Le diagnostic étiologique et synthétique
Plan du document:
I. le diagnostic des anomalies du sens antéropostérieur
1. les ...
III. Le diagnostic étiologique des anomalies dans le sens transversal
IV. Le diagnostic étiologique de la DDM
V. le diagno...
Il est important de savoir que la hypologie deep bite est déterminée par un schéma
héréditaire où l'étiologie fonctionnell...
Les anomalies de la classe III sont généralement d'origine héréditaire sur un mode de
transmission dominant, exp : le prog...
I.B.b. La rétroalvéolie
1 Supérieure
L'étiologie principale est une tonicité labiale excessive et une lèvre supérieure fin...
augmentation anormale de l'angulation crânio-mandibulaire des incisives supérieures,
et des causes basales : développement...
morphologique soient à l'origine de ces anomalies.
D'autres causes telles que:
• La respiration buccale.
• Le traumatisme ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le diagnostic étiologique et synthétique

377 vues

Publié le

بسم الله الرحمن الرحيم

Publié dans : Sciences
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
377
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le diagnostic étiologique et synthétique

  1. 1. Le diagnostic étiologique et synthétique Plan du document: I. le diagnostic des anomalies du sens antéropostérieur 1. les anomalies basales 1. Classe II squelettique 1. Classe II division 1 1. Classe II division 1 face longue 1. Étiologie héréditaire 2. Étiologie fonctionnelle : 1. mécanisme direct 2. Mécanisme indirect 2. Classe II division 1 face courte 2. Classe II division 2 1. Hérédité 2. Les facteurs morphologiques 3. Les facteurs fonctionnels 4. Facteurs dentaires 2. Classe III squelettique 1. Les causes primaires 2. Les causes secondaires 3. Les causes mixtes 2. Anomalies alvéolaires 1. La proalvéolie 1. La proalvéolie supérieure 2. La proalvéolie inférieure 2. La rétroalvéolie 1. Supérieure 2. Inférieure II. Le diagnostic étiologique des anomalies du sens vertical 1. Les anomalies basales 1. Excès du développement du maxillaire ou open bite squelettique 2. Le deep bite squelettique (insuffisance du développement du maxillaire) 2. Les anomalies dento-alvéolaires 1. La supraclusion 2. L'infraclusion antérieure 1. Les habitudes déformantes 2. Forme ou fonction linguale atypique 3. Troubles de la ventilation buccale 4. Troubles de la phonation 3. La béance latérale
  2. 2. III. Le diagnostic étiologique des anomalies dans le sens transversal IV. Le diagnostic étiologique de la DDM V. le diagnostic synthétique I le diagnostic des anomalies du sens antéropostérieur I.A. les anomalies basales I.A.a. Classe II squelettique 1 Classe II division 1 1 Classe II division 1 face longue 1 Étiologie héréditaire Dans ces anomalies nous trouverons l'un des descendants directs ou l'un des membre de la 2ème génération présentant un type facial comparable. 2 Étiologie fonctionnelle : Le muscle de la langue : il intervient par le biais de 2 mécanismes 1 mécanisme direct C'est le V de la langue, un V important et une situation antérieure au repos et en fonction 2 Mécanisme indirect Nous trouverons une obstruction des voies aériennes hautes supérieures et moyennes qui entraînent une respiration buccale, donc position basse et antérieure de la langue 2 Classe II division 1 face courte
  3. 3. Il est important de savoir que la hypologie deep bite est déterminée par un schéma héréditaire où l'étiologie fonctionnelle est beaucoup moins déterminante, exemple : tonicité labiale très importante avec inter position labiale entre les deux arcades va favoriser la vestibulo-version des incisives qui ne trouvent pas d'antagonistes et qui vont subir une gression. 2 Classe II division 2 1 Hérédité C'est une anomalie a transmission héréditaire. 2 Les facteurs morphologiques À cela s'ajoute les facteurs morphologiques et éruptifs favorisant cette anomalie. • Une situation mésiale des secteurs latéraux • Des germes des canines situés très antérieurement • Éruption précise des 2ème molaires supérieures Tous ces cas de figure favorisent la diminution de la hauteur des procès alvéolaires 3 Les facteurs fonctionnels • une forte tonicité labiale et une prédominance des muscles élévateurs • un appuie de la lèvre inférieure sur les incisives supérieures et inférieures 4 Facteurs dentaires La faible hauteur coronaire au niveau des secteurs latéraux va favoriser une supraclusion I.A.b. Classe III squelettique 1 Les causes primaires
  4. 4. Les anomalies de la classe III sont généralement d'origine héréditaire sur un mode de transmission dominant, exp : le prognathisme inférieur de la lignée HABSBOURG. Les facteurs anatomiques transmit par la langue de part sa situation généralement basse, sa forme importante (macroglossie) et sa fonction protrusive 2 Les causes secondaires • les locales : au cours du passage de la dentition mixte à la permanente les invisives peuvent évoluer en occlusion inversée • les psychologiques : c'est l'attitude comportementale mimétisme • les pathologiques : l'acromégalie 3 Les causes mixtes Exemple : les fentes labio-palatines • Agénésie des incisives latérales supérieures donnant une diminution de volume du maxillaire d'où la brachygnathie supérieure. • Brièveté du frein lingual qui donne une position basse de la langue. I.B. Anomalies alvéolaires I.B.a. La proalvéolie 1 La proalvéolie supérieure • déglutition infantile • pulsion linguale antérieure • lèvre supérieure hypotonique • à cela s'ajoute les parafonctions à savoir : la succion du pouce ainsi que l'interposition d'objets. 2 La proalvéolie inférieure • Langue basse et protrusive. • Lèvre inférieure hypotonique. • Les amygdales hypertrophiques.
  5. 5. I.B.b. La rétroalvéolie 1 Supérieure L'étiologie principale est une tonicité labiale excessive et une lèvre supérieure fine. 2 Inférieure Souvent c'est la conséquence d'une proavéolie supérieure en liaison avec un appuie labial excessif ou encore une succion de la lèvre inférieure ou frein lingual court. II Le diagnostic étiologique des anomalies du sens vertical II.A. Les anomalies basales II.A.a. Excès du développement du maxillaire ou open bite squelettique Nous trouvons à l'origine de cette anomalie: • la langue volumineuse s'interpose entre les arcades au repos et en fonction • une déglutition de type I (arcade serré) • une obstruction respiratoire haute et moyenne entraînant une respiration buccale • une tonicité labiale faible • parafonctions et habitudes déformantes chez le jeune enfant II.A.b. Le deep bite squelettique (insuffisance du développement du maxillaire) Les muscles élévateurs sont très développés associés à une forte tonicité labiale et des masseters saillants II.B. Les anomalies dento-alvéolaires II.B.a. La supraclusion Nous avons un motif héréditaire auquel s'ajoute une cause dentaire telle qu'une
  6. 6. augmentation anormale de l'angulation crânio-mandibulaire des incisives supérieures, et des causes basales : développement vestibulaire antérieur important de l'os alvéolaire postérieur. Mauvaise position des incisives supérieures et inférieures relevant d'un décalage des procès alvéolaires. II.B.b. L'infraclusion antérieure 1 Les habitudes déformantes • succion digitale • interposition d'objets • aspiration de la lèvre inférieure avec succion 2 Forme ou fonction linguale atypique Déglutition primaire avec interposition linguale associée à une faible tonicité labiale. 3 Troubles de la ventilation buccale Entraînant un abaissement de la langue 4 Troubles de la phonation Défaut d'articulation des consonnes II.B.c. La béance latérale Observée lors de la formation de l'os alvéolaire au niveau molaire. Interposition linguale latérale au repos et au cours des fonctions avec langue volumineuse III Le diagnostic étiologique des anomalies dans le sens transversal S'agissant d'exo ou d'endognathie, il semble que la position de la langue et son action
  7. 7. morphologique soient à l'origine de ces anomalies. D'autres causes telles que: • La respiration buccale. • Le traumatisme néo-natal. • La fracture du condyle dans les latérognathies. L'endognathie alvéolaire supérieure est liée, à une déglutition infantile avec interposition de la langue au niveau des molaires ou encore en rapport du développement asymétrique du maxillaire supérieur. IV Le diagnostic étiologique de la DDM Certains auteurs mettent en cause l'indépendance embryologique entre la denture et les maxillaires, ce qui permettrai de comprendre les incoordinations entre les dimensions des mâchoires et les dimensions des dents (mécanisme d'hérédité croisé : petit maxillaire de la mère et grosses dents du père) V le diagnostic synthétique La microdontie relative : anomalie horizontale qui se manifeste par des diastèmes Le syndrome de béance: déglutition infantile Le syndrome de Robin : association du supraclusion incisive, proalvéolie supérieure et rétrognathie mandibulaire

×