...
Introduction	
  
	
  

	
  
Depuis	
   2008,	
   le	
   monde	
   occidental	
   et	
   singulièrement	
   l'Europe	
   su...
 
	
  
	
  
	
  
	
  

Sommaire	
  
	
  
	
  
LA	
  QUESTION	
  NON	
  RESOLUE	
  DES	
  RISQUES	
  BANCAIRES	
  	
  
	
  ...
CROISSANCE,	
  CHOMAGE,	
  INVESTISSEMENTS,	
  INFLATION	
  	
  
	
  
	
  
XIV.	
  	
  Prévisions	
  de	
  croissance	
  :...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  

	
  
La	
...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  

I	
  
Une	
  supervision	
  bancaire	
  a	
  minima	
  
	
  

	
  
Le	
  principe	
  de	
  l'U...
L'accord	
  ménage	
  la	
  susceptibilité	
  de	
  certains	
  pays	
  dont	
  l'Allemagne	
  qui	
  ne	
  voulait	
  pas...
 
	
  
	
  

II	
  
Banques	
  et	
  rapport	
  Liikanen	
  :	
  passion	
  ou	
  raison	
  ?	
  
	
  

	
  
Dans	
   une	...
Le	
   dispositif	
   préconisé	
   est	
   plus	
   subtil	
  :	
   	
   les	
   experts	
   se	
   prononcent	
   en	
  ...
 
Cette	
   extension	
   numérique	
   –	
   que	
   les	
   Pouvoirs	
   publics	
   pourraient	
   quant	
   à	
   eux	...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  

III	
  
Le	
  "	
  shadow	
  banking	
  "	
  et	
  le	
  côté	
  obscur	
  de	
  la	
  finance...
1	
  )	
  L’existence	
  de	
  cette	
  finance	
  de	
  l’ombre	
  démontre	
  à	
  quel	
  point	
  les	
  opérateurs	
 ...
 

IV	
  
Emprunts	
  toxiques	
  :	
  Dexia	
  et	
  l'opacité	
  des	
  taux	
  d'intérêt	
  
	
  

	
  
La	
   banque	
...
Sur	
  le	
  fond,	
  on	
  peut	
  s'interroger	
  sur	
  l'opportunité	
  que	
  va	
  avoir	
  Dexia	
  d'éventuellemen...
V	
  
Certaines	
  banques	
  et	
  le	
  non-­‐respect	
  des	
  lignes	
  jaunes	
  

	
  
	
  
Echaudés	
  et	
  échauf...
Là	
   où	
   la	
   complexité	
   éclate	
   au	
   grand	
   jour,	
   c'est	
   dans	
   le	
   cas	
   du	
   contour...
En	
  troisième	
  lieu,	
  il	
  y	
  a	
  lieu	
  de	
  croiser	
  deux	
  notions.	
  Une	
  chère	
  au	
  Doyen	
  Pi...
 

VI	
  
Les	
  banques	
  intragroupes	
  :	
  utilité	
  et	
  risques	
  
	
  
	
  
Certaines	
   grandes	
   entrepri...
lorsque	
  les	
  conditions	
  de	
  fait	
  ne	
  permettent	
  pas	
  de	
  considérer	
  que	
  les	
  conventions	
  ...
Mais	
  à	
  côté	
  de	
  cette	
  filiale	
  bancaire	
  destinée	
  au	
  grand	
  public,	
  il	
  faut	
  relever	
  ...
Parallèlement,	
  une	
  banque	
  intragroupe	
  peut	
  aussi	
  être	
  un	
  véhicule	
  permettant	
  de	
  gérer	
  ...
l'efficacité	
   commerciale	
   tangible.	
   Pour	
   information,	
   le	
   banque	
   intragroupe	
   de	
   VW	
   a...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  

	
  

	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
 ...
 
	
  
	
  

VII	
  
Allemagne	
  exaspérée	
  et	
  syndrome	
  de	
  la	
  Mitteleuropa	
  
	
  

	
  
Depuis	
   des	
 ...
Parallèlement,	
   il	
   ne	
   faut	
   pas	
   mésestimer	
   l'impact	
   –	
   lui	
   aussi	
   –	
   pro-­‐cyclique...
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Libres contributions économiques tome 3
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Libres contributions économiques tome 3

2 347 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 347
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Libres contributions économiques tome 3

  1. 1.                                                                   Libres  contributions  économiques     Tome  III         N°  ISBN  :  9782322026036     1  
  2. 2. Introduction       Depuis   2008,   le   monde   occidental   et   singulièrement   l'Europe   subissent   une   crise   économique  dont  il  n'est  pas  interdit  de  penser  qu'elle  est  doublement  structurelle.  D'un   côté,   une   crise   des   pratiques   de   l'endettement   privé   et   d'un   certain   laxisme   public.   De   l'autre,  une  crise  à  valeur  de  mutation  de  civilisation  comme  ne  cesse  de  le  répéter  –  et   de  le  démontrer  –  le  philosophe  Michel  Serres.   Face  à  cette  crise  des  chiffres  et  du  monde  numérique  naissant,  le  corps  social  souffre  et   nul   ne   saurait   nier   que   la   crise   comporte   un   coût   humain   par   les   inflexions   de   trajectoires,  les  lignes  brisées  qu'elle  impose.   Cet  ouvrage  s'inscrit  dans  la  suite  chronologique  des  deux  précédents  (  "  Crise  et  libres   contributions   économiques   "   et   "   Risques,   espoirs   et   libres   contributions   économiques   "   )   et   représente   la   compilation   méthodique   de   documents   de   recherches   qui   ont   fait   l'objet  de  publications.  Des  versions  plus  étoffées  demeurant  destinées  aux  soutiens  du   jeune  Think  tank  :  Archer  58  Research.   Puissent  ces  pages  nourrir  la  réflexion  personnelle  du  lecteur  dans  des  temps  troublés   pour  tellement  de  citoyens.     Avec  l'expression  de  mon  dévouement,    Juin  2013.     Jean-­‐Yves  Archer   Economiste   cabinetarcher@orange.fr                                 2  
  3. 3.           Sommaire       LA  QUESTION  NON  RESOLUE  DES  RISQUES  BANCAIRES       I.    Une  supervision  bancaire  a  minima       II.    Banques  et  rapport  Liikanen  :  passion  ou  raison  ?     III.    Le  "  shadow  banking  "  et  le  côté  obscur  de  la  finance     IV.    Emprunts  toxiques  :  Dexia  et  l'opacité  des  taux  d'intérêt     V.    Certaines  banques  et  le  non-­‐respect  des  lignes  jaunes     VI.    Les  banques  intragroupes  :  utilité  et  risques       L'EUROPE  EN  CRISE         VII.  Allemagne  exaspérée  et  syndrome  de  la  Mitteleuropa     VIII.    Espagne  :  temps  de  récession  et  de  régressions  plurielles     IX.    Caterpillar  :  la  Belgique  est  sous  le  choc     X.      PSA  en  perte  de  5  milliards  :  que  penser  ?     XI  :    Virgin,  Fnac  :  condamnées  à  fermer  ?     XII.      La  marque  Findus  est-­‐elle  morte  ?     XIII.    La  crise  pour  trois  ans  ?               3  
  4. 4. CROISSANCE,  CHOMAGE,  INVESTISSEMENTS,  INFLATION         XIV.    Prévisions  de  croissance  :  erreurs  et  mensonges     XV.    Haut-­‐conseil  des  finances  publiques  :  véritable  efficacité  ?     XVI.      La  crise  et  la  rectitude  des  chiffres  :  objectif  ou  chimère  ?     XVII.      L'Amérique  :  un  relais  de  croissance     XVIII.      Chômage  :  le  Président  Hollande  et  le  "  coûte  que  coûte  "     XIX.            La  France  et  l'exportation  :  avaries  à  répétition     XX.            Investissements  étrangers  :  le  mythe  de  l'attractivité  française     XXI.          Inflation  et  apparition  de  la  slumpflation     XXII.        Les  femmes  et  le  monde  du  travail         ECONOMIE  ET  POLITIQUE       XXIII.      La  crise  et  le  discrédit  de  la  parole  politique     XXIV.    A  jeudi  Monsieur  le  Président  et  à  votre  écoute     XXV.      Le  ressac  du  premier  ministrable  Cahuzac     XXVI.        Certaines  grandes  lois  sont-­‐elles  irréversibles  ?       HOMMAGES       XXVII.      Hommage  à  Olivier  Ferrand     XXVIII.    Le  chef  ***  Bernard  Loiseau  :  dix  ans  déjà         CONCLUSION       XXIX.      Autour  de  la  dépense  publique             4  
  5. 5.                                                 La  question  non  résolue  des  risques  bancaires                                               5  
  6. 6.             I   Une  supervision  bancaire  a  minima       Le  principe  de  l'Union  bancaire  demandait  de  l'ambition  :  il  faut  dresser  un  constat  de   carence  et  se  contenter  d'un  accord  qui  instaure  une  supervision  bancaire  a  minima.  La   prévention  du  risque  systémique  en  Europe  n'est  donc  pas  valablement  assurée  pour  les   années  à  venir.  Tout  ceci  est  objectivement  regrettable.     Les   négociateurs   européens   ont   travaillé   des   heures   pour   aboutir   à   un   résultat   que   certains  ont  qualifié  avec  un  triomphalisme  qui  n'est  pourtant  pas  de  mise.   Reprenons  posément  les  faits.   Il  y  a  un  peu  plus  de  6000  banques  à  superviser.  Par  l'introduction  d'un  seuil  élevé  (  30   milliards   d'euros   d'actifs   ou   plus   de   20%   du   PIB   du   pays   d'origine   ),   la   BCE   ne   sera   compétente   que   pour   environ   200   banques.   Autrement   dit,   les   200   plus   importantes   mais  la  supervision  nationale  restera  de  mise  pour  96%  des  établissements.   Est-­‐cela   une   ambition   européenne   ?   Est-­‐cela   une   prévention   européenne   du   risque   systémique   ?     Le   lecteur   attentif   pourra   reprendre   les   seuils   qui   existent   dans   différents   domaines   du   droit   communautaire   (   concurrence   et   concentrations,   ententes,   etc   )   et   constater   que   l'Europe   n'est   pas   aussi   démunie   que   dans   le   cas   de   la   pseudo   Union   bancaire.   Nous  avons  eu  l'occasion  de  développer,  dans  un  précédent  ouvrage,  l'effet  pervers  du   système  de  seuils  et  sommes  véritablement  perplexe  face  à  un  tel  accord  que  feu  le   diplomate  Claude  Cheysson  aurait,  à  regret,  qualifié  de  "traité-­‐croupion".   De   surcroît,   tout   praticien   ou   analyste   du   monde   bancaire   sait   bien   que   la   création   monétaire  va  bien  au-­‐delà  des  actifs  et  qu'en  plus  les  engagements  hors-­‐bilan  sont  non   négligeables  et  par  essence  exclus  du  calcul  du  seuil  tels  des  habitats  troglodytes  pour   passifs  non  révélés.   Autrement  dit,  ce  sont  les  très  grandes  banques  qui  vont  être  contrôlées  et  on  laissera   les   superviseurs   nationaux   tenter   de   réaliser   leur   mission   face   à   des   entités   bancaires   transnationales.   Pour  convaincre  clairement  et  frontalement  le  lecteur  :  est-­‐on  certain  que  l'Autorité  de   Contrôle  Prudentiel  et  la  Banque  de  France  avaient  une  vision  claire  de  l'exposition  du   Crédit  Agricole  au  risque  de  sa  filiale  grecque  Emperiki  il  y  a  encore  quelques  semaines  ?     6  
  7. 7. L'accord  ménage  la  susceptibilité  de  certains  pays  dont  l'Allemagne  qui  ne  voulait  pas  de   supervision  BCE  pour  ses  banques  régionales  et  certaines  caisses  d'épargne.  Que  le  pays   vertueux   en   orthodoxie   budgétaire   soit   aussi   souple   en   matière   de   supervision   bancaire   est,  à  tout  le  moins,  une  énigme  voire  une  déception  analytique.   L'accord  reconnait  une  compétence  limitée  à  la  BCE  à  la  seule  zone  euro  ce  qui  se   conçoit  au  plan  des  faits  et  du  droit.  Il  reste  donc  à  bâtir  une  articulation  pertinente  des   futures  actions  de  supervision  entre  l'ABE  et  la  BCE.  Nous  avions  écrit,  il  y  a  des   semaines,  qu'il  faudrait  être  minutieux  sur  ce  point  et  n'aurions  pas  imaginé,  étant   donnée  la  profondeur  de  la  crise  bancaire,  un  accord  aux  contours  aussi  flous  sur  ce   nœud  gordien.   Décidément   le   souffle   chaud   des   pères   fondateurs   de   l'Europe   ou   la   rigueur   des   analystes  du  monde  bancaire  n'auront  pas  atteint  les  paragraphes  de  cet  accord.   Comble   de   la   situation,   le   pays   européen   le   plus   bancarisé,   à   savoir   le   Royaume-­‐Uni,   ainsi   que   la   Suède   et   la   Tchéquie   ne   sont   pas   partie   prenante   à   l'accord.   Autant   dire   que   des   tensions   de   compétences   et   d'interprétation   vont   exister   entre   l'ABE   basée   à   Londres  et  la  BCE.   Ce   matin,   certains   banquiers   doivent   être   déçus   car   ils   savent   qu'ils   vont   devoir   continuer  à  travailler  avec  la  notion  de  risque  de  contrepartie.  D'autres  moins  friands  de   rectitude  doivent  fêter  le  réveillon  de  la  Saint-­‐Sylvestre  avant  l'heure.  Il  faut  dire  que  le   ministre   français   Pierre   Moscovici   a   cru   opportun   de   dire   que   cet   accord   était   "   un   cadeau  de  Noël  pour  l'ensemble  de  l'Europe".   L'ensemble  n'est  pas  exhaustif  puisque  trois  pays  manquent  à  l'appel  et  la  supervision   est   réduite,   par   le   niveau   important   des   seuils,   à   une   expression   qui   fait   d'elle   une   couverture   radar   poreuse   alors   même   que   les   superviseurs   nationaux   ont   déjà   publiquement  émis  le  besoin  d'un  cran  européen  pour  cette  notion-­‐clef.   L'industrie   bancaire   est   au   cœur   de   nos   vies   de   producteurs   ou   de   consommateurs   :   nous   le   voyons   bien   en   la   période   actuelle   de   resserrement   du   crédit   (   "credit-­‐crunch"   ).   Elle   est   donc   un   maillon   fort   de   la   chaîne   qui   forge   la   confiance   indispensable   aux   rouages  (  marché  interbancaire  )  comme  à  l'ensemble  des  échanges.   Ce  maillon  fort  peut  être,  ici  ou  là,  pour  de  multiples  raisons  entaché  par  des  faiblesses   de  certains  de  ses  éléments.   La   supervision   était   un   bouclier   pertinent   pour   la   sécurité   des   transactions   :   elle   a   été   vue  comme  une  contrainte  et  réduite  a  minima  au  prix  de  notre  liberté  future  et  de  notre   quiétude  de  contribuables.   Regrettable.   Il  restera  à  suggérer  aux  amateurs  de  cadeau  de  Noël  la  relecture  de  Léon  Blum  dans  ses   "Nouvelles   conversations   de   Goethe   avec   Eckermann   "   :   "   Toute   société   qui   prétend   assurer  aux  hommes  la  liberté  doit  commencer  par  en  garantir  l'existence".   Si   un   établissement   de   moyenne   taille   fait   défaut   et   qu'il   y   a   un   "bank-­‐run",   nul   doute   que  les  épargnants  inquiets  voudront  que  l'on  rende  sa  liberté  à  leur  argent  et  nul  doute   qu'ils  n'auront  plus  en  tête  les  noms  et  visages  des  négociateurs  de  cet  accord  tristement   marqué  du  sceau  de  l'imprévoyance.         7  
  8. 8.       II   Banques  et  rapport  Liikanen  :  passion  ou  raison  ?       Dans   une   France   marquée   par   le   poids   de   la   Loi   de   finances   pour   2013   et   par   l’accumulation   –   hélas   -­‐   des   plans   sociaux,   une   information   importante   a   été   engloutie   par  le  flot  incessant  des  «  news  ».  Il  s’agit  de  la  parution  d’un  rapport  européen  relatif  à   l’avenir   des   banques.   Alors   que   le   Gouvernement   vient   de   proposer   au   Parlement   d'adopter  une  loi  bancaire  à  la  française  dite  loi  Moscovici,  examinons  les  enjeux  de  la   future   Directive   européenne.   La   loi   française   paraissant   timorée   à   nombre   d'observateurs.   Même  si  la  matière  que  nous  allons  traiter  est  sérieuse,  commençons  par  une  anecdote   savoureuse.  En  Février  2012,  le  Commissaire  européen  Michel  Barnier  a  demandé  que   soit   composé   un   groupe   d’experts   afin   de   proposer   des   adaptations   structurelles   à   l’exercice   de   la   profession   bancaire.   Un   peu   plus   de   dix   personnes   se   sont   réunies   régulièrement   sous   la   présidence   de   Erkki   Liikanen,   Gouverneur   de   la   Banque   de   Finlande  et  membre  du  directoire  de  la  BCE.   Le  clin  d’œil  franco-­‐français  vient  du  fait  que  le  seul  français  membre  de  la  commission   Liikanen  n’était  autre  qu’un  certain  Louis  Gallois.  On  observera,  au  scanner,  sa  puissance   de  travail  incontestable  tout  en  pensant  aux  travaux  de  l’historien  et  sociologue  Gérard   Vincent   qui   stigmatisait   dans   son   ouvrage   «  Les   jeux   français  »   le   danger   de   ce   «  multipositionnement  »  (sic)  d’éminentes  personnalités.  A  l’heure  où  le  rapport  Gallois   relatif   à   la   compétitivité   reçoit   un   accueil   assez   étonnant   et   ingrat   de   la   part   de   ses   commanditaires,  on  observera  que  le  rapport  Liikanen  remis  le  2  Octobre  2012  n’a  pas   reçu  –  fort  heureusement  –  le  même  traitement.   Cette  remarque  d’introduction  effectuée,  passons  donc  au  centre  du  sujet  résumé  par  le   titre   même   du   document  :   «  Rapport   de   la   commission   d’experts   européen   sur   la   réforme   bancaire  ».   Ce   rapport   se   veut   à   finalité   opérationnelle  :   autrement   dit,   il   sera   pour   une   large   partie   la   matrice   de   futures   Directives   de   Bruxelles   visant   à   assurer   l’efficacité  et  la  stabilité  des  banques.   En  premier  lieu,  le  rapport  Liikanen  a  été  influencé  par  l’idée  d’un  retour  aux  principes   du   Glass-­‐Steagall   Act   de   1933   malencontreusement   abrogé   par   le   Président   Clinton   en   1999.  De  nombreux  analystes  et  économistes  militaient  pour  cette  solution.  Le  rapport   la   repousse   et   milite   pour   une   séparation   des   activités   de   marché   fortement   risquées   du   reste  des  établissements  bancaires.   Autrement  dit,  les  travaux  du  groupe  du  Gouverneur  Liikanen  rejette  l’idée  en  vogue  qui   viserait   à   séparer   les   activités   de   banques   de   dépôts   de   celles   des   banques   d’investissement.     8  
  9. 9. Le   dispositif   préconisé   est   plus   subtil  :     les   experts   se   prononcent   en   faveur   d’une   «  compartimentation  »   (ring-­‐fencing)   des   fonds   dédiés   à   des   activités   de   marché   pour   compte  propre  de  celles  effectuées  pour  compte  de  tiers.  Ainsi,  il  s’agit  de  prévenir  les   risques  et  d’établir  un  véritable  pare-­‐feu  crédible  avec  les  activités  de  «  retail-­‐banking  ».   Concrètement,  cela  signifie  que  le  trading  devrait  être  juridiquement  isolé  en  ayant  ses   propres   dotations   en   capital   et   ses   propres   résultats   sans   que   ceux-­‐ci   ne   puissent   impacter   les   activités   de   banques   de   dépôts.   Cette   quête   d’autonomie   comptable   des   traders  est  une  idée  notamment  issue  de  la  commission  britannique  Vickers  et  de  la  loi   américaine  Dodd-­‐Franck.   Si   cette   proposition   fait   son   chemin,   elle   visera   les   seules   activités   de   trading   à   haut   risque  et  d’autres  produits  comme  le  crédit  aux  hedges  funds,  etc.   Pour  la  Fédération  Française  des  Banques  (  FFB  ),  ce  «     rapport  reconnait  l’efficacité  du   modèle   de   banque   universelle   au   service   des   clients  »   mais   «  laisse   ouverte   de   nombreuses   questions  ».   Il   convient   d’en   citer   une   qui   n’est   pas   neutre   pour   l’activité   économique   d’un   pays,   on   ne   sait   pas   si   le   «  private   equity  »   sera   englobé   dans   le   périmètre  de  la  zone  d’activité  à  hauts  risques.   En  deuxième  lieu,  on  ne  peut  qu’être  un  peu  sur  la  réserve  face  à  un  projet  de  réforme   aux   frontières   d’application   incertaine.   Pour   oser   une   formule   simple   à   mémoriser  :   le   rapport   Liikanen   ne   casse   pas   la   banque   universelle   mais   ne   sera   pas   d’application   universelle.   En   effet,   du   fait   des   seuils   d’application   définis   par   le   rapport,   seule   une   vingtaine   de   banques   seront   concernées   dans   l’Union.   Dont   quatre   en   France  :   BNP   Paribas,  BPCE,  Société  Générale  et  Crédit  Agricole  (  encore  convalescent  de  son  aventure   grecque).   Au  plan  conceptuel,  on  se  dit  que  des  contrats  de  sous-­‐traitance  entre  grandes  et  petites   banques   vont   faire   florès   et   reporter   le   risque   à   l’étage   d’en-­‐dessous.   Or,   par   les   liens   interbancaires,   n’est-­‐ce   pas   une   voie   venimeuse   pour   le   pare-­‐feu   que   l’on   cherche   à   élaborer  ?   En  troisième  lieu,  les  experts  réunis  autour  du  Gouverneur  Liikanen  recommandent  une   réforme   des   rémunérations   et   une   meilleure   cohérence   de   celles-­‐ci   face   à   l’intérêt   social   des   établissements   bancaires.   Notamment   en   versant   des   bonus   sous   forme   d’obligations   à   maturité   assez   longue   pour   motiver   les   traders   à   la   durabilité   du   caractère  sain  de  l’exploitation  bancaire  qui  les  fait  travailler.   En  quatrième  lieu,  concernant  ce  chantier  d’envergure,  nous  rappellerons  notre  position   qui   consistait   à   vivement   préconiser   d’accorder   le   statut   de   mandataire   social   aux   principaux  traders  opérant  dans  des  filiales  dédiées.  Double  avantage  :  la  possibilité  de   la   révocation   ad   nutum   et   aussi   l’exigence   de   loyauté   juridiquement   définie   par   des   chartes   de   bonne   gouvernance   mais   surtout   encadrée   par   des   jurisprudences   rendues   sous   l’impulsion   du   Doyen   Pierre   Bézard   de   la   chambre   commerciale   de   la   Cour   de   cassation.   Pour   mémoire   et   en   guise   de   conclusion,   un   extrait   de   notre   ouvrage   "   Crise   et   libres   contributions   économiques"   en   son   chapitre   II   intitulé   «  Quatre   ans   après,   désarroi   et   maintien  de  l’industrie  bancaire  »  :   «  Au   prix   de   modifications   de   formes   organisationnelles   évidemment   admissibles   et   gérables,   l'industrie   bancaire   pourrait   aisément   élargir   le   nombre   de   ses   mandataires   sociaux  dans  le  but  avoué  d'une  diffusion  de  la  responsabilité.     9  
  10. 10.   Cette   extension   numérique   –   que   les   Pouvoirs   publics   pourraient   quant   à   eux   sans   difficultés   majeures   requérir   –   permettrait   ainsi   d'intégrer   les   rémunérations   –   par   exemple   des   traders   –   sous   le   coup   des   dispositions   de   l'article   L   225   –   102   –   1   du   Code   de   commerce   (   traitant   du   Rapport   annuel   sur   les   rémunérations   et   avantages   )   dont   on   observera   au   demeurant   que   leur   respect   est   soumis   à   attestation   (   en   exactitude   et   sincérité  )  des  commissaires  aux  comptes  depuis  la  promulgation  du  décret  de  2006.  (  D.   2006  –  1566  du  11  Décembre  2006,  article  54  ).     Notre   proposition   a   certes   un   impact   organisationnel   à   calibrer   (   créations   de   filiales   thématiques   dédiées   entrainant   la   création   de   mandats   sociaux   )   mais   peut   être   déployée   à   strict   droit   constant   ce   qui   constitue   un   atout   au   regard   de   deux   éléments   bien  identifiés  :  d'une  part,  l'encombrement  parlementaire    post-­‐présidentielle...  )  du  fait   d'autres   réformes   à   mettre   en   œuvre,   d'autre   part,   la   nécessaire   recherche   d'une   quote-­‐ part  maximale  de  stabilité  des  situations  juridiques.     Si  décisions  il  y  a  dans  le  secteur  bancaire,  notre  analyse  nous  conduit  à  énoncer  qu'elles   seront   tôt   ou   tard   transposées   à   d'autres   secteurs   ce   qui   n'altère   pas   la   faisabilité   opérationnelle  de  la  proposition.     Une  certitude  demeure  ancrée  :  ce  n'est  pas  le  montant  nominal  des  rémunérations  qu'il   faut   soumettre   à   la   toise,   c'est   l'exposition   au   risque   que   l'exercice   irrationnel   d'un   métier  fait  courir  à  l'ensemble.  »     Puisse  l’Europe  bancaire  faire  un  vrai  pas  vers  des  filiales  thématiques  dédiées  à  valeur   de  compartiments  étanches  d’un  sous-­‐marin  nommé  stabilité  bancaire.   Convenons   qu’il   serait   irresponsable,   à   l’heure   du   HFT   (   high   frequency   trading   )   d’attendre  les  méfaits  sociaux  et  sociétaux  d’un  futur  Nick  Leeson  (  Banque  Barings  en   2001  )  ou  d’un  autre  Jérôme  Kerviel  (  Société  Générale  ).                                           10  
  11. 11.             III   Le  "  shadow  banking  "  et  le  côté  obscur  de  la  finance       Le  «  shadow  banking  »  est  l’anglicisme  qui  décrit  la  notion  de  «  finance  de  l’ombre  ».  Par   ce   terme,   on   désigne   l’activité   des   intermédiaires   financiers   non   bancaires.   Autrement   dit,   essentiellement   l’activité   des   hedge   funds,   des   fonds   d’investissement   et   des   fonds   spéculatifs  monétaires.   En   Novembre   2012,   la   firme   Bloomberg   a   relevé   une   croissance   inattendue   des   SBS   (   Shadow  Banking  System  )  qui  représente  désormais  une  somme  de  67.000  milliards  de   dollars   dont   24.000   pour   les   Etats-­‐Unis,   22.000   pour   la   zone   euro   et   près   de   10.000   milliards  pour  le  Royaume-­‐Uni.   L’ampleur   de   ces   sommes   décrites   ci-­‐dessus   est   à   rapprocher   immédiatement   de   la   quasi-­‐absence   de   régulation   concernant   ces   activités   financières   non   directement   bancaires.  Chacun  comprend  que  la  défaillance  d’un  acteur  du  «  shadow  banking  »  aurait   des  conséquences  au  moins  aussi  périlleuses  que  la  faillite  de  Lehman  Brothers  d’autant   que   les   superviseurs   publics   ont   évidemment   des   difficultés   juridiques   et   opérationnelles  pour  suivre  les  flux  engendrés.   A   priori,   ces   activités   –   notamment   illustrées   par   le   développement   exponentiel   des   CDS   (   credit   default   swaps   )   et   par   des   opérations   sur   dérivés   «  over-­‐the-­‐counter  »   -­‐   peuvent   donc  être  un  poison  sérieux,  une  sorte  de  curare  foudroyant  pour  le  système  financier   occidental  voire  planétaire.   Effectivement,   cette   finance   de   l’ombre   repose   sur   une   évaluation   perpétuelle   des   risques  puisqu’elle  ne  dispose  pas  de  dépôts  –  comme  les  établissements  bancaires  –  et   qu’elle   se   fonde   sur   des   financements   à   court   terme.   Selon   le   FSB   (   Financial   Stability   Board  ),  le  SBS  représenterait  entre  25  à  30%  du  volume  du  système  financier  mondial.   Les   forts   effets   de   levier   dont   se   servent   les   acteurs   de   la   finance   de   l’ombre   posent   problème  dans  la  mesure  où  ils  sont  pro-­‐cycliques.  Lourdement  générateurs  de  gains  en   cas  de  bonne  conjoncture  et  évidemment  producteurs  de  pertes  très  significatives  en  cas   de  défaut  de  paiement  ponctuel  à  effet  de  dominos.   La  récente  loi  Dodd-­‐Franck  Wall  Street  de  2011  a  tenté  de  réguler  quelque  peu  le  risque   systémique  issu  de  la  SBS.  Les  observateurs  et  l’économiste  Paul  Krugman  jugent  cette   situation  insuffisante  et  de  type  «  malign  neglect  ».   Toutefois,  deux  remarques  importantes  et  conclusives  s’imposent  à  l’analyste  :     11  
  12. 12. 1  )  L’existence  de  cette  finance  de  l’ombre  démontre  à  quel  point  les  opérateurs  peuvent   contourner   les   risques   de   régulation   trop   contraignantes   de   type   Bâle   III   pour   les   banques.   2  )  La  désintermédiation  financière  (  qui  permet  à  une  entreprise  de  trouver  du  crédit   sur  les  marchés  et  non  plus  seulement  auprès  des  banques  commerciales  )  trouve  ici  sa   pleine  application.  En  effet,  si  la  finance  de  l’ombre  pose  question  en  tant  que  poison  elle   est   aussi   un   formidable   outil   permettant   de   bâtir   des   correspondances   entre   emprunteurs  et  investisseurs.   Si   cette   finance   présente   un   risque,   elle   est   une   respiration   par   ces   temps   de   resserrement  du  crédit  (  «  credit  crunch  »)  et  surtout  elle  est  une  réalité  tangible  que  nul   régulateur  ne  pourrait  avoir  la  prétention  de  rayer  d’un  trait  de  plume.   Dans  «  La  mère  coupable  »  écrit  en  1791,  Beaumarchais  nous  indiquait  déjà  :   «     Quand  on  craint  une  chose,  tous  nos  regards  se  portent  vers  cet  objet  trop  alarmant  :   quoi  qu’on  dise  ou  qu’on  fasse,  la  frayeur  empoisonne  tout  !  »                                                                     12  
  13. 13.   IV   Emprunts  toxiques  :  Dexia  et  l'opacité  des  taux  d'intérêt       La   banque   Dexia   vient   d'être   condamnée   en   première   instance   dans   le   procès   qui   l'oppose   au   département   de   la   Seine-­‐Saint-­‐Denis.   Ainsi,   ce   dernier   n'est   désormais   contraint   qu'aux   seuls   versements   du   taux   d'intérêt   légal   et   non   plus   aux   taux   contractuellement  définis.  A  partir  de  ce  cas,  examinons  l'opacité  des  taux  d'intérêts.     Face   à   la   pente   impressionnante   des   taux   d'intérêts   à   payer   suite   aux   emprunts   dits   toxiques,   le   département   longtemps   dirigé   par   Monsieur   Claude   Bartolone   (   qui   avait   hérité   de   cette   situation   d'endettement   )   avait   décidé   de   surseoir   à   ces   règlements.   Le   Tribunal  de    grande  instance  de  Nanterre  intime  l'ordre  à  cette  collectivité  de  reprendre   ses  paiements  mais  à  partir  du  seul  taux  d'intérêt  légal.   Le  manque  à  gagner  pour  Dexia  va  être  significatif  puisque  le  taux  de  l'intérêt  légal  issu   du   décret   n°2012-­‐182   du   7   février   2012   l'a   fixé   à   0,72%   contre   5   à   9%   pour   le   taux   unissant  les  parties  en  cause.   Il   est   à   noter   que   la   condamnation   de   la   banque   ne   provient   pas   de   la   complexité   des   emprunts  proposés  (  trois  prêts  pour  un  total  de  200  millions  d'euros  )  mais  du  seul  fait   que  le  taux  effectif  global  n'a  pas  été  mentionné  explicitement  à  l'emprunteur.   C'est  donc  le  défaut  d'information  que  le  Tribunal  a  retenu,  évidemment  à  bon  droit.  Là   où  l'opacité  de  l'évolution  des  taux  d'intérêts  va  demeurer  sera  lorsque  le  formalisme  de   l'information   du   débiteur   aura   été   respectée.   En   effet   le   TGI   de   Nanterre   apporte   une   précision   embarrassante   pour   de   nombreuses   collectivités   locales.   Celles-­‐ci   ne   cessent   de   clamer   que   les   banques   ont   manqué   à   leur   devoir   de   conseil   et   ainsi   profité   d'une   asymétrie  d'information  –  chère  à  l'économiste  George  Akerlof  –  entre  les  compétences   inégales   des   parties.   Or,   le   tribunal   a   considéré   qu'il   s'agissait   bien   de   "   prêts   conformes   à  la  règlementation  qui  distingue  opération  de  crédit  et  instrument  financier  ".   Autrement   dit,   la   Justice   considère   et   affirme   que   les   élus   avaient   toute   compétence   formelle  et  intellectuelle  pour  appréhender  la  nature  risquée  des  emprunts  structurés.   Le  Tribunal  est  limpide  dans  sa  formulation  :  "  le  département  de  Seine-­‐Saint-­‐Denis  était   un   emprunteur   particulièrement   averti   qui   connaissait   le   mécanisme   des   emprunts   structurés   et   était   conscient   des   risques   que   ces   emprunts   généraient   en   fonction   de   l'évolution  des  marchés  financiers  ".   A   ce   stade,   les   collectivités   locales   n'ont   pas   vu   examiner   en   détail   la   question   de   l'obligation  de  conseil  et  son  degré  d'applicabilité  au  cas  d'espèce.  A  partir  du  moment   où   l'emprunteur   est   reconnu   compétent,   l'obligation   de   conseil   décroit   en   intensité   requise.  Pourtant,  selon  nous,  la  question  demeure  posée  par  exemple  dans  le  cas  de  la   ville   de   Saint-­‐Etienne   où   certaines   conditions   de   démarchage   bancaire   semblent   poser   question.     13  
  14. 14. Sur  le  fond,  on  peut  s'interroger  sur  l'opportunité  que  va  avoir  Dexia  d'éventuellement   faire   appel   de   ce   jugement   qui   consacre   sa   pratique   mais   sanctionne   le   seul   défaut   d'information.   La   cour   d'Appel   de   Versailles   connue   pour   la   qualité   de   ses   arrêts   par   les   avocats   d'affaires   pourrait   –   si   elle   devait   être   saisie   –   procéder   à   une   lecture   différente.   A   l'inverse,   les   élus   sont   placés   devant   un   dilemme.   Faire   appel,   c'est   la   possibilité   de   voir  leurs  charges  allégées  ou  au  contraire  leurs  responsabilités  d'emprunteurs  éclairés   sinon  avertis  reconnues.   En   dépassant   le   cas   d'espèce,   il   parait   troublant   qu'un   établissement   bancaire   de   cette   surface   et   de   ce   renom   n'est   pas   estimé   requis   de   suivre   les   prescriptions   sur   le   TEG   dont  le  caractère  obligatoire  de  l'information  remonte  à  un  célèbre  arrêt  de  la  cour  de   Cassation   d'avril   1988.   (ndlr   :   1988   ).   Le   TEG   lui-­‐même   étant   issu   de   la   loi   du   28   décembre  1966.   L'ancienneté   de   ces   dispositions   tend   à   prouver   que   la   non-­‐communication   du   TEG   au   débiteur   pourrait   avoir   eu   une   finalité   intentionnelle.   Première   question   pendante.   Deuxième  élément,  faute  de  maîtriser  le  TEG,  peut-­‐on  dire  qu'il  y  a  eu  dol  au  préjudice   de  l'emprunteur  ?  Troisième  élément,  la  question  du  crédit  ruineux.  Des  emprunts  sont   qualifiés   de   ruineux   lorsque   l'établissement   de   crédit   a   connaissance   de   la   gravité   des   déséquilibres  financiers  de  son  client.  C'est  vrai  dans  le  secteur  privé  avec  la  notion  de   situation   irrémédiablement   compromise.   C'est   aussi   applicable   au   secteur   des   collectivités   territoriales   dont   l'endettement   semble   disproportionné   à   ses   ressources   présentes  et  futures.  L'absence  de  viabilité  a  été  retenue  à  plusieurs  reprises  :  arrêt  de  la   cour   de   Cassation   du   25   avril   2001.   Dernier   élément   cher   aux   juristes,   la   question   du   manquement  à  la  loyauté  du  co-­‐contractant.   En   matière   de   crédit   classique,   il   faut   en   effet   savoir   que   la   non-­‐information   écrite   du   TEG   est   pénalement   sanctionnée   selon   l'alinéa   2   de   l'article   L313-­‐2   du   Code   de   la   consommation.   La   nullité   partielle   dont   a   bénéficié   le   "   9-­‐3   "   aurait   éventuellement   pu   recouvrir  une  dimension  répressive  si  certaines  conditions  se  trouvent  réunies.   Les   taux   variables   représentent   une   opportunité   et   parfois   un   risque   :   c'est   à   chaque   agent  de  se  déterminer.   Les   lignes   qui   précèdent   vous   ont   rapporté   le   caractère   audacieux   –   pour   ne   pas   dire   plus   –   de   certaines   pratiques.   Venant   de   surcroît   d'un   établissement   auquel   le   présent   site   web   a   dédié   une   chronique   littéraire   en   date   du   17   septembre   2012   :   "   Dexia,   l'autopsie  d'une  chute  ".   En   matière   de   contentieux,   souvenons-­‐nous   que   Dexia   est   sous   contrôle   public   et   que   c'est   en   quelque   sorte   –   hélas   -­‐   un   procès   entre   délégataires   de   contribuables   :   ces   derniers  étant  appelés  à  payer  ici  ou  là.   Plus   généralement,   depuis   le   scandale   du   Libor,   structure   pivot   de   la   plupart   des   taux   variables  en  Occident,  nous  savons  que  les  TEG  sont  viciés  par  construction  puisque  bâti   à   partir   d'un   mécanisme   frauduleux.   Peut-­‐être   aura-­‐t-­‐on   l'opportunité   de   lire   une   intéressante   construction   jurisprudentielle   sur   la   validité   juridique   d'un   taux   dont   l'opacité  frauduleuse  d'un  élément  prépondérant  pose  question  .  A  suivre.             14  
  15. 15. V   Certaines  banques  et  le  non-­‐respect  des  lignes  jaunes       Echaudés  et  échauffés  par  les  interminables  ondes  de  chocs  de  la  crise  bancaire  de  2008,   les   différents   législateurs   ont   échafaudé   des   dispositifs   visant   à   cantonner   les   activités   à   risque   menées   par   les   établissements   financiers.   Au   premier   abord,   ces   règlementations   semblent  poreuses  et  très  perfectibles  ce  qui  laisse  dangereusement  sa  chance  au  risque   systémique.   La   crise   a   débuté   aux   Etats-­‐Unis   par   la   conjonction   de   trois   phénomènes   distincts.   En   premier   lieu,   il   y   a   eu   une   politique   abusive   de   prêts   et   d'économie   d'endettement   (   "over-­‐draft   economy"   )   où   les   ménages   se   sont   endettés   de   manière   excessive   notamment   dans   l'immobilier   (   sub-­‐primes   )   mais   pas   seulement   :   voir   la   délicate   question  du  niveau  actuel  d'endettement  des  étudiants  nord-­‐américains.   En   deuxième   lieu,   il   y   a   eu   des   excès   de   cupidité   des   équipes   de   trading   qui   ont   ainsi   fait   courir   chaque   semestre   davantage   de   risques   à   leurs   employeurs.   Oubliant   les   cas   de   Nick  Leeson  (  banque  Barings  1995  ),  des  arbitragistes  du  fonds  LTCM  (  1998  )  et  plus   récemment   de   Jérôme   Kerviel   (   Société   Générale   2008   ),   certains   incontestables   virtuoses   de   la   finance   ont   parfois   quitté   le   sens   des   réalités   et   engagé   un   préjudice   certain.   En   troisième   lieu,   se   pose   la   question   de   l'origine   des   fonds   avec   lesquels   les   banques   ont  été  attirées  par  la  notion  de  spéculation.  Il  est  loisible  de  dire  qu'il  s'agit  d'activités   pour  compte  propre.  Certains  exemples  attestent  que  des  fonds  étaient  issus  du  cœur  de   métier  des  banques.  (  Sempiternelle  question  du  hors-­‐bilan  bancaire  ).   Fort  de  ce  constat  non  limitatif,  le  commun  des  mortels  juge  opportun  que  la  ligne  jaune   a   été   franchie   et   qu'une   règlementation   doit   venir   mettre   de   l'ordre   dans   cette   situation   où   l'échelle   des   risques   est   manifestement   excessive   comme   l'a   montré   la   faillite   de   Lehman  Brothers  de  2008.   Les  Etats-­‐Unis  ont  ainsi  adopté  le  21  juillet  2010  la  loi  Dodd-­‐Franck  qui  vise  à  accroître   la  supervision  bancaire  par  les  autorités  de  contrôle  et  à  renforcer  la  sécurité.  Près  de   trois   ans   après,   certaines   banques   ont   toutefois   franchi   la   ligne   jaune   et   ont   vu   Daniel   Tarullo  (  responsable  de  la  régulation  bancaire  à  la  FED  )  annoncer  de  nouvelles  règles   afin  de  stopper  les  jeux  de  contournement  de  la  loi  de  2010.     Deux  établissements  sont  particulièrement  concernés  :  la  Deutsche  Bank  et  la  Barclays   Bank.   Ainsi,   ils   ont   modifié   les   statuts   de   leurs   holdings   américaines   de   sorte   qu'ils   se   trouvent  exonérés  de  l'obligation  de  renforcer  leurs  dotations  en  capital  (  de  plusieurs   dizaines  de  milliards  de  dollars  ).  Des  holdings  intermédiaires  devront  être  constituées  (   IHCs  )  afin  que  le  renforcement  en  capital  soit  effectif.   Concomitamment,  la  FED  a  introduit  une  perspective  importante  concernant  les  règles   de  liquidité  et  les  normes  qui  président  aux  "stress  tests".  Pour  les  banques  étrangères,   tentées   de   flirter   avec   la   ligne   jaune   –   autrement   dit   de   gérer   un   éventuel   conflit   interprétatif   des   textes   et   règlementations   –   la   situation   est   donc   désormais   plus   complexe.     15  
  16. 16. Là   où   la   complexité   éclate   au   grand   jour,   c'est   dans   le   cas   du   contournement   assez   évident  de  la  règle  Volcker  (  du  nom  d'un  ancien  Président  de  la  FED  dans  les  années  80   )  par  des  institutions  prestigieuses.   Une  récente  enquête  de  l'agence  Bloomberg  révèle  en  effet  que  la  section  de  la  loi  Dodd-­‐ Franck  qui  comprend  des  dispositions  visant  à  interdire  le  trading  pour  compte  propre   n'a  pas  été  respectée  par  plusieurs  établissements  notamment  par  l'éminente  Goldman   Sachs.   A  la  rentrée  dernière,  le  Président  Lloyd  Blankfein  assurait  que  la  banque  avait  stoppé   toute   activité   de   spéculation   pour   compte   propre.   Dans   une   certaine   mesure,   cette   assertion  est  exacte  mais  trois  difficultés  viennent  atténuer  sa  portée.   Tout  d'abord,  la  règlementation  Volcker  et  la  loi  Dodd-­‐Franck  n'interdisent  que  le  "prop-­‐ trading"   à   court   terme,   c'est   à   dire   relatif   à   des   positions   détenues   pour   une   durée   inférieure  à  60  jours.  Puis,  la  rédaction  définitive  de  l'amendement  est  encore  en  cours   de   discussion   tandis   que   sa   date   d'entrée   en   vigueur   ne   se   fera   pas   avant   2014.   Enfin,   Goldman   Sachs   –   connue   pour   ses   capacités   d'ingénierie   financière   –   a   utilisé   un   véhicule  d'investissement  nommé  MSI  pour  poursuivre  un  vrai  prop-­‐trading.   Le   Multi-­‐Strategy   Investing   gérait   environ   un   milliard   de   dollars   sauf   que   selon   Bloomberg,  MSI  n'a  pas  de  client  externe  à  GS.  De  surcroît,  l'affaire  devient  poivrée  pour   la  FED  si  on  ajoute  que  le  MSI  n'était  pas  tenu  de  publier  ses  résultats  puisque  relevant   des  "Special  situations  group"  de  Goldman  Sachs.  Ainsi,  le  bolide  de  la  finance  a  franchi   une   portion   de   ligne   jaune   dans   le   dos   du   régulateur   en   profitant   de   failles   juridiques.   Selon  notre  analyse,  il  n'y  a  pas  eu  fraude  mais  abus  de  droit  au  sens  où  notre  législation   fiscale  définit  cette  notion.   Dans  le  schéma  marxiste  de  la  reproduction  capitaliste,  il  faut  distinguer  le  schéma  M-­‐A-­‐ M'  du  schéma  A-­‐M-­‐A'.  Dans  le  premier  cas  le  producteur  d'une  marchandise  (M  )  se  rend   sur   un   marché   et   obtient   de   l'argent   (   A   )   qui   lui   permet   d'acquérir   d'autres   marchandises   (   M'   )   et   ainsi   de   suite.   Dans   la   phase   spéculative,   l'argent   est   le   mètre-­‐ étalon  qui  est  détenu  (  A  ),  échangé  via  un  produit  d'investissement  (  M  )  pour  donner   un  résultat  bénéfique  (  A'  )  qui  sera  aussitôt  réinvesti.   Il  parait  illusoire,  même  après  avoir  entendu  le  discours  du  Bourget  de  Février  2012  du   candidat   Hollande,   de   penser   qu'une   ou   plusieurs   lois   pourront   modifier   cette   phase   historique  du  capitalisme.   Dès  lors  que  les  lois  du  type  de  celle  que  le  Ministre  Pierre  Moscovici  veut  voir  aboutir   en  France  paraissent  assez  aisément  contournables  (  voir  sur  ce  site  l'opinion  de  Karel   Vereycken   ),   il   nous   semble   que   trois   foyers   devraient   faire   l'objet   de   l'attention   des   régulateurs  afin  de  prévenir  le  risque  systémique.   En   premier   lieu,   définir   un   régime   spécifique   de   responsabilité   civile   et   pénale   des   mandataires   sociaux   des   établissements   bancaires   et   assimilés.   Pour   prendre   une   illustration,  si  Jérôme  Kerviel  était  effectivement  coupable,  n'y  avait-­‐il  aucun  défaut  de   surveillance   de   la   direction   générale   de   la   salle   des   marchés   ?   La   jurisprudence   de   la   chambre   commerciale   de   la   Cour   de   cassation   impose   aux   dirigeants   de   consacrer   temps,  soin  et  diligence  "  aux  affaires  sociales  ".   En   deuxième   lieu,   il   faut   que   l'horizon   des   placements   soit,   pour   une   quote-­‐part   des   bilans   bancaires,   significativement   rallongés.   On   ne   changera   pas   A-­‐M-­‐A'   mais   on   peut   exiger  que  M  soit  un  véhicule  de  moyen  terme  le  plus  souvent  possible.     16  
  17. 17. En  troisième  lieu,  il  y  a  lieu  de  croiser  deux  notions.  Une  chère  au  Doyen  Pierre  Bézard  (   Doyen   de   la   Cour   de   cassation,   là   encore   chambre   commerciale   )   qui   traite   de   la   "   loyauté"   des   dirigeants   vis   à   vis   des   intérêts   sociétaux.   Des   personnes   qui   jouent   à   la   roulette  russe  avec  l'avenir  d'une  banque  ne  sont  pas  frappés  du  sceau  de  la  loyauté  et   posent  un  problème  d'éthique  et  de  droit.   L'autre  notion  est  celle  d'AAG  :  acte  anormal  de  gestion.  Création  jurisprudentielle,  l'AAG   n'est  pas  formellement  défini  par  le  Code  des  impôts  mais  repose  sur  un  principe  simple.   Toutes   dépenses   qui   "   n'ont   pas   été   engagées   dans   l'intérêt   de   l'exploitation   "   doivent   être   exclues   des   charges   d'exploitation   retenues   dans   la   détermination   du   résultat   imposable.   Par   l'application,   définie   dans   une   loi   bancaire,   d'un   AAG,   il   est   hautement   probable   que   certains  virtuoses  joueraient  moins  avec  les  lignes  jaunes.   Nul   ne   peut   lutter   contre   la   force   de   l'évolution   capitaliste   mais   le   législateur   et   le   régulateur  (  au  niveau  de  la  BCE  autant  que  faire  se  peut  selon  notre  analyse  appuyée  )   peuvent  recourir  à  des  outils  crédibles  qui  guideront  une  auto-­‐retenue  sectorielle.   Franchement,   la   clef   d'une   rectitude   fortement   stimulée   parait   au   moins   aussi   intéressante  à  cultiver  que  des  dizaines  d'articles  de  lois  dont  l'exégèse  mal  intentionnée   permet  de  beaux  franchissements  de  lignes  jaunes.                                                               17  
  18. 18.   VI   Les  banques  intragroupes  :  utilité  et  risques       Certaines   grandes   entreprises   possèdent   des   banques   au   sens   le   plus   strict   de   la   définition  réglementée  d'un  établissement  financier.   Généralement,   ces   banques   intragroupe   (   ou   banques   d'entreprise   )   ont   des   fonctions   distinctes   :   elles   peuvent   être   un   moyen   d'optimiser   la   trésorerie.   Elles   peuvent   aussi   être   une   faculté   de   financement   pour   les   clients.   Elles   peuvent   enfin   avoir   un   rôle   stratégique  en  cas  de  croissance  externe  ou  de  gestion  de  crise.     1  )    Une  filiale  bancaire  pour  optimiser  la  trésorerie  :   Notre  pays  est  marqué  par  une  caractéristique  délicate  à  manier  :  l'importance  du  crédit   inter-­‐entreprises.   Dans   les   transactions   de   niveau   commercial   raisonnable,   cela   demeure  une  question  de  rapport  de  forces  entre  acheteurs  et  vendeurs.  (  question  des   délais   de   paiement   )   En   revanche,   s'il   s'agit   d'une   vente   d'importance   pour   une   filiale   donnée,   cette   entité   peut   avoir   besoin   d'apports   de   liquidités   de   la   part   de   la   société   holding.   Dans   ces   cas-­‐là,   on   retrouve   le   poste   comptable   bien   connu   "   créances   rattachées  à  des  participations  ".     Toutefois,  l'époque  récente  a  vu  se  développer  ce  que  l'on  nomme  la  désintermédiation  :   autrement  dit,  le  fait  que  les  entreprises  accèdent  directement  aux  marchés  financiers  (   émissions   de   titres   ou   levée   de   fonds   )   sans   passer   par   l'intermédiaire   des   acteurs   habituels  que  sont  les  banques.   Dès  lors,  afin  de  présenter  des  capacités  d'effet  de  levier,  les  entreprises  ont  développé   des  techniques  de  "cash  pooling  "  c'est  à  dire  des  systèmes  centralisés  de  trésorerie.  Une   filiale   dédiée   est   alors   généralement   chargée   d'effectuer   la   centralisation   des   avoirs   disponibles  des  filiales  afin  que  ceux-­‐ci  puissent  être  placés  sur  des  marchés  ou  via  des   produits   financiers   sophistiqués   au   rendement   intéressant   (   selon   le   traditionnel   principe  du  couple  rendement    -­‐  risque  ).   Au   plan   fiscal,   il   s'agit   de   ne   pas   omettre   que   la   filiale   centralisatrice,   par   nature   commerciale,  doit  percevoir  des  intérêts  sur  les  montants  qui  transitent  par  elle  à  défaut   d'être  soumise  à  la  notion  répréhensible  d'acte  anormal  de  gestion.   Par  la  fusion  des  échelles  d'intérêts  que  le  cash  pooling  permet,  il  est  un  outil  désormais   assez   répandu   mais   parfois   mal   encadré   juridiquement.   Ainsi,   la   société   pivot   doit   physiquement  signer  une  convention  d'omnium  afin  d'éviter  que  l'incrimination  d'abus   de  bien  social  ne  puisse  éventuellement  être  retenue  en  cas  de  difficultés  ultérieures  (  et   extérieures  au  cash  pooling  ).     Parallèlement,   les   conventions   de   centralisation   de   trésorerie   réunissant   des   sociétés   ayant   des   administrateurs   en   commun   doivent   obligatoirement   faire   l'objet   de   la   procédure  de  contrôle  prévue  par  les  articles  L225-­‐38  et  L225-­‐86  du  Code  de  commerce     18  
  19. 19. lorsque  les  conditions  de  fait  ne  permettent  pas  de  considérer  que  les  conventions  ont   été   conclues   selon   des   conditions   normales.   (   Voir   bulletin   de   septembre   1990   de   la   Compagnie  nationale  des  commissaires  aux  comptes  )     Ces   trois   points   (   acte   anormal   de   gestion,   abus   de   bien   social,   nature   réelle   et   portée   juridique  des  conventions  )  sont  souvent  négligés.   Or  la  centralisation  de  trésorerie  est  constitutive  d'un  abus  de  bien  social  si  les  entités   ne   sont   réunies   que   par   des   mouvements   comptables   "   dénués   de   pertinence   économiques"   (   Cassation,   chambre   criminelle,   23   avril   1991   ).   Parallèlement,   une   stratégie  commune  est  exigée  des  sociétés  réunies  par  le  cash  pooling  (  Cour  d'appel  de   Paris,  17  décembre  1990  ).  En  fait,  la  jurisprudence  est  vigilante  sur  au  moins  un  point   très   net   :   l'apport   en   trésorerie   ne   peut   être   exempt   de   contreparties   ou   dépasser   les   facultés  contributives  de  celle  qui  en  a  la  charge.   L'expérience   rapporte   que,   sous   la   pression   des   emplois   du   temps   ou   par   manque   de   sensibilité   au   formalisme   juridique,   bien   des   trésoriers   centraux   ont   tendance   à   en   écrire   le   moins   possible   et   à   utiliser   habilement   le   "netting"   des   créances   et   dettes   intragroupes.   Ce  type  de  paiement  par  compensation,  lorsqu'il  est  massif  et  complexe,  se  heurte  à  la   rédaction   rigoureuse   de   l'article   L511-­‐7   du   Code   monétaire   et   financier   qui   dispose   qu'une   entreprise,   quelle   que   soit   sa   nature,   "   peut   procéder   à   des   opérations   de   trésorerie  avec  des  sociétés  ayant  avec  elle,  directement  ou  indirectement,  des  liens  de   capital   conférant   à   l'une   des   entreprises   liées   un   pouvoir   de   contrôle   effectif   sur   les   autres   ".   A   défaut,   la   société   holding   et   ses   dirigeants   contreviendraient   avec   le   monopole  des  établissements  bancaires.   Dès  lors,  de  nombreux  groupes  ont  franchi  le  pas  et  se  sont  dotés  de  filiales  bancaires  ou   assimilées.  C'est  le  cas  du  groupe  Peugeot,  c'est  le  cas  d'Alcatel  (  depuis  1956...),  c'est  le   cas  de  fonds  d'investissement  américain  de  type  Starwood,  etc.   Ainsi,   la   société   faîtière   dispose   de   l'avantage   d'un   accès   privilégié   aux   marchés   financiers   via   "sa"   banque   et   peut   déployer   un   cash   pooling   d'envergure   sans   crainte   de   requalification  fiscale  voire  judiciaire.   2  )  Une  filiale  bancaire  pour  faciliter  les  opérations  commerciales  :   Au   premier   plan   de   ces   banques   intragroupes   qui   ont   pour   but   de   faciliter   la   vie   des   clients,   on   trouve   les   banques   qui   sont   des   filiales   de   grands   distributeurs   tels   que   Casino  ou  Carrefour.   L'ancienne   S2P   (   Société   des   Paiements   PASS   et   CARMA   Carrefour   Assurances   )   est   devenue   début   2011   l'enseigne   "   Carrefour   Banque   "   :   elle   a   pour   fonction   de   commercialiser   la   carte   Pass   (   près   de   3   millions   d'exemplaires   )   lancée   en   2009   en   liaison   avec   le   groupe   Mastercard.   Parallèlement,   Carrefour   Banque   a   émis   des   crédits   à   la  consommation  pour  un  encours  de  près  de  3  milliards  d'euros  en  2011.   A   côté   de   cette   activité   de   "retail-­‐banking",   cette   banque   a   collecté   et   géré   près   de   2   milliards   d'euros   avec   ses   produits   d'épargne   et   commercialisé   une   gamme   complète   de   produits   d'assurances   :   auto,   habitation,   santé,   etc.   Elle   comptait,   fin   2011,   un   total   de   1.800  collaborateurs  dont  1.400  sur  le  terrain.     19  
  20. 20. Mais  à  côté  de  cette  filiale  bancaire  destinée  au  grand  public,  il  faut  relever  la  présence   de  banques  intragroupe  dédiée  à  des  opérations  significatives.   Extrait  du  rapport  financier  ALCATEL  (  un  peu  ancien  :  2003    mais  non  modifié  )  :  "  La   filiale   bancaire   d'Alcatel   (   Electrobanque   )   est   consolidée   par   intégration   globale,   les   charges   et   produits   d'exploitation   bancaires   sont   présentés   en   résultat   financier,   l'activité   de   la   banque   étant   pour   l'essentiel   un   prolongement   de   l'activité   du   Groupe   permettant  de  faire  des  économies  de  coût  financier  et  de  contribuer  au  financement  des   ventes  ".   Plus  loin  (  annexe,  note  1t  )  :  "  Le  financement  client  effectué  par  le  Groupe  est  de  deux   natures   :   un   financement   qui   s'inscrit   dans   le   cadre   du   cycle   d'exploitation   et   directement   rattaché   à   des   contrats   identifiés.   Un   financement   qui   s'inscrit   dans   un   projet  à  plus  long  terme  dépassant  le  cadre  du  cycle  d'exploitation  et  qui  prend  la  forme   d'un  accompagnement  sur  une  durée  longue  de  certains  clients  au  travers  de  prêts,  de   prises   de   participation   minoritaires   ou   de   toute   autre   forme   de   financement.   La   première   partie   est   comptabilisée   dans   l'actif   circulant.   /.../   La   deuxième   catégorie   est   comptabilisée   dans   les   autres   immobilisations   financières.   /.../   Par   ailleurs,   le   Groupe   peut   donner   des   garanties   à   des   banques   pour   le   financement   des   clients   du   Groupe.   Celles-­‐ci  sont  comprises  dans  les  engagements  hors-­‐bilan".   Cet   exemple   –   de   nature   classique   –   montre   au   lecteur   l'échelle   des   risques.   Sans   être   pour   le   régulateur   européen   des   G-­‐SIBs   (   Global   systemically   important   banks   ),   ces   banques  d'entreprise  posent  question.   Tout  d'abord,  il  convient  de  présenter  la  rentabilité  d'une  vente  par-­‐delà  son  aspect  de   marge   commerciale   en   y   intégrant   ses   éventuels   coûts   financiers   liés   (   crédit   fait   à   l'achateur   ).   Puis,   il   peut   y   avoir   gonflement   de   l'actif   immobilisé   par   des   immobilisations   financières   qui   dépendent   nécessairement   de   la   bonne   fin   commerciale   du   contrat   (   risque   d'actif   fictif   ).   Enfin,   il   y   a   le   risque   de   mésestimation   des   engagements  hors)  bilan  pour  des  groupes  transnationaux.   La  prudence  s'impose  d'autant  plus  que  les  administrateurs  de  ce  type  de  banques  sont   des  mandataires  (  ou  anciens  mandataires  sociaux  )  de  la  société  faîtière.   Bien  évidemment,  le  lecteur  gardera  à  l'esprit  que  les  constructeurs  automobiles  ont  des   banques  afion  d'aider  le  financement  de  leurs  clientèles  (  concessionnaires  et  clientèle   finale  )  ce  qui,  en  temps  de  récession  marquée,  ne  peut  que  poser  question.   3   )   Une   filiale   bancaire   pour   la   croissance   externe   ou   pour   gérer   une   crise   interne   :   La  décision  de  se  doter  d'une  banque  intragroupe  peut  venir  d'une  société  dont  l'objectif   est   le   croissance   externe.   Au   lieu   de   régler   des   "fees"   à   de   prestigieuses   banques   d'affaires,   la   banque   du   groupe   considéré   peut   procéder   à   d'éminents   recrutements   et   fonder   sa   stratégie   de   repérage   de   cibles   sur   une   "dream   team"   maison.   Dans   certains   cas,  cela  peut  accroître  la  confidentialité  et  le  sérieux  des  opérations  comme  le  montre,  à   titre  de  bel  exemple,  le  mode  de  fonctionnement  d'Investor  AB  et  surtout  de  la  holding   des  Wallenberg  :  EQT  Partners.   Vecteur  de  la  croissance  externe,  comme  certaines  sociétés  financières  de  l'IFIL  (  Agnelli   )   le   furent,   ces   banques   n'ont   guère   de   vocation   à   épauler   les   clients   des   sociétés   d'exploitation   mais   bien   davantage   à   fédérer   des   pools   bancaires   une   fois   la   cible   identifiée.     20  
  21. 21. Parallèlement,  une  banque  intragroupe  peut  aussi  être  un  véhicule  permettant  de  gérer   une  crise  interne.  Dans  le  cas  de  PSA,  la  banque  PSA  Finance  est  une  filiale  à  100%  du   groupe   qui   a   pour   fonction   d'assister   le   financement   des   clients.   Parallèlement,   elle   a   pour  fonction  d'assurer  le  financement  des  stocks  de  véhicules  et  de  pièces  de  rechanges   de   ces   deux   marques.   En   2011,   son   encours   global   dépassait   les   24   milliards   d'euros   dont  6  dédiés  aux  concessionnaires  pour  un  résultat  courant  de  530  millions.   Face  aux  difficultés  de  trésorerie  du  Groupe  PSA,  celui-­‐ci  a  obtenu  de  l'Etat  une  caution   sur  des  emprunts  effectués  par  la  banque  du  Groupe  à  hauteur  de  7  milliards  d'euros  (   fin  2012  ).   Ceci  permet,  pour  la  Puissance  publique,  de  contourner  certaines  règles  européennes  (   aides   directes   proscrites   )   mais   il   ne   faut   toutefois   pas   méconnaître   les   nombreuses   jurisprudences  françaises  qui  ont  condamné  des  situations  dans  lesquelles  des  apports   de   fonds   ont   lieu   (   comptes-­‐courants,   recapitalisations,   engagements   reçus,   etc   )   alors   que  la  situation  "  est  irrémédiablement  compromise".   Au   demeurant,   en   dépassant   le   cas   de   PSA,   il   faut   garder   en   mémoire   que   l'état   de   cessation  des  paiements  intervient  lorsque  la  société  pivot  prend  la  décision  de  ne  plus   apporter  de  soutien  à  sa  ou  ses  filiales.  On  peut  imaginer  le  cas  où  la  banque  du  groupe   soit   jugée   comme   un   risque   excessif   par   ses   partenaires   extérieurs   voire   par   l'ACP   (   Autorité  de  contrôle  prudentiel  ).  Dans  ce  cas  de  figure  –  extrême  –  les  éléments  décisifs   viendront   du   calcul   des   résultats   après   retraitements   de   consolidation   et   de   leur   impact   sur  le  résultat  consolidé  (  part  du  groupe  ).   Dans  toutes  les  hypothèses,  une  banque  de  groupe  peut  être  une  sorte  de  béquille  mais   pas  une  voie  de  traverse  pour  organiser  une  fuite  en  avant.  Selon  la  définition  de  l'article   L621-­‐1   du   Code   de   commerce,   l'état   de   cessation   des   paiements   se   définit   par   "   l'impossibilité  de  faire  face  au  passif  exigible  avec  son  actif  disponible  ".  C'est  donc  bien   avant   tout   une   notion   de   trésorerie   qui   ne   peut   être   établie   qu'à   la   lecture   du   bilan   de   la   société.   A   l'heure   où   le   Comité   de   Bâle   veut   imposer   aux   banques   des   "dispositifs   de   gouvernance  solides  "  (  voir  les  14  principes  réaffirmés  en  Janvier  2013  )  et  des  mesures   de   risques   capables   de   capturer   et   de   suivre   l'évolution   par   entité   légale,   type   d'actifs,   lignes   d'activités,   on   en   déduit   que   ceci   vaut   appel   à   la   prudence   pour   les   banques   intragroupe.   En  guise  de  conclusion  :   Les   banques   d'entreprise   ne   paraissent   pas   souvent   au   cœur   des   problématiques   du   risque  bancaire  alors  que  l'exemple  en  cours  de  déploiement  de  PSA  montre  qu'il  ne  faut   pas  sous-­‐estimer  ce  champ  de  l'activité  financière.   Parallèlement,  ces  banques  intragroupe  sont  bel  et  bien  des  banques  de  plein  exercice.   Ainsi,   la   banque   du   Groupe   Volkswagen   a   grandement   eu   recours   au   mécanisme   de   la   BCE  mis  en  place  en  2012  :  le  LTRO  (  Long  term  refinancing  operations  ).   Consistant  à  accorder  des  conditions  de  financement  favorables,  ces  LTRO  ont  permis  à   la   banque   de   VW   de   bénéficier   de   prêts   à   trois   ans   à   un   taux   fixe   de   1%.   Chaque   banque   a  pu  bénéficier  de  ses  prêts  en  fonction  des  garanties  qu'elle  pouvait  apporter  à  la  BCE.   Le  Groupe  VW  a  donc  pu  obtenir  un  avantage  concurrentiel  et  accorder  à  sa  clientèle  des   conditions   avantageuses   qualifiées   de   rabais   agressifs   par   ses   concurrents.   Il   y   a   donc   une   prime   à   la   qualité   bilancielle   bancaire   intragroupe   qui   s'additionne   alors   avec     21  
  22. 22. l'efficacité   commerciale   tangible.   Pour   information,   le   banque   intragroupe   de   VW   a   réalisé   993   millions   d'euros   en   2011   de   bénéfices   avant   impôts   et   escompte   des   résultats  2012  plus  favorables.   Vecteur   de   prospérité   ou   facteur   de   risque,   telles   sont   les   deux   voies   possibles   des   banques  d'entreprise.   "  L'argent  qu'on  possède  est  l'instrument  de  la  liberté;  celui  que  l'on  pourchasse  est  celui   de  la  servitude  ".    Jean-­‐Jacques  Rousseau    (  Confessions  ).                                                             22  
  23. 23.                                                                                   L'Europe  en  crise   23  
  24. 24.       VII   Allemagne  exaspérée  et  syndrome  de  la  Mitteleuropa       Depuis   des   mois,   nos   voisins   allemands   sont   dans   l'obligation   d'accepter   de   se   voir   montrer  du  doigt  par  des  accusateurs  de  qualité  inégale.  Cette  forme  de  stigmatisation   affecte   l'honneur   allemand   et   finira   par   avoir   une   forme   de   traduction   électorale   en   septembre.  Prenons  donc  garde  au  syndrome  de  la  Mitteleuropa.   Nombre  de  prises  de  paroles  venues  de  différents  pays  (  Espagne,  France,  Italie  )  visent   l'Allemagne   en   lui   imputant   une   large   part   de   responsabilités   dans   les   situations   d'austérité   que   connaissent   ces   pays.   Ceci   parait   excessif   voire   faux   pour   plusieurs   raisons.   En   premier   lieu,   l'Europe   est   dans   un   cycle   récessif.   Comme   l'a   dit,   il   y   a   trois   mois,   l'ancien   président   de   la   BCE   Jean-­‐Claude   Trichet   :   "   En   2008,   la   crise   venait   des   Etats-­‐ Unis.  Désormais  elle  vient  d'Europe  ".  Effectivement,  nos  réalisations  et  nos  prévisions   de   croissance   continentales   sont   révélatrices,   au   mieux,   d'une   croissance   atone.   Au   pire,   d'une   vague   récessive   pour   2013.   L'Allemagne   connaîtra   aussi   une   année   tendue   (   0,4%   voire  0,5%  de  croissance  ).   En   deuxième   lieu,   il   serait   intellectuellement   surprenant   d'oser   imputer   à   l'Allemagne   les  niveaux  d'endettement  public  de  certains  pays.  Quelle  corrélation  objective  et  avérée   établir   entre   les   quelques   2.000   milliards   d'euros   de   dette   souveraine   italienne   accumulée  depuis  des  décennies  et  la  politique  menée  par  l'Allemagne  dans  la  dernière   période  ?   En   troisième   lieu,   nul   ne   doit   oublier   que   la   France   et   l'Allemagne   contribuent   ensemble   à  hauteur  de  47%  des  plans  de  sauvetage  de  l'Union  qui  ont  concerné  différents  pays  :   depuis  le  Portugal  jusqu'à  la  Grèce.  Lorsqu'un  pays  concède  un  tel  effort  de  solidarité,  il   faut   avancer   à   pas   comptés   avant   d'énoncer   ce   que   l'on   entend   de   plus   en   plus   :   l'Allemagne,   par   sa   passion   frénétique   pour   la   rigueur   budgétaire,   a   provoqué   des   politiques   de   rigueur   trop   contraignantes   pour   ses   partenaires.   Toute   affirmation   économique   a   toujours   une   part   de   vérité   comme   l'a   démontré   à   maintes   reprises   l'élégant   Jean-­‐François   Deniau   mais   l'argumentaire   consistant   à   dire   que   l'austérité   prônée   par   notre   partenaire   d'Outre-­‐Rhin   asphyxie   notre   croissance   et   fait   bondir   notre   chômage  est  à  nuancer.   S'il   est   exact,   comme   l'a   démontré   –   notamment   -­‐   Henri   Sterdyniak   (   OFCE   )   qu'il   est   audacieux  et  risqué  de  mener  une  politique  de  rigueur  en  période  de  fort  ralentissement   économique   car   ceci   affecte   à   la   fois   l'investissement   (offre   )   et   la   consommation   (   demande  ),  il  n'en  demeure  pas  moins  que  la  charge  des  intérêts  de  la  dette  française  est   notre  premier  poste  budgétaire  et  qu'il  faut  agir  face  à  cet  état  de  fait.     24  
  25. 25. Parallèlement,   il   ne   faut   pas   mésestimer   l'impact   –   lui   aussi   –   pro-­‐cyclique   de   l'application   des   normes   comptables   IFRS   qui   obligent   à   constater   derechef   des   dépréciations   d'actifs   significatives   qui   aggravent   le   climat   ambiant   des   affaires   et   ce   qu'il   est   convenu   de   nommer   le   moral   des   entrepreneurs.   Moral   au   demeurant   soumis   à   plusieurs  chocs  d'incertitude,  en  France,  depuis  un  an.   Le  procès  de  la  rigueur  budgétaire  à  l'allemande  aurait  déplu  à  un  homme  de  la  qualité   et  de  l'envergure  de  feu  Raymond  Barre  :  il  convient  donc  de  l'instruire  avec  modération   et  le  terme  de  "  confrontation  "  récemment  utilisé  par  un  haut  décideur  public  est  aussi   téméraire   qu'insupportable   pour   qui   songe   à   l'Histoire   du   XXème   siècle   et   à   ses   deux   conflits  majeurs.   Quand  on  revoit  la  sublime  poignée  de  main  du  22  septembre  1984  entre  le  Chancelier   Kohl  et  le  Président  François  Mitterrand  à  Verdun,  on  se  dit  qu'un  socialiste  du  XXIème   siècle  ne  peut  pas  avoir  utiliser  le  terme  de  confrontation  autrement  que  par  mégarde.   S'il   s'est   agit   de   malice   et   de   vouloir   frapper   les   imaginations,   alors   nous   vient   en   tête   le   discours  d'André  Malraux  lors  de  l'entrée  de  Jean  Moulin  au  Panthéon  qui  avait  évoqué   cette  cohorte  "  des  tondus  et  des  rayés  ".    D'ailleurs,  sauf  erreur,  le  wagon  emblématique   de  Drancy  est  en  Seine  –Saint-­‐Denis.   Pour  revenir  au  déroulé  de  notre  analyse,  deux  éléments  méritent  examen.  D'une  part,   l'argumentaire   suivant   :   l'Allemagne   à   la   démographie   déclinante   a   besoin   d'une   monnaie  de  rentiers  d'où  un  euro  surévalué  et  parallèlement  une  rigueur  qui  asphyxient   la  croissance  et  les  capacités  exportatrices  de  ces  partenaires  et  voisins.  Autrement  dit,   la   pyramide   des   âges   et   les   propres   contraintes   de   la   société   allemande   auraient   un   impact   excessif   sur   le   reste   de   l'Union.   Cette   assertion   représente   nécessairement   un   facteur   explicatif   mais   n'ouvre   aucun   droit   –   pour   les   autres   pays   –   au   laxisme   budgétaire  qu'ils  ont  largement  pratiqué  dans  les  deux  voire  trois  dernières  décennies.   D'autre   part,   l'Allemagne   serait   un   pays   au   profil   de   profiteur   :   c'est   à   dire   qu'il   profiterait   de   l'euro   (   voir   supra   )   mais   aussi   de   sa   position   en   termes   de   commerce   extérieur.   Nous   vivons   là   sur   des   chiffres   que   la   crise   a   actualisés   mais   qui   n'ont   pas   encore  intégrés  nos  mentalités.  L'Allemagne  est  nettement  moins  dépendante  que  par  le   passé  de  son  commerce  avec  les  pays  de  l'Arc  du  Sud  que  de  la  grande  exportation  (  vers   l'Est  du  Monde  :  Chine  et  Japon  notamment  )  et  que  de  ses  liens  de  plus  en  plus  étroits   avec  les  pays  d'Europe  centrale  :  ceux  de  la  Mitteleuropa  (  Autriche,  Hongrie,  Tchéquie,   etc   ).   Un   simple   exemple   :   il   a   été   assemblé   en   2012   plus   d'appareils   complexes   d'imagerie  médicale  Siemens  (  scanners,  etc  )  en  Chine  qu'en  Allemagne.  Quant  au  train   à   grande   vitesse   qui   est   opérationnel   en   Chine,   il   repose   pour   une   large   partie   sur   la   technologie   de   l'ICE   allemand.   Autrement   dit,   là   où   la   France   oscille   autour   de   1%   du   montant   des   importations   chinoises,   l'Allemagne   est   à   plus   de   5,4%   et   ne   cesse   de   progresser.   N'est-­‐il   pas   hors   de   fondement   que   stigmatiser   les   performances   germaniques   là   où   notre   pays   a   un   vrai   défi   à   régler?   Car   enfin,     il   y   a   longtemps   que   toute   une   sélection   de   nos   produits   ne   sont   pas   compétitifs   :   ni   en   prix,   ni   en   éléments   hors-­‐prix   (   niveau   de   gamme,  qualité,  innovation  incorporée,  etc  ).  Rien  ne  servirait  de  se  flageller  mais  rien   ne  serait  pire  que  de  se  masquer  les  comparaisons  (  automobiles  ou  produits  industriels   ).   D'autant   que   ceci   n'est   en   rien   imputable   à   la   monnaie   unique   et   ne   date   clairement   pas   de   l'euro   :   il   suffit   de   se   reporter   aux   plans   pour   la   machine-­‐outil   des   ministres   Fourcade  (  1975  )  et  Monory  (  1978  )  et  d'analyser  la  situation  présente.  Ou  encore  de   relire  les  actes  des  Assises  de  la  recherche  et  de  l'industrie  d'octobre  1982  pilotée  par     25  

×