Conférence de première année
résidanat
Les amalgames
dentaires
Sous direction des professeurs :
SID/KAIDI
Introduction:
*Les amalgames dentaires restent le matériau d’obturation
des dents permanentes le plus ancien, leurs nombre...
Historique:
 l’amalgame dentaire apparu pour la première fois en
chine au IV siècle. il s’agit d’une pâte d’Argent , d’ét...
En 1833, les frères « Groscour » distribuent aux Etat
Unis, le métal royal dérivé de la formule de Taveau, il y eut
beauc...
 1896 il publie les propriétés physiques d’une poudre
amalgames de formulation précise:
Ag 68%.
Cu 05%.
Zn 01%.
Sn 26%.
...
Définition:
-Selon Skinner ( 1971): c’est un type spéciale d’alliage dans
lequel l’un des constituants est le mercure.
-Se...
Composition :
*L’amalgame dentaire est un biomatériau métallique présentant
un synthèse métallique complexe.
*Il est obten...
Mode de fabrication :
1.Alliage en copeau:
-Production du lingot:
*Les constituants sont introduits dans un four où
l’on m...
-Homogénéisation:
*Les lingots hétérogènes sont placés dans un four à
des températures variables de 400 °C à 425°C
pendant...
Recuit:
*La taille et le broyage du lingot, sont des opérations
qui ont pour effets de produire des contraintes
mécaniques...
Alliages à particules sphériques:
*Cet alliage est obtenu par un procédé d’atomisation
réalisée à l’aide d’un pulvérisateu...
Classification des poudres:
En fonction de leur composition chimiques:
Type 1: conventionnels à faible teneur en Cu:
• Il ...
Type 2: Alliage à phase dispersée:
•Apparus en 1963 suite aux travaux de Innes et Youdelis.
•C’est une poudre hétérogène: ...
Type 3: Alliage ternaires monophasé à haute teneur en Cu
(HCSc: high copper singl composition )
•Consécutives aux travaux ...
TABLEAU: RÔLES DES CONSTITUANTS DE L’AMAGAME
MÉTAL AUGMENTATION DIMINUTION
Argent Résistance
Expansion de prise
Réactivité...
En fonction de leur morphologie
Particules en forme de copeaux (polyédrique)
•Obtenu par usinage d’un baveau issu de la co...
Particules en forme sphérique:
•Résultent d’un processus d’atomisation.
•Géométrie parfaitement contrôlée.
•État de surfac...
Particules en forme sphéroïdale:
•Voisine des particules sphériques dans leur processus d’élaboration.
•État de surface ré...
Mercure (le liquide):
•C’est un élément chimique de symbole Hg connu depuis l’antiquité,
c’est le seul métal liquide à tem...
Toxicité et pathogénicité de mercure:
•Les composés mercuriels ingérés se transforment en chlorure
mercurique puis en albu...
Réaction de prise:
*Elle se fait par simple réaction chimique entre les
particules métalliques de la poudre et le mercure ...
Stade 1 (l’imprégnation):
•Elle correspond à l’initiation de la diffusion du mercure au
sein des particules de poudre.
•El...
Stade 2 (l’amalgamation):
•C’est la réaction chimique du mercure sur les différentes
phases constitutives de la poudre, co...
Stade 3 (Cristallisation):
•Apparition et croissance de nouvelles
phases, l’amalgame durcit et ces
propriétés mécaniques s...
Réaction de prise des différentes types d’Alliage:
Alliage conventionnel:
•L’amalgamation se fait selon l’équation suivant...
γ2 (Sn7-8Hg):
-le second temps de cristallisation constitue la phase γ 2 par
la réaction d’étain ainsi libéré avec le merc...
Alliage à haut teneur en Cu (à phase dispersées):
1ére étape:
C’est la même: le Hg réagit avec la phase γ :
Ag3Sn + Hg  A...
3ème étape:
*L’étain qui a plus d’affinité pour le cuivre que pour le
mercure réagit avec le Cu à la surface des particule...
Alliage à haute teneur en Cu et composition
uniforme:
-Ce type d’amalgame ne possède pas de phases γ2 .
-Il est caractéris...
 Le temps de prise:
Définition: c’est le temps qui s’écoule depuis le début de la
trituration jusqu’au moment ou la crist...
- Un état de surface lisse facilite l’imprégnation de la
surface superficielle ce qui accélère l’amalgamation.
3- la recui...
3- la pression de condensation: elle intervient comme
source d’apport d’énergie mécanique ce qui explique
les différences ...
Phases constitutives des amalgames
dentaires :
Corrosion
en solution
de Ringer
Dureté ,
vickers
Structure
cristallogra
phi...
Les propriétés des amalgames.
 Les alliages tel que l’amalgame sont sujets à des réactions
chimiques avec les éléments non métalliques qui les
environn...
 La ternissure:
C’est un changement de couleur à la surface d’un métal
ou même une légère perte ou altération du fini de ...
 La ternissure est le premier pas vers la corrosion .
 La corrosion: une détérioration effective de l’amalgame
par réaction avec son environnement sous l’action de
L’O2, l’hum...
 les acides tell que l’acide phosphorique, acétique et
lactique( dans des conditions optimales de
concentration et de PH ...
 Il existe deux types de réaction de corrosion:
 Une corrosion chimique: lorsqu’il ya une combinaison
directe entre les ...
 La corrosion chimique est rarement isolée et est
toujours accompagnée d’une seconde réaction de
corrosion qui est la cor...
 La corrosion électrolytique: elle est due à un débit de
courant électrique.
Il existe deux types de corrosion électrolyt...
 La corrosion sèche: dans ce cas il y a combinaison
directe des éléments.
 La corrosion humide: se fait en présence de l...
 La corrosion électrolytique résulte de l’action de cellule
ou piles électrolytique formée sur la surface du métal.
 Sel...
 le zinc avec le cuivre qui a un potentiel d’électrode
supérieur provoque la dissolution du zinc se qui
entraîne une dest...
 La corrosion électrolytique est basée sur la présence de
zones non homogènes et produit l’action de couple
électrique. l...
 Lorsqu’un amalgame est placé en opposition directe ou
indirecte (conducteur métallique) avec une obturation
métallique, ...
 Donc, il faut utiliser un fon protecteur,
 La couche de ternissure peut être bénéfique dans se
cas
Les propriétés physiques et
mécaniques des amalgames.
 Les propriétés les plus importantes qui déterminent la durabilité
...
 La conductivité thermique: l’amalgame et un bon
conducteur de chaleur se qui provoque la douleur
désagréable.
 L’expansion thermique:
L’amalgame possède un coefficient linéaire de dilatation
thermique de 22-28.10-6 1/c.
 La résistance: la plus importante est la résistance à la
compression elle est de 3200Kg/cm2.
 La résistance à la tracti...
 La température: la mesure de la résistance à la
compression de l’amalgame est mesurée dans des
condition de température ...
 Plus la température sera élevée, plus sera long le
temps nécessaire à la retrouver la résistance initiale.
 L’influence de la condensation:
Il faut bien condenser l’amalgame au sein de la cavité
pour augmenter sa résistance.
 l...
 Une bonne technique de condensation a pour effet
d’augmenter la proportion de l’alliage au détriment de
la quantité de m...
 l’effet de La porosité: elle constitue un facteur
important agissant sur la résistance à la compression
de l’amalgame. S...
 Effet de La vitesse de la cristallisation (ou de
durcissement:
 au bout de 20mn, la résistance à la compression peut
êt...
 Au bout de 08 heurs de son insertion l’amalgame peut
atteindre 70-90% de sa résistance maximale
 Donc avant cette pério...
 La valeur de la résistance au début du durcissement est
modifiée par la dimension et la forme des particules de
l’alliag...
 La vitesse de durcissement ou de prise est encore
importante dans l’évaluation du temps au bout duquel
une matrice pourr...
 Effet de la teneur en mercure:
 C’est un facteur très important qui intervient dans la
résistance de l’obturation en am...
 Tout excès de mercure dépasse la quantité minimale
amène une réduction marquée de la résistance.(
corrosion de la surfac...
 L’effet de la trituration:
 La trituration n’a pas d’effet sur la résistance à la
compression.
 Mais lorsqu’il ya une ...
 D’après la théorie de la variation dimensionnelle : la
composition et la constitution de l’amalgame
influencent les chan...
 La meilleure condition d’un alliage pour amalgame
correspond à la phase gamma (Ag3Sn)
 Si trop de phase bêta est présen...
 Une faible expansion est généralement considérée
comme étant préférable.
0
-2 -
-4-
8-
10-
Variationdimensionnelle(micron/cm)
Temps ( heures).
2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22
Variation dimensionnell...
 La phase I:le mercure est d’abord absorbé par les copeaux et une
contraction a lieu, du fait d’une diminution de volume....
 La phase II: pendant la quelle il y a formation des phases gamma
1 et gamma 2 qui vont se cristallisées et grandissent e...
 Ce grossissement des gamma1 et gamma 2 se fait en formation
dendritique.
 les dendrites exercent une certaine pression ...
 La phase III: le mercure libre restant diffuse dans les
particules gamma et il en résulte une seconde
contraction légère...
 Des fluctuation mineurs ne devait pas avoir
d’importance clinique, mais il faut éviter une
dilatation ou contraction exc...
 Les facteurs qui influent la variation dimensionnelle:
ils sont présentés par:
 La proportion mercure/alliage.
 la dur...
Le fluage
C’est la déformation permanente plastique , lente
,progressive et irréversible d’un matériau soumis à une
pressi...
Un fluage dynamique: « Creep »:
Il fait suite aux contraintes occlusales engendrées dans
le temps.
Les valeurs du Creep l...
Les amalgames non Gamma 2, montrent une nette supériorité.
Cette supériorité se manifeste dans le comportement clinique du...
Mécanisme:
Théorie dite GBS (Grain Bounday Sliding) d’OKABE: le
mécanisme de déformation d’amalgame par Creep se
caractér...
Ces glissements sont fonction de 5 facteurs:
• Dimension de grains gamma1: plus la dimension des
grains est importante, mo...
La dureté
Est définie comme étant la
résistance d’un matériau à la
pénétration d’un corps plus
dur.
On peut dire qu’un ama...
Propriétés biologiques
L’adaptation marginale:
Les amalgames dentaires n’adhèrent pas aux tissus
dentaires et la faible m...
La toxicité des produits de dégradation:
Les produits de corrosion peuvent migrer en direction
pulpaire et entraîner une ...
Le galvanisme buccal: regroupe une série de plaintes
exprimées par les patients chez lesquels ont été posées
des restaura...
le mercure
- Le mercure est le seul métal liquide à température
ambiante.
- Le mercure est un métal extrêmement volatile.
...
- La libération du mercure par les obturations est
influencée par la mastication, le brossage, le polissage
et le bruxisme...
- Le mercure peut provoquer:
Des réactions allergiques: elles sont très
exceptionnelles, les symptômes sont habituellemen...
La toxicité du mercure: parmi les effets néfastes du
mercure, la neurotoxicité et la nephrotoxicité sont les
plus fréquen...
Danger d’exposition pour le chirurgien dentiste et le
personnel dentaire:
Le chirurgien dentiste et le personnel dentaire...
Les recommandations d’utilisation
d’amalgame dentaire.
Conseils recommandés pour le patient:
• Respecter les indications ...
• Le fraisage et le polissage d’amalgame entraînant une
volatilisation du mercure, doivent être toujours réalisés sous
ref...
Conseils recommandés pour le personnel:
Afin de limiter au maximum la concentration de
mercure dans l’atmosphère des cabi...
• Il est vivement conseille aux professionnels de
s’équiper d’un séparateur d’amalgame, relatif à
l’élimination des déchet...
Avantages:
Manipulation aisée.
Temps de prise rapide.
Matériau rigide.
Adaptation marginale acceptable.
Facile à polir.
I...
Inconvénients:
Il peut être toxique.
Cassant sous une faible épaisseur.
Corrodable.
Phénomène de ternissement.
Conducteur...
Indications et contre indications
Indications:
• Cl I, II et cl V des prémolaires et molaires.
• Cavités complexes des de...
Étapes cliniques de manipulation de
l’amalgame.
Le curetage dentinaire, les thérapeutiques pulpo-
dentinaires ainsi que la...
Celles-ci permettent de:
Reconstituer l’anatomie de la dent;
Rétablir le point de contact;
L’adaptation exacte de l’amalga...
L’intérêt de cette technique réside dans sa rapidité.
Elle permet l’obtention d’un mélange correct brillant
et homogène qu...
La condensation mécanique: aux ultrasons.
Cette technique est à proscrire, elle entraîne la
libération des vapeurs de merc...
• L’opération transport/condensation de l’amalgame
sera progressive et répétée jusqu’au remplissage
total de la cavité.
• ...
- Obtenir une continuité parfaite entre les tissus
dentaires et le matériau d’obturation.
• Dépose du porte matrice et de ...
les plus grosses et les rayures.
Les cupules en caoutchouc enduites d’une pâte à
polir à l’alumine et les gommes permetten...
Amalgame « non poli » Amalgame « poli » non lustré.
Photos des prs Sid/ Kaidi
Reconstitutions complexes
Amalgame « poli, lustré ».
Photos des prs Sid/ Kaidi
Les alliages au gallium:
Ont été proposés en 1931.
Ces alliages sont obtenus par la réaction d’un
eutectique gallium-indi...
CONCLUSION :
Les amalgames dentaires ont sensiblement évolué
durant les dernières années, les formules non
gamma2 apporten...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les amalgames dentaires

2 117 vues

Publié le

bien

Publié dans : Sciences
0 commentaire
9 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 117
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
135
Commentaires
0
J’aime
9
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les amalgames dentaires

  1. 1. Conférence de première année résidanat Les amalgames dentaires Sous direction des professeurs : SID/KAIDI
  2. 2. Introduction: *Les amalgames dentaires restent le matériau d’obturation des dents permanentes le plus ancien, leurs nombreuses évolutions ont permis des améliorations importantes de leurs propriétés physiques et électrochimiques. *Sa popularisation est basée avant tout sur: Son large domaine d’indication. Sa longévité buccale. Sa facilité de mise en œuvre. Son faible coût.
  3. 3. Historique:  l’amalgame dentaire apparu pour la première fois en chine au IV siècle. il s’agit d’une pâte d’Argent , d’étain et de mercure.  en 1818, Louis Nicolas Régnart, en Europe incorpore du mercure dans le « Métal du Darcet » afin d’abaisser le point de fusion de l’alliage qui est composé de bismuth , plomb , étain.  En 1826, Taveau introduit la pâte d’argent constituée d’Argent et de mercure, cet amalgame préparé à froid.
  4. 4. En 1833, les frères « Groscour » distribuent aux Etat Unis, le métal royal dérivé de la formule de Taveau, il y eut beaucoup d’intoxication mercurielle. En 1855: - Townsend ajoute de l’étain à la formule de poudre. -Flagg, ajoute du Cuivre ce qui améliore les propriétés mécaniques.  En 1895, Black met en évidence les variations dimensionnelles du matériau.
  5. 5.  1896 il publie les propriétés physiques d’une poudre amalgames de formulation précise: Ag 68%. Cu 05%. Zn 01%. Sn 26%.  En 1929, l’ADA adopte dans sa spécification n° = 01 la formulation dérivé de celle de Blach.
  6. 6. Définition: -Selon Skinner ( 1971): c’est un type spéciale d’alliage dans lequel l’un des constituants est le mercure. -Selon l’ADA, ce sont des alliages métalliques soit: binaires, ternaires ou quaternaires. Alliage: C’est un produit métallique résultant de l’incorporation d’un ou de plusieurs éléments à un métal.
  7. 7. Composition : *L’amalgame dentaire est un biomatériau métallique présentant un synthèse métallique complexe. *Il est obtenue à partir:  d’une poudre: composée essentiellement de Ag- Cu- Sn, et en proportion mineur Zn, palladium ou d’indium.  du mercure (Hg) purifié: il représente 42% à 50% du poids du composé final.
  8. 8. Mode de fabrication : 1.Alliage en copeau: -Production du lingot: *Les constituants sont introduits dans un four où l’on maintient une atmosphère inerte dans le but d’empêcher les éléments de plus basse fusion de se brûler ou de se vaporiser. *L’alliage ainsi formé est coulé sous forme d’un lingot. *Pendant le refroidissement de l’alliage, les constituants se cristallisent de l’extérieur vers l’intérieur produisant un lingot de composition hétérogène
  9. 9. -Homogénéisation: *Les lingots hétérogènes sont placés dans un four à des températures variables de 400 °C à 425°C pendant plusieurs heures (06 -0 8 H). Après, ils sont refroidis rapidement dans un bain , afin de conserver la structure désirée. -Production de la poudre: *Le lingot est broyé au moyen d’une roue à couteau ou une fraiseuse . Les particules formées sont ensuite affinées au moyen d’un broyeur à boulets. *Une fois cette usinage mécanique est terminé.ces particules (copeaux) vont être tamisées de manière à contrôler leur granulométrie .
  10. 10. Recuit: *La taille et le broyage du lingot, sont des opérations qui ont pour effets de produire des contraintes mécaniques à l’origine d’hétérogénéité au sain des particules. *Ces contraintes doivent être éliminées par un chauffage des particules entre 60 à 100°C pendant 01 à 06H . *Ce traitement thermique stabilise l’alliage et lui permet lorsqu’on le mélange au mercure un temps de prise uniforme.
  11. 11. Alliages à particules sphériques: *Cet alliage est obtenu par un procédé d’atomisation réalisée à l’aide d’un pulvérisateur qui projette l’alliage en fusion dans un milieu gazeux ou liquide. au sein duquel il se cristallise sous forme de gouttelettes sphériques. Alliage mixte: *Il résulte d’un mélange d’une poudre conventionnelle avec une poudre à particules sphériques dans une proportion donnée.
  12. 12. Classification des poudres: En fonction de leur composition chimiques: Type 1: conventionnels à faible teneur en Cu: • Il issue des travaux de Black en 1896. •La teneure en Cu est inférieure à 6% •La phase principale de cette poudre est la phase binaire (γ) (Ag3Sn), la phase ε (Cu Sn) se trouve à l’état de trace. •Composition: Ag = 66-75% Sn = 25-27% Cu = 0-6 % Zn = 0-1,9%
  13. 13. Type 2: Alliage à phase dispersée: •Apparus en 1963 suite aux travaux de Innes et Youdelis. •C’est une poudre hétérogène: elle associée des particules d’une poudre conventionnelle (sous forme de copeaux) à des particules sphériques constituées d’un binaire eutectique Ag-Cu. • définition d’eutectique: est un alliage dans lequel 2 métaux sont mélangés en fusion à une température fixe, se séparent au cours de la cristallisation, chaque cristal n’est donc formé que d’un seul métal. •La teneur en Cu est plus élevé que pour les poudre du type 1. •Composition:-Ag: 70% -Sn: 18% -Cu: 12%
  14. 14. Type 3: Alliage ternaires monophasé à haute teneur en Cu (HCSc: high copper singl composition ) •Consécutives aux travaux d’Asgar 1974. •Composés de 3 constituants répartis de façon identique dans toute les particules. •Composés des phases γ et ε, mais en quantité appréciable. •Teneur en Cu peut atteindre 20%. •Composition: (Ag: 50-65%; Sn: 20-32%; Cu: 12-22%). •Type 4: ce sont des alliages de composition originale contenant d’autres compositions selon l’AFNOR 1986.
  15. 15. TABLEAU: RÔLES DES CONSTITUANTS DE L’AMAGAME MÉTAL AUGMENTATION DIMINUTION Argent Résistance Expansion de prise Réactivité avec le mercure Fluage Étain Fluage Contraction Vitesse d’amalgamation Corrosion Résistance Dureté Vitesse de prise Cuivre Dureté Résistance Expansion de prise Ternissement Fluage Zinc Expansion retardée et corrosion lorsque contaminé par l’eau pendant la condensation Plasticité de l’amalgame fraîchement trituré
  16. 16. En fonction de leur morphologie Particules en forme de copeaux (polyédrique) •Obtenu par usinage d’un baveau issu de la coulée initiale. •Elles ont un état de surface très irrégulier. •Granulométrie très variée. •Se caractérisent par une faible réactivité avec le Hg. •Se caractérisent par une résistance à la condensation importante. Réf: EMC
  17. 17. Particules en forme sphérique: •Résultent d’un processus d’atomisation. •Géométrie parfaitement contrôlée. •État de surface très régulier. •Élaborée sous atmosphère inerte ce qui limite la présence d’oxygène en surface. •Réactivité importante avec le mercure. Réf: EMC
  18. 18. Particules en forme sphéroïdale: •Voisine des particules sphériques dans leur processus d’élaboration. •État de surface régulier et lisse. •Importante résistance à la condensation •Refroidissement intervient plus rapidement ce qui empêche les gouttes de retrouver leur forme sphérique. Réf: EMC
  19. 19. Mercure (le liquide): •C’est un élément chimique de symbole Hg connu depuis l’antiquité, c’est le seul métal liquide à température ordinaire, de couleur argent brillant. •Il rend possible l’obtention d’une masse plastique qui peut être insérer dans une cavité finie. •Sa toxicité dépend notamment de son degré d’oxydation en présence d’humidité. •Il est toxique à cause de sa volatilité et sa relative solubilité dans l’eau et les graisses. •Il se combine très facilement avec d’autres molécules.
  20. 20. Toxicité et pathogénicité de mercure: •Les composés mercuriels ingérés se transforment en chlorure mercurique puis en albuminate soluble pathogène. •Précipiterait dans les cellules quelque soit le mode d’absorption, le mercure diffusé dans tous l’organisme lése les cellules. •Les organes cibles sont essentiellement: le système nerveux central et le rien, le passage transplacentaire peut également entrainer des troubles de la reproduction. •Par son action protéolytique entraine des lésions irréversible.
  21. 21. Réaction de prise: *Elle se fait par simple réaction chimique entre les particules métalliques de la poudre et le mercure en 4 étapes. *commence avec la trituration et se poursuit avec la cristallisation des nouvelles phases . Elle se prolonge dans le temps. *définition de la trituration: c’est le processus du mélange de la poudre avec le mercure, son objet est de produire l’amalgamation.
  22. 22. Stade 1 (l’imprégnation): •Elle correspond à l’initiation de la diffusion du mercure au sein des particules de poudre. •Elle dépend du processus de trituration. •Ce n’est pas une réaction chimique réelle, le mercure imprègne la couche superficielle (légère expansion).
  23. 23. Stade 2 (l’amalgamation): •C’est la réaction chimique du mercure sur les différentes phases constitutives de la poudre, commence avec la trituration et se poursuit avec la cristallisation. •Rétraction (0,34µ/cm). •C’est une étape de dissolution d’un certain nombre de composés avant la précipitation et la cristallisation de nouvelles phase.
  24. 24. Stade 3 (Cristallisation): •Apparition et croissance de nouvelles phases, l’amalgame durcit et ces propriétés mécaniques sont augmentées. •Phase d’expansion (11µ/cm). Stade 4 (Phase de saturation et de stabilisation): •C’est la fin de cristallisation. •Une seconde contraction due au mercure restant qui va réagir avec l’alliage.
  25. 25. Réaction de prise des différentes types d’Alliage: Alliage conventionnel: •L’amalgamation se fait selon l’équation suivante: γ: est l’alliage (Ag-Sn) lors de l’incorporation du Hg, il y a une réaction d’amalgamation de la surface des grains d’alliages et donne les phases γ1 γ2. γ1: (Ag2Hg3): sa cristallisation se produit en 1er lieu à cause de la plus grand affinité du Hg pour l’argent pas pour l’étain La réaction initiale sera donc: γ +Hg  γ1 + γ
  26. 26. γ2 (Sn7-8Hg): -le second temps de cristallisation constitue la phase γ 2 par la réaction d’étain ainsi libéré avec le mercure selon la formule: Sn+Hg γ 2 -Cette phase a une forme hexagonale. -Elle possède de faibles propriétés (dureté, résistance à la corrosion).
  27. 27. Alliage à haut teneur en Cu (à phase dispersées): 1ére étape: C’est la même: le Hg réagit avec la phase γ : Ag3Sn + Hg  Ag2Hg3 + Sn libre 2ème étape: Le mercure est attiré vers les particules d’eutectique et il se forme de γ1 et du Cu se libère : Ag-Cu + Hg  Ag2Hg3 (γ1)+ Cu libre
  28. 28. 3ème étape: *L’étain qui a plus d’affinité pour le cuivre que pour le mercure réagit avec le Cu à la surface des particules d’eutectique pour former une nouvelle phase (Cu6Sn5) (n’). *La phase d’eutéctique est responsable de la disparition de la phase γ2 , car l’affinité d’étain est plus grande pour le cuivre que pour le mercure.
  29. 29. Alliage à haute teneur en Cu et composition uniforme: -Ce type d’amalgame ne possède pas de phases γ2 . -Il est caractérisé par la formation de cristaux de (Cu6Sn5) qui se trouvent en majorités incorporés dans la matrice de la phase (γ1 ) et rend l’alliage plus résistant à la déformation: Ag3Sn + Cu3Sn + Hg Ag2Hg + Cu6 Sn5 + (Ag3Sn + Cu Sn ) (γ ) + ε + mercure (1γ) + n‘ + γ + ε
  30. 30.  Le temps de prise: Définition: c’est le temps qui s’écoule depuis le début de la trituration jusqu’au moment ou la cristallisation est complète et le durcissement est obtenu. Certains considèrent comme idéal un temps de prise qui permet la sculpture de l’amalgame 15min à partir de la trituration. Facteurs dépendant du fabricant: 1- composition de la poudre: l’argent accélère le temps de prise alors que l’étain le prolonge. 2- morphologie, dimension et l’état de surface des particules: - Plus petites sont les particules, plus rapide sera la réaction avec le mercure et le durcissement s’accélère
  31. 31. - Un état de surface lisse facilite l’imprégnation de la surface superficielle ce qui accélère l’amalgamation. 3- la recuisson, traitement thermique des particules: - Supprime les tension interne. - confère à l’alliage un équilibre thermodynamique. Facteurs en relation avec le praticien: 1- quantité de mercure: l’augmentation de la quantité de mercure entraîne une consommation accrue des phases gamma et epsilon donc prolongement de temps de prise. 2- la technique de trituration: la trituration mécanique raccourcit le temps de prise par augmentation de la température.
  32. 32. 3- la pression de condensation: elle intervient comme source d’apport d’énergie mécanique ce qui explique les différences de cinétique de prise constatée. Elle va avoir pour effet de comprimer les particules des phases résiduelles et de rejeter en périphérie les phases riches en mercure, ce qui donne des incidences sur la structure finale du matériau.
  33. 33. Phases constitutives des amalgames dentaires : Corrosion en solution de Ringer Dureté , vickers Structure cristallogra phique SymbolePhase -250 Mv/ECS 60hexagonaleð2Sn7-8 Hg 180MV/ECS200Orthorhom bique ðAg3Sn +300MV/EC S 100Cubique complexe ð 1Ag2Hg3 ð +Hg ð1+ ð2+Sn linbre La phase ð1 crisatallise en premeir lieu La phase ð2 se cristallise après la phase ð1 mais sa vitesse de cristallisation est plus rapide
  34. 34. Les propriétés des amalgames.
  35. 35.  Les alliages tel que l’amalgame sont sujets à des réactions chimiques avec les éléments non métalliques qui les environnent, et donnent des composés chimiques appelés produits de corrosion.  ces produits peuvent: accélérer, retarder, ou n’avoir aucune influence sur la détérioration ultérieur de la surface de l’amalgame. Les propriétés chimiques
  36. 36.  La ternissure: C’est un changement de couleur à la surface d’un métal ou même une légère perte ou altération du fini de poli de la surface. - Elle se produit par des dépôts durs (tartre) ou mous (plaque bactérienne) sur la surface de l’obturation ainsi que les oxydes, sulfures et chlorures. Ce film ne doit pas être éliminé car il joue le rôle d’une couche protectrice en rendant les obturations pauvres et arrêter ainsi toute attaque ultérieure.
  37. 37.  La ternissure est le premier pas vers la corrosion .
  38. 38.  La corrosion: une détérioration effective de l’amalgame par réaction avec son environnement sous l’action de L’O2, l’humidité, les solution acides ou alcalines et de certaines produits chimiques: l’hydrogène sulfuré, sulfure d’ammonium(corrodent l’argent, le mercure, le cuivre et d’autres métaux de l’amalgame ),l’O2, le chlore,
  39. 39.  les acides tell que l’acide phosphorique, acétique et lactique( dans des conditions optimales de concentration et de PH ils peuvent corroder).
  40. 40.  Il existe deux types de réaction de corrosion:  Une corrosion chimique: lorsqu’il ya une combinaison directe entre les éléments métalliques et non métalliques; elle est illustrée par la réaction avec l’O2, les allogène et le soufre.(noircissement de l’argent par le soufre).la formation de Ag2S dans cette réaction est la corrosion chimique.
  41. 41.  La corrosion chimique est rarement isolée et est toujours accompagnée d’une seconde réaction de corrosion qui est la corrosion électrolytique ou électrochimique
  42. 42.  La corrosion électrolytique: elle est due à un débit de courant électrique. Il existe deux types de corrosion électrolytique.
  43. 43.  La corrosion sèche: dans ce cas il y a combinaison directe des éléments.  La corrosion humide: se fait en présence de l’humidité. Le métal se dissout et remplace l’hydrogène dans l’eau ou dans les acides ou bien il prend la place d’un autre métal en solution saline.
  44. 44.  La corrosion électrolytique résulte de l’action de cellule ou piles électrolytique formée sur la surface du métal.  Selon la l’échelle des force électromotrice (voltage)., l’élément qui a le potentiel d’électrode le plus bas passe en solution.
  45. 45.  le zinc avec le cuivre qui a un potentiel d’électrode supérieur provoque la dissolution du zinc se qui entraîne une destruction de la surface ( le phénomène de la corrosion).
  46. 46.  La corrosion électrolytique est basée sur la présence de zones non homogènes et produit l’action de couple électrique. l’exemple type est celui du courant galvanique ou choc galvanique
  47. 47.  Lorsqu’un amalgame est placé en opposition directe ou indirecte (conducteur métallique) avec une obturation métallique, un couple électrique est créé parce que les deux sont mouillées par la salive, avec une différence de potentiel dissemblables se qui provoque:  La sensation brûlures dans les lèvres.  Une douleur postopératoire.
  48. 48.  Donc, il faut utiliser un fon protecteur,  La couche de ternissure peut être bénéfique dans se cas
  49. 49. Les propriétés physiques et mécaniques des amalgames.  Les propriétés les plus importantes qui déterminent la durabilité d’une obturation à l’amalgame sont: la conductivité thermique, la stabilité dimensionnelle, l’expansion thermique, la résistance et le fluage.
  50. 50.  La conductivité thermique: l’amalgame et un bon conducteur de chaleur se qui provoque la douleur désagréable.
  51. 51.  L’expansion thermique: L’amalgame possède un coefficient linéaire de dilatation thermique de 22-28.10-6 1/c.
  52. 52.  La résistance: la plus importante est la résistance à la compression elle est de 3200Kg/cm2.  La résistance à la traction est de 500Kg/cm2.  Plusieurs facteurs pouvant influent la résistance de l’amalgame.
  53. 53.  La température: la mesure de la résistance à la compression de l’amalgame est mesurée dans des condition de température de (20-24c0).  À la température du corps humain, 37 C l’amalgame perd 15% de sa résistance environ.
  54. 54.  Plus la température sera élevée, plus sera long le temps nécessaire à la retrouver la résistance initiale.
  55. 55.  L’influence de la condensation: Il faut bien condenser l’amalgame au sein de la cavité pour augmenter sa résistance.  la résistance à la compression est d’autant plus grande que la pression de condensation sera élevée.  La résistance initiale est influencée par la pression de condensation. 
  56. 56.  Une bonne technique de condensation a pour effet d’augmenter la proportion de l’alliage au détriment de la quantité de matrice formée  L’union entre la phase …….et l a matrice (…)influent la résistance de l’amalgame; l’ensemble structurale( l’amalgame )est d’autant plus dur que sera grand le nombre de copeaux d’alliages non entièrement combinés et que sera faible la quantité de matrice.
  57. 57.  l’effet de La porosité: elle constitue un facteur important agissant sur la résistance à la compression de l’amalgame. Son action reste une question à débattre.
  58. 58.  Effet de La vitesse de la cristallisation (ou de durcissement:  au bout de 20mn, la résistance à la compression peut être seulement de 6% par apport à celle qu’il aura dans une semaine.
  59. 59.  Au bout de 08 heurs de son insertion l’amalgame peut atteindre 70-90% de sa résistance maximale  Donc avant cette période on recommande une nourriture liquide ( pas de grandes efforts de mastication).
  60. 60.  La valeur de la résistance au début du durcissement est modifiée par la dimension et la forme des particules de l’alliage, lorsque l’on emploie la technique de condensation usuelle. Les grains fins semblent donner une valeur plus élevée
  61. 61.  La vitesse de durcissement ou de prise est encore importante dans l’évaluation du temps au bout duquel une matrice pourra être enlevée, ou pour déterminer le moment à partir duquel le praticien pourra sculpter l’obturation sans risque.
  62. 62.  Effet de la teneur en mercure:  C’est un facteur très important qui intervient dans la résistance de l’obturation en amalgame.
  63. 63.  Tout excès de mercure dépasse la quantité minimale amène une réduction marquée de la résistance.( corrosion de la surface rugueuse et sèche formée sur les particules de l’alliage baigner par le mercure en excès lorsque l’amalgamation est incomplète diminuant la résistance).
  64. 64.  L’effet de la trituration:  La trituration n’a pas d’effet sur la résistance à la compression.  Mais lorsqu’il ya une sous-trituration un affaiblissement de l’obturation est observé.
  65. 65.  D’après la théorie de la variation dimensionnelle : la composition et la constitution de l’amalgame influencent les changements dimensionnels pendant le durcissement. La stabilité dimensionnelle .
  66. 66.  La meilleure condition d’un alliage pour amalgame correspond à la phase gamma (Ag3Sn)  Si trop de phase bêta est présente: il se produit une expansion trop élevée.  S’il y a de l’étain à l’état libre il se produit habituellement une contraction.
  67. 67.  Une faible expansion est généralement considérée comme étant préférable.
  68. 68. 0 -2 - -4- 8- 10- Variationdimensionnelle(micron/cm) Temps ( heures). 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 Variation dimensionnelle d’un amalgame pendant les premières24 heureuses Après condensation. I II III IV
  69. 69.  La phase I:le mercure est d’abord absorbé par les copeaux et une contraction a lieu, du fait d’une diminution de volume.( de l’ordre de micron).  Elle se produit pendant: la trituration, un malaxage supplémentaire entre le mercure et l’alliage et au cour de la de la condensation.  À la fin de cette période la contraction est entravée par densification de l’amalgame après la condensation.
  70. 70.  La phase II: pendant la quelle il y a formation des phases gamma 1 et gamma 2 qui vont se cristallisées et grandissent en formation, le grossissement des cristaux gamma1 et gamma 2 annule rapidement la contraction et une expansion commence à se produire pendant plusieurs heures. ( jusqu’à la cristallisation complète).
  71. 71.  Ce grossissement des gamma1 et gamma 2 se fait en formation dendritique.  les dendrites exercent une certaine pression vers l’extérieur et il se produit alors une expansion.  une augmentation de la diffusion du mercure dans les copeaux, diminue la formation du gamma1 et gamma2 ce qui provoque une moindre expansion.  Dans le cas contraire il ya augmentation de l’expansion.
  72. 72.  La phase III: le mercure libre restant diffuse dans les particules gamma et il en résulte une seconde contraction légère.  La phase IV: en assiste à un palier d’équilibre et on aura une stabilisation dans le temps.
  73. 73.  Des fluctuation mineurs ne devait pas avoir d’importance clinique, mais il faut éviter une dilatation ou contraction excessive.
  74. 74.  Les facteurs qui influent la variation dimensionnelle: ils sont présentés par:  La proportion mercure/alliage.  la durée de la trituration.  La condensation.  La dimension des particules.  La contamination par l’humidité.
  75. 75. Le fluage C’est la déformation permanente plastique , lente ,progressive et irréversible d’un matériau soumis à une pression constante. L’amalgame présente deux types de fluage: Un fluage statique initial: « Flow »: fait suite à la condensation. Il doit être assez important, afin d’obtenir avec une condensation correcte une bonne adaptation marginale le long des parois cavitaires.
  76. 76. Un fluage dynamique: « Creep »: Il fait suite aux contraintes occlusales engendrées dans le temps. Les valeurs du Creep les plus représentatives sont mesurées à 7 jours sous une charge de 36.9 Mpa. Le résultat s’exprime en pourcentage de déformation. Les valeurs citées par Malhotra et Asgar sont données dans le tableau.
  77. 77. Les amalgames non Gamma 2, montrent une nette supériorité. Cette supériorité se manifeste dans le comportement clinique du matériau par une moindre dégradation marginale des restaurations. Le Creep influence la détérioration marginale d’une restauration à l’amalgame. Il doit être le plus faible possible, afin de conserver l’intégrité marginale. Amalgame conventionnel en coupeaux 6.3% Amalgame conventionnel sphérique 1.3% Amalgame en phase dispersée 0.45% HCSC sphérique 0.05%
  78. 78. Mécanisme: Théorie dite GBS (Grain Bounday Sliding) d’OKABE: le mécanisme de déformation d’amalgame par Creep se caractérise: D’une part: le glissement des grains ou des cristaux de gamma 1 entre eux. D’autre part: la déformation plastique de ces grains. Le glissement inter-cristallin s’effectue: Aux joints des grains. Entre les cristaux de gamma1 et les sites de gamma2.
  79. 79. Ces glissements sont fonction de 5 facteurs: • Dimension de grains gamma1: plus la dimension des grains est importante, moins seront les glissements. • La taille des particules d’alliage:le glissement augmente quand la granulométrie est fine. • La rugosité de surface des particules. • La proportion en volume des phases gamma2. • Le nombre et le volume total des porosités.
  80. 80. La dureté Est définie comme étant la résistance d’un matériau à la pénétration d’un corps plus dur. On peut dire qu’un amalgame sphérique est plus dur à 1 heure qu’un amalgame conventionnel à 7 jours. Dureté Vickers sous 300g Amalgame conventionnel 90-100 HVN Amalgame à phase dispersée 120-130 HVN Amalgame sphérique 130-160 HVN
  81. 81. Propriétés biologiques L’adaptation marginale: Les amalgames dentaires n’adhèrent pas aux tissus dentaires et la faible mouillabilité de l’alliage lors de son insertion en phase plastique occasionne l’existence d’un hiatus compris entre 5 et 15µm. Cet hiatus est progressivement comblé par les produits de corrosion qui diffusent sous forme d’une coloration grisâtre disgracieuse au niveau des tissus dentinaires.
  82. 82. La toxicité des produits de dégradation: Les produits de corrosion peuvent migrer en direction pulpaire et entraîner une inflammation pulpaire. Ces produits sont également bactéricides donc toxiques pour les micro-organismes, ce qui limite les récidives carieuses aux interfaces dent-obturation.
  83. 83. Le galvanisme buccal: regroupe une série de plaintes exprimées par les patients chez lesquels ont été posées des restaurations dentaires métalliques. Les symptômes les plus fréquents sont: la douleur, la perception de courants électriques, un goût métallique, une sensation de picotements dans la bouche. Ce phénomène est du à une dissolution électrochimique dans la salive, à laquelle tous les métaux sont sujets.
  84. 84. le mercure - Le mercure est le seul métal liquide à température ambiante. - Le mercure est un métal extrêmement volatile. - Le mercure peut être libéré des obturations dentaires à l’amalgame sous forme de: • Vapeurs de mercure issues de la surface des restaurations. • Produits de corrosion considérés comme étant des ions mercuriques. • Débris d’usure ou de fracture contenant du mercure dans des phases amalgamées.
  85. 85. - La libération du mercure par les obturations est influencée par la mastication, le brossage, le polissage et le bruxisme. - Par contre, elle est ralentie par: • La présence d’une couche d’oxyde en surface. • La présence d’un film salivaire (limitant la libération des vapeurs de mercure au sein de la cavité buccale).
  86. 86. - Le mercure peut provoquer: Des réactions allergiques: elles sont très exceptionnelles, les symptômes sont habituellement des lésions inflammatoires localisées dans la gencive en regard de la dent obturée. Des lésions lichénoϊdes présentes au voisinage immédiat des obturations. La suppression de ces obturations entraîne la disparition de la lésion.
  87. 87. La toxicité du mercure: parmi les effets néfastes du mercure, la neurotoxicité et la nephrotoxicité sont les plus fréquentes. Cependant, les données disponibles ne permettent pas de retentir le risque d’atteinte rénale ni d’atteinte encéphalique dues au mercure relargué par les amalgames dentaires. • Chez la femme enceinte: des quantités infimes de mercure peuvent passer à travers la barrière placentaire sans aucun danger pour le foetus.
  88. 88. Danger d’exposition pour le chirurgien dentiste et le personnel dentaire: Le chirurgien dentiste et le personnel dentaire sont potentiellement plus exposés au mercure que les patients, puisqu’ils préparent et posent des obturations à l’amalgame tous les jours. Cependant, les risques peuvent être contrôlés moyennant l’observation des recommandations définies pour la manipulation du mercure et de l’amalgame dentaire.
  89. 89. Les recommandations d’utilisation d’amalgame dentaire. Conseils recommandés pour le patient: • Respecter les indications du matériau . • N’utiliser que des amalgames non gamma2 en capsules prédosées. • des lésions lichénoϊdes observées, parfois au voisinage d’un amalgame peuvent témoigner d’une intolérance au mercure, justifiant la dépose de l’obturation. • Il ne faut pas placer des amalgames dentaires au voisinage d’autres restaurations métalliques, afin d’éviter tout risque de corrosion.
  90. 90. • Le fraisage et le polissage d’amalgame entraînant une volatilisation du mercure, doivent être toujours réalisés sous refroidissement, aspiration et champs opératoire. • La mastication de gommes à mâcher augmente transitoirement la libération de mercure par les amalgames, leur consommation fréquente doit être évitée par les porteurs de nombreux amalgames.
  91. 91. Conseils recommandés pour le personnel: Afin de limiter au maximum la concentration de mercure dans l’atmosphère des cabinets dentaires, il faut: • Travailler dans des locaux correctement ventilés; pour cela, une aération quotidienne (fenêtres ouvertes) est obligatoire. En cas d’air recyclé, les filtres doivent être fréquemment changés. • Il faut prévoir un environnement de travail facile à décontaminer, proscrire tapis, moquettes et tissus muraux dont la décontamination est impossible.
  92. 92. • Il est vivement conseille aux professionnels de s’équiper d’un séparateur d’amalgame, relatif à l’élimination des déchets d’amalgame issus des cabinets dentaires.
  93. 93. Avantages: Manipulation aisée. Temps de prise rapide. Matériau rigide. Adaptation marginale acceptable. Facile à polir. Insoluble dans les fluides buccaux. Bien toléré dans le milieu buccal. Ne provoque pas d’élévation thermique lors de sa prise. Bonne résistance mécanique à l’écrasement. Avantages et inconvénients des amalgames dentaires
  94. 94. Inconvénients: Il peut être toxique. Cassant sous une faible épaisseur. Corrodable. Phénomène de ternissement. Conducteur thermique. Il a un coefficient de dilatation thermique élevé. Inesthétique. Difficile à déposer. N’adhère pas aux parois dentinaires de la cavité.
  95. 95. Indications et contre indications Indications: • Cl I, II et cl V des prémolaires et molaires. • Cavités complexes des dent postérieures . • Obturations à rétro. Contre indications: • Cl III , IV et cl V antérieures. • reconstitutions complexes pour dents antérieures. • Cavités à parois minces et fragiles . • Bimétallisme.
  96. 96. Étapes cliniques de manipulation de l’amalgame. Le curetage dentinaire, les thérapeutiques pulpo- dentinaires ainsi que la mise en forme cavitaire sont réalisés. • Isolement du champs opératoire. • La mise en place d’un fond protecteur à base d’oxyde de zinc eugénol est impérative dans le cas de dents pulpées. • Dans le cas de dents dépulpées un fond plat stabilisateur est réalisé à base d’oxyde de zinc eugénol. • La mise en place d’une matrice et d’un cône de bois dans le cas d’une cl II ou d’une bague de cuivre dans la cas d’une reconstitution complexe.
  97. 97. Celles-ci permettent de: Reconstituer l’anatomie de la dent; Rétablir le point de contact; L’adaptation exacte de l’amalgame au bord gingival; • la trituration de l’amalgame: peut être manuelle ou mécanique. La trituration manuelle: se fait avec mortier et pilon. Cette technique est pratiquement abondonnée. La trituration mécanique: se fait amalgamateurs (vibreurs automatiques), en utilisant des capsules d’amalgame prédosées.
  98. 98. L’intérêt de cette technique réside dans sa rapidité. Elle permet l’obtention d’un mélange correct brillant et homogène qui optimise le temps de travail, les propriétés mécaniques et diminue le fluage et les variations dimensionnelles. • Le transport de l’amalgame dans la cavité, pour cela, on utilise des portes amalgames. Le porte amalgame est une sorte de seringue terminée par un embout emporte-pièce. • La condensation de l’amalgame: peut être manuelle ou mécanique. la condensation manuelle: avec des fouloirs plats et striés.
  99. 99. La condensation mécanique: aux ultrasons. Cette technique est à proscrire, elle entraîne la libération des vapeurs de mercure. La condensation a pour objectif: - D’obtenir une meilleure adaptation marginale sur tout le pourtour de la cavité favorisant la rétention de la restauration et réduisant les défauts marginaux périphériques. - D’améliorer l’homogénéisation des différents apports et réduit les défauts à l’intérieur du matériau augmentant la résistance de l’ensemble de la restauration. - D’éliminer l’excès de mercure; en effet, un excès de mercure compromet la résistance et favorise le fluage à la corrosion et les variations dimensionnelles.
  100. 100. • L’opération transport/condensation de l’amalgame sera progressive et répétée jusqu’au remplissage total de la cavité. • La préscuplture de l’amalgame: se fait à l’aide de spatules tranchantes et aiguisées. Elle a pour but d’éliminer l’excès d’amalgame sur le pourtour de la cavité et de donner la forme appropriée à l’obturation. • Le brunissage de la surface de l’obturation: se fait à l’aide d’un brunissoir (instrument manuel à bout lisse et arrondi en forme d’olive). Il a pour objectif: - D’améliorer l’état de surface et l’adaptation marginale optimale de la restauration.
  101. 101. - Obtenir une continuité parfaite entre les tissus dentaires et le matériau d’obturation. • Dépose du porte matrice et de la matrice de 3 à 4 min après la préscuplture. • Vérification de l’occlusion. • De 24h à 48h après la mise en place de l’amalgame: • Dépose de la bague en cuivre. • Sculpture de l’amalgame. • Le polissage: consiste à adoucir l’amalgame jusqu’à ce que sa surface réfléchisse la lumière. Les meulettes en caoutchouc et les brossettes avec de la ponce permettent d’éliminer les imperfections
  102. 102. les plus grosses et les rayures. Les cupules en caoutchouc enduites d’une pâte à polir à l’alumine et les gommes permettent de faire briller la surface de l’obturation. Les faces proximales sont polies à l’aide de disques abrasifs. Le polissage a pour objectif: - De diminuer la rugosité de surface pour éviter la rétention et l ’accumulation de plaque. - Il permet à la restauration de mieux résister à la corrosion. • Le lustrage se fait à l’aide de brossettes. • Vérification de l’occlusion.
  103. 103. Amalgame « non poli » Amalgame « poli » non lustré. Photos des prs Sid/ Kaidi
  104. 104. Reconstitutions complexes Amalgame « poli, lustré ». Photos des prs Sid/ Kaidi
  105. 105. Les alliages au gallium: Ont été proposés en 1931. Ces alliages sont obtenus par la réaction d’un eutectique gallium-indium sur une poudre dont la composition est proche de celle d’un amalgame. Les phases obtenues après réaction de prise sont essentiellement la phase AgIn qui remplit le rôle de matrice et la phase CuGa qui siège à la périphérie des particules non entièrement réagies. Cette dernière phase est particulièrement corrodable, ce qui contre-indique aujourd’hui l’utilisation de ces matériaux. Alternative aux amalgames
  106. 106. CONCLUSION : Les amalgames dentaires ont sensiblement évolué durant les dernières années, les formules non gamma2 apportent un progrès considérable dans le domaine des propriétés mécaniques et de la résistance à la dégradation dans le milieu buccal. On peut conclure que l’amalgame n’est pas un matériau difficile à manipuler mais plutôt un matériau exigent. Il faut noter que toutes les étapes de sa réalisation doivent être convenablement appliquées.

×