plan de tarvail:
1- rappel anatomique
définition
description
constitution
2- examen de la langue
2-1 examen morphologique
...
La langue et un organe musculaire complexe qui participe en
permanence à l'équilibre neuromusculaire de la sphère oro-faci...
Histologiquement, la muqueuse linguale est formée d’un
épithélium pavimenteux stratifié non kératinisé et d’un chorion
den...
C'est une masse ovoïde à grosse extrémité postérieure et à pointes
antérieure, on lui décrit deux parties :
Une partie fix...
elle est constituée par :
a) Un squelette ostéo-fibreux :
autour duquel vont se disposer
les muscles et qui comprend :
l'o...
d) Des muscles linguaux :
17 (8 pairs et 1 impair)
Les Muscles extrinsèques :
Le genio-glosse : Pro-tracteur, abaisseur de...
Pharyngo-glosse : élévateur de la langue vers l'arrière.
Amygdalo-glosse : élévateur de la base linguale.
Longitudinal inf...
2- examen de la langue:
L’examen de la langue est pratiqué au repos et en fonction afin d’apprécier
son aspect ,son volume...
De 9 à 12 ans elle présente un taux de croissance accéléré par rapport à son
environnement, il y a dysharmonie bucco lingu...
La position:
la position de repos :
La langue est circonscrite par l’arcade mandibulaire
Légèrement au dessous du plan des...
Moyens d'étude de la posture linguale :
- L'examen clinique :
la meilleure façon d'examiner la langue au repos serait
d'ut...
-la palatographie :
Étudie les contactes linguaux avec le palais et les dents au cours de l’élocution et des
Mouvements fo...
l’examen du frein lingual est indisponible
- à l’aide d’une compresse soulever la pointe de la langue et examiner la struc...
la tonicité:
Il existe des langues hypertoniques exerçant des forces antérieures ou latérales
Et des langues hypotoniques ...
Déglutition nourrisson :
arcades séparées
La langue+ joues interposées enter les arcades
Déglutition adulte:
lèvre jointes...
Déglutition atypique:
arcades n’entrent pas en occlusion
interposition linguale latérale et entre les incisives
Les muscle...
la mastication:
La langue participe dans la mastication ceci détermine la morphogenèse des
arcades et des mâchoires
Le jeu...
La respiration :
Pendant la respiration nazale la langue n’intervient pas
directement ,son dos effleurant la palais ,ses b...
les troubles morphologiques et fonctionnels de la langue :
Le volume:
1-la langue comprimée dans la boite à langue
caracté...
La posture linguale:
L’action morphogénétique de la posture linguale sur la croissance sagittale et
transversale du maxill...
Mobilité et insertions linguales :
En cas de briéveté du frein ou l’ankloglossie,l’élévation est
impossible et l’extrémité...
* insertion alvéolaire basse la langue prend appui sur les
incisives inf (vetibul_overssion des icisives inf ) proalvéolie...
*insertion très basse perturbe le role morphogénétique de
la langue ( endoalvéolie ou endognathie maxillaire)
Les troubles de la déglutition
une position trop haute avec appui de la pointe de la langue sur le
maxillaire détermine un...
Les troubles de la respiration :
une respiration buccale vas aboutir :
une position basse protrusive : constituant au cour...
la langue et les anomalies alvéolaires et basales :
Anomalies alvéolaires :
La proalvéolie supérieur :
l’interposition lin...
Endoalvéolie supérieur :
position basse de la langue
Diminution du développement de l’arcade sup dans le sens transversal
...
Les malocclusions de classe II/2 :
la posture de la langue haute et posterieure
Les malocclusions de classe III :
la langu...
Les traitements des troubles de la langue :
Traitement non chirurgical :
1-la rééducation:
L’age idéal de 4 à 5 ans
Rempla...
2-reéducation de la posture linguale :
cette posture est maintenue 24/24
il faut faire prendre conscience au sujet de la p...
B- les techniques par appareillage
l’enveloppe linguale nocturne ELN :
indiqué pour toutes les dysmorphoses d’origine ling...
La perle de tucat:
C’est une perle placée dans la région de la papille incisive d’une plaque palatine ou
d’une anse palati...
L’attire langue :
C’est un appareil simple dont le principe consiste en la création dans la partie
antérieure du palais (z...
la logette linguale / grille anti-pouce :
Sous forme de pans de résine ou de grille anti-langue (GAL) ou de plaque en hér...
Plaque avec écran vestibulaire:
Constituée d'une lamelle de résine ou de caoutchouc, placée entre les surfaces
dentaires ...
Traitement chirurgical :
1- la glossectomie :
indiqué souvent pour la macroglossie vraie
cl III
béance
2- adénoïdectomie ,...
Conclusion
examen de la langue au repos et en fonction
fait partie intégrante du bilan orthodontique en
raison du rôle jou...
La place de la langue en odf
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La place de la langue en odf

4 488 vues

Publié le

bonjour

Publié dans : Sciences
0 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 488
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
180
Commentaires
0
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La place de la langue en odf

  1. 1. plan de tarvail: 1- rappel anatomique définition description constitution 2- examen de la langue 2-1 examen morphologique la forme le volume la posture la mobilité la tonicité 2-2 examen fonctionnel 3- les troubles morphologiques et fonctionnels de la langue 4- la langue et les anomalies alvéolo basales 5- les traitements des troubles de la langue trt non chirurgical trt chirurgical 6- conclusion
  2. 2. La langue et un organe musculaire complexe qui participe en permanence à l'équilibre neuromusculaire de la sphère oro-faciale et aux fonctions vitales essentielles la gustation, la mastication, la déglutition et l'articulation des sons. R A p P E L A N A T O M I Q U E Définition :
  3. 3. Histologiquement, la muqueuse linguale est formée d’un épithélium pavimenteux stratifié non kératinisé et d’un chorion dense . on distingue : les papilles filiformes les papilles fongiformes les papilles caliciformes les papilles foliées
  4. 4. C'est une masse ovoïde à grosse extrémité postérieure et à pointes antérieure, on lui décrit deux parties : Une partie fixe ou racine Une partie mobile ou libre, visible une pointe deux faces deux bords latéraux. la base description:
  5. 5. elle est constituée par : a) Un squelette ostéo-fibreux : autour duquel vont se disposer les muscles et qui comprend : l'os hyoïde La membrane hyo-glossienne et le septum lingual. b) Une muqueuse : qui est en continuité avec celle de lecavité buccale et du pharynx. c) Des vaisseaux et nerfs : La vascularisation artérielle provient des artères palatines ascendantes, pharyngiennes ascendantes et linguales. La vascularisation veineuse est assurée par les veines linguales L'innervation linguale est motrice, sensitive et sensorielle. -Motrice par le nerf grand hypoglosse. -Sensitive par le nerf laryngé externe, glosso-pharyngien et lingual. -Sensorielle par le glosso-pharyngien (au niveau et en arrière du V lingual) et Le linguale (partie antérieure). Constitution :
  6. 6. d) Des muscles linguaux : 17 (8 pairs et 1 impair) Les Muscles extrinsèques : Le genio-glosse : Pro-tracteur, abaisseur de la langue, sa contraction unilatérale permet de dévier la pointe. L'hyoglosse : abaisseur et rétracteur. Styloglosse : c’est le seul muscle reliant la langue à la base du crâne, il est élévateur et rétracteur de la base de la langue, il durcit ses bords latéraux (forme une gouttière). Palatoglosse : élévateur de la langue et abaisseur du voile, sa contraction bilatérale rétrécit l'isthme du gosier et canalise le bol alimentaire.
  7. 7. Pharyngo-glosse : élévateur de la langue vers l'arrière. Amygdalo-glosse : élévateur de la base linguale. Longitudinal inférieure : abaisseur et réfracteur de la pointe. Longitudinal supérieure : seul impaire et médian, il est raccourcisseur et rétracteur de la langue en haut. Muscles intrinsèques : Le transverse pair et symétrique, il participe à l'allongement et le rétrécissent de la langue.
  8. 8. 2- examen de la langue: L’examen de la langue est pratiqué au repos et en fonction afin d’apprécier son aspect ,son volume et ses insertion . Examen morphologique : La forme : triangulaire et pointue arrondie et large latéralement ovoïde avec une extrémité antérieure large Le volume: Il présente des grandes variations selon l’age les individus Chez le nourrisson : la langue occupe la majeure partie de la cavité buccale il existe une macroglosie relative, l'absence du système dentaire qui permet de s'interposer entre les crêtes alvéolaires, voire même entre les lèvres . La langue recule peu à peu pour s'orienter vers le palais entre l'âge de 4 à 8 mois et définitivement au niveau du palais vers l'âge de 1 à 2 ans. Inspection + palpation
  9. 9. De 9 à 12 ans elle présente un taux de croissance accéléré par rapport à son environnement, il y a dysharmonie bucco linguale transitoire qui se stabilise par la Suite Selon le volume on distingue la macroglossie la microglossie, et la langue de volume moyen La macroglossie peut être *vraie: liée à des troubles d’ordre générale (acromégalie ,mongolisme) *relative: une langue d’apparence voluméneuse n’est souvent qu’une langue basculée trop en avant dans la CB
  10. 10. La position: la position de repos : La langue est circonscrite par l’arcade mandibulaire Légèrement au dessous du plan des cuspides Les bords appliqués sur les faces linguales sans recouvrir les faces occlusales Antérieurement la pointe se situe soit : au nv de la voute palatine antérieurement au nv de la gencive des incisives inférieures plus rarement dans une position intermédiaire On considère comme normale une langue contenue sans effort dans la cavité buccale et ne s'interposant entre les arcades ni antérieurement ni latéralement.
  11. 11. Moyens d'étude de la posture linguale : - L'examen clinique : la meilleure façon d'examiner la langue au repos serait d'utiliser soit le moment qui suit immédiatement la déglutition soit en réponse aux pressions digitales -Examen téléradiographique : on utilise le plus souvent la téléradiographie de profil, elle permet d'apprécier globalement le volume, le bombé du dos de la langue, sa situation par rapport au pharynx, la position de l'os hyoïde...etc. -Les examens ORL : peuvent être pratiqués afin d’effectuer un diagnostic différentiel entre langue volumineuse et posture antérieure due à une anomalie de la ventilation liée à une obstruction des voix aériennes supérieures.
  12. 12. -la palatographie : Étudie les contactes linguaux avec le palais et les dents au cours de l’élocution et des Mouvements fonctionnels C’est l’analyse photographique des empreintes colorées laissées par la langue sur les surfaces d’appui . la mobilité: La diminution de la mobilité linguale est une entrave à sa fonction On vérifie la mobilité de la langue par des mouvements de d’élévation de protraction et de diduction
  13. 13. l’examen du frein lingual est indisponible - à l’aide d’une compresse soulever la pointe de la langue et examiner la structure du frein (fin ou épais , le niveau d’insertion) -Demander au patient de toucher la raphé médiane avec la pointe en maintenant une ouverture buccal maximale -demander au patient de tirer la langue vers l’avant Ankyloglossie linguale partielle par frein lingual court avec diminution de la mobilité de la pointe due à une zone d’insertion trop large.
  14. 14. la tonicité: Il existe des langues hypertoniques exerçant des forces antérieures ou latérales Et des langues hypotoniques molles qui s’étalent entre les arcades Examen fonctionnel : déglutition + Mastication + respiration + Phonationla déglutition: On distingue 2types déglutition infantile immature atypique primaire déglutition adulte mature typique secondaire Rôle: elle permet une morphogenèse équilibrée des arcades maxillo-mandibulaires Examen de la déglutition. Demander au patient d'avaler sa salive.
  15. 15. Déglutition nourrisson : arcades séparées La langue+ joues interposées enter les arcades Déglutition adulte: lèvre jointes non contractées Arcades serrées La pointe de la langue en appui palatin antérieur La langue contenue à l’intérieur des arcades Rôle de la langue dans la déglutition
  16. 16. Déglutition atypique: arcades n’entrent pas en occlusion interposition linguale latérale et entre les incisives Les muscles linguales semblent être insuffisant pour projeter le bol alimentaire vers le pharynx Aspiration de la lèvre inférieur Mimique de succion et contraction labio-jugale
  17. 17. la mastication: La langue participe dans la mastication ceci détermine la morphogenèse des arcades et des mâchoires Le jeu des muscles masticatoires conditionne tout l’équilibre ou le déséquilibre vertical de l’étage inférieure de la face ,alors que le rôle Morphogénétique de la langue passe progressivement au second plan la phonation: Pendant la phonation la place du dos de la langue détermine le point d’articulation de la voyelle La formation des consonnes est due à l’activité de la musculature linguale labiale vélaire sus et sous hyoidien
  18. 18. La respiration : Pendant la respiration nazale la langue n’intervient pas directement ,son dos effleurant la palais ,ses bords effleurant le pourtour des dents La position de la langue pendant la respiration buccal : il existe deux types : -type1 : la langue plate (la pointe se déplace contre les incisives ) ce type s’accompagne souvent d’un articulé inversé --type2 : la langue plate et rétractée ce type s’accompagne ouvent d’une anomalie alvéolo_dentaire cl II
  19. 19. les troubles morphologiques et fonctionnels de la langue : Le volume: 1-la langue comprimée dans la boite à langue caractérisée par la présence des empreintes des dents sur la face linguale l’étiologie: présence de grosses amygdales+ végétations adénoïdes ce qui influence la position linguale, il a tendance à pousser les structures les moins résistantes vers l’avant et en bas 2-la macroglossie Nous permet de constater un refoulement des dents béance et prognathie caractérise ++ syndromes macroglossie => conséquences en fonction de la Position de la langue : haute retroalvéolie inf (rétrognathie mandibulaire) ; moyenne (diastèmes) ; basse proalvéolie inf (cl. III). 3- la microglossie s’accompagne de l’affaissement des arcades dentaires => endoalvéolie sévère
  20. 20. La posture linguale: L’action morphogénétique de la posture linguale sur la croissance sagittale et transversale du maxillaire de la voûte palatine est admise par tous les auteurs. Ceci explique les insuffisances de développement maxillaire en relation avec la langue basse ou la microglossie. Les indications de croissance que la langue porte sur le maxillaire seraient en suite transmises à la mandibule grâce à l’occlusion dentaire répétée environ une fois par minute au cours de la déglutition.
  21. 21. Mobilité et insertions linguales : En cas de briéveté du frein ou l’ankloglossie,l’élévation est impossible et l’extrémité de la langue apparait courte les conséquences d’une ankylogssie : *insertion haute du frein lingoversion des dents (retroalvéolie inf + bénce ant)
  22. 22. * insertion alvéolaire basse la langue prend appui sur les incisives inf (vetibul_overssion des icisives inf ) proalvéolie inférieure
  23. 23. *insertion très basse perturbe le role morphogénétique de la langue ( endoalvéolie ou endognathie maxillaire)
  24. 24. Les troubles de la déglutition une position trop haute avec appui de la pointe de la langue sur le maxillaire détermine une anomalie de cl II avec distocclusion mandibulaire Si l’appui de la langue est rétro-incisif : il y a une vestibulo-verssion des incisives sup Si la position est trop basse: elle détermine -Une anomalie de cl III si l’appui s’effectue en position basse et antérieure -Une dysharmonie maxillo-denatire si la langue est basse et plus distale Les troubles de la phonation : en règle lorsqu’il y a une déglutition atypique on trouve des appuis inadéquts de la langue au mouvement de l’articulation des consonnes dans ce cas il y a une anomalie des appuis linguaux s’il y a une interposition de la langue béance s’il y a un appui lingual sur les dents antérieures au lieu du palais lors de La prononciation du (D T) proalvéolie
  25. 25. Les troubles de la respiration : une respiration buccale vas aboutir : une position basse protrusive : constituant au cours de la croissance une prognathie mandibulaire fonctionnelle une position basse retrusive : aboutira à une croissance de type postérieure et réaliser un syndrome d’éxcés vertical antérieur de la face Avec une augmentation de la profondeur de la voute palatine Béance
  26. 26. la langue et les anomalies alvéolaires et basales : Anomalies alvéolaires : La proalvéolie supérieur : l’interposition linguale entre les arcades lors de la déglutition la pointe de la langue prend appui sur les dents lors de l’élocution La proalvéolie inférieure: position basse protrusive de la langue la macroglossie La biproalvéolie : macroglossie interposition linguale lors de la déglutition La retroalvéolie supérieure : postion trop postérieure de la langue hypertonicité labiale supérieure La retroalvéolie inférieure : position reculée de la langue succion de la lèvre inférieure +interposition linguale La supraclusion : interposition latérale de la langue au repos ou pendant la déglutition L’infraclusion : interposition de la langue pendant la déglutition
  27. 27. Endoalvéolie supérieur : position basse de la langue Diminution du développement de l’arcade sup dans le sens transversal Endoalvéolie inférieure et endoalvéolie bimaxillaire petite langue (microglossie) insuffisance de mobilité Les anomalies basales : Endognathie maxillaire : étalement de la langue enter les 2 arcades(déglutition) respiration buccale position basse de la langue microglossie Exognathie : macroglossie position haute associee a une macroglossie exognathie superieure Les malocclusions de classe II/1 : volume et situation de la langue abaissement et une position avancée de la langue (respiration buccale) pousée linguale forte anterieure et laterale (deglutition atypique)
  28. 28. Les malocclusions de classe II/2 : la posture de la langue haute et posterieure Les malocclusions de classe III : la langue basse et propulsive
  29. 29. Les traitements des troubles de la langue : Traitement non chirurgical : 1-la rééducation: L’age idéal de 4 à 5 ans Remplacement des circuits archaïques par des circuits normaux Les moyens de la rééducation : A-Rééducation myofonctionnelle 1- rééducation de la tonicité linguale : claquement de la langue :imiter les pas de cheval exercice d’appui : demander au patient de pousser la partie creuse d’une cuillère avec la pointe de sa langue 10/ jour ( qlqs semaines)
  30. 30. 2-reéducation de la posture linguale : cette posture est maintenue 24/24 il faut faire prendre conscience au sujet de la position de la pointe de la langue Afin qu’il sent le contact langue palais La position de repos peut être modifiée en 4 à 6 semaines 3- reéducation de la respiration : +++ exercices peuvent être réalisés la ventilation alternée le petit lapin ( fermer la bouche et inspirer par séccades en imitant les mv Du nez du petit lapin et puis relâcher)
  31. 31. B- les techniques par appareillage l’enveloppe linguale nocturne ELN : indiqué pour toutes les dysmorphoses d’origine linguale
  32. 32. La perle de tucat: C’est une perle placée dans la région de la papille incisive d’une plaque palatine ou d’une anse palatine soudée à 2 bagues. Celle-ci peut tourner librement autour de son axe fixé, permettant à la langue de jouer avec, et d’adopter une nouvelle posture en fonction et au repos. Elle permet ou tente de corriger des troubles tels que la posture basse de la langue, déglutition dysfonctionnelle en repositionnant la langue postérieurement.
  33. 33. L’attire langue : C’est un appareil simple dont le principe consiste en la création dans la partie antérieure du palais (zone rétroincisive), d’un artifice sous forme de trou dans une surface résineuse, ou d’une anse en fil de fer comblée de résine (en relief) servant à attirer la pointe de la langue à cet endroit.
  34. 34. la logette linguale / grille anti-pouce : Sous forme de pans de résine ou de grille anti-langue (GAL) ou de plaque en hérisson de MERLE, ces dispositifs gênent l’élocution et n’empêchent pas toujours le passage de la langue, mais jouent le rôle de dispositifs de rappels. Ces types d’appareillages luttent directement contre l’effet de la dysfonction (langue) ou de la parafonction (succion du pouce). Ils permettent de modifier les réflexes et de faciliter une rééducation après amélioration de l’environnement dentaire. Ces appareils de coercition sont utilisés en ultime recours l’appareillage fixe (GAP, GAL) doit être préféré à l’appareillage amovible, dont le port est plus aléatoire. Indications : béance fonctionnelle, succion du pouce, avec insuffisance de maturation linguale et/ou psychologique. Grille anti-pouceGrille anti-langue
  35. 35. Plaque avec écran vestibulaire: Constituée d'une lamelle de résine ou de caoutchouc, placée entre les surfaces dentaires vestibulaires et la face interne des lèvres et des joues pour éviter le mordillement et la succion des lèvres, la succion du pouce et l’interposition lingual. Cet appareil peut être porté la nuit et une partie du jour L’appareil peut être également utilisé contre la respiration buccale habituelle avec occlusion labiale défectueuse. La plaque vestibulaire individuelle comportera ainsi des orifices progressivement obstrués.
  36. 36. Traitement chirurgical : 1- la glossectomie : indiqué souvent pour la macroglossie vraie cl III béance 2- adénoïdectomie ,amygdalectomie réaliser afin de rétablir une respiration physiologique et l’obtention d’une position linguale physiologique 3- traitement chirurgical de l’ankyloglossie : indiquée en cas de brièveté du frein lingual pour permettre d’en corriger les conséquences
  37. 37. Conclusion examen de la langue au repos et en fonction fait partie intégrante du bilan orthodontique en raison du rôle joué par les anomalies neuromusculaire et fonctionnelle dans le déterminisme des dysmorphoses maxillo-dentaires et parce que la stabilité de nos traitement passe par le rétablissement d’un équilibre neuromusculaire compatible avec la nouvelle configuration des arcades et nouveaux rapports basaux.

×