Ref2005

2 950 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 950
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
57
Actions
Partages
0
Téléchargements
198
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ref2005

  1. 2. Principes de base concernant la formation de nos élèves
  2. 3. SIGNIFICATION DES NIVEAUX : B0V B1V B2V BR et BC Formation à la prévention des risques d’origine électrique. Elle est limitée aux travaux et aux interventions réalisés sur des ouvrages TBT ou basse tension BTA : 500 V en courant alternatif 750 V en courant continu
  3. 4. Formation en deux étapes. Les formations comprennent deux étapes successives : - Une formation théorique suivi d’une validation. - Une formation pratique suivi d’une validation. Pour un niveau d’habilitation donné, l’obtention des validations théorique et pratique entraîne la certification correspondante (sauf pour l’habilitation BC).
  4. 5. Carnet individuel d’habilitation. Les formations, les validations correspondantes et les certifications sont consignées dans le carnet individuel de formation.
  5. 6. Titre d’habilitation lors des stages en entreprise. L’habilitation est nécessaire pour tout élève ayant à intervenir sur certaines installations électriques au cours de son stage en entreprise (BO n°4 du 23/01/97).
  6. 7. <ul><li>Titre d’habilitation lors des stages en entreprise. </li></ul><ul><li>Ce titre, spécifique à l’entreprise pour la période concernée, est délivré par l’employeur en fonction : </li></ul><ul><li>des connaissances techniques de la personne à habiliter ; </li></ul><ul><li>de son aptitude médicale ; </li></ul><ul><li>des certifications consignées dans </li></ul><ul><li>le carnet d’habilitation. </li></ul>
  7. 8. <ul><li>Démarche de prévention des risques électriques. </li></ul><ul><li>Elle doit s’inscrire dans une démarche de prévention fondée sur la capacité : </li></ul><ul><li>d’analyser les risques ; </li></ul><ul><li>de définir et de mettre en œuvre des mesures de prévention adaptées. </li></ul>L’ensemble des risques (électriques et autres) doit être analysé dans le cadre de travaux ou d’interventions effectués sur des ouvrages électriques. Cette analyse est réalisée par un chargé de travaux ou par un chargé d’intervention, afin que la tâche puisse être réalisée en toute sécurité.
  8. 9. Personne Phénomène dangereux : Énergie électrique Événement déclencheur : contact entre la personne et les pièces nues sous-tension. Situation dangereuse : travailler à proximité de pièces nues sous-tension. électrisation Dommage :
  9. 10. Principes généraux de prévention. Étape 1 : supprimer le danger ou phénomène dangereux. Le travail hors tension doit toujours être privilégié en réalisant une consignation électrique (cf. chapitre 4.1 UTE C 18-510).
  10. 11. Principes généraux de prévention. Étape 2 : mettre en œuvre des mesures de protection collective. Si l’ouvrage ne peut être consigné, toutes les mesures doivent être prises pour supprimer le voisinage : pose d’écrans et balisage.
  11. 12. Principes généraux de prévention. Étape 3 : mettre en œuvre des mesures de protection individuelle. Si l’ouvrage ne peut être consigné et si la suppression de voisinage ne peut être obtenue alors l’intervenant doit porter les EPI.
  12. 13. Le nouveau référentiel d’habilitation électrique.
  13. 14. SIGNIFICATION DES NIVEAUX : B0V B1V B2V BR et BC Il existe 5 niveaux d’habilitations possibles en fonction des diplômes préparés. avant 2 tâches, aujourd’hui 1 tâche. avant 4 tâches, aujourd’hui 3 tâches. avant 7 tâches, aujourd’hui 3 tâches. avant 7 tâches, aujourd’hui 4 tâches. avant 5 tâches, aujourd’hui 2 tâches. Avant 25 tâches. Aujourd’hui 13 tâches.
  14. 15. Il existe au total 13 tâches dans le nouveau référentiel.
  15. 17. Bacs Technologiques et Bacs Pro
  16. 18. BP et BEP
  17. 19. CAP
  18. 20. <ul><li>La formation théorique doit s’appuyer. </li></ul><ul><li>sur des démonstrations concrètes du professeur en utilisant les systèmes présents dans l’établissement (habitat, tertiaire, et industriel) pour la filière génie électrique. </li></ul><ul><li>sur des vidéos, DVD présentant le contexte professionnel. </li></ul><ul><li>sur des logiciels de formation et de certification. </li></ul>
  19. 21. Formation pratique : Elle doit être intégrée dans les TP tournants de fabrication, mise en service, mesurage industriel, maintenance, etc. Ces TP intègrent forcément des tâches liées à l’habilitation électrique. L’évaluation pratique se fera elle aussi au cours de TP tournants. Ces TP devront contenir obligatoirement les tâches de validation du référentiel d’habilitation.
  20. 22. BOV : 1 tâche
  21. 23. Module de formation B1V (3 tâches) : La mise en œuvre du module de formation B1V se limite à la mise en œuvre des tâches professionnelles du B1V (3 tâches) et des tests théoriques associés. Les contenus de la formation d’indice 1 englobent ceux de l’indice 0. L’habilitation B1V entraîne l’habilitation B0V.
  22. 24. B1V : 3 tâches
  23. 25. B1V : 3 tâches
  24. 26. B1V : 3 tâches
  25. 27. Module de formation B1V-BR (4 tâches) : La mise en œuvre du module de formation B1V-BR se limite à la mise en œuvre des tâches professionnelles du BR (4 tâches) et des tests théoriques associés. Les contenus de la formation BR englobent ceux du B1V. L’habilitation BR entraîne automatiquement une habilitation B1.
  26. 28. BR : 4 tâches
  27. 29. BR : 4 tâches
  28. 30. BR : 4 tâches
  29. 31. BR : 4 tâches
  30. 32. Module de formation B2V-BR-BC (9 tâches) : La mise en œuvre du module de formation B2V-BR-BC se limite à la mise en œuvre des tâches professionnelles du B2V (3 tâches), du BR (4 tâches) et du BC (2 tâches). Les contenus de la formation B2V englobent ceux du B1V et du B0V. L’habilitation B2V entraîne les habilitations B1V et B0V.
  31. 33. B2V : 3 tâches
  32. 34. B2V : 3 tâches
  33. 35. B2V : 3 tâches
  34. 36. BC : 2 tâches
  35. 37. BC : 2 tâches
  36. 38.  Moyens (matériels) dont devraient disposer normalement les enseignants.
  37. 39. Il faut signaliser les zones à risques dans les locaux Casque avec écran facial (EN166) 6
  38. 45.  Aide au niveau pédagogique : centre de ressources
  39. 50.  LE CARNET D’HABILITATION
  40. 53.  Élaborations d ’I P S
  41. 54. INSTRUCTIONS PERMANENTES DE SECURITE : Des instructions permanentes de sécurité claires doivent être rédigées par l’équipe pédagogique en fonction des locaux, des matériels et des activités proposées aux élèves. Tout élève qui ne respecte pas les consignes de sécurité, peut mettre en danger sa propre vie ainsi que celles de ses camarades. Que faire dans ce cas ? Le problème doit être posé clairement par l’équipe pédagogique à la direction et au CHS de l’établissement qui doivent alors proposer des solutions immédiates.
  42. 55. FICHE CONTENANT LES I. P. S. : Cette fiche peut contenir : Un rappel sur les dangers de mort liés à la formation. Les consignes de sécurité que doivent appliquer obligatoirement les élèves. Les tenues adaptées en fonction des activités, etc... Les remédiations en cas de non respect des consignes. Les signatures suivantes: Proviseur ou Chef des travaux Les enseignants, l’élève et les parents
  43. 58. INSTRUCTIONS PARTICULIERES DE SECURITE : L’équipe pédagogique doit rédiger des instructions particulières de sécurité lors de l’emploi d’outils ou d’appareils de mesure présentant des risques particuliers. De même, il peut exister des instructions particulières de sécurité associées à un poste donné : Pour le “Transgerbeur” par exemple, ne pas entrer dans l’enceinte du magasin si le système n’a pas été totalement consigné et sans autorisation préalable du professeur. Des pancartes comportant des consignes de sécurité doivent être fixées sur les murs des locaux à risques.
  44. 59. LE PPSPS, nouvelle compétence pour le BEP des métiers de l’électrotechnique et le Bac-Pro ELEEC. PRENDRE EN COMPTE LE P LAN P ARTICULIER DE S ECURITE ET DE P ROTECTION DE LA S ANTE ET DE L’ENVIRONNEMENT. Les Instructions particulières et/ou permanentes de sécurité rédigées par l’équipe pédagogique doivent être intégrées au PPSPS ainsi que les recommandations l’UTE C18-510 et toutes autres prescriptions liées à la santé et l’environnement. Le respect des règles élémentaires de sécurité devient enfin une compétence clairement identifiée du référentiel.
  45. 60. Classeur De l’élève Instructions permanentes de sécurité (signatures) ATELIER Instructions particulières en atelier Outil A Consignes de sécurité ESSAIS SUR SYSTEMES Système A Consignes de sécurité dans le dossier technique Instructions particulières en salle de systèmes Salle de systèmes
  46. 61. L’enseignant se doit de connaître les normes principales associées à sa discipline et être capable d’analyser les risques liés aux activités qu’il propose à ses élèves en apportant des solutions. CEI 1010
  47. 62.  Risques électriques dans une armoire consignée ou pas :
  48. 63. Câble d’arrivée et bornes de raccordement
  49. 64. Appareillage en amont du sectionneur
  50. 65. Matériel non IP2X
  51. 66. Présence d’un onduleur et circuit associé
  52. 67. Batterie de condensateur
  53. 68. Appareillage avec condensateur
  54. 69. Nous sommes les premiers responsables de la sécurité de nos élèves Nous devons donc les informer sur les risques généraux liés à chacune de leurs différentes activités. Nous devons proposer à l’élève des solutions pour qu’il puisse se préserver de ces risques. Et surtout, nous devons les former à l’analyse des risques qu’ils rencontrent pendant leurs activités et à proposer eux même des solutions. EN RESUME LORS DE LA FORMATION DE NOS ELEVES :

×