Tourisme international et développement durable en milieu aride:
Le rôle complexe de la biodiversité oasienne.
Le cas des ...
Qu’est qu’une oasis ?
Un territoire situé en milieu aride et semi-aride créé par l’Homme (les
précipitations annuelles so...
Situation géographique de l’étudeSituation géographique de l’étude
Conception, réalisation : CEZEUR A., 2006.
I. Particularités du tourisme dans les oasis tunisiennes :
•Tourisme de passage (1,5 nuits en moyenne)
•L’oasis est un poi...
Ces pressions touristiques qui se conjuguent à celles des populations locales remettent en cause
l’équilibre et la durabil...
II. La biodiversité oasienne et proche oasienne : un rôle plurifonctionnel
essentiel dans le fonctionnement du système oas...
III. Tourisme et oasis : quels outils, quelle démarche pour un développement durable ?
Quelques enjeux…
Gérer les ressour...
2. Tourisme oasien: réglementation et participation locale
Réglementation: une nécessité
« On visite une oasis comme on vi...
ConclusionConclusion
Le tourisme actuellement développé dans les territoires oasiens additionné aux comportements des
popu...
ConclusionConclusion
Le tourisme actuellement développé dans les territoires oasiens additionné aux comportements des
popu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

tourisme internationale et développement durable en milieu aride par Professeur: abdelmajid essami

610 vues

Publié le

tourisme international et développement durable en milieu aride :le rôle complexe de la biodiversité le cas des oasis tunisienne

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
610
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
59
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

tourisme internationale et développement durable en milieu aride par Professeur: abdelmajid essami

  1. 1. Tourisme international et développement durable en milieu aride: Le rôle complexe de la biodiversité oasienne. Le cas des oasis tunisiennesLe cas des oasis tunisiennes IntroductionIntroduction Pour que les territoires oasiens acquièrent un certain niveau de développement et intègrent l’économie nationale de la Tunisie, le gouvernement a décidé de mettre en tourisme ses oasis. La nouvelle politique de développement touristique, promulguée lors du changement du 11 novembre 1987 a donné un coup de fouet à ce développement. Néanmoins, aujourd’hui le constat est plutôt sombre. Le tourisme développé dans les oasis est peu ou prou adapté à ces territoires. Il en résulte de multiples impacts économiques, socioculturels et environnementaux, dont certains contribuent à l’érosion de la biodiversité. Face à cette réalité, il fleurit certes tout un questionnement autour du rôle et les effets négatifs du tourisme dans le développement des territoires, mais cette activité mondialisante et mondialisée n’est pas prête de décroître. C’est pourquoi, une réflexion sur les mesures pouvant permettre au tourisme de devenir un instrument de protection de la biodiversité, de l’environnement et plus largement participant au développement durable apparaît plus judicieux et de plus en plus indispensable. Ainsi, de quelles manières le tourisme peut-il devenir un vecteur de développement durable?Ainsi, de quelles manières le tourisme peut-il devenir un vecteur de développement durable?  Ce projet s’intègre dans une thèse de doctorat de géographie, sur le tourisme et le développement durable dans les territoires oasiens, réalisée au c3ed (UMR 063 C3ED (IRD/UVSQ) et conjointement avec l’université de Sousse (UR tourisme et développement, FDSEPS). Par ailleurs la recherche s’insère dans un projet du PNUD Maroc portant sur « la lutte cotre la désertification et la lutte contre la pauvreté et la valorisation des oasis, composante Tafilalet ». Il est question de mettre en exergue les relations entre le tourisme et les territoires oasiens, notamment les impacts du tourisme sur les systèmes oasiens du maghreb. L’objectif de cette recherche est de proposer une démarche et des outils en vue d’un tourisme oasien contribuant au développement durable des oasis.
  2. 2. Qu’est qu’une oasis ? Un territoire situé en milieu aride et semi-aride créé par l’Homme (les précipitations annuelles sont respectivement inférieures à 250 et 500mm par an avec une évapotranspiration extrêmement importante) dont la réalisation n’est possible que par la présence d’eau souterraine. Un milieu bioclimatique artificiel fragile et vulnérable qui est le fruit d’un savoir-faire empirique accumulé à travers des siècles. L’oasis rompt avec l’aridité environnante grâce à la création d’un espace de verdure, telle que la palmeraie. L’espace de verdure, du fait de sa conception et de son fonctionnement, génère un microclimat local plus frais et humide qui permet le développement d’une biodiversité atypique. L’agriculteur, jardinier du désert et gardien de l’héritage oasien, a un rôle primordial dans la durabilité des systèmes oasiens et dans leurs richesses en biodiversité. Le territoire oasien connaît de fortes pressions environnementales: raréfaction de la ressource en eau, désertification, érosion de la biodiversité… L’oasis abrite une société multi-culturelle: nomades, semi-nomades et sédentaires. La société oasienne est marquée par le contraste, la pauvreté et divers conflits (fonciers, d’usage…). Palmeraie de Douz Palmeraie d’El Faouar Palmeraie de Rejim Maatoug
  3. 3. Situation géographique de l’étudeSituation géographique de l’étude Conception, réalisation : CEZEUR A., 2006.
  4. 4. I. Particularités du tourisme dans les oasis tunisiennes : •Tourisme de passage (1,5 nuits en moyenne) •L’oasis est un point de départ, d’arrivé, une étape, pour le tourisme saharien et balnéaire •Sous produit du tourisme balnéaire •Infrastructures massives (forte consommation d’eau, pollution …) •Passage accru de véhicules tout terrain dans les milieux fragiles •Poids des grandes chaînes touristiques nationales et internationales •Faibles retombées locales •Dichotomie tourisme/agriculture •Pas d’activités structurantes au sein de l’oasis, telles que la découverte des savoir-faire locaux, randonnées à thème… Il en résulte:  Un tourisme dans les oasis mais pas un tourisme oasien  Un tourisme générant de fortes pressions sur le système oasien Hôtel de la zone touristique de Douz
  5. 5. Ces pressions touristiques qui se conjuguent à celles des populations locales remettent en cause l’équilibre et la durabilité du système oasien
  6. 6. II. La biodiversité oasienne et proche oasienne : un rôle plurifonctionnel essentiel dans le fonctionnement du système oasien car elle : •Maintient le micro-climat local •Permet la vie en milieu hostile •Assure l’alimentation des populations locales •Procure l’alimentation de nombreux élevages locaux •Génère une source de revenu agricole et artisanal •Joue un rôle culturel pour la société locale (valeur symbolique de la palmeraie, phytothérapie…) •Conditionne l’image touristique et donc permet grâce à sa symbolique le développement touristique •… Une perte de la biodiversité conduit à l’appauvrissement des populations locales et au déséquilibre du système oasien. Il est donc nécessaire de sauvegarder et restaurer la biodiversité oasienne pour un développement durable des territoires oasiens. Comment concilier biodiversité et tourisme et plusComment concilier biodiversité et tourisme et plus largement développement durable et tourisme danslargement développement durable et tourisme dans les territoires oasiens? Quels outils utiliser?les territoires oasiens? Quels outils utiliser? El Faouar
  7. 7. III. Tourisme et oasis : quels outils, quelle démarche pour un développement durable ? Quelques enjeux… Gérer les ressources naturelles, limiter et maîtriser les impacts du tourisme et des populations locales (éducation à l’environnement) Rompre la dichotomie tourisme/agriculture Mettre en place un tourisme oasien durable Etablir un tourisme permettant de diminuer les pressions sur le système oasien: dynamiser la biodiversité, diminuer la pauvreté, la désertification… 1. Gestion des ressources naturelles : Les indicateurs : les données sont souvent partielles et peu fiables dans les pays en développement pour établir des outils de mesures ou appliquer des concepts telle que la « capacité de charge ». L’utilisation des indicateurs comme référence pour la mise en place et le suivi d’un tourisme durable dans les oasis est donc malaisée. L’élaboration d’une stratégie de gestion environnementale à l’échelle du territoire oasien : la stratégie doit être basée sur les réalités locales. Pour ce faire, elle doit être précédée d’un diagnostique territorial, et donc transversal, établie avec les acteurs en question (agriculteurs, professionnels du tourisme, personnels administratifs…) pour qu’ils puissent prendre conscience des enjeux territoriaux. L’agenda 21 local: démarche qui semble satisfaisante pour élaborer une stratégie, mais bien qu’adopté en Tunisie, l’agenda reste encore un projet au stade pilote. De plus, un manque de personnes compétentes pour sa mise en œuvre et son suivi persévère.
  8. 8. 2. Tourisme oasien: réglementation et participation locale Réglementation: une nécessité « On visite une oasis comme on visite un musée » Face à la situation oasienne, mettre en place un label « tourisme oasien » organisé autour d’une charte intégrant l’agriculture et l’artisanat avec, entre autres, des activités liées au tourisme pourrait être un bon moyen de clarifier et réglementer l’activité touristique. Par ailleurs, des actions d’éducation à l’environnement à destination des populations locales, des professionnels du tourisme et des touristes. Les populations locales: forces vives pour un tourisme oasien Les agriculteurs: jardiniers du désert, gèrent la biodiversité oasienne. Il est donc indispensable d’établir avec eux des projets de type agro-tourisme, pour redynamiser l’agriculture chez les jeunes et la diversité agricole. Les artisans: utilisent de nombreuses matières de la biodiversité oasienne et transmettent une image des savoir-faire locaux Les femmes: rôle essentiel dans l’artisanat, (transforment les matières premières, fabriquent des objets, des soins…) Les jeunes: attirés par le tourisme et relation avec le touriste, ils recèlent de nombreuses idées pour des activités touristiques locales. Par ailleurs, les projets ne peuvent fonctionner que par une participation active, des populations locales, à leur élaboration et leur mise en place.
  9. 9. ConclusionConclusion Le tourisme actuellement développé dans les territoires oasiens additionné aux comportements des populations locales nuisent à la biodiversité et plus généralement vont à l’encontre d’un développement durable oasien. Pourtant par son rôle polyfonctionnel, la biodiversité est l’un des paramètres essentiels au maintien en équilibre du système oasien. De plus, elle est primordiale pour le tourisme dans le sud tunisien car elle conditionne l’image idyllique des oasis. Il s’impose donc comme incontournable de maîtriser et diminuer les pressions du tourisme ainsi que ceux des populations locales. Cette nécessité passe par la mise en place d’outils, pour maîtriser et gérer les nuisances, ainsi que d’actions d’éducation à l’environnement. Ceux-ci doivent non seulement être adaptés à la complexité des territoires oasiens mais utilisables pas les populations et acteurs locaux. De surcroît, les outils et les projets doivent être coordonnés au sein d’une même stratégie déterminant et planifiant les actions à entreprendre. Par ailleurs dans un souci de fonctionnement et d’appropriation locale, il semble utile de rappeler l’importance des projets ascendants, de tout type ou forme qu’ils soient. Qui plus est, il apparaît indispensable de développer un réel tourisme oasien basé sur les caractéristiques oasiennes contrôlé par une charte et disposant d’activités structurées autour des particularités locales. Une labellisation « tourisme oasien » serait peut-être la clé à la limitation du développement touristique actuel, et à essor d’un tourisme durable. CEZEUR Adeline a2dsert@aol.com
  10. 10. ConclusionConclusion Le tourisme actuellement développé dans les territoires oasiens additionné aux comportements des populations locales nuisent à la biodiversité et plus généralement vont à l’encontre d’un développement durable oasien. Pourtant par son rôle polyfonctionnel, la biodiversité est l’un des paramètres essentiels au maintien en équilibre du système oasien. De plus, elle est primordiale pour le tourisme dans le sud tunisien car elle conditionne l’image idyllique des oasis. Il s’impose donc comme incontournable de maîtriser et diminuer les pressions du tourisme ainsi que ceux des populations locales. Cette nécessité passe par la mise en place d’outils, pour maîtriser et gérer les nuisances, ainsi que d’actions d’éducation à l’environnement. Ceux-ci doivent non seulement être adaptés à la complexité des territoires oasiens mais utilisables pas les populations et acteurs locaux. De surcroît, les outils et les projets doivent être coordonnés au sein d’une même stratégie déterminant et planifiant les actions à entreprendre. Par ailleurs dans un souci de fonctionnement et d’appropriation locale, il semble utile de rappeler l’importance des projets ascendants, de tout type ou forme qu’ils soient. Qui plus est, il apparaît indispensable de développer un réel tourisme oasien basé sur les caractéristiques oasiennes contrôlé par une charte et disposant d’activités structurées autour des particularités locales. Une labellisation « tourisme oasien » serait peut-être la clé à la limitation du développement touristique actuel, et à essor d’un tourisme durable. CEZEUR Adeline a2dsert@aol.com

×