II. Les éléments constitutifs du
châssis
Un châssis métallique, qu’il soit maxillaire ou
mandibulaire, est toujours composé des mêmes
éléments architecturaux:
• 1....
• Un châssis est la
somme de nombreux
composants assemblés.
• Il est coulé en une
seule pièce.
• Il est donc
fondamental
d...
1. Le grand connecteur
• C’est l’armature de la
prothèse à laquelle sont
reliés tous les autres
composants.
• Il doit sati...
a. Le choix du grand connecteur maxillaire
La décision d’adopter un type de connecteur particulier est
basée sur:
 des ex...
La plaque large
• Décolletée
• Limite antérieure : ligne
reliant les appuis
occlusaux les + antérieurs
• Limite postérieur...
La plaque étroite
• Décolletée
• Peu volumineuse, forme bien
tolérée par les patients
• Légèrement épaissie en son
centre ...
La plaque à recouvrement complet
• La partie antérieure repose
sur le cingulum des dents
restantes : fortement
déconseillé...
La plaque en U
• En raison de son manque de
rigidité, cette forme
d’armature doit être
utilisée le moins souvent
possible....
La double entretoise
• Le contour externe est
conforme aux critères de
la plaque large
(décolletage, extensions
ant et pos...
b. Le choix du grand connecteur
mandibulaire
• A la mandibule, les possibilités de tracés
sont limitées par la présence de...
1. Les éléments antomo-physiologiques à
considérer
 La distance séparant
les collets des dents
résiduelles de la LRM
 La...
a. Evaluation clinique de la hauteur de l’espace
rétro-incisif
• Mesure de la
profondeur du sillon
gingivo-dentaire
• Repo...
• Mesure de la distance collet
- frein de la langue
• Appréciation clinique de
cette région, dent par dent
avec une sonde ...
• La différence entre les
deux mesures cliniques
nous donne la hauteur
disponible pour placer
le grand connecteur,
(généra...
b. Importance de la forme et de l’orientation du
versant lingual rétro-incisif
• L’orientation du versant
détermine l’espa...
2. Les différents types de grands
connecteurs mandibulaires
• a. La barre linguale
• b. L’association barre linguale / bar...
a. La barre linguale
• Le connecteur de choix
• Systématiquement
espacée (pas de rôle de
sustentation)
• Assure la rigidit...
b. BL + barre corono-cingulaire
• Prend appui sur les dents
antérieures et se loge dans
les préparations coronaires
(suste...
c. Le bandeau lingual
• Réunion des barres linguale
et corono-cingulaire.
• Hauteur déterminée par
- ligne tracée au dessu...
d. Le bandeau cingulo-coronaire
• Recouvre les faces linguales
des incisives et canines
• Intimement plaqué sur
l’émail de...
II.2. Les selles
• Recouvrent et
englobent les crêtes
édentées
• Recouvrent
intégralement les
tubérosités
• Supportent les...
a. Choix du matériau en contact avec les crêtes
• La surface de la selle en
contact avec la muqueuse
peut être réalisée :
...
b. Les différents selles
• Grille rigide à maille
plus ou moins large
(selles grillagées, selles
festonnées)
• Toujours es...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Prothese elements du chassis

5 593 vues

Publié le

يسم الله الرحمن الرحيم

Publié dans : Sciences
1 commentaire
21 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 593
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
158
Commentaires
1
J’aime
21
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Grand connecteur ou plaque ou armature ou poutre maîtresse
    Il existe une différence fondamentale entre plaque maxillaire et mandibulaire:
    Armature ajustée au maxillaire et qui participe donc à la sustentation
    Armature espacée à la mandibule
  • Prothese elements du chassis

    1. 1. II. Les éléments constitutifs du châssis
    2. 2. Un châssis métallique, qu’il soit maxillaire ou mandibulaire, est toujours composé des mêmes éléments architecturaux: • 1. une poutre maîtresse (ou grand connecteur ou armature) • 2. des selles (ou appuis muqueux) • 3. des taquets occlusaux directs (crochets) et indirects • 4. des connexions • 5. des moyens de liaison
    3. 3. • Un châssis est la somme de nombreux composants assemblés. • Il est coulé en une seule pièce. • Il est donc fondamental d’harmoniser tous les composants afin de réaliser un ensemble fonctionnel s’intégrant biologiquement à l’appareil manducateur.
    4. 4. 1. Le grand connecteur • C’est l’armature de la prothèse à laquelle sont reliés tous les autres composants. • Il doit satisfaire à 3 impératifs: - la rigidité, - le respect des tissus ostéo-muqueux - le confort du patient. << Il est possible de concevoir un grand nombre de formes : c’est le choix du GC qui personnalise le tracé.
    5. 5. a. Le choix du grand connecteur maxillaire La décision d’adopter un type de connecteur particulier est basée sur:  des exigences fonctionnelles: . relier les différentes selles . participer à la sustentation (cas d’édentements de grande étendue ou en présence de dents au support parodontal affaibli)  des contraintes anatomiques (torus)  l’aptitude à remplir les critères importants de rigidité, d’hygiène et de confort pour le patient
    6. 6. La plaque large • Décolletée • Limite antérieure : ligne reliant les appuis occlusaux les + antérieurs • Limite postérieure: à la jonction palais dur/palais mou • Participe à la sustentation du fait de sa surface de contact étendue avec la voûte palatine • Choisie en priorité, surtout lorsqu’un appui dento-ostéo-muqueux est recherché.
    7. 7. La plaque étroite • Décolletée • Peu volumineuse, forme bien tolérée par les patients • Légèrement épaissie en son centre pour assurer la rigidité • Doit être strictement réservée aux édentements encastrés, pour lesquels un appui uniquement dentaire est requis.CONTRE-INDICATION
    8. 8. La plaque à recouvrement complet • La partie antérieure repose sur le cingulum des dents restantes : fortement déconseillé • Le bord postérieur est de 1 à 3 mm en avant de la limite distale du palais dur. • Possibilité de réaliser un joint postérieur comme en prothèse totale • Réservée aux édentements de grande étendue justifiant un large appui ostéo-muqueux mais doit rester décolletée
    9. 9. La plaque en U • En raison de son manque de rigidité, cette forme d’armature doit être utilisée le moins souvent possible. • La flexibilité de la plaque entraîne des mouvements de rotation et translation horizontales. • Inflammation chronique fréquente • Indiquée en présence d’un torus inopérable s’étendant jusqu’à la limite palais dur/palais mou.
    10. 10. La double entretoise • Le contour externe est conforme aux critères de la plaque large (décolletage, extensions ant et post) • L’évidemment central ménage : - 1 entretoise antérieure large (8 à 10mm) de faible épaisseur - 1 entretoise postérieure plus étroite (5 à 6 mm) et plus épaisse (2 mm) pour assurer la rigidité. - Indiquée pour les classes III
    11. 11. b. Le choix du grand connecteur mandibulaire • A la mandibule, les possibilités de tracés sont limitées par la présence de la langue et par l’exiguïté de la surface exploitable (crêtes et trigones rétromolaires). • C’est l’observation clinique de la région rétro-incisive mandibulaire qui guide le choix thérapeutique.
    12. 12. 1. Les éléments antomo-physiologiques à considérer  La distance séparant les collets des dents résiduelles de la LRM  La forme et la position de l’insertion du frein de la langue  La forme et l’orientation du versant lingual rétro-incisif  La présence éventuelle de tori sublinguaux
    13. 13. a. Evaluation clinique de la hauteur de l’espace rétro-incisif • Mesure de la profondeur du sillon gingivo-dentaire • Report de cette mesure sur le modèle d’étude • Le bord supérieur du grand connecteur doit être distant d’au moins 2 mm du fond du sillon gingivo-dentaire.
    14. 14. • Mesure de la distance collet - frein de la langue • Appréciation clinique de cette région, dent par dent avec une sonde parodontale, alors que le patient mobilise sa langue à droite et à gauche. • Report de cette mesure sur le modèle d’étude (matérialisation de la situation du frein de la langue) • Idéalement, la hauteur disponible de la région rétro-incisive avoisine le centimètre.
    15. 15. • La différence entre les deux mesures cliniques nous donne la hauteur disponible pour placer le grand connecteur, (généralement une barre linguale de 4 mm de haut). • Matérialisation sur le modèle d’étude : - Frein de la langue (noir) - Fond du sulcus (rouge) - Gabarit de la barre linguale (traits bleus)
    16. 16. b. Importance de la forme et de l’orientation du versant lingual rétro-incisif • L’orientation du versant détermine l’espacement du connecteur. - versant vertical : 0,5 mm d’espacement - versant incliné d’avant en arrière : espacement > à 0,5 mm - versant incliné d’arrière en avant : espacement > à 0,5 mm (création d’une zone de contre-dépouille à gérer au moment du choix de l’axe d’insertion)
    17. 17. 2. Les différents types de grands connecteurs mandibulaires • a. La barre linguale • b. L’association barre linguale / barre cingulo-coronaire • c. Le bandeau lingual • d. Le bandeau cingulo-coronaire
    18. 18. a. La barre linguale • Le connecteur de choix • Systématiquement espacée (pas de rôle de sustentation) • Assure la rigidité du châssis • Ne doit pas être plus longue que l’équivalent de 9 cuspides • section semi-piriforme, la partie plate faisant face aux structures ostéo-muqueuses • hauteur de 4 mm
    19. 19. b. BL + barre corono-cingulaire • Prend appui sur les dents antérieures et se loge dans les préparations coronaires (sustentation) • Rigide, consolidée par des potences qui la relient systématiquement à la BL .
    20. 20. c. Le bandeau lingual • Réunion des barres linguale et corono-cingulaire. • Hauteur déterminée par - ligne tracée au dessus du cingulum des antérieures - ligne située à 1 mm au- dessus du plancher et du frein de la langue  Rigidité assurée en épaississant la partie basse en goutte d’eau  Inconvénient majeur : recouvrement de la gencive marginale  Indication: hauteur de plancher insuffisante
    21. 21. d. Le bandeau cingulo-coronaire • Recouvre les faces linguales des incisives et canines • Intimement plaqué sur l’émail des dents (sustentation et stabilisation) • Hauteur dépendante de la surface coronaire disponible • Préparations coronaires indispensables (épaisseur de 1,7 à 2 mm) • Couplé avec des taquets occlusaux directs et indirects
    22. 22. II.2. Les selles • Recouvrent et englobent les crêtes édentées • Recouvrent intégralement les tubérosités • Supportent les dents prothétiques et la fausse gencive • Principe de conception des selles : assurer le recouvrement le plus large possible.
    23. 23. a. Choix du matériau en contact avec les crêtes • La surface de la selle en contact avec la muqueuse peut être réalisée : • En résine: le matériau est retenu sur le châssis par une grille réalisée à distance de la surface muqueuse ( possibilités de modifications et de rebasages). • En métal : peu fréquent, solution intéressante ménageant un espace plus important pour les dents prothétiques.
    24. 24. b. Les différents selles • Grille rigide à maille plus ou moins large (selles grillagées, selles festonnées) • Toujours espacée des surfaces d’appui pour ménager une épaisseur suffisante de résine • Epaississement de l’armature à la jonction avec les grilles qui détermine une ligne d’arrêt de la résine.

    ×