Télétravail : collaborateurs, à vos marques, prêts, partez !

394 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
394
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
77
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Télétravail : collaborateurs, à vos marques, prêts, partez !

  1. 1. Télétravail : Collaborateurs - A vos marques, prêts, partez ! NEWSLETTER - 7 AVRIL 2014 1 - © Agnes Menso Voici le cinquième et dernier volet de la série d’articles portant sur le télétravail. Comme nous l’avons vu, cette nouvelle façon de travailler impose de nombreuses adaptations en termes d’organisation, de culture ou encore de management. ! Beaucoup d’entreprises pratiquent le télétravail de façon informelle, et nombreux sont les cadres qui travaillent de chez eux le soir ou quelques heures le week-end. 
 Quelle que soit la taille, la structure de l’entreprise, son métier ou encore son mode de fonctionnement, travailler occasionnellement en dehors des horaires de bureau reste en France la règle principale puisqu’elle concerne 66 % des télétravailleurs. ! Il s’agit donc d’une pratique qui doit être règlementée et encadrée afin d’en limiter les abus, tant du point de vue de l’entreprise que de celui du collaborateur. ! Règlementer cette pratique n’est bien sur pas sans susciter des interrogations chez les collaborateurs, pour qui la vraie barrière serait de nature psychologique. ! Ce dernier volet va donc majoritairement les concerner et visera à apporter quelques conseils ou suggestions afin de réussir ce changement. !
  2. 2. 2 - © Agnes Menso Collaborateurs : les bienfaits du télétravail ! De façon globale, le télétravail joue en faveur de l’emploi. ! C’est le cas par exemple dans certaines SSII expertes dans les services et le conseil en informatique, où les missions sur Paris se sont raréfiées.
 Plusieurs salariés ont donc été affectés sur des sites aux quatre coins de l’Île-de-France, loin de leur domicile, sans que cela ne pose le moindre problème de mobilité ou d’organisation du travail.
 ! Le télétravail peut également favoriser le retour à l’emploi - complet ou partiel - des seniors. ! Il peut aussi avoir des conséquences positives sur le travail des femmes - et plus particulièrement des mamans, qui accepteront plus facilement une conf-call tard le soir de leur domicile, sachant qu’elles retrouvent leur famille immédiatement après s’être déconnectées. ! Il permet également de retrouver un équilibre et un certain bien-être dans sa vie familiale, en diminuant fortement les temps de transport.
 En effet, pour des raisons d’économies, de plus en plus d’entreprises déménagent en périphérie des grandes villes. Leurs salariés habitent donc, par voie de conséquence, de plus en plus loin. ! Cette réduction du temps de transport a une conséquence immédiate et positive sur le stress et la fatigue, qui ont baissé d’environ 80 %. ! Sans compter les 37 minutes de temps moyen gagné au profit de la vie familiale et les 45 minutes de temps de sommeil en plus. ! Le télétravail permet également de répondre à un besoin ou une envie de changer de vie, que ce soit pour se mettre au vert ou suivre son / sa conjoint(e) dans le cadre d’une mobilité, tout en gardant sa place dans l’entreprise. ! Il permet, dans une certaine mesure, une très grande liberté. Avec un planning globalement maitrisé - car non interrompu par des sollicitations permanentes - le collaborateur choisit son rythme de travail et ses coupures à sa convenance. Il est question ici de discipline, de rigueur et de motivation personnelle. ! Cette rigueur marche dans les deux sens : respect du planning qui a été fixé, mais également, respect des temps de pause sans lesquels il est impossible de tenir dans la durée et de fournir un travail de qualité. ! ! ! ! !
  3. 3. 3 - © Agnes Menso Enfin, le télétravail va permettre de développer et d’acquérir de nombreuses compétences, en termes de débrouillardise, de créativité ou encore d’organisation. ! Le télétravail fait donc des envieux, puisque 73 % de ceux qui ne télétravaillent pas souhaiteraient pouvoir le faire à terme. ! Néanmoins, il existe des facteurs sur lesquels, les collaborateurs doivent se montrer extrêmement vigilants. ! Collaborateurs : les revers de la médaille ! Selon le dernier Tour de France du télétravail mené en 2012, les freins qui empêchent les collaborateurs de tenter cette expérience seraient de nature psychologique. ! Les premières questions à se poser avant de se lancer dans l’aventure pourraient donc être : Est-ce que j’en ai envie ? », « En suis-je capable ? », « Qu’est que cela va apporter à mon entreprise ? Et qu’est ce que cela va-t- il m’apporter ? » ! Toutes ces questions sont parfaitement légitimes.
 Tout le monde n’est pas forcément capable, ou n’en n’a tout simplement pas envie. ! Néanmoins, si vous avez l’envie et pensez avoir les qualités requises, n’hésitez pas à demander à votre hiérarchie. 
 Elle n’est bien sûr pas obligée d’accéder à votre demande, mais pourrait la considérer de façon favorable si elle l’estime réfléchie, bien argumentée et si elle trouve son intérêt dans la démarche. ! Pour la mettre en confiance - car c’est souvent là que le bât blesse - pourquoi ne pas pas proposer un essai ? Ce sera aussi l’occasion de vous rendre compte si cette approche vous convient ou pas. ! Le principal frein à l’acceptation et à la demande du télétravail reste la solitude et l’isolement social, professionnel et psychologique. Le lien quotidien avec les autres collaborateurs - que l’on n’apprécie sans plus, mais auxquels on est habitué - a disparu. ! Il peut être difficile psychologiquement d’avoir le sentiment d’être coupé de la ruche et de ses bruits de couloir.
 Difficile également de concevoir que l’entreprise puisse vivre très bien sans nous 2 jours par semaine, et que des idées novatrices aient pu voir le jour sans que nous en soyons à l’initiative... ! En dehors des réunions et autres points formels, cette solitude peut être rompue de nombreuses façons. 
 ! ! ! ! !
  4. 4. Le collaborateur ne doit pas hésiter par exemple à sortir du cadre virtuel et en sollicitant ses collègues pour un déjeuner ou un verre après le travail. ! L’interférence vie professionnelle / vie personnelle peut également être compliquée à gérer.
 Il est donc important de se fixer un cadre de travail rigoureux, avec des horaires et ne pas se laisser détourner de son travail par toutes les tentations et distractions, qu’on peut avoir chez soi. ! De plus, il est souhaitable de faire passer un message clair à l’entourage personnel et notamment familial. ! Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas physiquement dans l’entreprise, que vous ne travaillez pas. Au contraire. Vous avez des objectifs à atteindre, comme vos collègues de bureau. Et vous avez à cœur de faire aussi bien qu’eux, sinon mieux... 
 ! Les collaborateurs qui ont opté pour le télétravail travaillent en moyenne beaucoup plus que leurs homologues restés en entreprise. Ils font donc de nombreuses heures supplémentaires non rémunérées. ! Il est alors indispensable de « dire stop », savoir déconnecter et gérer la pression de l’employeur. ! Est-ce par reconnaissance vis-à-vis de leur entreprise ? Est- ce pour tordre le cou à certaines idées reçues (sacro-sainte présence dans les bureaux) ? Est- ce parce qu’ils sont moins sollicités ?
 Les distractions intervenant sur le lieu de travail seraient estimées à 600 milliards de perte chaque année aux Etats-Unis... Un constat qui mérite réflexion ! ! Je crois aussi qu’il est important, autant que possible, d’avoir un endroit dédié chez soi où on peut s’isoler et marquer une vraie rupture tant physique que psychologique. ! Certaines entreprises exigent d’ailleurs que le collaborateur ait une pièce dédiée à son domicile pour télétravailler. 
 Certaines vont même jusqu’à fournir une affichette « espace bureau ». ! C’est une pratique à mon sens, pour des raisons de place et des aspects financiers, difficile à mettre en place dans certaines villes mais qui a le mérite de séparer la sphère professionnelle de la vie personnelle. ! Avant de se lancer dans l’aventure, le collaborateur doit réfléchir et fonctionner comme une entreprise. 4 - © Agnes Menso
  5. 5. ! En effet, quand une organisation met en place le télétravail, elle n’agit pas dans un but philanthropique. ! Même si elle a à cœur le bien-être de ses collaborateurs - source de motivation durable qui plus est - elle est surtout motivée par des logiques de rentabilité et de performance. 
 Il est donc souhaitable que le collaborateur s’inscrive également dans cette dynamique. ! Avec des collaborateurs plus motivés, plus impliqués et plus responsabilisés, le télétravail pourrait être perçu comme un remède à l’absentéisme. ! En effet, les entreprises françaises comptaient en 2012, 16,6 jours d’absence, soit 2,6 jours supplémentaires par rapport à 2011., Même s’il accroit la fidélisation des collaborateurs, le télétravail ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt. ! Il ne peut en rien par exemple masquer les dysfonctionnements managériaux et organisationnels. ! Mis en place dans une entreprise dont les principes en termes de management sont bafoués en permanence, il ne peut qu’en accentuer les troubles et les défauts. ! Développé par contre dans une entreprise dont les principes en termes d’organisation et de management sont pérennes, le télétravail peut être un formidable projet d’entreprise et une carte majeure à jouer dans le cadre de son développement. agnesmenso-coaching.com

×