Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

courstechnologie-210805200446.pdf

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
ISTP-Fès
Cours de la technologie
du bâtiment
ISTP-Fès
Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès
Année universitaire 2014-2015 1
Sommaire
Chapitre I: généralités de bâtiment....
Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès
Année universitaire 2014-2015 2
b) Semelles filantes en béton armé sous murs ...
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 46 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus récents (20)

Publicité

courstechnologie-210805200446.pdf

  1. 1. ISTP-Fès Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès
  2. 2. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 1 Sommaire Chapitre I: généralités de bâtiment.............................................................................................3 I) Les différents types de bâtiment :...........................................................................................3 II) Les différentes fonctions d’un bâtiment :.............................................................................3 III) Les éléments constitutifs d’un bâtiment.............................................................................4 IV) Les différents intervenants dans l’acte de construire :........................................................5 1) Le maître d’ouvrage :........................................................................................................5 2) Le maître d’œuvre :............................................................................................................5 3) Bureaux des études techniques : ........................................................................................5 4) Bureau de contrôle : ...........................................................................................................6 5) Entrepreneur :.....................................................................................................................6 V) Les étapes de réalisation d’un projet de bâtiment :...............................................................7 a) Les études d'esquisse(ESQ) : ...................................................................................7 b) Avant-projet sommaire :...........................................................................................7 c) Avant-projet détaillé :...............................................................................................7 d) Etudes de projet :......................................................................................................8 Chapitre II : Les gros œuvres .....................................................................................................9 I) I 'implantation :...................................................................................................................9 II) Les terrassements : ...........................................................................................................9 1) Nature des travaux de terrassement :...........................................................................9 2) Terminologie de terrassement : .................................................................................10 3) Les engins de terrassement :......................................................................................11 4) Les travaux de terrassement.......................................................................................12 III) Les fondations :..................................................................................................................13 1) Les différents types de fondation :.............................................................................14 2) Importance de La reconnaissance des sols : ..............................................................14 a) Moyen de la reconnaissance des sols:....................................................................14 b) Capacité portante ou limite de compression du sol 𝛔𝐜 : ........................................15 c) Choix du type de fondations suite à la reconnaissance des sols : ..........................15 3) Les fondations superficielles: ....................................................................................15 a) Principe de dimensionnement: ...............................................................................15 b) Fondation par plots et longrines.............................................................................16 a) Les semelles isolées sous poteaux:.........................................................................18
  3. 3. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 2 b) Semelles filantes en béton armé sous murs :..........................................................20 c) Semelle filante sous poteaux :................................................................................21 d) Longrine ou poutre de redressement :....................................................................21 e) Radier général ........................................................................................................21 4) FONDATIONS PROFONDES : ...............................................................................22 a) Les puits: ................................................................................................................22 b) Les pieux :..............................................................................................................23 c) Les parois moulés...................................................................................................26 5) Les dessins de fondations ..........................................................................................26 a) Plan de fondation :..................................................................................................27 b) Coupes verticales: ..................................................................................................27 IV. Les murs .............................................................................................................................27 1) FONCTIONS DES MURS :......................................................................................28 Annexe......................................................................................................................................43
  4. 4. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 3 Introduction La technologie est un ensemble de savoir et de pratiques dans un domaine, fondé sur des principes scientifiques. Un bâtiment est une construction réalisée par intervention humaine, destiné à servir d’abri pour des personnes, des biens, ou des activités. Ainsi : La technologie du bâtiment est l’ensemble des méthodes et techniques dans le domaine du bâtiment Chapitre I: généralités de bâtiment I) Les différents types de bâtiment : Selon l’usage :  Bâtiment à usage d’habitation : maisons, villa, immeuble d’habitation, hôtels…  Bâtiment à usage administratif : les ministères,les lycées les collèges et les facultés…  Bâtiment à usage industriel :les silos,… Selon le matériau de l’ossature :  Bâtiment en béton armé  Bâtiment en structure métallique  Bâtiment en structure mixte II) Les différentes fonctions d’un bâtiment : Fonction mécanique : le bâtiment doit reprendre les charges qui lui sont appliquées.Cette fonction doit être assurée pour chaque élément porteur constituant le bâtiment. Fonction séparation : les séparations permettent d’isoler des groupes humains élémentaires à chaque niveau, et de leur attribuer un certain volume nécessaire pour satisfaire leurs activités. On obtiendra ainsi des appartements, des bureaux, des salles de réunion… Le volume principal est ensuite scindé en différents volumes secondaires par le biais d’éléments fixe ou mobile(Cloisons). Fonction isolation : Le bâtiment doit permettre la protection contre le froid, la chaleur, l’humidité, le bruit. On distingue deux types d’isolation :  Isolation thermique :Elle vise à conserver la chaleur (ou la fraicheur) a l’intérieur du bâtiment: Empêcher la chaleur de s’évacuer des logements chauffés en hiver et l’empêcher de pénétrera l’intérieur en été.
  5. 5. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 4  Isolation acoustique : vise à éviter la propagation du bruit de l’extérieur vers l’intérieur du bâtiment et entre ses différentes parties (niveaux et chambres) Fonction ensoleillement: Il faut que le bâtiment Assure à ses habitants un éclairage naturel. Ainsi il faut bien étudier son orientation vis-à-vis le soleil etprévoir la position des vitres pour permettre l’entrée des rayons solaire. Fonction esthétique : Fonction esthétique : le bâtiment doit avoir un aspect extérieur et intérieur convenable.Cette fonction influera sur les lignes générales du bâtiment ainsi que son environnement ; Fonction circulation : Le bâtiment doit permettre la circulation des personnes physiques entre ses différents espaces : Horizontalement avec des Couloirs et Verticalement à l’aide des escaliers et de l’ascenseur, il doit aussi permettre la circulation des énergies (alimentation diverses Chaude et froide, gaz, électricité…) et de l’air (recevoir l’air neuf et évacué l’air Pollué) III) Les éléments constitutifs d’un bâtiment Les fondations : L’ensemble des ouvrages enterrés sur lesquels repose le bâtiment.Ce sont des ouvrages de transition entre un élément porteur et le sol .Elles permettent de transmettre les charges du bâtiment au sol. Les poteaux : élément vertical porteur. Il assure la transmission verticale des charges d'une structure soit à un autre élément porteur, soit à la fondation. Les voiles : une paroi verticale en béton armé réalisée directement à son emplacement définitif dont le rôle est de reprendre une partie de charges apportées par les planchers et de participer au contreventement C’est un élément porteur dont l’épaisseur reste en tout point petite parrapport aux autres dimensions (parois d’un réservoir par exemple); Les poutres :élément horizontal permettant de libérer de l’espace, destiné à reprendre les charges apportées par le plancher. Les poutres peuvent prendre appuis sur des poutres plus conséquentes ou des poteaux. Les planchers : plaque horizontale dont l’épaisseur est petite par rapport à ses dimensions en plan. Le plancher constitue une séparation entre deux niveaux d’un bâtiment et permet de reprendre les charges qui lui sont appliqué et les transmettre aux poutres.
  6. 6. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 5 IV)Les différents intervenants dans l’acte de construire : 1) Le maître d’ouvrage : Définition: Personne physique ou morale pour le compte de qui les travaux ou les ouvrages sont exécutés. Le rôle du maître d’ouvrage :  Exprimer ses besoins de construction,  Acquérir un terrain et, réaliser les opérations d’investissement nécessaires.  Choisir le maître d’œuvre, le BET,le bureau de contrôle et l’entrepreneur.  Il doit assurer un suivi et contrôle des travaux (le maître d’ouvrage peut aussi prendre une maitrise d’ouvrage délégué qui le représentera pour le suivi des travaux). Exemples:  Maitre d’Ouvrage privé : Particulier, promoteur, constructeur.  Maitre d’Ouvrage public : ministères, agences publics, offices. 2) Le maître d’œuvre : Définition : Personne physique ou morale qui, pour sa compétence, est chargée par le maître d’ouvrage, de diriger la réalisation de l’ouvrage Le rôle du maitre d’œuvre  Concrétiser les besoins du maitre d’ouvrage en S’assurant que l’opération est réalisable et compatible avec le terrain.  Concevoir, représenter, décrire et évaluer l’ouvrage (plan, dessin, devis estimatif, spécification technique…).  Coordonner les études techniques complémentaires nécessaires à la réalisation de l’ouvrage. Exemple de MO :  Maitre d’œuvre privée : Architecte, BET, entrepreneur  Maitre d’œuvre public : Service technique public.  Maitre d’œuvre public interne : service technique du même maitre de l’ouvrage  Maitre d’œuvre public externe : si besoin technique 3) Bureaux des études techniques : Définition : Organisme chargé d’étudier sur le plan technique le projet du maître d’œuvre, afin de garantir la résistance mécanique et la stabilité des ouvrages ainsi que le bon fonctionnement des équipements techniques. Rôle du BET :  Etablir toutes les notes de calculs nécessaires au dimensionnement de l’ouvrage (plan d’exécution)  Préparer les plans d’exécutions :  Plans de béton armé (plan de coffrage, plan de ferraillage).  Plan de fondation  Plan d’électricité
  7. 7. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 6  Plan d’installation sanitaire  Plan de menuisier Exemple de BET :  BET calcul des structures en béton armé,  BET Spécialisé dans l’électricité, la plomberie dans l’acoustique etc. … 4) Bureau de contrôle : Définition : Organisme habilitée à assister des maîtres d'ouvrage. Ils vérifient d'une part, la conformité des solutions proposées par le B.E.T. avec la réglementation en vigueur et d'autre part, leur mise en œuvre sur chantier. Le rôle du bureau de contrôle :  Vérifie la conformité des solutions proposées par le B.E.T. avec la réglementation en vigueur  Vérifie la conformité des matériaux avec les prescriptions du CPS travaux  Vérifier la conformité des ouvrages aux plans d’exécution  Rédige les procès-verbaux de la réception 5) Entrepreneur : Définition : Personne physique ou morale qui a la charge de réaliser les travaux ou les ouvrages aux conditions définies dans les pièces du marché. Il faut différencier les :  Entreprises générales : qui répond à la totalité du marché pour réaliser l’ouvrage. Elle est titulaire d’un marché unique avec le maître d’ouvrage.  Entreprises groupées : C’est le groupement d’entreprises pour un projet ponctuel. Chaque entreprise remet un devis sur sa partie à un mandataire qui assure la coordination du groupement.  Entreprises séparées : Chaque entreprise étudie séparément une partie de l’ouvrage correspondant à son corps d’état. Il y a autant d’entreprises que de lots donnés lors de l’appel d’offre. Rôle de l’Entrepreneur:  Exécuter les travaux en mettant en œuvre les moyens : o En personnelle : ingénieur, cadre technicien, conducteur des travaux, chef de chantier, ouvriers… o Matériaux : ciment, béton, brique, hourdis, acier… o Matériels : grue, échafaudage, coffrage, bétonnière, camions…  Organisation du chantier  Choix des méthodes d’exécution  L’entreprise réalise son propre planning d’exécution (dessin des plans d’installation du chantier, commandes des matériaux)  Elle fait le bilan global à la fin du chantier ainsi que la comparaison à la réalité (cela permet de mettre à jour sa bibliothèque de prix)
  8. 8. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 7 V) Les étapes de réalisation d’un projet de bâtiment : a) Les études d'esquisse(ESQ) : Les études d'esquisse ont pour objet :  De proposer une ou plusieurs solutions d'ensemble  D’indiquer les délais de réalisation  D’examiner la compatibilité de ces solutions avec l'enveloppe financière du projet  De vérifier la faisabilité de l'opération au regard des différentes contraintes du projet et du site. b) Avant-projet sommaire : Les études Avant-projet sommaire ont pour objet :  De préciser la composition générale en plan et en volume du projet;  D'apprécier les volumes intérieurs et l'aspect extérieur de l'ouvrage ;  De proposer les dispositions techniques pouvant être envisagées ;  De préciser le calendrier de réalisation  D'établir une estimation provisoire du coût prévisionnel des travaux. c) Avant-projet détaillé : Les études d'avant-projet définitif (APD) ont pour objet :  De déterminer les surfaces détaillées de tous les éléments du programme ;  D'arrêter en plans, coupes et façades les dimensions de l'ouvrage, ainsi que son aspect  De définir les principes constructifs, les matériaux et les installations techniques ;
  9. 9. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 8  D'établir l'estimation définitive du coût prévisionnel des travaux, décomposés en lots séparés ;  De permettre au maître de l'ouvrage d'arrêter définitivement le programme ;  De permettre l'établissement du forfait de rémunération dans les conditions prévues par le contrat de maîtrise d'œuvre. d) Etudes de projet : Les études de projet [PRO] ont pour objet :  De préciser par des plans, coupes et élévations, les formes des différents éléments de la construction, la nature et les caractéristiques des matériaux et les conditions de leur mise en œuvre ;  De déterminer l'implantation, et l'encombrement de tous les éléments de structure et de tous les équipements techniques ;  De préciser les tracés des alimentations et évacuations de tous les fluides ;  D'établir un coût prévisionnel des travaux décomposés par corps d'état, sur la base d'un avant-métré ;  De permettre au maître de l'ouvrage, au regard de cette évaluation, d'arrêter le coût prévisionnel de la réalisation du projet  De déterminer le délai global de réalisation de l'ouvrage.
  10. 10. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 9 Chapitre II : Les gros œuvres I) I 'implantation : L’implantation permet de matérialiser sur le terrain les grandes lignes de la construction par l'intermédiaire des chaises d’implantation. II) Les terrassements : Ce sont les travaux qui se rapportent à la modification du relief d’un terrain. Cette modification du sol est réalisée par l’exécution de déblais et de remblais. 1)Nature des travaux de terrassement : Les déblais et remblais représentent également les terres extraites ou accumulées d’un terrassement.
  11. 11. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 10 2)Terminologie de terrassement : Terrain naturel: expression utilisée pour désigné la configuration du terrain avant les travaux de terrassements La terre végétale: couche superficiel du terrain naturel. Les fouilles : excavations réalisées dans le sol Le talu : l’inclinaison, donnée aux parois des terres pour éviter leur effondrement. Il dépend de la nature des terres. Le cubage ou la cubature : volume des terres déplacées lors des opérations de terrassement. Fouille en pleine masse : un terrassement général de la surface à construire, dont la profondeur est limitée, par exemple, au niveau du sol des caves de la construction. Fouille en rigole ou en tranchée : une excavation longitudinale destinée à recevoir les maçonneries, les fondations les canalisations etc….
  12. 12. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 11 Fouille en puits : c’est un terrassement de petite surface et de grande profondeur. (Fouilles exécutés pour l’établissement des fondations de piliers isoles, par exemple) Puisard : c’est un trou de 1m de profondeur environ on l’installe en un point bas de la fouille, vers lequel convergent toutes les eaux de pluie ou d’infiltration drainées par la fouilles. Du puisard, l’eau est évacuée par pompage à l’extérieur de la fouille. 3)Les engins de terrassement :
  13. 13. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 12 4)Les travaux de terrassement Le décapage :il consiste à enlever la terre végétale sur une profondeur d’au moins 20 cm sur toute la surface à terrasser. Cette opération s’effectue à l’aide de la niveleuse ou le scraper. L’excavation:c’est l’extraction des terres (les déblais) Elle s’effectue à l’aide d’une pelle
  14. 14. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 13 L’évacuation :Transport des terres extraites hors du chantier à l’aide des camions à benne ou les tombereaux Le nivellement: la remise du terrain à un seul niveau sur toute la surface de la fouille .il s’effectue à l’aide de la niveleuse L’arrosage :consiste à arroser le terrain avec de l’eau et à l’aide d’un camion citerne Le compactage: un passage sur terrain par compacteur qui vise à réduire les vides entre les grains de la couche compactée Etayage (ou blindage) des fouilles : Lorsque la profondeur d’une fouille est importante, il est utile, voire nécessaire, d’étayer les terres, pour prévoir les éboulements et les risques d’accident d’une part et, d’autres part, pour diminuer l’emprise de l’excavation Exemple : quelques de techniques de blindage III) Les fondations : Un ouvrage, quelque soit sa forme et sa destination, prend appui sur un sol d'assise et lui transmet un ensemble de charges. Les éléments qui jouent le rôle d'interface entre la structure porteuse et le terrain constituent les fondations.
  15. 15. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 14 Adaptées à la fois à l'ouvrage et à la nature du sol, elles prennent des formes pour assurer une bonne répartition des contraintes. 1) Les différents types de fondation : Les types les plus courants de fondations sont classés suivant leur degré de profondeur : Les fondations superficielles: descendent à une faible profondeur sous le sol de la construction, tels que:  semelle filante sous mur porteur  Semelle isolé sous poteau  Plots et longrine  les radiers ou semelle flottante Les fondations semi-profondes sont constituées par des massifs en béton ou béton armé coulés en pleine fouille Leur profondeur est comprise entre 2 et 6m.tel que : les Fondation sur puits Les fondations profondes s'étendent à plus de trois mètres de profondeur sous le bâtiment, comme les pieux. 2)Importance de La reconnaissance des sols : Avant de construire un bâtiment, il est indispensable de savoir ce que recèle le sol. En effet, tout sol naturel n'est pas constructible. Par exemple, une argile est dure lorsqu'elle est sèche et molle une fois mouillée. a) Moyen de la reconnaissance des sols:  Méthodes géotechniques: Ce sont des méthodes qui utilisent la conductivité de la terre en matière de courant électrique, magnétique ou d'ondes sonores (méthode sismique). Elles permettent de reconnaître depuis la surface les différentes couches contenues dans le sous sol.  Essais en laboratoire:
  16. 16. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 15 Des échantillons de sol en place sont prélevés (carottes) et analysés en laboratoire. Les essais de cisaillement, triaxial, de masses volumiques, de granulométrie, d’Atterberg, d'oedomètre, ..., permettent de dégager un certain nombre d'informations sur le sol.  Essais in-situ (sur le site): Ces essais assez rapides permettent de dégager certain nombre de paramètres en testant directement le sol sur place, à partir de la surface ou dans un forage Exp: le pénétromètre statique ou dynamique b) Capacité portante ou limite de compression du sol 𝛔 𝐜 : Un des buts de la reconnaissance géotechnique est la détermination de la pression maximale supportée par le sol en compression. On la note généralement 𝛔 𝐬 ou 𝛔 𝐜ou encore 𝒒𝒂. Chaque catégorie de sol à une pression limite particulière:  Roches saines: σ c = 3 à 10 MPa  Roches sédimentaires: σ c = 1 à 4 MPa  Schistes argileux: σ c = 0,2 à 0,6 MPa  Sable dense: σ c = 0,1 à 0,3 MPa  Sable lâche: σ c < 0,1 MPa  Argiles fermes: σ c = 0,075 à 0,6 MPa  Argiles molles: σ c < 0,075 MPa c) Choix du type de fondations suite à la reconnaissance des sols : La capacité portante permet de choisir le type de fondations à employer. Si le sol est suffisamment portant, on utilisera des fondations superficielles souvent plus économiques. Si le sol est mauvais, on ira s'appuyer sur les couches meilleures et plus profondes avec des fondations profondes. 3)Les fondations superficielles: Les fondations superficielles sont utilisées lorsque le sol est suffisamment portant en surface. Si la surface de la semelle calculée est trop importante, il est alors nécessaire de changer de méthode. a) Principe de dimensionnement: Les semelles de fondations sont dimensionnées à partir des résultats de la descente de charges (poids total N qu'elles supportent) et de la résistance à la compression du sol σ c. En fait, les efforts dans la semelle se transmettent sous forme de bielles qui homogénéisent la pression de la fondation sur le sol.
  17. 17. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 16 b) Fondation par plots et longrines Dans les cas de bon sol (cas courants) et de charges peu élevées (cas des simples maisons), on peut asseoir les murs porteurs ou non du bâtiment sur des rigoles en gros béton faiblement dosé (250 kg/m3). Ces longrines travaillent uniquement en compression. Un plot :est un bloc de béton non armé ou peu armé sur lequel reposent les extrémités des longrines. Une longrine: est une poutre préfabriquée en béton armé qui sert de fondation aux murs. On distingue deux types de longrine: La longrine de rive :établie sous les murs de façade Elle est munie d’une partie saillante appelée becquet.
  18. 18. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 17 La longrine intermédiaire:établie sous les murs de refend Détail d’une liaison longrine/plot :
  19. 19. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 18 Avantages de la technique de fondation par plots et longrines : Le principe de fondations par plots et longrines simplifie les travaux de terrassement limités à l’exécution des fouilles isolées pour les plots et réduit les temps d’exécution par l’emploi d’éléments préfabriqués a) Les semelles isolées sous poteaux: Sous les poteaux, on est obligé de placer des semelles isolées en béton armé ayant de préférence la forme du poteau (carré, rectangulaire, rond, ...) Cette semelle travaille à la fois en flexion et en compression. Des armatures y sont incorporées afin de lutter contre la traction engendrée par cette flexion.
  20. 20. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 19 Armatures: Les armatures sont placées dans les deux sens. Elles sont calculées à l'aide des règles BAEL et dans chacune des directions. Liaison avec un poteau: Les aciers du poteau doivent être solidaires de la semelle. Soit ils sont posés au fond de la fondation avant le coulage du béton, soit ils sont liaisonnés avec des aciers en attente.
  21. 21. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 20 b) Semelles filantes en béton armé sous murs : Lorsque la simple rigole en béton n'est pas suffisante, il est nécessaire de construire un ouvrage plus large mais qui va travailler également en flexion. Il faut donc y incorporer des armatures. Ce genre de semelle est appelée semelle filante. Elle est coulée dans un coffrage posé en fond de fouille sur un béton de propreté comme les semelles sous poteaux. Semelles filantes en béton armé sous mur non armé : Semelles filantes en béton armé sous mur armé :
  22. 22. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 21 c) Semelle filante sous poteaux : d) Longrine ou poutre de redressement : Lorsque la longrine est placée entre deux semelles, une semelle centrée et une semelle excentrée, elle est appelée poutre de redressement ou longrine de redressement. Elle sert concrètement à plaquer la semelle excentrée pour éviter tout déplacement. Elle se coule normalement en même temps que la semelle car son ferraillage est ancré dans la semelle. e) Radier général Le radier général: fondation en béton armé constitué d’une dalle pleine répartie sous l’ensemble de la construction.
  23. 23. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 22 Le radier général peut être constitué :  Soit par une simple dalle épaisse : c’est un radier dalle.  Soit par des poutres longitudinales et transversales liant les poteaux et soutenant une dalle plus mince : c’est radier nervuré La technique de fondation par radier peut être adoptée lorsque :  le sol est peu résistant mais homogène.  la surface de la construction est petite par rapport à sa hauteur ou à son poids (gratte_ ciel, silos,..).  L’ossature a une trame serrée (poteaux rapprochés).  la surface des semelles isolées ou continues est très importante (supérieure ou égale à 50 % de l'emprise du bâtiment)  on veut obtenir un sous- sol étanche pour une construction assise dans une nappe d’eau souterraine. 4)FONDATIONS PROFONDES : Lorsque le bon sol se trouve à plusieurs mètres(>3m) de profondeur il serait coûteux de descendre des fondations classiques à la profondeur voulue à cause :  du volume de terres à enlever ;  des étayages à mettre en place ;  de la difficulté d’exécution de telles fouilles. On fait alors reporter la charge sur le bon sol par des points d’appui séparés. On distingue deux procédés : a) Lespuits: On creuse des « puits » de1 m au moins de diamètre jusqu’au bon sol et on les remplit d’un béton non armé ou armé qui sert de fondation ;
  24. 24. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 23 b) Les pieux : Lorsque le bon sol ou sol d’assise est loin de la surface, on enfonce dans le sol des éléments en béton armé d’un diamètre de +/- 40 cm et d’une longueur pouvant atteindre plus de 20 m si nécessaire. Les types des pieux : Les pieux battus :sont réalisés à partir d'éléments préfabriqués qui sont ensuite battus en force dans le sol. Les pieux foncés: Les pieux foncés sont des pieux réalisés à partir d'éléments préfabriqués, qui sont ensuite enfoncés dans le sol à l'aide d'un vérin.
  25. 25. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 24 Les pieux vissés : Une tôle en acier dont l'extrémité inférieure est fermée, est mise en place sous l'action combinée d'un couple de torsion et d'une charge axiale. A sa base, le tube est muni d'une tête de forage en acier en forme de spirale. Les pieux battus moulés : Un tube métallique appelé tube coffrant, donc la base est provisoirement obturée, est enfoncé dans le terrain au moyen d'un marteau pneumatique agissant sur la tête du tube. Une cage d'armature constituée de barres verticales entourée d'une spire ou d'étriers est mise en place à l'intérieur du tube. L'opération de bétonnage peut alors commencer, le béton est déversé à l'intérieur du tube et compacté par damage alors que l'on retire simultanément le tube coffrant. Pieux forés : Généralement utilisés pour des pieux de grand diamètre (0,75 - 1,80m).Les pieux forés sont réalisés par excavation de matériaux puis coulage de béton dans le sol. Suivant la nature des terrains traversés, il existe de nombreuses techniques de forage. Différents outils sont utilisés selon la dureté des sols (tarière creuse, etc.). Dans le cas de sols de faible cohésion, un tubage ou l'utilisation de boues permet d'assurer la tenue des terres durant les opérations de forage
  26. 26. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 25 Pieux forés sous boue La stabilité de la tranchée pendant les opérations de forage, de ferraillage et de bétonnage est obtenue avec un fluide de perforation appelé boue. La boue est fabriquée avec de la bentonite. Elle forme sur les parois de l’excavation un dépôt étanche appelé cake qui lui permet d’assurer la pression hydrostatique qui s’oppose à l’éboulement des parois. Pieux forés tubés Pieux à la tarière continue
  27. 27. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 26 Les micropieux:des pieux de faible diamètre réalisés par forage puis injection d'un coulis de ciment. Remarque : Des longrines liant en tête des pieux etdes puits assurent aux éléments supérieurs une assise stable et plane. c) Les parois moulés Une paroi mouléeest un mur en béton armé coulé dans le sol. Le principe est de creuser une tranchée, constamment tenue pleine de boue durant l'excavation, puis de couler du béton dedans. 5)Les dessins de fondations Les dessins de fondations précisent la forme et la disposition des ouvrages enterrés supportant la construction (semelles, plots, longrines,…). Ils servent :  à établir la cubature des déblais,  à implanter en vue d'effectuer les terrassements.
  28. 28. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 27 Ils comprennent généralement:  un plan de fondations (échelle 1/100° ou 1/50°),  des coupes verticales partielles (échelle 1/50° ou 1/20° ou 1/10°). a) Plan de fondation : Il s’agit d’une coupe horizontale réalisée sur l’ensemble du bâtiment, où l’on représente les fondations. b) Coupes verticales: On dessine en principe autant de coupes verticales qu’il y a de semelles différentes. IV. Les murs Définition : un mur est une Paroi verticale ayant généralement un rôle mécanique (mur porteur, mur de soutènement) ou servant à diviser un espace clos. Dans les immeubles de conception moderne les murs sont en quelque sorte des cloisons aux caractéristiques bien définies s’incorporant dans une ossature porteuse .Cette ossature en béton armé ou en construction métallique, fait appel aux murs pour réaliser son contreventement.
  29. 29. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 28 Il convient de noter que la plupart des petits bâtiments (habitation, petites écoles, etc.) Peuvent être avantageusement construits avec des murs porteurs. En effet, la construction d’une ossature en béton armé coûte chère : elle demande une abondante main d’œuvre qualifiée et nécessite des matériaux onéreux : acier et le ciment. En général : Murs >15 cm >Cloisons 1)FONCTIONS DES MURS : Les murs doivent remplir certaines fonctions et en permettre d’autres. Ils doivent notamment : 1. clore visuellement. 2. Permettre l’ensoleillement. 3. Permettre la circulation des personnes et parfois des véhicules. Nous allons créer des baies pour les portes. 4. Apporter un aspect esthétique acceptable, Nous veillerons donc aux formes et couleurs harmonieuses, dans le respect du site, par des type d’enduits colorés et d’appareillages de brique appropriés. 5. Porter les charges permanentes Poids propre, plancher et couverture, ainsi que les surcharges sur plancher et les surcharges climatiques. 6. Isoler thermiquement l’habitation Nous pourrons améliorer l’isolation thermique à l’aide des murs creux et d’isolant d’épaisseur suffisante 7. Isoler phonétiquement l’habitation, Nous devrons veiller à obtenir une masse suffisante du mur pour empêcher la pénétration des bruits extérieurs dans l’habitation et la transmission des bruits des chocs. 8. Assurer Etanchéité de l’habitation. La pose d’un enduit hydrofuge assurera une étanchéité absolue à la pluie. Les remontées d’humidité seront stoppées par un écran étanche. 9. Résister à la poussée du vent Dans un site exposé, un mur peut subir une pression de 0.70daN/m² La pose d’un chaînage renforcera la résistance du mur. 10. Résister au feu. 11. Etre durable et économique. 2)les différents types des murs : 2.1) Type de mur selon la position sur le terrain :  Murs de façade : Le plus souvent parallèles a la rue, ils comportent des ouvertures : portes et fenêtres  Murs pignons : Le plus souvent perpendiculaires aux murs de façade, ils ont généralement la forme de la toiture (droite ou en pointe). Comportant moins de baies que les murs de façade  Murs mitoyens Dans les agglomérations il n’est pas rare qu’un pignon appartienne à deux propriétaires. Il est alors mitoyen.  Murs de façade arrière : Souvent parallèle aux murs de façade, ces murs sont moins esthétiques que les murs de façade sur rue. ils supportent les même charges que les murs de façade et par fois des conduites de fumée et gaine diverses.  Murs de refend : Mur séparatif et porteur souvent perpendiculaire au murs de façades.
  30. 30. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 29  Murs d’échiffre : Ils sont destinés à supporter les escaliers  Murs de clôture : mur construit pour délimiter les propriétés, Les murs de clôture sont constamment exposés aux intempéries. Ils doivent être recouvert d’un couronnement ou chaperon. Ce chaperon est destiné à empêcher les eaux de pénétrer dans le mur.  Murs gouttereau: Mur situé sous l’égout d’un pan de toiture Remarque : on peut définir d’autre type de mur  Murs aveugle : Mur ne comportant aucune ouverture.  Mur de soutènement : Mur placé pour résister à la poussé des terres contre lesquelles il se trouve.  Voile: Mur en béton armé. 2.2) Types de mur selon la composition en paroi : a. Mur simple : ou mur plein, c’est un mur constitué d’une seule paroi b. Mur double : appelé aussi mur composite c’est un mur constitué de deux parois .il y’a plusieurs types de mur double :  Mur double avec lame d’air : C’est un mur à double parois constitué :  d’une paroi extérieure.  d’un vide intermédiaire.  d’une paroi intérieure
  31. 31. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 30 Remarque :  C’est le type classique de mur utilisé pour les habitations, villas, immeubles, écoles, clinique … .  Le rôle essentiel du vide intermédiaire est d’empêcher le passage par contact de l’humidité extérieure vers la paroi intérieure.  Les crochets de liaison entre paroi intérieure et extérieur , prévus au nombre de 5 par m2, sont places dans les joints, horizontalement ou en pente vers l’extérieur, de façon a ce que l’eau de pénétration soit rejetée vers l’extérieur.  Une couche isolante est parfois ajoutée dans ce vide afin d’obtenir une meilleure isolation thermique.  Mur double sans lame d’aire Il comprend : - Une paroi intérieure - une paroi extérieure - Un isolant thermique entre les deux Remarque : s’il ya une différence considérable en épaisseur entre les deux parois on parle d’un mur avec cloison de doublage
  32. 32. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 31 Mur double mur avec cloison de doublage 2.3) Types de mur selon le mode de mise en œuvre : a) Mur réalisé en maçonnerie: C’est un mur obtenu par juxtaposition de blocs (moellons, agglomérés, briques) généralement assemblés avec un mortier de ciment. b) Les murs en béton armé coulé sur place (les voiles) C’est un mur réalisé sur place par coulage du béton dans un coffrage comportant les armatures de ferraillage c) Les murs préfabriqués Il existe plusieurs types des murs préfabriqués, ils sont le plus souvent composés :  De deux poteaux en béton armé, comportant sur deux faces des rainures dans lesquelles sont glissées les plaques préfabriquées qui forment le corps du mur  Des Parois en béton armé ou non armé
  33. 33. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 32 Remarque :  Les murs préfabriqués ont l’avantage d’être montés beaucoup plus rapidement que les murs en maçonnerie ou en béton armé coulé sur place  Quelque soit le type de mur choisi, il est indispensable de placer un feutre bitume a sa base pour arrêter l’humidité ascendante. 3)La maçonnerie et son appareillage : Quelques définitions relatives à la maçonnerie La maçonnerie: est un assemblage de bloc et de mortier.les blocs peuvent être en pierre naturelle, en brique, en aggloméré… Le mortier: mélange réalisé avec un granulat fin, un liant hydraulique (ciment) et de l’eau. Moellon: Bloc de pierres taillées utilisé pour la construction des murs. Aggloméré: bloc préfabriqué en béton, creux ou plein. Brique élément de construction à base d’argile cuite aux formes et utilisation très variables. 3.1) Les appareillages de la maçonnerie: a) Définition de l’appareillage : L’appareillage est la façon dont les blocs (pierres naturelle, brique ou aggloméré) sont disposés dans un mur ou cloison. b) Terminologie d’appareillage Une brique est dite panneresse lorsqu’elle est posée en long dans une maçonnerie. Elle est dite en boutisse lorsqu’elle est posée perpendiculairement au parement, de manière à ne montrer que son petit côté.
  34. 34. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 33 b) Rôle de l’appareillage Un appareillage doit :  assurer une bonne liaison à la maçonnerie.  assurer une bonne répartition des charges.  donne un effet esthétique dans le parement des murs. c)Condition d’un bon appareillage: L’appareillage de la maçonnerie doit satisfaire à plusieurs conditions: 1. Les murs doivent être plans. 2. Les assises doivent être horizontales. 3. Les briques ou blocs mis en œuvre doivent avoir un aspect sain et sans cassure importante. 4. les joints verticaux sont décalés entre assises contiguës. 5. aux croisements et aux jonctions, il faut que l’appareillage assure la liaison entre murs perpendiculaires. 6. l’emploi de différents types de matériaux dans une même maçonnerie doit être évité. 7. tous les joints horizontaux et verticaux sont remplis de mortier, les joints ont une épaisseur uniforme de 8 à 12 mm d)Exemple d’appareillage : appareil croisé Les assises de boutisses et de panneresses alternent. 3.2 Dispositions constructives pour les murs réalisés en maçonnerie a) Liaison béton- maçonnerie: La liaison entre les éléments en béton et les murs en maçonnerie posent certains problèmes liés à la nature du béton: 1) Le retrait du béton : c’est-à-dire une réduction dimensionnelle due essentiellement à l’évaporation de l’eau excédentaire interne qui est de l’ordre de 3‰
  35. 35. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 34 2) Sensibilité aux variations de température: Raccourcissement en cas de refroidissement et dilatation dans le cas d’un réchauffement. Pour remédier à ce problème il faut :  réduire au maximum les dimensions des éléments en béton  les désolidariser de la maçonnerie.  fractionner les murs par des joints de dilatation et de retrait nécessaires dans les maçonneries de grande surface Remarque : Ces principes trouvent leur application dans la jonction de la maçonnerie avec des éléments en béton tels que : toitures, terrasses, acrotères, allèges, planchers, chainages , linteaux…. 4)La maçonnerie en pierres naturelles : a) Définition La maçonnerie en pierres naturelles est un assemblage d’élément pierres naturelles , taillés ou non, réunis le plus souvent par un mortier . Maçonnerie en moellons On considère comme moellons les pierres pouvant être manipulées par un seul homme b) Types d’appareillage de maçonnerie en pierres naturelles 1) Appareillage sans assise horizontal L’assise de la maçonnerie n’est pas horizontale, selon la forme des moellons il y a deux cas :  Appareillage irrégulier: Les joints sont polygonaux irréguliers  Appareillage régulier: Mosaïque hexagonale: Cet appareillage diffère du précédant par la régularité des moellons employés ceux-ci sont pré-taillés aux mêmes dimensions d’après gabarit hexagonal
  36. 36. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 35 2) Appareillage avec assises horizontales:  Mosaïque à assises irrégulières: Les assises successives n’ont pas la même hauteur.  Mosaïque à assises régulière : Les pierres ont les mêmes dimensions: les assises ont la mêmes hauteur  Mosaïque moderne : Des pierres verticales coupent 2 ou 3 assises. 5)Maçonnerie mixte avec parement en pierres naturelles ou artificielles a) Définition Les maçonneries mixtes sont généralement composées:  d’une partie porteuse;  d’un revêtement réalisé en pierres naturelles ou artificielles. Ce revêtement est accroché a la partie porteuse par des agrafes. Conclusion générale Tandis que dans la construction traditionnelle le mur est un élément porteur, la tendance actuelle de l’architecture est de construire les bâtiments au moyen de poteaux et de poutres. Les murs ne trouvent une fonction que pour réalisation de son contreventement. V. Les cloisons
  37. 37. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 36 1) Définition Les cloisons sont des parois de faible épaisseur dont la fonction est uniquement séparatrice et non portante. 2) Rôle des cloisons Les cloisons ont des rôles multiples:  Séparer les différentes fonctions d’un logement (chambres,  Cuisine, toilettes…)  Isoler phonétiquement  Protéger l'intimité  Eviter les courants d‘air froid (entrée...) ou pollués (toilettes , cuisine...)  Empêcher la lumière de passer (chambres...) 3) Classification des cloisons Les cloisons sont classées selon trois critères déterminants:  La destination  Le degré de mobilité  Les matériaux et leur mise en œuvre a) Classification des cloisons selon la destination La destination correspond à la fonction première de la cloison. Elle permet de définir trois type de cloisons ayant chacune des caractéristiques principales et un mode de pose approprié :  Les cloisons de distribution  Les cloisons séparatives  Les cloisons de doublage 1) Les cloisons de distribution: Ils assurent la séparation entre plusieurs pièces d’une même unité fonctionnelle (appartement ou ensemble de bureaux) de manière à délimiter des espaces dans lesquels sont exercées des activités différentes. Exemple : Habitation :  Cloison entre le séjour et la chambre  Cloisons entre les chambres  Cloisons entre la salle de bains et la chambre Tertiaire (service)  Cloison entre les bureaux et les salles de réunion  Cloison entre les bureaux et les circulations 2) Les cloisons de séparatives: Ils sont bâtis entre des unités fonctionnelles distinctes par la propriétés ou l’affectation. Elles répondent à des exigences particulières (niveau d’isolation acoustique ou thermique et du comportement au feu…)
  38. 38. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 37 Exemple: Habitation :  Cloison de séparation entre deux appartements  Cloisons de séparation entre un appartement et les parties communes (escalier) Équipement scolaire:  Cloisons de séparation entre une salle de classe et un laboratoire  Cloison de séparation entre les salles de classe et les dégagements Immeuble commercial , industriel, immeuble de grande hauteur :  Cloison de sectionnement des grandes superficies afin d’éviter la propagation d’un incendie 3) Les cloisons de doublage: Ils sont rapportés devant une autre paroi afin d’en améliorer certaines performances .Elles peuvent également venir habiller des éléments de structures ou des équipements technique pour en assurer la protection Exemple:  Devant la face intérieure de la façade :améliorer l’isolation acoustique  Devant une paroi extérieur ou intérieur :apporter une correction acoustique  Devant une ossature métallique : améliorer sa tenue au feu  Devant une gaine de chauffage :abaisser la température superficielle de la face vue b) Classification des cloisons selon le degré de mobilité En fonction du degré de mobilité trois grandes classes de cloisons sont définies:  Fixes
  39. 39. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 38  Démontable  Mobile 1) Les cloisons fixes: Ils ont pour objet de délimiter les espaces de manières définitives. Toute modification ultérieure entraine des travaux lourds. 2) . Les cloisons démontables: Ils sont réalisés à l’aide d’élément industrialisés et interchangeable, livrés finis et assemblés sur chantier. Leur implantation peut être modifiée et adapté en fonction des besoins en surface Exemple: Dans certain immeubles tertiaires, l’aménagement des espaces est de type provisoire, dans se cas les bureaux sont séparés par des cloisons basses démontables. Seuls les bureaux exigeant une certaine confidentialité ou les locaux sanitaires sont séparés à l’aide de cloisons de distribution fixes. 3) Les cloisons mobiles: elles sont construits à l’aide d’éléments industrialisés finis, suspendus à un système de rails solidaires au gros œuvre. Ces éléments se déplacent aisément de manière à réunir ou séparer rapidement deux espaces contigus. Ils sont constituées soit par:  des panneaux mobiles  soit à l’aide de cloisons extensible à un ou deux panneaux  Les panneaux mobiles a)Les cloisons avec les panneaux mobiles Elles sont formé d’un caisson métallique recevant un habillage de finition en usine et comportant un remplissage isolant thermique et acoustique .ils sont munis de traverses hautes et basses assurant un blocage en sol et en plafond.les panneaux guidés par le rail plafond sont repliables dans des rangements b)les cloisons extensibles Lorsqu’elles sont déployés, elles forment un aspect plissé ou en dents de scie.
  40. 40. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 39 b Classification des cloisons selon le mode de mise en œuvre Selon le matériau retenu, la réalisation des cloisons fait appel à des techniques différentes de mise en œuvre. La mise en œuvre s’effectue selon l’une des quatre techniques suivantes:  Le montage par voie humide  Le montage par voie semi humide  Le montage à sec 1. Le montage par voie humide: Les éléments (briques ou agglomérés) sont assemblés et liés par un liant en plâtre ou mortier. L’une ou les deux faces de la cloison doivent recevoir un enduit de finition. Exemple : cloison en briques plâtrières Les briques plâtrières (appelées ainsi car souvent assemblées au plâtre) sont des briques creuses dont l’épaisseur varie de 3,5 à 7,5 cm. Leur format moyen est de20 cm x 50 cm.
  41. 41. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 40 Avantages Inconvénients  Bonnes résistance mécanique aux chocs  Bonne tenue au feu (ses matériaux sont ininflammable et ne dégageant pas de gaz toxique en cas d’incendie)  Faible sensibilité à l’humidité  Nécessite le recours à une main d’œuvre qualifiée, apte à monter les briques et à les enduire  L’exécution des enduits au plâtre est un travail délicat, réalisé en une ou deux passes, afin d’obtenir une planimétrie parfaite  Le temps de séchage est long  Le nettoyage du chantier après l’intervention du plâtrier 2. Le montage par voie semi humide: Les carreaux étant rassemblés au liant colle, les deux faces de la cloison pouvant recevoir ou non un enduit de lissage Exemple : La cloison en carreaux de plâtre Ces carreaux, de grand format (66 cm x50 cm), à parements lisses, s’assemblent les uns aux autres par languette et rainure avec une colle spéciale sans nécessiter d’enduit de finition.
  42. 42. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 41 3. Le montage à sec: Réalisé par l’emploi de plaques ou de panneaux de hauteur d’étage, placées l’une à cotés des autres, prêtes à recevoir le revêtement de finition Exemple : cloison démontable réalisé en plaque de plâtre c) les matériaux utilisés pour la réalisation des cloisons 1) Les éléments manufacturés à enduire: De petites dimensions elles sont assemblés sur place .ils sont:  En terre cuite (briques pleines briques creuses, brique plâtrière)  En béton (parpaings plein ou creux)  En béton léger ou béton cellulaire (bloc pleines) Le produit le plus couramment employé est la brique plâtrière.
  43. 43. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 42 2) Les éléments manufacturés: De dimensions moyenne ,sont assemblés sur chantier et recevant un enduit de lissage ou non afin de parfaire l’état de surface. Entre dans cette catégorie :  Les carreaux en terre cuite  Les carreaux de plâtres  Les blocs en béton cellulaire Il existe plusieurs types de carreaux de plâtre :  Le carreau standard plein, le plus courant.  Le carreau hydrofuge (qui résiste à l’humidité et au ruissellement) réservé aux salles d’eau et aux pièces humides.  Le carreau isolant dont la partie centrale est en laine minérale ou en polystyrène.  Le carreau alvéolé pour alléger la charge au sol. 3) Les plaques et les panneaux de grandes dimensions: Ils ont une longueur qui correspond en général à la hauteur d’étage. Fabriqués selon diverses technique en fonction des matériaux qui les constitue , ils sont disponible sous les formes suivantes:  Plaques de plâtre  Panneaux sandwichs  Panneaux de bois agglomérés , pleins ou alvéolés  Panneaux composites
  44. 44. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 43 Annexe Notions sur la descente des charges : La descente de charges a pour objectif d’étudier le transfert des charges dans la structure. L’objectif étant de connaitre la répartition et les cheminements des charges sur l’ensemble des éléments porteurs de la structure depuis le haut jusqu’aux fondations. Les valeurs obtenues permettront de dimensionner les éléments porteurs voir dans certains cas, de modifier la structure. Les calculs de structure sont réglementés par les Règles BAEL 91 révisées 99 Les actions mécaniques L'action mécanique est un concept utilisé pour décrire tous les phénomènes provoquant un mouvement ou une déformation. Ce concept regroupe les notions de force et de moment utilisées en mécanique La Compression : c’est une action mécanique unidirectionnelle qui tend à raccourcir le corps sur lequel elle s’applique La Traction: est une action mécanique qui tend à allonger le corps sur lequel elle s’applique, dans sa direction
  45. 45. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 44 La Flexion: État de sollicitation tendant à incurver la fibre moyenne d’une poutre Le principe du béton armé : Le béton armé est un matériau constitué par association du béton et d’armatures en acier disposés de manière à résister aux contraintes de traction et à limiter les fissures Recépage des têtes de pieux en béton Le recépage des têtes de pieux consiste à L’élimination, sur une certaine hauteur, de la partie supérieure d’un pieu en béton Cette technique est toujours nécessaire par exemple:
  46. 46. Cours de la technologie du bâtiment ISTP-Fès Année universitaire 2014-2015 45 Pour les pieux battus, le battage a généralement fissuré la tête du pieu. Pour les pieux moulés en place, le béton de la tête du pieu, qui correspond au premier béton coulé, est toujours plus ou moins délavé et pollué Système de contreventement : Un Contreventement: est un système statique destiné à assurer la stabilité globale d'un ouvrage vis-à-vis des effets horizontaux issus des éventuelles actions sur celui-ci (par exemple : vent,…) ;

×