La couronne coulée 2

5 131 vues

Publié le

بسم الله الرحمن الرحيم

Publié dans : Sciences
1 commentaire
22 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 131
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
13
Actions
Partages
0
Téléchargements
351
Commentaires
1
J’aime
22
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La couronne coulée 2

  1. 1. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE-BADJI MOKHTAR D’ANNABA FACULTE DE MEDECINE Département de CHIRURGIE DENTAIRE Module de PROTHESE Préparé par : DR.HAMLAOUI MALIKA m.hamlaoui@facmed-annaba.com LA COURONNE COULÉE • Programme : prothèse conjointe • Cours : 4° année • Année universitaire : 2010-2011
  2. 2. LA COURONNE COULÉE étapes cliniques Définition • La couronne coulée ou couronne métallique de revêtement est un artifice prothétique qui consiste à recouvrir entièrement la partie coronaire d'une dent préalablement taillée afin de lui restituer la morphologie et la fonction. • Elle peut être indiquée à titre unitaire ou faisant partie d’un bridge.
  3. 3. AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS • Un seul inconvénient: inesthétique (métal) Par contre, de nombreux avantages: • Résistante, solide • Peu mutilante pour les tissus dentaires • Coût peu élevé • Construction au laboratoire facile
  4. 4. INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS • La couronne coulée est indiquée sur les dents postérieures aussi bien pulpées que dépulpées
  5. 5. INDICATIONS • Dans le cas de destructions coronaires par carie ou par fracture • sur une dent postérieure en malposition et dont la face occlusale n'engrène pas physiologiquement avec les antagonistes. -Pour restaurer la face occlusale des dents égressées dont la hauteur doit être réduite (rétablissement d'un plan d'occlusion) -Indiquée comme support de crochet en prothèse partielle adjointe à titre préventif dans une bouche sensible à la carie - Indiquée comme moyen d'ancrage dans un bridge et comme support d'attachement intra- ou extra-coronaire dans le cas de prothèses hybrides.
  6. 6. CONTRE-INDICATIONS • Lésions apicales ou péri-apicales difficiles à traiter et à stabiliser • Lésions intra-radiculaires (furcations) surtout maxillaire car à la mandibule, l'hémisection de la dent permet de garder l'une des deux racines. Lyse osseuse diminuant le rapport couronne clinique racine. • Parodontolyse non stabilisée. • Fractures sous gingivales importantes : absence de l'herméticité. • Dans le cas d'une hauteur coronaire faible au sein d'une occlusion serrée. • Dans le voisinage d'une dent incluse en évolution ou surnuméraire.
  7. 7. FACTEURS CLINIQUES • Examen clinique • Examen radiographique • Examen des modèles d'études
  8. 8. EXAMEN CLINIQUE • Doit nous permettre de noter: • La résistance et le volume des parois résiduelles (si la dent est cariée) • Les rapports de la dent avec les dents adjacentes et antagonistes, en occlusion et lors des mouvements excentrés (latéralité et protrusion) • Le degré de mobilité de la dent et la qualité de la gencive marginale • La position de la dent sur l'arcade: égression ou version
  9. 9. EXAMEN RADIOGRAPHIQUE • Un cliché rétro-alvéolaire nous informera sur: • la relation couronne-racine, la longueur des racines ainsi que sur la trabéculation de l'os alvéolaire • la qualité des obturations, les zones apicales et péri-apicales, la furcation , le volume de la chambre pulpaire • la présence de dents incluses, de racines résiduelles, de fractures radiculaires
  10. 10. EXAMEN DES MODÈLES D'ÉTUDES • Les modèles d'étude nous permettront de juger la morphologie de la dent considérée , le niveau et la forme des collets • le parallélisme , l'axe d'insertion, • La mise en occlusion des deux modèles nous renseigne sur la qualité de l'engrènement au niveau de la dent concernée surtout du côté lingual.
  11. 11. PRINCIPES DE PRÉPARATION Les principes fondamentaux généraux sont : • L’économie tissulaire • La rétention et la stabilisation de la reconstitution: →angle de dépouille ˜10° pour une couronne coulée, dent courte rajouter des rainures • La pérennité de l’ensemble dento-prothétique : taille correcte→ une épaisseur de métal suffisante →résistance aux forces occlusales • La précision des limites cervicales : bonne visibilité par le technicien ,étanchéité du joint dento-prothétique.
  12. 12. TECHNIQUE DE PRÉPARATION La taille se fera selon la technique de la pénétration contrôlée • Si la dent est vitale, une anesthésie locorégionale est pratiquée. • Il faut travailler selon l'axe d'insertion choisis sous spray d’eau et d’air pour éviter de nuire à la santé des tissus surtout pulpaires (risque de nécrose)
  13. 13. INSTRUMENTATION • Turbine • Fraises diamantées à bout rond • fraise à congé diamantée • fraise conique diamantée fine et courte pour les faces proximales Une fraise à sulcus • fraise à finir en carbure de tungstène et meulettes en caoutchouc .
  14. 14. RÉDUCTION DE LA FACE OCCLUSALE: • Elle est réalisée avec une fraise diamantée à bout rond en préservant la morphologie générale de la face occlusale • Un espace doit exister entre la FO taillée et la dent antagoniste pour l’épaisseur du métal. • Cet espace est de 1mm au niveau des cuspides guides et de 1,5mm au niveau des cuspides d’appuis.
  15. 15. RÉDUCTION DE LA FACE OCCLUSALE • On taille des rainures de pénétration dans les sillons principaux et sur le sommet des arêtes triangulaires au niveau des versants cuspidiens internes • Ces rainures ont une profondeur de 1 à 1,2mm
  16. 16. RÉDUCTION DE LA FACE OCCLUSALE • La substance dentaire entre les sillons d'orientation est éliminée en respectant l'inclinaison des pans cuspidiens.
  17. 17. RÉDUCTION DE LA FACE OCCLUSALE • Tailler des sillons guides sur le versant externe des cuspides d’appuis puis les réunir . la réduction fait un angle de 45° avec la paroi axiale . réalisation du chanfrein du versant externe des cuspides d’appuis :
  18. 18. RÉDUCTION DE LA FACE OCCLUSALE • Contrôle de l'épaisseur de la réduction avec une bandelette de cire ,ou 3 à 4 épaisseurs de papier à articuler placées entre les arcades en occlusion
  19. 19. RÉDUCTION DES FACES VESTIBULAIRES ET LINGUALES • Tailler des sillons guides sur la FV puis la FL • Balayage du mur par un mouvement de va et vient de la fraise pour réunir les sillons • La fraise à congé permet simultanément la réduction de la FV et la réalisation d'une limite en forme de congé. CETTE RÉDUCTION ÉLIMINE LES BOMBÉS V ET L
  20. 20. RÉDUCTION DES FACES VESTIBULAIRES ET LINGUALES • La réduction de la face axiale V et L s'étend jusqu'aux embrasures proximales sans endommager les dents adjacentes
  21. 21. RÉDUCTION DES FACES PROXIMALES • une fraise conique fine et courte plaquée dans l'encoche proximale franchit le point de contact • La taille se fait du coté vestibulaire et du coté lingual simultanément jusqu'à la suppression du point de contact mésial puis distal. La taille consiste à supprimer les points de contacts ainsi que les bombés anatomiques de ces faces:
  22. 22. RÉDUCTION DES FACES PROXIMALES • les dents voisines ne doivent pas être touchées sinon les protéger par une matrice métallique. • une fois le point de contact franchi , une fraise à congé plus grosse augmentera la séparation avec les dents adjacentes
  23. 23. LES ANGLES DE RACCORDEMENT • Les angles de raccordement vestibulo-mésiaux et linguo-mésiaux et les angles vestibulo- distaux et linguo-distaux sont arrondis à la fraise réunissant ainsi les faces vestibulaires et linguales aux faces proximales.
  24. 24. LA LIMITE CERVICALE • Le congé est biseauté à l’aide de la fraise à sulcus selon un angle qui théoriquement ne devrait pas être inférieur à 30° La limite cervicale de la couronne coulée est un congé biseauté périphérique d'une largeur comprise entre 0.4 à 0.6mm.
  25. 25. FINITION DE LA LIMITE CERVICALE La fraise à congé en carbure de tungstène permet de finir la limite cervicale à un niveau juxta-gingival. • dans le cas de hauteur coronaire insuffisante , le congé sera d’abord juxta-gingival puis il sera prolongé sous gingivalement après une rétraction gingivale
  26. 26. L’anneau de rétention • la réduction axiale concerne les faces proximales, vestibulaire et linguale, et aboutit à l’obtention d’un anneau de rétention, qui est • un important facteur de rétention • l’accentuation de la convergence des parois diminue la rétention • les valeurs de convergence comprises entre 6 et 10° sont jugées satisfaisantes
  27. 27. FINITION ET POLISSAGE DU MOIGNON • Tous les angles vifs doivent être arrondis • Les surfaces taillées sont rugueuses (tirage lors de la prise d'empreinte). • Leur polissage est indispensable et se fera avec des fraises à finir en carbure de tungstène et des cônes et meulettes en caoutchouc ou en silicone
  28. 28. COURONNE PROVISOIRE • Le moignon qu'il soit pulpé ou non, doit être protégé par une couronne provisoire. Cette protection provisoire s'obtient: • à l'aide de couronne métallique préfabriquée • à l'aide de couronne en résine polycarboxylate préformée.
  29. 29. LES EMPREINTES • L’empreinte des moignons se fera selon la technique du double mélange ou bien la technique de l'empreinte rebasée (la wash-technic) • L’empreinte de l'arcade antagoniste aux alginates. • L’empreinte de la FO des dents en occlusion à l’aide d’un matériau souple pour retrouver l'engrènement des arcades supérieures et inférieures entre elles.
  30. 30. LA COURONNE COULÉE étapes de laboratoire • Coulée de l'empreinte et préparation des MPU • Confection de la maquette en cire • Fixation de la tige de coulée • Mise en revêtement : remplissage du cylindre • enrobage de la maquette avec un matériau réfractaire et sa mise en place dans le cylindre • Chauffage du cylindre dans un four à 900°pendant 30mn pour les alliages non précieux • Coulée du métal • Nettoyage de l’élément coulé
  31. 31. EMPREINTES ET SYSTÈME ACCU-TRAC
  32. 32. ABAISSEUR DE LA TENSION SUPERFICIELLE
  33. 33. PREPARATION DU PLATRE EXTRADUR
  34. 34. MALAXAGE SOUS VIDE
  35. 35. REMPLISSAGE DES BOITES RAINUREES ET DE L’EMPREINTE
  36. 36. COULEE DES EMPREINTES
  37. 37. MODELES APRES LA PRISE DU PLATRE
  38. 38. SCIAGE DES ELEMENTS AU DISQUE POUR AVOIR LE MPU
  39. 39. SCIAGE DES ELEMENTS AU DISQUE POUR AVOIR LE MPU
  40. 40. SCIAGE DES ELEMENTS POUR AVOIR LE MPU
  41. 41. MODELE POSITIF UNITAIRE (MPU) REPOSITIONNÉ DANS LES BOITES RAINURÉES
  42. 42. COURONNE EN CIRE SCULPTEE ,PAR LA TECHNIQUE DE LA CIRE AJOUTÉE ,AVEC TIGE DE COULÉE
  43. 43. SCULPTURE D’UNE COURONNE EN CIRE ET INFRASTRUCTURE DE BRIDGE AVEC TIGES DE COULÉES
  44. 44. MAQUETTES DE BRIDGE EN CIRE SUR LE CÔNE DE COULÉE
  45. 45. BRIDGE SCULPTE ET TIGES DE COULÉE
  46. 46. CÔNE DE COULÉE AVEC MAQUETTES DE BRIDGES
  47. 47. MISE EN PLACE DU CYLINDRE SUR LE CÔNE
  48. 48. REMPLISSAGE DU CYLINDRE PAR LE REVÊTEMENT, LE TOUT MIS SUR VIBREUR
  49. 49. PRISE DU REVETEMENT
  50. 50. RETRAIT DU CONE DE COULEE
  51. 51. TAILLE DE LA BASE DU CYLINDRE POUR LE DEGAZAGE
  52. 52. MISE EN PLACE DU CYLINDRE DANS UN FOUR PRECHAUFFE
  53. 53. POSITION INCLINE DU CYLINDRE DANS LE FOUR AVEC LE CRATERE VERS LE BAS
  54. 54. TEMPERATURE DE CHAUFFE
  55. 55. T° DE CHAUFFE ATTEINTE CYLINDRE ROUGE CERISE
  56. 56. CREUSET DANS LE FOUR LE TEMPS DE LA PESÉE DU METAL
  57. 57. PESÉE DES PLOTS DE MÉTAL
  58. 58. MISE EN PLACE DU CREUSET DANS LA FRONDE À INDUCTION
  59. 59. MISE EN PLACE DU CYLINDRE DANS LA FRONDE À INDUCTION
  60. 60. PASSAGE DU COURANT ÉLECTRIQUE POUR FONDRE LE MÉTAL PUIS INJECTION DU MÉTAL FONDU DANS LE CYLINDRE
  61. 61. ARRÊT DU BRAS DE LA FRONDE
  62. 62. RETRAIT DU CYLINDRE
  63. 63. RETRAIT DE LA PIÈCE COULÉE
  64. 64. PIÈCE COULÉE AVEC LE REVÊTEMENT
  65. 65. SABLEUSE
  66. 66. SECTION DES TIGES DE COULÉE À L’AIDE D’UN DISQUE
  67. 67. SECTION DES TIGES DE COULÉE À L’AIDE D’UN DISQUE
  68. 68. SECTION DES TIGES DE COULÉE À L’AIDE D’UN DISQUE
  69. 69. SECTION DES TIGES DE COULÉE À L’AIDE D’UN DISQUE
  70. 70. LES DIFFÉRENTS ÉLÉMENTS DE LA COULÉE AVEC LA MASSELOTTE
  71. 71. COURONNE COULEE EN METAL PRECIEUX ET ARMATURE DE BRIDGE SUR MODÈLE

×