SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  61
Plan de travail:
 Introduction
1) Définition
2) Matériaux de collage
2-1- sans potentiel adhésif
2-2- avec potentiel d'adhésion
2-3- autoadhésives
3)Les adhésifs
4)Qualités des matériaux de collage
5) Principes du collage
5-1- Collage au niveau de l’émail
5-2- Collage au niveau de la dentine
5-3 Collage au niveau des éléments prothétiques
5-3-1-Au niveau de la céramique
5-3-2- Collage au métal
Plan de travail:
5-3-3- Collage à la résine
6) Scellement ou collage: Comment s’y trouver
7)Répercussions du collage sur le tissu pulpaire
et sur le parodonte
8)Protocole de collage
 Conclusion
 Bibliographie
Introduction
 Le collage, acte quotidien du cabinet, est
aujourd'hui incontournable. Il correspond à
une dentisterie minimaliste, respectueuse de
la biologie, cherchant à préserver les tissus
dentaires résiduels.
 L'évolution d'une démarche mécaniste
(rétention, stabilisation) synonyme de
mutilation tissulaire vers une approche plus
biologique (économie tissulaire) permet
dorénavant de proposer des traitements avec
un cout biologique quasi nul.
1) Définition
 Une colle se définit comme une substance insérée à
l'étal
liquide entre deux surfaces, qui se solidarise par
réaction de
polymérisation.
 Le collage est un assemblage par liaison physico-
chimiques.
 La colle doit effectuer des liaisons fortes au niveau des
deux interfaces : matériau-colle et colle-tissus
dentaires.
 L’efficacité du collage est proportionnelle aux surfaces
développées à chaque interface, car les liaisons
physico-chimiques se créent à l’échelle inframicronique
2) Matériaux de collage
 Trois types de colles sont définis:
• Sans potentiel adhésif: nécessité d'avoir
recours à l'utilisation d'un adhésif
• Avec potentiel d'adhésion propre: présence
d'un monomère actif (MDP), ou (4-META)
• Autoadhésives : aucun traitement de surface
dentaire ou prothétique nécessaire.
2) Matériaux de collage
Elles ne possèdent aucun
promoteur d'adhésion.
Elles sont utilisées en
association avec un
système adhésif
amélodentinaire.
Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en
odontologie.28-220-p10 EMC 2015
2) Matériaux de collage
Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en
odontologie.28-220-p10 EMC 2015
Il s'agit de colles en
général non chargées
renfermant des mono-
mères présentant un
fort potentiel
d'adhésion.
2) Matériaux de collage
 On peut les décrire comme
des résines composites en
général chémo
polymérisables et photo
polymérisables, capables de
réaliser une attaque acide
des tissus dentaires.
 Leur avantage réside dans
un gain de temps, le
protocole de mise en œuvre
étant des plus simples .
 Cependant, on réservera
leur utilisation dans les
situations où la rétention
mécanique de la pièce
prothétique est déjà
importante (onlay,
couronne) et on évitera leur
emploi dans les cas de
faible friction rétentrice (par
exemple : facette).
Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en
odontologie.28-220-p10 EMC 2015
3) Les adhésifs
Les adhésifs amélo-dentinaires sont des
biomatériaux d’interface.
Ils contribuent à former un lien idéalement
adhérent et étanche entre les tissus
dentaires calcifiés et les biomatériaux
de restauration.
3) Les adhésifs
Composition des adhésifs: sont essentiellement composer d’un
acide , un primer, et une résine.
L’acide
 Au niveau de la dentine ,va éliminer la boue
dentinaire
 Au niveau de l’émail , va nous aider a obtenir une
surface rugueuse
Le primer
 Son rôle est essentielle notamment dans la création de la
couche hybride.
La résine
 création de tags de résine à l’intérieure des tubules et
d’une couche hybride.
3) Les adhésifs
Classification des adhésifs selon le nombre de séquences d’application :
Les systèmes adhésifs en 3 étapes:
Journal dentaire
du quebec
3) Les adhésifs
les systèmes en 2 étapes :
Journal dentaire du quebec
3) Les adhésifs
les systèmes en 1 étape :
Journal dentaire du
3) Les adhésifs
Mise en œuvre du MR3 :
 L’isolation
 Le mordançage de l’email s’effectue par
l’application de l’acide ( ortho
phosphorique de concentration de [32-
37]%) pendant 15-30 secondes voir 60
secondes selon le type d’adhésif.
 Le mordançage de la dentine, selon le
concept mordançage total s’effectue par le
même aide pour une période de 15
seconde.
 Le rinçage : Il sert à éliminer les cristaux
d’hydroxyapatite libérés par l’acide de
mordançage
 Le sechage : Un séchage léger afin
d’éliminer l’excès d’eau tout on conservant
l’émail et la dentine humide
3) Les adhésifs
 L’application du primer : Il
doit être appliquer avec
précaution; pendant plus
de 15 secondes pour
assurer son infiltration.
 Sechage : L’application de
primaire doit être toujours
complétée par un
séchage court et doux afin
de volatiliser tout excès
de solvant avant
l’application de la résine
adhésive.
3) Les adhésifs
 Application de résine
adhesive: La résine
adhésive doit être
déposée de façon
abondante sur la surface
à coller; puis elle est
étalée à l’aide d’un
applicateur dans le but
d’avoir un lien entre la
surface préparée et le
composite.
 La photo polymérisation
3) Les adhésifs
Mise en œuvre du MR2 :
- Le problème de l’élimination des excès d’eau à
la surface de la dentine mordancée et rincée,
avant application de l’adhésif, devient crucial.
- En excès: l’eau s’oppose à la formation d’un joint
adhésif continu : phénomène du “sur-
mouillage”.
-À l’inverse: un séchage trop intense : collapse le
collagène avec ses conséquences.
La difficulté pour le clinicien est de trouver le
bon degré d’humidité dentinaire procurant
une pénétration optimale de l’adhésif
3) Les adhésifs
Mise en œuvre du SAM 2:
Pour le SAM II, on applique en premier un primaire
acide (20 a 30 secondes)
Après évaporation de l’eau qu’il contient par séchage,
il est recouvert d’une résine très similaire a celle des
MR3
Mise ne œuvre du SAM 1 :
Leur avantage apparent est de simplifier la procédure
clinique du collage
La réduction des séquences opératoires limite
potentiellement le risque d’erreur de manipulation
que l’on peut faire à chaque étape du collage
‘
4)Qualités des matériaux de
collage :
La rétention :
 La fonction majeure d’un matériau de collage est
d’assurer la rétention de la restauration. La
résistance de l’ensemble est adéquate lorsque les
forces d’adhérence sont supérieures aux
contraintes que l’assemblage va subir dans
l’environnement buccal.
 La rétention des joints collés suppose une bonne
adhésion tant au substrat dentaire qu’au matériau
de restauration, ainsi que des propriétés
mécaniques qui lui permettent de résister aux
contraintes auxquelles il est soumis. Ces
contraintes sont essentiellement mécaniques, et
proviennent des forces occlusales. Elles sont
répétitives et nécessitent une résistance à la
4)Qualités des matériaux de
collage :
Epaisseur du joint :
 Le joint dento-prothétique est généralement
à proximité de la gencive marginale, et sa
qualité peut avoir des répercutions sur la santé
parodontale de la dent support.
 Un large hiatus expose l’adhésif à
l’environnement buccal et la détérioration du
matériau dépend de l’étendue de la surface
exposée.
4)Qualités des matériaux de
collage :
Etanchéité et biocompatibilité :
 Un joint collé devrait, dans l’idéal n’autoriser
aucune percolation de façon à éviter aux tissus
de soutien de la dent des dommages dus à
l’infiltration des fluides buccaux et micro-
organismes qu’ils transportent.
 Les hiatus, les surcontours et les surfaces
rugueuses irritent directement ou indirectement
l’épithélium sulculaire.
4)Qualités des matériaux de
collage :
Manipulation :
 Une colle idéal doit être facile à manipuler, et
doit donner des résultats constants.
 Le temps de prise dans la cavité buccale doit
être le plus court possible, et permettre dans
ce délai, au matériau d’acquérir la plupart de
ses qualités.
 Enfin, il doit être possible d’éliminer les
excès de colle sans modifier la qualité de
l’interface.
5)Principes du collage
5-1Collage au niveau de l’émail :
 Après isolation et pour permettre le collage à
l’émail ce dernier doit être mordancé afin
d’obtenir une surface rugueuse.
 La dissolution plus importante du coeur des
prismes va en effet créer un microrelief à la
surface de l’émail. Une résine peut ensuite
s’infiltrer dans ces anfractuosités créées et
assurer une adhésion par clavetage
mécanique.
5)Principes du collage
 Le résultat du mordançage dépend de l’acidité
et du temps d’application de l’agent
mordançant
 L’adhésif mis en contact intime avec la surface
conditionnée assure une rétention
micromécanique
5)Principes du collage
Roulet Collages et adhésion La révolution silencieuse Quintescence
2000
O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
5-2 Collage au niveau de la dentine :
 La clef de l’adhésion dentinaire réside dans la possibilité de pénétrer les
tubuli dentinaires par l’adhésif.
 Ces prolongements intratubulaires (tags) vont ancrer mécaniquement la
résine à la dentine.
 La formation de la couche hybride qui est obtenue par l’infiltration de
l’adhésif.
Section d’un joint collé dentine-résine
composite (M.E.B.4000X)
R : résine composite,
H : couche hybride,
T : prolongement de résine composite.
Roulet Collages et adhésion La révolution silencieuse Quintescence
2000
La couche hybride :
entrelacement de deux types de
polymères: les fibres de collagène
de la matrice dentinaire d’une
part, et les macromolécules de
l’adhésif.
5.3 ) Collage au niveau des éléments
prothétiques :
Au niveau de la
céramique
5.3 ) Collage au niveau des éléments
prothétiques :
Au niveau de la céramique
5.3 ) Collage au niveau des éléments
prothétiques :
 LES TRAITEMENTS DE SURFACE DES
CÉRAMIQUES HAUTE RÉSISTANCE
• Création de micros rétentions par abrasion à la fraise
diamantée à l’intrados des armatures.
• Traitement à la silice (Rocatec®).
Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en
odontologie.28-220-p10 EMC 2015
• Sablage avec
de l’alumine de
50 à 110
microns sous
2.5 bars de
pression.
Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en
odontologie.28-220-p10 EMC 2015
• Attaque chimique à
l’acide fluorhydrique à 9
% (un gel d’acide qui
attaque la matrice
vitreuse
ou à l’acide
phosphorique, ou l’acide
polyacrylique .
Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en
odontologie.28-220-p10 EMC 2015
LASSERRE JF Restaurations céramiques du secteur antérieur :
évolution et révolution dans les concepts. Stratégie Prothétique
Traitement par silanisation.
Objectif :
Créer des ponts organo-
minéraux avec l’adhésif et
le composite de collage
5.3 ) Collage au niveau des éléments
prothétiques :
Au niveau de la céramique
 Pour les céramiques alumineuses infiltrées de verre
(In-céram®) trois voies sont proposées :
- traitement de surface à l’acide polyacrylique (pendant une
minute , conduisant à une liaison chimique entre le verre
d’infiltration et le ciment au verre ionomère puis
scellement avec ce ciment .
- sablage/abrasion avec de l’alumine, puis collage avec un
ciment résine (Panavia 21® par exemple) ;
- traitement tribochimique de surface (Rocatec®) avec
ciment résine traditionnel ;
5.3 ) Collage au niveau des éléments
prothétiques :
Au niveau de la céramique
 Pour les céramiques alumineuses densifiées par frittage :
le sablage/abrasion avec de l’alumine à 50 microns à 2.5 bars s’avère
meilleur que les attaques acides ou la micro abrasion à la fraise, ou
l’absence de traitement surface.
 Pour les zircones,
Les traitements de surface semblent sans effet. Il est proposé par
certains auteurs de recourir au ciment résine Superbond® alors que
d’autres envisagent un sablage/abrasion avec de l’alumine à 110
microns à 2.5 bars avant d’utiliser le ciment résine Panavia®.
5.3 ) Collage au niveau des éléments
prothétiques :
Collage au métal :
 Le collage des alliages demande tout d’abord une
rigueur de préparation afin d’obtenir une rétention
mécanique.
 L’alliage métallique précieux ou non précieux
nécessite un traitement de surface . Ce traitement
consiste en un dépôt de fine pellicule de silice. Ce
dépôt peut être obtenu par un sablage à l’oxyde
d’aluminium 50µ m ou par projection des
particules d’alumine enrobée de silice sur les
surfaces métalliques.
 Le traitement est suivi de l’application d’un silane
5.3 ) Collage au niveau des éléments
prothétiques :
Collage à la résine
 Le principe consiste à créer un relief plus important à
la surface du résine composite augmente ainsi son
énergie de surface et permet une interdiffusion de la
colle dans les anfractuosités( principe de
microclavetage) . Ce traitement peut être obtenu soit
par mordançage à l’acide fluorhydrique soit par
sablage de la matrice résineuse avec des particules
d’oxyde d’alumine de 50 µm
 La matrice résineuse étant trop polymérisée, la colle
ne trouve pas assez de chaines libres de monomère
pour réagir, il faut donc utiliser un agent de couplage :
silane.
 On entend couramment des phrases comme:
« je vais sceller cet élément avec cette colle »,
preuve de la confusion.
 Les ciments et les colles sont des entités bien
distinctes ayant chacune des propriétés bien
spécifiques. Il en résulte que les procédures
de scellement ou de collage sont très
différentes.
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
 Pérennité de la rétention
valeur de rétention
morphologique est
diminuée
Augmenter la
capacité de
rétention du
matériau
d'assemblage
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
Bien que cette stratégie ne puisse remplacer la qualité des préparations,
les capacités adhésives du matériau d'assemblage peuvent compléter
efficacement un manque de rétention morphologique.
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
 Contraintes fonctionnelles :
Le type de contraintes fonctionnelles subies par
la restauration va influer sur les risques de
perte d'assemblage : des contraintes non
axiales sur les dents piliers de bridge par
exemple, accentuent le risque de
descellement et orientent vers un assemblage
plus adhésif.
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
 Situation de la limite cervicale
Pour des raisons de cytotoxicité comme de
performance mécanique, la présence de
limites intrasulculaires contre-indiquera
certains matériaux d'assemblages
(oxyphosphates de zinc)
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
 Temps de travail Le temps de travail doit être
suffisamment long et pouvoir être allongé pour
les restaurations plurales de grande étendue
 Critères économiques: le coût des
matériaux
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
 Nature du matériau de la pièce prothétique
: Les capacités d'adhésion varient selon les
interfaces.
 Para fonctions : Les parafonctions sont des
facteurs de risque pour les ciments
traditionnels. En leur présence, il est parfois
plus judicieux d'utiliser des colles qui
permettent une certaine dissipation des
contraintes.
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
 Critères esthétiques : Lors de la réalisation
d'une couronne ou d'un bridge céramo-
métallique, les propriétés optiques et
esthétiques du matériau d'assemblage sont
moins importantes que pour une couronne
céramo-céramique. L'assemblage peut donc
se faire avec un ciment conventionnel.
Aujourd'hui, seules les colles sont les
matériaux qui offrent le plus grand éventail de
teintes.
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
 Réintervention : La notion de réintervention
doit être prise en compte dans le choix d'un
mode d'assemblage. Le ciment idéal devrait
en permettre une, sans délabrer la pièce
prothétique ni l'organe dentaire. À ce titre, les
ciments conventionnels sont plus propices aux
réinterventions que les matériaux adhésifs ou
les colles.
 Préparations de prothèse fixée
conventionnelle :
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
les règles classiques de
rétention sont respectées
un ciment ou un matériau
hybride.
préparations s’avèrent moins
rétentives
CVI-MAR
bridges à piliers multiples les ciments au phosphate de
zinc
 Couronnes et bridges tout céramique sur
base alumine ou zircone :
Le choix d’un CVI-MAR est à privilégier
 Prothèses, restaurations avec préparations
a minima
C’est le domaine privilégié des colles qui
substituent la notion d’adhésion à celle de
rétention.
Le collage permet de gérer des situations
cliniques, avec une mutilation des tissus
dentaires la plus faible possible.
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
 Attelles et bridges métalliques collés
Le choix du polymère de collage pour un bridge
collé est limité aux colles polymérisables par
amorçage chimique qui peuvent également
opacifier et masquer la couleur grise du métal
pouvant interférer avec la teinte de la dent
support
Collage ou Scellement comment
s’y trouver
 Facettes et inlays en céramique
felspathique ou en vitro- céramique :
Dans ces cas, les colles composites duales
seront les matériaux de choix, offrant aux
facettes, une rétention et une esthétique et
une portance durables à moyen et long terme.
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
6)Collage ou Scellement
comment s’y trouver
Chéron.R ,Degrange .M Colles et ciments s’y retrouver et choisir L’INFORMATION
DENTAIRE n° 4 - 24 janvier 2007
7)Répercussions du scellement et du
collage sur le tissu pulpaire et sur le
parodonte
Incidences sur le tissu pulpaire :
Agression mécanique :
 Decollement locale de la couche des
odontoblastes
Agression thermique :
 Spécifiquement liée à l’utilisation de ciments au
phosphate de zinc.
Agression chimique
 La nature des matériaux utilisés constitue un
élément essentiel de l’agression chimique ;
certains sont particulièrement dangereux pour la
santé pulpaire tandis que d’autres présentent des
effets bénéfiques.
7)Répercussions du scellement et du
collage sur le tissu pulpaire et sur le
parodonte
Agression bactérienne
 L’herméticité de l’assemblage est un facteur
majeur de la préservation de la santé pulpaire
et de la dent support ;tout défaut d’étanchéité
induit une infiltration de fluides buccaux et des
microorganismes qu’ils transportent
7)Répercussions du scellement et du
collage sur le tissu pulpaire et sur le
parodonte
Incidences sur le parodonte:
Agression mécanique :
 Elle résulte de la rétention de débris de matériau dans le
sillon gingivo -dentaire après la prise.
Agression thermique :
 Elle est liée à la réaction de prise exothermique des ciments
au phosphatede zinc.
Agression chimique
 Les ciments, quelle que soit leur nature, entrent en contact
avec les tissus gingivaux avant d’atteindre leur polymérisation
finale. Nommer l’effet toxique immédiat, par opposition à
l’effet toxique tardif de ces matériaux qui est lié à la
dégradation du joint de ciment dans le temps et responsable
de la libération d’éventuels produits nocifs.
7)Répercussions du scellement et du
collage sur le tissu pulpaire et sur le
parodonte
Agression bactérienne
 La dissolution du joint de ciment
s’accompagne d’une augmentation de la
rétention de plaque à ce niveau, responsable
d’une inflammation tissulaire
8)Protocole de collage
O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
8)Protocole de collage
O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
8)Protocole de collage
O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
8)Protocole de collage
O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
8)Protocole de collage
8)Protocole de collage
O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
Conclusion
 Il faut ainsi retenir que le choix du matériau et
de la méthode d’assemblage doit être fait à la
suite d’une analyse rigoureuse de la situation
clinique, notamment de l’agressivité de
l’environnement de la restauration, de
l’esthétique, des conditions de mise en place
d’un champ opératoire et du temps de travail
nécessaire à la mise en place.
Bibliographie
1-AZEVEDO C , LES POLYMÈRES DE COLLAGE REALITES CLINIQUES Vol.
16 n° 4, 2005 pp. 351-364
2-Chéron.R ,Degrange .M Colles et ciments s’y retrouver et choisir
L’INFORMATION DENTAIRE n° 4 - 24 janvier 2007
3- DEGRANGE, L. POURREYRON Les systèmes adhésifs amélodentinaires
Société Francophone de Biomatériaux Dentaires 2010
4-Etienne.O, Toledano.C, Le collage auto-adhésif auto- mordançant solution
universelle ? L’INFORMATION DENTAIRE n° 16 - 18 avril 2007
5-Gritsch K, Pourreyron L.Incidences de la réalisation des prothèses fixées sur
la pulpe et le parodonte: 1re partie : préparations dentaires et prothèses
transitoiresCah de Proth N° 142 juin 2008.
6-LASSERRE JF Restaurations céramiques du secteur antérieur : évolution et
révolution dans les concepts. Stratégie Prothétique 2005
7-Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en
odontologie.28-220-p10 EMC 2015
8-PASCAL BEHIN, PIERRE-HUBERT DUPAS. Pratique Clinique des matériaux
dentaires en prothèse fixée._ paris ._ édition Cdp._1997.
9-Roulet Collages et adhésion La révolution silencieuse Quintescence 2000
10-O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005

Contenu connexe

Tendances

Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Abdeldjalil Gadra
 
268464962 endodontie-cours-3-6
268464962 endodontie-cours-3-6268464962 endodontie-cours-3-6
268464962 endodontie-cours-3-6
mii va
 
Parallelisme et retention en prothèse fixée
Parallelisme et retention en prothèse fixéeParallelisme et retention en prothèse fixée
Parallelisme et retention en prothèse fixée
Abdeldjalil Gadra
 
La dimension verticale en prothèse totale
La dimension verticale en prothèse totale La dimension verticale en prothèse totale
La dimension verticale en prothèse totale
Abdeldjalil Gadra
 
Montage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partielMontage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partiel
Abdeldjalil Gadra
 
Apexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexificationApexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexification
Oral Surgeon
 
Les attachements prothétique
Les attachements prothétique Les attachements prothétique
Les attachements prothétique
Abdeldjalil Gadra
 

Tendances (20)

Les verres ionomeres
Les verres ionomeresLes verres ionomeres
Les verres ionomeres
 
La couronne jacket
La couronne jacket La couronne jacket
La couronne jacket
 
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
 
268464962 endodontie-cours-3-6
268464962 endodontie-cours-3-6268464962 endodontie-cours-3-6
268464962 endodontie-cours-3-6
 
Traitement des empreintes au laboratoire en prothèse conjointe final copie
Traitement des empreintes au laboratoire en prothèse conjointe   final copieTraitement des empreintes au laboratoire en prothèse conjointe   final copie
Traitement des empreintes au laboratoire en prothèse conjointe final copie
 
Les couronnes céramométalliques 2
Les couronnes céramométalliques 2Les couronnes céramométalliques 2
Les couronnes céramométalliques 2
 
Parallelisme et retention en prothèse fixée
Parallelisme et retention en prothèse fixéeParallelisme et retention en prothèse fixée
Parallelisme et retention en prothèse fixée
 
La dimension verticale en prothèse totale
La dimension verticale en prothèse totale La dimension verticale en prothèse totale
La dimension verticale en prothèse totale
 
Les differentes conception
Les differentes conception Les differentes conception
Les differentes conception
 
La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]
La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]
La couronne à tenon radiculaire type richmond [enregistrement automatique]
 
Traitement endodontique
Traitement endodontiqueTraitement endodontique
Traitement endodontique
 
Paralléliseur
ParalléliseurParalléliseur
Paralléliseur
 
la Gencive
la Gencivela Gencive
la Gencive
 
Montage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partielMontage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partiel
 
Cires dentaire
Cires dentaire Cires dentaire
Cires dentaire
 
Montage des dents en ppma
Montage des dents en ppmaMontage des dents en ppma
Montage des dents en ppma
 
Prothese elements du chassis
Prothese elements du chassisProthese elements du chassis
Prothese elements du chassis
 
Apexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexificationApexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexification
 
Les attachements prothétique
Les attachements prothétique Les attachements prothétique
Les attachements prothétique
 
Materiaux a empreinte
Materiaux a empreinte Materiaux a empreinte
Materiaux a empreinte
 

Similaire à Notions et moyens de collage

Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_pChoix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Abdeldjalil Gadra
 
Realisation du chassis au laboratoire
Realisation du chassis au laboratoireRealisation du chassis au laboratoire
Realisation du chassis au laboratoire
Abdeldjalil Gadra
 
La Contention orthodontique
La Contention orthodontiqueLa Contention orthodontique
La Contention orthodontique
ADELLL
 
268464969 endodontie-cours-7s
268464969 endodontie-cours-7s268464969 endodontie-cours-7s
268464969 endodontie-cours-7s
mii va
 

Similaire à Notions et moyens de collage (20)

Les reconstitutions complexes
Les reconstitutions complexesLes reconstitutions complexes
Les reconstitutions complexes
 
Poser des facettes pelliculaires sans taille ni abrasion
Poser des facettes pelliculaires sans taille ni abrasionPoser des facettes pelliculaires sans taille ni abrasion
Poser des facettes pelliculaires sans taille ni abrasion
 
Oce8
Oce8Oce8
Oce8
 
1. questions s6 assemblage
1. questions s6 assemblage1. questions s6 assemblage
1. questions s6 assemblage
 
Article dans Clinic - Avril 2018
Article dans Clinic - Avril 2018Article dans Clinic - Avril 2018
Article dans Clinic - Avril 2018
 
Article paru dans la revue Clinic d'avril 2018
Article paru dans la revue Clinic d'avril 2018 Article paru dans la revue Clinic d'avril 2018
Article paru dans la revue Clinic d'avril 2018
 
Restaurations EsthéTiques PostéRieures En Technique Directe
Restaurations EsthéTiques PostéRieures En Technique DirecteRestaurations EsthéTiques PostéRieures En Technique Directe
Restaurations EsthéTiques PostéRieures En Technique Directe
 
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_pChoix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
 
BIODENTINE.pptx
BIODENTINE.pptxBIODENTINE.pptx
BIODENTINE.pptx
 
Paro prothese
Paro protheseParo prothese
Paro prothese
 
( 2) introduction a la ppa
( 2) introduction a la ppa( 2) introduction a la ppa
( 2) introduction a la ppa
 
2 curetage parodontal
2  curetage parodontal2  curetage parodontal
2 curetage parodontal
 
Realisation du chassis au laboratoire
Realisation du chassis au laboratoireRealisation du chassis au laboratoire
Realisation du chassis au laboratoire
 
7-polymérisation%20des%20prothèses%20totales.pptx
7-polymérisation%20des%20prothèses%20totales.pptx7-polymérisation%20des%20prothèses%20totales.pptx
7-polymérisation%20des%20prothèses%20totales.pptx
 
le site 1 exposé.pptx
le site 1 exposé.pptxle site 1 exposé.pptx
le site 1 exposé.pptx
 
Oce3
Oce3Oce3
Oce3
 
Capitulo Posteriores 2.pdf
Capitulo Posteriores  2.pdfCapitulo Posteriores  2.pdf
Capitulo Posteriores 2.pdf
 
La Contention orthodontique
La Contention orthodontiqueLa Contention orthodontique
La Contention orthodontique
 
Prothéses adjointes sur implants
Prothéses adjointes sur implantsProthéses adjointes sur implants
Prothéses adjointes sur implants
 
268464969 endodontie-cours-7s
268464969 endodontie-cours-7s268464969 endodontie-cours-7s
268464969 endodontie-cours-7s
 

Plus de Abdeldjalil Gadra (20)

Asepsie
AsepsieAsepsie
Asepsie
 
6 la poche parodontale
6   la poche parodontale6   la poche parodontale
6 la poche parodontale
 
5 les parodontolyses
5   les parodontolyses5   les parodontolyses
5 les parodontolyses
 
3 classification des maladies parodontales
3   classification des maladies parodontales3   classification des maladies parodontales
3 classification des maladies parodontales
 
Terminologie en o
Terminologie en oTerminologie en o
Terminologie en o
 
Croissance cranio faciale
Croissance cranio facialeCroissance cranio faciale
Croissance cranio faciale
 
Mesure de la d
Mesure de la dMesure de la d
Mesure de la d
 
L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.
 
L'examen clinique en odf
L'examen clinique en odfL'examen clinique en odf
L'examen clinique en odf
 
Le diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basalesLe diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basales
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
 
Cours desmodonte
Cours desmodonteCours desmodonte
Cours desmodonte
 
Cours cement
Cours cementCours cement
Cours cement
 
Anatomie du maxillaire
Anatomie du maxillaireAnatomie du maxillaire
Anatomie du maxillaire
 
Instrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaireInstrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaire
 
Protections dentino pulpaires
Protections dentino pulpairesProtections dentino pulpaires
Protections dentino pulpaires
 
Biofilm dentaire
Biofilm dentaireBiofilm dentaire
Biofilm dentaire
 
Anesthesie locale
Anesthesie locale Anesthesie locale
Anesthesie locale
 
Anomalies dentaires[1]
Anomalies dentaires[1]Anomalies dentaires[1]
Anomalies dentaires[1]
 
les hydrocolloides
les hydrocolloides les hydrocolloides
les hydrocolloides
 

Notions et moyens de collage

  • 1. Plan de travail:  Introduction 1) Définition 2) Matériaux de collage 2-1- sans potentiel adhésif 2-2- avec potentiel d'adhésion 2-3- autoadhésives 3)Les adhésifs 4)Qualités des matériaux de collage 5) Principes du collage 5-1- Collage au niveau de l’émail 5-2- Collage au niveau de la dentine 5-3 Collage au niveau des éléments prothétiques 5-3-1-Au niveau de la céramique 5-3-2- Collage au métal
  • 2. Plan de travail: 5-3-3- Collage à la résine 6) Scellement ou collage: Comment s’y trouver 7)Répercussions du collage sur le tissu pulpaire et sur le parodonte 8)Protocole de collage  Conclusion  Bibliographie
  • 3. Introduction  Le collage, acte quotidien du cabinet, est aujourd'hui incontournable. Il correspond à une dentisterie minimaliste, respectueuse de la biologie, cherchant à préserver les tissus dentaires résiduels.  L'évolution d'une démarche mécaniste (rétention, stabilisation) synonyme de mutilation tissulaire vers une approche plus biologique (économie tissulaire) permet dorénavant de proposer des traitements avec un cout biologique quasi nul.
  • 4. 1) Définition  Une colle se définit comme une substance insérée à l'étal liquide entre deux surfaces, qui se solidarise par réaction de polymérisation.  Le collage est un assemblage par liaison physico- chimiques.  La colle doit effectuer des liaisons fortes au niveau des deux interfaces : matériau-colle et colle-tissus dentaires.  L’efficacité du collage est proportionnelle aux surfaces développées à chaque interface, car les liaisons physico-chimiques se créent à l’échelle inframicronique
  • 5. 2) Matériaux de collage  Trois types de colles sont définis: • Sans potentiel adhésif: nécessité d'avoir recours à l'utilisation d'un adhésif • Avec potentiel d'adhésion propre: présence d'un monomère actif (MDP), ou (4-META) • Autoadhésives : aucun traitement de surface dentaire ou prothétique nécessaire.
  • 6. 2) Matériaux de collage Elles ne possèdent aucun promoteur d'adhésion. Elles sont utilisées en association avec un système adhésif amélodentinaire. Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en odontologie.28-220-p10 EMC 2015
  • 7. 2) Matériaux de collage Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en odontologie.28-220-p10 EMC 2015 Il s'agit de colles en général non chargées renfermant des mono- mères présentant un fort potentiel d'adhésion.
  • 8. 2) Matériaux de collage  On peut les décrire comme des résines composites en général chémo polymérisables et photo polymérisables, capables de réaliser une attaque acide des tissus dentaires.  Leur avantage réside dans un gain de temps, le protocole de mise en œuvre étant des plus simples .  Cependant, on réservera leur utilisation dans les situations où la rétention mécanique de la pièce prothétique est déjà importante (onlay, couronne) et on évitera leur emploi dans les cas de faible friction rétentrice (par exemple : facette). Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en odontologie.28-220-p10 EMC 2015
  • 9. 3) Les adhésifs Les adhésifs amélo-dentinaires sont des biomatériaux d’interface. Ils contribuent à former un lien idéalement adhérent et étanche entre les tissus dentaires calcifiés et les biomatériaux de restauration.
  • 10. 3) Les adhésifs Composition des adhésifs: sont essentiellement composer d’un acide , un primer, et une résine. L’acide  Au niveau de la dentine ,va éliminer la boue dentinaire  Au niveau de l’émail , va nous aider a obtenir une surface rugueuse Le primer  Son rôle est essentielle notamment dans la création de la couche hybride. La résine  création de tags de résine à l’intérieure des tubules et d’une couche hybride.
  • 11. 3) Les adhésifs Classification des adhésifs selon le nombre de séquences d’application : Les systèmes adhésifs en 3 étapes: Journal dentaire du quebec
  • 12. 3) Les adhésifs les systèmes en 2 étapes : Journal dentaire du quebec
  • 13. 3) Les adhésifs les systèmes en 1 étape : Journal dentaire du
  • 14. 3) Les adhésifs Mise en œuvre du MR3 :  L’isolation  Le mordançage de l’email s’effectue par l’application de l’acide ( ortho phosphorique de concentration de [32- 37]%) pendant 15-30 secondes voir 60 secondes selon le type d’adhésif.  Le mordançage de la dentine, selon le concept mordançage total s’effectue par le même aide pour une période de 15 seconde.  Le rinçage : Il sert à éliminer les cristaux d’hydroxyapatite libérés par l’acide de mordançage  Le sechage : Un séchage léger afin d’éliminer l’excès d’eau tout on conservant l’émail et la dentine humide
  • 15. 3) Les adhésifs  L’application du primer : Il doit être appliquer avec précaution; pendant plus de 15 secondes pour assurer son infiltration.  Sechage : L’application de primaire doit être toujours complétée par un séchage court et doux afin de volatiliser tout excès de solvant avant l’application de la résine adhésive.
  • 16. 3) Les adhésifs  Application de résine adhesive: La résine adhésive doit être déposée de façon abondante sur la surface à coller; puis elle est étalée à l’aide d’un applicateur dans le but d’avoir un lien entre la surface préparée et le composite.  La photo polymérisation
  • 17. 3) Les adhésifs Mise en œuvre du MR2 : - Le problème de l’élimination des excès d’eau à la surface de la dentine mordancée et rincée, avant application de l’adhésif, devient crucial. - En excès: l’eau s’oppose à la formation d’un joint adhésif continu : phénomène du “sur- mouillage”. -À l’inverse: un séchage trop intense : collapse le collagène avec ses conséquences. La difficulté pour le clinicien est de trouver le bon degré d’humidité dentinaire procurant une pénétration optimale de l’adhésif
  • 18. 3) Les adhésifs Mise en œuvre du SAM 2: Pour le SAM II, on applique en premier un primaire acide (20 a 30 secondes) Après évaporation de l’eau qu’il contient par séchage, il est recouvert d’une résine très similaire a celle des MR3 Mise ne œuvre du SAM 1 : Leur avantage apparent est de simplifier la procédure clinique du collage La réduction des séquences opératoires limite potentiellement le risque d’erreur de manipulation que l’on peut faire à chaque étape du collage ‘
  • 19. 4)Qualités des matériaux de collage : La rétention :  La fonction majeure d’un matériau de collage est d’assurer la rétention de la restauration. La résistance de l’ensemble est adéquate lorsque les forces d’adhérence sont supérieures aux contraintes que l’assemblage va subir dans l’environnement buccal.  La rétention des joints collés suppose une bonne adhésion tant au substrat dentaire qu’au matériau de restauration, ainsi que des propriétés mécaniques qui lui permettent de résister aux contraintes auxquelles il est soumis. Ces contraintes sont essentiellement mécaniques, et proviennent des forces occlusales. Elles sont répétitives et nécessitent une résistance à la
  • 20. 4)Qualités des matériaux de collage : Epaisseur du joint :  Le joint dento-prothétique est généralement à proximité de la gencive marginale, et sa qualité peut avoir des répercutions sur la santé parodontale de la dent support.  Un large hiatus expose l’adhésif à l’environnement buccal et la détérioration du matériau dépend de l’étendue de la surface exposée.
  • 21. 4)Qualités des matériaux de collage : Etanchéité et biocompatibilité :  Un joint collé devrait, dans l’idéal n’autoriser aucune percolation de façon à éviter aux tissus de soutien de la dent des dommages dus à l’infiltration des fluides buccaux et micro- organismes qu’ils transportent.  Les hiatus, les surcontours et les surfaces rugueuses irritent directement ou indirectement l’épithélium sulculaire.
  • 22. 4)Qualités des matériaux de collage : Manipulation :  Une colle idéal doit être facile à manipuler, et doit donner des résultats constants.  Le temps de prise dans la cavité buccale doit être le plus court possible, et permettre dans ce délai, au matériau d’acquérir la plupart de ses qualités.  Enfin, il doit être possible d’éliminer les excès de colle sans modifier la qualité de l’interface.
  • 23. 5)Principes du collage 5-1Collage au niveau de l’émail :  Après isolation et pour permettre le collage à l’émail ce dernier doit être mordancé afin d’obtenir une surface rugueuse.  La dissolution plus importante du coeur des prismes va en effet créer un microrelief à la surface de l’émail. Une résine peut ensuite s’infiltrer dans ces anfractuosités créées et assurer une adhésion par clavetage mécanique.
  • 24. 5)Principes du collage  Le résultat du mordançage dépend de l’acidité et du temps d’application de l’agent mordançant  L’adhésif mis en contact intime avec la surface conditionnée assure une rétention micromécanique
  • 25. 5)Principes du collage Roulet Collages et adhésion La révolution silencieuse Quintescence 2000 O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
  • 26. 5-2 Collage au niveau de la dentine :  La clef de l’adhésion dentinaire réside dans la possibilité de pénétrer les tubuli dentinaires par l’adhésif.  Ces prolongements intratubulaires (tags) vont ancrer mécaniquement la résine à la dentine.  La formation de la couche hybride qui est obtenue par l’infiltration de l’adhésif. Section d’un joint collé dentine-résine composite (M.E.B.4000X) R : résine composite, H : couche hybride, T : prolongement de résine composite. Roulet Collages et adhésion La révolution silencieuse Quintescence 2000 La couche hybride : entrelacement de deux types de polymères: les fibres de collagène de la matrice dentinaire d’une part, et les macromolécules de l’adhésif.
  • 27. 5.3 ) Collage au niveau des éléments prothétiques : Au niveau de la céramique
  • 28. 5.3 ) Collage au niveau des éléments prothétiques : Au niveau de la céramique
  • 29. 5.3 ) Collage au niveau des éléments prothétiques :  LES TRAITEMENTS DE SURFACE DES CÉRAMIQUES HAUTE RÉSISTANCE • Création de micros rétentions par abrasion à la fraise diamantée à l’intrados des armatures. • Traitement à la silice (Rocatec®).
  • 30. Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en odontologie.28-220-p10 EMC 2015 • Sablage avec de l’alumine de 50 à 110 microns sous 2.5 bars de pression.
  • 31. Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en odontologie.28-220-p10 EMC 2015 • Attaque chimique à l’acide fluorhydrique à 9 % (un gel d’acide qui attaque la matrice vitreuse ou à l’acide phosphorique, ou l’acide polyacrylique .
  • 32. Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en odontologie.28-220-p10 EMC 2015 LASSERRE JF Restaurations céramiques du secteur antérieur : évolution et révolution dans les concepts. Stratégie Prothétique Traitement par silanisation. Objectif : Créer des ponts organo- minéraux avec l’adhésif et le composite de collage
  • 33. 5.3 ) Collage au niveau des éléments prothétiques : Au niveau de la céramique  Pour les céramiques alumineuses infiltrées de verre (In-céram®) trois voies sont proposées : - traitement de surface à l’acide polyacrylique (pendant une minute , conduisant à une liaison chimique entre le verre d’infiltration et le ciment au verre ionomère puis scellement avec ce ciment . - sablage/abrasion avec de l’alumine, puis collage avec un ciment résine (Panavia 21® par exemple) ; - traitement tribochimique de surface (Rocatec®) avec ciment résine traditionnel ;
  • 34. 5.3 ) Collage au niveau des éléments prothétiques : Au niveau de la céramique  Pour les céramiques alumineuses densifiées par frittage : le sablage/abrasion avec de l’alumine à 50 microns à 2.5 bars s’avère meilleur que les attaques acides ou la micro abrasion à la fraise, ou l’absence de traitement surface.  Pour les zircones, Les traitements de surface semblent sans effet. Il est proposé par certains auteurs de recourir au ciment résine Superbond® alors que d’autres envisagent un sablage/abrasion avec de l’alumine à 110 microns à 2.5 bars avant d’utiliser le ciment résine Panavia®.
  • 35. 5.3 ) Collage au niveau des éléments prothétiques : Collage au métal :  Le collage des alliages demande tout d’abord une rigueur de préparation afin d’obtenir une rétention mécanique.  L’alliage métallique précieux ou non précieux nécessite un traitement de surface . Ce traitement consiste en un dépôt de fine pellicule de silice. Ce dépôt peut être obtenu par un sablage à l’oxyde d’aluminium 50µ m ou par projection des particules d’alumine enrobée de silice sur les surfaces métalliques.  Le traitement est suivi de l’application d’un silane
  • 36. 5.3 ) Collage au niveau des éléments prothétiques : Collage à la résine  Le principe consiste à créer un relief plus important à la surface du résine composite augmente ainsi son énergie de surface et permet une interdiffusion de la colle dans les anfractuosités( principe de microclavetage) . Ce traitement peut être obtenu soit par mordançage à l’acide fluorhydrique soit par sablage de la matrice résineuse avec des particules d’oxyde d’alumine de 50 µm  La matrice résineuse étant trop polymérisée, la colle ne trouve pas assez de chaines libres de monomère pour réagir, il faut donc utiliser un agent de couplage : silane.
  • 37.  On entend couramment des phrases comme: « je vais sceller cet élément avec cette colle », preuve de la confusion.  Les ciments et les colles sont des entités bien distinctes ayant chacune des propriétés bien spécifiques. Il en résulte que les procédures de scellement ou de collage sont très différentes. 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver
  • 38.  Pérennité de la rétention valeur de rétention morphologique est diminuée Augmenter la capacité de rétention du matériau d'assemblage 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver Bien que cette stratégie ne puisse remplacer la qualité des préparations, les capacités adhésives du matériau d'assemblage peuvent compléter efficacement un manque de rétention morphologique.
  • 39. 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver  Contraintes fonctionnelles : Le type de contraintes fonctionnelles subies par la restauration va influer sur les risques de perte d'assemblage : des contraintes non axiales sur les dents piliers de bridge par exemple, accentuent le risque de descellement et orientent vers un assemblage plus adhésif.
  • 40. 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver  Situation de la limite cervicale Pour des raisons de cytotoxicité comme de performance mécanique, la présence de limites intrasulculaires contre-indiquera certains matériaux d'assemblages (oxyphosphates de zinc)
  • 41. 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver  Temps de travail Le temps de travail doit être suffisamment long et pouvoir être allongé pour les restaurations plurales de grande étendue  Critères économiques: le coût des matériaux
  • 42. 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver  Nature du matériau de la pièce prothétique : Les capacités d'adhésion varient selon les interfaces.  Para fonctions : Les parafonctions sont des facteurs de risque pour les ciments traditionnels. En leur présence, il est parfois plus judicieux d'utiliser des colles qui permettent une certaine dissipation des contraintes.
  • 43. 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver  Critères esthétiques : Lors de la réalisation d'une couronne ou d'un bridge céramo- métallique, les propriétés optiques et esthétiques du matériau d'assemblage sont moins importantes que pour une couronne céramo-céramique. L'assemblage peut donc se faire avec un ciment conventionnel. Aujourd'hui, seules les colles sont les matériaux qui offrent le plus grand éventail de teintes.
  • 44. 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver  Réintervention : La notion de réintervention doit être prise en compte dans le choix d'un mode d'assemblage. Le ciment idéal devrait en permettre une, sans délabrer la pièce prothétique ni l'organe dentaire. À ce titre, les ciments conventionnels sont plus propices aux réinterventions que les matériaux adhésifs ou les colles.
  • 45.  Préparations de prothèse fixée conventionnelle : 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver les règles classiques de rétention sont respectées un ciment ou un matériau hybride. préparations s’avèrent moins rétentives CVI-MAR bridges à piliers multiples les ciments au phosphate de zinc
  • 46.  Couronnes et bridges tout céramique sur base alumine ou zircone : Le choix d’un CVI-MAR est à privilégier  Prothèses, restaurations avec préparations a minima C’est le domaine privilégié des colles qui substituent la notion d’adhésion à celle de rétention. Le collage permet de gérer des situations cliniques, avec une mutilation des tissus dentaires la plus faible possible. 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver
  • 47.  Attelles et bridges métalliques collés Le choix du polymère de collage pour un bridge collé est limité aux colles polymérisables par amorçage chimique qui peuvent également opacifier et masquer la couleur grise du métal pouvant interférer avec la teinte de la dent support Collage ou Scellement comment s’y trouver
  • 48.  Facettes et inlays en céramique felspathique ou en vitro- céramique : Dans ces cas, les colles composites duales seront les matériaux de choix, offrant aux facettes, une rétention et une esthétique et une portance durables à moyen et long terme. 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver
  • 49. 6)Collage ou Scellement comment s’y trouver Chéron.R ,Degrange .M Colles et ciments s’y retrouver et choisir L’INFORMATION DENTAIRE n° 4 - 24 janvier 2007
  • 50. 7)Répercussions du scellement et du collage sur le tissu pulpaire et sur le parodonte Incidences sur le tissu pulpaire : Agression mécanique :  Decollement locale de la couche des odontoblastes Agression thermique :  Spécifiquement liée à l’utilisation de ciments au phosphate de zinc. Agression chimique  La nature des matériaux utilisés constitue un élément essentiel de l’agression chimique ; certains sont particulièrement dangereux pour la santé pulpaire tandis que d’autres présentent des effets bénéfiques.
  • 51. 7)Répercussions du scellement et du collage sur le tissu pulpaire et sur le parodonte Agression bactérienne  L’herméticité de l’assemblage est un facteur majeur de la préservation de la santé pulpaire et de la dent support ;tout défaut d’étanchéité induit une infiltration de fluides buccaux et des microorganismes qu’ils transportent
  • 52. 7)Répercussions du scellement et du collage sur le tissu pulpaire et sur le parodonte Incidences sur le parodonte: Agression mécanique :  Elle résulte de la rétention de débris de matériau dans le sillon gingivo -dentaire après la prise. Agression thermique :  Elle est liée à la réaction de prise exothermique des ciments au phosphatede zinc. Agression chimique  Les ciments, quelle que soit leur nature, entrent en contact avec les tissus gingivaux avant d’atteindre leur polymérisation finale. Nommer l’effet toxique immédiat, par opposition à l’effet toxique tardif de ces matériaux qui est lié à la dégradation du joint de ciment dans le temps et responsable de la libération d’éventuels produits nocifs.
  • 53. 7)Répercussions du scellement et du collage sur le tissu pulpaire et sur le parodonte Agression bactérienne  La dissolution du joint de ciment s’accompagne d’une augmentation de la rétention de plaque à ce niveau, responsable d’une inflammation tissulaire
  • 54. 8)Protocole de collage O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
  • 55. 8)Protocole de collage O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
  • 56. 8)Protocole de collage O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
  • 57. 8)Protocole de collage O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
  • 59. 8)Protocole de collage O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005
  • 60. Conclusion  Il faut ainsi retenir que le choix du matériau et de la méthode d’assemblage doit être fait à la suite d’une analyse rigoureuse de la situation clinique, notamment de l’agressivité de l’environnement de la restauration, de l’esthétique, des conditions de mise en place d’un champ opératoire et du temps de travail nécessaire à la mise en place.
  • 61. Bibliographie 1-AZEVEDO C , LES POLYMÈRES DE COLLAGE REALITES CLINIQUES Vol. 16 n° 4, 2005 pp. 351-364 2-Chéron.R ,Degrange .M Colles et ciments s’y retrouver et choisir L’INFORMATION DENTAIRE n° 4 - 24 janvier 2007 3- DEGRANGE, L. POURREYRON Les systèmes adhésifs amélodentinaires Société Francophone de Biomatériaux Dentaires 2010 4-Etienne.O, Toledano.C, Le collage auto-adhésif auto- mordançant solution universelle ? L’INFORMATION DENTAIRE n° 16 - 18 avril 2007 5-Gritsch K, Pourreyron L.Incidences de la réalisation des prothèses fixées sur la pulpe et le parodonte: 1re partie : préparations dentaires et prothèses transitoiresCah de Proth N° 142 juin 2008. 6-LASSERRE JF Restaurations céramiques du secteur antérieur : évolution et révolution dans les concepts. Stratégie Prothétique 2005 7-Oudin Gendrel .A, Allard.Y, Lehmann.N, Sangare. A, Collage en odontologie.28-220-p10 EMC 2015 8-PASCAL BEHIN, PIERRE-HUBERT DUPAS. Pratique Clinique des matériaux dentaires en prothèse fixée._ paris ._ édition Cdp._1997. 9-Roulet Collages et adhésion La révolution silencieuse Quintescence 2000 10-O. Guastalla, S. Viennot, Y. Allard Collages en odontologie 2005