de l’office fédéral de la statistique, éditée en février 2015, montre que l’Arc Jurassien est une zone géographique très active dans le secteur secondaire (zone bleue intense). En effet, on peut identifier que plus de 40% des emplois se situent dans le secteur secondaire dans 2 spécialités fortes de cette région : l’horlogerie et l’industrie des moyens de production.

    Horlogerie

    La tradition horlogère remonte à presque 5 siècles. (début 1541 – Calvin)
    L’industrie horlogère est très fortement concentrée dans le massif le long de la frontière avec la France.
    C’est un élément crucial du développement et de l’attractivité de la région.
    Troisième industrie suisse d'exportation après celles de la chimie et des machines elle est très sensible aux fluctuations du marché mondial.
    C’est un des fleurons de l'économie helvétique.
    Tradition, savoir-faire, hautes technologies et innovation ont permis à l'horlogerie suisse de maintenir son leadership sur le marché mondial de la montre.
    Elle a toujours su relever les défis technologiques, structurels ou conjoncturels auxquels elle a été confrontée.
    Son dynamisme et sa capacité créative hors pair en font une industrie de pointe

    Industries des moyens de production : Machines-outils

    Le tissu industriel de l’Arc jurassien est connu non seulement par son horlogerie mais également par son industrie des machines.
    Activité historique de l’Arc jurassien suisse, la fabrication de machines-outils s’est implantée au début du XXIe siècle pour accompagner l’expansion de l’industrie horlogère locale aux besoins croissants en équipements de précision.
    Le savoir-faire local s’est ainsi étendu à la fabrication de machines-outils de haute précision.
    Cette région est célèbre pour avoir l'une des plus ancienne tradition du monde et l’une des plus consolidés dans le domaine de l’usinage par enlèvement de copeaux.
  • 21 accidents des centrales nucléaires productrices d’électricité pour 450 installations => 4.66%
  • …Et derrière cette particularité, une question fondamentale…
    2030…produire en Suisse relève-t-il d’une utopie?

    De très nombreux enjeux nous attendent … En tant que scientifiques, nous devrons à l’évidence nous transcender et en partie réinventer l’Innovation.
    Une certitude, l’ingénieur de demain devra comme aujourd’hui participer à la résolution des défis sociétaux…l’efficience et la durabilité des produits développés en devenant les défis majeurs.

    ° Le réchauffement climatique et ses effets sur notre environnement
    ° Malgré les accords de Kyoto (1997), les émissions de Co2 et autres gaz à effet de serre continuent d’augmenter
    ° COP21 – Les états s’engagent sur de nouveaux objectifs
    ° En Suisse, la stratégie énergétique 2050 de la Confédération fixe de nouveaux objectifs en matière de consommation électrique et énergétique (sortie du nucléaire?)
    ° L’UE, par sa directive 2005/32/CE , introduit de nouvelles exigences en matière d’Ecoconception applicable aux produits consommateurs d’énergie.
    ° La production Suisse est de plus en plus concurrencée par des solutions délocalisées. Ces migrations industrielles ont des conséquences sur l’économie nationale avec les retombées environnementales liées

    Personne ne sait exactement ce qui adviendra de la Suisse au cours des dix à quinze prochaines années.
    Alors on peut se poser la question suivante: Pourra t’on produire en Suisse en 2030 ?
    Pour répondre à cette question, on peut s’intéresser aux contraintes qui pèsent sur nos industries manufacturières et identifier les axes stratégiques de recherche et développement.

    Contexte économique
    La suisse est un grand exportateur : L’économie suisse vit une période d’adaptation au franc fort et reste vulnérable à de nouvelles fluctuations du taux de change.
    Salaires élevés : D'après les calculs de l'Office fédéral de la statistique (OFS), l'indice suisse des salaires nominaux a augmenté en moyenne de 0,8% en 2014 par rapport à 2013.
    Législation
    ° Le réchauffement climatique et ses effets sur notre environnement [1]
    ° Malgré les accords de Kyoto (1997), les émissions de Co2 et autres gaz à effet de serre continuent d’augmenter [2]
    ° COP21 – Les états s’engagent sur de nouveaux objectifs [3]
    ° En Suisse, la stratégie énergétique 2050 de la Confédération fixe de nouveaux objectifs en matière de consommation électrique et énergétique (sortie du nucléaire?) [4]
    ° L’UE, par sa directive 2005/32/CE , introduit de nouvelles exigences en matière d’Ecoconception applicable aux produits consommateurs d’énergie. [5]
    ° La production Suisse est de plus en plus concurrencée par des solutions délocalisées. Ces migrations industrielles ont des conséquences sur l’économie nationale avec les retombées environnementales liées.

    Les grands changements
    On prédit près de 8.5 milliards d’êtres humains sur la planète
    Les changements affectant notre climat sont évidents pour tous.
     Hausse de la consommation des ressources en énergie, en ressources naturelles…
     Les surfaces industrielles seront de plus en plus chères (car difficile à trouver)

    En tant que scientifiques, nous ne pouvons pas agir ni sur le niveau salarial ni sur la force de notre monnaie, mais nous proposons des pistes concrètes et novatrices répondant aux préoccupations identifiées.
  • Moins d’énergie …
    Moins de matière première…
    Moins de place utilisée (emprise sur le sol cultivable …

    Nous nous dirigeons vers un changement de paradigme, soit produire tout autant pour conserver notre force industrielle, mais en consommant beaucoup moins (énergie électrique, matière première, surface industrielle, transport), soit l’avènement de la notion d’écologie industrielle. Cette tendance a pour corollaire une dépendance accrue à l’innovation technologique. Ceci rend notre mission de la plus haute importance et nous fait porter une responsabilité dont nous ne pouvons et devons pas nous départir
  • Ces questions fondamentales nous ont amené à proposer un programme de développement spécifique au sein des 5 écoles de Suisse romande que forment la HES-SO.
    Celui-ci a été validé par le domaine Ingénierie de la HES-SO en 2013.

    Aujourd’hui, notre programme est fort de 18 projets de recherche appliquée cherchant à débroussailler les problématiques futures du manufacturing industriel.
  • Enjeux sociétaux:

    Diminution de la consommation Co2.
    En Suisse et en 2013, la part «Industrie» était de 21% et la part transport de 31%
    Diminution de la consommation énergétique:
    En Suisse et en 2013, la part «Industrie» était de 19% et la part «Transport» était de 35%

    Microfactories signifie micro-usines

    Les premiers projets de recherche en micro-machines ont réellement démarré au Japon, au milieu des années 1990.

    C’est au « Advance Manufacturing Research Institute [2] » (composante de l’AIST, National Institute of Advanced Industrial Science and Technology), que la première micro-machine, un tour qui tient dans la main, est apparue.


    1996 : Japon - Premier projet de recherche en micromachines
    Advanced Manufacturing Research Institute - (composante de l’AIST, National Institute of Advanced Industrial Science and Technology), que la première micro-machine, un tour qui tient dans la main, est apparue.

    Beaucoup de recherches menées  Taille des machines proposées trop réduites
    Concept Microfactories  Utiliser des technologies classiques mais en les miniaturisant
    Pas de réflexion globale d’intégration, pas de caractérisation statique et dynamique.
    Ratio taille machine /taille pièce peu utilisée
    Développements plus poussés pour l’automation, peu de développement industrialisable pour la machine-outil.
    Pas de réflexion sur : Périphériques, Evacuation des copeaux, Arrosage, Refroidissement…
    Pays actifs Micromachines : Japon, Corée
    Finlande, reste de l’Europe : Automatisation et Intégration dans une chaîne de production
    Peu de recherches faites sur les mini composants

    Début du 20ème siècle : l’entreprise allemande Lorch adaptait déjà la taille de la machine à la taille de l’objet qu’elle fabriquait. Elle était spécialisée dans la construction de micro-tours d’établi pour le domaine horloger. Lorch n'a jamais fait de grandes machines de taille industrielle , ce qui limite leur portée à tours de pas plus de 6 pouces ( 150 mm ) de hauteur de centre et avec la majeure partie de leur production étant plus petite précision de banc et les types d'horloger - un bien connu et de longue durée exemple étant le " Genève - modèle " Triumph " également produite , mais en nombre très limité..

    … et parmi ceux-ci, notre programme apporte des réponses possibles et concrètes, notamment au travers des gains liés à la miniaturisation …


  • … et parmi ceux-ci, notre programme apporte des réponses possibles et concrètes, notamment au travers des gains liés à la miniaturisation …


    Enjeux sociétaux:

    Diminution de la consommation Co2.
    En Suisse et en 2013, la part «Industrie» était de 21% et la part transport de 31%
    Diminution de la consommation énergétique:
    En Suisse et en 2013, la part «Industrie» était de 19% et la part «Transport» était de 35%

    Microfactories signifie micro-usines

    Les premiers projets de recherche en micro-machines ont réellement démarré au Japon, au milieu des années 1990.

    C’est au « Advance Manufacturing Research Institute [2] » (composante de l’AIST, National Institute of Advanced Industrial Science and Technology), que la première micro-machine, un tour qui tient dans la main, est apparue.


    1996 : Japon - Premier projet de recherche en micromachines
    Advanced Manufacturing Research Institute - (composante de l’AIST, National Institute of Advanced Industrial Science and Technology), que la première micro-machine, un tour qui tient dans la main, est apparue.

    Beaucoup de recherches menées  Taille des machines proposées trop réduites
    Concept Microfactories  Utiliser des technologies classiques mais en les miniaturisant
    Pas de réflexion globale d’intégration, pas de caractérisation statique et dynamique.
    Ratio taille machine /taille pièce peu utilisée
    Développements plus poussés pour l’automation, peu de développement industrialisable pour la machine-outil.
    Pas de réflexion sur : Périphériques, Evacuation des copeaux, Arrosage, Refroidissement…
    Pays actifs Micromachines : Japon, Corée
    Finlande, reste de l’Europe : Automatisation et Intégration dans une chaîne de production
    Peu de recherches faites sur les mini composants

    Début du 20ème siècle : l’entreprise allemande Lorch adaptait déjà la taille de la machine à la taille de l’objet qu’elle fabriquait. Elle était spécialisée dans la construction de micro-tours d’établi pour le domaine horloger. Lorch n'a jamais fait de grandes machines de taille industrielle , ce qui limite leur portée à tours de pas plus de 6 pouces ( 150 mm ) de hauteur de centre et avec la majeure partie de leur production étant plus petite précision de banc et les types d'horloger - un bien connu et de longue durée exemple étant le " Genève - modèle " Triumph " également produite , mais en nombre très limité..



  • Le démonstrateur d’une micromachine d’usinage 5 axes d’un format A3 se posant bientôt sur la table de votre salon ☺

    Les principales difficultés attendues ou rencontrées :

    ° Les faibles masses inertielles et les caractéristiques d’amortissement en découlant
    ° La forte influence des frottements et des micro-défauts géométriques
    ° La disponibilité de micro-composants à haute performance
    ° La régulation particulière liée aux faibles masses et les modes de couplage

    Et au-delà des caractéristiques affichées, quelques particularités supplémentaires:

    ° Une vitesse de broche à 400'000 tr/min et 300 W (en développement)
    ° Des outils de maxi 3mm de Ø
    ° des efforts de coupe en finition mesurés entre 20N (laiton) et 50N (inox)
    ° Une masse totale de 35 kg
    ° Un indicateur vitesse/accélération/précision particulièrement performant

    Un pilotage moderne, une CNC très performante, une machine interconnectée disponible In situ au sein d’un réseau de micro-usines.

    Une machine démocratisée qui, comme sa consœur l’imprimante 3D également réalisée au sein de la HES-SO, aura bientôt sa place à côté de votre machine à café!

  • Siams 2016: Le concept réellement considéré comme une Innovation avec un très fort potentiel sociétal

    Le Siams, c’est 14 visiteurs majoritairement experts dans les techniques microtechniques

    9 juin 2016: Création de ARCM (association de recherche communautaire en microtechnique autour du concept Micro5
    => 70 participants (Tornos, Almac, Willemin-Macodel, Posalux, Rollomatic, Précitram, Moratec, BC Technologie – ETA, Rolex, Cartier, Dixipolytool, Ulysse Nardin, DC Swiss, etc)

    EJHJ?



  • La réalisation qui en a découlé a déplacé le CF à St-Imier, sur proposition de son président, M. Johann Schneider-Ammann
  • Les industrielles ont été juste emballé par cette idée …
    EcoSwissmade va étudier la faisabilité de cette idée avec nos équipes de recherche
  • Les développements fondés sur les gains liés à la miniaturisation sont promis à un bel avenir, mais dans un avenir plus proche, que faire?
  • Design => Travailler sur la re-conception des machines
    Configuration => Simulation énergétique/développement d’algorithmes/Optimisation éco-énergétique
    Utilisation => Assistance pour l’opérateur (optimisation énergétique du processus de fabrication)
    Chaque machine est différente => étude au cas par cas => importance d’appliquer une méthode
  • Les industrielles ont été juste emballé par cette idée …
    EcoSwissmade va étudier la faisabilité de cette idée avec nos équipes de recherche
  • Les industrielles ont été juste emballé par cette idée …
    EcoSwissmade va étudier la faisabilité de cette idée avec nos équipes de recherche
  • Être neutre en C02 d’ici 2050, s’est raisonnable et responsable …
  • Merci de me donner l’opportunité de présenter nos nouvelles orientations et plan d’actions associés
  • Focus sur les industries suisses pour lesquelles le digital représente un facteur important d’innovation
  • Stimuler le développement économique de la SO en accompagnant la mutation de ses industries.
  • Les différentes formes de l’innovation
  • Notre objectif pour 2016-2017 et de répliquer les actions que nous avons mis en place dans l’industrie de la banque/Finance pour deux autres secteurs industriels.
  • Exemple des actions que nous engageons dans le domaine de l’industrie de la banque, Finance
  • Les technologies disponibles aujourd’hui permettent de conceptualiser différemment les zones industrielles et d’améliorer notre cadre de vie. J’ai le plaisir d’accueillir M. Y Cretegny Directeur de la Fondation des terrains Industriels de Genève et Président de Alp ICT. Yves va nous présenter sa vision pragmatique des développements et réaménagements des parc industriels.
  • La FTI, Fondation pour les terrains industriels de Genève
    est une fondation de droit public.
    Entité indépendante de l’État, Mission confiée par l’État
    Conseil d’administration est composé d’élu et de personnalité aux compétences déterminées, tous nommés par le Conseil d’État.
  • A sa création la FTI se voit dotée de terrains à mettre en valeur.
    Cette spécificité l’a rendue actrice dynamique du développement industriel du canton de Genève,
    grâce à la maitrise d’une grande partie du foncier et à son implication dans l’élaboration des plans d’urbanisme règlementaires.

    À l’occasion de l’élaboration de la nouvelle constitution, le peuple impose à l’État de respecter les principes de l’écologie industrielle.
  • Des produits complexes
    Le processus de finition très important
  • Parler de l’invetissement dans le réseau de chaleur à plan les ouates
    Parler de pole bio et des quartiers voisins

  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • www.louisbelet.ch
  • Forum Bimo 2016

    1. 1. *Association BIMO Technologies de l’information et de la communication de l’Arc Jurassien BIMO Forum 2016 L’Internet des objets au service de l’écologie industrielle Porrentruy, le 22 septembre 2016 www.bimo.ch
    2. 2. 2 Elle regroupe aujourd'hui principalement des sociétés dans les domaines suivants :  Informatique et Internet  Organisation de bureau  Audiovisuel et Multimédia  Sociétés possédant un service informatique  Formation professionnelle ayant un lien avec les secteurs précités L’association BIMO Dans les grandes lignes … Nos derniers forums en date :  Mobilemonday à Delémont "m-tourisme » (2010)  Jura Security Days et Jurackerfest (2011)  Forum Jura Security Days avec PricewaterhouseCoopers SA (2012)  Big Data & Employé 2.0 (BYOD) avec la participation de IBM (2013)  Scannage et impression 3D métallique pour l’industrie (2014)  Industrie 4.0 (2015)
    3. 3. 3 Jean-Pierre Bendit Coprésident de l’association BIMO Bienvenue à notre forum L’Internet des objets au service de l’écologie industrielle Bien évidemment cet évènement n'aurait pas pu être organisé sans la collaboration et le soutien financier de nos partenaires :
    4. 4. La Division Technique, c’est:  750 apprentis et étudiants  Près de 30 formations (AFP, CFC, MPT, ES)  une Ecole de métiers techniques (EMT)  une Ecole professionnelle technique (EPT)  une filière Maturité professionnelle technique (MPT)  une Ecole supérieure technique (EST), niveau tertiaire non-universitaire  85 enseignants (65 EPT)  11.5 millions CHF de charges de fonctionnement  Nombreuses connexions et partenariats, par exemple: • Stages et travaux de diplômes en entreprises; • Projets FormaTTec; • Métiers techniques au féminin; • Projets entreprendre ensemble (création d’entreprises)
    5. 5. 5 Pierre-Arnauld Fueg Domaines d’activités principaux : • Communication • Développement Économique • Conduite du Conseil Municipal • Collaboration Intercommunale • Relations avec les autorités cantonales et fédérales • Relations avec le conseil de ville • Relations avec les entreprises / hôpital Maire de Porrentruy Bienvenue à Porrentruy Ville engagée pour l’industrie et les technologies
    6. 6. 4 Yannick Guerdat Coprésident de l’association BIMO Un forum Trois intervenants Un regard tourné vers l’avenir Avec pour thème : L’Internet des objets au service de l’écologie industrielle, cette année BIMO Forum revient pour présenter un sujet lié à une technologie d’avant- garde ! Comment nos actions durables peuvent améliorer notre compétitivité
    7. 7. 9 Lionel Socchi Partenaire principal de la BIMO Promotion Économique République et Canton du Jura Titulaire d’un diplôme d’Economiste d’Entreprise HES, Lionel Socchi agit en tant que représentant de l’État pour soutenir la formation professionnelle en entreprise.
    8. 8. Promotion économique : Partenaire principal du BIMO Forum 2016 Lionel Socchi 22 septembre 2016
    9. 9. Prestations Soutiens financiers + fiscaux Accompagnement démarches avec administrations publiques Intermédiaire avec les investisseurs Conseil et assistance lors du processus d’implantation Information économique et réseautage Aide à la recherche de collaborateurs Soutien à la commercialisation Recherche de locaux
    10. 10. Importance de la thématique internet des objets + écologie industrielle • Industrie 4.0 • Usine intelligente • Industrie et collectivités publiques
    11. 11. • « L’introduction de nouvelles technologies est considérée par 72,3 % des PME suisses sondées comme importante à très importante pour gagner en compétitivité » – Sondage Credit Suisse, août 2016 • « L’industrie 4.0 constitue une des priorités stratégiques pour les entreprises du secteur industriel dans le monde entier : elles prévoient d'investir plus de 900 milliards de dollars par an dans leur transformation digitale d’ici 2020 » – étude PWC, avril 2016
    12. 12. Prof. Claude Jeannerat : responsable du groupe de compétences "conception de moyens de production" de la HE-Arc domaine ingénierie Etat de l’art sur l’éco-manufacturing et présentation de projets menés dans le cadre du programme de la HES-SO "EcoSwissMade"
    13. 13. Conception des moyens de production 22 septembre 2016 14
    14. 14. 15 2030 l’éco-manufacturing n’est plus une utopie Intervenant: Prof. Claude Jeannerat Haute Ecole ARC-Ingénierie
    15. 15. Une réalité 16Emploi dans le secteur secondaire Office fédéral de la statistique, février 2015
    16. 16. 17 L’approvisionnement en énergie … un enjeu planétaire
    17. 17. 18 Changement sociétaux Législat ion Contexte économiq ue • Niveau de vie élevé • Franc fort • Pas de ressources naturelles • Empreinte carbone • Recyclage • Labellisation • Politique énergétique • Politique du territoire • Relocalisation • Individu connecté exigent • Génération du numérique Contexte actuel
    18. 18. Vision et objectifs 19 Pérenniser l’adéquation entre les besoins industriels et sociétaux futurs par le développement de technologies éco-économiquement efficientes, moins gourmandes en ressources et durables … un pas en direction du Clean Engineering ou Ecologie industrielle! Un changement radical de paradigme … faire aussi bien … mais avec beaucoup moins
    19. 19. Programme de développement HES-SO 2013-2020 20
    20. 20. Thèmes de nos recherches 21 Efficience des moyens de production Impression 3D de composants métalliques ou céramiques complexes Technologies innovantes à fort potentiel et durabilité Performance industrielle (Clean-manufacturing) Efficience intrinsèque Industrie 4.0 Efficience numérique 21
    21. 21. Initiative Suisse «Industrie 2025» 22 Industrie 4.0 ° L’initiative Suisse 2025 traduit industrie 4.0 en opportunités et risques, ci-dessous les titres de son contenu. ° Avantages sur le marché grâce à davantage de rapidité ° Gain en efficience et en efficacité ° Augmentation de la capacité d’adaptation et de la flexibilité ° Avantage en terme de coûts ° Ouverture à de nouveau champs ou modèles d’activité ° Cohésion en production de masse et fabrication personnalisée ° Modernisation du manufacturing (image et attractivité) ° Perte de contrôle, les décisions sont déléguées à des systèmes autonomes ° Les systèmes et structures complexes sont plus difficiles à maîtriser ° L’ouverture des TI vers l'extérieur recèle des risques en matière de protection des données, de protection de la propriété intellectuelle et permet la manipulation des systèmes de production OpportunitésRisques
    22. 22. Une problématique traitée Comment usiner de manière efficiente un cube de 50 mm d’arête? 23
    23. 23. 24 Faible taille des objets Miniaturisation de l’outil de production Miniaturisation des usines Efficience intrinsèque ° Gain énergétique : 10 - 20 ° Gain de place : 3 – 5 ° Ratio structure/pce : 5/1 ° Pas de perte de qualité d'usage Consommation: < 400W !  Environnement plus attractif (image)  Optimisation des ressources et surfaces  Reconfiguration facilitée et flexibilité  Production « ou il faut » Notre projet phare
    24. 24. 25 Caractéristiques Micro5 Haute efficacité énergétique Haute dynamique Bonne capabilité intrinsèque d’obtention de la qualité Très bon comportemen t thermique Faible encombrement au sol Faible pollution sonore Fort potentiel d’innovation HE-Arc Ingénierie usinage sur la micro5
    25. 25. 26 Valorisation
    26. 26. Cette réalisation a déplacé le Conseil Fédéral à St-Imier! 27
    27. 27. … et stimulé la créativité de nos étudiants 28
    28. 28. … mais dans quel timing ! 29 2018 2020 2025 2030 … travailler avec les fondements de l’éco-manufacturing Pour une MO de 10kW et 200’000 CHF inv. 40’000 CHF de consommation électrique sur 10 ans! Non- négligeabl e Extrapolation institut Fraunhofer
    29. 29. Moyens d’action 30 2018 Gains totaux possibles: 20-40% > 1/3 de la part énergétique ! Chaque machine est différente ≤ 15 % de gain possible ! Industrie 4.0
    30. 30. Ou chercher ? 31 2018 La chaleur dans la production Principale source de perturbation - Incertitudes géométrique - Usure prématurée - Casse d’outils Refroidir = consommation supplémentaire - Gradients de température - Fluctuation thermique - Fiabilité réduite Nous visons - L’usine froide - Autant d’énergie que nécessaire
    31. 31. En conséquence 32 2018 Réduction de l’investissement grâce à l’élimination des cascades inefficaces Moins de chaleur dans le processus Moins de liquide de coupe Moins de refroidissement Pompes moins puissantes Moins de chaleur dans l’air Moins de climatisation
    32. 32. 33 Alors pourquoi pas … Markus Lehni, responsable environnement et énergie du groupe Novartis Le QJ / L’impartial / 09.09.2016
    33. 33. Un partenariat gagnant-gagnant Fort d’une collaboration dynamique et exigeante avec la société Tornos SA, nous participons activement aux développements et à la mise en application des principes présentés grâce à: ° TISIS pack connectivité (Industrie 4.0) ° TISIS pack «Efficience énergétique» ° TISIS pack «Condition monitoring» Merci de votre attention Claude.jeannerat@he-arc.ch +41 76 557 22 26 34 2030 l’éco-manufacturing n’est réellement plus une utopie
    34. 34. Alp ICT est une initiative des cantons de Berne, Fribourg, Vaud, Valais, Neuchâtel, Genève, et Jura et soutenue par le SECO au titre de la NPR
    35. 35. LA DIGITALISATION DES INDUSTRIES NOTRE CONTEXTE
    36. 36. FOCUS LES INDUSTRIES SUISSES EN MUTATION BANKING, TRADING, INSURANCE WATCH, LUXURY, SPORT TOURISM HEALTH MANUFACTURING CLEANTECHSECURITY
    37. 37. TO CONNECT THE DOTS… NOTRE MISSION
    38. 38. ACTION CONNECTER INNOVATION & INDUSTRIES Banking, Trading, Insurance Watch, Luxury, Sport Tourism Health Manufacturing Cleantech Security FINTECH E & M-HEALTH SMARTFACTORY INNOVATION CRYPTO & DATAWEARABLES SMARTCITYE & M-TOURISME
    39. 39. POUR 2017 NOTRE PROGRAMME
    40. 40. 2. RÉPLIQUER COUVRIR 2 VERTICALES SUPPLÉMENTAIRES BANKING, TRADING, INSURANCE WATCH, LUXURY, SPORT TOURISM HEALTHMANUFACTURING CLEANTECHSECURITY
    41. 41. FINTECH SMARTFACTORY RÉPLIQUER LE PLAN D’ACTIONS
    42. 42. SMARTFACTORY FOCALISATION
    43. 43. SMARTFACTORY UN VERITABLE ENJEU POUR L’INDUSTRIE SUISSE ÉVÉNEMENTS CIBLÉS MISSION ÉCONOMIQUE
    44. 44. L’Analyse automatique des données au service de la performance industrielle
    45. 45. SMARTCITY FOCALISATION
    46. 46. SMARTCITY DES INITIATIVES FORTES ÉVÉNEMENTS CIBLÉS MISSION ÉCONOMIQUE À VENIR EN 2016… PROJETS PILOTES SMARTCITY by à Neuchâtel
    47. 47. Prochains événements (liste non exhaustive) SMART CITY DAY 2016 Troisième édition 29 septembre 2016 - 13h00 à 18h30 Théâtre du Passage - Neuchâtel
    48. 48. Convergence-Interaction SmartCity-SmartFactory
    49. 49. WWW.ALPICT.COM BLOG.ALPICT.COM MERCI DE VOTRE ATTENTION
    50. 50. Des zones industrielles pilotées par ordinateurs ? Réflexions sur les territoires intelligents et durables Yves Cretegny – 22 septembre 2016 – BIMO
    51. 51. ID 0.8 ID 0.7 ID 1.2 ID 1.0 ID 1.4 ID MOYEN 1 • FTI : un opérateur urbain vieux de 55 ans • Les zones industrielles sources d’opportunités pour la coopération interentreprises et l’écologie industrielle • Les écoParcs vers des quartiers d’activités innovants • Quelques exemples Agenda
    52. 52. Chantier la Praille 1960 Le 28.06.1958, création de la FTI dans le but d’assurer la mixité et la diversité de l’économie genevoise Un outil de développement économique utilisant des outils fonciers et immobiliers En 2012, complément de mission pour la FTI : Constitution du canton de Genève de 2012 Art. 161 Ecologie industrielle : L’Etat respecte les principes de l’écologie industrielle. Il met en œuvre une politique de réduction à la source des déchets, particulièrement ceux qui sont les plus dommageables pour l’environnement. La mission
    53. 53. Zones Industrielles - Chiffres clés 53 zones industrielles 5% de la zone à bâtir du canton 714 ha de terrains (423 ha gérés par la FTI) 52% en mains d’acteurs publics 4’305 entreprises installées 58’598 emplois dans 517 secteurs économiques différents ~16% du PIB et des emplois du Canton 25 collaborateur-trice-s 20 à 40 millions d’investissements annuels dans le développement des zones SOL ECO FTI
    54. 54. Zones Industrielles – Evolution des emplois
    55. 55. Une industrie diversifiée sources d’opportunités 15,824 8,986 7,273 6,870 3,894 3,732 2,863 2,519 2,512 2,129 1,706 1,667 1,424 1,105 450 0 5,000 10,000 15,000 20,000 Divers Horlogerie, bijouterie Commerce de gros Construction (entrepreneurs, matériaux, équipements) Transports et demenagement Autres industries manufacturières (filatures, textiles, matières… Industrie chimique Vehicules (garages, carrosseries, fournitures automobiles, etc.) Informatique (bureautique, logiciels, internet,… Industries alimentaires, des boissons et du tabac Equipements electriques, et electroniques Ressources, energies, recyclage, dechets Fabrication de machines et d‘équipements, mécanique de… Medical, biotechnologie, recherche scientifique et développement Imprimerie, arts graphiques, designers Emplois par catégories NOGA simplifiées (2015 – REG)
    56. 56. ZIMEYSA – COLAS GENEVE SA
    57. 57. ZIPLO - BRACCO
    58. 58. ZILI – KUGLER – BIMETAL
    59. 59. ZIMEYSA – ATAR
    60. 60. Enjeux territoriaux et de marchés Economicité dans l’usage du sol Ratio nuisances - retombée économi- ques Développe- ment sur du bâti Mutation écologique et urbaine Nouveaux acteurs immobiliers industriels Question- nement sur le zoning
    61. 61. La densité dans les entreprises industrielles Capacité de mutualiser l’usage de l’espace • Risques de la cohabitation vs opportunités d’innovation et de synergie • Diversité vs homogénéité des niveaux d’émissions et d’exigences Verticalisation des flux (Production & stock) • Miniaturisation vs concentration des opérations • Risques de blocage des flux rampes vs montes charges Dimension économique • Coût de la surface vs valeur ajoutée par M2 • Utilisateur propriétaire vs locataire
    62. 62. Développement des hôtels industriels Hôtel Industriel Dent-de-loup Route du Pont Butin, Lancy Zone ZDIA Pont Butin Type de contrat Location Type d'objet Locaux Activités Artisanal, industriel, commerciales et/ou administratives Statut du projet En projet Surface Environ 53‘000 m2
    63. 63. Vers les écoParcs industriels Considérant 1. la rareté des locaux et terrains disponibles, liée à l’exiguïté du territoire et à la préservation des zones agricoles, 2. la transformation rapide et fondamentale des métiers industriels (mondialisation, tertiarisation, numérisation, technicité), 3. la réticence naturelle des communes et des riverains face aux nuisances, 4. l’arrivée de nouveaux (grands) acteurs de l’immobilier industriel, 5. le niveau insuffisant de coordination et de connections au sein des ZI, 6. la nécessité de promouvoir une offre territoriale attractive et compétitive.
    64. 64. Un écoParc Industriel est une zone industrielle et artisanale conçue de manière participative et gérée de manière active notamment par l’association des entreprises en présence qui interagit positivement avec la collectivité et le territoire. Ses principes d’aménagement, sa gouvernance de proximité et ses usages concourent à soutenir la performance économique, environnementale et sociétale tant des entreprises que de la communauté d’accueil. On parle d’écoParc industriel positif dès lors que la zone prise au sens large produit par exemple davantage d’énergie qu’elle n’en consomme. Qu’est-ce qu’un écoParc industriel?
    65. 65. Un écoParc industriel s’inspire de 5 principes : Gouvernance active Des partenariats sont conclus entre les entreprises, les Communes et la collectivité afin d’obtenir un alignement sur les objectifs et d’optimiser les interrelations et l’utilisation des ressources. Stratégie d’implantation La localisation et la proximité des différentes activités deviennent un critère de durabilité et de diversification. Symbiose territoriale et énergétique Les entreprises intègrent le même cycle d’utilisation des ressources, les résidus de production de l’une devenant les ressources d’une autre ou de la collectivité. Mutualisation Les entreprises partagent des services, des ressources, des infrastructures: parkings, restaurants, surveillance, image, traitement des nuisances, espaces verts intégrés, ... Bâti faible impact Les bâtiments et les sites sont conçus pour minimiser leur empreinte écologique. L’éco- mobilité des personnes et marchandises est prise en compte.
    66. 66. Mise en œuvre écoParc - grands chantiers de la FTI Gouvernance de proximité Bases légales Gestion de projets immobiliers Valorisation des zones, renommage Monitoring Politique d’animation et communication Projets d’infrastructures
    67. 67. Politique d’animation et communication Atelier participatifs des écoParcs Zibay et Zirian
    68. 68. Gouvernance de proximité Élaboration d’une gouvernance participative de proximité Entreprises de la zone Employés de la zone Riverains concernés Représentants des entreprises Représentants des communes Représentants de L’Etat et de la FTI Riverains Employés Rôle : • Réunir les acteurs • Développeur • Gardien des valeurs Rôle : • Faire réaliser les décisions • Application des plans directeurs • Veiller à l’exécution Rôle : • Être visible • Collecter les besoins • Transmettre les propositions FTI État Toutes les instances étatiques transmettre des compétences Écosystème de l’écoParc Industriel Commission écoParcs Industriels Communes
    69. 69. Politique d’animation et communication Objectifs: • Communiquer sur l’actualité en matière d’écologie industrielle à Genève et au-delà • Mettre en relation les acteurs et les parties prenantes • Favoriser l’échange d’expériences, d’actualités, de compétences au travers de discussions entre les membres • Mettre à disposition des acteurs économiques les outils nécessaires à la réalisation de projets Mettre à disposition des acteurs publics et privés genevois une plateforme collaborative dédiée à l’écologie industrielle
    70. 70. Politique d’animation et communication
    71. 71. Exemple de projet – Energie - Réseau de chaleur ↓ Identifier les rejets et les besoins de chaleur ↓ Monter un projet avec des partenaires métiers ↓ Livrer de l’énergie compétitive aux industrielles et aux riverains Symbiose
    72. 72. CAD ZIPLO – le projet REJETS THERMIQUES EAU CHAUDE 55°C ● Réseau de valorisation des rejets de chaleur à basse température provenant des activités de Safe Host SA (data center) avec possibilité d’extension aux autres industries de la ZIPLO ● Une centrale de production de chaleur dans laquelle la chaleur fatale subit une élévation de la température au moyen de pompes à chaleur. La centrale thermique est équipée avec un secours au gaz qui permet un approvisionnement continu en chaleur en cas des toutes défaillances ● Un réseau de distribution de chaleur dans la ZIPLO avec possibilité d’extension en direction du GP Cherpines
    73. 73. CAD ZIPLO – le projet
    74. 74. CAD ZIPLO – retour d’expérience 1. Un cadre légal pas toujours adapté et incertain 2. La mesure de la performance environnementale et économique incertaine 3. Le phénomène de la masse critique 4. Le tiers opérateur indispensable 5. Le portage temporel
    75. 75. Etude de faisabilité d’un pôle déchet au PAV, esquisses d’implantation Projets d’infrastructures
    76. 76. FTI Fondation pour les terrains industriels de Genève Av. de la Praille 50 | Carouge T. +41 (0)22 342 21 60 www.fti.geneve.ch | marc.sneiders@fti.geneve.ch
    77. 77. Sébastien Meunier Production Technologies BIMO – 22 SEPTEMBRE 2016
    78. 78. BIMO – 22 SEPTEMBRE
    79. 79. BIMO – 22 SEPTEMBRE 2016 NOTRE NOUVEAU SITE INTERNET
    80. 80. Vielen Dank! BIMO 22 SEPTEMBRE 2016 Sébastien Meunier, sebastien.meunier@baselarea.swiss
    81. 81. Des actions durables pour une meilleure compétitivité 22.09.2016
    82. 82. ECOLOGIE INDUSTRIELLE CHEZ BELET 3 piliers: 1. Localisation 2. Bâtiment et installations techniques 3. Processus
    83. 83. 1. LOCALISATION – ZONE MIXTE Avantages • Mobilité optim. (<CO2) • Conciliation vie privée/prof. • Fidélité • Sécurité • Proximité services (poste, mag, gym) • Cadre de travail • « Pression » pour réduction nuisances • Potentiel de partage des ressources
    84. 84. 2. BATIMENTS ET INSTALLATIONS TECHNIQUES • Fonctionnement en symbiose • Deux axes de travail: 1. Le bâtiment doit être économe en énergie 2. Les « rejets » dégagés par l’activité de production doivent être exploités par et pour le bâtiment
    85. 85. ACTIONS REALISEES AU NIVEAU DES BATIMENTS • 1990: agrandissement, locaux mieux isolés, remplacement du chauffage à mazout par PAC + géothermie  l’entreprise n’émet plus de CO2 de manière directe • 2000: nouvelles PAC+géothermie • 2009: bâtiment encore mieux isolé atelier auto-suffisant en chauffage bâtiment administratif
    86. 86. OPTIMISATION des REJETS générés par l’ACTIVITE DE PRODUCTION • 1948: chauffage par poêle à bois et étoupes récupérées • 2000: CENTRALISATION du stockage et de la distribution d’huile de coupe • 2009: idem qu’en 2000, plus CENTRALISATION de la ventilation, du refroidissement
    87. 87. CENTRALISATION
    88. 88. CENTRALISATION symbiose bâtiment, machines et installations techniques
    89. 89. CENTRALISATION intégrée Besoins en filtration ↓ ↓ Chauffage atelier (récup. chaleur machines) Chauffage bâtiment administratif (récup. chaleur huile) Investissements ↑ ↑ Potentiel supplémentaire! Maintenance ↓ ↓ Refroidissement optimisé
    90. 90. 2015 – le BATIMENT DEVIENT PRODUCTEUR D’NRJ • 1’000 m2 de panneaux solaires • Permet de faire fonctionner > 20 machines par beau temps • Couvre 12% de notre consommation annuelle • Production locale – consommation locale
    91. 91. 3ème pilier d’ACTIONS: les PROCESSUS internes • Description des flux et suivi des entrées/sorties: • De matières • D’énergies Optimisation de ces flux Que recycler, comment? Peut-on diminuer les entrées? Les sorties?
    92. 92. Et l’INTERNET DES OBJETS DANS TOUT CA? • Les principaux systèmes sont connectés • Ctrl à distance et suivi des pannes des systèmes de ventilation, chauffage, refroidissement, prod. solaire  l’IoT est un OUTIL.
    93. 93. Et la SUITE? • Jusqu’ici, le focus était mis sur: Comment optimiser/récupérer les déchets/rejets générés par notre activité? • Demain, focus à mettre sur: Diminution de la PRODUCTION des déchets/rejets INNOVATION Machines plus performantes Processus plus efficaces Nouveaux produits
    94. 94. CONCLUSION ECO-LOGIQUE = ECO-NOMIQUE • Un comportement écologique engendre des bénéfices économiques  compétitivité • Investissements ↑ - Frais de fonctionnement ↓ • Pas compatible avec une vision de rendement à court terme
    95. 95. *Questions Réponses Posez vos questions à nos intervenants
    96. 96. 9 Charles Juillard Président du Gouvernement en 2016 République et Canton du Jura
    97. 97. *Association BIMO Vous êtes tous conviés à l’apéritif réseautage

    ×