HFV ESA
Une coopération entre
l’AFA et AKAD Business
Ecole supérieure reconnue
par la Confédération
SCORECARD HFVESA
Höher...
HFV ESA
Une coopération entre
l’AFA et AKAD Business
Ecole supérieure reconnue
par la Confédération
SCORECARD 02*13Nº
Lors...
HFV ESA
Une coopération entre
l’AFA et AKAD Business
Ecole supérieure reconnue
par la Confédération
SCORECARD 02*13Nº
Le c...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

AKAD business scorecard 02 13_actualités de l'esa

176 vues

Publié le

Retrouvez toute l'actualité de l'Ecole Supérieure d'Assurance au travers de notre Scorecard !

Nous vous souhaitons une bonne lecture et un bel été !

Publié dans : Formation
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

AKAD business scorecard 02 13_actualités de l'esa

  1. 1. HFV ESA Une coopération entre l’AFA et AKAD Business Ecole supérieure reconnue par la Confédération SCORECARD HFVESA Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance Quel est l’intérêt, pour l’école, mais aussi pour vous, de donner un visage à l’ESA par le biais d’une ambassadrice? En tant qu’ambassadrice, je veux aborder les choses sous un angle nouveau, et inciter avec dyna- misme et énergie les jeunes talents du secteur de l’assurance qui ont envie d’apprendre à compléter leur formation. Je trouve que c’est un exemple parfait de situation ga- gnant-gagnant. À ce poste, d’une part, après je peux il n’y a pas de virgule, nouer des contacts dans le monde de l’assurance et, d’autre part, l’ESA dispose ainsi, en plus de Manuela Jungo qui lui prête son image, d’une étudiante qui fait de la représentation à l’extérieur – mais aussi en interne. Quelles expériences avez-vous déjà vécues à cette fonction d’am- bassadrice de l’ESA? Au mois de février a eu lieu la séance photo pour le Scorecard de l’ESA. Cela m’a permis de faire la connaissance de Manuela Jungo et de discuter avec elle. Vous êtes ambassadrice de l’ESA. Qu’est-ce qui vous a donné envie d’occuper cette fonction? C’est après notre séminaire «team­ building» (octobre 2012), auquel ont participé l’ensemble des classes au premier semestre, que Patrick Burger, directeur de l’école, m’a proposé pour la première fois de devenir ambassadrice de l’Ecole supérieure d’assurance. Après quelques entretiens à ce sujet et une recherche commune d’idées nouvelles, je me suis décidée à accepter cette fonction. Quelles sont vos missions? À ce poste, je sers d’interlocutrice officielle aux personnes qui suivent actuellement les cours de l’école et je m’occupe également des nou- veaux arrivants. Parallèlement aux activités de la direction et du secrétariat de l’école, je serai dis- ponible pour toute question sur les cursus. Étant moi-même étudiante, je peux utiliser ma propre expé- rience pour donner des informa- tions aux étudiants et leur exposer ma connaissance de l’ESA dans sa globalité. AMBASSADRICE Vivre l’ESA avec Silvia Eugster Nº 02*13 Silvia Eugster, ambassadrice de l’ESA (experte en assurance sociale dotée d’un brevet fédéral, Kessler & Co. SA) Actualité de l’Ecole supérieure assurance
  2. 2. HFV ESA Une coopération entre l’AFA et AKAD Business Ecole supérieure reconnue par la Confédération SCORECARD 02*13Nº Lors de la première compétition du Professional Kiteboard Riders Association (PKRA) World Tour au Maroc et en France, je me suis placée à la cinquième place. Au classement intermédiaire mondial, je suis actuellement quatrième. Ayant pu cette année renouer avec mon niveau de performances de l’année dernière, je suis donc satisfaite de mes résultats jusqu’à présent. L’an passé, je me suis hissée à la cinquième place au classement mondial. La concurrence est égale- ment très rude cette année. Chez les compéti- trices, nous avons pour ainsi dire affaire à un «top 3». Ces surfeuses ont atteint un niveau tel- lement élevé qu’il va être difficile de les dépas- ser. Mais ce n’est pas impossible, comme on a pu le voir l’année dernière, au cours de laquelle j’ai réussi à battre une fois la championne du monde, Gisela Pulido. Au rang mondial, je suis juste der- rière ces trois compétitrices expérimentées, et après moi viennent Annabel von Wasterop des La première compétition du PKRA s’est dérou- lée à Marsala, sur la pointe occidentale de la Sicile. Je me suis hissée jusqu’au quart de finale. Comme il n’y avait pas assez de vent, la double élimination a été annulée. Et la possi- bilité d’avancer d’un rang s’est ainsi évanouie, j’ai donc terminé cinquième. Mais la course continue et se rend maintenant dans le nord de l’Allemagne pour le Beetle Kitesurf World Cup de St-Peter-Ording. Lien www.manuelajungo.ch www.prokitetour.com Antilles néerlandaises (Aruba) et Paula Novotna de République Tchèque. Cette année également, nous nous livrons toutes les trois à un combat sans merci. J’ai encore beaucoup à apprendre dans ce sport: il faut que je perfectionne ma technique. Je dois continuer à m’entraîner dure- ment pour pouvoir prétendre à une place parmi les meilleures kitesurfeuses du monde. Voici les étapes prévues du PKRA World Tour cette année: ** Dakhla Kiteboarding World Cup, Maroc ** Mondial Du Vent, Leucate, France ** Marsala World Cup, Italie ** The Beetle Kitesurf World Cup, Allemagne ** Fuerteventura Kiteboarding PKRA Grand Slam, Espagne ** Kiteboarding World Cup dans la baie de Soma, Égypte ** Pingtan Kiteboarding World Cup, Chine ** PKRA World Tour Haikou, Chine ** Nouméa Kitesurf Pro, Nouvelle-Calédonie ** PKRA Argentinia Kiteboarding World Cup J’ai la chance de pouvoir me concentrer com- plètement sur ce sport grâce au soutien de mes annonceurs. Le kitesurf est en fait pour moi bien plus qu’un sport. C’est une passion en même temps qu’un style de vie. Même si je ne m’imagine plus passer trop de temps loin d’une plage et de la mer, cela reste toujours un immense plaisir que de pouvoir reve- nir à la maison en Suisse, pour profiter de mes amis et de ma famille. LA REPRÉSENTANTE DE L’ESA MANUELA JUNGO AU PKRA WORLD TOUR «Ce style de vie nécessite un entraînement ardu» À Leucate, j’ai dû combattre un vent très fort avec mon plus petit kite (HiFi X 5 mètres), et j’ai failli m’envoler de ma planche. Ici, j’attends les résultats de l’élimination simple (4e place) et je suis super contente de m’en être si bien tirée dans ces conditions difficiles. Lors de l’élimination simple de la première étape du PKRA World Tour, je suis arrivée à la quatrième place, mais j’ai été malheureusement battue par une concurrente lors de l’élimination double, j’ai donc finalement terminé cinquième.
  3. 3. HFV ESA Une coopération entre l’AFA et AKAD Business Ecole supérieure reconnue par la Confédération SCORECARD 02*13Nº Le cadre national des certifications pour les di- plômes de la formation professionnelle en Suisse se constitue d’une trame à huit niveaux dans la- quelle sera intégré chacun des diplômes formels de la formation professionnelle (attestation fédé- rale de formation professionnelle, certificat de capacité, brevet, diplôme). Par ailleurs, chaque diplôme sera accompagné d’un supplément qui permettra aux employeurs de mieux juger des compétences professionnelles des diplômés. Cette classification des diplômes suisses de formation professionnelle permet une certaine transparence et améliore la possibilité de com- paraison avec les diplômes étrangers, promou- vant ainsi la mobilité sur le marché du travail ou dans le secteur de la formation. La question essentielle est alors la suivante: qui évalue quel diplôme à quel niveau? Autrement dit: qui juge de la valeur de la formation professionnelle supé- rieure en Suisse? Contexte de départ La formation professionnelle supérieure (FPS) permet de fournir en spécialistes et cadres de l’économie suisse, et en particulièrement le marché du travail. Cependant, nos diplômes de formation professionnelle restent pratiquement inconnus à l’étranger. De plus, ces dernières années, ils ont fait l’objet en Suisse d’une concurrence accrue des diplômes universitaires. Le Conseil fédéral s’est donné pour objectif de promouvoir la même reconnaissance sociale n’existe à l’heure actuelle aucune disposition lé- gale permettant l’élaboration d’un cadre de certi- fication commun pour les diplômes de formation professionnelle et des hautes écoles. Il faudrait pour cela promulguer une loi fédérale sur la for- mation professionnelle et les hautes écoles, ces deux domaines étant actuellement régis par des dispositions réglementaires et législatives diffé- rentes. Pour y parvenir, il faudrait assurément que le Secrétariat d’État à la formation, à la re- cherche et à l’innovation réussisse à accorder au mieux ces deux cadres de certification. Principe de classification des diplômes dans le CNC-CH-FPS Maintenant, qui juge quel diplôme à quel ni- veau? Il existe plusieurs possibilités pour envi- sager la classification des diplômes. On pour- rait, par exemple, dans le cadre du partenariat de groupe (organisations du monde du travail, confédération et cantons), attribuer un niveau à chaque diplôme de formation professionnelle. Il faudrait bien sûr prendre en compte le fait que chaque association chercherait à donner la meil- leure évaluation possible à ses propres diplômes. Si l’on considère les centaines de diplômes qui existent en Suisse, ce processus serait alors très long et n’offrirait que sur le tard la valeur ajoutée qu’est censé apporter le CNC. C’est pourquoi une forme de classification politique des diplômes paraît plus réaliste. Elle pourrait par exemple attribuer automatiquement le même pour les formations professionnalisantes et de permettre la comparaison des diplômes de la FPS à ceux des autres pays européens. Pour cela, on fait appel au cadre de certification. Vous trou- verez une description des cadres nationaux et européens de certification dans le numéro 02*12 de Scorecard. Formation professionnelle supérieure contre haute école Le domaine d’application du CNC-CH-FP couvre les diplômes de la formation professionnelle (formation de base et formation professionnelle supérieure). Ce sont les articles 34 et 65 de la loi sur la formation professionnelle qui en consti- tuent les bases légales. En revanche, les cursus des hautes écoles sont régis par un cadre spé- cifique de certification: le cadre de certification pour les hautes écoles suisses (nqf.ch-HS). Les débats qui durent depuis des années au sujet de la valeur de la formation professionnelle supé- rieure par rapport à la formation en haute école sont sans fin. On reconnaît aujourd’hui déjà que les diplômes de «bachelor» d’une haute école correspondent au niveau 6 du cadre de certifi- cation de l’espace européen des hautes écoles. Certes, les diplômes des écoles supérieures ne sont encore pas définitivement classés dans le CNC-CH-FPS, mais on leur attribue aussi un niveau 6. S’il n’existait qu’un seul cadre de certification, on pourrait alors montrer que ces diplômes ne sont pas de valeurs différentes. Or, il niveau à l’ensemble des diplômes des écoles supérieures – indépendamment de l’orientation du cursus de formation. Il est nécessaire de bien penser ce processus, car il doit exister une possibilité de recours au cas où l’autorité responsable d’un cursus de for- mation contesterait la classification attribuée. Le SEFRI planche à l’heure actuelle sur une pro- position de processus de classification. L’École Supérieure spécialisée en Banque et Finance (ESBF) continuera d’observer le développement du CNC et d’y participer, par le biais du Kalaidos Groupe Éducatif et de ses réseaux avec la sphère politique, au sein de l’administration et parmi les associations. Texte: Claudia Zürcher, Kalaidos Groupe Éducatif Suisse, responsable du secteur politique de la formation Pour plus d’informations sur l’Ecole supérieure assurance: www.xing.to/HFV www.facebook.com/HFVESA www.vimeo.com/HFVESA www.issuu.com/HFVESA CADRE NATIONAL DES CERTIFICATIONS (CNC-CH-FP) Reconnaissance internationale des diplômes de la formation professionnelle

×