Cheikh Abou Yousouf Madhat Al-Farrâj (Hafidahou Allah) dit : أن تكفير المشركين ، الذين عبدوا مع الله غيره ، ليس من أصل الد...
de la religion. Mais cet annulatif et ce Houkm possède des conditions, parmi lesquelles : 1.Que la mécréance commise soit ...
Réf: Charh Moufîd Al-Moustafîd P242. On voit donc que le Cheikh considère le Takfîr des Moushrikines comme l'un des plus g...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le lien entre le takfîr des moushrikîn et asl ad dîn abou salmân

283 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
283
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le lien entre le takfîr des moushrikîn et asl ad dîn abou salmân

  1. 1. Cheikh Abou Yousouf Madhat Al-Farrâj (Hafidahou Allah) dit : أن تكفير المشركين ، الذين عبدوا مع الله غيره ، ليس من أصل الدين ، الذي يجب على كل عبد القيام بو حتى يصح إسلامو ويقبل إيمانو "Le Takfir des Moushrikines qui avec leur adoration d'Allah, adorèrent autre que Lui, ne fait pas partie de Aslou Addîne que chaque serviteur se doit de réaliser autrement son islam ne serait pas valide et son Imân refusé (ou d'une autre manière : ne fait pas partie du Asl du Dîn que chaque serviteur se doit de réaliser afin que son Islam soit valide et son Imân accepté)" Référence : Charh Moufîd Al-Moustafîd P255. Il dit aussi : ما زال العلماء جيلاً بعد جيل ، وقرناً بعد قرن يقررون كفر من شك في كفر الكافر ، وأنو ناقض من نواقض الإسلام يخرج صاحبو من الملة بالكلية . ولكن لهذا شروط منها : أ* أن يكون الكفر الذي وقع الكافر فيو كفراً أكبر مجمعاً عليو ، فلا - يدخل في ىذا الكفر المختلف فيو ألبتة . ب أن يكون كفر ىذا الكافر معلوماً بالاضطرار من دين الإسلام ، بحيث - يكون الشك فيو بمثابة الشك في نص صحيح ثابت بالتواتر . جـ أن تقام الحجة ، وتزال الشبهة ، فإن استمر الشك بعد ذلك حكم - بالكفر على صاحبو " Les savants ne cessèrent générations après générations et siècle après siècles, d'affirmer et établir la mécréance de celui qui ne fait pas le Takfir du Kafîr, et que cet acte (s'abstenir du Takfir du Kafir) est un annulatif de l'Islam qui exclue totalement
  2. 2. de la religion. Mais cet annulatif et ce Houkm possède des conditions, parmi lesquelles : 1.Que la mécréance commise soit une mécréance majeure qui fait l'objet d'une unanimité. La mécréance sujette à divergence entre les savants n'est donc en aucun cas concernée. 2. Que cette mécréance soit connue par nécessité en islam, de telle sorte que le doute quant à la mécréance de celui qui la commet reviendrait d'une manière directe à douter sur un texte authentique certains dans son affirmation(1). 3. Que les preuves lui soient présentées et exposées(2) et que ses ambiguïtés soient dévoilées, si le doute persévère après ça, il sera alors statué de sa mécréance. " Référence: Charh Moufîd Al-Moustafîd P241-242. Et dans le même moment regardons ce que dit le Cheikh avant ça dans le même ouvrage : أن تكفير المشركين المستند إلى البرىان والدليل من أعظم دعائم الدين ، فبو ينقمع الشرك وأىلو ، وبو ينفصل سبيل المؤمنين عن سبيل المجرمين ، وبو يتحقق أجل أصول الملة ، المتمثل في الكفر بالطاغوت ، والبراءة من الشرك والمشركين . ولا أدل على ذلك من كون الشرع حكم على أن من شك في كفر الكافر يكون كافراً مرتد اً Le Takfîr des Moushrikines qui est basée sur un Bourhân (une preuve évidente) et un Dalîl est l'un des plus grands piliers de la religion. Par son bias le Shirk et les Moushrikines seront réprimés et le sentier des croyants se distiinguera du sentier des criminels. Et par ce Takfîr se réalisera le fondement majeur de la Milla (l'Islam), qui se manifeste et apparait dans le koufr bittâghût et le désaveu du Shirk et des Moushrikînes. Et il n'y a pas plus claire pour affirmer ce point que le statut donné par la Shari'a à celui qui doute de la mécréance du mécréant et qu'il est mécréant et apostat ". Fin de citation.
  3. 3. Réf: Charh Moufîd Al-Moustafîd P242. On voit donc que le Cheikh considère le Takfîr des Moushrikines comme l'un des plus grands piliers de la religion et qu'il est le moyen de réaliser et concrétiser le Koufr Bittaghut et le désaveu du Shirk et des Moushrikines. Et ce Takfîr est un Message commun à tous les Prophètes, car les nobles- Al Maqâsid- objectifs cités par le Cheikh sont des finalités recherchées par l'ensemble des Messagers- 'alayhim Assalât wa Sallâm- . Et selon cette optique on peut le considérer comme faisant partie de la Base de l'Islam Aslou Addîne, au sens ou le Asl du Dîn seraient la base dogmatique autour de laquelle s'accorda la Da'wa de tous les Prophètes - 'alayhim Assalât wa Sallâm- comme dit le Prophète dans le Hadith rapporté par l'Imâm Al- Bokhârî : " Nous autres Prophète notre Religion -Dîn- est une et nous sommes frères d'un même père et de mères différentes ". Mais lorsque le Cheikh dût traiter du Asl du Dîn sans lequel nul ne peut être Musulman et ce en aucun cas de figure, il dit : أن تكفير المشركين ، الذين عبدوا مع الله غيره ، ليس من أصل الدين ، الذي يجب على كل عبد القيام بو حتى يصح إسلامو ويقبل إيمانو " Le Takfir des Moushrikines qui avec leur adoration d'Allah, adorèrent autre que Lui, ne fait pas partie de Aslou Addîne que chaque serviteur se doit de réaliser autrement son islam ne serait pas valide et son Imân refusé ( ou d'une autre manière : ne fait pas partie du Asl du Dîn que chaque serviteur se doit de réaliser afin que son Islam soit valide et son Imân accepté) " Voici donc très chers frères -qu'Allah vous accorde la réussite- les propos d'un des savants de Ahlou Assounna qui met la lumière sur cette question, puis qui montre que l'exposé de votre humble frère n'est pas le fruit d'un Ijtihâd personnel. Et qu'Allah nous guide tous vers la Vérité... Amîn (1) J'ai traduit le Tawâtour par la certitude car comme le dit Al-Hâfidh Ibn Hajar " Il n'y a pas de nombre exact pour affirmer la présence du tawâtour, mais dès lors que la certitude est affirmé quant à la validité d'un texte le Tawatour est présent " Réf: Noukhbatou Al Fikar accompagnée du charh de Cheikh Abdal-Karîm Al-Khodeir. (2) J'ai traduit Iqamatou Al Houjja par cette expression car telle est sa réalité dans ce contexte. Par le frère Abou Salmane.

×