Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Cours public MDT - FLavie Ferchaud : Fabriques numériques, action publique et territoire : en quête des living labs, fablabs et hackerspaces

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
PréSentation Clcv 10 Nov V3
PréSentation Clcv 10 Nov V3
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 24 Publicité

Cours public MDT - FLavie Ferchaud : Fabriques numériques, action publique et territoire : en quête des living labs, fablabs et hackerspaces

Télécharger pour lire hors ligne

Flavie Ferchaud, chercheuse post-doctorante à l’Université de Lille, y exposera certains des résultats de sa thèse de doctorat.

Cette conférence part du constat de l’incorporation d’objets appelés « fablab », « hackerspace » ou « living lab » dans les politiques publiques. Le déploiement démultiplié de ces nouveaux « lieux » au coeur ou aux marges de l'action publique des collectivités, s’accompagne d'une sémantique associant l'innovation, l'entrepreneuriat, la flexibilité et la créativité. Il s’agira de montrer qu'au-delà de ces effets rhétoriques et de la fascination qu'ils exercent (mais qui s'explique), ces objets de politiques publiques constituent une des réalités de l'action métropolitaine, sous différents registres et modalités.

La conférence se déroulera le lundi 15 avril (12 h 15 - 14 h 00), Genève, 3DD Espace de concertation.

Flavie Ferchaud, chercheuse post-doctorante à l’Université de Lille, y exposera certains des résultats de sa thèse de doctorat.

Cette conférence part du constat de l’incorporation d’objets appelés « fablab », « hackerspace » ou « living lab » dans les politiques publiques. Le déploiement démultiplié de ces nouveaux « lieux » au coeur ou aux marges de l'action publique des collectivités, s’accompagne d'une sémantique associant l'innovation, l'entrepreneuriat, la flexibilité et la créativité. Il s’agira de montrer qu'au-delà de ces effets rhétoriques et de la fascination qu'ils exercent (mais qui s'explique), ces objets de politiques publiques constituent une des réalités de l'action métropolitaine, sous différents registres et modalités.

La conférence se déroulera le lundi 15 avril (12 h 15 - 14 h 00), Genève, 3DD Espace de concertation.

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Similaire à Cours public MDT - FLavie Ferchaud : Fabriques numériques, action publique et territoire : en quête des living labs, fablabs et hackerspaces (20)

Plus par 3dd espace de concertation (20)

Publicité

Plus récents (20)

Cours public MDT - FLavie Ferchaud : Fabriques numériques, action publique et territoire : en quête des living labs, fablabs et hackerspaces

  1. 1. « Celui qui fait décide ». Fablabs et hackerspaces, place et modalités de la décision collective « Les nouvelles architectures de la décision collective. Partager, discuter, construire » 3DD – Espace de concertation à Genève Lundi 15 avril 2019 Flavie Ferchaud (ESO – Université Rennes 2 ; TVES, Université de Lille)
  2. 2.  Docteure en géographie – aménagement de l’espace, urbanisme  Thèse à l’Université Rennes 2  « Fabriques numériques, action publique et territoire. En quête des living labs, fablabs et hackerspaces (France, Belgique) »  Laboratoire Espace et société  Actuellement en post-doctorat à l’Université de Lille  Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société  Flavie.ferchaud@univ-lille.fr 2
  3. 3. Une enquête qualitative en France et en Belgique 2014 2017Rennes Toulouse Visites, 14 entretiens semi-directifs France Visites, 41 entretiens, observations, participation Recensement (Internet) 12 villes françaises, 15 dispositifs Evénements France et Belgique Rennes, Toulouse, Gand 8 fablabs et hackerspaces Evénements Visites, 114 entretiens, observations, participation Enquête en ligne + questionnaire (n=98) Combien d’entretiens ? 155 Durée ? 1h en moyenne Avec qui ? acteurs des fablabs, hackerspaces et living labs ; élus ; fonctionnaires, aménageurs… 3
  4. 4. FABLABS HACKERSPACES LIVING LABS Continuum de lieux : fabrication numérique, programmation, bricolage… Expérimentation, prototypage, apprentissage par le test et l’erreur Rennes Gand Lyon 4
  5. 5. Fablabs, localisés et labellisés Massachussetts Institute of Technology (N. Gershenfeld) Cours - machines - lieux Charte - logo Formes multiples : intentions, modèles économiques, publics… (Bosqué, 2016 ; Troxler, 2010 ; Eychenne, 2012) Répartition des fablabs dans le monde en 2017 1078 fablabs Montpellier 5
  6. 6. Hackerspaces, localisés et autogérés Clubs Programmation informatique Hacking (Coleman, 2016) Auto-gestion Répartition des hackerspaces dans le monde en 2017 1326 hackerspaces Gand 6
  7. 7. Le « monde des hackers makers* » Individus organisés autour d’une activité primaire (fabrication numérique, hacking), dotés de technologies (ordinateurs, machines- outils, imprimantes 3D), structurés à l’aide de communautés et de réseaux (Lallement, 2015). * Bidouilleurs - faiseurs 7 Saint-Etienne
  8. 8. Place et modalités de la décision collective dans les lieux d’expérimentation et de fabrication numérique  Un choix fait collectivement par l’ensemble des membres d’un groupe  Un choix qui s’impose à ce groupe, voire à un ensemble social plus large (Novak et Urfalino, 2017) Dans les fablabs et les hackerspaces…  Quelles décisions ?  Comment sont-elles prises ?  A qui s’imposent-elles ?  Gouvernance Décision collective 8
  9. 9. Ancrage territorial  décisions Valeurs et normes internationales Territoires L’adaptation des normes au contexte territorial dans lequel le dispositif s’inscrit implique des décisions Les décisions à prendre dépendent des rapports aux valeurs, aux normes, et au territoire Or, ces rapports divergent entre fablabs et hackerspaces 9
  10. 10. Le cas des hackerspaces  Normes peu formalisées  Mais structurantes  L’étiquette « hackerspace » implique un rapport distancé aux institutions : indépendance et autonomie Peu de décisions sur les relations aux institutions Les décisions portent davantage sur le fonctionnement du dispositif : accès, rangement du matériel, horaires… 10
  11. 11. Le cas des fablabs  Normes formalisées : la charte, réseaux…  Mais souples : la charte peut être partiellement suivie, voire pas du tout  L’étiquette « fablab » implique une multiplicité de modalités de fonctionnement, de modèle économique et de relations aux institutions Les décisions à prendre sont nombreuses : réponse à des appels à projet, partenariats avec des acteurs économiques, choix de l’indépendance ou non, etc. 11 Bruxelles
  12. 12. Des décisions difficiles à prendre  Relation entre ouverture au grand public et fermeture sur une communauté restreinte  Place de l’argent, de projets rémunérés, du développement commercial  Relation aux institutions (fablabs) Difficulté à trancher  ambiguïtés 12 Toulouse
  13. 13. Filiation avec l’utopie numérique  Utopie numérique : mouvements contre-culturels + pionniers du numérique, en lien avec la recherche militaro-industrialo-universitaire (Turner, 2012)  De fortes résonnances avec les fablabs et les hackerspaces : le faire, le faire soi-même, la créativité, l’autonomie, la communauté, émancipation par la technologie, l’expérimentation, vision du changement social…  Mais aussi les mêmes ambiguïtés, sur la place du marché par exemple ou l’individu par rapport à la communauté 13
  14. 14. Des débats et des tensions  Des décisions collectives locales qui entraînent des discussions et des tensions…  à l’intérieur des groupes locaux,  entre groupes membres de dispositifs différents (fablabs / hackerspaces / …)  au sein du mouvement des hackers makers  Exemple : discussions en ligne sur le dépôt de la marque Fablab, sur un appel à projets en France en 2014… 14
  15. 15. Les modalités de la prise de décision collective  Elles renvoient aux techniques de gouvernance des dispositifs  Dans les fablabs, une diversité de modalités  Consensus entre les co-fondateurs, appui sur une charte, holacratie, prise de décision en interne du bureau de l’association, vote en AG …  Mais de la part des usagers, des revendications pour plus de décisions collectives au-delà du cercle des co-fondateurs ou des seuls membres du bureau  Dans les hackerspaces :  En théorie : « on n’a qu’une seule règle : c’est qu’il n’y en a pas »  En pratique, la règle du consensus… mais surtout celle de : « celui qui fait a raison »  « do-ocratie » (Lallement, 2015) 15
  16. 16. 16 A Gand, expérimentation de l’holacratie et formalisation de la gouvernance du fablab
  17. 17. A qui s’imposent ces décisions ?  En toute logique, à ceux qui fréquentent ces dispositifs  Mais elles viennent alimenter les réflexions des acteurs du mouvement  Pendant les événements, des ateliers sur la prise de décision, sur le fonctionnement des lieux, la relation aux institutions, au marché…  Certaines décisions structurent le mouvement des hackers makers  En France, la décision de répondre à l’appel de l’Etat ou aux incitations des collectivités territoriales 17
  18. 18. 18 Toulouse
  19. 19. En conclusion  Les modalités de la prise de décision n’apparaît pas novatrice avec ces types de dispositifs  La place de la décision collective est peu importante au quotidien  La part du collectif l’est davantage lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre une action qui sera impactante pour le groupe, par exemple un événement d’envergure  Elle peut aussi l’être dans le cas de projets spécifiques (cas de Bionico à Rennes, participation à un concours en équipe…)  L’aménagement du lieu est aussi une affaire collective  Ce qui est au cœur de l’identité de ces dispositifs : faire, faire soi-même et parfois ensemble 19
  20. 20. 20 Toulouse, Fablab festival
  21. 21. 21 Rennes
  22. 22. 22 Rennes, Maison mix
  23. 23. 23 Nerdlab, Gand (2015) Nerdlab, Gand (2016)
  24. 24. Merci pour votre attention ! Photos : Flavie Ferchaud 24

×