SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  148
Télécharger pour lire hors ligne
FRANCE6EUR
ART DEVIVRE • PERSONNALITÉS • IMMOBILIER
HÔTEL AMOUR
De Paris jusqu’à Nice retour
sur la plus amoureuse des
histoires hôtelières
LORENZ BÄUMER
Inspiration arty pour le plus
parisien des joailliers
FONDATION
CARMIGNAC
Escapade insulaire entre
art et nature sur l’île
de Porquerolles
L’HÔTEL DU
CAP-EDEN-ROC
FÊTE SES 150 ANS
Visite de l’hôtel le plus chic
d’Europe en compagnie
du mannequin Laura Bailey
PROPRIÉTÉS D‘EXCEPTION
Mars
Avril
Mai’20
FRANCE
Amour toujours !GLAMOUR, ARTY, NATURE… LA FRANCE LIVRE SA PLUS BELLE VERSION
Collection Lucky Move | messika.com
#TryYourLuck*
*#ProvoqueTaChance|Photographiesretouchées
Welcome to your resorts
Information : vipcannes@reedexpo.fr - +33 (0)1 47 56 64 79
Le luxe a rendez-vous avec le yachting à Cannes
Visitez le Yachting Festival de manière privilégiée
avec notre programme VIP : transfert en hélicoptère,
tour personnalisé, visite de yachts, accès au club VIP...
Luxury has a rendez-vous with yachting in Cannes
Book your exclusive VIP programme to discover
the Yachting Festival: helicopter transfers,
personalized tour, visit of yachts, VIP club...
8 - 1 3 S E P T E M B R E 2 0 2 0
C A N N E S - V I E U X P O R T  P O R T C A N TO
www.cannesyachtingfestival.com
1ER
SALON NAUTIQUE À FLOTS D’EUROPE
NO.1 ON WATER BOAT SHOW IN EUROPE
Place de la liberté
06320 Cap d’Ail
Tél : 04 93 44 67 24
Arnaud NICOT : 06 43 80 17 20
anicot@segondauto.com
www.lamborghini-monaco.com
LAMBORGHINI MONACO
Concessionnaire officiel
www.gg-magazine.com
David Scheffler
La France du rayonnement
Il y a des lieux qui peuvent se targuer d’être à la fois une destination, une idée et une
expérience. La France est de ceux-ci, et voilà sans doute ce qui explique son rayonnement
àtraverslemondeentier.Ladestinationd’abord,estcelledeplusde80 millionsdetouristes
venus goûter chaque année, le temps d’un séjour, à « l’art de vivre à la française ». Voilà
donc l’idée ; un je-ne-sais-quoi d’impalpable, fait de
liberté et de créativité, exactement ce qui caractérise
celles et ceux à qui nous consacrons notre rubrique
At Home et qui incarnent si bien cet esprit tricolore.
Un savant équilibre entre un héritage historique, une
immuable authenticité et le présent d’une époque.
Quelle plus belle illustration alors que le réveil de la
légendaire Samaritaine, qui sera sans nul doute un
des rendez-vous les plus en vogue de ce printemps ?
Le regard que nous avons posé au fil de ces pages
est le mien, celui d’un dirigeant allemand, amoureux
de la France et de son art de vivre au sein du groupe
d’Engel  Völkers depuis plus de vingt ans. Comment
résister ? À Paris, capitale mondiale du luxe, ou sur
l’élégante Riviera française où nous avons eu la chance de réaliser une séance photo
dans le superbe cadre de l’hôtel Eden Roc, – un autre symbole de renommée mondiale
qui fête cette année ses 150 ans –, Engel  Völkers propose, grâce à ses services sur
mesure, bien plus que des demeures ou des yachts à acheter et à louer : une qualité
de vie, et avec elle, des souvenirs inoubliables. Finalement, la France, bien plus qu’une
destination : une expérience. La boucle est bouclée.
Excellente lecture.
WELCOME
9
www.gg-magazine.com
Chères lectrices, chers lecteurs,
u début du 19e siècle, Friedrich Schiller écrivait : « Tout se réjouit et espère, au renouveau du prin-
temps. » J’aime me faire l’écho de cette pensée. Lorsque le soleil printanier pointe son nez après
un hiver qui a paru bien long, je me sens plein d’énergie et d’entrain pour me lancer dans de nou-
veaux projets. Hambourg, ma ville natale, se montre alors sous son plus beau jour, les arbres
bordant l’Alster commencent à fleurir et les nombreux parcs arborent un vert intense. Mais, à
ce moment de l’année, il n’y a pas que Hambourg qui se réveille de son sommeil hivernal, de
nombreux lieux sont particulièrement agréables à visiter au printemps.
Ma destination printanière favorite est Majorque. Jusqu’au mois de
mars, quelque sept millions d’amandiers transforment cette île des
Baléares en une mer de pétales blancs et roses. Dans ma finca Son
Coll, située au sud-ouest de l’île, je profite, entouré de ma famille,
du spectacle impressionnant que nous offre la nature.
La Grèce aussi me fascine tout particulièrement. Athènes est une
ville animée, une métropole moderne qui offre en même temps la
possibilité de visiter ses sites antiques de renommée mondiale. La
Riviera d’Athènes avec ses plages pittoresques et bien sûr les nom-
breuses îles grecques comme Santorin, Mykonos ou la Crète com-
posent un cadre idyllique pour un séjour en bord de mer. Pour ceux
qui préfèrent passer leurs vacances en mer plutôt que sur la terre
ferme, les eaux qui s’étendent entre le continent et les îles offrent
un merveilleux environnement pour la navigation.
Grâce aux températures douces, pas encore trop chaudes, le prin-
temps en Europe est aussi la saison qui se prête idéalement à la
visite des villes. J’ai récemment découvert la capitale du Portu-
gal, Lisbonne. Avec ses ruelles étroites et ses ravissantes façades
carrelées, le quartier de la Baixa – la vieille ville – est empreint d’une ambiance particulière. La visite du châ-
teau fortifié de Saint-Georges – Castelo de São Jorge en portugais – est impressionnante. De là, la vue s’étend
sur toute la ville, jusqu’aux rives du Tage.
Dans cette édition du magazine GG, nous vous présentons bien d’autres fabuleuses destinations aux quatre coins
du monde. Et si vous êtes à la recherche de la maison de vos rêves, vous trouverez certainement ce que vous
cherchez dans les pages qui suivent. Je vous souhaite une excellente lecture !
Cordialement,
Christian Völkers
PHOTO :CHRISTIANSCHOPPE
WELCOME
10
PhotoMichelGibert,noncontractuelle.ÉditionsZulma.
French Art de Vivre
Temps calme. Composition par éléments, design Studio Roche Bobois.
Leaf. Table basse et desserte, design Antoine Fritsch  Vivien Durisotti.
Farouche. Tapis, design Alessandra Benigno.
Services conseil décoration et conception 3D en magasin
French : français
www.gg-magazine.com
PHOTOS:CHRISTIANSCHOPPE(1)
Inspiratrice 
MICHAELA CORDES
Rédactrice en chef de GG Ma-
gazine et garante d’une ligne
éditoriale au plus près de l’air
du temps, Michaela insuffle à
travers les différentes éditions
une véritable dimension mode
et lifestyle. La preuve encore
avec le shooting on ne peut plus
« Riviera chic » qu’elle a orches-
tré à l’hôtel du Cap-Eden-Roc,
à découvrir dès la cover
de ce magazine.
Sucrée salée
CHLOË BERGOUTS
Une chose est sûre, elle ne verra plus un macaron de la même ma-
nière après avoir percé les mystères de l’iconique pâtisserie de la
maison Ladurée. L’histoire ne nous dira pas si elle y a goûté, bien
qu’on en ait une petite idée… Conscience professionnelle oblige.
Force motrice 
CAROLINE MAÎTREJEAN 
Forte d’une expérience de
dix ans dans l’immobilier de
luxe, Caroline participe au dé-
veloppement de la marque En-
gel  Völkers en France en y in-
sufflant une touche lifestyle.
Ceci en s’investissant notam-
ment dans l’élaboration de ce
magazine, fruit d’un fructueux
dialogue franco-allemand.
Un challenge qui
sied à merveille à cette
passionnée de voyages et de
communication interculturelle.
Nature et culture 
CLAIRE BONNOT 
Après l’adrénaline des plateaux télé ; et un passage à l’Institut fran-
çais de la mode, Claire renoue avec l’écriture en partageant son goût
des belles histoires à travers les pages de l’Obs, Vogue ou encore Va-
nity Fair. La plus azuréenne des journalistes parisiennes a mis le
cap sur l’île de Porquerolles pour une originale balade arty, à
l’ombre des pins parasols.
Contributeur pour la presse masculine et fémi-
nine (Glamour, Lui, The Good Life...), auteur de plu-
sieurs City Guide Louis Vuitton en France et aux
États-Unis, Alexis Chenu a rencontré André Saraiva,
créateur et entrepreneur ; pour nous conter ici l’his-
toire d’amitié qui se cache derrière la success-story
des très trendy hôtels Amour.
Sans cliché  
DOUGLAS FRIEDMAN 
Ce n’est pas la première
fois que le photographe
new-yorkais réalise la
couverture de GG et
pourtant, la magie est
toujours au rendez-vous.
Son sens aiguisé de la
mise en scène confère
aux clichés réalisés avec
la mannequin Laura Bai-
ley une aura on ne peut plus solaire… et juste ce qu’il faut de rétro
pour être puissamment actuel !
THANK YOU
CONTRIBUTORS
Amour toujours  
ALEXIS CHENU 
12
www.gg-magazine.com
PHOTOS :DOUGLASFRIEDMAN(1),,PIERREBJÖRK(1),LAURENTLECAT(1)
PLAYGROUND
TRAVEL 20 Moderne, historique, exclusive, populai-
re, la Samaritaine nouvelle version est
tout cela à la fois.
WOMAN 24 A la croisée des mondes : l’Art déco in-
vesti la salon et le dressing.
MAN 26 Tout en douceur : l’homme 2020 voit la
vie en rose
LOOK 28 Une sélection en 50 nuances de bleu
pour une déco riviera.
INTERVIEW 30 Ses mosaïques sont identifiables aux
quatre coins du monde. Rencontre avec
le street artiste Invader.
AT HOME
HÔTEL-
DU CAP-
EDEN- ROC
34 Retour en saga et avec la mannequin
Laura Bailey sur 150 ans d’histoire du plus
légendaire des hôtels de la Côte d’Azur.
ANDRÉ
SARAIVA 
46 Artiste décalé touche-à-tout, André
Saraiva s’est fait un nom dans le street
art avant de devenir un entrepreneur à
part. Retour sur ses plus belles œuvres :
les hôtels Amour.
LORENZ
BÄUMER 
52 Le joailler de la Place Vendôme exprime
sa passion pour toutes les formes de cré-
ation à travers ses pièces uniques et son
appartement galerie.
FONDATION
CARMIGNAC
58 Sur l’île de Porquerolles, il est un lieu
où l’art et l’architecture se font compli-
ces de la nature. Balade au sein de la
Fondation Carmignac.
AT HOME
L'hôtel du Cap-Eden-Roc fête ses 150 ans cette année.
Niché sur les falaises du Cap d’Antibes, l’hôtel d’antho-
logie est bercé d’anecdotes. Retour en images avec le
mannequin Laura Bailey.
AT HOME
La Fondation Carmignac est un espace qui
rend hommage à l’art contemporain. Sa vil-
la, ses jardins et ses galeries souterraines
regorgent d’œuvres exceptionnelles.
34
58
AT HOME
entrepreneur, di-
recteur artistique,
rédacteur en chef,
street artist…
André Saraiva est
un homme aux mul-
tiples talents. Illus-
tration avec la saga
des Hôtels Amours.
46
LOOK
Luminaire suspendu au design atypique
signé La Petite Friture. À retrouver
dans notre sélection shopping.
28
WELCOME
INSIDE
Chefs-d’oeuvre pour un chef.
Gaggenau, la différence.
Créez vos chefs-d’oeuvre culinaires grâce à notre collection de fours.
Les nouveaux fours combinés-vapeur vous ouvrent un monde de
créativité et de saveurs.
Depuis 1683, Gaggenau fabrique avec les matériaux les plus nobles des
appareils de qualité professionnelle, au design unique.
Maîtrisez la vapeur : gaggenau.fr
Showroom Gaggenau, 7 rue de Tilsitt, 75017 Paris, Tél 01 58 05 20 20
www.gg-magazine.com
PHOTO :ARSISEBASTIEN(1)
FOR SALE
RUBRIQUE DES ANNONCES
NEW HOME 64 Une luxueuse villa contemporaine ni-
chée dans le golfe de Saint-Tropez.
RESIDENTIAL 
COMMERCIAL
70 Villas, manoirs et locaux commerci-
aux- le meilleur de l’immobilier.
ALWAYS
EDITOR'S LETTER 9 La France du rayonnement.
EDITORIAL 10 La préface de ce nouveau numéro.
ADDRESSES 144 D’où nous tenons tout cela ? Voici les
noms, adresses et références.
STAFF 145 Mentions légales.
CLOSE UP
YACHTING 132 Dans le Sud -Est de la France, Engel 
Völkers Yachting insuffle une nou-
velle manière d’appréhender l’inter-
médiation en yachts.
ADRESSES 134 De Paris à la Côte d’Azur, les classi-
ques incontournables et les adresses
en vogue pour un séjour sur-mesure
PERSONAL 139 Pour les passionnés de swing mais
pas que…rendez-vous au Golf Club
Gassin Saint-Tropez.
CRAFTS 140 Iconique, le macaron Ladurée livre
tous ses secrets…ou presque.
BOOKS 143 Pour s’évader, rêver ou cuisiner
français, notre sélection pour biblio-
philes avertis.
PERSONAL 146 Au Louvre Abu Dhabi, la table du Fou-
quet’s déploie ses fauteuils rouges.
WOMAN
Baskets tendance à plateforme signées
Jimmy Choo. Un design Art déco des plus
avant-gardiste et féminin.
MAN
Cafetière rose doré au design unique.
Entre lignes épurées et aspect ultra-
contemporain de chez Toast Living Home.
À découvrir dans nos pages shoppings.
24
26
YACHTING
Disponibles à la lo-
cation et figurant
au sein du portfolio
Engel  Völkers
Yachting : voiliers,
yachts et supe-
ryachts d’exception.
ANNONCES
Au cœur du golfe de Saint-Tropez, la
villa Julia est l’écrin idéal d’une
parenthèse azuréenne.
132
64
WELCOME
INSIDE
16
Des pères, des fils
et des Porsche
9-11 OCTOBRE 2020
HAPPYFEWRACINGTM
Organisépar
 www.VaterUndSohn.racingINFORMATIONS + INSCRIPTIONS
VATER
+SOHN
®
www.galerie-mobler.com
Showroom : 55 avenue de l’Europe 92400 Courbevoie. Sur RDV uniquement : +33 (0)1 43 33 20 12
Chaise longue Flag Halyard - 1950. Le designer Hans Wegner a conçu la
forme du siège pendant ses vacances en famille au bord de la mer,
à Aarhus, au nord du Danemark. Pendant que ses enfants jouaient sur la
plage, il a expérimenté la forme du siège dans le sable.
L'assise, le dossier et les accoudoirs sont en drisse de drapeau d'un seul
tenant d'une longueur de 240 mètres.
L : 104 cm. P : 115 cm. Ediion neuve. 8.898,00 €. Exemplaire en stock.
Ø
photo:©galeriemøbler2019
l’ambassade du design scandinave
g a l e r i e m ø b l e r
Après un chantier de rénovation hors-norme, la Samaritaine se dévoile entre modernité et authenticité.
PHOTOS:PIERRE-OLIVIERDESCHAMPS,AGENCEVU'POURLASAMARITAINE
PLAYGROUND
TRAVEL
WOMAN
MAN
LOOK
INTERVIEW
Les beaux jours de la Samaritaine
Quinze ans après sa fermeture, la célèbre Samaritaine rouvre ses portes. Un projet pharaonique
comprenant non seulement un grand magasin dédié à la mode, à l’art de vivre, et à la gastronomie,
mais aussi un hôtel Cheval Blanc et nombre d’autres atouts qui en font un rendez-vous parisien
incontournable. TEXTE : Philippe Jambet  PHOTOS : Pierre-Olivier Deschamps, Agence Vu' pour la Samaritaine
PLAYGROUND
TRAVEL
Après une rénovation d’ampleur, la Samaritaine se dévoile comme une adresse de partage et de découverte, pour les Parisiens comme pour les touristes.
21
1 La Samaritaine, jouit d’une situa-
tion géographique stratégique au
cœur de Paris. Bordée par les
bords de Seine et la très parisienne
rue de Rivoli, elle est aussi la voi-
sine du Pont-Neuf, du musée du
Louvre, de la cathédrale Notre-
Dame et de Beaubourg. 2+4 En
2020, sous l’impulsion du Groupe
LVMH, La Samaritaine renaît de ses
cendres et devient un complexe
unique en son genre, entre hôtel de
luxe et grand magasin haut de
gamme. 3+5+6 Artisans ferron-
niers, peintres, céramistes et bien
d’autres professionnels ont veillé à
redonner à cet établissement his-
torique, son lustre d’antan.
PLAYGROUND
TRAVEL
1
2
4 5
6
3
www.gg-magazine.com
Sur quelque 20 000 m2
, six
cent marques représentent
le savoir-faire français illustré
à travers les univers de la
mode, de l’art de vivre et de
la gastronomie. Un salon
privé VIP, un espace beauté
de 3000 m2
, un spa et un
concept store complètent
une proposition à même de
devenir une référence.
I
l y a bien longtemps qu’on ne trouvait plus rien du tout, à la Samaritaine.  Quinze an-
nées exactement, après la baisse définitive des rideaux. Depuis, l’une des enseignes les
plus emblématiques de Paris semblait, telle la Belle au bois dormant, plongée dans un
sommeil sans fin, plongeant dans la torpeur tout un quartier du cœur de la capitale.
Et voilà que la Belle endormie s’apprête à se réveiller, fraîche comme au premier jour.
En guise de prince charmant, des travaux titanesques commandés par le groupe LVMH,
propriétaire des lieux depuis 2001. Les chiffres donnent le tournis : 750 millions d’euros
dépensés pour la rénovation ou la reconstruction des 70 000 mètres carrés de l’ensemble,
3000 personnes et 280 entreprises françaises d’excellence engagées… Un lifting d’ampleur
pour une institution qui fête ses 150 ans.
On trouve tout à la Samaritaine »  C’est en 1870 que Ernest Cognacq
installe sa petite boutique rue du Pont-Neuf qu’il baptise « La Samari-
taine » en l’honneur d’une statue érigée sur une pompe aspirant l’eau
de la Seine, sise sur le tout proche Pont-Neuf jusqu’en 1813. Les af-
faires florissantes l’amènent à construire plusieurs commerces, dont
celui qui deviendra le navire amiral de sa petite entreprise, pensé
par l’architecte Frantz Jourdain. Entre 1926 et 1928, l’architecte Hen-
ri Sauvage conçoit une prolongation du bâtiment dans le style Art
déco jusqu’au bord de la Seine. C’est elle, cette « Samaritaine », qui
devient dès lors un des points de
vie majeurs de la capitale. Quicon-
que passant devant elle, rue de Ri-
voli, ne peut s’empêcher d’entrer,
certain de trouver de l’utile ou de
l’agréable dans ses sept étages. Le
slogan d’alors ne dit-il pas : « On
trouve tout à la Samaritaine  »  ?
Les années passant, le maga-
sin cher à Ernest Cognacq et à sa
femme Marie-Louise Jaÿ subit le
contrecoupdesnouvelleshabitudes
commerciales. Jusqu’à sa fermetu-
re pour cause de vétusté en 2005.
U
ne rénovation sous sur-
veillance.  Quinze ans plus
tard, revoilà donc ce monu-
ment de l’histoire parisienne re-
pensé pour intégrer enfin le XXIe
siècle, avec un souci constant de
fluidité de la circulation en son
sein et une prépondérance de la
lumière créant une cohésion tota-
le entre les architectures Art nou-
veau, Art déco et moderne, que
l’on entre par la rue de Rivoli et sa façade ondulée de verre, lumineu-
se et légère, imaginée par le cabinet japonais Sanaa aux commandes
du projet (prix Pritzker en 2010), les rues adjacentes et les façades
Art nouveau de Frantz Jourdain, ou par le côté Seine et les imposan-
tes lignes de la façade créée par Henri Sauvage. À l’intérieur, un pa-
tio surmonté d’une ombrelle de verre accompagne le visiteur entré
par la rue de Rivoli vers la célèbre verrière de 1907. Un dôme a éga-
lement été ajouté au patio du deuxième étage du bâtiment Jourdain.
La rénovation d’un tel bâtiment nécessitait une précision d’autant
plus complexe tant le support avait évolué au fil des années et des
modes. Il a donc fallu choisir une date de référence pour donner à
la Samaritaine une cohérence plastique. L’année 1932, sorte d’apo-
gée tant architecturale que commerciale pour le lieu, a été retenue
par les restaurateurs travaillant sous l’égide de l’architecte des Bâ-
timents de France et par le Conservateur des monuments histori-
ques. La grande fresque de paons entourant la verrière, comme la
mosaïque sur la façade Jourdain ont retrouvé ainsi leur éclat d’origi-
ne grâce au travail minutieux et remarquable de centaines d’artisans.
U
n hôtel prestigieux au panorama unique.  Dans cet écrin char-
gé d’Histoire, l’hôtel Cheval Blanc Paris n’est pas le moindre
des joyaux. Situé dans la partie sud du bâtiment, avec ses 26
chambres et 46 suites donnant sur Notre-Dame ou la tour Eiffel, le
premier établissement urbain du
groupe Cheval Blanc en épouse
les codes en alliant confort, aut-
henticité et modernité. L’architec-
te d’intérieur Peter Marino a vou-
lu apporter un esprit parisien chic
à l’établissement. L’appartement
de 1000 m2
, réunissant deux sui-
tes avec sa piscine privée de dou-
ze mètres de long fait office de
clou du spectacle. L’hôtel met éga-
lement à disposition de ses pré-
cieux clients le Dior Spa Cheval
Blanc, une piscine de 30 mètres
de long, un club de sport exclusif,
un restaurant gastronomique tenu
par Arnaud Donckele et Maxime
Frédéric, deux autres restaurants
donnant sur la superbe terrasse
de 650 m2
ainsi qu’enfin, un café.
Le cœur du projet reste évidem-
ment le nouveau grand maga-
sin. Sur quelque 20 000 m2
, six
cent marques représentent le sa-
voir-faire français illustré à tra-
vers les univers de la mode, de l’art de vivre et de la gastronomie.
Un salon privé VIP, un espace beauté de 3000 m2
, un spa et un con-
cept store complètent une proposition à même de devenir une réfé-
rence, tant pour les touristes que pour les Parisiens. Si on ajoute à
cela 96 logements, une crèche de quartier et les 15 000 m2
de bureaux
sur six niveaux, l’idée prend forme d’un projet d’une ampleur phéno-
ménale, lequel s’accompagne d’un aménagement urbain à sa péri-
phérie. Ainsi, la rue du Pont-Neuf se voit partiellement piétonnisée,
quand celle de la Monnaie devient totalement interdite aux voitures.
De même, le comblement de la sortie du tunnel des Halles a per-
mis la création d’une nouvelle place à quelques pas de la Seine, jus-
te devant le fameux Pont-Neuf où 150 ans auparavant, Ernest Cog-
nacq ouvrait sa première échoppe. Un siècle et demi, une éternité.
PHOTOS:PIERRE-OLIVIERDESCHAMPS,AGENCEVU'POURLASAMARITAINE
23
STYLISTE:CLAIREMATUSZYNSKI
L’Art déco à gogoAvec sa touche rétro des plus tendance,
l’Art déco se conjugue à la mode et à la home.
plus avant-gardiste
signé Jimmy
Choo. 695€
7 MINI MINI 
Mini-sac, maxi
style avec la minau-
dière pailletée sig-
née Oscar de la
Renta. 2139€.
8 TECH 
Enceinte ultra de-
sign inspirée des
cylindres à musi-
que d’antan. Signée
José Levy pour Lexon,
elle ajoute une
touche d’élégance
high-tech 99€.
9 UN AIR D’ÉTÉ 
Imaginée sous la
forme d’un coquil-
lage, cette lampe
Gubi en laiton
mise tout sur un
design épuré qui
s’adapte à tous les
intérieurs. 590€.
10 FINE MAILLE 
Cape dorée, maté-
riel effet côte de
maille stylisé. Un
vêtement bijou
dans l’esprit Art
déco. 520€.
11 BOUGIE ARTY
BOUGIE parfumée
avec juste ce qu’il
faut d’impertinence
signée Fornasetti.
Un design original
entre image d’épo-
que et dorures à da-
mier. So chic. 335€.
1 LÉGÈRETÉ 
Regard de chat au
caractère de pant-
hère. Cartier signe
une solaire épurée,
féline hautement
design. 790€.
2 NÉO-DÉESSES 
Robe dorée frangée
signée Maria
Grazia Chiuri pour
Dior. Une revisite
de la silhouette
féminine toute
en puissance.
3 GRAND LUXE 
Set de 24 couverts
en or 24 carats. Une
vision avant-gardis-
te des arts de la tab-
le signée MOOD by
Christofle. 1700 €.
4 ÉTONNANTE 
Montre jonc Cartier
dont le cadran se
dissimule dans le
design de ses lig-
nes, comme une
panthère chassant
une proie. 49 800 €.
5 GLAMOUR 
Ode au vintage avec
cette ceinture
Dolce  Gabbana et
fermoir DG AMO-
RE en laiton agré-
menté de perles
noires. 545€.
6 FUTURISTE 
Baskets cuir nappa
et paillettes avec se-
melles futuristes.
Du glamour des
7
www.gg-magazine.com
1
6
2
4
10
5
11
3
9
8
PLAYGROUND
WOMAN
24
L’ÉVÉNEMENT
AUTOMOBILE FÉMININ
21
e
édition
www.rallyedesprincesses.com
DU 06
AU 11 JUIN
2020
STYLISTE:CLAIREMATUSZYNSKI
L’homme moderneTendance phare de la saison, le rose prend des libertés et investit désormais le vestiaire masculin.
1 NUANCES 
Lunettes Le
Bucheron Crystal
par Flatlist. Idéal
pour voir la vie
en rose. 215 €
2 UN PARFUM 
La bougie cire de
la maison Trudon,
décorée de ses
armoiries. S’en dé-
gage une odeur de
cire chaude… tout
simplement. 89€
3 ÉLÉGANCE 
Le stylo bille
Montblanc Meis-
terstück blanc et or
rosé est un classi-
que intemporel de
la maison. 730 €
4 DOUCEUR 
Caleçon en soie rose
de chez Tom Ford.
Une teinte disponib-
le pour tous les
modèles. 185 €
5 COCKTAILS. 
Traditionnelle-
ment en cuivre, les
authentiques ver-
res à Martini sont
remis au goût du
jour chez Tom
Dixon. 90€
6 GET THE LOOK 
Silhouette rose
www.gg-magazine.com
1
6
2
7
4
9
5
10
3
8
pastel toute en flui-
dité signée Balmain.
Blouse et pantalon
loose qui donnent
déjà envie d’être
en été.
7 UN BON CAFÉ 	
Conçue pour faire
du bon café, la
cafetière H.A.N.D
est en cuivre.
Une couleur
brute et rosée qui
s’adapte à toutes
les décos. 205 €
8 UNIQUE 
Bonnet cachemire
en nuances
de rose psychédéli-
que. Un couvre-
chef signé The
Elder Statment
entièrement fait
main à Los
Angeles. 465 €
9 AU CHAUD 
Chaussettes Corgi
fabriquées au pays
de Galles. En rose,
elles s’accordent
parfaitement à une
tenue sobre. 15€
10 SEVENTIES 
Veste en velours
rose Richard James.
Un voyage au
cœur de la mode
des seventies. 835 €
PLAYGROUND
MAN
26
READY–TO–SLEEP*
T H E B L U E C H E C K C O L L E C T I O N
VOIR PLUS DE
COULEURS DE TISSUS
SUR HASTENS.COM
BOUTIQUE HÄSTENS À PARIS 16e | 61 Avenue Raymond Poincaré | Tel: 01 43 59 93 81
BOUTIQUE HÄSTENS À PARIS 3e | 84 rue de Turenne (ouverture Avril 2020)
BOUTIQUE HÄSTENS À NICE | 44 rue Gioffredo | Tel 04 93 79 87 94
*PRÊT-À-DORMIR
4 5
www.gg-magazine.com
1
62
7
8
3
La vie couleur
Riviera
Élu couleur de l’année, le bleu Klein
investit votre intérieur.
1 CONFORT Canapé Bubble en velours
bleu, Roche Bobois. 4 770€ 2 STRUCTURÉ 
Vase en relief aux 50 nuances de bleu signé
Baccarat. 11  000€ 3 MYSTIQUE Bougie
Gucci en porcelaine, hommage aux motifs de
la maison. 295€ 4 ORIGINAL  Verre à vin
sans pied Luisa X Lee Mathews chez R+D.
LAB. 70€ 5 FONDS MARIN Tapis ané-
mone chez maison La Chance, imaginé
par François  Dumas. 2 011€ 6 VÉNUS 
Vase artisanal en papier qui flaire bon la Mé-
diterranée. Octaevo. 13,50€ 7 SIMPLICITÉ 
Chaise Mobler Design conçue par Poul M.
Volther. 200€ 8 AÉRIEN Luminaire sus-
pendu Vertigo chez la Petite Friture. 885€
STYLISTE:CLAIREMATUSZYNSKI
PLAYGROUND
LOOK
28
LI 78’ Power
Marc Lombard Yacht Design Group
CUSTOM - SEMI-CUSTOM - SAIL - POWER 77’ - 78’ - 85’ - 100’ - 115’
18 – 26 January 2020Boot Düsseldorf
15 – 19Salon International du Multicoque April 2020
www.gg-magazine.com
INTERVIEW:JULIEBIENCOURT;PHOTOS:INVADER(5)
Street art en
petits carreaux
Streetartisteconquérant,Invaderenvahitlemonde.
Desmursdesplusbellesetgrandesvillesjusqu’aux
fondsmarins,l’artistesemblen’avoiraucunelimite
pourexprimersonart.Sonvasteuniversfascineles
amateurs partout dans le monde. Une légende qui
s’écrit de colle et de mosaïque. Entretien.
1. L’utilisation de la mosaïque n’est pas commune dans le monde
du street art. Pourquoi avoir fait le choix de ce matériau ?  Tout
d’abord parce que j’ai trouvé là un matériau parfait pour donner corps
au pixel, mais également pour œuvrer dans la rue puisqu’il s’agit égale-
ment d’un médium hyper pérenne qui est fait pour résister aux intempé-
ries et dont les couleurs ne ternissent pas avec le temps comme c’est par
exemple le cas de la peinture. Enfin, parce que justement c’est un maté-
riau original ! Lorsque j’ai commencé à l’utiliser, j’étais le seul à le faire.
2. Un véritable « jeu » s’est développé autour de vos œuvres ur-
baines. Était-ce une volonté de votre part d’interagir avec le pu-
blic ? J’ai toujours aimé l’idée d’interagir avec le public. En 2014, j’ai
créé Flashinvaders, une application pour smartphone qui permet de
se livrer à une sorte de chasse au trésor. C’est un jeu qui exige de par-
courir le monde pour grimper dans le tableau des scores. Je ne m’at-
tendais pas à un tel engouement, certains joueurs sont vraiment mor-
dus ! Une vraie communauté s’est formée à travers le monde.
3. Où puisez-vous vos inspirations ? Je suis un artiste de mon
époque, et cette époque possède sa propre culture : le cinéma, la BD,
Internet ou encore la musique. Ajoutez à cela des études plutôt clas-
siques d’art à la Sorbonne puis aux Beaux-Arts et, voilà, cela m’a amené
à réaliser tant des œuvres en mosaïque qui s’inspirent des jeux vidéo
et qui sont collées dans la rue que des détournements de
jouets pour représenter des tableaux de maîtres...
4. Des œuvres sous la mer, des œuvres dans l’es-
pace… Quel sera votre prochain challenge ? Il me
semble important de me renouveler et de constamment
surprendre mon public, voire de me surprendre moi-
même avec de nouvelles idées et de nouveaux challenges.
Pas toujours facile, mais il est essentiel de ne pas stagner.
5. Sur la place Igor Stravinsky à Paris vous avez réa-
lisé votre plus grande fresque. Question : Pourquoi
à cet endroit précis ? Il s’agit d’un endroit incroyable,
qui comptait déjà deux œuvres de street artistes. Alors
quand on m’a proposé d’y intervenir je n’ai pas hésité
une seule seconde, c’est une opportunité qui ne se refuse
pas. Comme il s’agit d’une intervention autorisée, ce que
j’appelle mon 1 % légal, j’ai pu travailler à grande échelle
et réaliser une des plus grandes pièces de ma carrière.
6. Vous avez parcouru le monde entier et pourtant
Paris semble prendre une part importante dans votre
travail… Tout simplement parce que j’y vis et que j’y passe
beaucoup de temps, je ne peux donc m’empêcher d’y faire
du repérage constant. Je pourrais passer ma vie à l’envahir.
Et puis on dit que c’est une des plus belles villes du monde,
où que vous soyez dans le monde, les yeux des gens pétillent
lorsque vous prononcez le mot Paris. Les villes sont les écrins
de mon travail, il serait dommage de se priver d’y intervenir.
Invader crée des œuvres en pixels partout
dans le monde, du haut de la tour Eiffel,
et jusque dans l’espace. Une tortue nin-
ja à New York, des fantômes Pac-Man à
Londres… Ses travaux sont aussi très ins-
pirés du jeu Space Invaders.
PLAYGROUND
INTERVIEW
30
FOTO:DOUGLASFRIEDMAN;STYLISTIN:ROSEMARIECOOK(ASSISTENTIN:CATERINAOSPINABUITRAGO),MAKE-UP:AURÉLIEPAYEN,
HAARE:MÉLANIE;OHRRINGE:BIBIMARINI,HOSE:EMILIAWICKSTEAD,TOP:EBERJEY,ARMREIF:ALIGHIERI,SCHUHE:GERARDDAREL
AT HOME
HÔTEL DU CAP-EDEN-ROC
AMOUR HÔTELS
LORENZ BÄUMER
FONDATION CARMIGNAC
L’élégant hôtel du Cap d’Antibes dévoile ses 150 ans d’histoire sous les pas du mannequin Laura Bailey
Glamour inégalé
sur la Côte d’Azur
C’est un lieu empli de nostalgie où
le temps semble s’être arrêté et
qu’on aurait du mal à oublier. Cette
année, le somptueux hôtel du Cap-
Eden-Roc fête ses 150 ans. La
véritable richesse de cette maison
historique sur la Côte d’Azur réside dans
sa clientèle dont une grande partie lui
est fidèle depuis plusieurs générations.
Nous lui tirons notre chapeau et lui
souhaitons un très joyeux anniversaire !
TEXTE : Steffi Kammerer 
PHOTOS : Douglas Friedman 
PRODUCTION : Michaela Cordes  Maria Mundt
34
Laura Bailey est mannequin et auteure britannique. Quand elle veut réellement se relaxer, elle vient ici, dans son hôtel favori.
STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :AURÉLIEPAYEN ;COIFFURE :ANDRECUETOSAAVEDRA ;
BOUCLESD’OREILLES :THEODORAWARRE ;COLLIER :CHANEL ;HAUTETPANTALON :GULHURGEL@KOIBIRDWWW.KOIBIRD.COM
« Ce sont ses hôtes qui
rendent l’hôtel mythique. »
PHILIPPE PERD
STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :
AURÉLIEPAYEN ;COIFFURE :MÉLANIE ;ROBE :ERDEM ;CHAUSSURES :GIACOUTURE
Laura Bailey devant l’hôtel du Cap-Eden-Roc. Francis Scott Fitzgerald a immortalisé la maison dans son roman Tendre est la nuit.
37
Un endroit d’un glamour à ce jour inégalé. Les clients de l’hôtel du Cap-Eden-Roc savent parfaitement se mettre en scène.
www.gg-magazine.com
STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :AURÉLIEPAYEN ;COIFFURE :
ANDRECUETOSAAVEDRA ;ROBE :DVF ;BOUCLESD’OREILLES :ALIGHIERI ;BRACELET :AURÉLIEBIDERMANN
u moment où vous lisez ces lignes,  il ne reste plus que quelques semaines à l’hô-
tel le plus légendaire de la Côte d’Azur pour se parer pour la saison. Mi-avril, les
premiers hôtes arrivent après la pause hivernale. Peu après, avec le festival de
Cannes, c’est le boom annuel qui commence. Cet été, l’hôtel du Cap-Eden-Roc,
somptueux lieu de vacances depuis des générations, se concentrera sur la cé-
lébration de son jubilé : depuis 150 ans cette maison est devenue la résidence secondaire
de bien des clients fidèles. Situé entre Cannes et Nice, sur la pointe sud du Cap d’Antibes,
l’hôtel fascine par son élégance intemporelle.
Au bord de la mer, un palace couleur crème aux volets gris bleu.
C’est un lieu à couper le souffle. Après avoir traversé le hall, lorsque
la porte s’ouvre sur l’immense parc, on se trouve en haut du large es-
calier de marbre, pris de vertige, en apercevant la mer scintillante en
contrebas, au bout d’une allée bordée de pins centenaires et de pal-
miers jetant des ombres pittoresques. Exceptés les cris des mouettes
et quelques balles de tennis qui rebondissent, on ne perçoit aucun
bruit. C’est ainsi qu’elle se présente, la promesse de vacances et d’in-
souciance qui plongent même les grands patrons et autres person-
nalités influentes du monde dans une piété méditative : ce moment
puisse-t-il durer éternellement !
Le parc relie le bâtiment princi-
pal au pavillon Eden-Roc, achevé
en 1914. La même année, on fai-
sait sauter la falaise à la dynamite
afin d’y creuser la piscine d’eau sa-
lée. Ceux qui recherchent le calme,
peuvent s’éloigner des abords de la
piscine et se retirer dans de petits
bungalows blancs situés au bord
de l’eau. Pour jouir d’une parfaite
tranquillité, il faut y mettre le prix :
500 euros par jour – ce qui est ail-
leurs, le prix d’une luxueuse suite.
Mais lorsqu’on séjourne ici, on pré-
fère commander un autre Bellini
plutôt que de s’embarrasser de ces
aspects ennuyeux. Le personnel est
nombreux : plus de deux employés
par client, tous ont reçu une excel-
lente formation. À l’hôtel du Cap,
tout témoigne d’une opulence his-
torique et d’un charme incompa-
rable. Depuis l’an 1900, à côté de sa roseraie, le parc compte même un
cimetière pour chiens – avec des pierres tombales en miniature. Seuls
les animaux qui meurent ici y sont enterrés.
C
ette année, donc, l’illustre hôtel fête ses 150 ans.  À l’occasion
de ce jubilé, l’établissement s’offre un beau livre de 300 pages :
Hotel du Cap-Eden-Roc: A Legend on the French Riviera. Il sera dis-
ponible chez Amazon à partir du mois de mai. La préface est rédigée
par Graydon Carter. Ancien rédacteur en chef de Vanity Fair, il connaît
le palace depuis l’aube des temps. Pendant de nombreuses années, lors
du festival de Cannes, il y donnait des soirées mythiques.
Durant l’été, il n’y a quasiment que les clients réguliers de l’hôtel
du Cap qui peuvent y réserver une chambre, de préférence toujours la
même. Des familles du monde entier viennent ici depuis trois, voire
quatre générations. Souvent elles se donnent rendez-vous. Les enfants
y apprennent à nager, les adolescents grimpent sur les échelles de corde
ou sur les balançoires et cordes suspendues au-dessus de la mer. Le soir,
on se retrouve sur le toit du pavillon Eden-Roc pour savourer le coucher
du soleil au bar à champagnes. Sur sa terrasse, on a l’impression d’être
sur le pont supérieur d’un bateau de croisière.
’ambiance évoque celle d’un club privé.  Certains employés tra-
vaillent ici depuis plusieurs décennies, comme Michel, portier ou
bien Giovanni, majordome : tous deux font partie du personnel
depuis plus de 40 ans. Le style des chambres est intemporel. On y ac-
cède par un ascenseur lambrissé parfaitement conservé. Les murs sont
peints dans des nuances de gris, les canapés et rideaux apportent une
touche fleurie. Chaque jour, des roses fraichement cueillies dans les jar-
dins de l’hôtel sont disposées sur la table de nuit. Le palace est historique
sans pour autant ressembler à un
musée, car il y règne une ambiance
joyeuse. Un cabriolet Fiat des an-
nées 1950 est mis à la disposition
des hôtes, ainsi qu’une Autobianchi
Bianchina Eden-Roc, comme celle
que possédait Brigitte Bardot. Avec
ses sièges en cuir bleu, ce modèle
que les hôtes peuvent emprunter
pour faire une élégante virée, est
déjà un régal pour les yeux.
Outre le bâtiment principal et le
pavillon Eden-Roc, l’hôtel du Cap
comprend la résidence Les Deux
Fontaines et deux villas avec pis-
cine. Une troisième villa sera dis-
ponible à partir du mois de juillet.
Elle est nettement plus grande que
les deux précédentes : 400 mètres
carrés. Au total, le palace compte
118  chambres et suites, dont
l’opulente suite Eden-Roc, jouis-
sant d’une terrasse sur le toit de
250 mètres carrés, avec vue sur la mer.
Le bâtiment principal a été édifié en 1870 par Hippolyte de Villemes-
sant, fondateur du quotidien Le Figaro, dans l’idée d’offrir aux auteurs et
aux journalistes un lieu de retraite et d’inspiration pour écrire. Mais son
projet n’a pas connu le succès escompté. Plusieurs propriétaires ont en-
suite tenté de reprendre l’affaire, sans plus de résultat, si bien que le bâ-
timent commençait à se délabrer. En 1887, l’hôtel a été racheté par l’Ita-
lien Antoine Sella qui l’a fait rénover pendant deux ans. À partir de la
réouverture, grâce à une habile stratégie, le nouveau propriétaire est par-
venu à attirer la jet-set internationale, les aristocrates, les plus grandes
stars hollywoodiennes et à fidéliser cette clientèle.
Aujourd’hui, chaque recoin du palace évoque un voyage dans le temps.
Là-bas, Kirk Douglas était assis, chaussé de ses skis nautiques qu’il lais-
sait pendouiller au-dessus de l’eau. Ici, Marlene Dietrich lisait couchée
sur une chaise longue, là, Fred Astaire se promenait, à cet endroit Eli-
zabeth Taylor et Richard Burton se sont disputés et le grand produc-
teur de cinéma Darryl F. Zanuck y jouait aux cartes avec l’Aga Khan.
L’hôtel n’a appartenu qu’à
deux familles au cours de sa
longue histoire. Cela se
ressent. Certains employés
font partie du personnel
depuis plusieurs décennies,
notamment Michel,
le portier ou encore le
majordome Giovanni.
39
40
La falaise a été dynamitée en 1914 pour creuser la piscine. Ici, quand le soleil se couche, même les stars hollywoodiennes en ont le souffle coupé.
« D’une certaine manière, l’hôtel
appartient aussi un peu
à nos clients de longue date. »
PHILIPPE PERD
STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :AURÉLIE
PAYEN ;COIFFURE :MÉLANIE ;BIKINI :THREEGRACES ;SHORT :PAIGE ;LUNETTESDESOLEIL :CHANEL
www.gg-magazine.com
Marc Chagall passait toujours le mois d’août ici. Parmi les clients
habitués, il y avait aussi l’écrivain George Bernard Shaw, toujours
abrité sous un grand parasol. Coco Chanel a séjourné ici, John Len-
non et Yoko Ono, les Kennedy, les Churchill, Picasso, Hemingway.
Dans son roman Tendre est la nuit, Francis Scott Fitzgerald rend un
hommage littéraire à l’hôtel.
Son histoire regorge d’anecdotes. Gérard Depardieu et Robert
De Niro ont un jour échangé des propos vifs au bord de la piscine
parce que l’un avait omis d’inviter l’autre à son anniversaire. Johnny
Weissmuller a fait retentir son célèbre cri de Tarzan dans le hall. Bruce
Willis qui avait réservé une table pour 30, est finalement arrivé avec
300 personnes. Il y a quelques années, un matin, on a pu voir Brad Pitt,
Matt Damon et George Clooney jouer au cricket sur la pelouse. Bien-
sûr, il y a eu des petits scandales : Kate Moss et Johnny Depp ont laissé
leur chambre dévastée, Lars von Trier est arrivé à bord d’un immense
camping-car. Des péchés de jeunesse pardonnés : aujourd’hui, ils sont
tous trois de nouveau les bienvenus à l’hôtel. Et puis, il y a ces belles
histoires comme celle du porteur victime d’un accident pour la famille
duquel les clients de la maison ont
recueilli des fonds.
Depuis 1969, le palace appartient
à la famille Oetker, des industriels
allemands. Cinq ans avant de l’ac-
quérir, Maja et Rudolf-August Oet-
ker l’avaient découvert depuis la
mer, sur leur voilier. Ils voulaient
tout de suite l’acheter, mais il était
trop cher. Ils l’ont finalement ob-
tenu, après avoir promis à An-
toine Sella d’en conserver l’esprit
et de ne pas licencier le personnel.
Aujourd’hui, l’hôtel fait partie de
l’Oetker Collection qui ne cesse de
croître et compte déjà neuf grands
hôtels à travers le monde – notam-
ment Le Bristol à Paris, le Brenners
Park-HotelàBaden-Badenetl’Eden
Rock à Saint-Barth.
’hôtel n’a donc appartenu
qu’à deux familles  au cours
de sa longue histoire. Cela
se ressent. Et les managers aussi y restent longtemps. Philippe Perd
dirige l’établissement depuis 15 ans. « Ce sont ses hôtes qui rendent
l’hôtel mythique », dit-il. Il en a repris la direction en 2005, succé-
dant à Jean-Claude Irondelle qui lui, l’avait dirigé pendant 35 ans.
L’ancien directeur se rendait chaque hiver à New York et à Los An-
geles où il donnait des cocktails et des dîners exclusifs. Les studios
de cinéma lui retournaient la faveur en organisant des réceptions à
l’hôtel du Cap. Sous son égide, le règlement intérieur était strict. Les
téléphones portables étaient interdits aux abords de la piscine. Selon
le Wall Street Journal, Jacques Chirac s’était vu un jour refuser l’en-
trée au restaurant parce qu’il s’était présenté au dîner sans cravate.
Les chambres n’étaient pas pourvues de télévision, ni de minibars
alors même qu’il s’agissait d’une clientèle cossue, habituée à dispo-
ser de gadgets high-tech y compris dans la salle de bains. Ceux qui
ne supportaient pas cet épurement, devait se faire livrer un télévi-
seur par leur majordome, ou bien un sèche-cheveux, longtemps pas
fourni lui non plus.
Philippe Perd, plus entreprenant, a su remettre la maison au goût du
jour avec une grande délicatesse. Les travaux de rénovation commen-
cés en 2007 ont duré quatre ans. Ils devaient être exécutés de façon
imperceptible. Maja Oetker a fini par céder à sa demande d’installer
des téléviseurs dans toutes les chambres. En avril 2011, l’hôtel a réou-
vert après un lifting qui a coûté 67 millions de dollars. Depuis, les mi-
nibars et les écrans plats sont standard. Tout comme le paiement par
carte de crédit, car jusqu’en 2006, on payait sa note en liquide ou par
virement bancaire. En revanche, il n’y aura jamais de cartes en plas-
tique pour ouvrir les portes des chambres. À l’hôtel du Cap, les clés
sont en laiton et ce, depuis toujours. Un héliport ? Surtout pas, a dé-
cidé Maja Oetker, cela gênerait les autres clients. « Nous ne sommes
pas des parvenus. Ceux qui n’y trouvent pas leur compte, n’ont qu’à
aller voir ailleurs », a-t-elle déclaré un jour. Elle s’est occupée person-
nellement de la décoration de chaque chambre. Elle a choisi le mobi-
lier et les tableaux, les étoffes et les couleurs. « Nous avons attentive-
ment écouté les souhaits exprimés par nos hôtes ces dernières années.
Le résultat correspond exactement à ce que nous nous étions fixé : ré-
nover l’hôtel d’une façon si subtile qu’en apparence rien ne change »,
a annoncé Philippe Perd une fois les travaux terminés.
t, à sa façon, l’hôtel du Cap évolue  en effet avec son temps. « La
nouvelle génération publie l’expérience de son séjour sur Ins-
tagram », explique le directeur. « Mes fidèles et anciens clients
ne savent peut-être pas se servir
de ce réseau social, mais leurs en-
fants si ! » Il sait exactement com-
bien de followers compte son éta-
blissement  : «  Près de 120  000.
D’ici la fin de l’année, nous de-
vrions atteindre les 150 000. »
Pendant le festival de Cannes,
la Croisette est bruyante et bon-
dée, raison pour laquelle l’hôtel le
plus prisé lors des festivités ne se
trouve pas à Cannes mais à une
demi-heure de route en longeant
la côte ou bien à cinq minutes en
bateau. Grâce à son embarcadère
privé, le palace est aisément ac-
cessible par la mer. Se procurer
une chambre à cette époque de
l’année est quasi-impossible et si
on y parvient, c’est à condition de
réserver pour les douze nuits du
festival. Chaque année, un bon
tiers des chambres et suites est
occupé par des clients de longue date, preuve que même les stars
du cinéma apprécient une certaine routine.
Depuis 2009, le gala de l’amfAR organisé au mois de mai a quitté
les hauteurs de Cannes pour s’installer à l’hôtel du Cap-Eden-Roc. La
maison doit ce nouvel évènement à Philippe Perd, tout comme les li-
mousines qui attendent désormais à l’aéroport chaque client séjour-
nant à l’hôtel au moins quatre jours. L’actuel directeur a aussi enga-
gé le grand chef Éric Frechon comme conseiller gastronomique. Pour
cette année de jubilé, les cuisines du palace se sont fixées de nouveaux
objectifs. Durant la pause hivernale, les deux restaurants ont été en-
tièrement refaits. « Nous avons néanmoins conservé leur esprit. » Le
mobilier a été spécialement conçu pour que le décor ne paraisse pas
trop moderne. « Nous avons créé un lien subtil entre passé et avenir. »
Deux évènements sont prévus cet été pour célébrer le grand anni-
versaire, en compagnie de 250 fidèles clients à chaque fois. Non pas
une fête débridée au bord de la piscine, mais d’élégants dîners dans
le style de la maison. Le directeur ne donne pas de détails, il garde la
surprise. Car il s’agit de remercier ses clients. Il les a consultés sou-
vent, leur a demandé conseil. « Nous ne voudrions pas devenir un hôtel
5 étoiles quelconque ! » Dès lors, toute transformation requiert la plus
grande précaution. « Nos clients ne veulent pas que leur hôtel change.
La maison leur appartient aussi un peu, c’est leur coin de paradis. »
STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :AURÉLIEPAYEN ;COIFFURE :MÉLANIE ;MAILLOTDEBAIN :CHANEL
Avoir une chambre ici
pour le festival de Cannes
est difficile et soumis à la
condition de réserver pour
les douze nuits. Un tiers
des chambres est occupé
par des clients réguliers,
la preuve que même les
stars du cinéma apprécient
une certaine routine.
42
La dolce vita : on pourrait croire que le concept de vacances d’été a été inventé à l’hôtel du Cap-Eden-Roc.
Comment est née votre collaboration avec l’Oetker Collection ?  Je di-
rais que je me définissais déjà comme une amie du groupe hôtelier au-
paravant. Au travers de mes reportages de voyages, mes séances photo
en tant que mannequin et en tant que photographe, j’entretiens déjà
une relation particulière avec les hôtels de cette collection depuis plus
de 20 ans, notamment avec l’hôtel du Cap-Eden-Roc.
Étiez-vous déjà venue ici enfant ? Oh non ! J’aurais aimé ! Enfant,
j’étais plutôt au camping à 15 kilomètres d’ici (elle rit).
Vous souvenez-vous de votre
premier séjour dans cet hô-
tel  ?  Je devais avoir 20  ans
et j’étais venue avec mon pe-
tit-ami. C’était au tout début de
ma carrière de mannequin et à
cette époque, je voyageais énor-
mément, aux quatre coins du
globe. Mais je me souviens en-
core d’avoir été très impression-
née car je n’avais jamais vu une
maison comme celle-ci. Par la
suite je suis revenue réguliè-
rement, notamment pour des
productions photographiques
et pour le festival de Cannes.
Ces dernières années, j’y suis
souvent venue à des anniver-
saires ou autres fêtes données
par des amis chers. Pour moi
c’est toujours le même senti-
ment  : quelques jours passés
ici, ce sont les moments les plus
heureux que je connaisse !
Pouvez-vous décrire qu’est-ce
que vous aimez tant dans cet
hôtel ?  Flâner dans le ravissant
parc – je crois qu’il n’existe rien de comparable. Ou le premier regard
qu’on jette à la piscine, ou encore depuis le bâtiment principal, par-de-
là l’Eden-Roc, la vue sur la mer ! Un séjour dans cet hôtel est aussi
toujours lié au premier bain de mer ou à la première promenade le
long des falaises. Pour moi, ce lieu représente le summum de l’élé-
gance classique associé à une incroyable créativité. C’est particulière-
ment flagrant lors du festival de Cannes. À cette époque, l’hôtel baigne
dans une ambiance encore plus glamour. Mais j’ai aussi déjà eu l’occa-
sion d’être ici hors saison, au calme – quand j’ai le bonheur de pouvoir
passer quelques jours ici avec mon fils Luc, âgé de 15 ans et avec ma
fille Tiger, onze ans. Ici, je peux me détendre et lâcher prise comme
nulle part ailleurs au monde. C’est un lieu qui éveille tous mes sens.
Quelle est votre définition du style ? Selon vous, le service qui fait
la renommée mondiale de l’hôtel du Cap, en fait-il partie ? À mon
sens, c’est ce mélange particulier de prévenance, d’une organisation
extrêmement bien pensée et du savoir-faire qui va avec – le tout asso-
cié à une amabilité sincère. Ici, on se sent bienvenu et même faisant
partie d’une grande famille. Depuis l’employé qui gare les voitures
jusqu’aux serveurs au restaurant, tout le monde connaît mon nom.
Cela me frappe surtout lorsque je voyage seule. Et j’adore passer une
nuit seule à l’hôtel du Cap-Eden-Roc ! Je me sens alors comme une
actrice dans un film. Pour moi, l’Oetker Collection incarne parfaite-
ment la classe et le style. Ses hôtels nous font voyager dans le temps.
On se sent comme enveloppé dans un merveilleux cocon, chose qu’on
apprécie d’autant plus dans notre monde actuel où tout va de plus en
plus vite. Ce sont des oasis, de
véritables havres de paix.
… comme si le temps s’était
figé ?  Oui – et on se sent ap-
partenir à la fois au passé et
au présent. À l’hôtel du Cap-
Eden-Roc, il m’arrive souvent
de rencontrer des personnes
fascinantes et aussi, par ha-
sard, des amis que je n’ai pas
vus depuis une éternité. C’est
extraordinaire  ! Peu importe
que je sois seule ou pas. Par ail-
leurs, l’hôtel me donne accès à
un monde que j’aime beaucoup
et qui nourrit mon inspiration.
Lorsque je séjourne ici, j’aime
faire des excursions dans les
environs, à Saint-Paul-de-Vence
ou à Vence pour visiter la cha-
pelle Matisse par exemple.
Quelle part de cette magie
résulte, selon vous, de la si-
tuation de l’hôtel sur la Côte
d’Azur  ?  Je sais qu’il y a des
hôtes qui ne quittent pas l’hôtel
une seule fois durant leur sé-
jour. Mais pour ma part, j’aime beaucoup partir en excursion, puis ren-
trer « à la maison ». Lors de mon dernier séjour, j’ai découvert un tout
nouveau chemin le long de la côte, à l’endroit où la nouvelle version du
film Rebecca vient d’être tournée. J’ai également quelques bons amis
qui vivent dans les environs. Dans ce sens, la région m’est familière.
Quelle est votre saison préférée pour venir ici ?  Je dirais, début mai.
C’est une période de l’année particulièrement agréable parce que tout
fleurit et qu’il y a de nombreuses fêtes traditionnelles dans la région
au mois de mai. C’est aussi en quelque sorte le calme avant la tempête
du festival de Cannes.
Pour un premier séjour à l’hôtel du Cap-Eden-Roc, quel conseil
de lecture ou de musique de voyage donneriez-vous ? Rebecca de
Daphne du Mau­rier et Tendre est la nuit de Francis Scott Fitzgerald
ou bien Bonjour tristesse de Françoise Sagan. Au bord de la piscine
ou lors de mes balades, j’aime écouter Father John Misty, les Rol-
ling Stones, Nina Simone et les chansons issues de la collaboration
entre France Gall et Serge Gainsbourg.
Rendez-vous au paradis
L’élégance et la nostalgie sont peut-être les deux points communs les plus marquants entre
l’hôtel du Cap-Eden-Roc et Laura Bailey, mannequin, photographe et rédactrice pour l’édition
britannique de Vogue. Depuis 2018, elle est aussi ambassadrice de l’Oetker Collection.
INTERVIEW : Michaela Cordes
Laura Bailey vient à l’hôtel du Cap-Eden-Roc depuis
de nombreuses années. Lors de chaque départ, le mannequin
britannique prévoit déjà son prochain séjour.
STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :AURÉLIEPAYEN ;COIFFURE :MÉLANIE ;CI-CONTRE :
MAILLOTDEBAIN :DVF ;CHAPEAU :JACQUEMUS ;CI-DESSUS :BOUCLESD’OREILLES :THEODORAWARRE ;ROBE :GANNI ;CHAPEAU :CHANEL
45
Hôtels Amour : Les divines
idylles d’André Saraiva
Quatorze ans après son ouverture à Paris, l’Hôtel Amour exporte
son ambiance décalée-kitsch et son style bohème à Nice.
Cofondateur du projet, l’artiste et entrepreneur André Saraiva nous
conte l’aventure Amour hôtels.
TEXTE : Alexis Chenu  PHOTO : Pierre Björk
Tour à tour street-artiste, rédacteur en chef, réalisateur, André Saraiva est aussi un entrepreneur inspiré.
47
« Nice est une destination historique
pour les artistes, bien plus créative
et jeune qu’on ne l’imagine. »
48
Reconnaissable à ses parasols à rayures blanches et bleues, la plage de l’hôtel Amour Nice se situe sur la célèbre promenade des Anglais.
www.gg-magazine.com
PHOTOS :PHILIPPECHARLOT(3),PIONSTUDIO(2),PIERREBJÖRK(2)
D
’origine portugaise, André Saraiva est ce
qu’on peut appeler un artiste touche à tout.
Ado, il découvre l’univers du graffiti dans le-
quel il évoluera dans les années 80, imagi-
nant son personnage Mr A, qu’il reproduira
sur des centaines de murs de Paris et d’ail-
leurs en Europe, avant d’être exposé dans les
plus grands musées et galeries du monde.
Tour à tour rédacteur en chef de magazine
ou réalisateur de court métrage il se révèlera
par ailleurs être un entrepreneur né. En 2004, il créé le club Le Ba-
ron, une adresse culte des nuits parisiennes, qu’il transportera jus-
qu’à New-York, Tokyo, Londres et Shanghai. Il est également l’un des
hommes du trio à l’origine des Hotels Amour. L’histoire de ces hôtels
pas comme les autres est née lors d’un dîner de copains. Autour de
la table, entre deux coups de four-
chettes,André Saraiva et ses deux
comparses, l’entrepreneur Thier-
ry Costes, le restaurateur Emmanu-
el Delavenne, rêvent ensemble d’un
hôtel d’artistes, que viendraient dé-
corer leurs amis. Louable à l’heu-
re, à la journée ou pour quelques
nuits, ces trois rêveurs imaginent
« une adresse de potes à l’esprit bo-
hème », résume le créateur de Mon-
sieur A. Sur les pentes du quartier
Saint-Georges, dans un Pigalle mo-
ins propret qu’aujourd’hui, l’Hôtel
Amour, ses chambres et son res-
taurant, allume son néon rouge
en septembre 2006. C’est le début
d’une épopée à la frontière des arts
et de l’hôtellerie, les premières es-
quisses d’un « Hôtel amour way of
life ». « L’oncle de Thierry Costes
avait récupéré un hôtel malfamé
du 9e, proche de la rue des Mar-
tyrs plus populaire qu’aujourd’hui,
raconte André Saraiva. On a réuni
nos économies, et on a acheté l’hô-
tel à trois. Au départ, des potes ar-
tistes venaient vivre ici des semai-
nes entières, j’ai habité ici quelque
temps et j’emmenais tous les meu-
bles de mon appart’ pour meubler
les lieux, un peu comme une suite de ma maison. Progressivement,
des amis artistes sont venus habiller le décor des chambres, un res-
taurant s’ouvrait… »
R
ester libre.  S’occupant du décor, la plasticienne et touche-à-
tout Sophie Calle, le designer Marc Newson, le duo de graphis-
tes M/M, André lui-même ou l’illustrateur Pierre Le Tan. Tous
se mettent à l’ouvrage et habillent l’hôtel de leurs univers en quel-
ques semaines seulement. Une vingtaine de chambres dévoilent des
ambiances décalées, aux plafonds disco, laquées de noir au parfum
d’années 1970 ou tout rose bonbon, certaines couvertes de photos
d’art de Man Ray ou du photographe Guy Bourdin, d’autres se trans-
forment en bibliothèques. Un style est né. En rupture complète avec
l’hôtellerie de l’époque, bousculant volontiers les codes (pas de télé-
phone, pas de télé dans les chambres), le singulier hôtel rencontre
un succès rapide, le prix accessible des chambres aidant à la tâche.
« L’envie n’était pas liée au business, se rappelle André, l’idée était
d’être libre avant tout, de faire vivre notre passion et d’ouvrir un lieu
qui puisse raconter des histoires. ». L’hôtel Amour est vite devenu un
lieu branché, couru du tout Paris plus que bankable sur les réseaux
sociaux. Une formule magique, réunissant passion, art et liberté, qui
suscite l’engouement. Qui a dit que l’amour durait 3 ans ? Neuf an-
nées plus tard, l’histoire recommence avec le Grand Hôtel Amour.
A
près l’amour, le Grand Amour.  Dans quartier du Faubourg-
Saint-Denis, les trois amis et associés mettent la main sur un
hôtel poussiéreux et vide de charme. Encore une fois, artistes
aux univers différents et à l’esthétisme singulier, œuvre à donner à la
bâtisse un nouveau souffle. Follement arty, l’Hôtel Grand Amour ouv-
re ses portes en 2015, rue de la Fidélité ( ça ne s’invente pas). Genre de
grande maison parisienne au restaurant bondé tous les soirs (brunch
le dimanche et chefs invités régulièrement), avec en son cœur un
patio charmant où prendre l’apéritif jusqu’au bout de la nuit, et ouv-
rant ses salons d’arrière-boutique certains soirs. Dans les étages du
Grand Amour, des chambres rejou-
ent le bon goût vintage – mobilier
des années 1930 à 1950, les œuvres
de Keith Haring ou de Dash Snow,
des clichés d’Helmut Newton. And-
ré Saraiva y ajoute sa touche : c’est
lui qui a imaginé les motifs d’in-
spiration érotico-kitsch qui orne
les moquettes Pierre Frey des cou-
loirs, lui encore qui signe à l’angle
de la face extérieure, un immense
Monsieur A, 1300 carrelages de cé-
ramiques sur 17 mètres de hauteur
L’Amour n’a pas de frontières. La
palpitante aventure de la saga des
hôtels Amour, se déroule à Nice.
Tout proche du Negresco et de la
Promenade des Anglais, sur l’ave-
nue des Fleurs, le fabuleux trio
s’empare, cette-fois-ci, d’un hôtel
à vendre. « Nice est venu à nous,
explique André Saraiva, un endro-
it magique, avec sa plage, la mer et
une piscine, et une destination his-
torique pour les artistes, bien plus
créative et jeune qu’on ne l’ima-
gine. Une ville qui, par endroits,
semble s’être arrêtée dans les an-
nées 1950, et qui, autour d’elle, re-
spire l’art : la villa Arson, la fon-
dation Maeght voisine, le Musée
des Beaux-Arts… ». Troisième hôtel du groupe, l’Hôtel Amour Nice
reprend les mêmes codes et envies qu’à Paris, « une version esti-
vale de l’Hôtel Amour », comme le dit lui-même André. Un lieu
pour déconnecter, à l’ombre des palmiers en fleurs. L’hôtel Amour
Nice dévoile trente-huit chambres à la simplicité charmante, déco-
rées de photographies de pin-up, d’objets collectionnés au fil des
années, de références aux artistes azuréen comme Picasso ou Ma-
tisse. Certaines chambrées disposent de balcons ici et là ; et l’une
des prestigieuses suites compte même une douche extérieure.
Organisé autour d’un patio central, l’hôtel tient aussi son restau-
rant, « une rencontre entre table régionale et café parisien », pré-
cise André Saraiva, où goûter panisses, pissaladière, soupe de ci-
tron de Menton, pêche du jour aux blettes…de 8h à 2h du matin.
Sur la promenade des Anglais, coiffée de parasols à rayures bleu-azur,
avec galets sous les pieds et bougainvilliers pour charmer, la première
plage de l’Hôtel Amour devrait vibrer aux beaux jours. Musiques, per-
formancesetévénementssouslesoleilniçoissontd’oresetdéjàprévus.
André Saraiva et son iconique personnage Mr A. Un dessin si-
gnature qu’il reproduit sur les murs de Paris, mais aussi dans
les plus grandes galeries du monde.
51
52
Lorenz Bäumer :
joaillier inspiré
Surnommé le Petit Prince de la haute joaillerie,
Lorenz  Bäumer est un joaillier inspiré et
inspirant. Globe-trotter dès son plus jeune
âge, c’est à Paris qu’il a choisi de s’installer
avec sa famille, dans un écrin luxueux et
surprenant, à l’image de ses créations.
TEXTE : Julie Biencourt  PHOTOS : Oleg Covian
Au sein de l'appartement parisien de Lorenz Bäumer, l'expression de son amour pour le design et toutes les formes de création.
54
55
« Un endroit conçu selon son goût
sûr et ses envies, où les moulures au
plafond d’antan se mêlent au mobilier
design et œuvres d’art contemporain. »
www.gg-magazine.com
FOTO:VORNAMENACHNAME
R
ien ne semblait destiner Lorenz Bäumer à la joaillerie.  Enfant, il parcourt
le globe de pays en pays dans la mouvance d’un père diplomate. Nourri de
ses multiples voyages, Lorenz Bäumer se prend de passion pour la créa-
tion sous toutes ses formes. S’il est célèbre pour ses talents indéniables
de joaillier, le créateur ne borne pas sa passion artistique à la réalisation
de ses bijoux. Bien au contraire. Certaines des plus belles pièces jamais réalisées
par Lorenz Bäumer sont sans doute celles qui composent son appartement parisien.
Un pied-à-terre haussmannien – où il vit avec sa femme et ses deux enfants –, en-
tièrement imaginé, aménagé et décoré par le créateur lui-même. « Je n’ai fait appel
à aucun décorateur pour mon appartement », assure-t-il fièrement.
Une résidence entre modernité et authenticité,  à l’image de ses
créations joaillières ; au croisement des arts et de ses passions,
dans le partage et l’originalité. Un endroit conçu selon son goût
sûr et ses envies, où les moulures au plafond d’antan se mêlent
au mobilier design et œuvres d’art contemporain. Une associa-
tion de mélanges de couleurs et de matières comme inspiré de
son enfance de globe-trotter, à la découverte de différentes cul-
tures. Une inspiration cosmopolite qui ne le quitte jamais. Que
ce soit en décoration ou en joaillerie, Lorenz Bäumer semble pui-
ser toute l’ingéniosité dans son insatiable curiosité. Il ne se réc-
lame d’aucune époque ni d’aucun style particulier, un rien d’est-
hétisme artistique peut lui insuffler l’idée de belles créations.
Les constructions de l’architecte américain Franck Lloyd Wright
lui ont inspiré la bague Franck. Et la majestueuse Sagra-
da  Familia d’Antonio  Gaudi, les boucles d’oreilles Antonio
D’ailleurs, quand on lui demande d’où fleurissent toutes ses
idées,  le joaillier admet, en toute simplicité, trouver ses inspira-
tions sous la douche, lorsque l’eau lui coule sur la tête, ou sur sa
planche de surf, en défiant les vagues. Ses idées naissent égale-
ment de l’échange avec ses invités, qu’il reçoit dans sa boutique
« comme à la maison », avec des whiskys grands crus et des cho-
colats Alain Ducasse. De l’effet maïeutique de ces discussi-
ons naît alors l’inspiration. Une pièce secrète, nommée
« Le Confident » avec justesse, est entièrement dédiée
à ces instants de partage. Dans l’intimité d’un ate-
lier-boudoir, créateur et invité discutent sans
ambages et dans le plus grand secret de
créations sur mesure. Une envie, des
idées, un dessin et le bijou de pier-
reries unique voit le jour. Sorte de
dis-moi qui tu es, je te ferais un bi-
jou qui te ressemble. Un proces-
sus de création différent des autres,
qu’il tient à préserver. Pour le créa-
teur, ces instants privilégiés d’échan-
ges sont les racines de toute œuvre.
Une démarche dictée par un seul
credo  : «  Apporter à mes clients
ce qu’il y a de meilleur et part-
ager avec eux cette excellence. »
U
ne excellence qu’il a tou-
jours cherché à attein-
dre depuis ses études ri-
goureuses d’ingénieur. Un choix
d’orientation à première vue curie-
ux pour ce grand joaillier. Un choix dic-
té par la pression sociale de son mili-
eu : « J’ai fait des études en ingénierie parce que c’est ce qui se
faisait, cela faisait bien… » Son père était diplomate pour le gou-
vernement allemand. C’est d’ailleurs grâce aux soirées mondai-
nes et protocolaires auxquelles étaient souvent conviés ses parents
qui seront à l’origine de ce qui deviendra sa passion. « Quand on
est enfant, on regarde sa mère, c’est une maman, et donc, lors-
qu’elle elle porte des bijoux aux yeux de son enfant, elle devient
une princesse », se souvient le joaillier. Les gemmes, qui savai-
ent sublimer les femmes, fascinent à son tour Lorenz Bäumer.
Après ses études, il choisit finalement de revenir à ses premiers
amours : la création. Une vocation somnolente qui le tient tou-
jours. En 1989, il ouvre sa première boutique au 23 rue Royale.
Pour ses débuts, point de cascades de diamants et de gemmes ra-
res, ses premières créations sont des bijoux dits « fantaisie ». Ori-
ginales et uniques, ses créations se muent peu à peu en pièces jo-
aillières davantage sophistiquées : « Cela se fait naturellement.
D
e la fantaisie on passe au tout or et de l’or aux dia-
mants »,   raconte-t-il en toute simplicité. À cette époque, le
bouche-à-oreille est sa meilleure vitrine. La clientèle est au
rendez-vous et Lorenz Bäumer déménage son échoppe au 19 place
Vendôme. Un Graal dans l’univers de la haute joaillerie.
En 2010, il entend parler d’un concours : qui crée-
ra la plus belle création pourra la voir por-
ter par la future princesse de Monaco,
lors du mariage princier. Les plus
grands noms de la haute joaille-
rie française sont de la partie.
Le joaillier remporte le prix
en créant la tiare « Écume de
diamants » qui fera sa renom-
mée. Le créateur acquiert une
notoriété nouvelle. Le monde
se presse dans sa boutique,
qu’il déplace juste à côté du
Ritz. Son art peut s’épanou-
ir pleinement. N’aimant pas
suivre les codes, il préfère se
distinguer par l’innovation  :
utilisation du titane, de l’impres-
sion 3D, ou du tatouage au laser sur
ses diamants, Lorenz Bäumer semble
n’avoir aucune limite créative. « En tant
que créateur, je ne peux pas me permettre
de proposer quelque chose qui a déjà été fait.
Il faut sans cesse créer des choses nouvelles. » No-
vateur et atypique, Lorenz Bäumer appartient à une gé-
nération de créateurs hybrides, sans frontières créatives.
57
La Fondation
Carmignac :
Pieds nus dans l’art
Joyau des îles d’Or situé au large de la ville de Hyères,
l’île de Porquerolles abrite un musée à nul autre pareil.
Il s’arpente pieds nus pour mieux se plonger dans l’art.
Immersion toute dans la Fondation Carmignac.
TEXTE : Claire Bonnot  PHOTO: Luc Boegli
58
Immersion totale dans l’œuvre de Miquel Barceló face à sa fresque d’inspiration sous-marine.
www.gg-magazine.com
PHOTOS :CAMILLEMOIRENC(1),JEANPICON(1),JANAINAMELLOLANDINI(1),MATTHIEUSALVAING(1)
Q
u’est-ce que j’peux faire, j’sais pas quoi
faire », se lamente la belle Anna Kari-
na  à l’image de Pierrot le Fou. Son
personnage fait barboter ses petits
pieds dans la mer Méditerranée, sur
la grand-plage Notre-Dame de l’île de
Porquerolles. Cadre paradisiaque puis
enfermant de l’escapade amoureuse de
Marianne et Ferdinand, Porquerolles a
été filmée avec amour par Jean-Luc Go-
dard dans les années 1960 : la terre et la mer, les sous-bois et la
plage, le soleil écrasant et le clapotis de l’eau… Une petite ferme
visible dans le film est d’ailleurs à l’origine de la Fondation Carmi-
gnac… Un architecte inspiré en fit un beau mas provençal dans les
années 1980 et c’est lorsqu’il maria sa fille à un certain Jean Ro-
chefort qu’Édouard Carmi-
gnac, homme d’affaires et
grand collectionneur d’art,
tomba sous le charme de
ce domaine de la Courtade.
La grande aventure débute
alors dans l’esprit de ce
passionné d’art contempo-
rain qui fréquenta la facto-
ry de Andy Wahrol et se vit
immortalisé par Jean-Mi-
chel Basquiat. Après
avoir rassemblé vingt an-
nées durant des œuvres
de Roy  Lichtenstein, Ge-
rhard Richter, John Baldes-
sari ou encore Ed Ruscha,
l’esthète rachète le mas
pour en faire un musée exi-
geant destiné à tous les pu-
blics au cœur d’un environ-
nement engageant plutôt
aux joies de la baignade…
O
uverte le 2 juin 2018,
la Fondation Carmi-
gnac offre une ex-
périence édénique,  d’avril
à novembre, de 10 heures au
coucher du soleil. Tel Ulys-
se débutant son long voya-
ge pour revenir à Ithaque,
il faut larguer les amarres
et quitter le continent – la
ville de Hyères est à quin-
ze minutes en bateau – pour
atteindre ce bout de terre
dessinant sur l’horizon la
possibilité d’une Atlanti-
de. On y débarque avec cet-
te émotion qui préfigure les grands « vertiges » spirituels comme
le décrit l’actuel directeur de la fondation et fils du fondateur,
Charles Carmignac. Cet ailleurs insulaire aux nombreux pins pa-
rasols et ceinturé d’eaux turquoise paradisiaques abritant une my-
riade de merveilles marines a été acheté et organisé par l’aventurier
François-Joseph Fournier en 1912 : il y crée un petit village, y perce
des chemins et plante des vignes. Les trois cents habitants actuels
de l’île voient arriver à chaque saison estivale les adorateurs des ci-
gales et des bains de mer et, depuis 2018, les aventuriers en quête
d’une grande bouffée d’art frais ! Car après l’arrivée au port, il faut
faire six cent quatre-vingts pas au cœur de la pinède chauffée par
le soleil pour atteindre le Graal : la villa Carmignac, cet écrin ar-
chitectural dédié à l’art en pleine nature et gardé par un cerbère de
bronze patiné, Alycastre, sculpture de Miquel Barceló. Ce dragon
légendaire de Porquerolles aurait été envoyé par Poséidon à Ulysse
lorsque, sur la route d’Ithaque, il échoua sur une plage. Une fois
passée cette épreuve quasi initiatique, un autre rituel ouvre la porte
de la caverne d’Ali Baba : à l’image de l’attitude rock’n’roll d’Édou-
ard Carmignac, le visiteur est invité à se déchausser pour « entrer
en contact avec la pierre nervurée ».
I
mmersion toute dans cet espace-hommage à l’art contempo-
rain  composé de la villa initiale, d’un jardin de quinze hec-
tares et d’une galerie souterraine creusée en sous-sol sur deux
mille mètres carrés. S’y engouffre la lumière éclatante de l’île
filtrée par un plafond de
verre sur lequel l’eau ruis-
selante dessine un fond des
mers métaphorique. Les vi-
siteurs déambulent d’œuvre
en œuvre, majestueuses
et pop, découvrant ça et là
des vues idylliques sur les
vignes environnantes tan-
dis que les enfants s’en
donnent à cœur joie, jouant
à cache-cache dans le pays
des merveilles qu’est le jar-
din extérieur. Designé par le
paysagiste Louis Benech, il
invite à une chasse au trésor
artistique et à une célébra-
tion de la biodiversité locale.
Parmi les oliviers se cachent
quatre têtes aux expressions
irrésistibles, statues qua-
si primitives ou enfantines
en bronze patiné argenté si-
gnées de Ugo Rondinone. De
l’autre côté, sur le mur du
mas et au cœur d’une végéta-
tion à la Douanier Rousseau,
La Traversée, miroir en inox
poli de Jean Denant, épouse
la forme de la Méditerra-
née qui vient s’y refléter. Ce
land-art semi-sauvage rap-
pelle les domaines voisins de
la Commanderie de Peyras-
sol et du Château La Coste,
inspirations des Carmignac.
Après une exposition inau-
gurale bien nommée « Sea of
Desire » en 2018, un chapitre
retour à « La Source » en 2019, la Fondation Carmignac s’engage
dans sa troisième année d’ouverture avec « La mer imaginaire »*,
un véritable Vingt Mille Lieues sous les mers arty et actuel. Il ne
reste plus qu’à plonger dans ce lieu enchanté.
*La mer imaginaire, exposition du 25 avril au 4 octobre 2020 conçue
par le commissaire américain Chris Sharp.
Villa Carmignac, île de Porquerolles, 83400 Hyères.
Tél. : 04 65 65 25 50
La Fondation Carmignac abrite les œuvres de grands
artistes tels que Roy Lichtenstein, Gerhard Richter,
John Baldessari ou encore Ed Ruscha.
61
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION
Au bout d’une belle allée parée de pierre de granit se dresse la villa Julia conçue par l’architecte René Claude Leandri.
FOR SALEA NNONC ES 6 4 – 107
RESIDENTIAL
présenté par  ENGEL  VÖLKERS
Pages coordonnées par Caroline Maîtrejean  Inken Becker
ANNONCE
Depuis la piscine à débordement, la baie de Saint-Tropez et l’horizon à perte de vue sur les couleurs azuréennes.
Villa Julia : écrin de sérénité
entre Provence et Riviera
À Grimaud, surplombant le golfe de Saint-Tropez, nichée au cœur de la nature
verdoyante, la Villa Julia et ses prestations de très haut standing invitent à vivre
une parenthèse azuréenne d’exception. TEXTE : Chloe Bergouts
ANNONCE
65
ANNONCE
66
La vue panoramique sur le luxuriant massif des Maures instaure un véritable dialogue entre la villa et son environnement.
ANNONCE
ANNONCE
www.gg-magazine.com
AGENCEIMMOBILIÈRE–HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
I
l y a de ces lieux dans le monde que l’on peut qualifier d’épicentres artistiques, tou-
ristiques. Des lieux dont l’aura, l’histoire et la légende leur assurent une attractivité in-
contestablement pérenne à travers les époques. Des lieux, qui ne sont pas une capitale
mondiale, mais dont le nom est internationalement familier. On peut avancer, sans trop
d’excès d’orgueil, que la Côte d’Azur, et à plus forte raison le golfe de Saint-Tropez, est
de ceux-là.
P
eu d’endroits peuvent en effet se targuer d’avoir été accos-
tés par Maupassant, d’avoir inspiré Paul Signac, Matisse ou
encore Pablo Picasso. D’avoir plus tard attiré le Tout-Paris, ce-
lui de Colette, installée dans une maison de la baie des Canoubiers,
de Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir habitués de la terrasse du
Gorille, de Françoise Sagan qui en fera son QG pendant trente ans.
Peu de presqu’îles peuvent s’enorgueillir d’avoir fait danser l’intelli-
gentsia de Saint Germain des Prés, mais également les plus grandes
célébrités américaines en vacances, d’avoir été le rendez-vous de villé-
giature de la nouvelle vague, puis celui des yéyés. Un temps incarné
par Brigitte Bardot, éblouissante dans le cultissime Et Dieu… créa la
femme, Saint-Tropez symbolisera aux yeux du monde un certain « way
of life » fait de fêtes, de glamour, de liberté et de sable chaud. Si l’an-
cienne cité corsaire était une saison ? L’été, sans hésiter bien que sa
basse saison gagne tout autant à être connue. Un motif ? Un damier
vichy rose et blanc. Un cocktail ? Une mauresque au Sénéquier, myt-
hique terrasse du port, ou, plus loin, sur
les plages de Pampelonne, un verre de
vin rosé varois à savourer au Club 55. Un
rendez-vous ? Sans hésiter Les Voiles de
Saint-Tropez, épicentre de la vie nauti-
que azuréenne, où durant deux semai-
nes (en 2020, du 26 septembre au 10 oc-
tobre), se succèdent des régates des
plus beaux voiliers classiques et mo-
dernes dans une ambiance festive célé-
brant la passion du nautisme. Mais ce
que Saint-Tropez a de si particulier, c’est
d’abord d’avoir su traverser les décen-
nies avec autant d’aisance, pour être au-
jourd’hui encore un des rendez-vous estivaux les plus prisés au mon-
de. Le tout, en réussissant le pari de conserver son âme de village
pittoresque pour devenir non pas une station balnéaire au dévelop-
pement incontrôlable, mais le plus célèbre clocher bicolore au monde.
Pour juger de cette authenticité préservée,  il suffit de prendre les petites
routes escarpées pour visiter, à proximité presque immédiate, les pay-
sages et villages environnants : Ramatuelle, Gassin, et le site médiéval
de Grimaud, dont le port a aussi sa légende. Suivre l’enchaînement des
lacets qui se fraient un chemin à travers l’immense Massif des Maures,
entre chênes-lièges et pins parasols ; pied de nez radical à l’idée d’une
Côte d’Azur trop urbanisée. C’est dans cet environnement protégé et
classé que se niche le domaine de Beauvallon-Bartole, là même où, au
début du siècle, venaient se ressourcer Audrey Hepburn, André Citro-
ën, Winston Churchill ou encore F. Scott Fitzgerald qui évoquait en son
temps « la magie du sud-est de la France, brûlant et doux ». C’est là que
se niche la Villa Julia, à seulement quelques minutes de la fête et du
glamour tropézien, à une heure et vingt minutes à peine de l’aéroport
international de Nice troisième aéroport de France doté en outre d’un
terminal aviation d’affaires et pourtant, dans un véritable écrin de sé-
rénité. Le domaine de Bartole tout d’abord est un domaine exclusif, sé-
curisé reconnaissable par ses résidences dotées de grandes parcelles et
d’arbres séculaires. Un cadre naturel privilégié que le célèbre architecte
René Claude Leandri a souhaité respecter au maximum au moment de
concevoir la villa. Sur une propriété de 3 036 m2, la demeure se gagne
via une allée pavée de pierres de granit. Parfaitement intégrée, la vil-
la contemporaine d’une surface utile de 490 m² reprend les codes du
paysage environnant : construite en béton armé, cette dernière se pare
en extérieur, de verre et de pierres naturelles. Un jeu tout en nature et
transparence pour mieux dévoiler, depuis ses vastes espaces intérieurs,
la vue imprenable sur la baie de Saint-Tropez : à perte de vue, la lumiè-
re verdoyante des pins parasols à laquelle succède le bleu de la mer. Un
panorama saisissant, à savourer depuis le salon doté d’une cheminée,
ou bien depuis chacune de ses cinq chambres en suite, dotées égale-
ment d’une terrasse. Côté équipement, la propriété, construite selon
des standards très élevés, déploie
les meilleures prestations pour le
plus grand confort de ses occu-
pants : chauffage au sol et clima-
tisation pour profiter des lieux en
toute saison, pré-équipements de
connectique, cave à vin climatisée
accompagnant une vaste cuisine
ouverte sur la salle à manger, et
matériaux de la plus grande quali-
té à l’instar du marbre de ses salles
de bain, ou bien du parquet et des
pierres naturelles qui habillent les
sols de ses différents espaces. En
extérieur, implantés au sein d’un jardin joliment dessiné, jacuzzi et pi-
scine à débordement concourent à faire des lieux un cocon de bien-être
au sein duquel rien n’a été laissé au hasard, surtout pas l’orientation
plein sud de la façade principale et des terrasses. Tirer dedans-dehors
le meilleur parti de cet emplacement privilégié, tel a été la philosophie
de René Claude Leandri, connaisseur de terrain puisqu’ayant déjà sig-
né de nombreux projets dans le golfe varois.
S
a localisation en fait par ailleurs bien plus qu’une résiden-
ce,  la clé d’une qualité de vie exceptionnelle : à deux pas du
village médiéval de Grimaud, la Villa Julia se niche au cœur
d’une Côte  d’Azur plus confidentielle, entre le chic de la Rivie-
ra et l’authentique Provence. Son cadre luxuriant séduira les amou-
reux de la nature, mais également les inconditionnels d’activités
nautiques, ainsi que les mordus de green et de swing, le prestigie-
ux golf de Gassin-Saint Tropez étant à quelques minutes seulement.
Proposé sur un des marchés immobiliers les plus attractifs de la Mé-
diterranée, ce bien d’exception est sans conteste un investissement sûr
pour un projet de retraite intelligent ou pour une résidence secondaire.
Un cadre naturel privilégié
que le célèbre architecte
René Claude Leandri a
souhaité respecter au
maximum au moment de
concevoir la villa.
ANNONCE
FRANCE, CÔTE D'AZUR  PRIX DE VENTE EUR 4,95 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 490 m2  TERRAIN APPROX. 3 036 m2  EV ID W-02FGEV 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. – PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH
 TÉL. +33 4 94 79 57 35 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
69
MouginsVilla contemporaine exceptionnelle
ANNONCES CÔTE D'AZUR
70
Idéalement située dans l’un des quartiers les plus exclusifs de Mougins,
à proximité immédiate des commodités et du Vieux Village, villa
contemporaine aux lignes épurées et aux prestations luxueuses. Edifiée
sur un jardin paysager d’environ 2 508 m² avec piscine, pool house et
cuisine d’été, elle développe environ 750 m² et offre de magnifiques
pièces de réception, une décoration raffinée, des matériaux nobles et des
volumes généreux se prolongeant sur de larges terrasses ensoleillées.
Elle dispose de six chambres en suite dont la suite de maître occupant
tout l’étage et bénéficiant d’un salon privé et d’un jacuzzi sur la terrasse.
Un espace détente avec salle de cinéma, un spa professionnel, une salle
de fitness, une salle de massage avec sauna, une cave à vin, une salle de
billard et un appartement pour le personnel complètent ce bien unique.
FRANCE, CÔTE D'AZUR  PRIX DE VENTE EUR 12,9 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 750 m2  TERRAIN APPROX. 2 508 m2  EV ID W-02H38W 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. – PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH
TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
AGENCEIMMOBILIÈRE–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C-HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
ANNONCES CÔTE D'AZUR
71
72
Beaulieu-sur-Mer
Villa avec vue féerique sur la mer et le cap Ferrat
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 6,5 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 220 m2  TERRAIN APPROX. 2 900 m2  EV ID W-02HYLU 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH
TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CERTIFICATDEPERFORMANCEÉNERGÉTIQUE :ENCOURS–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
Située entre la moyenne et la basse corniche, à cinq minutes du
centre-ville de Beaulieu-sur-Mer et de ses plages, à quinze minutes
de Monaco et à trente minutes de l’aéroport international de Nice, cette
villa de caractère de 220 m² sur un terrain paysager de 2 900 m² offre des
prestations haut de gamme. L’espace de vie, composé d’un salon, d’une
cuisine équipée, et d’une salle à manger, s’ouvre sur une terrasse avec
cuisine d’été et barbecue. La propriété dispose de cinq chambres dont
une suite de maître. L’extérieur est composé d‘un terrain engazonné
sur plusieurs niveaux en restanques. La piscine à débordement s’ouvre
sur l’horizon et bénéficie d’un large solarium. Un studio indépendant,
un double garage et un parking pour deux à trois voitures complètent
ce bien. Possibilité d’extension.
73
Saint-Jean-Cap-Ferrat
Villa moderne sur les hauteurs
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 3,95 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 207 m2  TERRAIN APPROX. 545 m2  EV ID W-02G5Y8 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH 
TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CERTIFICATDEPERFORMANCEÉNERGÉTIQUE :D–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
Àquelques pas du cœur du village et de la plage, cette villa contempo-
raine dispose de 207 m² habitables. Au niveau principal, un salon
spacieux en L ouvre sur une terrasse avec vue mer panoramique. La
cuisine américaine est entièrement équipée et donne également sur la
terrasse, le jardin et la piscine. Le niveau inférieur se compose de trois
chambres avec salles de bains et terrasse, et d’une buanderie. La suite
de maître, à l’étage supérieur, dispose de sa salle de bains, de sa terrasse
avec vue mer ainsi que d’un accès direct à la piscine au cœur d’un
beau jardin méditerranéen. La propriété est équipée de la climatisation
réversible, de volets roulants électriques, d’un système d’alarme, d’un
beau parquet en chêne, de salles de bains ornées de marbre, d’un garage
et d’un parking extérieur.
74
Saint-Jean-Cap-Ferrat
Elégante villa sur le Cap
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 4,83 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 250 m2  TERRAIN APPROX. 1 493 m2  EV ID W-02HMO7 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH  
TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CERTIFICATDEPERFORMANCEÉNERGÉTIQUE :ENCOURS-
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
Idéalement située, à proximité du village, et entourée de magnifiques
jardins plats orientés plein sud et agrémentés d’une grande piscine,
cette villa est un véritable havre de paix. Le rez-de-chaussée se com-
pose d’un hall d’entrée, d'un vaste salon-salle à manger avec cheminée
donnant sur une belle terrasse couverte avec barbecue intégré, d'une
cuisine indépendante, d'une chambre avec salle de douche attenante,
d'un cabinet de toilette pour les invités. Le premier étage dispose d’une
suite parentale avec dressing, d'une salle de douche et d'une terrasse
privée couverte avec vue sur les jardins et la piscine, de quatre autres
chambres, de deux salles de bains. Un parking pour deux à trois voi-
tures derrière le portail électrique et un garage complètent ce bien rare.
L’accès au garage se fait directement depuis la villa.
75
Villefranche-sur-Mer
Villa contemporaine avec vue sur la mer
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 5,5 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 300 m2  TERRAIN APPROX. 2 229 m2  EV ID W-02FT3H 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH  
TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
Située dans le domaine privé « Le Castellet », à 30 minutes de l’aé-
roport de Nice et à 20 minutes de Monaco, cette magnifique villa
dispose d’une surface habitable d’environ 300 m². Elle se compose d’un
salon spacieux avec cheminée, d'une salle à manger, d'une cuisine
équipée, de six chambres et de quatre salles de bains. Il est possible
d’agrandir la villa d’environ 60 m² au niveau de la piscine pour créer
une salle de cinéma ou de gym. Toutes les chambres offrent une vue
panoramique sur la mer et ont accès à une terrasse. La villa allie de
manière harmonieuse style contemporain et design intérieur méditer-
ranéen, raffiné et haut de gamme. Elle est implantée sur un terrain plat
paysager de 2 229 m² agrémenté d’une magnifique piscine. Plusieurs
places de parking et un garage double complètent cette offre.
76
Nice
Appartement de réception sur la Promenade des Anglais
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 3,392 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 242 m2  EV ID W-02GVVA 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH
TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:D–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
Dans une résidence «Belle époque» de prestige, située sur la my-
thique Promenade des Anglais, superbe et spacieux appartement
de réception ayant conservé toute la splendeur et la beauté de la Grande
époque. Il dispose d’un vaste hall d’entrée desservant une salle à man-
ger, un petit salon avec cheminée et un vaste salon, une grande cuisine
équipée avec office et entrée de service, quatre chambres en suite avec
placard/dressing et salle de bains ou salle d’eau. Matériaux nobles (par-
quets et moulures), volumes généreux et belles hauteurs sous plafond.
L’appartement, très lumineux et en position dominante, est agrémenté
de balcons orientés sur la Promenade et offrant un panorama à couper
le souffle sur les eaux bleues de la Méditerranée. Cave et chambre de
service. Possibilité d’acquérir un garage.
77
Nice
Hôtel particulier dans le secteur recherché de Cimiez
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 3,95 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 650 m2  TERRAIN APPROX. 1 925 m2  EV ID W-01K8FN 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH
TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CERTIFICATDEPERFORMANCEÉNERGÉTIQUE :ENCOURS–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
Au cœur de Cimiez, quartier résidentiel de Nice, superbe hôtel par-
ticulier de quatorze pièces. D’architecture niçoise Belle Epoque,
cette propriété offre 650 m² sur quatre niveaux desservis par ascenseur
et est implantée sur 1 925 m² de terrain piscinable. Le rez-de-chaussée
dispose d’une vaste entrée, de deux salons, d'une salle à manger, d'une
cuisine équipée et d'un vestiaire pour les invités. Le premier étage se
compose d’un salon TV et trois chambres en suite. Le deuxième étage
accueille un bureau, un salon de musique et la suite de maître avec salle
de bains et dressing. Au troisième se trouvent un salon, un coin cui-
sine, une salle d’eau et une chambre en mezzanine. Le rez-de-jardin se
compose d’une salle de sport, d'une lingerie, d'une chambre de service
avec cuisine et salle d’eau. Garage/atelier indépendant.
78
Golfe-Juan
Villa contemporaine proche des plages
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 1,23 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 180 m2  TERRAIN APPROX. 700 m2  EV ID W-02GDUC 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH
TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
Située à proximité des plages de Golfe Juan, de son port de plai-
sance et de ses commerces, cette belle villa contemporaine d’une
surface habitable d’environ 180 m² sur un terrain plat d’environ
700 m², exposée plein sud, offre des prestations extrêmement haut
de gamme. La villa se compose, en rez-de-jardin, d’un vaste salon
lumineux avec cheminée et hauts plafonds, d'une salle à manger,
d'une cuisine ouverte équipée, de trois chambres et de trois salles de
bains. Le premier étage accueille la suite de maître avec sa salle de
bains privative et sa terrasse, un bureau et deux dressings. Le jardin
est agrémenté d’une belle piscine et d’un agréable coin avec une petite
cascade. Le stationnement est assuré grâce à un garage et deux places
de parking. Volumes généreux.
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:SHOOOTIN–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
Cap d’Antibes
Villa récente avec vue mer
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 3,6 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 198 m2  TERRAIN APPROX. 1 733 m2  EV ID W-024VMR 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH
TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
Cette belle villa en parfait état est située sur le côté est du Cap
d’Antibes, à proximité de la baie de la Garoupe. Construite sur un
terrain plat entouré de pins de 1 733 m² et dotée d’une spacieuse piscine
chauffée, la villa offre une surface habitable de 198 m². Le vaste salon
avec cheminée et la salle à manger s’ouvrent sur la terrasse et le jardin
verdoyant et offrent une superbe vue mer. La cuisine moderne, ouverte
et intelligemment équipée, permet l’accueil des amis et des proches en
toute convivialité. La villa dispose de quatre chambres avec salles de
bains et un bureau. Un sous-sol de 80 m² vient compléter l’ensemble.
Double garage, emplacements de parking couverts, climatisation ré-
versible dans toute la villa et système d’alarme de dernière génération
viennent compléter cette offre.
79
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:D–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
80
Cannes
Charmant appartement dans villa du XIXe
siècle
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 1,09 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 120 m2  TERRASSE APPROX. 40 m2  EV ID W-021SGI 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH
TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
Dans le secteur très prisé et recherché de La Californie, spacieux ap-
partement trois pièces dans une belle villa du 19e siècle, construite
en 1880 et divisée en plusieurs appartements en 1953. L’appartement
dispose d’une surface habitable d’environ 120 m² et se compose d’un
grand salon, d'une salle à manger, d'une cuisine entièrement équipée
et aménagée, de deux chambres en suite avec leurs salles de bains
attenantes. Le bien dispose également de deux spacieuses terrasses
d’environ 20 m² chacune, orientées sud-ouest et nord-ouest, idéales
pour profiter de la douceur méditerranéenne et apprécier la vue magni-
fique sur la verdure et un large aperçu sur la mer et l’Estérel. Matériaux
nobles, hauts plafonds et volumes généreux. Un grand garage est inclus
dans l’offre.
81
Cannes
Maison d’architecte avec vue mer panoramique
FRANCE, CÔTE D’AZUR   PRIX DE VENTE EUR 5,95 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 280 m2  TERRAIN APPROX. 650 m2  EV ID W-02H40Y 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH 
TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
Située en plein cœur du quartier résidentiel et paisible de la Cali-
fornie, à proximité à pied des commerces et des transports, cette
villa de maître d’environ 280 m², rénovée par un architecte de grande
renommée, offre une superbe vue sur la mer. Sur un terrain paysager
d’environ 650 m², elle se dresse sur deux niveaux principaux complétés
par le rez-de-jardin accédant directement à la piscine. Rez-de-chaussée :
entrée, séjour avec cheminée, salle à manger, cuisine équipée haut de
gamme, salon TV, suite indépendante, cave à vin, buanderie. A l’étage :
deux chambres avec salles de bains et dressings en suite. Le rez-de-
jardin dispose d’une cuisine d’été, d’une chambre indépendante en
suite et d’une pièce pouvant être aménagée en espace de massage ou
en chambre d’appoint. Deux garages fermés.
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
Cannes
Villa californienne, avec vue sur la mer et l’Estérel
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 4,95 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 441 m2  TERRAIN APPROX. 2 600 m2  EV ID W-02GTJG 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH
TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
Cette spacieuse villa de 441 m² habitables est située à seulement
quelques minutes du centre-ville de Cannes, sur les hauteurs de la
Croix des Gardes et offre une vue panoramique sur la mer, le massif
de l’Estérel jusqu’aux montagnes de l’arrière-pays. Il est possible de
profiter de cette vue enchanteresse à partir de la superbe terrasse et
de sa piscine chauffée, et également de la magnifique pièce à vivre
d’environ 110 m² et de la chambre de maître de 60 m². La villa est
extrêmement bien pensée et entretenue. Sa décoration est soignée,
claire et lumineuse. Chaque chambre possède sa propre salle de bains.
La propriété dispose également d’une salle de fitness avec spa et d’un
studio indépendant tout équipé. Tous les équipements de la propriété
sont neufs ou récents.
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
82
Cannes
Trois pièces d’angle sur la Croisette
FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 2,77 MILL. 
SURFACE HABITABLE APPROX. 88 m2  TERRASSE APPROX. 20 m2  EV ID W-02FNEE 
CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S.
PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL  VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH  
TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM
AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:ARNAUDLEFIEVRE–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C–
HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
En plein cœur du boulevard de la Croisette, au sein d’une presti-
gieuse résidence très recherchée avec parc et gardien 24/7, magni-
fique appartement contemporain de trois pièces d’une surface habitable
de 88,10 m² loi Carrez récemment rénové avec des prestations et des
matériaux de très grande qualité. L’appartement se compose d’une
entrée, d’un séjour/salle à manger avec cuisine ouverte entièrement
équipée, de deux chambres avec chacune sa salle de bains/douche
et son dressing en suite. La large terrasse exposée sud de 20,01 m²
offre une vue mer panoramique. Une cave en sous-sol complète ce
bien. Possibilité de louer ou d’acquérir un garage dans une résidence à
proximité immédiate. Emplacement de premier choix, idéal tant pour
une résidence secondaire que pour y séjourner toute l’année.
83
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France
Edition française GG Magazine Engel & Völkers France

Contenu connexe

Tendances

Quelques conseils mis a jour sur la tactique de NO--Agitation du temps a Marr...
Quelques conseils mis a jour sur la tactique de NO--Agitation du temps a Marr...Quelques conseils mis a jour sur la tactique de NO--Agitation du temps a Marr...
Quelques conseils mis a jour sur la tactique de NO--Agitation du temps a Marr...locationsmarrakech7534
 
Explication des details principaux de selection dans Riad dans le golf de Mar...
Explication des details principaux de selection dans Riad dans le golf de Mar...Explication des details principaux de selection dans Riad dans le golf de Mar...
Explication des details principaux de selection dans Riad dans le golf de Mar...hotelmarrakech4343
 
ULTIMATE JET (Janv-Fév. 2013) For the love of a Lady...
ULTIMATE JET (Janv-Fév. 2013) For the love of a Lady...ULTIMATE JET (Janv-Fév. 2013) For the love of a Lady...
ULTIMATE JET (Janv-Fév. 2013) For the love of a Lady...Damoiselle D
 
2ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Provence-LO2 Swidnik. Agnieszka ...
2ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Provence-LO2 Swidnik. Agnieszka ...2ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Provence-LO2 Swidnik. Agnieszka ...
2ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Provence-LO2 Swidnik. Agnieszka ...profeurope
 
Vente Osenat Collection Gerard Gombert 10 nov 2016
Vente Osenat Collection Gerard Gombert 10 nov 2016Vente Osenat Collection Gerard Gombert 10 nov 2016
Vente Osenat Collection Gerard Gombert 10 nov 2016Agence Double Numérique
 
Questions a augmenter au sujet de plac des elements en EL Fna Marrakech Riad ...
Questions a augmenter au sujet de plac des elements en EL Fna Marrakech Riad ...Questions a augmenter au sujet de plac des elements en EL Fna Marrakech Riad ...
Questions a augmenter au sujet de plac des elements en EL Fna Marrakech Riad ...villaamarrakech7859
 
Une panne rapide des strategies rapides pour la Chambre rouge Marrakech
Une panne rapide des strategies rapides pour la Chambre rouge Marrakech
Une panne rapide des strategies rapides pour la Chambre rouge Marrakech
Une panne rapide des strategies rapides pour la Chambre rouge Marrakech vomosomorocco05
 
La fresque de 2012 slideshare
La  fresque de 2012 slideshareLa  fresque de 2012 slideshare
La fresque de 2012 slideshareGRIPON-MURALS
 
Un apercu detaille des solutions rapides du voyage Maroc
Un apercu detaille des solutions rapides du voyage Maroc
Un apercu detaille des solutions rapides du voyage Maroc
Un apercu detaille des solutions rapides du voyage Maroc wholesaleghoul607
 
Dossier Paris Match : "La contrefaçon du vin", avec James de Roany
Dossier Paris Match : "La contrefaçon du vin", avec James de RoanyDossier Paris Match : "La contrefaçon du vin", avec James de Roany
Dossier Paris Match : "La contrefaçon du vin", avec James de RoanyGlobalViniServices
 
L'information superieure pour 2012 sur choisir les questions essentielles pou...
L'information superieure pour 2012 sur choisir les questions essentielles pou...L'information superieure pour 2012 sur choisir les questions essentielles pou...
L'information superieure pour 2012 sur choisir les questions essentielles pou...hotelmarrakech6836
 
Ddp ommegang 2012 vf
Ddp ommegang 2012 vfDdp ommegang 2012 vf
Ddp ommegang 2012 vfoualdoben
 
Conseil sur choisir des criteres essentiels pour Riad en quelques vacances de...
Conseil sur choisir des criteres essentiels pour Riad en quelques vacances de...Conseil sur choisir des criteres essentiels pour Riad en quelques vacances de...
Conseil sur choisir des criteres essentiels pour Riad en quelques vacances de...maisonmarrakech7556
 

Tendances (19)

Quelques conseils mis a jour sur la tactique de NO--Agitation du temps a Marr...
Quelques conseils mis a jour sur la tactique de NO--Agitation du temps a Marr...Quelques conseils mis a jour sur la tactique de NO--Agitation du temps a Marr...
Quelques conseils mis a jour sur la tactique de NO--Agitation du temps a Marr...
 
Explication des details principaux de selection dans Riad dans le golf de Mar...
Explication des details principaux de selection dans Riad dans le golf de Mar...Explication des details principaux de selection dans Riad dans le golf de Mar...
Explication des details principaux de selection dans Riad dans le golf de Mar...
 
ULTIMATE JET (Janv-Fév. 2013) For the love of a Lady...
ULTIMATE JET (Janv-Fév. 2013) For the love of a Lady...ULTIMATE JET (Janv-Fév. 2013) For the love of a Lady...
ULTIMATE JET (Janv-Fév. 2013) For the love of a Lady...
 
2ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Provence-LO2 Swidnik. Agnieszka ...
2ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Provence-LO2 Swidnik. Agnieszka ...2ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Provence-LO2 Swidnik. Agnieszka ...
2ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Provence-LO2 Swidnik. Agnieszka ...
 
Mad 21987-p130-135
Mad 21987-p130-135Mad 21987-p130-135
Mad 21987-p130-135
 
Profession Plisseur
Profession PlisseurProfession Plisseur
Profession Plisseur
 
New Box Magazine #127
New Box Magazine #127New Box Magazine #127
New Box Magazine #127
 
Vente Osenat Collection Gerard Gombert 10 nov 2016
Vente Osenat Collection Gerard Gombert 10 nov 2016Vente Osenat Collection Gerard Gombert 10 nov 2016
Vente Osenat Collection Gerard Gombert 10 nov 2016
 
Questions a augmenter au sujet de plac des elements en EL Fna Marrakech Riad ...
Questions a augmenter au sujet de plac des elements en EL Fna Marrakech Riad ...Questions a augmenter au sujet de plac des elements en EL Fna Marrakech Riad ...
Questions a augmenter au sujet de plac des elements en EL Fna Marrakech Riad ...
 
EMOI Magazine | n°2
EMOI Magazine | n°2EMOI Magazine | n°2
EMOI Magazine | n°2
 
Une panne rapide des strategies rapides pour la Chambre rouge Marrakech
Une panne rapide des strategies rapides pour la Chambre rouge Marrakech
Une panne rapide des strategies rapides pour la Chambre rouge Marrakech
Une panne rapide des strategies rapides pour la Chambre rouge Marrakech
 
La fresque de 2012 slideshare
La  fresque de 2012 slideshareLa  fresque de 2012 slideshare
La fresque de 2012 slideshare
 
Un apercu detaille des solutions rapides du voyage Maroc
Un apercu detaille des solutions rapides du voyage Maroc
Un apercu detaille des solutions rapides du voyage Maroc
Un apercu detaille des solutions rapides du voyage Maroc
 
Dossier Paris Match : "La contrefaçon du vin", avec James de Roany
Dossier Paris Match : "La contrefaçon du vin", avec James de RoanyDossier Paris Match : "La contrefaçon du vin", avec James de Roany
Dossier Paris Match : "La contrefaçon du vin", avec James de Roany
 
L'information superieure pour 2012 sur choisir les questions essentielles pou...
L'information superieure pour 2012 sur choisir les questions essentielles pou...L'information superieure pour 2012 sur choisir les questions essentielles pou...
L'information superieure pour 2012 sur choisir les questions essentielles pou...
 
Pinceau d or-2013
Pinceau d or-2013Pinceau d or-2013
Pinceau d or-2013
 
Ddp ommegang 2012 vf
Ddp ommegang 2012 vfDdp ommegang 2012 vf
Ddp ommegang 2012 vf
 
Essaouira
EssaouiraEssaouira
Essaouira
 
Conseil sur choisir des criteres essentiels pour Riad en quelques vacances de...
Conseil sur choisir des criteres essentiels pour Riad en quelques vacances de...Conseil sur choisir des criteres essentiels pour Riad en quelques vacances de...
Conseil sur choisir des criteres essentiels pour Riad en quelques vacances de...
 

Similaire à Edition française GG Magazine Engel & Völkers France

LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...
LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...
LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...TÊTUNEWZY
 
LIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdf
LIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdfLIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdf
LIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdfTÊTUNEWZY
 
La France un parcours culturel et ludique.
La France un parcours culturel et ludique.La France un parcours culturel et ludique.
La France un parcours culturel et ludique.macaan1980
 
LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...
LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...
LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...TÊTUNEWZY
 
LA DROME, LE MAG / DESSINE MOI LA DROME
LA DROME, LE MAG / DESSINE MOI LA DROMELA DROME, LE MAG / DESSINE MOI LA DROME
LA DROME, LE MAG / DESSINE MOI LA DROMEChrystel Bresson
 
Fete des lumières de Lyon
Fete des lumières de LyonFete des lumières de Lyon
Fete des lumières de LyonArthurJacquy
 
Programme complet bd
Programme complet bdProgramme complet bd
Programme complet bdAntoine Duds
 
Programme de la Fête des Lumières à Lyon (2013)
Programme de la Fête des Lumières à Lyon (2013)Programme de la Fête des Lumières à Lyon (2013)
Programme de la Fête des Lumières à Lyon (2013)Charly Martin
 
Doucebanlieue
DoucebanlieueDoucebanlieue
DoucebanlieueAlterita
 
26 Voilà l'été - les festivals d'été de la Drôme
26 Voilà l'été - les festivals d'été de la Drôme26 Voilà l'été - les festivals d'été de la Drôme
26 Voilà l'été - les festivals d'été de la DrômeLa Drôme Le Département
 
Le catalogue de fin d'année des Libraires Ensemble 2018
Le catalogue de fin d'année des Libraires Ensemble 2018Le catalogue de fin d'année des Libraires Ensemble 2018
Le catalogue de fin d'année des Libraires Ensemble 2018Guillaume Gaudefroy
 
LIBERALIS n°3-Magazine art de vivre,print et digital mars à mai 2023 - Jean-L...
LIBERALIS n°3-Magazine art de vivre,print et digital mars à mai 2023 - Jean-L...LIBERALIS n°3-Magazine art de vivre,print et digital mars à mai 2023 - Jean-L...
LIBERALIS n°3-Magazine art de vivre,print et digital mars à mai 2023 - Jean-L...TÊTUNEWZY
 
CTT Découvrir Paris avec Amélie Poulain
CTT  Découvrir Paris avec Amélie PoulainCTT  Découvrir Paris avec Amélie Poulain
CTT Découvrir Paris avec Amélie Poulainaniaal
 
Fête des lumières
Fête des lumièresFête des lumières
Fête des lumièresViolette Crb
 
Dossier de presse 2015 cherbourg tourisme
Dossier de presse 2015 cherbourg tourismeDossier de presse 2015 cherbourg tourisme
Dossier de presse 2015 cherbourg tourismeCherbourg Tourisme
 

Similaire à Edition française GG Magazine Engel & Völkers France (20)

LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...
LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...
LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...
 
LIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdf
LIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdfLIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdf
LIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdf
 
L'Itinérant 1105 du 28/01/2016
L'Itinérant 1105 du 28/01/2016L'Itinérant 1105 du 28/01/2016
L'Itinérant 1105 du 28/01/2016
 
La France un parcours culturel et ludique.
La France un parcours culturel et ludique.La France un parcours culturel et ludique.
La France un parcours culturel et ludique.
 
LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...
LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...
LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...
 
LA DROME, LE MAG / DESSINE MOI LA DROME
LA DROME, LE MAG / DESSINE MOI LA DROMELA DROME, LE MAG / DESSINE MOI LA DROME
LA DROME, LE MAG / DESSINE MOI LA DROME
 
Fete des lumières de Lyon
Fete des lumières de LyonFete des lumières de Lyon
Fete des lumières de Lyon
 
Programme complet bd
Programme complet bdProgramme complet bd
Programme complet bd
 
Programme de la Fête des Lumières à Lyon (2013)
Programme de la Fête des Lumières à Lyon (2013)Programme de la Fête des Lumières à Lyon (2013)
Programme de la Fête des Lumières à Lyon (2013)
 
Doucebanlieue
DoucebanlieueDoucebanlieue
Doucebanlieue
 
26 Voilà l'été - les festivals d'été de la Drôme
26 Voilà l'été - les festivals d'été de la Drôme26 Voilà l'été - les festivals d'été de la Drôme
26 Voilà l'été - les festivals d'été de la Drôme
 
Catalogue vente aux enchères de la FFRE 2020
Catalogue vente aux enchères de la FFRE 2020Catalogue vente aux enchères de la FFRE 2020
Catalogue vente aux enchères de la FFRE 2020
 
Le catalogue de fin d'année des Libraires Ensemble 2018
Le catalogue de fin d'année des Libraires Ensemble 2018Le catalogue de fin d'année des Libraires Ensemble 2018
Le catalogue de fin d'année des Libraires Ensemble 2018
 
Sitv16 dossier presse_vfweb
Sitv16 dossier presse_vfwebSitv16 dossier presse_vfweb
Sitv16 dossier presse_vfweb
 
LIBERALIS n°3-Magazine art de vivre,print et digital mars à mai 2023 - Jean-L...
LIBERALIS n°3-Magazine art de vivre,print et digital mars à mai 2023 - Jean-L...LIBERALIS n°3-Magazine art de vivre,print et digital mars à mai 2023 - Jean-L...
LIBERALIS n°3-Magazine art de vivre,print et digital mars à mai 2023 - Jean-L...
 
Catalogue ARTITUDES 2018
Catalogue ARTITUDES 2018Catalogue ARTITUDES 2018
Catalogue ARTITUDES 2018
 
France!
France!France!
France!
 
CTT Découvrir Paris avec Amélie Poulain
CTT  Découvrir Paris avec Amélie PoulainCTT  Découvrir Paris avec Amélie Poulain
CTT Découvrir Paris avec Amélie Poulain
 
Fête des lumières
Fête des lumièresFête des lumières
Fête des lumières
 
Dossier de presse 2015 cherbourg tourisme
Dossier de presse 2015 cherbourg tourismeDossier de presse 2015 cherbourg tourisme
Dossier de presse 2015 cherbourg tourisme
 

Plus de Agence Double Numérique

Catalogue vente caritative Drouot le 4 octobre 2018 au profit de la fondation...
Catalogue vente caritative Drouot le 4 octobre 2018 au profit de la fondation...Catalogue vente caritative Drouot le 4 octobre 2018 au profit de la fondation...
Catalogue vente caritative Drouot le 4 octobre 2018 au profit de la fondation...Agence Double Numérique
 
Innovation digitale chez Engel & Völkers Finest Real Estate : la Owner App
Innovation digitale chez Engel & Völkers Finest Real Estate : la Owner AppInnovation digitale chez Engel & Völkers Finest Real Estate : la Owner App
Innovation digitale chez Engel & Völkers Finest Real Estate : la Owner AppAgence Double Numérique
 
Cabaret Mai 68 - Théâtre de Poche Montparnasse - Dossier de presse
Cabaret Mai 68 - Théâtre de Poche Montparnasse - Dossier de presseCabaret Mai 68 - Théâtre de Poche Montparnasse - Dossier de presse
Cabaret Mai 68 - Théâtre de Poche Montparnasse - Dossier de presseAgence Double Numérique
 
Fardeau fiscal salaries en europe 2016 city center berlin Century21
Fardeau fiscal salaries en europe 2016 city center berlin Century21Fardeau fiscal salaries en europe 2016 city center berlin Century21
Fardeau fiscal salaries en europe 2016 city center berlin Century21Agence Double Numérique
 
AUTONOMY - Le salon de la Mobilité Urbaine à Paris - oct 2016
AUTONOMY - Le salon de la Mobilité Urbaine à Paris - oct 2016AUTONOMY - Le salon de la Mobilité Urbaine à Paris - oct 2016
AUTONOMY - Le salon de la Mobilité Urbaine à Paris - oct 2016Agence Double Numérique
 
Investissez serein, investissez à Berlin !
Investissez serein, investissez à Berlin !Investissez serein, investissez à Berlin !
Investissez serein, investissez à Berlin !Agence Double Numérique
 
La réputation, un actif immatériel de l’entreprise !
La réputation, un actif immatériel de l’entreprise !La réputation, un actif immatériel de l’entreprise !
La réputation, un actif immatériel de l’entreprise !Agence Double Numérique
 
Recommandations web de Bygmalion pour Levallois... avant l'affaire !
Recommandations web de Bygmalion pour Levallois... avant l'affaire !Recommandations web de Bygmalion pour Levallois... avant l'affaire !
Recommandations web de Bygmalion pour Levallois... avant l'affaire !Agence Double Numérique
 
28ème concours international des mémoires de l'économie et de la finance du CPF
28ème concours international des mémoires de l'économie et de la finance du CPF28ème concours international des mémoires de l'économie et de la finance du CPF
28ème concours international des mémoires de l'économie et de la finance du CPFAgence Double Numérique
 
Maîtriser votre eReputation avec Agence Double Numérique
Maîtriser votre eReputation avec Agence Double NumériqueMaîtriser votre eReputation avec Agence Double Numérique
Maîtriser votre eReputation avec Agence Double NumériqueAgence Double Numérique
 
E-réputation : comment vous protéger ? ISEE 28 mai 2013
E-réputation : comment vous protéger ? ISEE 28 mai 2013E-réputation : comment vous protéger ? ISEE 28 mai 2013
E-réputation : comment vous protéger ? ISEE 28 mai 2013Agence Double Numérique
 
Réseaux sociaux : nature et conséquences pour les forces armées
Réseaux sociaux : nature et conséquences pour les forces arméesRéseaux sociaux : nature et conséquences pour les forces armées
Réseaux sociaux : nature et conséquences pour les forces arméesAgence Double Numérique
 
Le Grand Slam à Paris avec Teddy Riner - février 2013 - Communiqué de Presse
Le Grand Slam à Paris avec Teddy Riner - février 2013 - Communiqué de PresseLe Grand Slam à Paris avec Teddy Riner - février 2013 - Communiqué de Presse
Le Grand Slam à Paris avec Teddy Riner - février 2013 - Communiqué de PresseAgence Double Numérique
 
Frédérique Bedos interviewée en Suisse - Janv 2013
Frédérique Bedos interviewée en Suisse - Janv 2013Frédérique Bedos interviewée en Suisse - Janv 2013
Frédérique Bedos interviewée en Suisse - Janv 2013Agence Double Numérique
 
Article du Parisien sur la Justice Restaurative - 10 déc 2012
Article du Parisien sur la Justice Restaurative - 10 déc 2012Article du Parisien sur la Justice Restaurative - 10 déc 2012
Article du Parisien sur la Justice Restaurative - 10 déc 2012Agence Double Numérique
 

Plus de Agence Double Numérique (20)

Catalogue vente caritative Drouot le 4 octobre 2018 au profit de la fondation...
Catalogue vente caritative Drouot le 4 octobre 2018 au profit de la fondation...Catalogue vente caritative Drouot le 4 octobre 2018 au profit de la fondation...
Catalogue vente caritative Drouot le 4 octobre 2018 au profit de la fondation...
 
Innovation digitale chez Engel & Völkers Finest Real Estate : la Owner App
Innovation digitale chez Engel & Völkers Finest Real Estate : la Owner AppInnovation digitale chez Engel & Völkers Finest Real Estate : la Owner App
Innovation digitale chez Engel & Völkers Finest Real Estate : la Owner App
 
Cabaret Mai 68 - Théâtre de Poche Montparnasse - Dossier de presse
Cabaret Mai 68 - Théâtre de Poche Montparnasse - Dossier de presseCabaret Mai 68 - Théâtre de Poche Montparnasse - Dossier de presse
Cabaret Mai 68 - Théâtre de Poche Montparnasse - Dossier de presse
 
Fardeau fiscal salaries en europe 2016 city center berlin Century21
Fardeau fiscal salaries en europe 2016 city center berlin Century21Fardeau fiscal salaries en europe 2016 city center berlin Century21
Fardeau fiscal salaries en europe 2016 city center berlin Century21
 
AUTONOMY - Le salon de la Mobilité Urbaine à Paris - oct 2016
AUTONOMY - Le salon de la Mobilité Urbaine à Paris - oct 2016AUTONOMY - Le salon de la Mobilité Urbaine à Paris - oct 2016
AUTONOMY - Le salon de la Mobilité Urbaine à Paris - oct 2016
 
Investissez serein, investissez à Berlin !
Investissez serein, investissez à Berlin !Investissez serein, investissez à Berlin !
Investissez serein, investissez à Berlin !
 
La réputation, un actif immatériel de l’entreprise !
La réputation, un actif immatériel de l’entreprise !La réputation, un actif immatériel de l’entreprise !
La réputation, un actif immatériel de l’entreprise !
 
Automobile Club de France 120 d'histoire
Automobile Club de France 120 d'histoireAutomobile Club de France 120 d'histoire
Automobile Club de France 120 d'histoire
 
Livret Mini Transat 2013
Livret Mini Transat 2013Livret Mini Transat 2013
Livret Mini Transat 2013
 
Recommandations web de Bygmalion pour Levallois... avant l'affaire !
Recommandations web de Bygmalion pour Levallois... avant l'affaire !Recommandations web de Bygmalion pour Levallois... avant l'affaire !
Recommandations web de Bygmalion pour Levallois... avant l'affaire !
 
28ème concours international des mémoires de l'économie et de la finance du CPF
28ème concours international des mémoires de l'économie et de la finance du CPF28ème concours international des mémoires de l'économie et de la finance du CPF
28ème concours international des mémoires de l'économie et de la finance du CPF
 
Dossier Twiztour pour et avec Renault
Dossier Twiztour pour et avec RenaultDossier Twiztour pour et avec Renault
Dossier Twiztour pour et avec Renault
 
Maîtriser votre eReputation avec Agence Double Numérique
Maîtriser votre eReputation avec Agence Double NumériqueMaîtriser votre eReputation avec Agence Double Numérique
Maîtriser votre eReputation avec Agence Double Numérique
 
E-réputation : comment vous protéger ? ISEE 28 mai 2013
E-réputation : comment vous protéger ? ISEE 28 mai 2013E-réputation : comment vous protéger ? ISEE 28 mai 2013
E-réputation : comment vous protéger ? ISEE 28 mai 2013
 
E-réputation : les 10 règles de la CNIL
E-réputation : les 10 règles de la CNILE-réputation : les 10 règles de la CNIL
E-réputation : les 10 règles de la CNIL
 
Réseaux sociaux : nature et conséquences pour les forces armées
Réseaux sociaux : nature et conséquences pour les forces arméesRéseaux sociaux : nature et conséquences pour les forces armées
Réseaux sociaux : nature et conséquences pour les forces armées
 
Le Grand Slam à Paris avec Teddy Riner - février 2013 - Communiqué de Presse
Le Grand Slam à Paris avec Teddy Riner - février 2013 - Communiqué de PresseLe Grand Slam à Paris avec Teddy Riner - février 2013 - Communiqué de Presse
Le Grand Slam à Paris avec Teddy Riner - février 2013 - Communiqué de Presse
 
Teddy Riner met Cloudwatt sur le podium
Teddy Riner met Cloudwatt sur le podiumTeddy Riner met Cloudwatt sur le podium
Teddy Riner met Cloudwatt sur le podium
 
Frédérique Bedos interviewée en Suisse - Janv 2013
Frédérique Bedos interviewée en Suisse - Janv 2013Frédérique Bedos interviewée en Suisse - Janv 2013
Frédérique Bedos interviewée en Suisse - Janv 2013
 
Article du Parisien sur la Justice Restaurative - 10 déc 2012
Article du Parisien sur la Justice Restaurative - 10 déc 2012Article du Parisien sur la Justice Restaurative - 10 déc 2012
Article du Parisien sur la Justice Restaurative - 10 déc 2012
 

Edition française GG Magazine Engel & Völkers France

  • 1. FRANCE6EUR ART DEVIVRE • PERSONNALITÉS • IMMOBILIER HÔTEL AMOUR De Paris jusqu’à Nice retour sur la plus amoureuse des histoires hôtelières LORENZ BÄUMER Inspiration arty pour le plus parisien des joailliers FONDATION CARMIGNAC Escapade insulaire entre art et nature sur l’île de Porquerolles L’HÔTEL DU CAP-EDEN-ROC FÊTE SES 150 ANS Visite de l’hôtel le plus chic d’Europe en compagnie du mannequin Laura Bailey PROPRIÉTÉS D‘EXCEPTION Mars Avril Mai’20 FRANCE Amour toujours !GLAMOUR, ARTY, NATURE… LA FRANCE LIVRE SA PLUS BELLE VERSION
  • 2. Collection Lucky Move | messika.com #TryYourLuck*
  • 4. Welcome to your resorts
  • 5.
  • 6. Information : vipcannes@reedexpo.fr - +33 (0)1 47 56 64 79 Le luxe a rendez-vous avec le yachting à Cannes Visitez le Yachting Festival de manière privilégiée avec notre programme VIP : transfert en hélicoptère, tour personnalisé, visite de yachts, accès au club VIP... Luxury has a rendez-vous with yachting in Cannes Book your exclusive VIP programme to discover the Yachting Festival: helicopter transfers, personalized tour, visit of yachts, VIP club...
  • 7. 8 - 1 3 S E P T E M B R E 2 0 2 0 C A N N E S - V I E U X P O R T P O R T C A N TO www.cannesyachtingfestival.com 1ER SALON NAUTIQUE À FLOTS D’EUROPE NO.1 ON WATER BOAT SHOW IN EUROPE
  • 8. Place de la liberté 06320 Cap d’Ail Tél : 04 93 44 67 24 Arnaud NICOT : 06 43 80 17 20 anicot@segondauto.com www.lamborghini-monaco.com LAMBORGHINI MONACO Concessionnaire officiel
  • 9. www.gg-magazine.com David Scheffler La France du rayonnement Il y a des lieux qui peuvent se targuer d’être à la fois une destination, une idée et une expérience. La France est de ceux-ci, et voilà sans doute ce qui explique son rayonnement àtraverslemondeentier.Ladestinationd’abord,estcelledeplusde80 millionsdetouristes venus goûter chaque année, le temps d’un séjour, à « l’art de vivre à la française ». Voilà donc l’idée ; un je-ne-sais-quoi d’impalpable, fait de liberté et de créativité, exactement ce qui caractérise celles et ceux à qui nous consacrons notre rubrique At Home et qui incarnent si bien cet esprit tricolore. Un savant équilibre entre un héritage historique, une immuable authenticité et le présent d’une époque. Quelle plus belle illustration alors que le réveil de la légendaire Samaritaine, qui sera sans nul doute un des rendez-vous les plus en vogue de ce printemps ? Le regard que nous avons posé au fil de ces pages est le mien, celui d’un dirigeant allemand, amoureux de la France et de son art de vivre au sein du groupe d’Engel  Völkers depuis plus de vingt ans. Comment résister ? À Paris, capitale mondiale du luxe, ou sur l’élégante Riviera française où nous avons eu la chance de réaliser une séance photo dans le superbe cadre de l’hôtel Eden Roc, – un autre symbole de renommée mondiale qui fête cette année ses 150 ans –, Engel  Völkers propose, grâce à ses services sur mesure, bien plus que des demeures ou des yachts à acheter et à louer : une qualité de vie, et avec elle, des souvenirs inoubliables. Finalement, la France, bien plus qu’une destination : une expérience. La boucle est bouclée. Excellente lecture. WELCOME 9
  • 10. www.gg-magazine.com Chères lectrices, chers lecteurs, u début du 19e siècle, Friedrich Schiller écrivait : « Tout se réjouit et espère, au renouveau du prin- temps. » J’aime me faire l’écho de cette pensée. Lorsque le soleil printanier pointe son nez après un hiver qui a paru bien long, je me sens plein d’énergie et d’entrain pour me lancer dans de nou- veaux projets. Hambourg, ma ville natale, se montre alors sous son plus beau jour, les arbres bordant l’Alster commencent à fleurir et les nombreux parcs arborent un vert intense. Mais, à ce moment de l’année, il n’y a pas que Hambourg qui se réveille de son sommeil hivernal, de nombreux lieux sont particulièrement agréables à visiter au printemps. Ma destination printanière favorite est Majorque. Jusqu’au mois de mars, quelque sept millions d’amandiers transforment cette île des Baléares en une mer de pétales blancs et roses. Dans ma finca Son Coll, située au sud-ouest de l’île, je profite, entouré de ma famille, du spectacle impressionnant que nous offre la nature. La Grèce aussi me fascine tout particulièrement. Athènes est une ville animée, une métropole moderne qui offre en même temps la possibilité de visiter ses sites antiques de renommée mondiale. La Riviera d’Athènes avec ses plages pittoresques et bien sûr les nom- breuses îles grecques comme Santorin, Mykonos ou la Crète com- posent un cadre idyllique pour un séjour en bord de mer. Pour ceux qui préfèrent passer leurs vacances en mer plutôt que sur la terre ferme, les eaux qui s’étendent entre le continent et les îles offrent un merveilleux environnement pour la navigation. Grâce aux températures douces, pas encore trop chaudes, le prin- temps en Europe est aussi la saison qui se prête idéalement à la visite des villes. J’ai récemment découvert la capitale du Portu- gal, Lisbonne. Avec ses ruelles étroites et ses ravissantes façades carrelées, le quartier de la Baixa – la vieille ville – est empreint d’une ambiance particulière. La visite du châ- teau fortifié de Saint-Georges – Castelo de São Jorge en portugais – est impressionnante. De là, la vue s’étend sur toute la ville, jusqu’aux rives du Tage. Dans cette édition du magazine GG, nous vous présentons bien d’autres fabuleuses destinations aux quatre coins du monde. Et si vous êtes à la recherche de la maison de vos rêves, vous trouverez certainement ce que vous cherchez dans les pages qui suivent. Je vous souhaite une excellente lecture ! Cordialement, Christian Völkers PHOTO :CHRISTIANSCHOPPE WELCOME 10
  • 11. PhotoMichelGibert,noncontractuelle.ÉditionsZulma. French Art de Vivre Temps calme. Composition par éléments, design Studio Roche Bobois. Leaf. Table basse et desserte, design Antoine Fritsch Vivien Durisotti. Farouche. Tapis, design Alessandra Benigno. Services conseil décoration et conception 3D en magasin French : français
  • 12. www.gg-magazine.com PHOTOS:CHRISTIANSCHOPPE(1) Inspiratrice  MICHAELA CORDES Rédactrice en chef de GG Ma- gazine et garante d’une ligne éditoriale au plus près de l’air du temps, Michaela insuffle à travers les différentes éditions une véritable dimension mode et lifestyle. La preuve encore avec le shooting on ne peut plus « Riviera chic » qu’elle a orches- tré à l’hôtel du Cap-Eden-Roc, à découvrir dès la cover de ce magazine. Sucrée salée CHLOË BERGOUTS Une chose est sûre, elle ne verra plus un macaron de la même ma- nière après avoir percé les mystères de l’iconique pâtisserie de la maison Ladurée. L’histoire ne nous dira pas si elle y a goûté, bien qu’on en ait une petite idée… Conscience professionnelle oblige. Force motrice  CAROLINE MAÎTREJEAN  Forte d’une expérience de dix ans dans l’immobilier de luxe, Caroline participe au dé- veloppement de la marque En- gel  Völkers en France en y in- sufflant une touche lifestyle. Ceci en s’investissant notam- ment dans l’élaboration de ce magazine, fruit d’un fructueux dialogue franco-allemand. Un challenge qui sied à merveille à cette passionnée de voyages et de communication interculturelle. Nature et culture  CLAIRE BONNOT  Après l’adrénaline des plateaux télé ; et un passage à l’Institut fran- çais de la mode, Claire renoue avec l’écriture en partageant son goût des belles histoires à travers les pages de l’Obs, Vogue ou encore Va- nity Fair. La plus azuréenne des journalistes parisiennes a mis le cap sur l’île de Porquerolles pour une originale balade arty, à l’ombre des pins parasols. Contributeur pour la presse masculine et fémi- nine (Glamour, Lui, The Good Life...), auteur de plu- sieurs City Guide Louis Vuitton en France et aux États-Unis, Alexis Chenu a rencontré André Saraiva, créateur et entrepreneur ; pour nous conter ici l’his- toire d’amitié qui se cache derrière la success-story des très trendy hôtels Amour. Sans cliché   DOUGLAS FRIEDMAN  Ce n’est pas la première fois que le photographe new-yorkais réalise la couverture de GG et pourtant, la magie est toujours au rendez-vous. Son sens aiguisé de la mise en scène confère aux clichés réalisés avec la mannequin Laura Bai- ley une aura on ne peut plus solaire… et juste ce qu’il faut de rétro pour être puissamment actuel ! THANK YOU CONTRIBUTORS Amour toujours   ALEXIS CHENU  12
  • 13.
  • 14. www.gg-magazine.com PHOTOS :DOUGLASFRIEDMAN(1),,PIERREBJÖRK(1),LAURENTLECAT(1) PLAYGROUND TRAVEL 20 Moderne, historique, exclusive, populai- re, la Samaritaine nouvelle version est tout cela à la fois. WOMAN 24 A la croisée des mondes : l’Art déco in- vesti la salon et le dressing. MAN 26 Tout en douceur : l’homme 2020 voit la vie en rose LOOK 28 Une sélection en 50 nuances de bleu pour une déco riviera. INTERVIEW 30 Ses mosaïques sont identifiables aux quatre coins du monde. Rencontre avec le street artiste Invader. AT HOME HÔTEL- DU CAP- EDEN- ROC 34 Retour en saga et avec la mannequin Laura Bailey sur 150 ans d’histoire du plus légendaire des hôtels de la Côte d’Azur. ANDRÉ SARAIVA  46 Artiste décalé touche-à-tout, André Saraiva s’est fait un nom dans le street art avant de devenir un entrepreneur à part. Retour sur ses plus belles œuvres : les hôtels Amour. LORENZ BÄUMER  52 Le joailler de la Place Vendôme exprime sa passion pour toutes les formes de cré- ation à travers ses pièces uniques et son appartement galerie. FONDATION CARMIGNAC 58 Sur l’île de Porquerolles, il est un lieu où l’art et l’architecture se font compli- ces de la nature. Balade au sein de la Fondation Carmignac. AT HOME L'hôtel du Cap-Eden-Roc fête ses 150 ans cette année. Niché sur les falaises du Cap d’Antibes, l’hôtel d’antho- logie est bercé d’anecdotes. Retour en images avec le mannequin Laura Bailey. AT HOME La Fondation Carmignac est un espace qui rend hommage à l’art contemporain. Sa vil- la, ses jardins et ses galeries souterraines regorgent d’œuvres exceptionnelles. 34 58 AT HOME entrepreneur, di- recteur artistique, rédacteur en chef, street artist… André Saraiva est un homme aux mul- tiples talents. Illus- tration avec la saga des Hôtels Amours. 46 LOOK Luminaire suspendu au design atypique signé La Petite Friture. À retrouver dans notre sélection shopping. 28 WELCOME INSIDE
  • 15. Chefs-d’oeuvre pour un chef. Gaggenau, la différence. Créez vos chefs-d’oeuvre culinaires grâce à notre collection de fours. Les nouveaux fours combinés-vapeur vous ouvrent un monde de créativité et de saveurs. Depuis 1683, Gaggenau fabrique avec les matériaux les plus nobles des appareils de qualité professionnelle, au design unique. Maîtrisez la vapeur : gaggenau.fr Showroom Gaggenau, 7 rue de Tilsitt, 75017 Paris, Tél 01 58 05 20 20
  • 16. www.gg-magazine.com PHOTO :ARSISEBASTIEN(1) FOR SALE RUBRIQUE DES ANNONCES NEW HOME 64 Une luxueuse villa contemporaine ni- chée dans le golfe de Saint-Tropez. RESIDENTIAL COMMERCIAL 70 Villas, manoirs et locaux commerci- aux- le meilleur de l’immobilier. ALWAYS EDITOR'S LETTER 9 La France du rayonnement. EDITORIAL 10 La préface de ce nouveau numéro. ADDRESSES 144 D’où nous tenons tout cela ? Voici les noms, adresses et références. STAFF 145 Mentions légales. CLOSE UP YACHTING 132 Dans le Sud -Est de la France, Engel Völkers Yachting insuffle une nou- velle manière d’appréhender l’inter- médiation en yachts. ADRESSES 134 De Paris à la Côte d’Azur, les classi- ques incontournables et les adresses en vogue pour un séjour sur-mesure PERSONAL 139 Pour les passionnés de swing mais pas que…rendez-vous au Golf Club Gassin Saint-Tropez. CRAFTS 140 Iconique, le macaron Ladurée livre tous ses secrets…ou presque. BOOKS 143 Pour s’évader, rêver ou cuisiner français, notre sélection pour biblio- philes avertis. PERSONAL 146 Au Louvre Abu Dhabi, la table du Fou- quet’s déploie ses fauteuils rouges. WOMAN Baskets tendance à plateforme signées Jimmy Choo. Un design Art déco des plus avant-gardiste et féminin. MAN Cafetière rose doré au design unique. Entre lignes épurées et aspect ultra- contemporain de chez Toast Living Home. À découvrir dans nos pages shoppings. 24 26 YACHTING Disponibles à la lo- cation et figurant au sein du portfolio Engel  Völkers Yachting : voiliers, yachts et supe- ryachts d’exception. ANNONCES Au cœur du golfe de Saint-Tropez, la villa Julia est l’écrin idéal d’une parenthèse azuréenne. 132 64 WELCOME INSIDE 16
  • 17. Des pères, des fils et des Porsche 9-11 OCTOBRE 2020 HAPPYFEWRACINGTM Organisépar www.VaterUndSohn.racingINFORMATIONS + INSCRIPTIONS VATER +SOHN ®
  • 18. www.galerie-mobler.com Showroom : 55 avenue de l’Europe 92400 Courbevoie. Sur RDV uniquement : +33 (0)1 43 33 20 12 Chaise longue Flag Halyard - 1950. Le designer Hans Wegner a conçu la forme du siège pendant ses vacances en famille au bord de la mer, à Aarhus, au nord du Danemark. Pendant que ses enfants jouaient sur la plage, il a expérimenté la forme du siège dans le sable. L'assise, le dossier et les accoudoirs sont en drisse de drapeau d'un seul tenant d'une longueur de 240 mètres. L : 104 cm. P : 115 cm. Ediion neuve. 8.898,00 €. Exemplaire en stock. Ø photo:©galeriemøbler2019 l’ambassade du design scandinave g a l e r i e m ø b l e r
  • 19. Après un chantier de rénovation hors-norme, la Samaritaine se dévoile entre modernité et authenticité. PHOTOS:PIERRE-OLIVIERDESCHAMPS,AGENCEVU'POURLASAMARITAINE PLAYGROUND TRAVEL WOMAN MAN LOOK INTERVIEW
  • 20. Les beaux jours de la Samaritaine Quinze ans après sa fermeture, la célèbre Samaritaine rouvre ses portes. Un projet pharaonique comprenant non seulement un grand magasin dédié à la mode, à l’art de vivre, et à la gastronomie, mais aussi un hôtel Cheval Blanc et nombre d’autres atouts qui en font un rendez-vous parisien incontournable. TEXTE : Philippe Jambet  PHOTOS : Pierre-Olivier Deschamps, Agence Vu' pour la Samaritaine PLAYGROUND TRAVEL
  • 21. Après une rénovation d’ampleur, la Samaritaine se dévoile comme une adresse de partage et de découverte, pour les Parisiens comme pour les touristes. 21
  • 22. 1 La Samaritaine, jouit d’une situa- tion géographique stratégique au cœur de Paris. Bordée par les bords de Seine et la très parisienne rue de Rivoli, elle est aussi la voi- sine du Pont-Neuf, du musée du Louvre, de la cathédrale Notre- Dame et de Beaubourg. 2+4 En 2020, sous l’impulsion du Groupe LVMH, La Samaritaine renaît de ses cendres et devient un complexe unique en son genre, entre hôtel de luxe et grand magasin haut de gamme. 3+5+6 Artisans ferron- niers, peintres, céramistes et bien d’autres professionnels ont veillé à redonner à cet établissement his- torique, son lustre d’antan. PLAYGROUND TRAVEL 1 2 4 5 6 3
  • 23. www.gg-magazine.com Sur quelque 20 000 m2 , six cent marques représentent le savoir-faire français illustré à travers les univers de la mode, de l’art de vivre et de la gastronomie. Un salon privé VIP, un espace beauté de 3000 m2 , un spa et un concept store complètent une proposition à même de devenir une référence. I l y a bien longtemps qu’on ne trouvait plus rien du tout, à la Samaritaine.  Quinze an- nées exactement, après la baisse définitive des rideaux. Depuis, l’une des enseignes les plus emblématiques de Paris semblait, telle la Belle au bois dormant, plongée dans un sommeil sans fin, plongeant dans la torpeur tout un quartier du cœur de la capitale. Et voilà que la Belle endormie s’apprête à se réveiller, fraîche comme au premier jour. En guise de prince charmant, des travaux titanesques commandés par le groupe LVMH, propriétaire des lieux depuis 2001. Les chiffres donnent le tournis : 750 millions d’euros dépensés pour la rénovation ou la reconstruction des 70 000 mètres carrés de l’ensemble, 3000 personnes et 280 entreprises françaises d’excellence engagées… Un lifting d’ampleur pour une institution qui fête ses 150 ans. On trouve tout à la Samaritaine »  C’est en 1870 que Ernest Cognacq installe sa petite boutique rue du Pont-Neuf qu’il baptise « La Samari- taine » en l’honneur d’une statue érigée sur une pompe aspirant l’eau de la Seine, sise sur le tout proche Pont-Neuf jusqu’en 1813. Les af- faires florissantes l’amènent à construire plusieurs commerces, dont celui qui deviendra le navire amiral de sa petite entreprise, pensé par l’architecte Frantz Jourdain. Entre 1926 et 1928, l’architecte Hen- ri Sauvage conçoit une prolongation du bâtiment dans le style Art déco jusqu’au bord de la Seine. C’est elle, cette « Samaritaine », qui devient dès lors un des points de vie majeurs de la capitale. Quicon- que passant devant elle, rue de Ri- voli, ne peut s’empêcher d’entrer, certain de trouver de l’utile ou de l’agréable dans ses sept étages. Le slogan d’alors ne dit-il pas : « On trouve tout à la Samaritaine  »  ? Les années passant, le maga- sin cher à Ernest Cognacq et à sa femme Marie-Louise Jaÿ subit le contrecoupdesnouvelleshabitudes commerciales. Jusqu’à sa fermetu- re pour cause de vétusté en 2005. U ne rénovation sous sur- veillance.  Quinze ans plus tard, revoilà donc ce monu- ment de l’histoire parisienne re- pensé pour intégrer enfin le XXIe siècle, avec un souci constant de fluidité de la circulation en son sein et une prépondérance de la lumière créant une cohésion tota- le entre les architectures Art nou- veau, Art déco et moderne, que l’on entre par la rue de Rivoli et sa façade ondulée de verre, lumineu- se et légère, imaginée par le cabinet japonais Sanaa aux commandes du projet (prix Pritzker en 2010), les rues adjacentes et les façades Art nouveau de Frantz Jourdain, ou par le côté Seine et les imposan- tes lignes de la façade créée par Henri Sauvage. À l’intérieur, un pa- tio surmonté d’une ombrelle de verre accompagne le visiteur entré par la rue de Rivoli vers la célèbre verrière de 1907. Un dôme a éga- lement été ajouté au patio du deuxième étage du bâtiment Jourdain. La rénovation d’un tel bâtiment nécessitait une précision d’autant plus complexe tant le support avait évolué au fil des années et des modes. Il a donc fallu choisir une date de référence pour donner à la Samaritaine une cohérence plastique. L’année 1932, sorte d’apo- gée tant architecturale que commerciale pour le lieu, a été retenue par les restaurateurs travaillant sous l’égide de l’architecte des Bâ- timents de France et par le Conservateur des monuments histori- ques. La grande fresque de paons entourant la verrière, comme la mosaïque sur la façade Jourdain ont retrouvé ainsi leur éclat d’origi- ne grâce au travail minutieux et remarquable de centaines d’artisans. U n hôtel prestigieux au panorama unique.  Dans cet écrin char- gé d’Histoire, l’hôtel Cheval Blanc Paris n’est pas le moindre des joyaux. Situé dans la partie sud du bâtiment, avec ses 26 chambres et 46 suites donnant sur Notre-Dame ou la tour Eiffel, le premier établissement urbain du groupe Cheval Blanc en épouse les codes en alliant confort, aut- henticité et modernité. L’architec- te d’intérieur Peter Marino a vou- lu apporter un esprit parisien chic à l’établissement. L’appartement de 1000 m2 , réunissant deux sui- tes avec sa piscine privée de dou- ze mètres de long fait office de clou du spectacle. L’hôtel met éga- lement à disposition de ses pré- cieux clients le Dior Spa Cheval Blanc, une piscine de 30 mètres de long, un club de sport exclusif, un restaurant gastronomique tenu par Arnaud Donckele et Maxime Frédéric, deux autres restaurants donnant sur la superbe terrasse de 650 m2 ainsi qu’enfin, un café. Le cœur du projet reste évidem- ment le nouveau grand maga- sin. Sur quelque 20 000 m2 , six cent marques représentent le sa- voir-faire français illustré à tra- vers les univers de la mode, de l’art de vivre et de la gastronomie. Un salon privé VIP, un espace beauté de 3000 m2 , un spa et un con- cept store complètent une proposition à même de devenir une réfé- rence, tant pour les touristes que pour les Parisiens. Si on ajoute à cela 96 logements, une crèche de quartier et les 15 000 m2 de bureaux sur six niveaux, l’idée prend forme d’un projet d’une ampleur phéno- ménale, lequel s’accompagne d’un aménagement urbain à sa péri- phérie. Ainsi, la rue du Pont-Neuf se voit partiellement piétonnisée, quand celle de la Monnaie devient totalement interdite aux voitures. De même, le comblement de la sortie du tunnel des Halles a per- mis la création d’une nouvelle place à quelques pas de la Seine, jus- te devant le fameux Pont-Neuf où 150 ans auparavant, Ernest Cog- nacq ouvrait sa première échoppe. Un siècle et demi, une éternité. PHOTOS:PIERRE-OLIVIERDESCHAMPS,AGENCEVU'POURLASAMARITAINE 23
  • 24. STYLISTE:CLAIREMATUSZYNSKI L’Art déco à gogoAvec sa touche rétro des plus tendance, l’Art déco se conjugue à la mode et à la home. plus avant-gardiste signé Jimmy Choo. 695€ 7 MINI MINI  Mini-sac, maxi style avec la minau- dière pailletée sig- née Oscar de la Renta. 2139€. 8 TECH  Enceinte ultra de- sign inspirée des cylindres à musi- que d’antan. Signée José Levy pour Lexon, elle ajoute une touche d’élégance high-tech 99€. 9 UN AIR D’ÉTÉ  Imaginée sous la forme d’un coquil- lage, cette lampe Gubi en laiton mise tout sur un design épuré qui s’adapte à tous les intérieurs. 590€. 10 FINE MAILLE  Cape dorée, maté- riel effet côte de maille stylisé. Un vêtement bijou dans l’esprit Art déco. 520€. 11 BOUGIE ARTY BOUGIE parfumée avec juste ce qu’il faut d’impertinence signée Fornasetti. Un design original entre image d’épo- que et dorures à da- mier. So chic. 335€. 1 LÉGÈRETÉ  Regard de chat au caractère de pant- hère. Cartier signe une solaire épurée, féline hautement design. 790€. 2 NÉO-DÉESSES  Robe dorée frangée signée Maria Grazia Chiuri pour Dior. Une revisite de la silhouette féminine toute en puissance. 3 GRAND LUXE  Set de 24 couverts en or 24 carats. Une vision avant-gardis- te des arts de la tab- le signée MOOD by Christofle. 1700 €. 4 ÉTONNANTE  Montre jonc Cartier dont le cadran se dissimule dans le design de ses lig- nes, comme une panthère chassant une proie. 49 800 €. 5 GLAMOUR  Ode au vintage avec cette ceinture Dolce  Gabbana et fermoir DG AMO- RE en laiton agré- menté de perles noires. 545€. 6 FUTURISTE  Baskets cuir nappa et paillettes avec se- melles futuristes. Du glamour des 7 www.gg-magazine.com 1 6 2 4 10 5 11 3 9 8 PLAYGROUND WOMAN 24
  • 26. STYLISTE:CLAIREMATUSZYNSKI L’homme moderneTendance phare de la saison, le rose prend des libertés et investit désormais le vestiaire masculin. 1 NUANCES  Lunettes Le Bucheron Crystal par Flatlist. Idéal pour voir la vie en rose. 215 € 2 UN PARFUM  La bougie cire de la maison Trudon, décorée de ses armoiries. S’en dé- gage une odeur de cire chaude… tout simplement. 89€ 3 ÉLÉGANCE  Le stylo bille Montblanc Meis- terstück blanc et or rosé est un classi- que intemporel de la maison. 730 € 4 DOUCEUR  Caleçon en soie rose de chez Tom Ford. Une teinte disponib- le pour tous les modèles. 185 € 5 COCKTAILS.  Traditionnelle- ment en cuivre, les authentiques ver- res à Martini sont remis au goût du jour chez Tom Dixon. 90€ 6 GET THE LOOK  Silhouette rose www.gg-magazine.com 1 6 2 7 4 9 5 10 3 8 pastel toute en flui- dité signée Balmain. Blouse et pantalon loose qui donnent déjà envie d’être en été. 7 UN BON CAFÉ  Conçue pour faire du bon café, la cafetière H.A.N.D est en cuivre. Une couleur brute et rosée qui s’adapte à toutes les décos. 205 € 8 UNIQUE  Bonnet cachemire en nuances de rose psychédéli- que. Un couvre- chef signé The Elder Statment entièrement fait main à Los Angeles. 465 € 9 AU CHAUD  Chaussettes Corgi fabriquées au pays de Galles. En rose, elles s’accordent parfaitement à une tenue sobre. 15€ 10 SEVENTIES  Veste en velours rose Richard James. Un voyage au cœur de la mode des seventies. 835 € PLAYGROUND MAN 26
  • 27. READY–TO–SLEEP* T H E B L U E C H E C K C O L L E C T I O N VOIR PLUS DE COULEURS DE TISSUS SUR HASTENS.COM BOUTIQUE HÄSTENS À PARIS 16e | 61 Avenue Raymond Poincaré | Tel: 01 43 59 93 81 BOUTIQUE HÄSTENS À PARIS 3e | 84 rue de Turenne (ouverture Avril 2020) BOUTIQUE HÄSTENS À NICE | 44 rue Gioffredo | Tel 04 93 79 87 94 *PRÊT-À-DORMIR
  • 28. 4 5 www.gg-magazine.com 1 62 7 8 3 La vie couleur Riviera Élu couleur de l’année, le bleu Klein investit votre intérieur. 1 CONFORT Canapé Bubble en velours bleu, Roche Bobois. 4 770€ 2 STRUCTURÉ  Vase en relief aux 50 nuances de bleu signé Baccarat. 11  000€ 3 MYSTIQUE Bougie Gucci en porcelaine, hommage aux motifs de la maison. 295€ 4 ORIGINAL  Verre à vin sans pied Luisa X Lee Mathews chez R+D. LAB. 70€ 5 FONDS MARIN Tapis ané- mone chez maison La Chance, imaginé par François  Dumas. 2 011€ 6 VÉNUS  Vase artisanal en papier qui flaire bon la Mé- diterranée. Octaevo. 13,50€ 7 SIMPLICITÉ  Chaise Mobler Design conçue par Poul M. Volther. 200€ 8 AÉRIEN Luminaire sus- pendu Vertigo chez la Petite Friture. 885€ STYLISTE:CLAIREMATUSZYNSKI PLAYGROUND LOOK 28
  • 29. LI 78’ Power Marc Lombard Yacht Design Group CUSTOM - SEMI-CUSTOM - SAIL - POWER 77’ - 78’ - 85’ - 100’ - 115’ 18 – 26 January 2020Boot Düsseldorf 15 – 19Salon International du Multicoque April 2020
  • 30. www.gg-magazine.com INTERVIEW:JULIEBIENCOURT;PHOTOS:INVADER(5) Street art en petits carreaux Streetartisteconquérant,Invaderenvahitlemonde. Desmursdesplusbellesetgrandesvillesjusqu’aux fondsmarins,l’artistesemblen’avoiraucunelimite pourexprimersonart.Sonvasteuniversfascineles amateurs partout dans le monde. Une légende qui s’écrit de colle et de mosaïque. Entretien. 1. L’utilisation de la mosaïque n’est pas commune dans le monde du street art. Pourquoi avoir fait le choix de ce matériau ?  Tout d’abord parce que j’ai trouvé là un matériau parfait pour donner corps au pixel, mais également pour œuvrer dans la rue puisqu’il s’agit égale- ment d’un médium hyper pérenne qui est fait pour résister aux intempé- ries et dont les couleurs ne ternissent pas avec le temps comme c’est par exemple le cas de la peinture. Enfin, parce que justement c’est un maté- riau original ! Lorsque j’ai commencé à l’utiliser, j’étais le seul à le faire. 2. Un véritable « jeu » s’est développé autour de vos œuvres ur- baines. Était-ce une volonté de votre part d’interagir avec le pu- blic ? J’ai toujours aimé l’idée d’interagir avec le public. En 2014, j’ai créé Flashinvaders, une application pour smartphone qui permet de se livrer à une sorte de chasse au trésor. C’est un jeu qui exige de par- courir le monde pour grimper dans le tableau des scores. Je ne m’at- tendais pas à un tel engouement, certains joueurs sont vraiment mor- dus ! Une vraie communauté s’est formée à travers le monde. 3. Où puisez-vous vos inspirations ? Je suis un artiste de mon époque, et cette époque possède sa propre culture : le cinéma, la BD, Internet ou encore la musique. Ajoutez à cela des études plutôt clas- siques d’art à la Sorbonne puis aux Beaux-Arts et, voilà, cela m’a amené à réaliser tant des œuvres en mosaïque qui s’inspirent des jeux vidéo et qui sont collées dans la rue que des détournements de jouets pour représenter des tableaux de maîtres... 4. Des œuvres sous la mer, des œuvres dans l’es- pace… Quel sera votre prochain challenge ? Il me semble important de me renouveler et de constamment surprendre mon public, voire de me surprendre moi- même avec de nouvelles idées et de nouveaux challenges. Pas toujours facile, mais il est essentiel de ne pas stagner. 5. Sur la place Igor Stravinsky à Paris vous avez réa- lisé votre plus grande fresque. Question : Pourquoi à cet endroit précis ? Il s’agit d’un endroit incroyable, qui comptait déjà deux œuvres de street artistes. Alors quand on m’a proposé d’y intervenir je n’ai pas hésité une seule seconde, c’est une opportunité qui ne se refuse pas. Comme il s’agit d’une intervention autorisée, ce que j’appelle mon 1 % légal, j’ai pu travailler à grande échelle et réaliser une des plus grandes pièces de ma carrière. 6. Vous avez parcouru le monde entier et pourtant Paris semble prendre une part importante dans votre travail… Tout simplement parce que j’y vis et que j’y passe beaucoup de temps, je ne peux donc m’empêcher d’y faire du repérage constant. Je pourrais passer ma vie à l’envahir. Et puis on dit que c’est une des plus belles villes du monde, où que vous soyez dans le monde, les yeux des gens pétillent lorsque vous prononcez le mot Paris. Les villes sont les écrins de mon travail, il serait dommage de se priver d’y intervenir. Invader crée des œuvres en pixels partout dans le monde, du haut de la tour Eiffel, et jusque dans l’espace. Une tortue nin- ja à New York, des fantômes Pac-Man à Londres… Ses travaux sont aussi très ins- pirés du jeu Space Invaders. PLAYGROUND INTERVIEW 30
  • 31.
  • 32.
  • 33. FOTO:DOUGLASFRIEDMAN;STYLISTIN:ROSEMARIECOOK(ASSISTENTIN:CATERINAOSPINABUITRAGO),MAKE-UP:AURÉLIEPAYEN, HAARE:MÉLANIE;OHRRINGE:BIBIMARINI,HOSE:EMILIAWICKSTEAD,TOP:EBERJEY,ARMREIF:ALIGHIERI,SCHUHE:GERARDDAREL AT HOME HÔTEL DU CAP-EDEN-ROC AMOUR HÔTELS LORENZ BÄUMER FONDATION CARMIGNAC L’élégant hôtel du Cap d’Antibes dévoile ses 150 ans d’histoire sous les pas du mannequin Laura Bailey
  • 34. Glamour inégalé sur la Côte d’Azur C’est un lieu empli de nostalgie où le temps semble s’être arrêté et qu’on aurait du mal à oublier. Cette année, le somptueux hôtel du Cap- Eden-Roc fête ses 150 ans. La véritable richesse de cette maison historique sur la Côte d’Azur réside dans sa clientèle dont une grande partie lui est fidèle depuis plusieurs générations. Nous lui tirons notre chapeau et lui souhaitons un très joyeux anniversaire ! TEXTE : Steffi Kammerer  PHOTOS : Douglas Friedman  PRODUCTION : Michaela Cordes Maria Mundt 34
  • 35. Laura Bailey est mannequin et auteure britannique. Quand elle veut réellement se relaxer, elle vient ici, dans son hôtel favori. STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :AURÉLIEPAYEN ;COIFFURE :ANDRECUETOSAAVEDRA ; BOUCLESD’OREILLES :THEODORAWARRE ;COLLIER :CHANEL ;HAUTETPANTALON :GULHURGEL@KOIBIRDWWW.KOIBIRD.COM
  • 36. « Ce sont ses hôtes qui rendent l’hôtel mythique. » PHILIPPE PERD STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE : AURÉLIEPAYEN ;COIFFURE :MÉLANIE ;ROBE :ERDEM ;CHAUSSURES :GIACOUTURE
  • 37. Laura Bailey devant l’hôtel du Cap-Eden-Roc. Francis Scott Fitzgerald a immortalisé la maison dans son roman Tendre est la nuit. 37
  • 38. Un endroit d’un glamour à ce jour inégalé. Les clients de l’hôtel du Cap-Eden-Roc savent parfaitement se mettre en scène.
  • 39. www.gg-magazine.com STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :AURÉLIEPAYEN ;COIFFURE : ANDRECUETOSAAVEDRA ;ROBE :DVF ;BOUCLESD’OREILLES :ALIGHIERI ;BRACELET :AURÉLIEBIDERMANN u moment où vous lisez ces lignes,  il ne reste plus que quelques semaines à l’hô- tel le plus légendaire de la Côte d’Azur pour se parer pour la saison. Mi-avril, les premiers hôtes arrivent après la pause hivernale. Peu après, avec le festival de Cannes, c’est le boom annuel qui commence. Cet été, l’hôtel du Cap-Eden-Roc, somptueux lieu de vacances depuis des générations, se concentrera sur la cé- lébration de son jubilé : depuis 150 ans cette maison est devenue la résidence secondaire de bien des clients fidèles. Situé entre Cannes et Nice, sur la pointe sud du Cap d’Antibes, l’hôtel fascine par son élégance intemporelle. Au bord de la mer, un palace couleur crème aux volets gris bleu. C’est un lieu à couper le souffle. Après avoir traversé le hall, lorsque la porte s’ouvre sur l’immense parc, on se trouve en haut du large es- calier de marbre, pris de vertige, en apercevant la mer scintillante en contrebas, au bout d’une allée bordée de pins centenaires et de pal- miers jetant des ombres pittoresques. Exceptés les cris des mouettes et quelques balles de tennis qui rebondissent, on ne perçoit aucun bruit. C’est ainsi qu’elle se présente, la promesse de vacances et d’in- souciance qui plongent même les grands patrons et autres person- nalités influentes du monde dans une piété méditative : ce moment puisse-t-il durer éternellement ! Le parc relie le bâtiment princi- pal au pavillon Eden-Roc, achevé en 1914. La même année, on fai- sait sauter la falaise à la dynamite afin d’y creuser la piscine d’eau sa- lée. Ceux qui recherchent le calme, peuvent s’éloigner des abords de la piscine et se retirer dans de petits bungalows blancs situés au bord de l’eau. Pour jouir d’une parfaite tranquillité, il faut y mettre le prix : 500 euros par jour – ce qui est ail- leurs, le prix d’une luxueuse suite. Mais lorsqu’on séjourne ici, on pré- fère commander un autre Bellini plutôt que de s’embarrasser de ces aspects ennuyeux. Le personnel est nombreux : plus de deux employés par client, tous ont reçu une excel- lente formation. À l’hôtel du Cap, tout témoigne d’une opulence his- torique et d’un charme incompa- rable. Depuis l’an 1900, à côté de sa roseraie, le parc compte même un cimetière pour chiens – avec des pierres tombales en miniature. Seuls les animaux qui meurent ici y sont enterrés. C ette année, donc, l’illustre hôtel fête ses 150 ans.  À l’occasion de ce jubilé, l’établissement s’offre un beau livre de 300 pages : Hotel du Cap-Eden-Roc: A Legend on the French Riviera. Il sera dis- ponible chez Amazon à partir du mois de mai. La préface est rédigée par Graydon Carter. Ancien rédacteur en chef de Vanity Fair, il connaît le palace depuis l’aube des temps. Pendant de nombreuses années, lors du festival de Cannes, il y donnait des soirées mythiques. Durant l’été, il n’y a quasiment que les clients réguliers de l’hôtel du Cap qui peuvent y réserver une chambre, de préférence toujours la même. Des familles du monde entier viennent ici depuis trois, voire quatre générations. Souvent elles se donnent rendez-vous. Les enfants y apprennent à nager, les adolescents grimpent sur les échelles de corde ou sur les balançoires et cordes suspendues au-dessus de la mer. Le soir, on se retrouve sur le toit du pavillon Eden-Roc pour savourer le coucher du soleil au bar à champagnes. Sur sa terrasse, on a l’impression d’être sur le pont supérieur d’un bateau de croisière. ’ambiance évoque celle d’un club privé.  Certains employés tra- vaillent ici depuis plusieurs décennies, comme Michel, portier ou bien Giovanni, majordome : tous deux font partie du personnel depuis plus de 40 ans. Le style des chambres est intemporel. On y ac- cède par un ascenseur lambrissé parfaitement conservé. Les murs sont peints dans des nuances de gris, les canapés et rideaux apportent une touche fleurie. Chaque jour, des roses fraichement cueillies dans les jar- dins de l’hôtel sont disposées sur la table de nuit. Le palace est historique sans pour autant ressembler à un musée, car il y règne une ambiance joyeuse. Un cabriolet Fiat des an- nées 1950 est mis à la disposition des hôtes, ainsi qu’une Autobianchi Bianchina Eden-Roc, comme celle que possédait Brigitte Bardot. Avec ses sièges en cuir bleu, ce modèle que les hôtes peuvent emprunter pour faire une élégante virée, est déjà un régal pour les yeux. Outre le bâtiment principal et le pavillon Eden-Roc, l’hôtel du Cap comprend la résidence Les Deux Fontaines et deux villas avec pis- cine. Une troisième villa sera dis- ponible à partir du mois de juillet. Elle est nettement plus grande que les deux précédentes : 400 mètres carrés. Au total, le palace compte 118  chambres et suites, dont l’opulente suite Eden-Roc, jouis- sant d’une terrasse sur le toit de 250 mètres carrés, avec vue sur la mer. Le bâtiment principal a été édifié en 1870 par Hippolyte de Villemes- sant, fondateur du quotidien Le Figaro, dans l’idée d’offrir aux auteurs et aux journalistes un lieu de retraite et d’inspiration pour écrire. Mais son projet n’a pas connu le succès escompté. Plusieurs propriétaires ont en- suite tenté de reprendre l’affaire, sans plus de résultat, si bien que le bâ- timent commençait à se délabrer. En 1887, l’hôtel a été racheté par l’Ita- lien Antoine Sella qui l’a fait rénover pendant deux ans. À partir de la réouverture, grâce à une habile stratégie, le nouveau propriétaire est par- venu à attirer la jet-set internationale, les aristocrates, les plus grandes stars hollywoodiennes et à fidéliser cette clientèle. Aujourd’hui, chaque recoin du palace évoque un voyage dans le temps. Là-bas, Kirk Douglas était assis, chaussé de ses skis nautiques qu’il lais- sait pendouiller au-dessus de l’eau. Ici, Marlene Dietrich lisait couchée sur une chaise longue, là, Fred Astaire se promenait, à cet endroit Eli- zabeth Taylor et Richard Burton se sont disputés et le grand produc- teur de cinéma Darryl F. Zanuck y jouait aux cartes avec l’Aga Khan. L’hôtel n’a appartenu qu’à deux familles au cours de sa longue histoire. Cela se ressent. Certains employés font partie du personnel depuis plusieurs décennies, notamment Michel, le portier ou encore le majordome Giovanni. 39
  • 40. 40
  • 41. La falaise a été dynamitée en 1914 pour creuser la piscine. Ici, quand le soleil se couche, même les stars hollywoodiennes en ont le souffle coupé. « D’une certaine manière, l’hôtel appartient aussi un peu à nos clients de longue date. » PHILIPPE PERD STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :AURÉLIE PAYEN ;COIFFURE :MÉLANIE ;BIKINI :THREEGRACES ;SHORT :PAIGE ;LUNETTESDESOLEIL :CHANEL
  • 42. www.gg-magazine.com Marc Chagall passait toujours le mois d’août ici. Parmi les clients habitués, il y avait aussi l’écrivain George Bernard Shaw, toujours abrité sous un grand parasol. Coco Chanel a séjourné ici, John Len- non et Yoko Ono, les Kennedy, les Churchill, Picasso, Hemingway. Dans son roman Tendre est la nuit, Francis Scott Fitzgerald rend un hommage littéraire à l’hôtel. Son histoire regorge d’anecdotes. Gérard Depardieu et Robert De Niro ont un jour échangé des propos vifs au bord de la piscine parce que l’un avait omis d’inviter l’autre à son anniversaire. Johnny Weissmuller a fait retentir son célèbre cri de Tarzan dans le hall. Bruce Willis qui avait réservé une table pour 30, est finalement arrivé avec 300 personnes. Il y a quelques années, un matin, on a pu voir Brad Pitt, Matt Damon et George Clooney jouer au cricket sur la pelouse. Bien- sûr, il y a eu des petits scandales : Kate Moss et Johnny Depp ont laissé leur chambre dévastée, Lars von Trier est arrivé à bord d’un immense camping-car. Des péchés de jeunesse pardonnés : aujourd’hui, ils sont tous trois de nouveau les bienvenus à l’hôtel. Et puis, il y a ces belles histoires comme celle du porteur victime d’un accident pour la famille duquel les clients de la maison ont recueilli des fonds. Depuis 1969, le palace appartient à la famille Oetker, des industriels allemands. Cinq ans avant de l’ac- quérir, Maja et Rudolf-August Oet- ker l’avaient découvert depuis la mer, sur leur voilier. Ils voulaient tout de suite l’acheter, mais il était trop cher. Ils l’ont finalement ob- tenu, après avoir promis à An- toine Sella d’en conserver l’esprit et de ne pas licencier le personnel. Aujourd’hui, l’hôtel fait partie de l’Oetker Collection qui ne cesse de croître et compte déjà neuf grands hôtels à travers le monde – notam- ment Le Bristol à Paris, le Brenners Park-HotelàBaden-Badenetl’Eden Rock à Saint-Barth. ’hôtel n’a donc appartenu qu’à deux familles  au cours de sa longue histoire. Cela se ressent. Et les managers aussi y restent longtemps. Philippe Perd dirige l’établissement depuis 15 ans. « Ce sont ses hôtes qui rendent l’hôtel mythique », dit-il. Il en a repris la direction en 2005, succé- dant à Jean-Claude Irondelle qui lui, l’avait dirigé pendant 35 ans. L’ancien directeur se rendait chaque hiver à New York et à Los An- geles où il donnait des cocktails et des dîners exclusifs. Les studios de cinéma lui retournaient la faveur en organisant des réceptions à l’hôtel du Cap. Sous son égide, le règlement intérieur était strict. Les téléphones portables étaient interdits aux abords de la piscine. Selon le Wall Street Journal, Jacques Chirac s’était vu un jour refuser l’en- trée au restaurant parce qu’il s’était présenté au dîner sans cravate. Les chambres n’étaient pas pourvues de télévision, ni de minibars alors même qu’il s’agissait d’une clientèle cossue, habituée à dispo- ser de gadgets high-tech y compris dans la salle de bains. Ceux qui ne supportaient pas cet épurement, devait se faire livrer un télévi- seur par leur majordome, ou bien un sèche-cheveux, longtemps pas fourni lui non plus. Philippe Perd, plus entreprenant, a su remettre la maison au goût du jour avec une grande délicatesse. Les travaux de rénovation commen- cés en 2007 ont duré quatre ans. Ils devaient être exécutés de façon imperceptible. Maja Oetker a fini par céder à sa demande d’installer des téléviseurs dans toutes les chambres. En avril 2011, l’hôtel a réou- vert après un lifting qui a coûté 67 millions de dollars. Depuis, les mi- nibars et les écrans plats sont standard. Tout comme le paiement par carte de crédit, car jusqu’en 2006, on payait sa note en liquide ou par virement bancaire. En revanche, il n’y aura jamais de cartes en plas- tique pour ouvrir les portes des chambres. À l’hôtel du Cap, les clés sont en laiton et ce, depuis toujours. Un héliport ? Surtout pas, a dé- cidé Maja Oetker, cela gênerait les autres clients. « Nous ne sommes pas des parvenus. Ceux qui n’y trouvent pas leur compte, n’ont qu’à aller voir ailleurs », a-t-elle déclaré un jour. Elle s’est occupée person- nellement de la décoration de chaque chambre. Elle a choisi le mobi- lier et les tableaux, les étoffes et les couleurs. « Nous avons attentive- ment écouté les souhaits exprimés par nos hôtes ces dernières années. Le résultat correspond exactement à ce que nous nous étions fixé : ré- nover l’hôtel d’une façon si subtile qu’en apparence rien ne change », a annoncé Philippe Perd une fois les travaux terminés. t, à sa façon, l’hôtel du Cap évolue  en effet avec son temps. « La nouvelle génération publie l’expérience de son séjour sur Ins- tagram », explique le directeur. « Mes fidèles et anciens clients ne savent peut-être pas se servir de ce réseau social, mais leurs en- fants si ! » Il sait exactement com- bien de followers compte son éta- blissement  : «  Près de 120  000. D’ici la fin de l’année, nous de- vrions atteindre les 150 000. » Pendant le festival de Cannes, la Croisette est bruyante et bon- dée, raison pour laquelle l’hôtel le plus prisé lors des festivités ne se trouve pas à Cannes mais à une demi-heure de route en longeant la côte ou bien à cinq minutes en bateau. Grâce à son embarcadère privé, le palace est aisément ac- cessible par la mer. Se procurer une chambre à cette époque de l’année est quasi-impossible et si on y parvient, c’est à condition de réserver pour les douze nuits du festival. Chaque année, un bon tiers des chambres et suites est occupé par des clients de longue date, preuve que même les stars du cinéma apprécient une certaine routine. Depuis 2009, le gala de l’amfAR organisé au mois de mai a quitté les hauteurs de Cannes pour s’installer à l’hôtel du Cap-Eden-Roc. La maison doit ce nouvel évènement à Philippe Perd, tout comme les li- mousines qui attendent désormais à l’aéroport chaque client séjour- nant à l’hôtel au moins quatre jours. L’actuel directeur a aussi enga- gé le grand chef Éric Frechon comme conseiller gastronomique. Pour cette année de jubilé, les cuisines du palace se sont fixées de nouveaux objectifs. Durant la pause hivernale, les deux restaurants ont été en- tièrement refaits. « Nous avons néanmoins conservé leur esprit. » Le mobilier a été spécialement conçu pour que le décor ne paraisse pas trop moderne. « Nous avons créé un lien subtil entre passé et avenir. » Deux évènements sont prévus cet été pour célébrer le grand anni- versaire, en compagnie de 250 fidèles clients à chaque fois. Non pas une fête débridée au bord de la piscine, mais d’élégants dîners dans le style de la maison. Le directeur ne donne pas de détails, il garde la surprise. Car il s’agit de remercier ses clients. Il les a consultés sou- vent, leur a demandé conseil. « Nous ne voudrions pas devenir un hôtel 5 étoiles quelconque ! » Dès lors, toute transformation requiert la plus grande précaution. « Nos clients ne veulent pas que leur hôtel change. La maison leur appartient aussi un peu, c’est leur coin de paradis. » STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :AURÉLIEPAYEN ;COIFFURE :MÉLANIE ;MAILLOTDEBAIN :CHANEL Avoir une chambre ici pour le festival de Cannes est difficile et soumis à la condition de réserver pour les douze nuits. Un tiers des chambres est occupé par des clients réguliers, la preuve que même les stars du cinéma apprécient une certaine routine. 42
  • 43. La dolce vita : on pourrait croire que le concept de vacances d’été a été inventé à l’hôtel du Cap-Eden-Roc.
  • 44.
  • 45. Comment est née votre collaboration avec l’Oetker Collection ?  Je di- rais que je me définissais déjà comme une amie du groupe hôtelier au- paravant. Au travers de mes reportages de voyages, mes séances photo en tant que mannequin et en tant que photographe, j’entretiens déjà une relation particulière avec les hôtels de cette collection depuis plus de 20 ans, notamment avec l’hôtel du Cap-Eden-Roc. Étiez-vous déjà venue ici enfant ? Oh non ! J’aurais aimé ! Enfant, j’étais plutôt au camping à 15 kilomètres d’ici (elle rit). Vous souvenez-vous de votre premier séjour dans cet hô- tel  ?  Je devais avoir 20  ans et j’étais venue avec mon pe- tit-ami. C’était au tout début de ma carrière de mannequin et à cette époque, je voyageais énor- mément, aux quatre coins du globe. Mais je me souviens en- core d’avoir été très impression- née car je n’avais jamais vu une maison comme celle-ci. Par la suite je suis revenue réguliè- rement, notamment pour des productions photographiques et pour le festival de Cannes. Ces dernières années, j’y suis souvent venue à des anniver- saires ou autres fêtes données par des amis chers. Pour moi c’est toujours le même senti- ment  : quelques jours passés ici, ce sont les moments les plus heureux que je connaisse ! Pouvez-vous décrire qu’est-ce que vous aimez tant dans cet hôtel ?  Flâner dans le ravissant parc – je crois qu’il n’existe rien de comparable. Ou le premier regard qu’on jette à la piscine, ou encore depuis le bâtiment principal, par-de- là l’Eden-Roc, la vue sur la mer ! Un séjour dans cet hôtel est aussi toujours lié au premier bain de mer ou à la première promenade le long des falaises. Pour moi, ce lieu représente le summum de l’élé- gance classique associé à une incroyable créativité. C’est particulière- ment flagrant lors du festival de Cannes. À cette époque, l’hôtel baigne dans une ambiance encore plus glamour. Mais j’ai aussi déjà eu l’occa- sion d’être ici hors saison, au calme – quand j’ai le bonheur de pouvoir passer quelques jours ici avec mon fils Luc, âgé de 15 ans et avec ma fille Tiger, onze ans. Ici, je peux me détendre et lâcher prise comme nulle part ailleurs au monde. C’est un lieu qui éveille tous mes sens. Quelle est votre définition du style ? Selon vous, le service qui fait la renommée mondiale de l’hôtel du Cap, en fait-il partie ? À mon sens, c’est ce mélange particulier de prévenance, d’une organisation extrêmement bien pensée et du savoir-faire qui va avec – le tout asso- cié à une amabilité sincère. Ici, on se sent bienvenu et même faisant partie d’une grande famille. Depuis l’employé qui gare les voitures jusqu’aux serveurs au restaurant, tout le monde connaît mon nom. Cela me frappe surtout lorsque je voyage seule. Et j’adore passer une nuit seule à l’hôtel du Cap-Eden-Roc ! Je me sens alors comme une actrice dans un film. Pour moi, l’Oetker Collection incarne parfaite- ment la classe et le style. Ses hôtels nous font voyager dans le temps. On se sent comme enveloppé dans un merveilleux cocon, chose qu’on apprécie d’autant plus dans notre monde actuel où tout va de plus en plus vite. Ce sont des oasis, de véritables havres de paix. … comme si le temps s’était figé ?  Oui – et on se sent ap- partenir à la fois au passé et au présent. À l’hôtel du Cap- Eden-Roc, il m’arrive souvent de rencontrer des personnes fascinantes et aussi, par ha- sard, des amis que je n’ai pas vus depuis une éternité. C’est extraordinaire  ! Peu importe que je sois seule ou pas. Par ail- leurs, l’hôtel me donne accès à un monde que j’aime beaucoup et qui nourrit mon inspiration. Lorsque je séjourne ici, j’aime faire des excursions dans les environs, à Saint-Paul-de-Vence ou à Vence pour visiter la cha- pelle Matisse par exemple. Quelle part de cette magie résulte, selon vous, de la si- tuation de l’hôtel sur la Côte d’Azur  ?  Je sais qu’il y a des hôtes qui ne quittent pas l’hôtel une seule fois durant leur sé- jour. Mais pour ma part, j’aime beaucoup partir en excursion, puis ren- trer « à la maison ». Lors de mon dernier séjour, j’ai découvert un tout nouveau chemin le long de la côte, à l’endroit où la nouvelle version du film Rebecca vient d’être tournée. J’ai également quelques bons amis qui vivent dans les environs. Dans ce sens, la région m’est familière. Quelle est votre saison préférée pour venir ici ?  Je dirais, début mai. C’est une période de l’année particulièrement agréable parce que tout fleurit et qu’il y a de nombreuses fêtes traditionnelles dans la région au mois de mai. C’est aussi en quelque sorte le calme avant la tempête du festival de Cannes. Pour un premier séjour à l’hôtel du Cap-Eden-Roc, quel conseil de lecture ou de musique de voyage donneriez-vous ? Rebecca de Daphne du Mau­rier et Tendre est la nuit de Francis Scott Fitzgerald ou bien Bonjour tristesse de Françoise Sagan. Au bord de la piscine ou lors de mes balades, j’aime écouter Father John Misty, les Rol- ling Stones, Nina Simone et les chansons issues de la collaboration entre France Gall et Serge Gainsbourg. Rendez-vous au paradis L’élégance et la nostalgie sont peut-être les deux points communs les plus marquants entre l’hôtel du Cap-Eden-Roc et Laura Bailey, mannequin, photographe et rédactrice pour l’édition britannique de Vogue. Depuis 2018, elle est aussi ambassadrice de l’Oetker Collection. INTERVIEW : Michaela Cordes Laura Bailey vient à l’hôtel du Cap-Eden-Roc depuis de nombreuses années. Lors de chaque départ, le mannequin britannique prévoit déjà son prochain séjour. STYLISTE :ROSEMARIECOOK(ASSISTANTE :CATERINAOSPINABUITRAGO) ;MAQUILLAGE :AURÉLIEPAYEN ;COIFFURE :MÉLANIE ;CI-CONTRE : MAILLOTDEBAIN :DVF ;CHAPEAU :JACQUEMUS ;CI-DESSUS :BOUCLESD’OREILLES :THEODORAWARRE ;ROBE :GANNI ;CHAPEAU :CHANEL 45
  • 46. Hôtels Amour : Les divines idylles d’André Saraiva Quatorze ans après son ouverture à Paris, l’Hôtel Amour exporte son ambiance décalée-kitsch et son style bohème à Nice. Cofondateur du projet, l’artiste et entrepreneur André Saraiva nous conte l’aventure Amour hôtels. TEXTE : Alexis Chenu  PHOTO : Pierre Björk
  • 47. Tour à tour street-artiste, rédacteur en chef, réalisateur, André Saraiva est aussi un entrepreneur inspiré. 47
  • 48. « Nice est une destination historique pour les artistes, bien plus créative et jeune qu’on ne l’imagine. » 48
  • 49. Reconnaissable à ses parasols à rayures blanches et bleues, la plage de l’hôtel Amour Nice se situe sur la célèbre promenade des Anglais.
  • 50.
  • 51. www.gg-magazine.com PHOTOS :PHILIPPECHARLOT(3),PIONSTUDIO(2),PIERREBJÖRK(2) D ’origine portugaise, André Saraiva est ce qu’on peut appeler un artiste touche à tout. Ado, il découvre l’univers du graffiti dans le- quel il évoluera dans les années 80, imagi- nant son personnage Mr A, qu’il reproduira sur des centaines de murs de Paris et d’ail- leurs en Europe, avant d’être exposé dans les plus grands musées et galeries du monde. Tour à tour rédacteur en chef de magazine ou réalisateur de court métrage il se révèlera par ailleurs être un entrepreneur né. En 2004, il créé le club Le Ba- ron, une adresse culte des nuits parisiennes, qu’il transportera jus- qu’à New-York, Tokyo, Londres et Shanghai. Il est également l’un des hommes du trio à l’origine des Hotels Amour. L’histoire de ces hôtels pas comme les autres est née lors d’un dîner de copains. Autour de la table, entre deux coups de four- chettes,André Saraiva et ses deux comparses, l’entrepreneur Thier- ry Costes, le restaurateur Emmanu- el Delavenne, rêvent ensemble d’un hôtel d’artistes, que viendraient dé- corer leurs amis. Louable à l’heu- re, à la journée ou pour quelques nuits, ces trois rêveurs imaginent « une adresse de potes à l’esprit bo- hème », résume le créateur de Mon- sieur A. Sur les pentes du quartier Saint-Georges, dans un Pigalle mo- ins propret qu’aujourd’hui, l’Hôtel Amour, ses chambres et son res- taurant, allume son néon rouge en septembre 2006. C’est le début d’une épopée à la frontière des arts et de l’hôtellerie, les premières es- quisses d’un « Hôtel amour way of life ». « L’oncle de Thierry Costes avait récupéré un hôtel malfamé du 9e, proche de la rue des Mar- tyrs plus populaire qu’aujourd’hui, raconte André Saraiva. On a réuni nos économies, et on a acheté l’hô- tel à trois. Au départ, des potes ar- tistes venaient vivre ici des semai- nes entières, j’ai habité ici quelque temps et j’emmenais tous les meu- bles de mon appart’ pour meubler les lieux, un peu comme une suite de ma maison. Progressivement, des amis artistes sont venus habiller le décor des chambres, un res- taurant s’ouvrait… » R ester libre.  S’occupant du décor, la plasticienne et touche-à- tout Sophie Calle, le designer Marc Newson, le duo de graphis- tes M/M, André lui-même ou l’illustrateur Pierre Le Tan. Tous se mettent à l’ouvrage et habillent l’hôtel de leurs univers en quel- ques semaines seulement. Une vingtaine de chambres dévoilent des ambiances décalées, aux plafonds disco, laquées de noir au parfum d’années 1970 ou tout rose bonbon, certaines couvertes de photos d’art de Man Ray ou du photographe Guy Bourdin, d’autres se trans- forment en bibliothèques. Un style est né. En rupture complète avec l’hôtellerie de l’époque, bousculant volontiers les codes (pas de télé- phone, pas de télé dans les chambres), le singulier hôtel rencontre un succès rapide, le prix accessible des chambres aidant à la tâche. « L’envie n’était pas liée au business, se rappelle André, l’idée était d’être libre avant tout, de faire vivre notre passion et d’ouvrir un lieu qui puisse raconter des histoires. ». L’hôtel Amour est vite devenu un lieu branché, couru du tout Paris plus que bankable sur les réseaux sociaux. Une formule magique, réunissant passion, art et liberté, qui suscite l’engouement. Qui a dit que l’amour durait 3 ans ? Neuf an- nées plus tard, l’histoire recommence avec le Grand Hôtel Amour. A près l’amour, le Grand Amour.  Dans quartier du Faubourg- Saint-Denis, les trois amis et associés mettent la main sur un hôtel poussiéreux et vide de charme. Encore une fois, artistes aux univers différents et à l’esthétisme singulier, œuvre à donner à la bâtisse un nouveau souffle. Follement arty, l’Hôtel Grand Amour ouv- re ses portes en 2015, rue de la Fidélité ( ça ne s’invente pas). Genre de grande maison parisienne au restaurant bondé tous les soirs (brunch le dimanche et chefs invités régulièrement), avec en son cœur un patio charmant où prendre l’apéritif jusqu’au bout de la nuit, et ouv- rant ses salons d’arrière-boutique certains soirs. Dans les étages du Grand Amour, des chambres rejou- ent le bon goût vintage – mobilier des années 1930 à 1950, les œuvres de Keith Haring ou de Dash Snow, des clichés d’Helmut Newton. And- ré Saraiva y ajoute sa touche : c’est lui qui a imaginé les motifs d’in- spiration érotico-kitsch qui orne les moquettes Pierre Frey des cou- loirs, lui encore qui signe à l’angle de la face extérieure, un immense Monsieur A, 1300 carrelages de cé- ramiques sur 17 mètres de hauteur L’Amour n’a pas de frontières. La palpitante aventure de la saga des hôtels Amour, se déroule à Nice. Tout proche du Negresco et de la Promenade des Anglais, sur l’ave- nue des Fleurs, le fabuleux trio s’empare, cette-fois-ci, d’un hôtel à vendre. « Nice est venu à nous, explique André Saraiva, un endro- it magique, avec sa plage, la mer et une piscine, et une destination his- torique pour les artistes, bien plus créative et jeune qu’on ne l’ima- gine. Une ville qui, par endroits, semble s’être arrêtée dans les an- nées 1950, et qui, autour d’elle, re- spire l’art : la villa Arson, la fon- dation Maeght voisine, le Musée des Beaux-Arts… ». Troisième hôtel du groupe, l’Hôtel Amour Nice reprend les mêmes codes et envies qu’à Paris, « une version esti- vale de l’Hôtel Amour », comme le dit lui-même André. Un lieu pour déconnecter, à l’ombre des palmiers en fleurs. L’hôtel Amour Nice dévoile trente-huit chambres à la simplicité charmante, déco- rées de photographies de pin-up, d’objets collectionnés au fil des années, de références aux artistes azuréen comme Picasso ou Ma- tisse. Certaines chambrées disposent de balcons ici et là ; et l’une des prestigieuses suites compte même une douche extérieure. Organisé autour d’un patio central, l’hôtel tient aussi son restau- rant, « une rencontre entre table régionale et café parisien », pré- cise André Saraiva, où goûter panisses, pissaladière, soupe de ci- tron de Menton, pêche du jour aux blettes…de 8h à 2h du matin. Sur la promenade des Anglais, coiffée de parasols à rayures bleu-azur, avec galets sous les pieds et bougainvilliers pour charmer, la première plage de l’Hôtel Amour devrait vibrer aux beaux jours. Musiques, per- formancesetévénementssouslesoleilniçoissontd’oresetdéjàprévus. André Saraiva et son iconique personnage Mr A. Un dessin si- gnature qu’il reproduit sur les murs de Paris, mais aussi dans les plus grandes galeries du monde. 51
  • 52. 52 Lorenz Bäumer : joaillier inspiré Surnommé le Petit Prince de la haute joaillerie, Lorenz  Bäumer est un joaillier inspiré et inspirant. Globe-trotter dès son plus jeune âge, c’est à Paris qu’il a choisi de s’installer avec sa famille, dans un écrin luxueux et surprenant, à l’image de ses créations. TEXTE : Julie Biencourt  PHOTOS : Oleg Covian
  • 53.
  • 54. Au sein de l'appartement parisien de Lorenz Bäumer, l'expression de son amour pour le design et toutes les formes de création. 54
  • 55. 55 « Un endroit conçu selon son goût sûr et ses envies, où les moulures au plafond d’antan se mêlent au mobilier design et œuvres d’art contemporain. »
  • 56.
  • 57. www.gg-magazine.com FOTO:VORNAMENACHNAME R ien ne semblait destiner Lorenz Bäumer à la joaillerie.  Enfant, il parcourt le globe de pays en pays dans la mouvance d’un père diplomate. Nourri de ses multiples voyages, Lorenz Bäumer se prend de passion pour la créa- tion sous toutes ses formes. S’il est célèbre pour ses talents indéniables de joaillier, le créateur ne borne pas sa passion artistique à la réalisation de ses bijoux. Bien au contraire. Certaines des plus belles pièces jamais réalisées par Lorenz Bäumer sont sans doute celles qui composent son appartement parisien. Un pied-à-terre haussmannien – où il vit avec sa femme et ses deux enfants –, en- tièrement imaginé, aménagé et décoré par le créateur lui-même. « Je n’ai fait appel à aucun décorateur pour mon appartement », assure-t-il fièrement. Une résidence entre modernité et authenticité,  à l’image de ses créations joaillières ; au croisement des arts et de ses passions, dans le partage et l’originalité. Un endroit conçu selon son goût sûr et ses envies, où les moulures au plafond d’antan se mêlent au mobilier design et œuvres d’art contemporain. Une associa- tion de mélanges de couleurs et de matières comme inspiré de son enfance de globe-trotter, à la découverte de différentes cul- tures. Une inspiration cosmopolite qui ne le quitte jamais. Que ce soit en décoration ou en joaillerie, Lorenz Bäumer semble pui- ser toute l’ingéniosité dans son insatiable curiosité. Il ne se réc- lame d’aucune époque ni d’aucun style particulier, un rien d’est- hétisme artistique peut lui insuffler l’idée de belles créations. Les constructions de l’architecte américain Franck Lloyd Wright lui ont inspiré la bague Franck. Et la majestueuse Sagra- da  Familia d’Antonio  Gaudi, les boucles d’oreilles Antonio D’ailleurs, quand on lui demande d’où fleurissent toutes ses idées,  le joaillier admet, en toute simplicité, trouver ses inspira- tions sous la douche, lorsque l’eau lui coule sur la tête, ou sur sa planche de surf, en défiant les vagues. Ses idées naissent égale- ment de l’échange avec ses invités, qu’il reçoit dans sa boutique « comme à la maison », avec des whiskys grands crus et des cho- colats Alain Ducasse. De l’effet maïeutique de ces discussi- ons naît alors l’inspiration. Une pièce secrète, nommée « Le Confident » avec justesse, est entièrement dédiée à ces instants de partage. Dans l’intimité d’un ate- lier-boudoir, créateur et invité discutent sans ambages et dans le plus grand secret de créations sur mesure. Une envie, des idées, un dessin et le bijou de pier- reries unique voit le jour. Sorte de dis-moi qui tu es, je te ferais un bi- jou qui te ressemble. Un proces- sus de création différent des autres, qu’il tient à préserver. Pour le créa- teur, ces instants privilégiés d’échan- ges sont les racines de toute œuvre. Une démarche dictée par un seul credo  : «  Apporter à mes clients ce qu’il y a de meilleur et part- ager avec eux cette excellence. » U ne excellence qu’il a tou- jours cherché à attein- dre depuis ses études ri- goureuses d’ingénieur. Un choix d’orientation à première vue curie- ux pour ce grand joaillier. Un choix dic- té par la pression sociale de son mili- eu : « J’ai fait des études en ingénierie parce que c’est ce qui se faisait, cela faisait bien… » Son père était diplomate pour le gou- vernement allemand. C’est d’ailleurs grâce aux soirées mondai- nes et protocolaires auxquelles étaient souvent conviés ses parents qui seront à l’origine de ce qui deviendra sa passion. « Quand on est enfant, on regarde sa mère, c’est une maman, et donc, lors- qu’elle elle porte des bijoux aux yeux de son enfant, elle devient une princesse », se souvient le joaillier. Les gemmes, qui savai- ent sublimer les femmes, fascinent à son tour Lorenz Bäumer. Après ses études, il choisit finalement de revenir à ses premiers amours : la création. Une vocation somnolente qui le tient tou- jours. En 1989, il ouvre sa première boutique au 23 rue Royale. Pour ses débuts, point de cascades de diamants et de gemmes ra- res, ses premières créations sont des bijoux dits « fantaisie ». Ori- ginales et uniques, ses créations se muent peu à peu en pièces jo- aillières davantage sophistiquées : « Cela se fait naturellement. D e la fantaisie on passe au tout or et de l’or aux dia- mants »,   raconte-t-il en toute simplicité. À cette époque, le bouche-à-oreille est sa meilleure vitrine. La clientèle est au rendez-vous et Lorenz Bäumer déménage son échoppe au 19 place Vendôme. Un Graal dans l’univers de la haute joaillerie. En 2010, il entend parler d’un concours : qui crée- ra la plus belle création pourra la voir por- ter par la future princesse de Monaco, lors du mariage princier. Les plus grands noms de la haute joaille- rie française sont de la partie. Le joaillier remporte le prix en créant la tiare « Écume de diamants » qui fera sa renom- mée. Le créateur acquiert une notoriété nouvelle. Le monde se presse dans sa boutique, qu’il déplace juste à côté du Ritz. Son art peut s’épanou- ir pleinement. N’aimant pas suivre les codes, il préfère se distinguer par l’innovation  : utilisation du titane, de l’impres- sion 3D, ou du tatouage au laser sur ses diamants, Lorenz Bäumer semble n’avoir aucune limite créative. « En tant que créateur, je ne peux pas me permettre de proposer quelque chose qui a déjà été fait. Il faut sans cesse créer des choses nouvelles. » No- vateur et atypique, Lorenz Bäumer appartient à une gé- nération de créateurs hybrides, sans frontières créatives. 57
  • 58. La Fondation Carmignac : Pieds nus dans l’art Joyau des îles d’Or situé au large de la ville de Hyères, l’île de Porquerolles abrite un musée à nul autre pareil. Il s’arpente pieds nus pour mieux se plonger dans l’art. Immersion toute dans la Fondation Carmignac. TEXTE : Claire Bonnot  PHOTO: Luc Boegli 58
  • 59. Immersion totale dans l’œuvre de Miquel Barceló face à sa fresque d’inspiration sous-marine.
  • 60.
  • 61. www.gg-magazine.com PHOTOS :CAMILLEMOIRENC(1),JEANPICON(1),JANAINAMELLOLANDINI(1),MATTHIEUSALVAING(1) Q u’est-ce que j’peux faire, j’sais pas quoi faire », se lamente la belle Anna Kari- na  à l’image de Pierrot le Fou. Son personnage fait barboter ses petits pieds dans la mer Méditerranée, sur la grand-plage Notre-Dame de l’île de Porquerolles. Cadre paradisiaque puis enfermant de l’escapade amoureuse de Marianne et Ferdinand, Porquerolles a été filmée avec amour par Jean-Luc Go- dard dans les années 1960 : la terre et la mer, les sous-bois et la plage, le soleil écrasant et le clapotis de l’eau… Une petite ferme visible dans le film est d’ailleurs à l’origine de la Fondation Carmi- gnac… Un architecte inspiré en fit un beau mas provençal dans les années 1980 et c’est lorsqu’il maria sa fille à un certain Jean Ro- chefort qu’Édouard Carmi- gnac, homme d’affaires et grand collectionneur d’art, tomba sous le charme de ce domaine de la Courtade. La grande aventure débute alors dans l’esprit de ce passionné d’art contempo- rain qui fréquenta la facto- ry de Andy Wahrol et se vit immortalisé par Jean-Mi- chel Basquiat. Après avoir rassemblé vingt an- nées durant des œuvres de Roy  Lichtenstein, Ge- rhard Richter, John Baldes- sari ou encore Ed Ruscha, l’esthète rachète le mas pour en faire un musée exi- geant destiné à tous les pu- blics au cœur d’un environ- nement engageant plutôt aux joies de la baignade… O uverte le 2 juin 2018, la Fondation Carmi- gnac offre une ex- périence édénique,  d’avril à novembre, de 10 heures au coucher du soleil. Tel Ulys- se débutant son long voya- ge pour revenir à Ithaque, il faut larguer les amarres et quitter le continent – la ville de Hyères est à quin- ze minutes en bateau – pour atteindre ce bout de terre dessinant sur l’horizon la possibilité d’une Atlanti- de. On y débarque avec cet- te émotion qui préfigure les grands « vertiges » spirituels comme le décrit l’actuel directeur de la fondation et fils du fondateur, Charles Carmignac. Cet ailleurs insulaire aux nombreux pins pa- rasols et ceinturé d’eaux turquoise paradisiaques abritant une my- riade de merveilles marines a été acheté et organisé par l’aventurier François-Joseph Fournier en 1912 : il y crée un petit village, y perce des chemins et plante des vignes. Les trois cents habitants actuels de l’île voient arriver à chaque saison estivale les adorateurs des ci- gales et des bains de mer et, depuis 2018, les aventuriers en quête d’une grande bouffée d’art frais ! Car après l’arrivée au port, il faut faire six cent quatre-vingts pas au cœur de la pinède chauffée par le soleil pour atteindre le Graal : la villa Carmignac, cet écrin ar- chitectural dédié à l’art en pleine nature et gardé par un cerbère de bronze patiné, Alycastre, sculpture de Miquel Barceló. Ce dragon légendaire de Porquerolles aurait été envoyé par Poséidon à Ulysse lorsque, sur la route d’Ithaque, il échoua sur une plage. Une fois passée cette épreuve quasi initiatique, un autre rituel ouvre la porte de la caverne d’Ali Baba : à l’image de l’attitude rock’n’roll d’Édou- ard Carmignac, le visiteur est invité à se déchausser pour « entrer en contact avec la pierre nervurée ». I mmersion toute dans cet espace-hommage à l’art contempo- rain  composé de la villa initiale, d’un jardin de quinze hec- tares et d’une galerie souterraine creusée en sous-sol sur deux mille mètres carrés. S’y engouffre la lumière éclatante de l’île filtrée par un plafond de verre sur lequel l’eau ruis- selante dessine un fond des mers métaphorique. Les vi- siteurs déambulent d’œuvre en œuvre, majestueuses et pop, découvrant ça et là des vues idylliques sur les vignes environnantes tan- dis que les enfants s’en donnent à cœur joie, jouant à cache-cache dans le pays des merveilles qu’est le jar- din extérieur. Designé par le paysagiste Louis Benech, il invite à une chasse au trésor artistique et à une célébra- tion de la biodiversité locale. Parmi les oliviers se cachent quatre têtes aux expressions irrésistibles, statues qua- si primitives ou enfantines en bronze patiné argenté si- gnées de Ugo Rondinone. De l’autre côté, sur le mur du mas et au cœur d’une végéta- tion à la Douanier Rousseau, La Traversée, miroir en inox poli de Jean Denant, épouse la forme de la Méditerra- née qui vient s’y refléter. Ce land-art semi-sauvage rap- pelle les domaines voisins de la Commanderie de Peyras- sol et du Château La Coste, inspirations des Carmignac. Après une exposition inau- gurale bien nommée « Sea of Desire » en 2018, un chapitre retour à « La Source » en 2019, la Fondation Carmignac s’engage dans sa troisième année d’ouverture avec « La mer imaginaire »*, un véritable Vingt Mille Lieues sous les mers arty et actuel. Il ne reste plus qu’à plonger dans ce lieu enchanté. *La mer imaginaire, exposition du 25 avril au 4 octobre 2020 conçue par le commissaire américain Chris Sharp. Villa Carmignac, île de Porquerolles, 83400 Hyères. Tél. : 04 65 65 25 50 La Fondation Carmignac abrite les œuvres de grands artistes tels que Roy Lichtenstein, Gerhard Richter, John Baldessari ou encore Ed Ruscha. 61
  • 62. L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION
  • 63. Au bout d’une belle allée parée de pierre de granit se dresse la villa Julia conçue par l’architecte René Claude Leandri. FOR SALEA NNONC ES 6 4 – 107 RESIDENTIAL présenté par  ENGEL  VÖLKERS Pages coordonnées par Caroline Maîtrejean Inken Becker
  • 65. Depuis la piscine à débordement, la baie de Saint-Tropez et l’horizon à perte de vue sur les couleurs azuréennes. Villa Julia : écrin de sérénité entre Provence et Riviera À Grimaud, surplombant le golfe de Saint-Tropez, nichée au cœur de la nature verdoyante, la Villa Julia et ses prestations de très haut standing invitent à vivre une parenthèse azuréenne d’exception. TEXTE : Chloe Bergouts ANNONCE 65
  • 67. La vue panoramique sur le luxuriant massif des Maures instaure un véritable dialogue entre la villa et son environnement. ANNONCE
  • 69. www.gg-magazine.com AGENCEIMMOBILIÈRE–HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR I l y a de ces lieux dans le monde que l’on peut qualifier d’épicentres artistiques, tou- ristiques. Des lieux dont l’aura, l’histoire et la légende leur assurent une attractivité in- contestablement pérenne à travers les époques. Des lieux, qui ne sont pas une capitale mondiale, mais dont le nom est internationalement familier. On peut avancer, sans trop d’excès d’orgueil, que la Côte d’Azur, et à plus forte raison le golfe de Saint-Tropez, est de ceux-là. P eu d’endroits peuvent en effet se targuer d’avoir été accos- tés par Maupassant, d’avoir inspiré Paul Signac, Matisse ou encore Pablo Picasso. D’avoir plus tard attiré le Tout-Paris, ce- lui de Colette, installée dans une maison de la baie des Canoubiers, de Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir habitués de la terrasse du Gorille, de Françoise Sagan qui en fera son QG pendant trente ans. Peu de presqu’îles peuvent s’enorgueillir d’avoir fait danser l’intelli- gentsia de Saint Germain des Prés, mais également les plus grandes célébrités américaines en vacances, d’avoir été le rendez-vous de villé- giature de la nouvelle vague, puis celui des yéyés. Un temps incarné par Brigitte Bardot, éblouissante dans le cultissime Et Dieu… créa la femme, Saint-Tropez symbolisera aux yeux du monde un certain « way of life » fait de fêtes, de glamour, de liberté et de sable chaud. Si l’an- cienne cité corsaire était une saison ? L’été, sans hésiter bien que sa basse saison gagne tout autant à être connue. Un motif ? Un damier vichy rose et blanc. Un cocktail ? Une mauresque au Sénéquier, myt- hique terrasse du port, ou, plus loin, sur les plages de Pampelonne, un verre de vin rosé varois à savourer au Club 55. Un rendez-vous ? Sans hésiter Les Voiles de Saint-Tropez, épicentre de la vie nauti- que azuréenne, où durant deux semai- nes (en 2020, du 26 septembre au 10 oc- tobre), se succèdent des régates des plus beaux voiliers classiques et mo- dernes dans une ambiance festive célé- brant la passion du nautisme. Mais ce que Saint-Tropez a de si particulier, c’est d’abord d’avoir su traverser les décen- nies avec autant d’aisance, pour être au- jourd’hui encore un des rendez-vous estivaux les plus prisés au mon- de. Le tout, en réussissant le pari de conserver son âme de village pittoresque pour devenir non pas une station balnéaire au dévelop- pement incontrôlable, mais le plus célèbre clocher bicolore au monde. Pour juger de cette authenticité préservée,  il suffit de prendre les petites routes escarpées pour visiter, à proximité presque immédiate, les pay- sages et villages environnants : Ramatuelle, Gassin, et le site médiéval de Grimaud, dont le port a aussi sa légende. Suivre l’enchaînement des lacets qui se fraient un chemin à travers l’immense Massif des Maures, entre chênes-lièges et pins parasols ; pied de nez radical à l’idée d’une Côte d’Azur trop urbanisée. C’est dans cet environnement protégé et classé que se niche le domaine de Beauvallon-Bartole, là même où, au début du siècle, venaient se ressourcer Audrey Hepburn, André Citro- ën, Winston Churchill ou encore F. Scott Fitzgerald qui évoquait en son temps « la magie du sud-est de la France, brûlant et doux ». C’est là que se niche la Villa Julia, à seulement quelques minutes de la fête et du glamour tropézien, à une heure et vingt minutes à peine de l’aéroport international de Nice troisième aéroport de France doté en outre d’un terminal aviation d’affaires et pourtant, dans un véritable écrin de sé- rénité. Le domaine de Bartole tout d’abord est un domaine exclusif, sé- curisé reconnaissable par ses résidences dotées de grandes parcelles et d’arbres séculaires. Un cadre naturel privilégié que le célèbre architecte René Claude Leandri a souhaité respecter au maximum au moment de concevoir la villa. Sur une propriété de 3 036 m2, la demeure se gagne via une allée pavée de pierres de granit. Parfaitement intégrée, la vil- la contemporaine d’une surface utile de 490 m² reprend les codes du paysage environnant : construite en béton armé, cette dernière se pare en extérieur, de verre et de pierres naturelles. Un jeu tout en nature et transparence pour mieux dévoiler, depuis ses vastes espaces intérieurs, la vue imprenable sur la baie de Saint-Tropez : à perte de vue, la lumiè- re verdoyante des pins parasols à laquelle succède le bleu de la mer. Un panorama saisissant, à savourer depuis le salon doté d’une cheminée, ou bien depuis chacune de ses cinq chambres en suite, dotées égale- ment d’une terrasse. Côté équipement, la propriété, construite selon des standards très élevés, déploie les meilleures prestations pour le plus grand confort de ses occu- pants : chauffage au sol et clima- tisation pour profiter des lieux en toute saison, pré-équipements de connectique, cave à vin climatisée accompagnant une vaste cuisine ouverte sur la salle à manger, et matériaux de la plus grande quali- té à l’instar du marbre de ses salles de bain, ou bien du parquet et des pierres naturelles qui habillent les sols de ses différents espaces. En extérieur, implantés au sein d’un jardin joliment dessiné, jacuzzi et pi- scine à débordement concourent à faire des lieux un cocon de bien-être au sein duquel rien n’a été laissé au hasard, surtout pas l’orientation plein sud de la façade principale et des terrasses. Tirer dedans-dehors le meilleur parti de cet emplacement privilégié, tel a été la philosophie de René Claude Leandri, connaisseur de terrain puisqu’ayant déjà sig- né de nombreux projets dans le golfe varois. S a localisation en fait par ailleurs bien plus qu’une résiden- ce,  la clé d’une qualité de vie exceptionnelle : à deux pas du village médiéval de Grimaud, la Villa Julia se niche au cœur d’une Côte  d’Azur plus confidentielle, entre le chic de la Rivie- ra et l’authentique Provence. Son cadre luxuriant séduira les amou- reux de la nature, mais également les inconditionnels d’activités nautiques, ainsi que les mordus de green et de swing, le prestigie- ux golf de Gassin-Saint Tropez étant à quelques minutes seulement. Proposé sur un des marchés immobiliers les plus attractifs de la Mé- diterranée, ce bien d’exception est sans conteste un investissement sûr pour un projet de retraite intelligent ou pour une résidence secondaire. Un cadre naturel privilégié que le célèbre architecte René Claude Leandri a souhaité respecter au maximum au moment de concevoir la villa. ANNONCE FRANCE, CÔTE D'AZUR  PRIX DE VENTE EUR 4,95 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 490 m2  TERRAIN APPROX. 3 036 m2  EV ID W-02FGEV  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. – PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH  TÉL. +33 4 94 79 57 35 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM 69
  • 71. Idéalement située dans l’un des quartiers les plus exclusifs de Mougins, à proximité immédiate des commodités et du Vieux Village, villa contemporaine aux lignes épurées et aux prestations luxueuses. Edifiée sur un jardin paysager d’environ 2 508 m² avec piscine, pool house et cuisine d’été, elle développe environ 750 m² et offre de magnifiques pièces de réception, une décoration raffinée, des matériaux nobles et des volumes généreux se prolongeant sur de larges terrasses ensoleillées. Elle dispose de six chambres en suite dont la suite de maître occupant tout l’étage et bénéficiant d’un salon privé et d’un jacuzzi sur la terrasse. Un espace détente avec salle de cinéma, un spa professionnel, une salle de fitness, une salle de massage avec sauna, une cave à vin, une salle de billard et un appartement pour le personnel complètent ce bien unique. FRANCE, CÔTE D'AZUR  PRIX DE VENTE EUR 12,9 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 750 m2  TERRAIN APPROX. 2 508 m2  EV ID W-02H38W  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. – PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM AGENCEIMMOBILIÈRE–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C-HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR ANNONCES CÔTE D'AZUR 71
  • 72. 72 Beaulieu-sur-Mer Villa avec vue féerique sur la mer et le cap Ferrat FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 6,5 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 220 m2  TERRAIN APPROX. 2 900 m2  EV ID W-02HYLU  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CERTIFICATDEPERFORMANCEÉNERGÉTIQUE :ENCOURS– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR Située entre la moyenne et la basse corniche, à cinq minutes du centre-ville de Beaulieu-sur-Mer et de ses plages, à quinze minutes de Monaco et à trente minutes de l’aéroport international de Nice, cette villa de caractère de 220 m² sur un terrain paysager de 2 900 m² offre des prestations haut de gamme. L’espace de vie, composé d’un salon, d’une cuisine équipée, et d’une salle à manger, s’ouvre sur une terrasse avec cuisine d’été et barbecue. La propriété dispose de cinq chambres dont une suite de maître. L’extérieur est composé d‘un terrain engazonné sur plusieurs niveaux en restanques. La piscine à débordement s’ouvre sur l’horizon et bénéficie d’un large solarium. Un studio indépendant, un double garage et un parking pour deux à trois voitures complètent ce bien. Possibilité d’extension.
  • 73. 73 Saint-Jean-Cap-Ferrat Villa moderne sur les hauteurs FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 3,95 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 207 m2  TERRAIN APPROX. 545 m2  EV ID W-02G5Y8  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH  TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CERTIFICATDEPERFORMANCEÉNERGÉTIQUE :D– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR Àquelques pas du cœur du village et de la plage, cette villa contempo- raine dispose de 207 m² habitables. Au niveau principal, un salon spacieux en L ouvre sur une terrasse avec vue mer panoramique. La cuisine américaine est entièrement équipée et donne également sur la terrasse, le jardin et la piscine. Le niveau inférieur se compose de trois chambres avec salles de bains et terrasse, et d’une buanderie. La suite de maître, à l’étage supérieur, dispose de sa salle de bains, de sa terrasse avec vue mer ainsi que d’un accès direct à la piscine au cœur d’un beau jardin méditerranéen. La propriété est équipée de la climatisation réversible, de volets roulants électriques, d’un système d’alarme, d’un beau parquet en chêne, de salles de bains ornées de marbre, d’un garage et d’un parking extérieur.
  • 74. 74 Saint-Jean-Cap-Ferrat Elégante villa sur le Cap FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 4,83 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 250 m2  TERRAIN APPROX. 1 493 m2  EV ID W-02HMO7  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH   TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CERTIFICATDEPERFORMANCEÉNERGÉTIQUE :ENCOURS- HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR Idéalement située, à proximité du village, et entourée de magnifiques jardins plats orientés plein sud et agrémentés d’une grande piscine, cette villa est un véritable havre de paix. Le rez-de-chaussée se com- pose d’un hall d’entrée, d'un vaste salon-salle à manger avec cheminée donnant sur une belle terrasse couverte avec barbecue intégré, d'une cuisine indépendante, d'une chambre avec salle de douche attenante, d'un cabinet de toilette pour les invités. Le premier étage dispose d’une suite parentale avec dressing, d'une salle de douche et d'une terrasse privée couverte avec vue sur les jardins et la piscine, de quatre autres chambres, de deux salles de bains. Un parking pour deux à trois voi- tures derrière le portail électrique et un garage complètent ce bien rare. L’accès au garage se fait directement depuis la villa.
  • 75. 75 Villefranche-sur-Mer Villa contemporaine avec vue sur la mer FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 5,5 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 300 m2  TERRAIN APPROX. 2 229 m2  EV ID W-02FT3H  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH   TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR Située dans le domaine privé « Le Castellet », à 30 minutes de l’aé- roport de Nice et à 20 minutes de Monaco, cette magnifique villa dispose d’une surface habitable d’environ 300 m². Elle se compose d’un salon spacieux avec cheminée, d'une salle à manger, d'une cuisine équipée, de six chambres et de quatre salles de bains. Il est possible d’agrandir la villa d’environ 60 m² au niveau de la piscine pour créer une salle de cinéma ou de gym. Toutes les chambres offrent une vue panoramique sur la mer et ont accès à une terrasse. La villa allie de manière harmonieuse style contemporain et design intérieur méditer- ranéen, raffiné et haut de gamme. Elle est implantée sur un terrain plat paysager de 2 229 m² agrémenté d’une magnifique piscine. Plusieurs places de parking et un garage double complètent cette offre.
  • 76. 76 Nice Appartement de réception sur la Promenade des Anglais FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 3,392 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 242 m2  EV ID W-02GVVA  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:D– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR Dans une résidence «Belle époque» de prestige, située sur la my- thique Promenade des Anglais, superbe et spacieux appartement de réception ayant conservé toute la splendeur et la beauté de la Grande époque. Il dispose d’un vaste hall d’entrée desservant une salle à man- ger, un petit salon avec cheminée et un vaste salon, une grande cuisine équipée avec office et entrée de service, quatre chambres en suite avec placard/dressing et salle de bains ou salle d’eau. Matériaux nobles (par- quets et moulures), volumes généreux et belles hauteurs sous plafond. L’appartement, très lumineux et en position dominante, est agrémenté de balcons orientés sur la Promenade et offrant un panorama à couper le souffle sur les eaux bleues de la Méditerranée. Cave et chambre de service. Possibilité d’acquérir un garage.
  • 77. 77 Nice Hôtel particulier dans le secteur recherché de Cimiez FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 3,95 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 650 m2  TERRAIN APPROX. 1 925 m2  EV ID W-01K8FN  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH TÉL. +33 4 93 54 93 42 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CERTIFICATDEPERFORMANCEÉNERGÉTIQUE :ENCOURS– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR Au cœur de Cimiez, quartier résidentiel de Nice, superbe hôtel par- ticulier de quatorze pièces. D’architecture niçoise Belle Epoque, cette propriété offre 650 m² sur quatre niveaux desservis par ascenseur et est implantée sur 1 925 m² de terrain piscinable. Le rez-de-chaussée dispose d’une vaste entrée, de deux salons, d'une salle à manger, d'une cuisine équipée et d'un vestiaire pour les invités. Le premier étage se compose d’un salon TV et trois chambres en suite. Le deuxième étage accueille un bureau, un salon de musique et la suite de maître avec salle de bains et dressing. Au troisième se trouvent un salon, un coin cui- sine, une salle d’eau et une chambre en mezzanine. Le rez-de-jardin se compose d’une salle de sport, d'une lingerie, d'une chambre de service avec cuisine et salle d’eau. Garage/atelier indépendant.
  • 78. 78 Golfe-Juan Villa contemporaine proche des plages FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 1,23 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 180 m2  TERRAIN APPROX. 700 m2  EV ID W-02GDUC  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM Située à proximité des plages de Golfe Juan, de son port de plai- sance et de ses commerces, cette belle villa contemporaine d’une surface habitable d’environ 180 m² sur un terrain plat d’environ 700 m², exposée plein sud, offre des prestations extrêmement haut de gamme. La villa se compose, en rez-de-jardin, d’un vaste salon lumineux avec cheminée et hauts plafonds, d'une salle à manger, d'une cuisine ouverte équipée, de trois chambres et de trois salles de bains. Le premier étage accueille la suite de maître avec sa salle de bains privative et sa terrasse, un bureau et deux dressings. Le jardin est agrémenté d’une belle piscine et d’un agréable coin avec une petite cascade. Le stationnement est assuré grâce à un garage et deux places de parking. Volumes généreux. AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:SHOOOTIN–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
  • 79. Cap d’Antibes Villa récente avec vue mer FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 3,6 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 198 m2  TERRAIN APPROX. 1 733 m2  EV ID W-024VMR  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR Cette belle villa en parfait état est située sur le côté est du Cap d’Antibes, à proximité de la baie de la Garoupe. Construite sur un terrain plat entouré de pins de 1 733 m² et dotée d’une spacieuse piscine chauffée, la villa offre une surface habitable de 198 m². Le vaste salon avec cheminée et la salle à manger s’ouvrent sur la terrasse et le jardin verdoyant et offrent une superbe vue mer. La cuisine moderne, ouverte et intelligemment équipée, permet l’accueil des amis et des proches en toute convivialité. La villa dispose de quatre chambres avec salles de bains et un bureau. Un sous-sol de 80 m² vient compléter l’ensemble. Double garage, emplacements de parking couverts, climatisation ré- versible dans toute la villa et système d’alarme de dernière génération viennent compléter cette offre. 79
  • 80. AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:D– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR 80 Cannes Charmant appartement dans villa du XIXe siècle FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 1,09 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 120 m2  TERRASSE APPROX. 40 m2  EV ID W-021SGI  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM Dans le secteur très prisé et recherché de La Californie, spacieux ap- partement trois pièces dans une belle villa du 19e siècle, construite en 1880 et divisée en plusieurs appartements en 1953. L’appartement dispose d’une surface habitable d’environ 120 m² et se compose d’un grand salon, d'une salle à manger, d'une cuisine entièrement équipée et aménagée, de deux chambres en suite avec leurs salles de bains attenantes. Le bien dispose également de deux spacieuses terrasses d’environ 20 m² chacune, orientées sud-ouest et nord-ouest, idéales pour profiter de la douceur méditerranéenne et apprécier la vue magni- fique sur la verdure et un large aperçu sur la mer et l’Estérel. Matériaux nobles, hauts plafonds et volumes généreux. Un grand garage est inclus dans l’offre.
  • 81. 81 Cannes Maison d’architecte avec vue mer panoramique FRANCE, CÔTE D’AZUR   PRIX DE VENTE EUR 5,95 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 280 m2  TERRAIN APPROX. 650 m2  EV ID W-02H40Y  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH  TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM Située en plein cœur du quartier résidentiel et paisible de la Cali- fornie, à proximité à pied des commerces et des transports, cette villa de maître d’environ 280 m², rénovée par un architecte de grande renommée, offre une superbe vue sur la mer. Sur un terrain paysager d’environ 650 m², elle se dresse sur deux niveaux principaux complétés par le rez-de-jardin accédant directement à la piscine. Rez-de-chaussée : entrée, séjour avec cheminée, salle à manger, cuisine équipée haut de gamme, salon TV, suite indépendante, cave à vin, buanderie. A l’étage : deux chambres avec salles de bains et dressings en suite. Le rez-de- jardin dispose d’une cuisine d’été, d’une chambre indépendante en suite et d’une pièce pouvant être aménagée en espace de massage ou en chambre d’appoint. Deux garages fermés. AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR
  • 82. Cannes Villa californienne, avec vue sur la mer et l’Estérel FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 4,95 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 441 m2  TERRAIN APPROX. 2 600 m2  EV ID W-02GTJG  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM Cette spacieuse villa de 441 m² habitables est située à seulement quelques minutes du centre-ville de Cannes, sur les hauteurs de la Croix des Gardes et offre une vue panoramique sur la mer, le massif de l’Estérel jusqu’aux montagnes de l’arrière-pays. Il est possible de profiter de cette vue enchanteresse à partir de la superbe terrasse et de sa piscine chauffée, et également de la magnifique pièce à vivre d’environ 110 m² et de la chambre de maître de 60 m². La villa est extrêmement bien pensée et entretenue. Sa décoration est soignée, claire et lumineuse. Chaque chambre possède sa propre salle de bains. La propriété dispose également d’une salle de fitness avec spa et d’un studio indépendant tout équipé. Tous les équipements de la propriété sont neufs ou récents. AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:LAURENTMEESEMAECKER–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR 82
  • 83. Cannes Trois pièces d’angle sur la Croisette FRANCE, CÔTE D’AZUR  PRIX DE VENTE EUR 2,77 MILL.  SURFACE HABITABLE APPROX. 88 m2  TERRASSE APPROX. 20 m2  EV ID W-02FNEE  CONTACT CÔTE D’AZUR (FR) EV MMC FRANCE S.A.S. PARTENAIRE FRANCHISÉ D’ENGEL VÖLKERS RESIDENTIAL GMBH   TÉL. +33 4 93 68 64 72 E-MAIL COTEDAZUR@ENGELVOELKERS.COM AGENCEIMMOBILIÈRE–CRÉDITPHOTO:ARNAUDLEFIEVRE–CLASSED’EFFICACITÉÉNERGÉTIQUE:C– HONORAIRESDETRANSACTIONÀLACHARGEDUVENDEUR En plein cœur du boulevard de la Croisette, au sein d’une presti- gieuse résidence très recherchée avec parc et gardien 24/7, magni- fique appartement contemporain de trois pièces d’une surface habitable de 88,10 m² loi Carrez récemment rénové avec des prestations et des matériaux de très grande qualité. L’appartement se compose d’une entrée, d’un séjour/salle à manger avec cuisine ouverte entièrement équipée, de deux chambres avec chacune sa salle de bains/douche et son dressing en suite. La large terrasse exposée sud de 20,01 m² offre une vue mer panoramique. Une cave en sous-sol complète ce bien. Possibilité de louer ou d’acquérir un garage dans une résidence à proximité immédiate. Emplacement de premier choix, idéal tant pour une résidence secondaire que pour y séjourner toute l’année. 83