SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  29
Télécharger pour lire hors ligne
ATELIER 3
Entrée en application de MIF II et MAR : zoom 
sur 2 thèmes clés pour l’AMF et à fort enjeu 
opérationnel pour les établissements
2
MIF II : zoom sur le reporting des 
transactions
Anne Faucheux, responsable Capital Markets Initiatives, BNP 
Paribas
Duarte Goncalves, analyste senior, Unité marchés‐MIF, 
Direction des marchés, AMF
Diane Hamilton, experte, Unité expertise juridique et 
internationale, Direction des marchés, AMF
Anne‐Sophie Lucas, responsable Contrôle permanent & 
Conformité, Crédit Agricoles Titres
3
Reporting des transactions
Glossaire
AC : Autorité compétente
ARM : Mécanisme de déclaration agréé (Approved Reporting Mechanism )
EEE : Espace économique européen
EI : Entreprise d’investissement agréée en application de MIF II
IF : Instrument financier
LEI : Legal Entity Identifier
MR : Marché réglementé
OTF : Système organisé de négociation (Organised Trading Facility)
PFN : Plate-forme de négociation (MR, SMN, OTF)
RTO : Réception et transmission d’ordres
RTS : Normes techniques de réglementation (Regulatory Technical Standards)
SGP : Sociétés de gestion (OPCVM, FIA)
SMN : Système multilatéral de négociation (Multilateral Trading Facility)
4
Reporting des transactions
• Le futur cadre juridique
• Le double objectif du nouveau régime
• Le calendrier prévisionnel
• Les principales dispositions du nouveau régime
• Quelques points d’attention
5
Reporting des transactions
Le futur cadre juridique
• Textes de niveau 1 : MiFIR (e.g. Titre IV article 26) / MIF II (e.g. Titre V)
• Textes de niveau 2 : RTS (en particulier n° 22 et 13)
ITS (n° 3)
• Textes de niveau 3 : Orientations de l’ESMA (Guidelines)
(en consultation publique jusqu’au 23 mars 2016)
• Textes de transposition en droit national : code monétaire et financier et
RGAMF pour les dispositions relevant de MIF II (e.g. concernant les ARM)
6
Reporting des transactions
Le double objectif du nouveau régime
MIFIR et MIF II visent à :
 renforcer l’harmonisation des modalités de déclaration des transactions
 préciser les rôles et responsabilités des parties prenantes
Afin de permettre aux AC d’assurer :
 un meilleur suivi de l’activité des EI et ainsi un meilleur accompagnement
(e.g. dans le cadre des évolutions réglementaires européennes)
 une meilleure surveillance et détection des abus de marché
7
Reporting des transactions
Le calendrier prévisionnel
• Entrée en vigueur : juillet 2014
• Date d’application : 3 janvier 2018 (au lieu du 3 janvier 2017) sur
proposition de la CE en date du 10 février 2016 pour tenir compte du «défi
technique exceptionnel»
• Quelques incertitudes à ce jour :
- confirmation du report de la date d’application (par le Parlement
européen et le Conseil)
- adoption des RTS
- publication des Orientations de l’ESMA
8
Reporting des transactions
Les principales dispositions du nouveau régime
Bref rappel
• Un champ d’application étendu :
 Les IF admis à la négociation ou négociés sur une PFN (MR + SMN
+ OTF) ou pour lesquels une demande d’admission à la négociation
a été présentée
 Les IF dont le sous-jacent est un IF négocié sur une PFN
 Les IF dont le sous-jacent est un indice ou un panier composé d’IF
négociés sur une PFN
• Plusieurs types d’acteurs concernés :
 Toute EI qui exécute une transaction
 Toute EI qui transmet des ordres pour exécution dès lors qu’elle ne
transmet pas l’ensemble des informations déclarables au maillon
suivant de la chaîne d’exécution
 Toute PFN pour le compte de ses membres non EI
9
Reporting des transactions
Les principales dispositions du nouveau régime
Bref rappel (suite)
• Une identification unique des personnes morales : LEI
• Trois canaux de déclaration des transactions à l’AC :
EI, ARM (pour compte EI) ou PFN (si transaction via son système)
• Trois trading capacities :
dealing on own account, matched principal trading, any other capacity
• Un accroissement du nombre des champs (métiers) déclaratifs :
 MIF : 20 champs déclaratifs dans le système français actuellement
 MIFIR : 65 champs déclaratifs (norme ISO 20022 requise)
10
Reporting des transactions
Quelques points d’attention (1/3)
• L’identification des clients personnes physiques (deux modes) :
 par les Prénom / Nom / Date de naissance et
 par le code choisi par chaque AC pour ses nationaux
(priorisation selon AC)
=> les personnes physiques de nationalité française devront
être identifiées par le code CONCAT (article 6 et annexe II
RTS n° 22) :
 Code pays (deux caractères) : FR
 Date de naissance au format: AAAAMMJJ
 5 premières lettres du prénom
 5 premières lettres du nom de famille
exemples : - le client finlandais d’une EI française sera identifié en
priorité par le Personal Identity Code et à défaut par le
code CONCAT
- le client français d’une EI britannique sera identifié par
le code CONCAT
11
Reporting des transactions
Quelques points d’attention (2/3)
• Le cas des gestionnaires d’actifs pour compte de tiers :
 SGP OPCVM / FIA : n’ont pas la qualité d’EI => ne sont plus assujetties
au reporting des transactions y compris lorsqu’elles fournissent des
services d’investissement à titre accessoire
 EI agréée pour fournir le service de gestion de portefeuille (service 4
annexe I de MIF II) : ont la qualité d’EI => sont assujetties au reporting
des transactions
• Le cas des EI agissant en RTO : dès lors qu’elles ne transmettent pas au
maillon suivant de la chaîne d’exécution les informations déclarables requises
par l’article 4(2) du RTS n° 22 (e.g. identification du client), elles doivent :
- soumettre une déclaration reflétant toutes les caractéristiques de
la transaction
- préciser dans leur déclaration qu’elles ont agi en qualité de RTO
(champ 25 transmission of order indicator de l’annexe 1 du RTS n° 22)
12
Reporting des transactions
Quelques points d’attention (3/3)
• Le cas des ARM :
 Exigence d’un agrément délivré par l’AC du pays d’origine :
 Dépôt du dossier d’agrément au moins six mois avant la date prévisionnelle
d’activité (ex : juin 2017 pour exercer l’activité à compter de janvier 2018)
 Auprès de l’AMF pour les entités commerciales et les PFN souhaitant
exercer l’activité de communication de données
 Auprès de l’ACPR pour les EI souhaitant exercer cette activité (via une
extension d’agrément)
(les modalités pratiques de dépôt du dossier seront précisées ultérieurement en
complément des éléments déjà disponibles dans l’ITS n°3)
 Passeport d’activité : l’agrément permet à l’ARM d’exercer son activité
dans toute l’Union européenne (article 60 alinéa 2 de MIF II).
 Aucune clause de « grand-père »
• Le reporting des succursales : déclaration des transactions à l’AC du pays
d’origine de l’EI (home competent authority)
13
Reporting des transactions
Le futur régime des déclarations de transaction de MiFIR / MIF II 
un bouleversement du régime actuel …
… qui requiert la mobilisation de tous 
14
MAR : zoom sur la déclaration des ordres et 
transactions suspectes
Benoît Ferron, responsable Conformité, Marché de capitaux, 
Natixis
Alexandra Givry, directrice, Division surveillance des 
marchés, Direction des marchés, AMF
Étienne Valence, responsable Conformité, intégrité des 
marchés, conformité Groupe, BNP Paribas
15
• Etat des lieux réglementaire
– Les évolutions issues du règlement MAR
• La complémentarité entre la surveillance réalisée par l’AMF et celle 
réalisée par les établissements
– La Surveillance du régulateur : des traitements « de masse » sur un périmètre 
large représentant des quantités  très importantes de données
– La Surveillance par les établissements, guidée par l’analyse des risques liée à 
l’activité de chaque établissement
• Les déclarations d’opérations suspectes reçues par l’AMF
• Témoignages d’établissements : comment choisir un outil? Quelles 
difficultés et quelles solutions?
16
Les évolutions issues du règlement MAR
Rappel du calendrier MAR :
• 12 juin 2014 : publication au Journal Officiel de l’Union Européenne du règlement MAR
 Règlement (UE) n° 596/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 sur les abus de marché 
(règlement relatif aux abus de marché)
• 3 février 2015 : publication par l’ESMA de son avis technique pour les actes délégués
 voir sur le site de l’ESMA (2015/224 ‐ Technical advice on possible delegated acts concerning the MAR).
 Décembre 2015 :  directive d’implémentation (EU) 2015/2392 sur le Whistleblowing et règlement délégué.
• 28 septembre 2015 : publication par l’ESMA de son rapport final pour les standards techniques. 
 voir sur le site de l’ESMA (2015/1455 ‐ Final Report ‐ Draft technical standards on the MAR).
 Processus d’adoption en cours :
• Adoption des standards techniques par la Commission européenne, sous la forme de règlements, 
• Procédure d’approbation par le Parlement et le Conseil européen. 
• Le dispositif sera également complété par la rédaction par l’ESMA de trois orientations (« Guidelines ») 
prévues par le règlement sur :
– la notion d’information privilégiée relative aux matières premières et leur dérivés ;
– la pratique des sondages de marché ;
– les conditions de publication différée d’information privilégiée.
• 3 juillet 2016 : entrée en application
17
Les évolutions issues du règlement MAR
L’article 16 de MAR : un dispositif de déclaration des opérations suspectes étendu
• Le champ des opérations devant faire l’objet de la détection et la déclaration des opérations 
suspectes est élargi :
– aux ordres (« suspicious transaction and order report » ou STOR) ;
– aux instruments négociables seulement sur un MTF ou OTF ;
– aux dérivés OTC dont le sous‐jacent est négocié sur un MR, MTF ou OTF. 
• La réglementation française actuelle avait déjà largement anticipé le champ étendu (notamment 
aux ordres et dérivés OTC).
• Toutefois, le règlement MAR va encore plus loin. Le dispositif  de déclaration des opérations 
suspectes inclut désormais également :
– les tentatives d’abus de marché ; 
– les abus (ou tentatives d’abus) de marché sur un instrument négociable sur un SMN « standard » (tel que le 
Marché libre) ou sur un futur OTF, ou un instrument lié ;
– les manipulations (ou tentatives de manipulations) d’un contrat au comptant sur matières premières lié à un 
instrument financier.
• En outre, le nouveau dispositif concerne un nombre d’acteurs plus important puisque les plates‐
formes de négociation y sont dorénavant assujetties.
18
Les évolutions issues du règlement MAR
Les précisions apportées par les standards techniques sur le dispositif
• Quelques clarifications sur le périmètre : caractère exhaustif de la surveillance.
• Des systèmes et procédures adéquats :
– adaptés à la nature et la taille de l’activité ;
– régulièrement revus et adaptés.
• Les conditions de délégation de la fonction de détection des opérations suspectes :
– Possible au sein d’un groupe à condition que la délégation soit documentée ;
– L’établissement reste pleinement responsable du respect de l’article 16.
• Les obligations de conservation : conservation des analyses pendant 5 ans.
• Formation régulière des personnes chargées du dispositif mais aussi des opérationnels.
• Délai de déclaration : tout délai doit être justifiable. 
• Les modalités de déclaration (y compris le formulaire‐type)
*     *     *
Point d’attention : les dispositions relatives au « signalement de violations » ou whistleblowing
– MAR article 32 3. « Les États membres exigent des employeurs exerçant des activités réglementées par 
la réglementation relative aux services financiers qu’ils mettent en place des procédures internes 
appropriées permettant à leur personnel de signaler toute violation du présent règlement. »
 Pour toutes les entreprises du secteur financier, le dispositif existant au titre d’autres 
réglementations doit être étendu / adapté aux abus de marché.
19
• Etat des lieux réglementaire
– Les évolutions issues du règlement MAR
• La complémentarité entre la surveillance réalisée par l’AMF et celle 
réalisée par les établissements
– La Surveillance du régulateur : des traitements « de masse » sur un périmètre 
large représentant des quantités  très importantes de données
– La Surveillance par les établissements, guidée par l’analyse des risques liée à 
l’activité de chaque établissement
• Les déclarations d’opérations suspectes reçues par l’AMF
• Témoignages d’établissements : comment choisir un outil? Quelles 
difficultés et quelles solutions?
20
Comment fonctionne la surveillance des marchés ?
La détection des « signaux » et leur analyse
Données 
post‐
marché
Données 
Euronext
Reporting
des PSI
(autres 
plateformes et 
OTC)
Tests 
statistiques
Recherche 
de scenarios
ALERTES INTERNES‐
45 000 / an
INFORMATIONS PUBLIQUES
ALERTES EXTERNES
700 / an
INFORMATIONS ADRESSEES AU 
REGULATEUR
Déclarations de 
dirigeants, 
rachats, seuils, 
positions 
courtes…
Réponses aux 
demandes 
ad hoc
Etablissements 
financiers
Infrastructures de 
marché
Régulateurs 
homologues
Epargnants
Emetteurs
Régulateurs 
nationaux (Tracfin…)
21
Une surveillance qui s’exerce dans un environnement en évolution
• Des volumes d’information en forte croissance et une multiplication des sources : 
– Il faut désormais surveiller 6 plateformes pour disposer de 95% des transactions sur le CAC 40 ;
– Sur les valeurs du CAC 40, les dérivés représentent 1/3 des volumes traités (hors indiciel).
• Des informations de plus en plus complexes à analyser
– Les grilles de tarification des bourses entrainent une forte concentration des accès au  marché, et par 
conséquent des successions d’intermédiaires entre le donneur d’ordres et le marché. 
• Les manquements recherchés sont de plus en plus sophistiqués
– De plus en plus d’opérations d’initiés réalisées via des dérivés ;
– De plus en plus de manipulations… 
• … réalisées sur plusieurs marchés …
• … et / ou qui portent sur des mouvements de prix faibles mais répétées et sur de multiples 
valeurs.
 Malgré un accès aux données renforcé par les évolutions réglementaires et des 
investissements importants de l’AMF sur sa plateforme de surveillance, 
la complémentarité avec la surveillance réalisée par les établissements est essentielle.
22
• Etat des lieux réglementaire
– Les évolutions issues du règlement MAR
• La complémentarité entre la surveillance réalisée par l’AMF et celle 
réalisée par les établissements
– La surveillance du régulateur : des traitements « de masse » sur un périmètre 
large représentant des quantités  très importantes de données
– La surveillance par les établissements, guidée par l’analyse des risques liée à 
l’activité de chaque établissement
• Les déclarations d’opérations suspectes reçues par l’AMF
• Témoignages d’établissements : comment choisir un outil? Quelles 
difficultés et quelles solutions?
23
• État des lieux réglementaire
– Les évolutions issues du règlement MAR
• La complémentarité entre la surveillance réalisée par l’AMF et celle 
réalisée par les établissements
– La surveillance du régulateur : des traitements « de masse » sur un périmètre 
large représentant des quantités  très importantes de données
– La surveillance par les établissements, guidée par l’analyse des risques liée à 
l’activité de chaque établissement
• Les déclarations d’opérations suspectes reçues par l’AMF
• Témoignages d’établissements : comment choisir un outil ? Quelles 
difficultés et quelles solutions?
24
Évolution quantitative
• Une croissance toujours soutenue du nombre de DOS reçues par l’AMF
25
• Répartition par typologie 
de manquements
– Une répartition équilibrée 
entre manipulations de 
marché et initiés.
Évolution qualitative des DOS reçues d’établissements français
• Répartition par type d’instruments
– Une prépondérance encore très forte 
des déclarations portant sur les actions 
(> 90%).
– Peu cohérent avec l’évolution constatée 
dans les autres juridictions européennes, 
où la part des déclarations sur dérivés, 
notamment, a fortement augmenté.
26
Évaluation de la pertinence
en fonction des suites données au jugement
• Un taux de suites qui a connu une belle progression jusqu’à 2014 mais 
semble désormais régresser…
Évolution qualitative des DOS reçues d’établissements français
27
• État des lieux réglementaire
– Les évolutions issues du règlement MAR
• La complémentarité entre la surveillance réalisée par l’AMF et celle 
réalisée par les établissements
– La Surveillance du régulateur : des traitements « de masse » sur un périmètre 
large représentant des quantités  très importantes de données
– La Surveillance par les établissements, guidée par l’analyse des risques liée à 
l’activité de chaque établissement
• Les déclarations d’opérations suspectes reçues par l’AMF
• Témoignages d’établissements : comment choisir un outil? Quelles 
difficultés et quelles solutions?
28
Journée de formation des RCCI / RCSI - AMF - Mars 2016 : Atelier 3

Contenu connexe

En vedette

代数幾何 原稿(仮Ver)
代数幾何 原稿(仮Ver)代数幾何 原稿(仮Ver)
代数幾何 原稿(仮Ver)HanpenRobot
 
FINANZAS FOREX BRASIL
FINANZAS FOREX BRASILFINANZAS FOREX BRASIL
FINANZAS FOREX BRASILguest4f9a84
 
GridUAM, presentación del proyecto - 20110128
GridUAM, presentación del proyecto - 20110128GridUAM, presentación del proyecto - 20110128
GridUAM, presentación del proyecto - 20110128Jorge Iván Meza Martínez
 
Calladito Calladito
Calladito  CalladitoCalladito  Calladito
Calladito Calladitojosemorales
 
Transporte y traumas obstétricos
Transporte y traumas obstétricosTransporte y traumas obstétricos
Transporte y traumas obstétricosMichael Morillo
 
Fall poster-Seasonal Variation of the Geochemistry and the Effects
Fall poster-Seasonal Variation of the Geochemistry and the EffectsFall poster-Seasonal Variation of the Geochemistry and the Effects
Fall poster-Seasonal Variation of the Geochemistry and the EffectsMichelle C Bennett
 
Role of FXR and other nuclear receptors in liver fibrosis - Prof Stefano Fior...
Role of FXR and other nuclear receptors in liver fibrosis - Prof Stefano Fior...Role of FXR and other nuclear receptors in liver fibrosis - Prof Stefano Fior...
Role of FXR and other nuclear receptors in liver fibrosis - Prof Stefano Fior...Attività scientifica
 
Software Defined Networking - Real World Use Cases
Software Defined Networking - Real World Use CasesSoftware Defined Networking - Real World Use Cases
Software Defined Networking - Real World Use CasesADVA
 

En vedette (13)

代数幾何 原稿(仮Ver)
代数幾何 原稿(仮Ver)代数幾何 原稿(仮Ver)
代数幾何 原稿(仮Ver)
 
FINANZAS FOREX BRASIL
FINANZAS FOREX BRASILFINANZAS FOREX BRASIL
FINANZAS FOREX BRASIL
 
GridUAM, presentación del proyecto - 20110128
GridUAM, presentación del proyecto - 20110128GridUAM, presentación del proyecto - 20110128
GridUAM, presentación del proyecto - 20110128
 
Calladito Calladito
Calladito  CalladitoCalladito  Calladito
Calladito Calladito
 
Harold_GolafaleDegree1
Harold_GolafaleDegree1Harold_GolafaleDegree1
Harold_GolafaleDegree1
 
credit suisse Financial Review
credit suisse  Financial Review credit suisse  Financial Review
credit suisse Financial Review
 
Trojan
Trojan
Trojan
Trojan
 
Transporte y traumas obstétricos
Transporte y traumas obstétricosTransporte y traumas obstétricos
Transporte y traumas obstétricos
 
New official web site
New  official web siteNew  official web site
New official web site
 
Fall poster-Seasonal Variation of the Geochemistry and the Effects
Fall poster-Seasonal Variation of the Geochemistry and the EffectsFall poster-Seasonal Variation of the Geochemistry and the Effects
Fall poster-Seasonal Variation of the Geochemistry and the Effects
 
Role of FXR and other nuclear receptors in liver fibrosis - Prof Stefano Fior...
Role of FXR and other nuclear receptors in liver fibrosis - Prof Stefano Fior...Role of FXR and other nuclear receptors in liver fibrosis - Prof Stefano Fior...
Role of FXR and other nuclear receptors in liver fibrosis - Prof Stefano Fior...
 
Software Defined Networking - Real World Use Cases
Software Defined Networking - Real World Use CasesSoftware Defined Networking - Real World Use Cases
Software Defined Networking - Real World Use Cases
 
Rapports sur la responsabilité sociale, sociétale et environnementale et sur ...
Rapports sur la responsabilité sociale, sociétale et environnementale et sur ...Rapports sur la responsabilité sociale, sociétale et environnementale et sur ...
Rapports sur la responsabilité sociale, sociétale et environnementale et sur ...
 

Similaire à Journée de formation des RCCI / RCSI - AMF - Mars 2016 : Atelier 3

Appel d'offre Ministère de l'Intérieur
Appel d'offre Ministère de l'IntérieurAppel d'offre Ministère de l'Intérieur
Appel d'offre Ministère de l'IntérieurSociété Tripalio
 
earlegal #7 - Etat des lieux après deux ans d'application de la nouvelle régl...
earlegal #7 - Etat des lieux après deux ans d'application de la nouvelle régl...earlegal #7 - Etat des lieux après deux ans d'application de la nouvelle régl...
earlegal #7 - Etat des lieux après deux ans d'application de la nouvelle régl...Lexing - Belgium
 
Boamp avis-14-146990
Boamp avis-14-146990Boamp avis-14-146990
Boamp avis-14-146990Philippe Kahn
 
ICO: Guide comptable et fiscal
ICO: Guide comptable et fiscalICO: Guide comptable et fiscal
ICO: Guide comptable et fiscalJulien Mimoun
 
Appel à projet : création logo EPN
Appel à projet : création logo EPNAppel à projet : création logo EPN
Appel à projet : création logo EPNTechnofutur TIC
 
Module-1-Le-cycle-de-gestion-des-marchés-publics-planification-passation-adde...
Module-1-Le-cycle-de-gestion-des-marchés-publics-planification-passation-adde...Module-1-Le-cycle-de-gestion-des-marchés-publics-planification-passation-adde...
Module-1-Le-cycle-de-gestion-des-marchés-publics-planification-passation-adde...YoucefMimouni1
 
Assurance vie et Directive IDD - Transposition Luxembourg
Assurance vie et Directive IDD - Transposition LuxembourgAssurance vie et Directive IDD - Transposition Luxembourg
Assurance vie et Directive IDD - Transposition LuxembourgMarc Gouden
 
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.pptEXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.pptessiben
 
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.pptEXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.pptessiben
 
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.pptEXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.pptessiben
 
MIVB wil deel vervoer uitbesteden
MIVB wil deel vervoer uitbestedenMIVB wil deel vervoer uitbesteden
MIVB wil deel vervoer uitbestedenThierry Debels
 
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°14 Un nouvel outil pour les grands projets ...
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°14 Un nouvel outil pour les grands projets ...HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°14 Un nouvel outil pour les grands projets ...
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°14 Un nouvel outil pour les grands projets ...ASIP Santé
 
Commentaires de M. André Marie, chef du bureau des pratiques anti-concurrenti...
Commentaires de M. André Marie, chef du bureau des pratiques anti-concurrenti...Commentaires de M. André Marie, chef du bureau des pratiques anti-concurrenti...
Commentaires de M. André Marie, chef du bureau des pratiques anti-concurrenti...adreani
 
Les Acronymes financiers de 2014
Les Acronymes financiers de 2014Les Acronymes financiers de 2014
Les Acronymes financiers de 2014Novencia Groupe
 

Similaire à Journée de formation des RCCI / RCSI - AMF - Mars 2016 : Atelier 3 (20)

Réforme de la directive MIF : quelles conséquences sur les marchés financiers...
Réforme de la directive MIF : quelles conséquences sur les marchés financiers...Réforme de la directive MIF : quelles conséquences sur les marchés financiers...
Réforme de la directive MIF : quelles conséquences sur les marchés financiers...
 
Ao 1243-2128
Ao 1243-2128Ao 1243-2128
Ao 1243-2128
 
Appel d'offre Ministère de l'Intérieur
Appel d'offre Ministère de l'IntérieurAppel d'offre Ministère de l'Intérieur
Appel d'offre Ministère de l'Intérieur
 
earlegal #7 - Etat des lieux après deux ans d'application de la nouvelle régl...
earlegal #7 - Etat des lieux après deux ans d'application de la nouvelle régl...earlegal #7 - Etat des lieux après deux ans d'application de la nouvelle régl...
earlegal #7 - Etat des lieux après deux ans d'application de la nouvelle régl...
 
Boamp avis-14-146990
Boamp avis-14-146990Boamp avis-14-146990
Boamp avis-14-146990
 
ICO: Guide comptable et fiscal
ICO: Guide comptable et fiscalICO: Guide comptable et fiscal
ICO: Guide comptable et fiscal
 
Appel à projet : création logo EPN
Appel à projet : création logo EPNAppel à projet : création logo EPN
Appel à projet : création logo EPN
 
Présentation offre CRS / FATCA AMfine
Présentation offre CRS / FATCA AMfinePrésentation offre CRS / FATCA AMfine
Présentation offre CRS / FATCA AMfine
 
appel d'offre
appel d'offreappel d'offre
appel d'offre
 
Module-1-Le-cycle-de-gestion-des-marchés-publics-planification-passation-adde...
Module-1-Le-cycle-de-gestion-des-marchés-publics-planification-passation-adde...Module-1-Le-cycle-de-gestion-des-marchés-publics-planification-passation-adde...
Module-1-Le-cycle-de-gestion-des-marchés-publics-planification-passation-adde...
 
Révision de la directive MIfiD
Révision de la directive MIfiDRévision de la directive MIfiD
Révision de la directive MIfiD
 
Assurance vie et Directive IDD - Transposition Luxembourg
Assurance vie et Directive IDD - Transposition LuxembourgAssurance vie et Directive IDD - Transposition Luxembourg
Assurance vie et Directive IDD - Transposition Luxembourg
 
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.pptEXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
 
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.pptEXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
 
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.pptEXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
EXPOSE 5 DSI 2024 Contibution Demat au Controle.ppt
 
Ifu 2013 notice transfert déclaration rcm
Ifu 2013   notice transfert déclaration rcmIfu 2013   notice transfert déclaration rcm
Ifu 2013 notice transfert déclaration rcm
 
MIVB wil deel vervoer uitbesteden
MIVB wil deel vervoer uitbestedenMIVB wil deel vervoer uitbesteden
MIVB wil deel vervoer uitbesteden
 
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°14 Un nouvel outil pour les grands projets ...
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°14 Un nouvel outil pour les grands projets ...HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°14 Un nouvel outil pour les grands projets ...
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°14 Un nouvel outil pour les grands projets ...
 
Commentaires de M. André Marie, chef du bureau des pratiques anti-concurrenti...
Commentaires de M. André Marie, chef du bureau des pratiques anti-concurrenti...Commentaires de M. André Marie, chef du bureau des pratiques anti-concurrenti...
Commentaires de M. André Marie, chef du bureau des pratiques anti-concurrenti...
 
Les Acronymes financiers de 2014
Les Acronymes financiers de 2014Les Acronymes financiers de 2014
Les Acronymes financiers de 2014
 

Plus de Autorité des marchés financiers - AMF (France)

Plus de Autorité des marchés financiers - AMF (France) (13)

Trading spéculatif sur internet : l’interdiction de la publicité des produits...
Trading spéculatif sur internet : l’interdiction de la publicité des produits...Trading spéculatif sur internet : l’interdiction de la publicité des produits...
Trading spéculatif sur internet : l’interdiction de la publicité des produits...
 
FROG - French Routes and Opportunities Garden - 7 raisons de + de passer par ...
FROG - French Routes and Opportunities Garden - 7 raisons de + de passer par ...FROG - French Routes and Opportunities Garden - 7 raisons de + de passer par ...
FROG - French Routes and Opportunities Garden - 7 raisons de + de passer par ...
 
Forex, options binaires, arnaques financière en ligne : l’AMF, le Parquet de ...
Forex, options binaires, arnaques financière en ligne : l’AMF, le Parquet de ...Forex, options binaires, arnaques financière en ligne : l’AMF, le Parquet de ...
Forex, options binaires, arnaques financière en ligne : l’AMF, le Parquet de ...
 
Journée de formation des RCCI/RCSI - AMF - Mars 2016 - Atelier 2
Journée de formation des RCCI/RCSI - AMF - Mars 2016 - Atelier 2Journée de formation des RCCI/RCSI - AMF - Mars 2016 - Atelier 2
Journée de formation des RCCI/RCSI - AMF - Mars 2016 - Atelier 2
 
Journée de formation des RCCI / RCSI - Mars 2016 - Atelier 1
Journée de formation des RCCI / RCSI - Mars 2016 - Atelier 1Journée de formation des RCCI / RCSI - Mars 2016 - Atelier 1
Journée de formation des RCCI / RCSI - Mars 2016 - Atelier 1
 
Journée de formation des RCCI et RCSI - Mars 2016 - AMF
Journée de formation des RCCI et RCSI - Mars 2016 - AMFJournée de formation des RCCI et RCSI - Mars 2016 - AMF
Journée de formation des RCCI et RCSI - Mars 2016 - AMF
 
Rapport annuel de la médiation - 2015 - AMF
Rapport annuel de la médiation - 2015 - AMFRapport annuel de la médiation - 2015 - AMF
Rapport annuel de la médiation - 2015 - AMF
 
Compilation des chiffres clés 2014 de la gestion d actifs pour le compte de t...
Compilation des chiffres clés 2014 de la gestion d actifs pour le compte de t...Compilation des chiffres clés 2014 de la gestion d actifs pour le compte de t...
Compilation des chiffres clés 2014 de la gestion d actifs pour le compte de t...
 
Rapport gouvernement d'entreprise - novembre 2015
Rapport gouvernement d'entreprise - novembre 2015Rapport gouvernement d'entreprise - novembre 2015
Rapport gouvernement d'entreprise - novembre 2015
 
Etude sur les pratiques de communication des entreprises cotées - novembre 2015
Etude sur les pratiques de communication des entreprises cotées - novembre 2015Etude sur les pratiques de communication des entreprises cotées - novembre 2015
Etude sur les pratiques de communication des entreprises cotées - novembre 2015
 
Point presse - Union des marchés de capitaux - Mai 2015
Point presse - Union des marchés de capitaux  - Mai 2015Point presse - Union des marchés de capitaux  - Mai 2015
Point presse - Union des marchés de capitaux - Mai 2015
 
Cartographie des risques 2015
Cartographie des risques 2015Cartographie des risques 2015
Cartographie des risques 2015
 
Rapport ISR - Conférence de presse - novembre 2015
Rapport ISR - Conférence de presse - novembre 2015Rapport ISR - Conférence de presse - novembre 2015
Rapport ISR - Conférence de presse - novembre 2015
 

Journée de formation des RCCI / RCSI - AMF - Mars 2016 : Atelier 3

  • 1.
  • 3. MIF II : zoom sur le reporting des  transactions Anne Faucheux, responsable Capital Markets Initiatives, BNP  Paribas Duarte Goncalves, analyste senior, Unité marchés‐MIF,  Direction des marchés, AMF Diane Hamilton, experte, Unité expertise juridique et  internationale, Direction des marchés, AMF Anne‐Sophie Lucas, responsable Contrôle permanent &  Conformité, Crédit Agricoles Titres 3
  • 4. Reporting des transactions Glossaire AC : Autorité compétente ARM : Mécanisme de déclaration agréé (Approved Reporting Mechanism ) EEE : Espace économique européen EI : Entreprise d’investissement agréée en application de MIF II IF : Instrument financier LEI : Legal Entity Identifier MR : Marché réglementé OTF : Système organisé de négociation (Organised Trading Facility) PFN : Plate-forme de négociation (MR, SMN, OTF) RTO : Réception et transmission d’ordres RTS : Normes techniques de réglementation (Regulatory Technical Standards) SGP : Sociétés de gestion (OPCVM, FIA) SMN : Système multilatéral de négociation (Multilateral Trading Facility) 4
  • 5. Reporting des transactions • Le futur cadre juridique • Le double objectif du nouveau régime • Le calendrier prévisionnel • Les principales dispositions du nouveau régime • Quelques points d’attention 5
  • 6. Reporting des transactions Le futur cadre juridique • Textes de niveau 1 : MiFIR (e.g. Titre IV article 26) / MIF II (e.g. Titre V) • Textes de niveau 2 : RTS (en particulier n° 22 et 13) ITS (n° 3) • Textes de niveau 3 : Orientations de l’ESMA (Guidelines) (en consultation publique jusqu’au 23 mars 2016) • Textes de transposition en droit national : code monétaire et financier et RGAMF pour les dispositions relevant de MIF II (e.g. concernant les ARM) 6
  • 7. Reporting des transactions Le double objectif du nouveau régime MIFIR et MIF II visent à :  renforcer l’harmonisation des modalités de déclaration des transactions  préciser les rôles et responsabilités des parties prenantes Afin de permettre aux AC d’assurer :  un meilleur suivi de l’activité des EI et ainsi un meilleur accompagnement (e.g. dans le cadre des évolutions réglementaires européennes)  une meilleure surveillance et détection des abus de marché 7
  • 8. Reporting des transactions Le calendrier prévisionnel • Entrée en vigueur : juillet 2014 • Date d’application : 3 janvier 2018 (au lieu du 3 janvier 2017) sur proposition de la CE en date du 10 février 2016 pour tenir compte du «défi technique exceptionnel» • Quelques incertitudes à ce jour : - confirmation du report de la date d’application (par le Parlement européen et le Conseil) - adoption des RTS - publication des Orientations de l’ESMA 8
  • 9. Reporting des transactions Les principales dispositions du nouveau régime Bref rappel • Un champ d’application étendu :  Les IF admis à la négociation ou négociés sur une PFN (MR + SMN + OTF) ou pour lesquels une demande d’admission à la négociation a été présentée  Les IF dont le sous-jacent est un IF négocié sur une PFN  Les IF dont le sous-jacent est un indice ou un panier composé d’IF négociés sur une PFN • Plusieurs types d’acteurs concernés :  Toute EI qui exécute une transaction  Toute EI qui transmet des ordres pour exécution dès lors qu’elle ne transmet pas l’ensemble des informations déclarables au maillon suivant de la chaîne d’exécution  Toute PFN pour le compte de ses membres non EI 9
  • 10. Reporting des transactions Les principales dispositions du nouveau régime Bref rappel (suite) • Une identification unique des personnes morales : LEI • Trois canaux de déclaration des transactions à l’AC : EI, ARM (pour compte EI) ou PFN (si transaction via son système) • Trois trading capacities : dealing on own account, matched principal trading, any other capacity • Un accroissement du nombre des champs (métiers) déclaratifs :  MIF : 20 champs déclaratifs dans le système français actuellement  MIFIR : 65 champs déclaratifs (norme ISO 20022 requise) 10
  • 11. Reporting des transactions Quelques points d’attention (1/3) • L’identification des clients personnes physiques (deux modes) :  par les Prénom / Nom / Date de naissance et  par le code choisi par chaque AC pour ses nationaux (priorisation selon AC) => les personnes physiques de nationalité française devront être identifiées par le code CONCAT (article 6 et annexe II RTS n° 22) :  Code pays (deux caractères) : FR  Date de naissance au format: AAAAMMJJ  5 premières lettres du prénom  5 premières lettres du nom de famille exemples : - le client finlandais d’une EI française sera identifié en priorité par le Personal Identity Code et à défaut par le code CONCAT - le client français d’une EI britannique sera identifié par le code CONCAT 11
  • 12. Reporting des transactions Quelques points d’attention (2/3) • Le cas des gestionnaires d’actifs pour compte de tiers :  SGP OPCVM / FIA : n’ont pas la qualité d’EI => ne sont plus assujetties au reporting des transactions y compris lorsqu’elles fournissent des services d’investissement à titre accessoire  EI agréée pour fournir le service de gestion de portefeuille (service 4 annexe I de MIF II) : ont la qualité d’EI => sont assujetties au reporting des transactions • Le cas des EI agissant en RTO : dès lors qu’elles ne transmettent pas au maillon suivant de la chaîne d’exécution les informations déclarables requises par l’article 4(2) du RTS n° 22 (e.g. identification du client), elles doivent : - soumettre une déclaration reflétant toutes les caractéristiques de la transaction - préciser dans leur déclaration qu’elles ont agi en qualité de RTO (champ 25 transmission of order indicator de l’annexe 1 du RTS n° 22) 12
  • 13. Reporting des transactions Quelques points d’attention (3/3) • Le cas des ARM :  Exigence d’un agrément délivré par l’AC du pays d’origine :  Dépôt du dossier d’agrément au moins six mois avant la date prévisionnelle d’activité (ex : juin 2017 pour exercer l’activité à compter de janvier 2018)  Auprès de l’AMF pour les entités commerciales et les PFN souhaitant exercer l’activité de communication de données  Auprès de l’ACPR pour les EI souhaitant exercer cette activité (via une extension d’agrément) (les modalités pratiques de dépôt du dossier seront précisées ultérieurement en complément des éléments déjà disponibles dans l’ITS n°3)  Passeport d’activité : l’agrément permet à l’ARM d’exercer son activité dans toute l’Union européenne (article 60 alinéa 2 de MIF II).  Aucune clause de « grand-père » • Le reporting des succursales : déclaration des transactions à l’AC du pays d’origine de l’EI (home competent authority) 13
  • 14. Reporting des transactions Le futur régime des déclarations de transaction de MiFIR / MIF II  un bouleversement du régime actuel … … qui requiert la mobilisation de tous  14
  • 16. • Etat des lieux réglementaire – Les évolutions issues du règlement MAR • La complémentarité entre la surveillance réalisée par l’AMF et celle  réalisée par les établissements – La Surveillance du régulateur : des traitements « de masse » sur un périmètre  large représentant des quantités  très importantes de données – La Surveillance par les établissements, guidée par l’analyse des risques liée à  l’activité de chaque établissement • Les déclarations d’opérations suspectes reçues par l’AMF • Témoignages d’établissements : comment choisir un outil? Quelles  difficultés et quelles solutions? 16
  • 17. Les évolutions issues du règlement MAR Rappel du calendrier MAR : • 12 juin 2014 : publication au Journal Officiel de l’Union Européenne du règlement MAR  Règlement (UE) n° 596/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 sur les abus de marché  (règlement relatif aux abus de marché) • 3 février 2015 : publication par l’ESMA de son avis technique pour les actes délégués  voir sur le site de l’ESMA (2015/224 ‐ Technical advice on possible delegated acts concerning the MAR).  Décembre 2015 :  directive d’implémentation (EU) 2015/2392 sur le Whistleblowing et règlement délégué. • 28 septembre 2015 : publication par l’ESMA de son rapport final pour les standards techniques.   voir sur le site de l’ESMA (2015/1455 ‐ Final Report ‐ Draft technical standards on the MAR).  Processus d’adoption en cours : • Adoption des standards techniques par la Commission européenne, sous la forme de règlements,  • Procédure d’approbation par le Parlement et le Conseil européen.  • Le dispositif sera également complété par la rédaction par l’ESMA de trois orientations (« Guidelines »)  prévues par le règlement sur : – la notion d’information privilégiée relative aux matières premières et leur dérivés ; – la pratique des sondages de marché ; – les conditions de publication différée d’information privilégiée. • 3 juillet 2016 : entrée en application 17
  • 18. Les évolutions issues du règlement MAR L’article 16 de MAR : un dispositif de déclaration des opérations suspectes étendu • Le champ des opérations devant faire l’objet de la détection et la déclaration des opérations  suspectes est élargi : – aux ordres (« suspicious transaction and order report » ou STOR) ; – aux instruments négociables seulement sur un MTF ou OTF ; – aux dérivés OTC dont le sous‐jacent est négocié sur un MR, MTF ou OTF.  • La réglementation française actuelle avait déjà largement anticipé le champ étendu (notamment  aux ordres et dérivés OTC). • Toutefois, le règlement MAR va encore plus loin. Le dispositif  de déclaration des opérations  suspectes inclut désormais également : – les tentatives d’abus de marché ;  – les abus (ou tentatives d’abus) de marché sur un instrument négociable sur un SMN « standard » (tel que le  Marché libre) ou sur un futur OTF, ou un instrument lié ; – les manipulations (ou tentatives de manipulations) d’un contrat au comptant sur matières premières lié à un  instrument financier. • En outre, le nouveau dispositif concerne un nombre d’acteurs plus important puisque les plates‐ formes de négociation y sont dorénavant assujetties. 18
  • 19. Les évolutions issues du règlement MAR Les précisions apportées par les standards techniques sur le dispositif • Quelques clarifications sur le périmètre : caractère exhaustif de la surveillance. • Des systèmes et procédures adéquats : – adaptés à la nature et la taille de l’activité ; – régulièrement revus et adaptés. • Les conditions de délégation de la fonction de détection des opérations suspectes : – Possible au sein d’un groupe à condition que la délégation soit documentée ; – L’établissement reste pleinement responsable du respect de l’article 16. • Les obligations de conservation : conservation des analyses pendant 5 ans. • Formation régulière des personnes chargées du dispositif mais aussi des opérationnels. • Délai de déclaration : tout délai doit être justifiable.  • Les modalités de déclaration (y compris le formulaire‐type) *     *     * Point d’attention : les dispositions relatives au « signalement de violations » ou whistleblowing – MAR article 32 3. « Les États membres exigent des employeurs exerçant des activités réglementées par  la réglementation relative aux services financiers qu’ils mettent en place des procédures internes  appropriées permettant à leur personnel de signaler toute violation du présent règlement. »  Pour toutes les entreprises du secteur financier, le dispositif existant au titre d’autres  réglementations doit être étendu / adapté aux abus de marché. 19
  • 20. • Etat des lieux réglementaire – Les évolutions issues du règlement MAR • La complémentarité entre la surveillance réalisée par l’AMF et celle  réalisée par les établissements – La Surveillance du régulateur : des traitements « de masse » sur un périmètre  large représentant des quantités  très importantes de données – La Surveillance par les établissements, guidée par l’analyse des risques liée à  l’activité de chaque établissement • Les déclarations d’opérations suspectes reçues par l’AMF • Témoignages d’établissements : comment choisir un outil? Quelles  difficultés et quelles solutions? 20
  • 22. Une surveillance qui s’exerce dans un environnement en évolution • Des volumes d’information en forte croissance et une multiplication des sources :  – Il faut désormais surveiller 6 plateformes pour disposer de 95% des transactions sur le CAC 40 ; – Sur les valeurs du CAC 40, les dérivés représentent 1/3 des volumes traités (hors indiciel). • Des informations de plus en plus complexes à analyser – Les grilles de tarification des bourses entrainent une forte concentration des accès au  marché, et par  conséquent des successions d’intermédiaires entre le donneur d’ordres et le marché.  • Les manquements recherchés sont de plus en plus sophistiqués – De plus en plus d’opérations d’initiés réalisées via des dérivés ; – De plus en plus de manipulations…  • … réalisées sur plusieurs marchés … • … et / ou qui portent sur des mouvements de prix faibles mais répétées et sur de multiples  valeurs.  Malgré un accès aux données renforcé par les évolutions réglementaires et des  investissements importants de l’AMF sur sa plateforme de surveillance,  la complémentarité avec la surveillance réalisée par les établissements est essentielle. 22
  • 23. • Etat des lieux réglementaire – Les évolutions issues du règlement MAR • La complémentarité entre la surveillance réalisée par l’AMF et celle  réalisée par les établissements – La surveillance du régulateur : des traitements « de masse » sur un périmètre  large représentant des quantités  très importantes de données – La surveillance par les établissements, guidée par l’analyse des risques liée à  l’activité de chaque établissement • Les déclarations d’opérations suspectes reçues par l’AMF • Témoignages d’établissements : comment choisir un outil? Quelles  difficultés et quelles solutions? 23
  • 24. • État des lieux réglementaire – Les évolutions issues du règlement MAR • La complémentarité entre la surveillance réalisée par l’AMF et celle  réalisée par les établissements – La surveillance du régulateur : des traitements « de masse » sur un périmètre  large représentant des quantités  très importantes de données – La surveillance par les établissements, guidée par l’analyse des risques liée à  l’activité de chaque établissement • Les déclarations d’opérations suspectes reçues par l’AMF • Témoignages d’établissements : comment choisir un outil ? Quelles  difficultés et quelles solutions? 24
  • 26. • Répartition par typologie  de manquements – Une répartition équilibrée  entre manipulations de  marché et initiés. Évolution qualitative des DOS reçues d’établissements français • Répartition par type d’instruments – Une prépondérance encore très forte  des déclarations portant sur les actions  (> 90%). – Peu cohérent avec l’évolution constatée  dans les autres juridictions européennes,  où la part des déclarations sur dérivés,  notamment, a fortement augmenté. 26
  • 28. • État des lieux réglementaire – Les évolutions issues du règlement MAR • La complémentarité entre la surveillance réalisée par l’AMF et celle  réalisée par les établissements – La Surveillance du régulateur : des traitements « de masse » sur un périmètre  large représentant des quantités  très importantes de données – La Surveillance par les établissements, guidée par l’analyse des risques liée à  l’activité de chaque établissement • Les déclarations d’opérations suspectes reçues par l’AMF • Témoignages d’établissements : comment choisir un outil? Quelles  difficultés et quelles solutions? 28