02 Mars 2011                                TD 15H-17H   CYCLONE KATRINA        NG Yew Chien       GOMBA Florence  LHGEO61...
Introduction et ProblématiqueQuels sont les enjeux des activités cycloniques que rencontrent les hommes, les mesures de pr...
5. L’air humide à l’intérieur du cyclone  continue d’être poussé en altitude4. La condensation libère la chaleur, si  bien...
Plus il y a dhumidité et plus il y a de chaleur,plus il y a dorages et plus la zone devient perturbée
3                                         2                                                         1                     ...
Facteurs et conditions nécessaires   à la formation d’une cyclone               accumulation de chaleur               accu...
1/ Force s’exerce perpendiculairement2/ Somme des forces =                                                   MAXIMALE AUX ...
Classification de cyclones                          Echelle Saffir-Simpson                                                ...
• Vent                                                                       • Pluie                                      ...
Un phénomène extrême ou un évènement irrégulier?
MISSISSIPPI                             Katrina        LOUSIANA         ALABAMATEXAS                     Nouvelle Orléans ...
Victimes de KatrinaSource:http://fr.wikipedia.org/wiki/Ouragan_Katrina
Menace sur la terre américaineSource:http://www.arizona-dream.com/Usa/photos/cartes/etats/etats/louisiane1.gifhttp://leweb...
Le système d’observation FEMA (Federal Emergency  Management Agency):gestion  des situations de crises Avion d’observati...
Annonce à la population
Annonce à la population48H avant ouragan:Évacuation d’urgence                       Source:http://english.peopledaily.com....
Dégâts occasionnés                       DIRECT                                                • Vagues 10m               ...
Dégâts indirects                                                     Digues du lac                                        ...
La ville nouvelleorléans selocalise sous leniveau de la mer,Environ 1m80                    FORME CUVETTE
Quelques marais ont été transformés en zones                              Situation du territoire                         ...
http://www.geschichteinchronologie.ch/USA/New-Orleans-cest-Stalingrad-F.html                       Évacuation du Superdome...
ConclusionLes Hommes peuvent-ils éviter les  risques cycloniques? Comment       l’homme peut agir?                        ...
Webographie•http://tpe2008.over-blog.fr/article-25656327.html•www.risquesmajeurs.fr•Reportage: après louragan Katrina:http...
Cyclone KatrinaI.     Les activités cycloniques fréquentes au monde      A.   Formation d’un cyclone      B.   Facteur mét...
Katrina
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Katrina

953 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
953
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Chaque année, des cyclones frappent la planète mais jamais de la même manière d'une année à l'autre, rendant le phénomène très difficile à prévoiret frappant des zones très étendues, donc difficile a identifier avec précision, malgré des progrès techniques toujours plus évolués.Il n’y a pas seulement les apports négatives aux hommes, enfait les activités cyclones sont nécessaires pour équilibrer la différente température entre les pôles et équateurs, il s’agit de transferer le chaleur Ces cataclysmes sont de grands déplacements de masses d'air, se formant au dessus des océans et regroupant plusieurs caractéristiques de formation et se déplaçant sur plusieurs milliers de kilomètres, touchant durement le population, non-préparée à une telle violence.
  • Tout a bord, l’eau chaud est le carburant du système. Dans les océans où l’air est chaud et humide (au moins 26C) s'élève au-dessus de la mer 3. au fur et à mesure qu'il est forcé de prendre de la hauteur, la vapeur d’eau qu’il contient se condense former des nuages et de la pluie4. La condensation libère de la chaleur, si bien que l’air alimentant la cyclone continue à s’échauffer et s’élever.
  • Tout a bord, l’eau chaud est le carburant du système. Dans les océans où l’air est chaud et humide (au moins 26C) s'élève au-dessus de la mer et, au fur et à mesure qu'il est forcé de prendre de la hauteur, la vapeur d’eau qu’il contient se condense former des nuages et de la pluie(On dit que le coeur d'un ouragan est constitué d'une grande quantité de cumulonimbus et de nimbostratus, justement les nuages qui amènent la pluie et l'orage.) La condensation libère de la chaleur, si bien que l’air alimentant la cyclone continue à s’échauffer et s’élever.L’ascention de l’air crée une zone de basse pression, ce mouvement attire l’air de surface humide à l’intérieur du cyclone qui enfle; d’énormes quantités de chaleur, de l’air et de vapeur d’eau sont poussées en altitudeCe transfert vers le haut amplifie la convergence de l’air venant de la périphérie, qui, entraine par la rotation de la terre, commence à tournoyerOn assiste à la formation d’un œil, entour d’un anneau de nuage tournant à grande vitesse qu’on appelle mur de l’œil: la tempête devient cycloneL’air chaud qui s’est élevée en altitude perd son humidité constituant une région de haute pression. Une partie de cette air retombe dans l’œil et entre les bandes de nuagesPlus il y a d'humidité et plus il y a de chaleur, plus il y a d'orages et plus la zone devient perturbée. Des courants d'air ascendants et descendants se promènent et la perturbation forme une colonne dans laquelle il y a beaucoup de brassage. Sous la colonne, la masse d'eau chaude continue de chauffer l'air et de le rendre instable. Dès qu'il touche la terre ferme (ou qu'il se déplace sur des eaux plus froides), l'ouragan est coupé de sa source de chaleur et d'humidité (les eaux de la mer) et c'est à ce moment que son stade de dissipation débute.
  • À l'origine, pour créer un ouragan, il faut choses que les Tropiques peuvent fournir: une accumulation de chaleur (large zone d'eau chaude), une accumulation d'humidité (air chaud et humide), une absence de vent en altitude (ou des vents en altitude de même direction que les vents en surface). FACTEURS MÉTÉO NÉCESSAIRES À LA FORMATION D'UN OURAGAN:la température de l'océan doit être au moins de 26,5C; la présence d'une dépression tropicale; la présence de rigoureux cumulus (Cu) ou cumulonimbus (Cb); l'absence ou peu de variation de la vitesse du vent avec l'altitude; une quantité suffisante d'humidité dans la troposphère; les latitudes doivent se situer entre 5 et 8 degrés; et plus météorologiquement: convergence dans les bas niveaux au-dessus de l'océan; divergence dans les hauts niveaux. Plus il y a d'humidité et plus il y a de chaleur, plus il y a d'orages et plus la zone devient perturbéeDès qu'il touche la terre ferme (ou qu'il se déplace sur des eaux plus froides), l'ouragan est coupé de sa source de chaleur et d'humidité (les eaux de la mer) et c'est à ce moment que son stade de dissipation débute
  • Les cyclones se répartissent de la manière suivante : Les cyclones se forment toujours au même endroit, tous au niveau de l'équateur, mais précisément autour de celui-ci, restant à bonne distance de cet axe.L'océan Pacifique et l'océan Indien sont les plus touchés, totalisant ainsi 1739 cyclones en 20 ans, répartis sur une très grande surface, frappant la côte asiatique sur sa totalité cependant les îles se situant sur l'équateur sont épargnées, l'activité cycloniques reprenant au niveau de l'Océanie, touchant la côte nord-australienne et de l'île de Madagascar.Quant à lui, l'océan Atlantique n'est touché qu'au niveau de la côte est Américaine (Floride, Louisiane), mais de manière massive, frappant systématique la côte nord-Américaine et les petites îles environnantes (Cuba, Martinique, Guadeloupe, Haïti, République Dominicaine ), mais sur une surface assez petite.
  • L'échelle Saffir-Simpson a été crée en 1971 par un ingénieur et un météorologue américain ( Herbert Saffir et Robert Simpson ) dans le but de classifier les cyclones et autres phénomènes ( comme les ouragans et les typhons ) selon la vitesse des vents, les dégâts engendrés, la pression barométrique, et l'évolution du niveau de la mer. Cette échelle comporte cinq catégories, allant de la plus faible ( dégâts minimes ) à la plus élevée ( dégâts effroyables ).Nous pouvons ici confirmer que plus la pression diminue, plus la force des vents augmente. Cette classification a donc permis de créer plusieurs niveaux d'alerte, afin de prendre les mesures qui s'imposent.
  • Le 29 aôut 2005, Katrina, un des des cyclones les plus dévastareurs et les plus étendus de l'histoire s'abat sur la Floride dans un premier temps, puis la Louisianne. Le katrina a été détectée le 23 aout sur les Bahamas, il était encore une dépression tropicaleIl a ensuite évolué à tempete tropicale, au statut de tempête d’échelle 1, et touchait le Sud de la FlorideIl est passé le floride et s’est régénéré dans les eaux de Golfe du Mexique le 26 aout, il était en catégorie 2Une bande de basse pression centrée sur le Texas provoque une remontée vers le nordAvant d’arriver au terre, il est devenu une cyclone de catégorie 4 (avec pressions hautes et vent très forte)Ces dimensions étaient oficiellement de plus de 650km de rayon,dont 190km de vents cyclonique, 350km de tempête tropicale, et d'un oeil de 40km. La Louisiane et la Nouvelle-Orléans ont été plongées dans la désolation la plus totale,alors que les pillards profitent du malheur de tout ces gens, de la panique et du manque d'organisation des secours pour piller et saccager les maisons encore sur pied.
  • Après l’ouragan, les eaux de lac Pontchartrain gonflent et débordent des levées. (cela est à cause des basses pression provoqué par le cyclone)
  • Ce phénomène complexe, connu dans le monde entier, est désormais suffisamment connu par les scientifiques,qui peuvent ainsi montrer avec précision leurs caractéristiques, prévoir leur trajectoire et donc en limiter les effets. 
  • Katrina

    1. 1. 02 Mars 2011 TD 15H-17H CYCLONE KATRINA NG Yew Chien GOMBA Florence LHGEO612 Risques naturels2010-2011 Licence 3 Géographie Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
    2. 2. Introduction et ProblématiqueQuels sont les enjeux des activités cycloniques que rencontrent les hommes, les mesures de prévention des risques cycloniques sont-elles suffisantes?
    3. 3. 5. L’air humide à l’intérieur du cyclone continue d’être poussé en altitude4. La condensation libère la chaleur, si bien que l’air alimentant la cyclone continue à s’échauffer et s’élever3. La vapeur d’eau se condense former nuages et de la pluie2. Air chaud et humide s’élève au dessus de la mer1. L’eau chaud est le carburant du système.
    4. 4. Plus il y a dhumidité et plus il y a de chaleur,plus il y a dorages et plus la zone devient perturbée
    5. 5. 3 2 1 L’œil de cyclone 1 2 Mur de l’oeil 3 La disparition d’humidité quand il arrive sur terrePlus il y a dhumidité et plus il y a de chaleur,plus il y a dorages et plus la zone devient perturbée
    6. 6. Facteurs et conditions nécessaires à la formation d’une cyclone accumulation de chaleur accumulation dhumidité absence de vent en altitude
    7. 7. 1/ Force s’exerce perpendiculairement2/ Somme des forces = MAXIMALE AUX POLES enroulement des vents NULLE A L’EQUATEUR http://tpe2008.over-blog.fr/article-25656390.html TPE2008 Les latitudes doivent sehttp://cytropicaux.free.fr/_de_sa_formation_a_sa_mort.html situer entre 5 et 8 degrés
    8. 8. Classification de cyclones Echelle Saffir-Simpson Classe 5 Classification Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 4 (supercyclones) Pression en Plus de 965 à 979 945 à 964 920 à 944 Moins de 920 hectoPascal 980 Vent maximal soutenu sur 1 min, 118 à 153 154 à 177 178 à 209 210 à 249 Plus de 249 en km/h Dégâts causés Minimes Modérés Intenses Extrêmes Catastrophiqueshttp://tpe2008.over-blog.fr/article-25656327.html TPE 2008
    9. 9. • Vent • Pluie • Inondation • Marées • Tornadeshttp://comprendre.meteofrance.com/jsp/site/Portal.jsp?&page_id=13752
    10. 10. Un phénomène extrême ou un évènement irrégulier?
    11. 11. MISSISSIPPI Katrina LOUSIANA ALABAMATEXAS Nouvelle Orléans FLORIDE BAHAMAS
    12. 12. Victimes de KatrinaSource:http://fr.wikipedia.org/wiki/Ouragan_Katrina
    13. 13. Menace sur la terre américaineSource:http://www.arizona-dream.com/Usa/photos/cartes/etats/etats/louisiane1.gifhttp://lewebpedagogique.com/docablog/files/2010/05/louisiane.gif
    14. 14. Le système d’observation FEMA (Federal Emergency Management Agency):gestion des situations de crises Avion d’observation des ouragans Katrina:-Ouragan de catégorie-Vents de + de 250km/h-Conséquences: catastrophiquesD’où EVACUATION D’URGENCESource:http://scrapetv.com/News/News%20Pages/usa/Images/hurricane-katrina-category-5.jpg
    15. 15. Annonce à la population
    16. 16. Annonce à la population48H avant ouragan:Évacuation d’urgence Source:http://english.peopledaily.com.cn/ 200508/30/eng20050830_205238.html
    17. 17. Dégâts occasionnés DIRECT • Vagues 10m pénètrent dans les terres • Vents entrainent des projectiles • Beaucoup de toits emportésSource: http://www.katrinahelp.com/hurricane- katrina-pictures-10.html
    18. 18. Dégâts indirects Digues du lac Pontchartrain cèdent a 3 endroits INNONDATIONSSource:http://sertit.u-strasbg.fr/SITE_RMS/2005/11_usa_2005/usa_2005.html
    19. 19. La ville nouvelleorléans selocalise sous leniveau de la mer,Environ 1m80 FORME CUVETTE
    20. 20. Quelques marais ont été transformés en zones Situation du territoire dhabitations sous le niveau de la mer • Territoire entouré d’eau • Zone marécageuse • Forte pression de l’hommeSource:http://www.arizona-dream.com/Usa/cartes/etat/23-carte-etat-louisiane.php
    21. 21. http://www.geschichteinchronologie.ch/USA/New-Orleans-cest-Stalingrad-F.html Évacuation du Superdome avec des bus, les rues sous leau … Lévacuation prenait 3 jours seulement pour commencer. Lapprovisionnement des vivres et de leau urgent prenait 4 jours à commencer. Lapprovisionnement avec des petites bateaux dhélice prenait 7 jours. Il semble que personne se sentait responsable pour un cas comme ça... Leau montait partiellement jusquaux bords des toits, et les habitants ne savaient pas comment sortir la maison. Ils avaient toujours confié en "Dieu", mais cette fois ils devraient couler. Souvent ils navaient pas lidée de faire un trou dans le toit pour se sauver sur le toit. Ils se noyaient misérablement dans les greniers, partiellement des familles complètes parce quils nosaient pas faire des trous dans les toits et monter sur le toit. Le Superdome setrouve sous leau !!
    22. 22. ConclusionLes Hommes peuvent-ils éviter les risques cycloniques? Comment l’homme peut agir? Presse Tahiti http://tahitipresse.pf/2002/10/80-de-risque- cyclonique-en-polynsie-franaise-pour-la-saison- chaude-de-2002-2003-selon-mto-france/
    23. 23. Webographie•http://tpe2008.over-blog.fr/article-25656327.html•www.risquesmajeurs.fr•Reportage: après louragan Katrina:http://www.dailymotion.com/video/xeysih_apres-l-ouragan-katrina-part1_news•Nouvelle-Orléans:http://www.astrosurf.com/luxorion/cyclone-katrina.htm•http://www.geocia.fr/blog/index.php?2008/05/07/74-katrina-et-la-nouvelle-orleans-entre-risque-naturel-et-amenagement-par-l-absurde•Documents tirés de l’e-campus •Katrina, catastrophe annoncée et parades pour l’avenir •La lettre d’information de la Mission Risques Naturels numéro 8: Spécial Katrina •Du risques ‘’Naturel’’ à la catastrophe urbaine : katrina
    24. 24. Cyclone KatrinaI. Les activités cycloniques fréquentes au monde A. Formation d’un cyclone B. Facteur météorologique C. La répartition géographique de cet aléaII. La force destructive cyclonique, exemple Cyclone Katrina A. La genèse de Katrina : évolution d’une dépression locale à un cyclone géant B. La force destructive sur les zones exposéesIII. La gestion de prévention de risque cyclonique A/ Les préventions et mesures existantes pour éviter les cyclones destructives B/ Les facteurs politiques ajoutés et problème important de ségrégation sociale C/ Zone lié aux activités anthropiques devient totalement sensible aux risques cycloniques

    ×