SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  1
Télécharger pour lire hors ligne
10Economie genevoise Tribune de Genève | Lundi 18 mai 2015
Contrôle qualité
Son Conseil
Albert Gallegos*
Ressources humaines
«Nous voulons redorer le 
blason de la fonction RH»
La société Sharp-
mania entend se
distinguer dans la
gestion du personnel
des entreprises en
transition. Sur fond
de crise du secteur
Richard Etienne
Quel est le point commun entre
Shire et Alexion, deux entreprises
qui ont décidé de quitter l’arc lé-
manique, Incyte, le groupe améri-
cain qui vient de s’installer à Ge-
nève, et l’agence One Placement,
qui affiche une croissance conti-
nue depuis sa création? Tous col-
laborent avec Sharpmania.
Cette société basée aux Acacias
se spécialise dans la gestion des
ressources humaines (RH) au sein
des entreprises en transition – en
restructuration, sur le départ ou
qui arrivent. Et son cofondateur
Arnold Graz veut «redorer le bla-
son écorné de la fonction RH».
Le métier – celui de gestion-
naire RH ou de spécialiste du per-
sonnel – est décrié. Ses représen-
tants sont régulièrement accusés
de ne se manifester qu’à l’engage-
ment et au départ d’un collabora-
teur, voire d’être inutiles. Un re-
portage de l’émission Temps Pré-
sent a ajouté une couche au début
du mois, en présentant un univers
romand dans lequel ces équipes
sont accusées de nombreux
maux. Que les licenciements in-
combent en général aux RH
n’améliorera pas leur image.
Un métier qui change
«Les équipes RH ne sont souvent
pas les moteurs de l’entreprise
qu’elles devraient être. Nous vou-
lons redonner au métier sa valeur
ajoutée et faire en sorte que le
grand public sache pourquoi il y a
des RH», concède Arnold Graz.
«RH est le boulot le plus noble
dans une entreprise, ajoute-t-il. Il
n’y a pas plus gratifiant que de
développer une identité au sein
d’une entreprise. Pour cela, il faut
être conquérant, connaître et
écouter ses collègues tout en étant
droit.» Sharpmania doit aux yeux
de ses fondateurs symboliser ce
renouveau.
La profession n’a pas cessé
d’évoluer. Les fonctions essentiel-
lement administratives des pre-
miers départements RH aux Etats-
Unis au début du siècle dernier –
entre notes de frais et contrats de
travail – sont aujourd’hui gérées
par des ordinateurs, par le biais
delogiciels commeSAPouOracle.
Des tâches plus relationnelles
se sont par la suite progressive-
ment imposées, et avec elles la
notion de «team building», sous
l’impulsion de certains penseurs.
«Le métier a beaucoup changé.
Peut-être faudrait-il d’ailleurs
qu’il change de nom. «Ressources
humaines» évoque une notion
économique de stock dépassée.
Parler de «relations humaines» se-
rait plus judicieux», selon Marc
Benninger,rédacteurenchefdela
revue HR Today.
Le bien-être au travail devient
central; les meilleurs employeurs
sont d’ailleurs régulièrement clas-
sés. En Suisse, Google, Swisscom,
Nestlé, des horlogers et des ciga-
rettiers arrivent souvent en tête
des classements. Que ces sociétés
modèles figurent aussi parmi les
plus compétitives ne relève pas de
la coïncidence, selon des études.
«Un bon RH contribue à rendre
sonentreprise plus performante»,
selon Arnold Graz.
Les mutations du secteur ont
poussé la branche à réagir. Au
brevet fédéral de spécialistes en
RH s’est ajouté un Master proposé
conjointement par plusieurs uni-
versités romandes. Le marché est
devenu concurrentiel: les nou-
veauxvenusdoiventtoujoursplus
bénéficier d’une solide expé-
rience professionnelle pour exer-
cer le métier.
Issue de Merck Serono
Selon l’office de la statistique,
quelque 28 000 personnes tra-
vaillaient comme spécialistes du
personnel en 2013 en Suisse. «En
général, dès qu’une entreprise a
plus de cent collaborateurs, elle
possède une équipe RH», relève
Marc Benninger. Le secteur ter-
tiaire compte, selon lui, davan-
tage sur leurs services que l’indus-
trie ou l’agriculture. Quant au der-
nier salon RH Suisse de Palexpo
en octobre, il a réuni 183 expo-
sants, un nombre en croissance.
Le marché, selon Marc Ben-
ninger, est saturé, alors que jaillis-
sent de toutes parts des consul-
tants ou autres coaches RH.
Dont Sharpmania. Les quatre
fondateurs de la société tra-
vaillaient chacun pour Merck Se-
rono quand la multinationale a
quitté Genève en 2013. «Nous
avons choisi de rebondir en
créant une société spécialisée
dans la gestion des RH pour les
entreprises en pleine mutation
car nous nous sommes rendu
compte avec le départ de Merck
Serono que ce service manquait
dans la région, selon Arnold Graz.
Notre premier gros client a été
notre ancien employeur.»
Pendant près de six mois, la
jeune pousse a géré la dernière
étape de la fermeture de Merck
Serono à Genève, les licencie-
ments, transferts, défis sociaux,
indemnisations ou autres conflits
qui ont émergé dans ce cadre.
Depuis Sharpmania a été sollici-
tée par une quinzaine d’autres so-
ciétés en pleine restructuration
sur l’arc lémanique. Des clients
qui, parfois, rechignaient dans un
premier temps à recourir aux ser-
vices d’un cabinet RH.
Sharpmania a été créée par quatre personnes: Arnold Graz, Sonia Doce, Laurence Rollini et Valérie
Ayer (pas sur la photo). Tous travaillaient pour Merck Serono à Genève auparavant. VANESSA CADOSO
L’agence onusienne des télécoms fête ses 150 ans
L’Union internationale des
télécommunications, basée
à Genève, tente tant bien
que mal de chapeauter un
secteur en pleine transition
L’Union internationale des télé-
communications (UIT) a fêté di-
manche ses 150 ans. L’histoire de
cette agence des Nations Unies,
dont le siège se trouve à Genève,
est pleine de changements.
La mise en place par Samuel
Morse d’un service télégraphique
outre-Atlantique est à l’origine de
cette institution. Le télégraphe
s’étendant toujours plus au-delà
des frontières nationales, de nou-
veaux accords internationaux ont
dû être conclus. Vingt pays se réu-
nissent le 17 mai 1865 pour signer
une convention télégraphique in-
ternationale et former l’Union té-
légraphique internationale.
Emergelaplusancienneorganisa-
tion internationale technique de
coordination. Le 17 mai est depuis
fêté chaque année en tant que
Journée des télécommunications.
Avecledéveloppementdutélé-
phone, l’institution change de
nom. Elle adopte son appellation
actuelle en 1932 avant de se voir
rattachée à l’ONU en 1947, date de
son déménagement à Genève.
Permettre au monde d’être
connecté, telle est la grande mis-
sion de l’UIT. Cela passe par une
réglementation et une planifica-
tiondestélécommunicationsàtra-
verslaplanète,parl’établissement
des normes, de diffusion d’infor-
mations permettantl’exploitation
deservicesdetélécommunication
dans le monde. La palette d’activi-
tésdel’UITs’étenddel’attribution
des bandes de fréquences radioé-
lectriques pourlacommunication
hertzienneàl’assignationdesorbi-
tes des satellites en passant par la
navigation aéronautique et les
technologies sans fil. Internet,
sans elle, ne pourrait tourner.
Sondéfiprincipalaujourd’hui?
«Il y en a plusieurs. L’UIT doit s’as-
surer que des standards en ma-
tière de télécommunication de-
meurent universels, alors que les
technologies de l’information et
de la communication évoluent
très rapidement», selon Sanjay
Acharya, porte-parole de l’UIT.
«L’UITdoittoutfairepourconnec-
ter les millions de personnes qui
n’ont pas accès à un système de
communication moderne», pré-
cise-t-il.
LacheffeduDépartementfédé-
ral de l’environnement, des trans-
ports,del’énergieetdelacommu-
nication Doris Leuthard a fait le
déplacement hier au Centre inter-
national de conférences de Ge-
nève (CICG) pour célébrer le
150e anniversaire.
L’institution recense 193 pays
membres. Plus de 700 entités du
secteur privé et institutions uni-
versitaires figurent également
parmi ses adhérents. L’agence
onusienne emploie enfin environ
700 collaborateurs dans le
monde, un chiffre qui est resté
constant ces dernières années
malgré l’évolution insensée des
technologies de la communica-
tion. R.ET.
Cycle de vie et 
finances optimales
S
i chaque être humain
est unique, le
déroulement de la vie
est par contre
irrémédiablement le
même pour chacun d’entre
nous: il va de la jeunesse à la
vieillesse, en passant par
l’adolescence, l’âge adulte et la
maturité. Ce cycle de vie est
jalonné d’étapes importantes
qui vont influencer notre
patrimoine: la constitution de
l’épargne, un premier projet
immobilier, notre départ à la
retraite ou la planification de
notre succession et une série
d’autres événements parfois
imprévus. Tous ces moments
sont des étapes clés qui méritent
d’être appréhendées avec soin,
d’autant plus que si la vie
change, les besoins se
transforment également et
deviennent de plus en plus
complexes avec le temps. Ces
exigences requièrent
successivement ou
simultanément des transactions
bancaires, du financement, de
l’épargne, des investissements,
de la protection, des transferts
d’actifs et des planifications
fiscales. C’est la «gestion du
patrimoine» au sens large. Un
management rationnel implique
qu’à l’évolution des besoins
correspond une transformation
des services financiers
nécessaires. Ces fameux
événements modifiant nos
besoins, comme le sont le
mariage, une naissance, une
maladie, un accident, le
chômage, un divorce, un
héritage ou un décès…
impliquent nécessairement des
décisions financières. Une
bonne manière d’appréhender
ceux-là consiste en tenter de
contrôler aujourd’hui ceux qui
peuvent l’être, afin de mieux
préparer le lendemain, ainsi on
se prépare plus sereinement aux
futures étapes de la vie.
Echangez ouvertement avec
votre conseiller financier sur ces
occurrences, afin qu’il se
familiarise avec votre situation
personnelle et qu’il puisse vous
proposer de façon éclairée les
meilleures solutions. Cette
manière de faire vous permettra
de prendre des décisions
financières qui correspondent à
votre situation patrimoniale et à
votre profil d’investisseur.
*Conseil patrimonial et
prévoyance, BCGE
«Seule la vision
globale
du patrimoine
permet
d’optimiser
sa situation
personnelle»
28000Le nombre de spécialistes du
personnel en Suisse en 2013
Finance
Journée du
«crowdsourcing»
à Genève
«Crowdsourcing Week Summit
Geneva». Ainsi s’appelle
l’événement consacré à ce mode
de financement sollicitant le
soutien des foules par le biais
des nouvelles technologies et
qui se déroulera à l’Uptown
Geneva mardi 26 mai. Des
orateurs suisses et internatio-
naux viendront partager leur
expérience du crowdsourcing et
de sa capacité à répondre aux
besoins des dirigeants d’au-
jourd’hui en leur apportant des
changements significatifs dans
leur manière d’appréhender le
business. R.ET.
Nomination
Emilio Barberá rejoint l’équipe à
Barcelone de Mirabaud Asset
Management en qualité de Senior
Portfolio Manager/Analyst pour
le fonds Spanish Equities. Sa
nomination intervient à un
moment où les actions espagno-
les suscitent un regain d’intérêt
de la part de nombreux investis-
seurs. Le fonds en actions
espagnoles de la banque
genevoise vient de dépasser la
barre des 120 millions d’euros
d’encours. R.ET.
MIRABAUD
Travail
Le coworking
célébré
dans le canton
Le Grand Genève serait-il en
passe de devenir le premier
réseau mondial de lieux de
travail partagés («coworking» en
anglais)? Une récente étude
menée par les bureaux Sofies,
Ocalia et Econum propose de
développer un réseau de plus de
200 lieux de travail partagés
dans le Grand Genève. Vous
souhaitez en savoir davantage?
Une présentation de cette étude
sera donnée jeudi 21 mai dans
les locaux de la Chambre
d’industrie, des services et du
commerce de Genève
(CCIG). R.ET.
Hôtellerie
2,9C’est, en millions, le nombre
record de nuitées enregistrées
l’an dernier dans les hôtels de
Genève, selon l’Office cantonal de
la statistique. Ce chiffre est en
hausse de 1,9% sur un an. Le
précédent record date de 2008,
une année qui avait enregistré
55 000 nuitées en plus. Un
cinquième des nuitées ont été
occupées par des Suisses. Les
hôtes de l’étranger sont venus,
dans l’ordre, de France (8,5%), du
Royaume-Uni (8,5%), des
Etats-Unis (8,1%), des pays
du Golfe (7,5%), d’Allemagne
(4,2%) et d’Italie (3,2%). R.ET.

Contenu connexe

Tendances

Baromètre des salaires cadres 2013 par Expectra
Baromètre des salaires cadres 2013 par ExpectraBaromètre des salaires cadres 2013 par Expectra
Baromètre des salaires cadres 2013 par ExpectraExpectra
 
Apec RH n10 juin juillet - futur des RH
Apec RH n10   juin juillet - futur des RHApec RH n10   juin juillet - futur des RH
Apec RH n10 juin juillet - futur des RHApec
 
TE18-042S_Femmes1_m(1)
TE18-042S_Femmes1_m(1)TE18-042S_Femmes1_m(1)
TE18-042S_Femmes1_m(1)Anne Guns
 
Etude Apec - Panorama des mobilités professionnelles des cadres - édition 2018
Etude Apec - Panorama des mobilités professionnelles des cadres - édition 2018Etude Apec - Panorama des mobilités professionnelles des cadres - édition 2018
Etude Apec - Panorama des mobilités professionnelles des cadres - édition 2018Apec
 
Etude salaires cadres 2014
Etude salaires cadres 2014Etude salaires cadres 2014
Etude salaires cadres 2014Expectra
 
Faut-il opposer les pigeons aux héritiers ?
Faut-il opposer les pigeons aux héritiers ?Faut-il opposer les pigeons aux héritiers ?
Faut-il opposer les pigeons aux héritiers ?VTM Conseil
 
BeMore Rapport Annuel 2014
BeMore Rapport Annuel 2014BeMore Rapport Annuel 2014
BeMore Rapport Annuel 2014Nicolas Nervi
 

Tendances (7)

Baromètre des salaires cadres 2013 par Expectra
Baromètre des salaires cadres 2013 par ExpectraBaromètre des salaires cadres 2013 par Expectra
Baromètre des salaires cadres 2013 par Expectra
 
Apec RH n10 juin juillet - futur des RH
Apec RH n10   juin juillet - futur des RHApec RH n10   juin juillet - futur des RH
Apec RH n10 juin juillet - futur des RH
 
TE18-042S_Femmes1_m(1)
TE18-042S_Femmes1_m(1)TE18-042S_Femmes1_m(1)
TE18-042S_Femmes1_m(1)
 
Etude Apec - Panorama des mobilités professionnelles des cadres - édition 2018
Etude Apec - Panorama des mobilités professionnelles des cadres - édition 2018Etude Apec - Panorama des mobilités professionnelles des cadres - édition 2018
Etude Apec - Panorama des mobilités professionnelles des cadres - édition 2018
 
Etude salaires cadres 2014
Etude salaires cadres 2014Etude salaires cadres 2014
Etude salaires cadres 2014
 
Faut-il opposer les pigeons aux héritiers ?
Faut-il opposer les pigeons aux héritiers ?Faut-il opposer les pigeons aux héritiers ?
Faut-il opposer les pigeons aux héritiers ?
 
BeMore Rapport Annuel 2014
BeMore Rapport Annuel 2014BeMore Rapport Annuel 2014
BeMore Rapport Annuel 2014
 

Similaire à 8 Cycle de vie & finances optimales TdG 18.05.2015

Quelle strategie adopter face a la crise ? Par le super collectif #lesupercol...
Quelle strategie adopter face a la crise ? Par le super collectif #lesupercol...Quelle strategie adopter face a la crise ? Par le super collectif #lesupercol...
Quelle strategie adopter face a la crise ? Par le super collectif #lesupercol...nous sommes vivants
 
La newsletter de mgrh 10
La newsletter de mgrh 10La newsletter de mgrh 10
La newsletter de mgrh 10CABINET MGRH
 
EY et LinkedIn sur la révolution des métiers
EY et LinkedIn sur la révolution des métiers EY et LinkedIn sur la révolution des métiers
EY et LinkedIn sur la révolution des métiers Nacime Bensizerara
 
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-frLinkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-frNacime Bensizerara
 
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr-140515093008-phpapp01
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr-140515093008-phpapp01Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr-140515093008-phpapp01
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr-140515093008-phpapp01Brigitte Legentilhomme
 
Franchise Business Pack French
Franchise Business Pack   FrenchFranchise Business Pack   French
Franchise Business Pack Frenchsljones
 
Carnet metiers 2012_1
Carnet metiers 2012_1Carnet metiers 2012_1
Carnet metiers 2012_1Erwan Roblot
 
CroissancePlus Magazine // 1er numéro
CroissancePlus Magazine // 1er numéroCroissancePlus Magazine // 1er numéro
CroissancePlus Magazine // 1er numéroCroissancePlus
 
Hays etude RH et remunerations 2015-2016 Audit et Expertise Comptable
Hays etude RH et remunerations 2015-2016 Audit et Expertise ComptableHays etude RH et remunerations 2015-2016 Audit et Expertise Comptable
Hays etude RH et remunerations 2015-2016 Audit et Expertise ComptableHays France
 
PACTE : les propositions du Medef - décembre 2017
PACTE : les propositions du Medef - décembre 2017PACTE : les propositions du Medef - décembre 2017
PACTE : les propositions du Medef - décembre 2017Adm Medef
 
Expertcomptabledigital
ExpertcomptabledigitalExpertcomptabledigital
ExpertcomptabledigitalKIMAKSEL84
 
Le rôle des rh dans la lutte contre le turn
Le rôle des rh dans la lutte contre le turnLe rôle des rh dans la lutte contre le turn
Le rôle des rh dans la lutte contre le turnAbderraouf HAMZAOUI
 
Révolution des métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences : quels enjeux...
Révolution des métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences : quels enjeux...Révolution des métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences : quels enjeux...
Révolution des métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences : quels enjeux...polenumerique33
 
Etude LinkedIn - EY : La révolution des métiers
Etude LinkedIn - EY : La révolution des métiers Etude LinkedIn - EY : La révolution des métiers
Etude LinkedIn - EY : La révolution des métiers Pierre Bernard
 
CroissancePlus : Le Petit Journal de Campagne - Numéro 1
CroissancePlus : Le Petit Journal de Campagne - Numéro 1CroissancePlus : Le Petit Journal de Campagne - Numéro 1
CroissancePlus : Le Petit Journal de Campagne - Numéro 1CroissancePlus
 
Céder son entreprise: quelques éléments préparatoire
Céder son entreprise: quelques éléments préparatoireCéder son entreprise: quelques éléments préparatoire
Céder son entreprise: quelques éléments préparatoireCRA_Cedants_et_Repreneurs
 

Similaire à 8 Cycle de vie & finances optimales TdG 18.05.2015 (20)

Quelle strategie adopter face a la crise ? Par le super collectif #lesupercol...
Quelle strategie adopter face a la crise ? Par le super collectif #lesupercol...Quelle strategie adopter face a la crise ? Par le super collectif #lesupercol...
Quelle strategie adopter face a la crise ? Par le super collectif #lesupercol...
 
La newsletter de mgrh 10
La newsletter de mgrh 10La newsletter de mgrh 10
La newsletter de mgrh 10
 
HR Today 2
HR Today 2HR Today 2
HR Today 2
 
EY et LinkedIn sur la révolution des métiers
EY et LinkedIn sur la révolution des métiers EY et LinkedIn sur la révolution des métiers
EY et LinkedIn sur la révolution des métiers
 
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-frLinkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr
 
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr-140515093008-phpapp01
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr-140515093008-phpapp01Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr-140515093008-phpapp01
Linkedin ey-revolution-des-metiers-fr-fr-140515093008-phpapp01
 
Franchise Business Pack French
Franchise Business Pack   FrenchFranchise Business Pack   French
Franchise Business Pack French
 
Carnet metiers 2012_1
Carnet metiers 2012_1Carnet metiers 2012_1
Carnet metiers 2012_1
 
LX CORPORATE
LX CORPORATELX CORPORATE
LX CORPORATE
 
Point de Mire, No 74, Autumn 2018
Point de Mire, No 74, Autumn 2018Point de Mire, No 74, Autumn 2018
Point de Mire, No 74, Autumn 2018
 
CroissancePlus Magazine // 1er numéro
CroissancePlus Magazine // 1er numéroCroissancePlus Magazine // 1er numéro
CroissancePlus Magazine // 1er numéro
 
CroissancePlus Magazine
CroissancePlus Magazine CroissancePlus Magazine
CroissancePlus Magazine
 
Hays etude RH et remunerations 2015-2016 Audit et Expertise Comptable
Hays etude RH et remunerations 2015-2016 Audit et Expertise ComptableHays etude RH et remunerations 2015-2016 Audit et Expertise Comptable
Hays etude RH et remunerations 2015-2016 Audit et Expertise Comptable
 
PACTE : les propositions du Medef - décembre 2017
PACTE : les propositions du Medef - décembre 2017PACTE : les propositions du Medef - décembre 2017
PACTE : les propositions du Medef - décembre 2017
 
Expertcomptabledigital
ExpertcomptabledigitalExpertcomptabledigital
Expertcomptabledigital
 
Le rôle des rh dans la lutte contre le turn
Le rôle des rh dans la lutte contre le turnLe rôle des rh dans la lutte contre le turn
Le rôle des rh dans la lutte contre le turn
 
Révolution des métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences : quels enjeux...
Révolution des métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences : quels enjeux...Révolution des métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences : quels enjeux...
Révolution des métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences : quels enjeux...
 
Etude LinkedIn - EY : La révolution des métiers
Etude LinkedIn - EY : La révolution des métiers Etude LinkedIn - EY : La révolution des métiers
Etude LinkedIn - EY : La révolution des métiers
 
CroissancePlus : Le Petit Journal de Campagne - Numéro 1
CroissancePlus : Le Petit Journal de Campagne - Numéro 1CroissancePlus : Le Petit Journal de Campagne - Numéro 1
CroissancePlus : Le Petit Journal de Campagne - Numéro 1
 
Céder son entreprise: quelques éléments préparatoire
Céder son entreprise: quelques éléments préparatoireCéder son entreprise: quelques éléments préparatoire
Céder son entreprise: quelques éléments préparatoire
 

Plus de Albert Gallegos

16 2014 TdG Psycologie de l'épargne 17.11.2014
16 2014 TdG Psycologie de l'épargne 17.11.201416 2014 TdG Psycologie de l'épargne 17.11.2014
16 2014 TdG Psycologie de l'épargne 17.11.2014Albert Gallegos
 
14 Bilan Patrons de PME soyez plus prévoyants 01.10.2014
14 Bilan Patrons de PME soyez plus prévoyants 01.10.201414 Bilan Patrons de PME soyez plus prévoyants 01.10.2014
14 Bilan Patrons de PME soyez plus prévoyants 01.10.2014Albert Gallegos
 
9 Calculer le coût de son hypothèque TdG 25.08.2014
9 Calculer le coût de son hypothèque TdG 25.08.20149 Calculer le coût de son hypothèque TdG 25.08.2014
9 Calculer le coût de son hypothèque TdG 25.08.2014Albert Gallegos
 
7 Optimiser sa caisse de pensions AGL TdG 16.06.2014
7 Optimiser sa caisse de pensions AGL TdG 16.06.20147 Optimiser sa caisse de pensions AGL TdG 16.06.2014
7 Optimiser sa caisse de pensions AGL TdG 16.06.2014Albert Gallegos
 
15 Mieux vaut planifier sa retraite dès 45 ans Bilan 27.10.2015
15 Mieux vaut planifier sa retraite dès 45 ans Bilan 27.10.201515 Mieux vaut planifier sa retraite dès 45 ans Bilan 27.10.2015
15 Mieux vaut planifier sa retraite dès 45 ans Bilan 27.10.2015Albert Gallegos
 
2 Se marier avant al retraite TdG 02.02.2015
2 Se marier avant al retraite TdG 02.02.20152 Se marier avant al retraite TdG 02.02.2015
2 Se marier avant al retraite TdG 02.02.2015Albert Gallegos
 
11 Le pire ennemi de l'investisseur TdG 25.08.2015
11 Le pire ennemi de l'investisseur TdG 25.08.201511 Le pire ennemi de l'investisseur TdG 25.08.2015
11 Le pire ennemi de l'investisseur TdG 25.08.2015Albert Gallegos
 

Plus de Albert Gallegos (7)

16 2014 TdG Psycologie de l'épargne 17.11.2014
16 2014 TdG Psycologie de l'épargne 17.11.201416 2014 TdG Psycologie de l'épargne 17.11.2014
16 2014 TdG Psycologie de l'épargne 17.11.2014
 
14 Bilan Patrons de PME soyez plus prévoyants 01.10.2014
14 Bilan Patrons de PME soyez plus prévoyants 01.10.201414 Bilan Patrons de PME soyez plus prévoyants 01.10.2014
14 Bilan Patrons de PME soyez plus prévoyants 01.10.2014
 
9 Calculer le coût de son hypothèque TdG 25.08.2014
9 Calculer le coût de son hypothèque TdG 25.08.20149 Calculer le coût de son hypothèque TdG 25.08.2014
9 Calculer le coût de son hypothèque TdG 25.08.2014
 
7 Optimiser sa caisse de pensions AGL TdG 16.06.2014
7 Optimiser sa caisse de pensions AGL TdG 16.06.20147 Optimiser sa caisse de pensions AGL TdG 16.06.2014
7 Optimiser sa caisse de pensions AGL TdG 16.06.2014
 
15 Mieux vaut planifier sa retraite dès 45 ans Bilan 27.10.2015
15 Mieux vaut planifier sa retraite dès 45 ans Bilan 27.10.201515 Mieux vaut planifier sa retraite dès 45 ans Bilan 27.10.2015
15 Mieux vaut planifier sa retraite dès 45 ans Bilan 27.10.2015
 
2 Se marier avant al retraite TdG 02.02.2015
2 Se marier avant al retraite TdG 02.02.20152 Se marier avant al retraite TdG 02.02.2015
2 Se marier avant al retraite TdG 02.02.2015
 
11 Le pire ennemi de l'investisseur TdG 25.08.2015
11 Le pire ennemi de l'investisseur TdG 25.08.201511 Le pire ennemi de l'investisseur TdG 25.08.2015
11 Le pire ennemi de l'investisseur TdG 25.08.2015
 

8 Cycle de vie & finances optimales TdG 18.05.2015

  • 1. 10Economie genevoise Tribune de Genève | Lundi 18 mai 2015 Contrôle qualité Son Conseil Albert Gallegos* Ressources humaines «Nous voulons redorer le  blason de la fonction RH» La société Sharp- mania entend se distinguer dans la gestion du personnel des entreprises en transition. Sur fond de crise du secteur Richard Etienne Quel est le point commun entre Shire et Alexion, deux entreprises qui ont décidé de quitter l’arc lé- manique, Incyte, le groupe améri- cain qui vient de s’installer à Ge- nève, et l’agence One Placement, qui affiche une croissance conti- nue depuis sa création? Tous col- laborent avec Sharpmania. Cette société basée aux Acacias se spécialise dans la gestion des ressources humaines (RH) au sein des entreprises en transition – en restructuration, sur le départ ou qui arrivent. Et son cofondateur Arnold Graz veut «redorer le bla- son écorné de la fonction RH». Le métier – celui de gestion- naire RH ou de spécialiste du per- sonnel – est décrié. Ses représen- tants sont régulièrement accusés de ne se manifester qu’à l’engage- ment et au départ d’un collabora- teur, voire d’être inutiles. Un re- portage de l’émission Temps Pré- sent a ajouté une couche au début du mois, en présentant un univers romand dans lequel ces équipes sont accusées de nombreux maux. Que les licenciements in- combent en général aux RH n’améliorera pas leur image. Un métier qui change «Les équipes RH ne sont souvent pas les moteurs de l’entreprise qu’elles devraient être. Nous vou- lons redonner au métier sa valeur ajoutée et faire en sorte que le grand public sache pourquoi il y a des RH», concède Arnold Graz. «RH est le boulot le plus noble dans une entreprise, ajoute-t-il. Il n’y a pas plus gratifiant que de développer une identité au sein d’une entreprise. Pour cela, il faut être conquérant, connaître et écouter ses collègues tout en étant droit.» Sharpmania doit aux yeux de ses fondateurs symboliser ce renouveau. La profession n’a pas cessé d’évoluer. Les fonctions essentiel- lement administratives des pre- miers départements RH aux Etats- Unis au début du siècle dernier – entre notes de frais et contrats de travail – sont aujourd’hui gérées par des ordinateurs, par le biais delogiciels commeSAPouOracle. Des tâches plus relationnelles se sont par la suite progressive- ment imposées, et avec elles la notion de «team building», sous l’impulsion de certains penseurs. «Le métier a beaucoup changé. Peut-être faudrait-il d’ailleurs qu’il change de nom. «Ressources humaines» évoque une notion économique de stock dépassée. Parler de «relations humaines» se- rait plus judicieux», selon Marc Benninger,rédacteurenchefdela revue HR Today. Le bien-être au travail devient central; les meilleurs employeurs sont d’ailleurs régulièrement clas- sés. En Suisse, Google, Swisscom, Nestlé, des horlogers et des ciga- rettiers arrivent souvent en tête des classements. Que ces sociétés modèles figurent aussi parmi les plus compétitives ne relève pas de la coïncidence, selon des études. «Un bon RH contribue à rendre sonentreprise plus performante», selon Arnold Graz. Les mutations du secteur ont poussé la branche à réagir. Au brevet fédéral de spécialistes en RH s’est ajouté un Master proposé conjointement par plusieurs uni- versités romandes. Le marché est devenu concurrentiel: les nou- veauxvenusdoiventtoujoursplus bénéficier d’une solide expé- rience professionnelle pour exer- cer le métier. Issue de Merck Serono Selon l’office de la statistique, quelque 28 000 personnes tra- vaillaient comme spécialistes du personnel en 2013 en Suisse. «En général, dès qu’une entreprise a plus de cent collaborateurs, elle possède une équipe RH», relève Marc Benninger. Le secteur ter- tiaire compte, selon lui, davan- tage sur leurs services que l’indus- trie ou l’agriculture. Quant au der- nier salon RH Suisse de Palexpo en octobre, il a réuni 183 expo- sants, un nombre en croissance. Le marché, selon Marc Ben- ninger, est saturé, alors que jaillis- sent de toutes parts des consul- tants ou autres coaches RH. Dont Sharpmania. Les quatre fondateurs de la société tra- vaillaient chacun pour Merck Se- rono quand la multinationale a quitté Genève en 2013. «Nous avons choisi de rebondir en créant une société spécialisée dans la gestion des RH pour les entreprises en pleine mutation car nous nous sommes rendu compte avec le départ de Merck Serono que ce service manquait dans la région, selon Arnold Graz. Notre premier gros client a été notre ancien employeur.» Pendant près de six mois, la jeune pousse a géré la dernière étape de la fermeture de Merck Serono à Genève, les licencie- ments, transferts, défis sociaux, indemnisations ou autres conflits qui ont émergé dans ce cadre. Depuis Sharpmania a été sollici- tée par une quinzaine d’autres so- ciétés en pleine restructuration sur l’arc lémanique. Des clients qui, parfois, rechignaient dans un premier temps à recourir aux ser- vices d’un cabinet RH. Sharpmania a été créée par quatre personnes: Arnold Graz, Sonia Doce, Laurence Rollini et Valérie Ayer (pas sur la photo). Tous travaillaient pour Merck Serono à Genève auparavant. VANESSA CADOSO L’agence onusienne des télécoms fête ses 150 ans L’Union internationale des télécommunications, basée à Genève, tente tant bien que mal de chapeauter un secteur en pleine transition L’Union internationale des télé- communications (UIT) a fêté di- manche ses 150 ans. L’histoire de cette agence des Nations Unies, dont le siège se trouve à Genève, est pleine de changements. La mise en place par Samuel Morse d’un service télégraphique outre-Atlantique est à l’origine de cette institution. Le télégraphe s’étendant toujours plus au-delà des frontières nationales, de nou- veaux accords internationaux ont dû être conclus. Vingt pays se réu- nissent le 17 mai 1865 pour signer une convention télégraphique in- ternationale et former l’Union té- légraphique internationale. Emergelaplusancienneorganisa- tion internationale technique de coordination. Le 17 mai est depuis fêté chaque année en tant que Journée des télécommunications. Avecledéveloppementdutélé- phone, l’institution change de nom. Elle adopte son appellation actuelle en 1932 avant de se voir rattachée à l’ONU en 1947, date de son déménagement à Genève. Permettre au monde d’être connecté, telle est la grande mis- sion de l’UIT. Cela passe par une réglementation et une planifica- tiondestélécommunicationsàtra- verslaplanète,parl’établissement des normes, de diffusion d’infor- mations permettantl’exploitation deservicesdetélécommunication dans le monde. La palette d’activi- tésdel’UITs’étenddel’attribution des bandes de fréquences radioé- lectriques pourlacommunication hertzienneàl’assignationdesorbi- tes des satellites en passant par la navigation aéronautique et les technologies sans fil. Internet, sans elle, ne pourrait tourner. Sondéfiprincipalaujourd’hui? «Il y en a plusieurs. L’UIT doit s’as- surer que des standards en ma- tière de télécommunication de- meurent universels, alors que les technologies de l’information et de la communication évoluent très rapidement», selon Sanjay Acharya, porte-parole de l’UIT. «L’UITdoittoutfairepourconnec- ter les millions de personnes qui n’ont pas accès à un système de communication moderne», pré- cise-t-il. LacheffeduDépartementfédé- ral de l’environnement, des trans- ports,del’énergieetdelacommu- nication Doris Leuthard a fait le déplacement hier au Centre inter- national de conférences de Ge- nève (CICG) pour célébrer le 150e anniversaire. L’institution recense 193 pays membres. Plus de 700 entités du secteur privé et institutions uni- versitaires figurent également parmi ses adhérents. L’agence onusienne emploie enfin environ 700 collaborateurs dans le monde, un chiffre qui est resté constant ces dernières années malgré l’évolution insensée des technologies de la communica- tion. R.ET. Cycle de vie et  finances optimales S i chaque être humain est unique, le déroulement de la vie est par contre irrémédiablement le même pour chacun d’entre nous: il va de la jeunesse à la vieillesse, en passant par l’adolescence, l’âge adulte et la maturité. Ce cycle de vie est jalonné d’étapes importantes qui vont influencer notre patrimoine: la constitution de l’épargne, un premier projet immobilier, notre départ à la retraite ou la planification de notre succession et une série d’autres événements parfois imprévus. Tous ces moments sont des étapes clés qui méritent d’être appréhendées avec soin, d’autant plus que si la vie change, les besoins se transforment également et deviennent de plus en plus complexes avec le temps. Ces exigences requièrent successivement ou simultanément des transactions bancaires, du financement, de l’épargne, des investissements, de la protection, des transferts d’actifs et des planifications fiscales. C’est la «gestion du patrimoine» au sens large. Un management rationnel implique qu’à l’évolution des besoins correspond une transformation des services financiers nécessaires. Ces fameux événements modifiant nos besoins, comme le sont le mariage, une naissance, une maladie, un accident, le chômage, un divorce, un héritage ou un décès… impliquent nécessairement des décisions financières. Une bonne manière d’appréhender ceux-là consiste en tenter de contrôler aujourd’hui ceux qui peuvent l’être, afin de mieux préparer le lendemain, ainsi on se prépare plus sereinement aux futures étapes de la vie. Echangez ouvertement avec votre conseiller financier sur ces occurrences, afin qu’il se familiarise avec votre situation personnelle et qu’il puisse vous proposer de façon éclairée les meilleures solutions. Cette manière de faire vous permettra de prendre des décisions financières qui correspondent à votre situation patrimoniale et à votre profil d’investisseur. *Conseil patrimonial et prévoyance, BCGE «Seule la vision globale du patrimoine permet d’optimiser sa situation personnelle» 28000Le nombre de spécialistes du personnel en Suisse en 2013 Finance Journée du «crowdsourcing» à Genève «Crowdsourcing Week Summit Geneva». Ainsi s’appelle l’événement consacré à ce mode de financement sollicitant le soutien des foules par le biais des nouvelles technologies et qui se déroulera à l’Uptown Geneva mardi 26 mai. Des orateurs suisses et internatio- naux viendront partager leur expérience du crowdsourcing et de sa capacité à répondre aux besoins des dirigeants d’au- jourd’hui en leur apportant des changements significatifs dans leur manière d’appréhender le business. R.ET. Nomination Emilio Barberá rejoint l’équipe à Barcelone de Mirabaud Asset Management en qualité de Senior Portfolio Manager/Analyst pour le fonds Spanish Equities. Sa nomination intervient à un moment où les actions espagno- les suscitent un regain d’intérêt de la part de nombreux investis- seurs. Le fonds en actions espagnoles de la banque genevoise vient de dépasser la barre des 120 millions d’euros d’encours. R.ET. MIRABAUD Travail Le coworking célébré dans le canton Le Grand Genève serait-il en passe de devenir le premier réseau mondial de lieux de travail partagés («coworking» en anglais)? Une récente étude menée par les bureaux Sofies, Ocalia et Econum propose de développer un réseau de plus de 200 lieux de travail partagés dans le Grand Genève. Vous souhaitez en savoir davantage? Une présentation de cette étude sera donnée jeudi 21 mai dans les locaux de la Chambre d’industrie, des services et du commerce de Genève (CCIG). R.ET. Hôtellerie 2,9C’est, en millions, le nombre record de nuitées enregistrées l’an dernier dans les hôtels de Genève, selon l’Office cantonal de la statistique. Ce chiffre est en hausse de 1,9% sur un an. Le précédent record date de 2008, une année qui avait enregistré 55 000 nuitées en plus. Un cinquième des nuitées ont été occupées par des Suisses. Les hôtes de l’étranger sont venus, dans l’ordre, de France (8,5%), du Royaume-Uni (8,5%), des Etats-Unis (8,1%), des pays du Golfe (7,5%), d’Allemagne (4,2%) et d’Italie (3,2%). R.ET.