Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

ksarghradaia-170508093616.pptx

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
3.pptx
3.pptx
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 21 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus récents (20)

Publicité

ksarghradaia-170508093616.pptx

  1. 1. Université Hassiba Benbouali – Chlef- Faculté de Génie Civil et D’Architecture Département D’architecture EXPOSÉ SUR : KSAR GHARDAIA ANNÉE UNIVERSITAIRE: 2015-2016.
  2. 2. Plan de travail Introduction Présentation des Ksour Logique d’organisation de l’espace urbain Principes d’urbanisation de la vallée du M’Zab Le modèle architectural local Les Ksour de la Vallée du M’Zab Etude exemple : Ghardaïa (Taghardaït) -Les éléments de ksar Ghardaïa -La mosquée -L’habitat -Le marché -Les ruelles et les impasses -Le système défensif :les portes les tours et le rempart -Le système défensif :les portes les tours et le rempart -Les puits -conclusion
  3. 3. Introduction Les formes de peuplement au Sahara, ont toujours été liées, dans un contexte d’aridité, à la disponibilité des ressources indispensables à la vie humaine. La variété de leur adaptation aux contextes physiques locaux démontre, depuis la préhistoire, les capacités du génie humain à modeler cet environnement hostile. Aujourd’hui, ces productions humaines et leur environnement sont durement menacés.
  4. 4. La vallée de M’Zab, célèbre par ses ksour millénaires à 600 Km au sud d’Alger (capitale de l’Algérie), est aussi touchée aujourd’hui par une forme d’urbanisme qui touche tant son espace minéral, les ksour et son espace jadis vital, les palmeraies qui entourent ces derniers. Sept ksour forment la vallée du M’Zab, cinq sont situés sur les berges de l’oued M’Zab et forment ce qui est appelé communément la pentapole du M’Zab constituée de Béni-Isguen (1347), Bounoura (1046), El Atteuf (1012), Ghardaïa (1053) et Melika (1124). Présentation des Ksour
  5. 5. Logique d’organisation de l’espace urbain Les ksour traditionnels mozabites, conçus et édifiés dans l’autarcie et la simplicité, ont généré un art basé sur une image de sobriété et de cohérence. L’aspect égalitaire du rite ibadite, qui interdit tout effet ostentatoire, a produit une architecture niant tout symbole, chacun des ses éléments n’est symbole que de lui-même, même si le ksar est habité par toutes les catégories sociales (Ravéraux, 1980). Le mot ksar évoque l’idée d’une petite ville, d’un quartier, d’une grande maison familiale. Habiter un ksar n’est pas du tout la même chose qu’habiter une cité ou un bâtiment. différence, à l’origine, réside dans le fait que l’idée du matériel est reléguée au second plan, dès la conception du ksar. La taille du ksar et l’importance de son espace bâti sont fonction des capacités nourricières du terroir.
  6. 6. Principes d’urbanisation de la vallée du M’Zab : Association homme-culture-climat Le principe d’urbanisation de la vallée du M’Zab est intimement lié au concept du Ksar, qui est le mode d’implantation agglomérée sur un piton autour d’une mosquée, s’intégrant parfaitement à l’architecture de la ville et de loin, c’est elle et elle seule, qui se distingue au milieu de l’amoncellement de cubes parfaitement similaires et s’accrochant à la colline. C’est également la forme urbaine traditionnelle, où tout est rythme et tout est mesure, les parcours qui mènent à la mosquée sont ponctués d’étapes qui sont des carrefours, lieu de choix directionnel mais aussi lieu de rencontre. Donc La logique d’organisation des anciens noyaux se base sur trois caractéristiques majeures: la présence centrale d’une mosquée, l’existence d’un souk et l’aspect labyrinthique du plan .
  7. 7. A côté des remparts se trouve la place du marché, considérée comme un espace essentiel d’échanges économiques entre l’intérieur et l’extérieur du Ksar. Le souk reste le deuxième espace publique le plus important après la mosquée. Le modèle architectural local Chaque Ksar est constitué d’un ensemble de bâtisses qui constituent dans leur ensemble le tissu urbain, avec au sommet la mosquée qui occupe le haut de la colline ajoutant plus de sacralité à son rôle fédérateur. Sa position centrale permet d’y accéder assez rapidement depuis toutes les ruelles du Ksar, et autour sont érigés des édifices polyvalents parmi lesquels des maisons qui forment un ensemble épousant la configuration d’un terrain de colline jusqu'à parvenir aux rempart entourant le Ksar constituant ainsi une façade défensive interrompu par des portes principales et annexes surmontés par des tours de défense.
  8. 8. Les oasis comportent quelques tours de guet et autres espaces de prières. Tout le long des points dominants les rives de Oued M’Zab, nous trouvons des tours de guet, Nous trouvons ensuite les cimetières, de larges espaces, une espèce de ville des morts où sont construits des espaces de prière sous formes de places découvertes, et parfois recouvertes à l’instar des mosquées des Ksour mais sans « Minaret» (tours d’appel à la prière), souvent utilisées pour les rituels d’enterrement, la lecture du saint Coran ou à l’apprentissage du droit religieux. A l’extérieur du ksar s’étend une oasis sur tout le long des deux rives de l’oued. Les terres agricoles sont ainsi exploitées au moyen de puits traditionnels formants avec d'autres éléments comme les canaux et les digues le système hydraulique traditionnel de partage des eaux des crues unique en son genre en matière de partage des eaux.
  9. 9. Les Ksour de la Vallée du M’Zab El Atteuf (Tajnint) El Atteuf (Tajnint en berbère) fût fondée en 1012 sous la houlette de Khalifa Ibn Abghour. Elle a été la première étape d’une action d’urbanisation à travers la Vallée du M’Zab. Une action basée sur des règles urbanistiques uniques dans le genre. Le Ksar d’El Atteuf est connu pour ses Mausolées et Monuments tel celui de Cheikh Ammi Brahim, Oukhira, et bien d’autres monuments.
  10. 10. BOUNOURA (ATBOUNOUR). Bounoura (At Bounour en berbère) fût fondée en 1046 ère Chrétienne, il est connue pour sa vieille Mosquée ainsi que de son front et maisons remparts. Le Ksar a vu son extension après la disparition de sa partie supérieure que constitue l’ancien Ksar. Des vestiges du vieux Ksar subsistent toujours. Le vieux Ksar est protégé par un mur d’enceinte interrompu ça et là par des tours de guet. Nous trouvons au centre du Ksar une vieille mosquée et un Minaret qui domine une grande place, ainsi que d’un Mausolée « Cheikh Bâ-Dahmane », et divers autres Mausolées.
  11. 11. Béni-Isguen (At Isjèn) Le Ksar de Béni-Isguen (At-isjèn en berbère) fût fondé en 1347 de l’ère Chrétienne. Il se distingue par son ancienne mosquée qui garde toujours sa configuration architecturale initiale, tout comme son système défensif à travers des murs d’enceinte qui entourent le Ksaren entier. Le mur fût construit en 1860, et mesure environ deux kilomètres et demi, d’une hauteur de trois mètres, entrecoupé par des tours de guet dont la plus importante est «Bordj Boulila » et « Bordj Ba-Dahmane», ainsi que deux portes principales Est et Ouest. Le Ksar de Béni-Isguen est aussi connu pour son Marché traditionnel à la criée nommé «Souk Lalla Achou» où sont organisées des ventes aux enchères à la criée dans unordre bien particulier. Béni-Isguen est connue aussi pour ses monuments historiques et Mausolées tels celui «Cheikh Bassa Oufdal» «Cheikh Ba-Mhamed » et bien d’autres.
  12. 12. Le Ksar de Mélika (At-MLichet) Le Ksar de Mélika (At-MLichet en berbère) se distingue des autres Ksour du M’Zab par la disposition du souk ou place du marché mitoyenne de la vieille Mosquée. Ceci est peut être dû aussi à la disposition étalée du Ksar sur une haute colline par rapport aux autres Ksour de la vallée, ainsi que la conservation de la place du marché ou Souk malgré l’extension urbanistique du Ksar. Le ksar est fondu en 1350, Il est aussi entourés de quelques maisons remparts, interrompues par plusieurs portes, dont les plus célèbres« Bab Ben-trache », « Bab Amidoul » et autres… On y trouve aussi des mausolées et cimetières tel celui de « Cheikh Ba-Abderrahmane El-Kourthi » et le mausolée « Cheikh Sidi-Aissa ».
  13. 13. Ghardaïa (Taghardaït) Ghardaïa (Taghardaït en berbère) est considérée comme la Capitale du M’Zab. Elle constitue le Ksar le plus important de la Vallée du point de vue des structures sociales et économiques et fût fondé en 1048. Ghardaïa est connue par sa Place du marché, et certains Mausolées et édifices tels le Mausolée « Ammi-Saïd El-Jerbi », « Baba-Ouljemma» et d’autres Monuments.
  14. 14. Ghardaïa (Taghardaït)
  15. 15. Les éléments de ksar Ghardaïa La mosquée El masjid el atik parmi les plus importants mosquée dans la ville grâce a l‘état de conservation ,la valeur historique et symbolique (le noyau centrale du ksar) La mosquée se trouve dans la sommet de la colline vue que son caractère religieux et son rôle administrative La mosquée est composé de deux minaret et plusieurs mihrab qui indiquer qu’elle a connu plusieurs extensions en plus la topographie de terrain exige de déférant plate forme accessible par des escalier Content aussi la salle de prière ,cour et Lieu de ablution et d’autre annexe Parmi les matéraiux utilisé le Gyps, l’Engrenage et la chaux
  16. 16. Une articulation à la rue par une entrée en chicane, conçue pour préserver l’intérieur des regards étrangers Une typologie à patio, en réponse à un climat extrême. Le patio est très souvent couvert sur sa plus grande surface, mais possède une ouverture appelée ‘’chebek’’en haut et au centre, qui lui donne de l’air et de lalumière Une orientation, généralement, sud pour bénéficier en hiver des rayons solaires obliques, les rayons devenus verticaux en été s’arrêtent sur son seuil , Des espaces couverts / ouverts sous forme de galeries à arcades, orientés généralement sud, pour profiter de la chaleur ambiante en hiver et se protéger des rayons presque verticaux en été L’utilisation de matériaux de construction lourds adaptés au climat. La pierre, généralement la plus utilisé, procure passivement le confort thermique L’habitat
  17. 17. Le marché La majorité des marchés se trouve dans la périphérique de la ville pour facilite les échanges extérieurs , le contrôle et éviter le bruit loin des habitats et la mosquée La taille et la forme du marché est tout dépend de leur importance Le premier marché constituent d un passage (nommée AMIDOL) contient des ruelle et après extension du ksar le marchée a été déplacés vers souk el RAHBA la dernière extension (19 siècle) : la construction d’une nouvelle place pour le marché c’est la plus importantes dans la vallée du M’ZAB grâce a sa surface et son gabarit des échanges économiques La forme du la place rectangulaire (44mx75m )entouré avec des arcades contient des boutiques et des abris de stockage ramifiée des ruelle commerciale polyvalente Les ruelles et les impasses Le déplacement dans le ksar est fait par les ruelles se sont des voies étroites et sinueuses en rasions de la topographie et défensive Des ruelles couvertes pour la protection des rayon du soleil et le vent de sable
  18. 18. Le système défensif :les portes les tours et le rempart Les maisons qui forment un ensemble épousant la configuration d’un terrain de colline jusqu'à parvenir aux rempart entourant le Ksar constituant ainsi une façade défensive interrompu par des portes principales et annexes surmontés par des tours de défense.
  19. 19. Les puits Ksar Ghardaïa contient plus de 30 puits
  20. 20. conclusio n ksar ghardaia est conçus et édifiés dans l’autarcie et la simplicité, ont généré un art basé sur une image de sobriété et de cohérence La taille du ksar et l’importance de son espace bâti sont fonction des capacités nourricières du terroir.

×