nanterre,LE jeuDI 23 MAI 2013analyse altares au 1ertrimestre 2013les comportements de paiement des entreprises EN FRANCE E...
nanterre,LE jeuDI 23 mai 2013La dégradation des conditions de paiement s’accélére dans les pays du sud de l’EuropeSur le p...
26,4 % payent leurs fournisseurs avec des retards de 16 à 30 jours : ce taux est supérieur de plus de 5 % à lamoyenne euro...
« Ladirectiveeuropéennerévisée,cherchantàluttercontrelesretardsdepaiementdanslestransactionscommerciales,est entrée en vig...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

CP_Altares_RetardsPaiementFranceEurope_T12013

441 vues

Publié le

Altares, spécialiste de l'information inter-entreprises, publie trimestriellement son étude sur les comportements de paiement des entreprises en France et en Europe. Altares passe en revue les données de façon géographique et sectorielle

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
441
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

CP_Altares_RetardsPaiementFranceEurope_T12013

  1. 1. nanterre,LE jeuDI 23 MAI 2013analyse altares au 1ertrimestre 2013les comportements de paiement des entreprises EN FRANCE ET EN EUROPELes grands retards de paiementinter-entreprises au plus hauten Europe depuis trois ans.9,1 % des entreprises européennes règlent leursfournisseurs avec plus de 30 jours de retard.Les entreprises tentent de résister en France,tandis qu’elles décrochent en Italieet plongent au Portugal.Les retards de paiement des entreprises européennes s’établissent à 13,8 jours en moyenne sur lepremier trimestre 2013 et s’éloignent un peu plus du niveau d’avant-crise (12,5 jours). C’est ce querévèle l’étude trimestrielle Altares basée sur les balances âgées des entreprises1.Traduction de cette dégradation, seules 42,4 % des entreprises européennes règlent leurs facturesà l’échéance, c’est-à-dire à la date convenue contractuellement avec le fournisseur. Mais plus quela proportion de bons payeurs, le taux de retards supérieurs à 30 jours est davantage le marqueurde la santé financière des entreprises. Ces grands retards de paiement sont symptomatiques d’unetrésorerie très dégradée et d’une poursuite d’activité compromise. Désormais, 9,1 % des entrepriseseuropéennes reportent leurs paiements d’au moins 30 jours ; ce taux est le plus élevé depuis leprintemps 2010, soit depuis trois ans.À titre de comparaison, au plus fort de la crise la proportion degrands retards avaient atteint 10 % ; situation vers laquelle on tend actuellement.Les comportements de paiement se tendent sévèrement en Italie (près de 19 jours de retard enmoyenne) et au Portugal (au-delà de 31 jours).L’Allemagne (environ 6 jours) reste vertueuse mais destensions apparaissent. La France (12,3 jours) enregistre pour le quatrième trimestre consécutif unelente mais régulière dégradation.1- Depuis 45 ans aux États-Unis et 25 ans en Europe,le programme DunTrade® du D&B Worldwide Network premier réseau mondiald’informations B to B Dun & Bradstreet,dont Altares fait partie,analyse les informations provenant directement de la comptabilité clientde milliers de sociétés participantes.(Voir méthodologie).COMMUNIQUÉDE PRESSE>RELATIONS PRESSE :Agence ConnectoAurélie Botbol :aurelie.botbol@agenceconnecto.com - Madly Schenin-King :madly.schenin-king@agenceconnecto.com9 rue François Coppée - 92240 Malakoff - FranceTél :+33(0)9 62 16 07 83 • www.agenceconnecto.comFRANCE et EUROPE • 1/4
  2. 2. nanterre,LE jeuDI 23 mai 2013La dégradation des conditions de paiement s’accélére dans les pays du sud de l’EuropeSur le premier trimestre 2013, les entreprises espagnoles règlent leurs factures avec un retard de 18,7 jourssoit 5 jours au-dessus de la moyenne européenne et encore 4 jours au-dessus des valeurs de 2008. Les grandsretards au-delà de 30 jours, diminuent mais 13,5 % des entreprises reportent encore leurs paiements.Au Portugal, le retard moyen de paiement franchit la barre des 31 jours à 31,6 jours au plus haut sur dix ans.Désormais plus d’une entreprise portugaise sur quatre (25,1 %) décale ses paiements d’au moins 30 joursaprès l’échéance.En Italie,le retard moyen de paiement se situe à 18,8 jours.Le pays revient à ses valeurs de crise,la dégradationest rapide sur un an. Plus de 15 % des entreprises affichent des grands retards au-delà de 30 jours, soit 4 % deplus sur un an.L’Allemagne,la référence ; les Pays-Bas le bon élèveLes entreprises allemandes continuent de montrer l’exemple à tous leurs partenaires commerciaux européens :78,1 % respectent les délais de paiement. Ce taux recule néanmoins de 0,7 % sur trois mois, signe que les tensionséconomiques touchent aussi les entreprises allemandes. Aux Pays-Bas, plus d’une entreprise sur deux (52,6 %)respecte les dates d’échéances,une augmentation de 2 % par rapport au dernier trimestre 2012.De surcroît,moinsde 4 % des entreprises néerlandaises reportent leurs paiements de plus de 30 jours.Le retard moyen de règlementtombe à 8,1 jours.Le Royaume-Uni et la Belgique résistentAu Royaume-Uni, les retards de paiement s’apprêtent à tomber sous les 15 jours après avoir approché 19jours durant la crise. 9,3 % des entreprises reportent leurs paiements de plus de 30 jours au-delà de la dated’échéance prévue, c’est 5 % de moins que pendant la crise. Cependant, seulement 29,5 % des entreprisespayent leurs factures sans retard contre 30,2 % trois mois plus tôt. C’est encore moins qu’en France.La Belgique confirme l’amélioration des comportements de paiement engagée depuis l’été 2010. Le retardde règlement moyen a été ramené de 14,6 jours à 11,1 jours. Toutefois, les longs reports ont tendance àaugmenter ; 6,2 % des entreprises belges décalent leurs paiements fournisseurs d’au moins 30 jours au-delàdes délais négociés contre 6,1 % trois mois plus tôt et 5,9 % il y a six mois.En France,la conjoncture pèse sur les micro-entreprises et les TPESur le premier trimestre 2013, seulement 31,2 % des entreprises françaises règlent leurs factures dans lesdélais prévus. Ce taux se dégrade lentement mais régulièrement depuis quatre trimestres. Il s’établissait, unan plus tôt, à 33,2%.36,6 % décalent leurs paiements jusqu’à 15 jours après la date prévue sur la facture, soit 10 % de plus que lamoyenne européenne (27,4 %).>RELATIONS PRESSE :Agence ConnectoAurélie Botbol :aurelie.botbol@agenceconnecto.com - Madly Schenin-King :madly.schenin-king@agenceconnecto.com9 rue François Coppée - 92240 Malakoff - FranceTél :+33(0)9 62 16 07 83 • www.agenceconnecto.comCOMMUNIQUÉDE PRESSEFRANCE et EUROPE • 2/4
  3. 3. 26,4 % payent leurs fournisseurs avec des retards de 16 à 30 jours : ce taux est supérieur de plus de 5 % à lamoyenne européenne et au plus haut depuis le printemps 2011.Sur les retards les plus importants, ceux de plus de 30 jours, les entreprises françaises se comportent mieux queleurs concurrentes européennes. 5,6 % (taux quasi stable), contre 9,1 % en Europe, repoussent le paiement desfactures d’au moins un mois.À peine une Entreprise de Taille Intermédiaire et Grande Entreprise sur dix paye ses fournisseurs sansretard (9,6 %) sur le premier trimestre 2013. Ces grands acteurs économiques règlent leurs fournisseurs (55,2 %)avec des retards majoritairement compris entre 1 et 15 jours.Moins d’une PME (10 à 249 salariés) sur quatre (23,6 %) respecte les dates d’échéance et 28,9 % (+ 0,4 %)reportent les règlements de 15 à 30 jours,confirmation des tensions de trésorerie des PME.La dégradation de la conjoncture économique semble davantage peser sur les micro-entreprises (< 10 salariés).Ces petites entreprises sont désormais moins de 37 % à pouvoir encore respecter les dates de facture. Ce tauxs’érode régulièrement depuis le printemps 2012. Il était de 39 % au T2 2012, de 38,1 % au T3 2012, de 37 % auT4 2012 et tombe à 36,7 % ce premier trimestre 2013.Le transport et la logistique présentent des comportements de paiement moins vertueux que l’ensemble desentreprises. 18,2 % (31,2 % pour l’ensemble des activités) des acteurs règlent leurs fournisseurs sans retard et35,4 % avec un retard de 15 à 30 jours (26,4 % pour l’ensemble des activités).Dans l’hébergement, la restauration et les débits de boisson, 22,4 % des acteurs payent leurs fournisseurssans retard, c’est 0,6 % de moins que fin 2012.Les retards supérieurs à 15 jours augmentent (44,5 % soit + 1 % entrois mois). Les tensions sont fortes en particulier dans la restauration où plus d’un restaurateur sur dix reporteses règlements de plus de 30 jours.Dans l’industrie, le taux de règlements effectués sans retard est quasi stable à 26,2 %. Cette stabilité masquetoutefois un transfert de légers retards vers de plus importants.Ainsi,les reports de moins de 15 jours reculent de43,5 % à 43,1 % tandis que ceux de plus de 30 jours augmentent de 30,3 % à 30,7 %.Les services aux entreprises présentent,comme l’industrie,un taux de paiement effectués sans retard à 26,2 %mais en recul de 0,3 % sur trois mois.Le commerce se situe dans la moyenne de l’ensemble des activités avec 31,2 % d’entreprises respectant les datesd’échéance ; ce taux est en baisse de 0,3 % sur trois mois.La construction reste globalement le secteur le plus respectueux des délais de règlement.40,1 % des entreprisesde ce secteur payent leurs fournisseurs sans retard ce premier trimestre 2013.Ce taux est,toutefois,en baisse de0,6 % sur trois mois et 3,7 % sur un an. Le bâtiment, en particulier, est sous tension. 25 % des acteurs reportentdésormais le paiement de leurs factures de plus de 15 jours (+ 0,6 % sur trois mois).L’administration présente elle aussi des comportements de paiements moins favorables ; les organismesadministratifs sont 35,6 % à respecter les dates d’échéance contre 36,6 % il y a trois mois. Les retards de moinsde 15 jours sont en hausse (38,1 % contre 37,4 %) mais également ceux de 15 à 30 jours (22,9 % contre 22,4 %).>RELATIONS PRESSE :Agence ConnectoAurélie Botbol :aurelie.botbol@agenceconnecto.com - Madly Schenin-King :madly.schenin-king@agenceconnecto.com9 rue François Coppée - 92240 Malakoff - FranceTél :+33(0)9 62 16 07 83 • www.agenceconnecto.comnanterre,LE jeuDI 23 mai 2013COMMUNIQUÉDE PRESSEFRANCE et EUROPE • 3/4
  4. 4. « Ladirectiveeuropéennerévisée,cherchantàluttercontrelesretardsdepaiementdanslestransactionscommerciales,est entrée en vigueur le 17 mars 2013. Elle vise à redonner aux PME la trésorerie qui leur fait défaut en encadrantles délais de règlement du public et du privé et en contraignant les mauvais payeurs », rappelle Thierry MILLON,Responsable des analyses Altares.« En effet, le non-respect des délais de règlement constitue bien un frein majeur à la compétitivité des entreprises. Lemanque de trésorerie des entreprises, et plus largement de financement, hypothèque leur croissance et lesfragilise gravement. Ce début d’année, l’analyse des comptabilités clients, c’est-à-dire le constat de la réalité destransactions, confirme la difficulté des affaires mais surtout en mesure les effets : les grands retards de paiement sontplus nombreux en Europe. Or, nous le vérifions en permanence, le seuil des 30 jours de retard est révélateur de tensionsfinancières fortes. Si les entreprises qui « jouent la montre » décident de décaler leurs règlements de quelques jours,celles en plus sérieuses difficultés n’ont, en revanche, plus d’alternative ; elles doivent repousser davantage le paiementdes factures. Le risque de voir ces entreprises déposer le bilan augmente alors brutalement. Le rythme des défaillancesd’entreprises pourrait donc bien s’accélérer en Europe.Il est donc essentiel que les acteurs économiques redoublent d’attention sur la qualité des paiements de leurs clients.Pour bien connaître ses partenaires commerciaux trois recommandations de bon sens peuvent être rappelées :Tout d’abord, organiser ses bases métiers pour s’assurer de disposer d’une information précise, à jour etexploitable sur chaque compte client ;Ensuite, en France comme à l’international, « recruter » des partenaires commerciaux non seulement solides maissurtout bons payeurs ;Et enfin, gérer les risques financiers liés à ces partenaires. Rappelons le, une défaillance sur quatre est due à desretards de paiement. »Renseignements :Thierry Millon - Responsable des Études Altares :04 72 65 15 51RELATIONS PRESSE :Agence ConnectoAurélie Botbol :aurelie.botbol@agenceconnecto.com - Madly Schenin-King :madly.schenin-king@agenceconnecto.com9 rue François Coppée - 92240 Malakoff - FranceTél :+33(0)9 62 16 07 83 • www.agenceconnecto.comnanterre,LE jeuDI 23 mai 2013COMMUNIQUÉDE PRESSEFRANCE et EUROPE • 4/4À PROPOS D’ALTARESAltares est née du rapprochementde la Base d’Informations Légales BILet de Dun & Bradstreet France.Sa vocation, en tant que spécialistede la connaissance inter-entreprises :fournir des solutions pour accélérerla croissance.Altares répond aux besoins desentreprises sur deux axes majeurs :développement commercial et gestiondu risque financier, en France, en Europecomme à l’International.Membre du 1erréseau internationald’informations B to B (le D&B WorldwideNetwork), Altares diffuse en Franceles solutions créées par le leader mondial D&B.Les clients d’Altares disposent du seulaccès global à des données qualifiéessur plus de 200 Millions d’entreprisesdans le monde.Dirigée par Thierry Asmar, Altares, détient40 % du marché français ; avec un CAd’environ 55 Millions d’Euros, l’entreprisecompte près de 300 collaborateurs répartissur 3 sites principaux : Nanterre,St-Quentin-en -Yvelines et Villeurbanne.ALTARES55 avenue des Champs PierreuxImmeuble Le Capitole92012 Nanterrecontact@altares.frwww.altares.frThierry AsmarTél : 01 41 37 51 04

×