SlideShare une entreprise Scribd logo
UNIVERSITÉ BADJI MOKHTAR . ANNABA
FACULTÉ DE MÉDECINE
DÉPARTEMENT DE CHIRURGIE DENTAIRE
SERVICE DE PROTHESE DENTAIRE
Crochets, Attachements,
Et liaison selle-chassis.
Évalué Par : Pr. Tabbi.Anneni
Pr. Merdes
Présenté par: les résidents de 1er année
Crochets, Attachements,
Et liaison selle-chassis.
PLAN
1- Les crochets.
1-1- Définition.
1-2- Impératifs des crochets.
1-3- Les fonctions du crochet.
1-4- Les différentes parties du crochet.
1-5- critères de choix d’un crochet
1-5- Les différents types de crochets .
II- Les attachements
1- Définition.
2-Fonctions
3-Classification
3-1- Attachements intracoronaires
3-2- Attachements extracoronaires
3-3- Attachements axiaux
3-4- Barre de connexion (ou de conjonction)
III- Liaisons selles-châssis
1- Liaison rigide
Avantages
Inconvénients
2- Liaison semi-rigide
Avantages
Inconvénients
3-Liaison amortie
Avantages
Inconvénients
Conclusion
La restauration amovible d’une édentation
partielle se fait grâce à une prothèse partielle
adjointe qui prend appui sur les dents restantes
et sur les tissus gingivo-osseux.
Cette PPA présentera un châssis métallique
constituée d’une armature à laquelle sont reliés
différents composants : crochet,attachement,et
selles .
Les crochets
 Définition:
Les crochets correspondent à des
ceintures métalliques ouvertes autour
des dents supports, élaborées et coulées
en même temps que les autres éléments
duchâssis, permettant de solidariser la
prothèse aux dents résiduelles.
Cette unité fonctionnelle est
formée de trois parties :
Bras rétentif
Bras de calage
Appui occlusal.
1- Les crochets
 Impératifs des crochets
Passivité Une fois la prothèse en place, l’extrémité rétentive
du crochet ne doit pas exercer de force sur la dent
support.
Les crochets
1- Les crochets
 Impératifs des crochets
Réciprocité
- Il faut que le bras de calage du crochet soit en contact
avec la dent avant que l’extrémité rétentive du bras de
rétention ne franchisse la ligne guide pour que la poussée du
bras de rétention au passage du bombé cervical soit absorbée
par l’élasticité du métal et non par celle des fibres
desmodontales et de ce fait éviter un effet scoliodontique lors
de l’insertion et désinsertion de la prothèse.
- Symétrique selon l’axe de la prothèse.
Les crochets
1- Les crochets
 Impératifs des crochets
Ceinturage
le crochet doit ceinturer la
dent sur plus de la moitié de sa
circonférence et ses deux bras
doivent se situer à des niveaux
aussi voisins que possible pour
éviter un effet de torsion sur la
dent.La face interne du crochet doit être
parfaitement polie
Les crochets
1- Les crochets
 Les fonctions du crochet
 Sustentation : c’est l’ensemble des forces qui s’opposent à
l’enfoncement de la prothèse dans les surfaces d’appuis sous
l’influence des composantes axiales des forces de
mastication.
 Stabilisation : c’est l’ensemble des forces qui s’opposent aux
mouvements de translation horizontale et de rotation de la
prothèse.
 Rétention : c’est l’ensemble des forces qui s’opposent à la
désinsertion de la prothèse dans le sens axial.
Les crochets
Les crochets
1- Les crochets
 Les différentes parties
du crochet 1- Bras rétentif :
• C’est la seule partie du crochet qui possède une certaine
élasticité lui permettant de passer le bombé cervical de la
dent pour venir trouver sa position terminale sous la ligne
guide où il assure la rétention.
• Ainsi il existe deux types de bras de rétention :
 Bras à point de départ occlusal dit d’émergence occlusale ou
seule sa partie terminale franchit la ligne guide.
 Bras à point de départ gingival dit d’émergence cervicale,
situé entièrement sous la ligne guide mais seule sa partie
terminale est en contact avec la dent.
Les crochets
1- Les crochets
 Les différentes parties
du crochet: 2- Bras de calage :
• C’est le bras rigide du crochet, il est entièrement situé au-
dessus de la ligne guide où il soutient la dent et la cale
avant que le bras rétentif ne devient actif.
• Il est le plus souvent nécessaire de créer par meulage un
méplat entre la zone de rétrécissement occlusal et la zone
de rétrécissement cervicale d’où la surface du bras de
calage doit être plus importante que celle du bras
rétentif.
Les crochets
1- Les crochets
 Les différentes parties
du crochet: 1- Appui occlusal : taquet
• C’est un élément métallique coulé reposant dans une
logette taillée au dépend de l’émail du sommet du
cingulum des canines, comme elle peut être réalisée au
dépend d’une obturation préexistante
• L’appui occlusal a une forme triangulaire à sommet
arrondi et une surface d’appui arrondie rappelant ainsi la
forme d’une demi cuillère.
Les crochets
1- Les crochets
 Les différentes parties
du crochet: 3- Appui occlusal : taquet
Appuis directs
Les appuis directs sont situés directement à coté des espaces
édentés. Ils sont utilisés pour transmettre les forces
masticatoires aux dents supports.
Appuis indirects
Les appuis indirects sont distants des espaces édentés. Ils sont
utilisés pour neutraliser les mouvements de rotation de la
prothèse.
Les crochets
1- Les crochets
 Les différentes parties
du crochet:
3- Appui occlusal : taquet
La connexion verticale et l’appui occlusal doivent former un
angle < 90° pour que le taquet reste en contact étroit avec la
dent et que les forces transmises soient axiales, si cet angle
est > à 90°, la dent et la prothèse auront tendance à ce fuir et
les forces transmises ne sont pas dans le grand axe de la dent.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différentes parties
du crochet:
3- Appui occlusal : taquet
Rôle:
1- transmettre aux dents piliers toutes ou une partie des
pressions développées sur les selles pendant les différentes
fonctions (position mésiale).
2- Transmettre ces forces suivant un axe plus proche possible
du grand axe de la dent.
3- Empêcher tout enfoncement de la prothèse pour
maintenir les relations occlusales stables avec l’arcade
antagoniste.
4- Assurer la pérennité des rapports entre les éléments
prothétiques et les dents d’appuis.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différentes parties
du crochet:
3- Appui occlusal : taquet
Différentes formes:
A. Logettes d’appui occlusales :
1. Elles intéressent les molaires et les prémolaires.
2. Elles ont une forme d’une cuillère ;
3. Leurs dimensions varient de 2 à 3 mm de longueur, la
largeur correspond à environ au 1/3 du diamètre vestibulo-
lingual de la dent et d’environ 1mm de profondeur ;
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différentes parties
du crochet:
3- Appui occlusal : taquet
Différentes formes:
B. Les logettes d’appui incisif :
- Elles sont obtenues au dépend de l’émail et parfois de
la dentine sclérosée des bords incisifs.
- Elles ont la forme d’une encoche biseautée et reçoivent
des appuis portant le nom de « griffes ».
C. Les logettes d’appui cingulaire :
Elles sont taillées au dépend de l’émail cingulaire et se
résument le plus souvent à de simples méplats perpendiculaire
à l’axe d’insertion.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différentes parties
du crochet:
3- Appui occlusal : taquet
Position idéale des appuis
1. pour les édentements distaux, l’appui mésial sera
toujours recherché combiné à une zone de retrait distal.
2. concernant les édentements encastrés ou latéraux,
l’appui est généralement sur la crête marginale qui le limite.
3. pour les dents isolées on prévoit un appui en mésial et
un autre en distal.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les critères de choix
d’un crochet
Dents supports:
• La classe d’édentement est certainement déterminante dans
le choix des dents supports,
• mais l’examen clinique et radiographique des dents bordant
les zones édentées permet de choisir le type de crochet le
mieux adapté à la situation clinique et surtout de régler la
force rétentive afin d’en limiter les effets.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les critères de choix
d’un crochet
Répartition sur l’arcade
• Classiquement, les crochets sont situés sur les dents qui
bordent les crêtes édentées, de façon à déterminer un
quadrilatère qui englobe la prothèse.
• Afin d’améliorer la stabilité de la prothèse et le confort
pour le patient, on place les crochets sur l’arcade le plus
symétriquement possible par rapport au plan sagittal
médian, en tenant compte de l’impact esthétique qu’auront
ces crochets.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les critères de choix
d’un crochet
Répartition sur l’arcade
En fonction de la classe d’édentement, cette répartition sur
l’arcade est plus ou moins favorable.
Classe I : les deux crochets déterminent un axe de rotation
autour duquel la prothèse peut facilement basculer.
Classe II : l’édentement postérieur unilatéral est certainement
le plus difficile à résoudre avec une PPAM.
Classe III : c’est l’édentation idéale pour une PPAM. La prothèse
est entièrement englobée dans le quadrilatère de sustentation
Classe IV : les crochets sur les dents antérieures ne sont possibles
que si l’esthétique le permet.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Selon la localisation de jonction secondaire par rapport à
la dent support, on peut différencier :
•crochets à jonction proximale.
•crochets à jonction linguale.
•crochets à jonction vestibulaire
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Crochets à jonction proximale
Crochet ACKERS :n°1 de Ney :
Conception :
•un taquet occlusal situé du côté de l’édentement.
•un bras de rétention vestibulaire à extrémité flexible.
•un bras de calage palatin ou lingual qui assure la réciprocité.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Crochets à jonction proximale
Crochet ACKERS : n°1 de Ney :
Variante :
Extrémité du bras de calage supporte l’appui occlusal situé
dans la fossette opposée lorsqu’il est impossible de le placer
du côté de la selle.
Indication :
Pour les édentements encastrés, il procure une liaison rigide
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Crochets à jonction proximale
Crochet AKERS : n°1 de Ney :
Avantages :
stabilité, rétention et sustentation maximale.
Inconvénient :
inesthétique sur les canines, il est surtout utilisé au niveau des
molaires et sur les prémolaires peu apparentes
Les crochets
Bras rétentif:
rétention
Taquet et bras de calage:
sustentation
Bras de calage:
Stabilisation
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Crochets à jonction proximale
Crochet anneau simple:
Conception :
•Deux appuis occlusaux (mésial et distal) avec deux potences.
•le bras rétentif part du côté distal.
•Il a la forme d’anneau ouvert dans l’angle mésio-
vestibulaire.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Crochets à jonction proximale
Crochet anneau simple:
Indication :
molaire isolée
Avantages :
évite la version mésiale de la
dent grâce à son double
appui.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
2- Crochets à jonction linguale
Les crochets ne sont pas reliés aux selles, mais ils sont
reliés à l’armature principale du côté lingual ou
palatin : on citera quatre formes cliniques :
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Crochets à jonction linguale
Crochet Nally – Martinet:
Conception :
•Un appui occlusal mésial
•Une connexion secondaire mésiale
•Un bras de calage long (3/4 de la circonférence de la dent)
portant une portion rétentive mésio-vestibulaire.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Crochets à jonction linguale
Crochet Nally – Martinet:
Variante :
Crochet à action postérieure.
Indication :
canine et prémolaire des CLI et CLII, il autorise la disjonction
des selles
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Crochets à jonction linguale
Crochet Nally – Martinet:
Avantages :
• le moins traumatisant pour la dent support, due à sa grande
souplesse et grâce à son appui occlusal mésial qui évite la
disto-version coronaire de la dent et il permet aussi dans une
certaine mesure le libre jeu des selles grâce à sa connexion
secondaire mésiale.
• Son bras rétentif peut être raccourci pour le rendre mois
apparent.
Les crochets
Rétention
Stabilisation
Sustentation
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction linguale
Crochet à action post :
C’est une variante du Nally-Martinet, il présente un
appui occlusal distal opposé à la connexion secondaire
mésiale.
Indications : même indication que pour le Nally-
Martinet, molaire isolée.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction linguale:
Crochet équipoise:
Conception :
il est réalisé sur une restauration scellée, il comporte :
•un appui occlusal mésial qui présente en occlusion une forme
en queue d’arronde, intra coronaire aux parois parallèles à
l’axe d’insertion assurant un cerclage interne.
•Une connexion secondaire mésiale.
• Un bras de calage rigide logé dans un épaulement lingual ou
palatin qui se termine par une extrémité rétentive dans
l’angle disto-vestibulaire, de faible amplitude de 0.15mm.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction proximale:
Crochet
équipoise:
indication:
•l’indication de ce crochet
se limite aux édentements
encastrés.
• Modification antérieure
encastrée avec absence
de réalisation de prothèse
conjointe
Mésial Distal
Vue distale
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction linguale:
Crochet équipoise:
Crochet équipoise modifié : c’est une adaptation du précédent
à des situations locales spécifiques :
Diastème antérieure.
Incisive latérale en palato-version ou en rotation.
Retrait gingival prononcé, l’appui est transposé en position
centrale. Il comprend un appui mésial sous forme de griffes
solidarisées à la connexion principale par une potence mésiale
et un bras de calage horizontal se terminant par une extrémité
rétentive située à l’union des faces vestibulaire et distale.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction linguale:
Crochet équipoise:
Indications :
Au niveau des canines dévitalisées dans les édentements de
classe I, II, et III.
Quel que soit la dent, l’appui central doit être d’une hauteur
suffisante pour assurer le calage, le ceinturage, mais aussi
d’une part la rétention par friction.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction linguale:
Crochet équipoise:
Crochet « équipoise » sur dents naturelles :
Lorsque l’hygiène buccale est bonne et les principes de
conception de PPA sont respectés, on peut considérer qu’il n’y
a pas de crochet mettant en péril les piliers tant sur le plan
carieux que parodontal.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction linguale:
Crochet équipoise:
Conception :
Le crochet comprend un appui mésial sous forme de griffe
solidarisée à la connexion principale par une potence mésiale,
de laquelle est issu un bras de calage horizontale se terminant
par une extrémité rétentive située à l’union des faces
vestibulaire et distale dans une zone de retrait de 0.15mm.
Ce type de bras assure parfaitement le calage, le ceinturage
et la rétention, alors que la réciprocité est prise en charge par
la dent mésiale naturelle ou de remplacement.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction linguale:
Crochet RPA:
[« Rest » « Plate » « Arm »] ;
il est de même configuration que le crochet de
Nally-Martinet, mais son bras de calage
circonférenciel est situé strictement sur la ligne
guide de façon à en limiter l’effet
scoliodontique.
Indication: édentement postérieur
de CLI.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Crochet continu de
Kennedy
Ce crochet est indiqué sur le cingulum des dents antérieures,
de la classe I ou II de Kennedy,
et comme contention de dents présentant une certaine
mobilité.
L’autre fonction importante du crochet continu de Kennedy,
est d’agir comme rétention indirecte, évitant la désinsertion
cervicoocclusale de la prothèse, due à une mastication
d’aliments adhésifs.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochets
Crochet continu de
Kennedy
Ce crochet est situé sur le cingulum des dents antérieures,
Indication: de la classe I ou II de Kennedy,
Rôle:
-comme contention de dents présentant une certaine mobilité.
-L’autre fonction importante du crochet continu de Kennedy,
est d’agir comme rétention indirecte, évitant la désinsertion
cervico-occlusale de la prothèse, due à une mastication
d’aliments adhésifs.
Les crochets
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction proximale:
Crochet cavalier :
BONWILL
Conception : il est constitué de 2 crochets Akers fusionnés au
niveau de leurs appuis occlusaux, il comprend :
•2 appuis occlusaux
•2 bras de rétention
•2 bras de calage.
•1 connexion secondaire unique et médiane.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction linguale:
Crochet cavalier :
BONWILL
Indication :
Il est indiqué dans les édentements unilatéraux ou non pour
assurer la rétention et la stabilisation controlatérale des
PPA.
• classe VI côté denté
• classe IV de grande étendue à chaque fois que des
molaires contiguës peuvent contribuer à la rétention.
• Classes : II, III, IV et V sur les segments PM et M dentés.
Les crochets
Rétention Sustentation
Stabilisation
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction vestibulaire:
le système de
ROACH
Conception :
Un appui occlusal mésial ;
Un bras de calage ;
Un bras rétentif à point de départ gingival séparé de l’appui
occlusal et du bras de calage et qui peut être de différentes
formes : T, Y, I.
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction vestibulaire:
le système de
ROACH
Indication : classe I, classe II.
Avantages : esthétique
Inconvénient :
- Pas de ceinturage.
- Position du bras de rétention peut irriter la lèvre et la
gencive
Les crochets
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction vestibulaire:
Système
RPI
c’est la dénomination anglo-saxonne de Rest
(appui occlusal), Proximale plate (lame
proximale) et de I – bar (barre en i).Conçu par
KRATOCHVIL et décrit par KROL
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction vestibulaire:
Système
RPI
Conception :
• Un appui occlusal mésial avec sa connexion secondaire mésio-
linguale qui doit rester à distance de la dent adjacente
mésiale.
• Plaque distale :-hauteur 1 -1.5mm.
-épaisseur : 1-1.5mm.
-largeur : 2mm.
• Bras rétentif en (I) en contact avec la dent sur 2mm se situe
sur la face vestibulaire sur l’axe médian plutôt mésial, jamais
Les crochets
1- Les
crochets
 Les différents types de
crochetsCrochets à jonction vestibulaire:
Système
RPI
Indication:
•Classe I, classe II, il réduit les forces de bascules sur les dents
supports.
•Classe III
•Canines et PM maxillaire ou mandibulaire
•Hauteur de gencive adhérente < à 3 mm.
•En cas de contre dépouille ostéo-muqueuse vestibulaire.
•En cas de dents trop inclinées lingualement ou
vestibulairement.
Les crochets
Les attachements
2-1 Définition:
Une définition au sens large est donnée « Un
attachement est un dispositif mécanique unissant, avec
ou sans possibilité de mouvement, deux parties de
prothèse entre elles, ou une prothèse amovible aux
dents restantes. »
l’attachement de précision est un système d’au moins
deux pièces dont la fonction est d’unir une prothèse
amovible aux dents restantes ou de solidariser plusieurs
parties d’un bridge en
prothèse fixée.
Les attachements
2-1 Définition:
définissent ainsi les attachements de précision
préfabriqués : des pièces usinées plus ou moins
complexes présentant toujours deux parties séparables,
l’une intégrée à la prothèse amovible, l’autre à une
prothèse fixée.
Borel
et al
en
1994
Les attachements
2-2 Fonctions:
La rétention :
Beaucoup d’attachements ont pour rôle d’assurer la rétention
d’une prothese amovible.
La disjonction :
Quelque attachements, nullement rétentifs ont pour seul rôle
de désolidariser une selle en extension des éléments
prothétiques a appui dento-parodontal.
Fonction auxiliaire :
Les vis, les clavettes, les verrous, qui fixent en bouche les
deux parties d’un attachement principal, et d’autre part les
activateurs de rétention dont la boule rétractable augmente
la friction, sont également classés dans les attachements.
Les attachements
2- 3
Classification :
Description:
 Attachements
intracoronaires
Les attachement intracoronaires sont essentiellement des
glissières
rigides de type « tenon-mortaise », comportant :
– une partie mâle, la patrice, le plus souvent solidaire de la
prothèse
amovible ;
– une partie femelle, la matrice, intégrée à la morphologie
d’une
prothèse fixée (couronne ou plus rarement intermédiaire de
bridge).
Les attachements
2- 3
Classification :
Indication:
 Attachements
intracoronaires
-Ponts amovibles:
La travée de bridge peut ne pas être soudée aux moyens
d’ancrage, mais reliée par des glissières.
-Ponts amovo-inamovibles:
La travée n’est démontable que par les praticiens : la partie
male et femelle sont fixée entre elles par un vis ou une
clavette . Cette construction assez complexe supprime pour le
patient l’inconvénient de l’amovibilité, mais élimine la
possibilité d’adjoindre une selle à la travée.
Les attachements
2- 3
Classification :
indication:
 Attachements
intracoronaires
-Prothèse adjointe encastrées CL III modifiée , CL IV:
Si l’on réunit les travée de deux ponts amovibles par un élément
de connexion rigide, on obtient évidemment une prothèse
adjointe dont la rétention est assurée par des attachements,
nécessairement parallèles entre eux. Il s’agit d’une prothèse
composite.
-Prothèse adjointe en extension CLI ET II:
Rappelons qu'une selle en extension nécéssite une potence et un
taquet mésiaux; les glissières qui établissent des liaisons
strictement rigide , ne sont donc pas indiquées.
Les attachements
2- 3
Classification :
Avantages
 Attachements
intracoronaires
- L’intégration de l’attachement dans la morphologie de
l’élément fixé en fait un dispositif bien toléré par le
parodonte marginal
- Son entretien peut paraître plus aisé pour le
patient .
Les attachements
2- 3
Classification :
 Attachements
intracoronaires Inconvénients
-La dépulpation de la dent.
-Comme tout système rétentif à friction, la glissière voit
son efficacité
réduite par la répétition des déplacements relatifs des
parois en
opposition.
-L’attachement est soumis à des mouvements de rotation,
transversaux et verticaux
-L’usure des pièces n’est donc pas homogène. Elle est plus
marquée au niveau cervical de la partie mâle et occlusal de la
partie femelle (d’où l’intérêt des systèmes avec rattrapage de
jeu, par exemple : Biloct)
Les attachements
 Attachements
intracoronaires
Les attachements
2- 3
Classification :
 Attachements
extracoronaires
Description:
Les attachements extracoronaires sont constitués de deux
parties :
– une partie mâle, la patrice ;
– une partie femelle, la matrice. Ces deux pièces réalisent une
liaison mécanique située en dehors des formes de contour
d’une prothèse
fixée unitaire ou plurale.
Les attachements
2- 3
Classification :
 Attachements
extracoronaires
Description:
La rétention est obtenue par des systèmes variés faisant appel
le plus souvent à:
-Des forces de friction,
-Au verrouillage d’éléments (lame élastique, anneau, bouton-
pression),
- À la résilience de matériaux souples (résine, Téflont).
En fonction de leur conception, ces attachements sont à
liaison rigide ou à
Les attachements
2- 3
Classification :
 Attachements
extracoronaires Indication:
-Prothèse adjointe en extension CL I et CLII:
version articulé
-Prothèse adjointe encastrée : version
rigide.
Les attachements
2- 3
Classification :
 Attachements
extracoronaires Avantages
-La préparation de la dent support d’un attachement
extracoronaire reste identique à celle nécessaire à la pose
d’un élément fixé conventionnel.
-Cette préparation n’occasionne donc pas forcément la
dépulpation de la dent.
Les attachements
2- 3
Classification :
 Attachements
extracoronaires
Inconvénients
-Comme tout élément en extension, l’attachement
extracoronaire peut
avoir une action scoliodontique. Elle doit être compensée par
une conception adaptée du châssis et une répartition des
contraintes occlusales, avec notamment la mise en place d’un
taquet occlusal sur la face opposée à l’attachement;
-La situation extracoronaire de l’attachement impose un soin
particulier lors des phases d’hygiène quotidiennes.
Les attachements
2- 3
Classification :
 Attachements
extracoronaires
Inconvénients
-l’arcade, son rôle dans le schéma occlusal (fonction de groupe
ou fonction canine) et sa valeur intrinsèque (rapport
couronne/racine) permettent de décider de la nécessité
d’intégrer plusieurs dents
supports solidarisées.
Les attachements
 Attachements
extracoronaires
Les attachements
2- 3
Classification :
 Attachements axiaux:
Ils fonctionnent selon le principe du bouton-pression et relient
une
racine ou un implant à l’intrados d’une prothèse amovible .
La patrice est le plus souvent solidaire d’une chape
supraradiculaire
à tenon, type Richmond ;
prothèses à recouvrement. Il faut distinguer deux modes
d’utilisation :
– prothèse à appui dentoparodontal, en contact permanent
avec le
dispositif support ;
– prothèse à appui ostéomuqueux qui n’entre en contact avec
la
butée verticale qu’en phase de mastication.
Les attachements
2- 3
Classification :
 Attachements
axiaux:
La rétention fait appel à des dispositifs mettant en oeuvre
des forces
de friction et des verrouillages complémentaires faisant
intervenir
des éléments au comportement élastique. Ces attachements
axiaux
diffèrent par leur mode de liaison et par les matériaux qui
les
composent.
Les attachements
 Attachements
axiaux:
Attachements VKSt-oc rs : partie femelle avec
résilience, partie femelle rigide (catalogue
Bredent).
Vario-Kugel-Snap
VKSt-oc rs (catalogue
Bredent).
Les attachements
2- 3
Classification :
 Barre de connexion (ou de conjonction)
Une barre de section rectangulaire (Doldert) ou ronde
(Ackermant),
relie plusieurs piliers (dents ou implants), limitant un
segment
édenté. Dans l’intrados prothétique, une gouttière élastique
de même profil vient s’adapter sur la barre à frottement
doux. La barre est solidaire de couronnes, de coiffes à tenons
ou de piliers implantaires. Elle peut être vissée ou intégrée à
la coulée .
Les attachements
2- 3
Classification :
 Barre de connexion (ou de conjonction)
Description:
-La pièce male : est une barre métallique, évidemment
extra-coronaire reliant des racines en franchissant un
espace édenté. Elle assure la contention des ponts d’appui.
Selon que sa section est rectangulaire ou ovoïde ou ronde ,
la liaison qui s’établit est rigide ou articulée
-La pièce femelle: est une gouttière incluse dans
l’intrados de la prothèse
Les attachements
2- 3
Classification :
 Barre de connexion (ou de conjonction)
Indication:
Indiquée surtout à la mandibule lorsque le nombre, l’état
et la disposition des dents restantes n’incitent pas à
reconstruire celle-ci par des moyens habituels de la
prothèse conjointe , une barre de conjonction améliore la
rétention d’une prothèse conjointe, une prothèse
complète supraradiculaire et aussi une prothèse partielle
Les attachements
2- 3
Classification :
 Barre de connexion (ou de conjonction)
Les Liaisons selles-
chassis
Édentements encastrés
L'appui, bien équilibré de part et d'autre de la crête
édentée, est essentiellement dentaire : le problème
de dualité tissulaire ne se pose pas.
Taquets et crochets sont reliés directement aux selles
par des potences courtes et indéformables. Il s'agit
de crochets à liaison rigide.
Si l'élément de rétention choisi est un attachement
préfabriqué, il est de type glissière.
Édentements en extension
Prise comme type de description, une prothèse
restaurant une Classe I mandibulaire permet une
étude critique des divers modes de liaison.
Prothèse mandibulaire de Classe I
Elle peut schématiquement se décomposer en deux
parties.
- Celle s'appuyant sur les organes dentaires: barre cingulaire
et taquets (parfois appelée « arc d'immobilisation »). Sa
possibilité de mouvement axial, liée à la compressibilité
desmodontale, est très faible : 1/10 de mm.
- Celle s'appuyant sur les crêtes : selles reliées par la barre
linguale.
Sous l'effet des forces de mastication, une selle en
extension se déplace en fonction de la compressibilité de
la fibro-muqueuse (0,4 à 1 mm) et de l'intensité des
pressions postérieures. Ces mouvements se résument
essentiellement en une translation verticale et une
rotation distale verticale: l'équilibre de l'ensemble risque
d'être compromis. Un choix s'impose entre divers modes
de liaison.
Fig. 01. — Les deux parties d'une prothèse de classe / .
a : éléments à appui dento-parodontal,
b : éléments à appui gingivo-osseux.
Prothèse mandibulaire de Classe I
Prothèse mandibulaire de Classe I
Liaison rigide
Elle est établie par une potence courte unissant
directement la selle à la barre cingulaire : la prothèse
est un solide indéformable.
■ Si des taquets distaux sont utilisés
L'efficacité masticatrice est bonne, mais un
enfoncement distal des selles peut provoquer des
surcharges.
Prothèse mandibulaire de Classe I
Liaison rigide
Fig. 02. — Potences distales courtes et
rigides + Taquets distaux —>
Basculement de la prothèse, surcharges,
(dents + crêtes).
Prothèse mandibulaire de Classe I
Liaison rigide
■ Si la prothèse ne comporte pas de taquets
 Surcharge dentaire et basculement semblent devoir être
supprimés,
 mais un enfoncement général de la prothèse peut se produire :
- la barre cingulaire exerce des forces obliques et devient nocive
(version V des dents); si pour éviter cela, on la place plus
cervicalement, elle ne remplit plus son rôle, et sa translation
axiale la rend agressive pour la gencive marginale;
- l'occlusion devient instable ; le patient se sert préférentielle-
ment de ses dents restantes : propulsion mandibulaire et
diminution de DVO peuvent en découler.
Prothèse mandibulaire de Classe I
Liaison rigide
Fig.03. — Potences distales courtes et
rigides + Absence de taquets occlusaux —>
Enfoncement de la prothèse, barre
cingulaire nocive.
Prothèse mandibulaire de Classe I
Liaison flexible ou articulée
Barre cingulo-coronaire et taquets sont reliés aux selles soit par la
flexibilité d'une barre métallique, soit par l'articulation d'un
attachement : la prothèse n'est pas un solide indéformable.
Ce mode de liaison semble devoir ménager la santé parodontale
mais présente des inconvénients :
• trop grande liberté des selles : résorption osseuse,
• instabilité occlusale : propulsion mandibulaire,
• apparition d'un bruxisme, le patient prenant inconsciemment
l'habitude de « jouer », mâchoires serrées, avec les selles
mobiles,
• formellement contre-indiqué en cas de prothèse complète
antagoniste.
Prothèse mandibulaire de Classe I
Liaison flexible ou articulée
Fig. 04. —
a : liaison flexible (« Stress-breaker » de
Kennedy),
b : liaison articulée (rotule de Roach).
Les différentes expérimentations menées à ce jour ainsi que l'expérience
clinique nous conduisent à préconiser une liaison rigide particulière.
- Le tracé optimal d'une prothèse restaurant une Classe I mandibulaire nous
semble aujourd'hui être le suivant :
 Plaque-base constituée de selles très enveloppantes réunies par une barre
linguale.
 Arc d'immobilisation composé d'une barre cingulo-coronaire et de taquets
situés mésialement sur les dents limitant les secteurs édentés. Si possible,
adjonction d'« appuis indirects » sur les avant-dernières dents.
 Potences situées mésialement par rapport aux dernières dents (et espacées
de la gencive).
 Crochets choisis en fonction des conditions locales.
Ce mode de liaison est également utilisé pour les Classes I maxillaires.
Quand la prothèse restaure une Classe II modifiée, ce mode de liaison est utilisé
pour la selle en extension ; la selle encastrée est reliée de façon rigide
classique.
Mode de liaison conseillé
Mode de liaison conseillé
Fig. 05. Mode liaison conseillé (selle postérieure): taquet mésial, potence
mésiale.
Les praticiens mettent tout en œuvre afin d’améliorer les
qualités physiques et mécaniques de prothèses partielles
métallique amovibles, et pour le moment la plus apte est la
liaison semi rigide. Reste a savoir si le future nous prouvera
son efficacité

Contenu connexe

Tendances

Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète
Abdeldjalil Gadra
 
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Abdeldjalil Gadra
 
Grands principe des_preparations
Grands principe des_preparationsGrands principe des_preparations
Grands principe des_preparations
Abdeldjalil Gadra
 
Prothese trace du chassis
Prothese trace du  chassisProthese trace du  chassis
Prothese trace du chassis
Abdeldjalil Gadra
 
La prothèse partielle en résine
La prothèse partielle en résineLa prothèse partielle en résine
La prothèse partielle en résine
Bougandoura Mehdi
 
les articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciauxles articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciaux
Abdeldjalil Gadra
 
Les liaisons selles- chassis
Les liaisons selles- chassis Les liaisons selles- chassis
Les liaisons selles- chassis
Abdeldjalil Gadra
 
Montage des dents en ppma
Montage des dents en ppmaMontage des dents en ppma
Montage des dents en ppma
Abdeldjalil Gadra
 
Technique Edgewise
Technique EdgewiseTechnique Edgewise
Technique Edgewise
Mede Space
 
Les attachements prothétique
Les attachements prothétique Les attachements prothétique
Les attachements prothétique
Abdeldjalil Gadra
 
Etude au paralléliseur.pptx
Etude au paralléliseur.pptxEtude au paralléliseur.pptx
Etude au paralléliseur.pptx
ahmedsouidi
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
Abdeldjalil Gadra
 
Realisation du chassis au laboratoire
Realisation du chassis au laboratoireRealisation du chassis au laboratoire
Realisation du chassis au laboratoire
Abdeldjalil Gadra
 
Les couronnes céramométalliques 2
Les couronnes céramométalliques 2Les couronnes céramométalliques 2
Les couronnes céramométalliques 2
Abdeldjalil Gadra
 
Prothese pap resine
Prothese pap resineProthese pap resine
Prothese pap resine
Abdeldjalil Gadra
 
Therapeutique orthopedique
Therapeutique orthopediqueTherapeutique orthopedique
Therapeutique orthopedique
fati guzel
 

Tendances (20)

Les empreintes en ppma
Les empreintes en ppmaLes empreintes en ppma
Les empreintes en ppma
 
Les empreintes en PPMA
Les empreintes en PPMA Les empreintes en PPMA
Les empreintes en PPMA
 
Les adhésifs
Les adhésifsLes adhésifs
Les adhésifs
 
Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète
 
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
 
Grands principe des_preparations
Grands principe des_preparationsGrands principe des_preparations
Grands principe des_preparations
 
Prothese trace du chassis
Prothese trace du  chassisProthese trace du  chassis
Prothese trace du chassis
 
La prothèse partielle en résine
La prothèse partielle en résineLa prothèse partielle en résine
La prothèse partielle en résine
 
les articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciauxles articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciaux
 
Les liaisons selles- chassis
Les liaisons selles- chassis Les liaisons selles- chassis
Les liaisons selles- chassis
 
Montage des dents en ppma
Montage des dents en ppmaMontage des dents en ppma
Montage des dents en ppma
 
Technique Edgewise
Technique EdgewiseTechnique Edgewise
Technique Edgewise
 
Les attachements prothétique
Les attachements prothétique Les attachements prothétique
Les attachements prothétique
 
Etude au paralléliseur.pptx
Etude au paralléliseur.pptxEtude au paralléliseur.pptx
Etude au paralléliseur.pptx
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
 
Realisation du chassis au laboratoire
Realisation du chassis au laboratoireRealisation du chassis au laboratoire
Realisation du chassis au laboratoire
 
6 la poche parodontale
6   la poche parodontale6   la poche parodontale
6 la poche parodontale
 
Les couronnes céramométalliques 2
Les couronnes céramométalliques 2Les couronnes céramométalliques 2
Les couronnes céramométalliques 2
 
Prothese pap resine
Prothese pap resineProthese pap resine
Prothese pap resine
 
Therapeutique orthopedique
Therapeutique orthopediqueTherapeutique orthopedique
Therapeutique orthopedique
 

Similaire à Crochets, attachements, et liaison selle chassis

les indices biologiques.pdf
les indices biologiques.pdfles indices biologiques.pdf
les indices biologiques.pdf
SeifEddine29
 
La couronne coulée 2
La couronne coulée 2La couronne coulée 2
La couronne coulée 2
Abdeldjalil Gadra
 
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasfractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasguest195328
 
La Contention orthodontique
La Contention orthodontiqueLa Contention orthodontique
La Contention orthodontiqueADELLL
 
dépose prothétique format étudiant.pdf
dépose prothétique format étudiant.pdfdépose prothétique format étudiant.pdf
dépose prothétique format étudiant.pdf
simox05mh
 
Avulsion dentaire 2
Avulsion dentaire 2Avulsion dentaire 2
Avulsion dentaire 2
rika duos
 
les minivis en odf
les minivis en odf les minivis en odf
les minivis en odf
obip06
 
restauration corono radiculaire .pptx
restauration corono radiculaire .pptxrestauration corono radiculaire .pptx
restauration corono radiculaire .pptx
Pauljr10
 
Traitement endodontique
Traitement endodontiqueTraitement endodontique
Traitement endodontique
Saoussene Hs
 
instumentation1.pdf
instumentation1.pdfinstumentation1.pdf
instumentation1.pdf
RayanRayan27
 
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
Abdeldjalil Gadra
 
chirurgie-osseuse-soustractive.pptx
chirurgie-osseuse-soustractive.pptxchirurgie-osseuse-soustractive.pptx
chirurgie-osseuse-soustractive.pptx
Ayoub163291
 
traitements des édentements classe 5 et 6 de kA
traitements des édentements classe 5 et 6 de kAtraitements des édentements classe 5 et 6 de kA
traitements des édentements classe 5 et 6 de kA
Abdeldjalil Gadra
 
Technique de l’avulsion dentaire [Autosaved] .pptx
Technique de l’avulsion dentaire [Autosaved] .pptxTechnique de l’avulsion dentaire [Autosaved] .pptx
Technique de l’avulsion dentaire [Autosaved] .pptx
DouniaMira
 
Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2
Abdeldjalil Gadra
 
Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2
Abdeldjalil Gadra
 
La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]
La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]
La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]
Abdeldjalil Gadra
 
les types d'articulateurs en prothésistes dentaires.pptx
les types d'articulateurs en prothésistes dentaires.pptxles types d'articulateurs en prothésistes dentaires.pptx
les types d'articulateurs en prothésistes dentaires.pptx
gauthierhastir
 

Similaire à Crochets, attachements, et liaison selle chassis (20)

les indices biologiques.pdf
les indices biologiques.pdfles indices biologiques.pdf
les indices biologiques.pdf
 
La couronne coulée 2
La couronne coulée 2La couronne coulée 2
La couronne coulée 2
 
Fracture de la rotule
Fracture de la rotuleFracture de la rotule
Fracture de la rotule
 
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasfractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
 
La Contention orthodontique
La Contention orthodontiqueLa Contention orthodontique
La Contention orthodontique
 
dépose prothétique format étudiant.pdf
dépose prothétique format étudiant.pdfdépose prothétique format étudiant.pdf
dépose prothétique format étudiant.pdf
 
Avulsion dentaire 2
Avulsion dentaire 2Avulsion dentaire 2
Avulsion dentaire 2
 
les minivis en odf
les minivis en odf les minivis en odf
les minivis en odf
 
Oce2
Oce2Oce2
Oce2
 
restauration corono radiculaire .pptx
restauration corono radiculaire .pptxrestauration corono radiculaire .pptx
restauration corono radiculaire .pptx
 
Traitement endodontique
Traitement endodontiqueTraitement endodontique
Traitement endodontique
 
instumentation1.pdf
instumentation1.pdfinstumentation1.pdf
instumentation1.pdf
 
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
 
chirurgie-osseuse-soustractive.pptx
chirurgie-osseuse-soustractive.pptxchirurgie-osseuse-soustractive.pptx
chirurgie-osseuse-soustractive.pptx
 
traitements des édentements classe 5 et 6 de kA
traitements des édentements classe 5 et 6 de kAtraitements des édentements classe 5 et 6 de kA
traitements des édentements classe 5 et 6 de kA
 
Technique de l’avulsion dentaire [Autosaved] .pptx
Technique de l’avulsion dentaire [Autosaved] .pptxTechnique de l’avulsion dentaire [Autosaved] .pptx
Technique de l’avulsion dentaire [Autosaved] .pptx
 
Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2
 
Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2
 
La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]
La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]
La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]
 
les types d'articulateurs en prothésistes dentaires.pptx
les types d'articulateurs en prothésistes dentaires.pptxles types d'articulateurs en prothésistes dentaires.pptx
les types d'articulateurs en prothésistes dentaires.pptx
 

Plus de Abdeldjalil Gadra

3 classification des maladies parodontales
3   classification des maladies parodontales3   classification des maladies parodontales
3 classification des maladies parodontales
Abdeldjalil Gadra
 
Croissance cranio faciale
Croissance cranio facialeCroissance cranio faciale
Croissance cranio faciale
Abdeldjalil Gadra
 
L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.
Abdeldjalil Gadra
 
Le diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basalesLe diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basales
Abdeldjalil Gadra
 
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_pChoix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Abdeldjalil Gadra
 
Instrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaireInstrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaire
Abdeldjalil Gadra
 
Protections dentino pulpaires
Protections dentino pulpairesProtections dentino pulpaires
Protections dentino pulpaires
Abdeldjalil Gadra
 

Plus de Abdeldjalil Gadra (20)

Asepsie
AsepsieAsepsie
Asepsie
 
5 les parodontolyses
5   les parodontolyses5   les parodontolyses
5 les parodontolyses
 
3 classification des maladies parodontales
3   classification des maladies parodontales3   classification des maladies parodontales
3 classification des maladies parodontales
 
Terminologie en o
Terminologie en oTerminologie en o
Terminologie en o
 
Croissance cranio faciale
Croissance cranio facialeCroissance cranio faciale
Croissance cranio faciale
 
Mesure de la d
Mesure de la dMesure de la d
Mesure de la d
 
L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.
 
L'examen clinique en odf
L'examen clinique en odfL'examen clinique en odf
L'examen clinique en odf
 
Le diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basalesLe diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basales
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
 
la Gencive
la Gencivela Gencive
la Gencive
 
Cours desmodonte
Cours desmodonteCours desmodonte
Cours desmodonte
 
Cours cement
Cours cementCours cement
Cours cement
 
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_pChoix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
 
Anatomie du maxillaire
Anatomie du maxillaireAnatomie du maxillaire
Anatomie du maxillaire
 
Instrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaireInstrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaire
 
Protections dentino pulpaires
Protections dentino pulpairesProtections dentino pulpaires
Protections dentino pulpaires
 
Biofilm dentaire
Biofilm dentaireBiofilm dentaire
Biofilm dentaire
 
Anesthesie locale
Anesthesie locale Anesthesie locale
Anesthesie locale
 
Anomalies dentaires[1]
Anomalies dentaires[1]Anomalies dentaires[1]
Anomalies dentaires[1]
 

Crochets, attachements, et liaison selle chassis

  • 1. UNIVERSITÉ BADJI MOKHTAR . ANNABA FACULTÉ DE MÉDECINE DÉPARTEMENT DE CHIRURGIE DENTAIRE SERVICE DE PROTHESE DENTAIRE Crochets, Attachements, Et liaison selle-chassis. Évalué Par : Pr. Tabbi.Anneni Pr. Merdes Présenté par: les résidents de 1er année
  • 2. Crochets, Attachements, Et liaison selle-chassis. PLAN 1- Les crochets. 1-1- Définition. 1-2- Impératifs des crochets. 1-3- Les fonctions du crochet. 1-4- Les différentes parties du crochet. 1-5- critères de choix d’un crochet 1-5- Les différents types de crochets . II- Les attachements 1- Définition. 2-Fonctions 3-Classification 3-1- Attachements intracoronaires 3-2- Attachements extracoronaires 3-3- Attachements axiaux 3-4- Barre de connexion (ou de conjonction) III- Liaisons selles-châssis 1- Liaison rigide Avantages Inconvénients 2- Liaison semi-rigide Avantages Inconvénients 3-Liaison amortie Avantages Inconvénients Conclusion
  • 3. La restauration amovible d’une édentation partielle se fait grâce à une prothèse partielle adjointe qui prend appui sur les dents restantes et sur les tissus gingivo-osseux. Cette PPA présentera un châssis métallique constituée d’une armature à laquelle sont reliés différents composants : crochet,attachement,et selles .
  • 4. Les crochets  Définition: Les crochets correspondent à des ceintures métalliques ouvertes autour des dents supports, élaborées et coulées en même temps que les autres éléments duchâssis, permettant de solidariser la prothèse aux dents résiduelles. Cette unité fonctionnelle est formée de trois parties : Bras rétentif Bras de calage Appui occlusal.
  • 5. 1- Les crochets  Impératifs des crochets Passivité Une fois la prothèse en place, l’extrémité rétentive du crochet ne doit pas exercer de force sur la dent support.
  • 6. Les crochets 1- Les crochets  Impératifs des crochets Réciprocité - Il faut que le bras de calage du crochet soit en contact avec la dent avant que l’extrémité rétentive du bras de rétention ne franchisse la ligne guide pour que la poussée du bras de rétention au passage du bombé cervical soit absorbée par l’élasticité du métal et non par celle des fibres desmodontales et de ce fait éviter un effet scoliodontique lors de l’insertion et désinsertion de la prothèse. - Symétrique selon l’axe de la prothèse.
  • 7. Les crochets 1- Les crochets  Impératifs des crochets Ceinturage le crochet doit ceinturer la dent sur plus de la moitié de sa circonférence et ses deux bras doivent se situer à des niveaux aussi voisins que possible pour éviter un effet de torsion sur la dent.La face interne du crochet doit être parfaitement polie
  • 8. Les crochets 1- Les crochets  Les fonctions du crochet  Sustentation : c’est l’ensemble des forces qui s’opposent à l’enfoncement de la prothèse dans les surfaces d’appuis sous l’influence des composantes axiales des forces de mastication.  Stabilisation : c’est l’ensemble des forces qui s’opposent aux mouvements de translation horizontale et de rotation de la prothèse.  Rétention : c’est l’ensemble des forces qui s’opposent à la désinsertion de la prothèse dans le sens axial.
  • 10. Les crochets 1- Les crochets  Les différentes parties du crochet 1- Bras rétentif : • C’est la seule partie du crochet qui possède une certaine élasticité lui permettant de passer le bombé cervical de la dent pour venir trouver sa position terminale sous la ligne guide où il assure la rétention. • Ainsi il existe deux types de bras de rétention :  Bras à point de départ occlusal dit d’émergence occlusale ou seule sa partie terminale franchit la ligne guide.  Bras à point de départ gingival dit d’émergence cervicale, situé entièrement sous la ligne guide mais seule sa partie terminale est en contact avec la dent.
  • 11. Les crochets 1- Les crochets  Les différentes parties du crochet: 2- Bras de calage : • C’est le bras rigide du crochet, il est entièrement situé au- dessus de la ligne guide où il soutient la dent et la cale avant que le bras rétentif ne devient actif. • Il est le plus souvent nécessaire de créer par meulage un méplat entre la zone de rétrécissement occlusal et la zone de rétrécissement cervicale d’où la surface du bras de calage doit être plus importante que celle du bras rétentif.
  • 12. Les crochets 1- Les crochets  Les différentes parties du crochet: 1- Appui occlusal : taquet • C’est un élément métallique coulé reposant dans une logette taillée au dépend de l’émail du sommet du cingulum des canines, comme elle peut être réalisée au dépend d’une obturation préexistante • L’appui occlusal a une forme triangulaire à sommet arrondi et une surface d’appui arrondie rappelant ainsi la forme d’une demi cuillère.
  • 13. Les crochets 1- Les crochets  Les différentes parties du crochet: 3- Appui occlusal : taquet Appuis directs Les appuis directs sont situés directement à coté des espaces édentés. Ils sont utilisés pour transmettre les forces masticatoires aux dents supports. Appuis indirects Les appuis indirects sont distants des espaces édentés. Ils sont utilisés pour neutraliser les mouvements de rotation de la prothèse.
  • 14. Les crochets 1- Les crochets  Les différentes parties du crochet: 3- Appui occlusal : taquet La connexion verticale et l’appui occlusal doivent former un angle < 90° pour que le taquet reste en contact étroit avec la dent et que les forces transmises soient axiales, si cet angle est > à 90°, la dent et la prothèse auront tendance à ce fuir et les forces transmises ne sont pas dans le grand axe de la dent.
  • 15. Les crochets 1- Les crochets  Les différentes parties du crochet: 3- Appui occlusal : taquet Rôle: 1- transmettre aux dents piliers toutes ou une partie des pressions développées sur les selles pendant les différentes fonctions (position mésiale). 2- Transmettre ces forces suivant un axe plus proche possible du grand axe de la dent. 3- Empêcher tout enfoncement de la prothèse pour maintenir les relations occlusales stables avec l’arcade antagoniste. 4- Assurer la pérennité des rapports entre les éléments prothétiques et les dents d’appuis.
  • 16. Les crochets 1- Les crochets  Les différentes parties du crochet: 3- Appui occlusal : taquet Différentes formes: A. Logettes d’appui occlusales : 1. Elles intéressent les molaires et les prémolaires. 2. Elles ont une forme d’une cuillère ; 3. Leurs dimensions varient de 2 à 3 mm de longueur, la largeur correspond à environ au 1/3 du diamètre vestibulo- lingual de la dent et d’environ 1mm de profondeur ;
  • 17. Les crochets 1- Les crochets  Les différentes parties du crochet: 3- Appui occlusal : taquet Différentes formes: B. Les logettes d’appui incisif : - Elles sont obtenues au dépend de l’émail et parfois de la dentine sclérosée des bords incisifs. - Elles ont la forme d’une encoche biseautée et reçoivent des appuis portant le nom de « griffes ». C. Les logettes d’appui cingulaire : Elles sont taillées au dépend de l’émail cingulaire et se résument le plus souvent à de simples méplats perpendiculaire à l’axe d’insertion.
  • 18. Les crochets 1- Les crochets  Les différentes parties du crochet: 3- Appui occlusal : taquet Position idéale des appuis 1. pour les édentements distaux, l’appui mésial sera toujours recherché combiné à une zone de retrait distal. 2. concernant les édentements encastrés ou latéraux, l’appui est généralement sur la crête marginale qui le limite. 3. pour les dents isolées on prévoit un appui en mésial et un autre en distal.
  • 19. Les crochets 1- Les crochets  Les critères de choix d’un crochet Dents supports: • La classe d’édentement est certainement déterminante dans le choix des dents supports, • mais l’examen clinique et radiographique des dents bordant les zones édentées permet de choisir le type de crochet le mieux adapté à la situation clinique et surtout de régler la force rétentive afin d’en limiter les effets.
  • 20. Les crochets 1- Les crochets  Les critères de choix d’un crochet Répartition sur l’arcade • Classiquement, les crochets sont situés sur les dents qui bordent les crêtes édentées, de façon à déterminer un quadrilatère qui englobe la prothèse. • Afin d’améliorer la stabilité de la prothèse et le confort pour le patient, on place les crochets sur l’arcade le plus symétriquement possible par rapport au plan sagittal médian, en tenant compte de l’impact esthétique qu’auront ces crochets.
  • 21. Les crochets 1- Les crochets  Les critères de choix d’un crochet Répartition sur l’arcade En fonction de la classe d’édentement, cette répartition sur l’arcade est plus ou moins favorable. Classe I : les deux crochets déterminent un axe de rotation autour duquel la prothèse peut facilement basculer. Classe II : l’édentement postérieur unilatéral est certainement le plus difficile à résoudre avec une PPAM. Classe III : c’est l’édentation idéale pour une PPAM. La prothèse est entièrement englobée dans le quadrilatère de sustentation Classe IV : les crochets sur les dents antérieures ne sont possibles que si l’esthétique le permet.
  • 22. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Selon la localisation de jonction secondaire par rapport à la dent support, on peut différencier : •crochets à jonction proximale. •crochets à jonction linguale. •crochets à jonction vestibulaire
  • 23. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Crochets à jonction proximale Crochet ACKERS :n°1 de Ney : Conception : •un taquet occlusal situé du côté de l’édentement. •un bras de rétention vestibulaire à extrémité flexible. •un bras de calage palatin ou lingual qui assure la réciprocité.
  • 24. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Crochets à jonction proximale Crochet ACKERS : n°1 de Ney : Variante : Extrémité du bras de calage supporte l’appui occlusal situé dans la fossette opposée lorsqu’il est impossible de le placer du côté de la selle. Indication : Pour les édentements encastrés, il procure une liaison rigide
  • 25. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Crochets à jonction proximale Crochet AKERS : n°1 de Ney : Avantages : stabilité, rétention et sustentation maximale. Inconvénient : inesthétique sur les canines, il est surtout utilisé au niveau des molaires et sur les prémolaires peu apparentes
  • 26. Les crochets Bras rétentif: rétention Taquet et bras de calage: sustentation Bras de calage: Stabilisation
  • 27. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Crochets à jonction proximale Crochet anneau simple: Conception : •Deux appuis occlusaux (mésial et distal) avec deux potences. •le bras rétentif part du côté distal. •Il a la forme d’anneau ouvert dans l’angle mésio- vestibulaire.
  • 28. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Crochets à jonction proximale Crochet anneau simple: Indication : molaire isolée Avantages : évite la version mésiale de la dent grâce à son double appui.
  • 29. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets 2- Crochets à jonction linguale Les crochets ne sont pas reliés aux selles, mais ils sont reliés à l’armature principale du côté lingual ou palatin : on citera quatre formes cliniques :
  • 30. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Crochets à jonction linguale Crochet Nally – Martinet: Conception : •Un appui occlusal mésial •Une connexion secondaire mésiale •Un bras de calage long (3/4 de la circonférence de la dent) portant une portion rétentive mésio-vestibulaire.
  • 31. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Crochets à jonction linguale Crochet Nally – Martinet: Variante : Crochet à action postérieure. Indication : canine et prémolaire des CLI et CLII, il autorise la disjonction des selles
  • 32. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Crochets à jonction linguale Crochet Nally – Martinet: Avantages : • le moins traumatisant pour la dent support, due à sa grande souplesse et grâce à son appui occlusal mésial qui évite la disto-version coronaire de la dent et il permet aussi dans une certaine mesure le libre jeu des selles grâce à sa connexion secondaire mésiale. • Son bras rétentif peut être raccourci pour le rendre mois apparent.
  • 34. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction linguale Crochet à action post : C’est une variante du Nally-Martinet, il présente un appui occlusal distal opposé à la connexion secondaire mésiale. Indications : même indication que pour le Nally- Martinet, molaire isolée.
  • 35. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction linguale: Crochet équipoise: Conception : il est réalisé sur une restauration scellée, il comporte : •un appui occlusal mésial qui présente en occlusion une forme en queue d’arronde, intra coronaire aux parois parallèles à l’axe d’insertion assurant un cerclage interne. •Une connexion secondaire mésiale. • Un bras de calage rigide logé dans un épaulement lingual ou palatin qui se termine par une extrémité rétentive dans l’angle disto-vestibulaire, de faible amplitude de 0.15mm.
  • 36. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction proximale: Crochet équipoise: indication: •l’indication de ce crochet se limite aux édentements encastrés. • Modification antérieure encastrée avec absence de réalisation de prothèse conjointe Mésial Distal Vue distale
  • 37. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction linguale: Crochet équipoise: Crochet équipoise modifié : c’est une adaptation du précédent à des situations locales spécifiques : Diastème antérieure. Incisive latérale en palato-version ou en rotation. Retrait gingival prononcé, l’appui est transposé en position centrale. Il comprend un appui mésial sous forme de griffes solidarisées à la connexion principale par une potence mésiale et un bras de calage horizontal se terminant par une extrémité rétentive située à l’union des faces vestibulaire et distale.
  • 38. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction linguale: Crochet équipoise: Indications : Au niveau des canines dévitalisées dans les édentements de classe I, II, et III. Quel que soit la dent, l’appui central doit être d’une hauteur suffisante pour assurer le calage, le ceinturage, mais aussi d’une part la rétention par friction.
  • 39. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction linguale: Crochet équipoise: Crochet « équipoise » sur dents naturelles : Lorsque l’hygiène buccale est bonne et les principes de conception de PPA sont respectés, on peut considérer qu’il n’y a pas de crochet mettant en péril les piliers tant sur le plan carieux que parodontal.
  • 40. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction linguale: Crochet équipoise: Conception : Le crochet comprend un appui mésial sous forme de griffe solidarisée à la connexion principale par une potence mésiale, de laquelle est issu un bras de calage horizontale se terminant par une extrémité rétentive située à l’union des faces vestibulaire et distale dans une zone de retrait de 0.15mm. Ce type de bras assure parfaitement le calage, le ceinturage et la rétention, alors que la réciprocité est prise en charge par la dent mésiale naturelle ou de remplacement.
  • 41. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction linguale: Crochet RPA: [« Rest » « Plate » « Arm »] ; il est de même configuration que le crochet de Nally-Martinet, mais son bras de calage circonférenciel est situé strictement sur la ligne guide de façon à en limiter l’effet scoliodontique. Indication: édentement postérieur de CLI.
  • 42. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Crochet continu de Kennedy Ce crochet est indiqué sur le cingulum des dents antérieures, de la classe I ou II de Kennedy, et comme contention de dents présentant une certaine mobilité. L’autre fonction importante du crochet continu de Kennedy, est d’agir comme rétention indirecte, évitant la désinsertion cervicoocclusale de la prothèse, due à une mastication d’aliments adhésifs.
  • 43. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochets Crochet continu de Kennedy Ce crochet est situé sur le cingulum des dents antérieures, Indication: de la classe I ou II de Kennedy, Rôle: -comme contention de dents présentant une certaine mobilité. -L’autre fonction importante du crochet continu de Kennedy, est d’agir comme rétention indirecte, évitant la désinsertion cervico-occlusale de la prothèse, due à une mastication d’aliments adhésifs.
  • 45. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction proximale: Crochet cavalier : BONWILL Conception : il est constitué de 2 crochets Akers fusionnés au niveau de leurs appuis occlusaux, il comprend : •2 appuis occlusaux •2 bras de rétention •2 bras de calage. •1 connexion secondaire unique et médiane.
  • 46. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction linguale: Crochet cavalier : BONWILL Indication : Il est indiqué dans les édentements unilatéraux ou non pour assurer la rétention et la stabilisation controlatérale des PPA. • classe VI côté denté • classe IV de grande étendue à chaque fois que des molaires contiguës peuvent contribuer à la rétention. • Classes : II, III, IV et V sur les segments PM et M dentés.
  • 48. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction vestibulaire: le système de ROACH Conception : Un appui occlusal mésial ; Un bras de calage ; Un bras rétentif à point de départ gingival séparé de l’appui occlusal et du bras de calage et qui peut être de différentes formes : T, Y, I.
  • 49. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction vestibulaire: le système de ROACH Indication : classe I, classe II. Avantages : esthétique Inconvénient : - Pas de ceinturage. - Position du bras de rétention peut irriter la lèvre et la gencive
  • 51. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction vestibulaire: Système RPI c’est la dénomination anglo-saxonne de Rest (appui occlusal), Proximale plate (lame proximale) et de I – bar (barre en i).Conçu par KRATOCHVIL et décrit par KROL
  • 52. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction vestibulaire: Système RPI Conception : • Un appui occlusal mésial avec sa connexion secondaire mésio- linguale qui doit rester à distance de la dent adjacente mésiale. • Plaque distale :-hauteur 1 -1.5mm. -épaisseur : 1-1.5mm. -largeur : 2mm. • Bras rétentif en (I) en contact avec la dent sur 2mm se situe sur la face vestibulaire sur l’axe médian plutôt mésial, jamais
  • 53. Les crochets 1- Les crochets  Les différents types de crochetsCrochets à jonction vestibulaire: Système RPI Indication: •Classe I, classe II, il réduit les forces de bascules sur les dents supports. •Classe III •Canines et PM maxillaire ou mandibulaire •Hauteur de gencive adhérente < à 3 mm. •En cas de contre dépouille ostéo-muqueuse vestibulaire. •En cas de dents trop inclinées lingualement ou vestibulairement.
  • 55. Les attachements 2-1 Définition: Une définition au sens large est donnée « Un attachement est un dispositif mécanique unissant, avec ou sans possibilité de mouvement, deux parties de prothèse entre elles, ou une prothèse amovible aux dents restantes. » l’attachement de précision est un système d’au moins deux pièces dont la fonction est d’unir une prothèse amovible aux dents restantes ou de solidariser plusieurs parties d’un bridge en prothèse fixée.
  • 56. Les attachements 2-1 Définition: définissent ainsi les attachements de précision préfabriqués : des pièces usinées plus ou moins complexes présentant toujours deux parties séparables, l’une intégrée à la prothèse amovible, l’autre à une prothèse fixée. Borel et al en 1994
  • 57. Les attachements 2-2 Fonctions: La rétention : Beaucoup d’attachements ont pour rôle d’assurer la rétention d’une prothese amovible. La disjonction : Quelque attachements, nullement rétentifs ont pour seul rôle de désolidariser une selle en extension des éléments prothétiques a appui dento-parodontal. Fonction auxiliaire : Les vis, les clavettes, les verrous, qui fixent en bouche les deux parties d’un attachement principal, et d’autre part les activateurs de rétention dont la boule rétractable augmente la friction, sont également classés dans les attachements.
  • 58. Les attachements 2- 3 Classification : Description:  Attachements intracoronaires Les attachement intracoronaires sont essentiellement des glissières rigides de type « tenon-mortaise », comportant : – une partie mâle, la patrice, le plus souvent solidaire de la prothèse amovible ; – une partie femelle, la matrice, intégrée à la morphologie d’une prothèse fixée (couronne ou plus rarement intermédiaire de bridge).
  • 59. Les attachements 2- 3 Classification : Indication:  Attachements intracoronaires -Ponts amovibles: La travée de bridge peut ne pas être soudée aux moyens d’ancrage, mais reliée par des glissières. -Ponts amovo-inamovibles: La travée n’est démontable que par les praticiens : la partie male et femelle sont fixée entre elles par un vis ou une clavette . Cette construction assez complexe supprime pour le patient l’inconvénient de l’amovibilité, mais élimine la possibilité d’adjoindre une selle à la travée.
  • 60. Les attachements 2- 3 Classification : indication:  Attachements intracoronaires -Prothèse adjointe encastrées CL III modifiée , CL IV: Si l’on réunit les travée de deux ponts amovibles par un élément de connexion rigide, on obtient évidemment une prothèse adjointe dont la rétention est assurée par des attachements, nécessairement parallèles entre eux. Il s’agit d’une prothèse composite. -Prothèse adjointe en extension CLI ET II: Rappelons qu'une selle en extension nécéssite une potence et un taquet mésiaux; les glissières qui établissent des liaisons strictement rigide , ne sont donc pas indiquées.
  • 61. Les attachements 2- 3 Classification : Avantages  Attachements intracoronaires - L’intégration de l’attachement dans la morphologie de l’élément fixé en fait un dispositif bien toléré par le parodonte marginal - Son entretien peut paraître plus aisé pour le patient .
  • 62. Les attachements 2- 3 Classification :  Attachements intracoronaires Inconvénients -La dépulpation de la dent. -Comme tout système rétentif à friction, la glissière voit son efficacité réduite par la répétition des déplacements relatifs des parois en opposition. -L’attachement est soumis à des mouvements de rotation, transversaux et verticaux -L’usure des pièces n’est donc pas homogène. Elle est plus marquée au niveau cervical de la partie mâle et occlusal de la partie femelle (d’où l’intérêt des systèmes avec rattrapage de jeu, par exemple : Biloct)
  • 64. Les attachements 2- 3 Classification :  Attachements extracoronaires Description: Les attachements extracoronaires sont constitués de deux parties : – une partie mâle, la patrice ; – une partie femelle, la matrice. Ces deux pièces réalisent une liaison mécanique située en dehors des formes de contour d’une prothèse fixée unitaire ou plurale.
  • 65. Les attachements 2- 3 Classification :  Attachements extracoronaires Description: La rétention est obtenue par des systèmes variés faisant appel le plus souvent à: -Des forces de friction, -Au verrouillage d’éléments (lame élastique, anneau, bouton- pression), - À la résilience de matériaux souples (résine, Téflont). En fonction de leur conception, ces attachements sont à liaison rigide ou à
  • 66. Les attachements 2- 3 Classification :  Attachements extracoronaires Indication: -Prothèse adjointe en extension CL I et CLII: version articulé -Prothèse adjointe encastrée : version rigide.
  • 67. Les attachements 2- 3 Classification :  Attachements extracoronaires Avantages -La préparation de la dent support d’un attachement extracoronaire reste identique à celle nécessaire à la pose d’un élément fixé conventionnel. -Cette préparation n’occasionne donc pas forcément la dépulpation de la dent.
  • 68. Les attachements 2- 3 Classification :  Attachements extracoronaires Inconvénients -Comme tout élément en extension, l’attachement extracoronaire peut avoir une action scoliodontique. Elle doit être compensée par une conception adaptée du châssis et une répartition des contraintes occlusales, avec notamment la mise en place d’un taquet occlusal sur la face opposée à l’attachement; -La situation extracoronaire de l’attachement impose un soin particulier lors des phases d’hygiène quotidiennes.
  • 69. Les attachements 2- 3 Classification :  Attachements extracoronaires Inconvénients -l’arcade, son rôle dans le schéma occlusal (fonction de groupe ou fonction canine) et sa valeur intrinsèque (rapport couronne/racine) permettent de décider de la nécessité d’intégrer plusieurs dents supports solidarisées.
  • 71. Les attachements 2- 3 Classification :  Attachements axiaux: Ils fonctionnent selon le principe du bouton-pression et relient une racine ou un implant à l’intrados d’une prothèse amovible . La patrice est le plus souvent solidaire d’une chape supraradiculaire à tenon, type Richmond ; prothèses à recouvrement. Il faut distinguer deux modes d’utilisation : – prothèse à appui dentoparodontal, en contact permanent avec le dispositif support ; – prothèse à appui ostéomuqueux qui n’entre en contact avec la butée verticale qu’en phase de mastication.
  • 72. Les attachements 2- 3 Classification :  Attachements axiaux: La rétention fait appel à des dispositifs mettant en oeuvre des forces de friction et des verrouillages complémentaires faisant intervenir des éléments au comportement élastique. Ces attachements axiaux diffèrent par leur mode de liaison et par les matériaux qui les composent.
  • 73. Les attachements  Attachements axiaux: Attachements VKSt-oc rs : partie femelle avec résilience, partie femelle rigide (catalogue Bredent). Vario-Kugel-Snap VKSt-oc rs (catalogue Bredent).
  • 74. Les attachements 2- 3 Classification :  Barre de connexion (ou de conjonction) Une barre de section rectangulaire (Doldert) ou ronde (Ackermant), relie plusieurs piliers (dents ou implants), limitant un segment édenté. Dans l’intrados prothétique, une gouttière élastique de même profil vient s’adapter sur la barre à frottement doux. La barre est solidaire de couronnes, de coiffes à tenons ou de piliers implantaires. Elle peut être vissée ou intégrée à la coulée .
  • 75. Les attachements 2- 3 Classification :  Barre de connexion (ou de conjonction) Description: -La pièce male : est une barre métallique, évidemment extra-coronaire reliant des racines en franchissant un espace édenté. Elle assure la contention des ponts d’appui. Selon que sa section est rectangulaire ou ovoïde ou ronde , la liaison qui s’établit est rigide ou articulée -La pièce femelle: est une gouttière incluse dans l’intrados de la prothèse
  • 76. Les attachements 2- 3 Classification :  Barre de connexion (ou de conjonction) Indication: Indiquée surtout à la mandibule lorsque le nombre, l’état et la disposition des dents restantes n’incitent pas à reconstruire celle-ci par des moyens habituels de la prothèse conjointe , une barre de conjonction améliore la rétention d’une prothèse conjointe, une prothèse complète supraradiculaire et aussi une prothèse partielle
  • 77. Les attachements 2- 3 Classification :  Barre de connexion (ou de conjonction)
  • 79. Édentements encastrés L'appui, bien équilibré de part et d'autre de la crête édentée, est essentiellement dentaire : le problème de dualité tissulaire ne se pose pas. Taquets et crochets sont reliés directement aux selles par des potences courtes et indéformables. Il s'agit de crochets à liaison rigide. Si l'élément de rétention choisi est un attachement préfabriqué, il est de type glissière. Édentements en extension Prise comme type de description, une prothèse restaurant une Classe I mandibulaire permet une étude critique des divers modes de liaison.
  • 80. Prothèse mandibulaire de Classe I Elle peut schématiquement se décomposer en deux parties. - Celle s'appuyant sur les organes dentaires: barre cingulaire et taquets (parfois appelée « arc d'immobilisation »). Sa possibilité de mouvement axial, liée à la compressibilité desmodontale, est très faible : 1/10 de mm. - Celle s'appuyant sur les crêtes : selles reliées par la barre linguale. Sous l'effet des forces de mastication, une selle en extension se déplace en fonction de la compressibilité de la fibro-muqueuse (0,4 à 1 mm) et de l'intensité des pressions postérieures. Ces mouvements se résument essentiellement en une translation verticale et une rotation distale verticale: l'équilibre de l'ensemble risque d'être compromis. Un choix s'impose entre divers modes de liaison.
  • 81. Fig. 01. — Les deux parties d'une prothèse de classe / . a : éléments à appui dento-parodontal, b : éléments à appui gingivo-osseux. Prothèse mandibulaire de Classe I
  • 82. Prothèse mandibulaire de Classe I Liaison rigide Elle est établie par une potence courte unissant directement la selle à la barre cingulaire : la prothèse est un solide indéformable. ■ Si des taquets distaux sont utilisés L'efficacité masticatrice est bonne, mais un enfoncement distal des selles peut provoquer des surcharges.
  • 83. Prothèse mandibulaire de Classe I Liaison rigide Fig. 02. — Potences distales courtes et rigides + Taquets distaux —> Basculement de la prothèse, surcharges, (dents + crêtes).
  • 84. Prothèse mandibulaire de Classe I Liaison rigide ■ Si la prothèse ne comporte pas de taquets  Surcharge dentaire et basculement semblent devoir être supprimés,  mais un enfoncement général de la prothèse peut se produire : - la barre cingulaire exerce des forces obliques et devient nocive (version V des dents); si pour éviter cela, on la place plus cervicalement, elle ne remplit plus son rôle, et sa translation axiale la rend agressive pour la gencive marginale; - l'occlusion devient instable ; le patient se sert préférentielle- ment de ses dents restantes : propulsion mandibulaire et diminution de DVO peuvent en découler.
  • 85. Prothèse mandibulaire de Classe I Liaison rigide Fig.03. — Potences distales courtes et rigides + Absence de taquets occlusaux —> Enfoncement de la prothèse, barre cingulaire nocive.
  • 86. Prothèse mandibulaire de Classe I Liaison flexible ou articulée Barre cingulo-coronaire et taquets sont reliés aux selles soit par la flexibilité d'une barre métallique, soit par l'articulation d'un attachement : la prothèse n'est pas un solide indéformable. Ce mode de liaison semble devoir ménager la santé parodontale mais présente des inconvénients : • trop grande liberté des selles : résorption osseuse, • instabilité occlusale : propulsion mandibulaire, • apparition d'un bruxisme, le patient prenant inconsciemment l'habitude de « jouer », mâchoires serrées, avec les selles mobiles, • formellement contre-indiqué en cas de prothèse complète antagoniste.
  • 87. Prothèse mandibulaire de Classe I Liaison flexible ou articulée Fig. 04. — a : liaison flexible (« Stress-breaker » de Kennedy), b : liaison articulée (rotule de Roach).
  • 88. Les différentes expérimentations menées à ce jour ainsi que l'expérience clinique nous conduisent à préconiser une liaison rigide particulière. - Le tracé optimal d'une prothèse restaurant une Classe I mandibulaire nous semble aujourd'hui être le suivant :  Plaque-base constituée de selles très enveloppantes réunies par une barre linguale.  Arc d'immobilisation composé d'une barre cingulo-coronaire et de taquets situés mésialement sur les dents limitant les secteurs édentés. Si possible, adjonction d'« appuis indirects » sur les avant-dernières dents.  Potences situées mésialement par rapport aux dernières dents (et espacées de la gencive).  Crochets choisis en fonction des conditions locales. Ce mode de liaison est également utilisé pour les Classes I maxillaires. Quand la prothèse restaure une Classe II modifiée, ce mode de liaison est utilisé pour la selle en extension ; la selle encastrée est reliée de façon rigide classique. Mode de liaison conseillé
  • 89. Mode de liaison conseillé Fig. 05. Mode liaison conseillé (selle postérieure): taquet mésial, potence mésiale.
  • 90. Les praticiens mettent tout en œuvre afin d’améliorer les qualités physiques et mécaniques de prothèses partielles métallique amovibles, et pour le moment la plus apte est la liaison semi rigide. Reste a savoir si le future nous prouvera son efficacité