Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

Analysis of Jones Lang Lasalle (JLL) financial statements

288 vues

Publié le

Analysis of Jones Lang Lasalle (JLL) financial statements

Publié dans : Données & analyses
  • Login to see the comments

Analysis of Jones Lang Lasalle (JLL) financial statements

  1. 1. Analyse des états financiers JULIEN Marion KAJOUJ Abdelilah RIFFLART Sacha ROUER Alizé
  2. 2. Présentation de JLL • Numéro BvDEE : BE0403.376.874 • Codes primaires NACE-BEL : 68311 (Intermédiation en achat, vente et location de biens immobiliers pour compte de tiers) • Date de création : 01 Janvier 1968 • Date de clôture des comptes : 31 Décembre 2013 • Situation juridique : Normale • Forme juridique : Société Privée à Responsabilité Limitée • Cotation en bourse : Non cotée • Effectif moyen en équivalent temps plein (2013) : 79 • Chiffre d'affaires (2013) : 16.328.611 €
  3. 3. Analyse de l’actif 0 5 10 15 20 25 30 2009 2010 2011 2012 2013 Millions Valeurs disponibles Comptes de régularisation Immobilisations financières Immobilisations corporelles Créances à 1 an au plus • En 2010: diminution de 37% • A partir de 2011, augmentation linéaire • Forte augmentation en 2013 due aux valeurs disponibles Actif circulant >> actif fixe  Représente en moyenne 96% du total de l’actif
  4. 4. Analyse du passif de 2009 à 2013 • Les capitaux permanents évoluent positivement et de façon stable. • JLL connait des bénéfices reportés de plus en plus élevés. • Les réserves légales augmentent en 2011 suite à la nouvelle acquisition. • Le fond de tiers à court terme constitue l’ensemble des ressources de l’entreprise étant donné l’absence de dettes à long terme. 0 5,000 10,000 15,000 20,000 25,000 30,000 35,000 40,000 45,000 2009 2010 2011 2012 2013 Thousands Capitaux permanents Réserves légales Bénéfice reporté Dettes à 1 an au plus Comptes de régulation
  5. 5. • L’importance du résultat d’exploitation dans le résultat des exercices • Des charges non décaissées relativement faible comparé aux charges salariale et sociale => structure propre aux entreprises spécialisées en conseil immobilier • Une évolution conjoncturelle de la valeur ajoutée brute • Le bénéfice net est affecté à l’exercice suivant 0 2,000,000 4,000,000 6,000,000 8,000,000 10,000,000 12,000,000 2009 2010 2011 2012 2013 Principaux éléments du résultat d'exploitation Résultat d'exploitation Valeur ajoutée brute Frais de personnel Charges d'exploitation non décaissées -1,500,000 -1,000,000 -500,000 0 500,000 1,000,000 1,500,000 2,000,000 2,500,000 3,000,000 2009 2010 2011 2012 2013 Bénéfice (Perte) de l'exercice avant impôts Résultat d'exploitation Résultat financier Résultat exceptionnel • Un résultat qui varie mais qui reste positif sur toute la période étudiée • Une évolution contrasté des différentes subdivisions du compte de résultat • un résultat financier faible dû à la quasi inexistence d’activités financières => JLL peu active sur le marché des capitaux. • L’évolution négative du résultat exceptionnel en 2011 • Implications des différentes crises. Analyse du compte de résultat
  6. 6. Composition du peer group pour l’analyse des ratios de la société belge Critères : • Code Primaire : 6831, agences immobilières. • Statut : Active • Situation juridique : Normale • Taille : Grande entreprise • Effectifs : Entre 20 et 110 • Chiffre d’affaires (2013) : Entre 9.000.000 € et 40.000.000€ • Années disponibles : 2009 à 2013
  7. 7. -5,000,000 0 5,000,000 10,000,000 15,000,000 20,000,000 2009 2010 2011 2012 2013 trésorerie nette Fond de roulement net 2009 2010 2011 2012 2013 Fond de roulement net 11.879.671 11.830.345 14.709.448 16.564.274 18.027.018 Besoin en fond de roulement 13.293.805 12.436.277 14.580.713 16.548.583 13.054.467 trésorerie nette -1.414.134 -605.932 128.735 15.691 4.972.551 • un fond de roulement net (FRN) positif sur la période étudiée et augmente considérablement à partir de 2011 (fusion avec King Sturge SA=> augmentation des capitaux propres) • Un besoin en fond de roulement (BFR) positif également et qui nécessite donc un financement • Une trésorerie nette négative en 2009 et 2010 (excédent de BFR sur le FRN) mais qui tend à s’améliorer à partir de 2011 Analyse de l’équilibre financier
  8. 8. Analyse de la liquidité : current ratio, délai moyen de paiement accordés au client/ obtenus par les fournisseurs « Current ratio » Comparaison des délais moyens clients et fournisseurs • Le crédit client diminue en fin de période • La délai accordé par les fournisseurs augmente fortement : bonne confiance de la part de ceux ci envers JLL. • La comparaison entre les 2 délais implique une situation de trésorerie nette très bonne. Le « current ratio » est très fluctuant sur l’ensemble de la période mais reste très élevé quelque soit l’exercice reflétant la très bonne situation de liquidité de l’entreprise. 0 1 2 3 4 5 6 2009 2010 2011 2012 2013 0 50 100 150 200 250 300 350 400 2009 2010 2011 2012 2013 Délai moyen de paiement obtenu des fournisseurs Délai moyen accordé aux clients
  9. 9. Comparaison avec le Peer group 0 1 2 3 4 5 6 2009 2010 2011 2012 2013 JONES LANG LASALLE Médiane Peer groupe Malgré sa dernière tendance à la baisse, JLL reste beaucoup plus liquide que les autres entreprises faisant partie du Peer groupe.
  10. 10. • JLL a su devenir plus autonome financièrement lors de la reprise économique • JLL se situe toujours au-dessus de ses concurrents  plus grande capacité d’autofinancement 55% 60% 65% 70% 75% 80% 85% 2009 2010 2011 2012 2013 Ratio de solvabilité générale (%) Ratio de solvabilité générale (%) Linear (Ratio de solvabilité générale (%)) Analyse de la solvabilité de JLL 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 2009 2010 2011 2012 2013 Jones Lang Lasalle Moyenne Mediane
  11. 11. • JLL est plus apte à faire face à un endettement supplémentaire (e.g. 2009-2010 malgré la crise qui se ressent) • Forte diminution à partir de 2011 • Idem que pour la solvabilité générale face à ses concurrents, elle a su s’autofinancer Analyse de la solvabilité de JLL 0 5 10 15 20 25 30 35 40 2009 2010 2011 2012 2013 Couverture des fonds des tiers par le cash flow (%) 0 5 10 15 20 25 30 35 40 2009 2010 2011 2012 2013 Jones Lang Lasalle Moyenne Médiane
  12. 12. Analyse de la rentabilité de JLL 0 5 10 15 20 2009 2010 2011 2012 2013 Marge nette sur vente (%) JLL Médiane peer group 0 5 10 15 20 25 2009 2010 2011 2012 2013 Marge brute sur vente (%) JLL Médiane peer group Les marges nette et brute sont positives sur tout la période et fluctuent de la même façon : - Moins bonne année en 2010 suivie d’une augmentation en 2011 grâce à une augmentation des ventes et prestations. - La position de JLL par rapport au peer group varie, surtout de 2010 à 2011. -> Exploitation courante efficace
  13. 13. Analyse de la rentabilité de JLL 0 2 4 6 8 10 12 14 2009 2010 2011 2012 2013 R.O.I. (%) JLL Médiane peer group 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 2009 2010 2011 2012 2013 R.O.E. (%) JLL Médiane peer group - Baisse en 2010 expliquée par une diminution moins grande du dénominateur par rapport au numérateur - Augmentation constante des capitaux propres (dénominateur) - Diminution du bénéfice de l’exercice de 2009 à 2010 pour ensuite quadrupler en 2011 -Evolution inverse tant pour le ROI que le ROE par rapport au peer group due à l’acquisition de King Sturge en 2011, qui a fait fort augmenter les ratios -> Globalement, JLL est rentable
  14. 14. Analyse de la rentabilité de JLL 0 5 10 15 20 25 2009 2010 2011 2012 2013 Cash flow / Capitaux propres (%) JLL Médiane peer group 0.9 0.95 1 1.05 1.1 1.15 1.2 2009 2010 2011 2012 2013 Degré de levier financier JLL Médiane peer group - JLL suit environ la même tendance que celle du peer group, à l’exception de l’année 2013, où son cash flow a diminué -> Bonne capacité d’autofinancement - Degré supérieur ou égal à 1 de 2009 à 2013, ce qui montre que l’endettement de l’entreprise lui procure une certaine rentabilité - Evolutions de JLL et du peer group similaires
  15. 15. Société mère - actif • Goodwill  en moyenne 66,32% et constante augmentation donc nombreuses fusions-acquisitions • Immobilisations financières  augmentation de 37% 0 500 1,000 1,500 2,000 2,500 3,000 2009 2010 2011 2012 2013 Thousands Créances à 1 an et plus Immobilisations financières et autres Immobilisations corporelles Immobilisations incorporelles Goodwill 0 200 400 600 800 1,000 1,200 1,400 1,600 1,800 2,000 2009 2010 2011 2012 2013Thousands Autres actifs circulants Impôts différés Dépenses prépayées "Warehouse receivables" Notes et autres créances Créances commerciales Actifs disponibles Actifs fixes Actifs circulants • Augmentation des actifs disponibles en 2010 pour parer à la reprise économique • Créances commerciales = en moyenne 67,91% et augmente de 84% sur les cinq exercices
  16. 16. Société mère - passif 0 200.000 400.000 600.000 800.000 1.000.000 1.200.000 1.400.000 2009 2010 2011 2012 2013 Accrued liabilities Accrued compensation Short-term borrowings Deferred income Retained earnings • Les bénéfices reportés « retained earnings » augmentent de 138% en 5 ans. • Les charges et rémunérations à payer « accrued liabilities and compensation » sont en hausse constante. • Les produits à reporter « deferred income » augmentent de 170% en 5 ans. • Les dettes à court terme sont elles très variables avec une dernière tendance à la baisse.
  17. 17. -50,000,000 0 50,000,000 100,000,000 150,000,000 200,000,000 250,000,000 300,000,000 2009 2010 2011 2012 2013 Résultat net • Un résultat net en constante amélioration (malgré qu’il ait été négatif en 2009) • Une évolution différente de ce que nous avions pour la société filiale (impact de la crise de la zone euro sur la filiale) Société mère - compte de résultat
  18. 18. -200,000 -150,000 -100,000 -50,000 0 50,000 100,000 2009 2010 2011 2012 2013 Working capital/ in thousands En milliers de $ 2009 2010 2011 2012 2013 Working capital -155.177 -101.471 -47.733 -146.442 65.804 • Un fond de roulement négatif sur toute la période étudiée, excepté en 2013 (=/= de la filiale qui, elle, avait un fond de roulement positif entre 2009 et 2013) • Implique donc qu’une partie des emplois à long terme entre 2009 et 2012 est financée par des ressources à court terme • Autrement dit les dettes à court terme sont supérieures aux actifs circulants • Pourrait se solder par un problème de liquidité Le fond de roulement de la société mère
  19. 19. Société mère - Liquidité au sens large – Current ratio La société mère ne dispose pas d’une très bonne situation de liquidité avant le dernier exercice étant donné que le ratio est > 1. JLL filiale surpasse de loin la société mère et est environ 4 fois plus liquide. Cependant l’écart tend à se résorber comme nous le montre le graphique ci-dessus. 0.86 0.92 0.96 0.91 1.04 3.95 4.96 3.64 4.13 3.01 1 2 3 4 5 JLL société mère JLL filiale
  20. 20. Société mère – solvabilité 40 41 42 43 44 45 46 47 48 2009 2010 2011 2012 2013 Solvabilité générale de JLL Inc. Solvablilté générale de JLL Inc. (en %) Moyenne (en %) 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 2009 2010 2011 2012 2013 Ratio de solvabilité générale JLL Inc. JLL Belgium • A su s’autofinancer correctement durant la reprise économique • Dégradation de la situation en 2011 mais remonte au-dessus de la moyenne les années suivantes • Variations similaires entre la filiale belge et la société mère
  21. 21. Société mère - R.OI. 0 2 4 6 8 10 12 2009 2010 2011 2012 2013 Comparaison R.O.I. JLL JLL Belgium Le ROI de la société mère et de sa filiale ne suivent pas le même schéma : JLL Belgium semble avoir souffert de la crise jusqu’en 2010, mais n’a cependant pas impacter le ratio de la société mère. Par contre, l’entreprise belge connaît un pourcentage qui décolle en 2011 alors que celui de JLL USA ne varie pas fortement.
  22. 22. Société mère - R.O.E. 0 2 4 6 8 10 12 14 2009 2010 2011 2012 2013 Comparaison ROI (%) JLL JLL Belgium -La société mère et sa filiale belge sont toutes deux rentables -Evolutions différentes
  23. 23. Merci pour votre écoute ! JULIEN Marion KAJOUJ Abdelilah RIFFLART Sacha ROUER Alizé

×